French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 [Texte court] - L'incendie - PG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dobbyjunior
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Serpent
Messages : 316
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 28
Localisation : perdu dans son cerveau
Mon Fandom du moment: : Harry Potter

MessageSujet: [Texte court] - L'incendie - PG   Mar 17 Aoû 2010 - 10:17

L’incendie



Je regarde les hommes à mes côté, j’ai du mal à me souvenir de ce qui s’est passé. Rien, rien ne vient juste des formes sombres qui bougent tout autour de moi. Un homme m’interpelle, j’ai du mal à le comprendre, au prix d’une énorme concentration, je le comprends enfin.

-Marc, Marc, mon vieux reste avec moi tu verras on va te sortir de là.

Je sens plusieurs mains se poser sur mon corps. Mon Dieu qu’ils me font mal, malgré toute ma volonté un hurlement de douleur s’échappe de ma bouche. Le noir m’envahie, des voix me viennent de loin puis soudain je n’entends et ne voit plus rien.

Je me sens si bien je veux qu’on me laisse à ma quiétude. Enfin je suis libre de faire ce qu’il me plaît, plus aucune douleur n’envahie mon corps. Je ne sais pas combien de temps je suis resté là à attendre, étendu sur ce lit les yeux fixé sur le plafond de la pièce dans laquelle je me trouve.

Après ce qui me parait être une éternité, je me décide enfin à me lever. Maladroitement je sors de mon lit et effectue quelques pas. La pièce n’est meublée que d’un lit, d’une table sur lequel repose des cadres représentant la vie d’un homme. Surpris je prends un des cadres et je constate que la personne qui est représenté n’est autre que moi.

Sans m’attarder devant mes portraits, je continue mon chemin dans cette pièce d’un blanc immaculé. Plus je marche plus la pièce s’agrandi, la porte que j’essaye d’atteindre ce fait de plus en plus lointaine. Trop fatigué pour continuer ma route vers cette porte qui me reste inaccessible, je fais demi-tour, et me retrouve prés de mon lit.

M’allongeant de nouveau, je tourne la tête vers la table, où en quelque clichée ma vie est décrite. Je me souviens de ma famille, mes parents tant aimant, mes frères bien ennuyeux, mais sœurs plus que folles. Ma femme toujours aux petits soins pour moi, et nos enfants, ma fille ainée qui ressemble en tout point à son oncle, et mon petit dernier qui n’a à peine quelque mois et qui fait le bonheur de mon épouse et moi-même.

Tiens je me suis endormi je ne l’ai pas remarqué, regardant une nouvelle fois autour de moi, je vois une personne qui m’observe. Elle ressemble étrangement à une personne que je connais mais plus moyens de me souvenir, je détourne mon regard d’elle et mes yeux se pose sur un des cadres posé sur la table, une femme attire immédiatement mon attention, elle se ressemble. C’est très étrange cette impression de connaitre une personne et de ne plus rien ce rappeler.

-Ils t’attendent Marc, ne les fait pas patienter plus longtemps, me murmure t elle.

****

Je suis bien, heureux, libre, détendu. Je ne souffre pas pourtant, je me souviens d’avoir eu mal, si mal que je voulais en terminer à tous jamais avec la souffrance. Ma plénitude fut de courte durer, déjà j’entends des voix, mais ces voix ne me sont pas inconnu. Mais oui ! Ce sont les voix de mes proches, étrange tout à l’heure j’étais seul dans cette immense pièce et maintenant, ils sont à mes côtés. Personnellement je ne vais pas me plaindre, je préfère les avoir avec moi, plutôt que de me retrouver une nouvelle fois seul dans des lieux que je ne connais pas. Je ne sais pas exactement combien de temps j’ai passé loin d’eux, mais une chose est sur : je tiens à eux plus qu’a tout autre chose au monde.

Las de les entendre parler sans réagir, je bouge un peu ma main que quelqu’un à pris dans la sienne. Au moins une qui se tait, d’accord il n’y a plus qu’a faire de même avec les autres. Je bouge une deuxième fois ma main, plus fort cette fois. Oh, oh que c’est bien toute ces voix se sont tue en même tant, trop chouette je vais pouvoir dormir s’en être déranger.

Non ! Ce n’est pas vrai, j’avais réussi ils s’étaient tuent. Tiens est si je me concentrais sur ce qui ont de si intéressant à raconter pour que je ne puisse pas dormir en paix.

-Marc, ouvre les yeux !

-Non je ne veux pas je veux juste dormir.

-
Vas-y mon ange revient avec nous.

-désoler mais je veux juste me reposer un peu.

-
Encore un petit effort chéri.

-Non je ne veux pas, tu sais tu as beau être ma femme ce n’est pas pour autant que je vais renoncer à mon sommeil.

-Docteur vous croyez qu’il va reprendre connaissance ?

-Je vais vous répondre franchement madame je ne sais pas. Répondit le médecin

-Puff, tu n’as pas fini de dire des bêtises à ma femme. Tiens pour ta peine je vais te montrer. Aller mon gars concentre toi ce n’est pas si compliqué d’ouvrir les yeux. Ah voilà j’ai réussit. Mais c’est bizarre où suis-je ?

