French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack

Aller en bas 
AuteurMessage
UldAses
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
UldAses

Féminin Zodiaque : Sagittaire
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 644
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 39
Localisation : Bessèges, Gard
Mon pairing du moment: : LuciferChloe

[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Empty
MessageSujet: [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack   [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Icon_minitimeDim 7 Nov 2010 - 10:47

Bonjour à toutes et à tous,

Voici donc un défi un peu particulier. C'est un exercice de style, ouvert à tous, sans date-butoir. L'énoncé est simple:

Écrire le noël extraordinaire (d'une façon ou d'une autre) du personnage principal (pas forcément un Jack mais c'est un bonus :p) et ce qui l'a mené à ce Noël extraordinaire (évènement qui aurait commencé à Halloween).

Évidemment, la difficulté augmente au fur et à mesure des réponses, puisque ça bloque certains scénarios et augmentent les contraintes. Cependant, c'est là toute la joie de l'exercice de style! Et chacun devrait essayer au moins une fois! Bien sûr, vous pouvez ajouter ce qui vous plaît dans le scénario tant que la trame originale est respectée et vous pouvais choisir votre style d'écriture, tout est permis! Courts ou longs, one-shot ou multi-chapitres, c'est à vous de voir!

Pour celles et ceux qui penseraient que c'est impossible, voilà l'origine des 'Exercices de style':

Définition: 'Exercices de style' est l'un des ouvrages les plus célèbres de l'écrivain français Raymond Queneau. Paru en 1947, ce livre singulier raconte 99 fois la même histoire, de 99 façons différentes. L'histoire elle-même tient en quelques mots. Le narrateur rencontre dans un bus un jeune homme au long cou, coiffé d'un chapeau orné d'une tresse tenant lieu de ruban. Ce jeune homme échange quelques mots assez vifs avec un autre voyageur, puis va s'asseoir à une place devenue libre. Un peu plus tard, le narrateur revoit ce jeune homme qui est alors en train de discuter avec un ami. Celui-ci lui conseille de faire remonter le bouton supérieur de son pardessus.

Extraits:

Notations
Dans l'S, à une heure d'affluence. Un type dans les vingt-six ans, chapeau mou avec cordon remplaçant le ruban, cou trop long comme si on lui avait tiré dessus. Les gens descendent. Le type en question s'irrite contre un voisin. Il lui reproche de le bousculer chaque fois qu'il passe quelqu'un. Ton pleurnichard qui se veut méchant. Comme il voit une place libre, se précipite dessus.
Deux heures plus tard, je le rencontre Cour de Rome, devant la gare Saint-Lazare. Il est avec un camarade qui lui dit: «Tu devrais faire mettre un bouton supplémentaire à ton pardessus.» Il lui montre où (à l'échancrure) et pourquoi.

Litotes
Nous étions quelques-uns à nous déplacer de conserve. Un jeune homme, qui n'avait pas l'air très intelligent, parla quelques instants avec un monsieur qui se trouvait à côté de lui, puis il alla s'asseoir. Deux heures plus tard, je le rencontrai de nouveau; il était en compagnie d'un camarade et parlait chiffons.

Précisions
À 12h17 dans un autobus de la ligne S, long de 10 mètres, large de 2,1, haut de 3,5, à 3 km 600 de son point de départ, alors qu'il était chargé de 48 personnes, un individu du sexe masculin, âgé de 27 ans 3 mois 8 jours, taille 1 m 72 et pesant 65 kg et portant sur la tête un chapeau haut de 17 centimètres dont la calotte était entourée d'un ruban long de 35 centimètres, interpelle un homme âgé de 48 ans 4 mois 3 jours, taille 1 m 68 et pesant 77 kg, au moyen de 14 mots dont l'énonciation dura 5 secondes et qui faisaient allusion à des déplacements involontaires de 15 à 20 millimètres. Il va ensuite s'asseoir à quelque 2 m 10 de là.
118 minutes plus tard, il se trouvait à 10 mètres de la gare Saint-Lazare, entrée banlieue, et se promenait de long en large sur un trajet de 30 mètres avec un camarade âgé de 28 ans, taille 1 m 70 et pesant 71 kg, qui lui conseilla en 15 mots de déplacer de 5 centimètres, dans la direction du zénith, un bouton de 3 centimètres de diamètre.

Ampoulé
À l'heure où commencent à se gercer les doigts roses de l'aurore, je montai tel un dard rapide dans un autobus à la puissante stature et aux yeux de vache de la ligne S au trajet sinueux. Je remarquai, avec la précision et l'acuité de l'Indien sur le sentier de la guerre, la présence d'un jeune homme dont le col était plus long que celui de la girafe au pied rapide, et dont le chapeau de feutre mou fendu s'ornait d'une tresse, tel le héros d'un exercice de style. La funeste Discorde aux seins de suie vint de sa bouche empestée par un néant de dentifrice, la Discorde, dis-je, vint souffler son virus malin entre ce jeune homme au col de girafe et à la tresse autour du chapeau, et un voyageur à la mine indécise et farineuse. Celui-là s'adressa en ces termes à celui-ci: «Dites moi, méchant homme, on dirait que vous faites exprès de me marcher sur les pieds!» Ayant dit ces mots, le jeune homme au col de girafe et à la tresse autour du chapeau s'alla vite asseoir.
Plus tard, dans la Cour de Rome aux majestueuses proportions, j'aperçus de nouveau le jeune homme au cou de girafe et à la tresse autour du chapeau, accompagné d'un camarade arbitre des élégances qui proférait cette critique que je pus entendre de mon oreille agile, critique adressée au vêtement le plus extérieur du jeune homme au col de girafe et à la tresse autour du chapeau: «Tu devrais en diminuer l'échancrure par l'addition ou l'exhaussement d'un bouton à la périphérie circulaire.»

Vulgaire
L'était un peu plus dmidi quand j'ai pu monter dans l'esse. Jmonte donc, jpaye ma place comme de bien entendu et voilàtipas qu'alors jremarque un zozo l'air pied, avec un cou qu'on aurait dit un télescope et une sorte de ficelle autour du galurin. Je lregarde passeque jlui trouve l'air pied quand le voilàtipas qu'ismet à interpeller son voisin. Dites donc, qu'il lui fait, vous pourriez pas faire attention, qu'il ajoute, on dirait, qu'i pleurniche, quvous lfaites essprais, qu'i bafouille, deummarcher toutltemps sullé panards, qu'i dit. Là-dssus, tout fier de lui, i va s'asseoir. Comme un pied.
Jrepasse plus tard Cour de Rome et jl'aperçois qui discute le bout de gras avec autre zozo de son espèce. Dis donc, qu'i lui faisait l'autre, tu d'vrais, qu'i lui disait, mettre un ottbouton, qu'il ajoutait, à ton pardingue, qu'i concluait.

Polyptotes
Je montai dans un autobus plein de contribuables qui donnaient des sous à un contribuable qui avait sur son ventre de contribuable une petite boîte qui contribuait à permettre aux autres contribuables de continuer leur trajet de contribuables. Je remarquai dans cet autobus un contribuable au long cou de contribuable et dont la tête de contribuable supportait un chapeau mou de contribuable ceint d'une tresse comme jamais n'en porta contribuable. Soudait ledit contribuable interpelle un contribuable de voisin en lui reprochant amèrement de lui marcher exprès sur ses pieds de contribuable chaque fois que d'autres contribuables montaient ou descendaient de l'autobus pour contribuables. Puis le contribuable irrité alla s'asseoir à la place pour contribuable que venait de laisser libre un autre contribuable. Quelques heures de contribuable plus tard, je l'aperçus dans la Cour pour contribuables de Rome, en compagnie d'un contribuable qui lui donnait des conseils d'élégance de contribuable.

Alexandrins
Un jour, dans l'autobus qui porte la lettre S,
Je vis un foutriquet de je ne sais quelle es-
Pèce qui râlait bien qu'autour de son turban
Il y eut de la tresse en place de ruban.
Il râlait ce jeune homme à l'allure insipide,
Au col démesuré, à l'haleine putride,
Parce qu'un citoyen qui paraissait majeur
Le heurtait, disait-il, si quelque voyageur
Se hissait haletant et poursuivi par l'heure
Espérant déjeuner en sa chaste demeure.
Il n'y eut point d'esclandre et le triste quidam
Courut vers une place et s'assit sottement.
Comme je retournais direction rive gauche
De nouveau j'aperçus ce personnage moche
Accompagné d'un zèbre, imbécile dandy,
Qui disait : " Ce bouton faut pas le mettre icy. "

Syncopes
Je mtai ds aubus plein dvyageurs. Je rarquai un jhomme au coublebleluirafe et au chapaltrés. Il se mit en colcautre vyageur car il lui rechait de lui marpier. Puis il ocpa un pce denue lbre.
En fant le mêmin en sinverse, je l'açus à Courome qui prait une lon d'égance àjet d'un bton.

Fantomatique
Nous, garde-chasse de la Plaine Monceau, avons l'honneur de rendre compte de l'inexplicable et maligne présence dans le voisinage de la porte orientale du Parc de S. A. R. Monseigneur Philippe le sacré duc d'Orléans, ce jour d'huy seize de mai mille sept cent quatre-vingt-trois, d'un chapeau mou de forme inhabituelle et entouré d'une sorte de galon tressé. Conséquemment nous constatâmes l'apparition soudaine sous le dit chapeau d'un homme jeune, pourvu d'un cou d'une longueur extraordinaire et vêtu comme on se vêt sans doute à la Chine. L'effroyable aspect de ce quidam nous glaça les sangs et prévint notre fuite. Ce quidam demeura quelques instants immobile, puis s'agita en grommelant comme s'il repoussait le voisinage d'autres quidams invisibles mais à lui sensibles. Soudain son attention se porta vers son manteau et nous l'entendîmes qui murmurait comme suit: «Il manque un bouton, il manque un bouton.» Il se mit alors en route et pris la direction de la Pépinière. Atiré malgré nous par l'étrangeté de ce phénomène, nous le suivîmes hors des limites attribuées à notre juridiction et nous atteignîmes nous trois le quidam et le chapeau un jardinet désert mais planté de salades. Une plaque bleue d'origine inconnue mais certainement diabolique portait l'inscription «Cour de Rome». Le quidam s'agita quelques moments encore en murmurant: «Il a voulu me marcher sur les pieds.» Ils disarurent alors, lui d'abord, et quelque temps après le chapeau. Après avoir dressé procès-verbal de cette liquidation, j'allai boire chopine à la Petite-Pologne.

Sonnet
Glabre de la vaisselle et tressé du bonnet,
Un paltoquet chétif au cou mélancolique
Et long se préparait, quotidienne colique,
À prendre un autobus le plus souvent complet.

L'un vint, c'était un dix ou bien peut-être un S.
La plate-forme, hochet adjoint au véhicule,
Trimbalait une foule en son sein minuscule
Ou des richards pervers allumaient des londrès.

Le jeune girafeau, cité première strophe,
Grimpé sur cette planche entreprend un péquin
Lequel, proclame-t-il, voulait sa catastrophe,

Pour sortir du pétrin bigle une place assise
Et s'y met. Le temps passe. Au retour un faquin
À propos d'un bouton examinait sa mise.

Vers libres
L'autobus
plein
le coeur
vide
le cou
long
le ruban
tressé
les pieds
plats
plats et aplatis
la place
vide
et l'inattendue rencontre près de la gare aux mille feux éteints
de ce coeur, de ce cou, de ce ruban, de ces pieds,
de cette place vide,
et de ce bouton.


CLIQUEZ POUR AIDER UN DRAGON À SORTIR DE SON ŒUF!
[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack UeY7j
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t717-uldases
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 37883
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 57
Localisation : Normandie

[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Empty
MessageSujet: Re: [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack   [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Icon_minitimeDim 7 Nov 2010 - 11:54

Euh... et pour les incultes, on peut avoir un résumé de l'étrange Noël de M. Jack? [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack 942496 Il me semble que c'est un animé dont je