-Chéri ! Tu as enfin ouvert les yeux ! me répond ma femme avant de fondre en larme

Je bouge de manière à pouvoir la prendre dans mes bras, mais une douleur aiguë traverse mon corps de part en part m’arrachant une fois de plus un hurlement de douleur.

Presque immédiatement ma femme me regarde, je vois que ses yeux sont remplis d’angoisse. Malgré la douleur qui me tiraille je la vois appuyer sur un bouton près du lit, mais je n’arrive pas à distinguer de quoi il s’agit réellement. La porte de la pièce s’ouvre, une personne habillé de blanc entre, nous regarde et ressort précipitamment. Je sers les dents le plus possible, la douleur est trop forte, je vois le décor à mes côtés osciller dangereusement. Mercredi ! Je ne savais pas que j’étais sur un bateau.

Encore cette sensation de bien être, mais maintenant je sais qu’il faut que je me réveille. Ma femme doit encore s’inquiéter, en plus j’ai envie de savoir ou je me trouve exactement. Difficilement j’ouvre les yeux, je mets du temps à émerger. Quelle idée de vouloir sortir d’un sommeil réparateur, pour ouvrir les yeux et sentir tout le temps cette douleur. Non mais franchement je n’en ferais pas d’autre.

Ma femme me sourit, mais je vois qu’elle est très inquiète, je lui souris à mon tour en souhaitant que son inquiétude diminue maintenant que je suis réveillé. Doucement je bouge ma main qui repose dans la sienne, tout aussi doucement et avec mille précautions une fois m’a bien suffit, je tourne la tête pour voir ou ce fil qui pend peut bien être relié.

Dieu tout puissant, mais qu’est ce qui à bien pu m’arriver pour que je me retrouve avec une perfusion dans le bras ? Désirant voir tout ce que mon corps avait comme dommage, je repris mon examen. Je regarde mon deuxième bras, bon d’accord celui là n’est pas sans dommage, il est retenu en écharpe, de ma mains valide je cherche un moyen d’enlever ce bandage qui m’obstrue le bras. Mais ma femme m’en empêche en me prenant ma main.

Très bien ! Pour mon bras je vais attendre un moment où, mon épouse aura le dos tourné. En sachant pertinemment qu’avec un petit sourire en coin, celui qu’elle aime tant, elle me lâchera. Donc en toute connaissance de cause je lui fais mon plus beau sourire, et ça ne rate pas elle lâche ma main pour venir m’embrasser. Chouette un bisou.

Je finis quand même de faire le tour des blessures que mon corps a reçu. Je passe donc immédiatement à mes jambes, avec un mauvais pressentiment. Je bouge ma jambe droite d’abord, rien, elle fonctionne normalement bien qu’un peu douloureuse. Allons y pour l’autre, je la soulève, ça va elle répond. Bougeons un peu la cheville, holà ça ne se fait pas, prudemment je soulève le drap de ma main valide. Ah zut je suis plâtré.

Encore dans la contemplation de mon plâtre, je sursaute quand une voix que je ne connais pas m’interpelle.

-Bonjour monsieur Dumont, je suis le docteur Francis. Et c’est moi qui m’occupe de vous.

-Bonjour docteur, dite qu’est ce que j’ai au juste ?

- Vous avez une fracture du péroné gauche, que l’on a du plâtré. Un déplacement de la clavicule droite, que nous vous avons bien entendu replacé. Ainsi que quelques brûlures superficielles sur tout le corps surtout au niveau de votre thorax.

-Chouette et j’en ai pour combien de temps avec tous ça ?

-Trois à quatre semaines pour votre jambe, sans tenir compte de la rééducation, je dirais un maximum de cinq semaines pour votre bras, toujours sans rééducation. Pour ce qui est des brûlures étant superficielles il ne vous restera plus aucune trace dès que vous pourrait remarcher et vous servir de votre bras.

-Ok que des bonne nouvelles quoi. Et je ne suis fait ça comment ? Il me fait rire lui avec ces cinq semaines sans pouvoir me servir de mon épaule on voit bien que ce n’est pas lui qui est dans l’incapacité de s’en servir. Mer… il m’a répondu et je n’ai pas écouté, heu je pense que la il attend une réponse.

-
Pardon ?

-Vous ne vous souvenez pas ?

-Non ! Il en a de bonne lui si je me souviens c’est juste pour faire la conversation.

-De quoi vous rappelez vous ?

-Je… j’étais à la caserne des pompiers avec les collègues et nous jouions à nous lançait des paris débiles, quand nos bips ont sonnés. Nous avions un feu, nous nous sommes tous précipiter vers nos véhicules, nous somme arrivé sur les lieux et après s’est vague. Tous ce que je me rappelle c’est les flammes qui sortaient d’une fenêtre du deuxièmes étages, je suis entrait avec mon binôme et je ne me souviens plus. Eric, comment va t il ?

Je m’inquiétais soudain, il est vrai que nous travaillions toujours par deux et moi je suis allongé dans un piteuse état sur un lit d’hôpital, et pas un seul instant je ne me suis inquiété de l’état de mon ami. Pourvu qu’il aille bien.

-Je vais bien merci de t’en inquiéter. Me répondit Eric

-Eric ! Mon dieu tu as rien tu es sur ? M’écriais-je heureux de le voir en un seul morceau.

-Aussi sur que c’est toi qui est allongé dans ce lit. D’après ce que j’entends tu ne te souviens pas de ce qui c’est passé. Alors je vais me charger de te le rappeler.

Flash back :

A la caserne des pompiers, une équipe est de garde, depuis le début de la journée, il n’avait eu que pour toute intervention un malaise sur la voie publique. Les hommes s’ennuyaient, lançant à tout va des paris pour faire passé le temps. Soudain leurs bips sonnèrent, c’était un départ pour un feu de maison.

Les hommes coururent vers leurs véhicules, en moins de cinq minutes un FPT (fourgon pompe tonne) ainsi qu’un emod3 (capitaine des pompiers) allèrent sur le lieu de l’intervention. Arrivant sur place assez rapidement, les voitures les ayant laissés passé. Au carrefour les pompiers voyaient déjà un épais nuage de fumée envahir le périmètre.

Les six hommes du FPT sortirent du camion, deux hommes et un chef d’agrès partent en reconnaissance autour de la maison. Pendant ce temps le conducteur reste à l’arrière du Tonne, tandis que les deux autres pompiers alimentent le camion en eau. Le chef d’agrès constate que les flammes ne sont qu’au second étage, il demande à ses hommes de mettre en place une petite lance, pour contenir le feu dans les étages supérieur de la maison.

Les deux hommes parti en reconnaissance autour de la maison, s’équipèrent de bouteilles d’air et entrèrent dans l’habitation. Une fumée dense avait envahie toutes les pièces du rez-de-chaussée, les hommes avançaient comme ils avaient appris à le faire pendant leur formation. Faisant de grands gestes avec leurs bras pour pouvoir avoir un minium de visibilité.

L’accès était dégagé jusqu'à l’escalier, leurs collègues pourraient donc entrer avec une lance dans le bâtiment. Faisant demi-tour pour en informer le chef, le pompier dénommer Marc ne fit pas attention au plafond. Celui-ci commençait à brûler, une poutre s’effondra sur le sapeur pompier, le blessant à l’épaule. Surpris par la violence du choc Marc chuta, se blessant à la jambe. Avant qu’il n’ait pu faire un geste, comme de se retourner, les poutres adjacentes tombèrent elles aussi, sur son corps déjà endommager, lui faisant pousser un hurlement de douleur. Son coéquipier alerté par son cri se précipita vers lui. Constatant que Marc été au bord de l’évanouissement, il contacta ses collègues resté à l’extérieur, protégeant tant bien que mal, son ami des flammes en attendant leur arrivés.

Le blessé fut évacué rapidement hors de la maison juste à temps, avant qu’elle n’explose. Les flammes avaient atteint la bouteille de gaz. Le sapeur fut transporté d’urgence vers l’hôpital le plus proche, tandis que ses collègues tentaient de contenir les flammes. Après plusieurs heures d’acharnement les professionnels du feu avaient éteint tout incendie, une fois le matériel rangé, ils se redirent tous à l’hôpital prendre des nouvelles de leur collègue.

Fin du Flash back

Notre devise est belle : Sauver ou Périr, mais aujourd’hui j’ai retenue une chose essentielle, la vie est trop courte pour négligé ce qu’on aime, alors durant toutes ses semaines on je ne pourrais pas travailler. Je ferais une chose toute aussi importante que de sauvait des vies, je prendrais soins des miens. Et je suis heureux de ne pas avoir péri.

Fin


Dernière édition par UldAses le Dim 18 Mar 2012 - 21:29, édité 3 fois (Raison : Ecrit trop petit difficile à lire ^^)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t746-dobbyjunior
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35141
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte court] - L'incendie - PG   Mar 17 Aoû 2010 - 19:56

J'aime bien ce drabble qui met en avant une profession magnifique!!! :mangaj'aime: :mangaj'aime:


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Cali
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Serpent
Messages : 6398
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 40
Localisation : juste derrière vous ^^

MessageSujet: Re: [Texte court] - L'incendie - PG   Mer 18 Aoû 2010 - 23:44

Superbe histoire, écrite sur une profession si dévoué.

Petit coup de gueule perso, quand je pense que cette profession n'est pas considérer comme une profession a risque ça m'énerve au plus au point !!!!!!!


**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t732-cali http://calixetera.livejournal.com/
dobbyjunior
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Serpent
Messages : 316
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 28
Localisation : perdu dans son cerveau
Mon Fandom du moment: : Harry Potter

MessageSujet: Re: [Texte court] - L'incendie - PG   Sam 21 Aoû 2010 - 9:40

Merci je l'ai écrite à la demande de mon petit frère.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t746-dobbyjunior
 
[Texte court] - L'incendie - PG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: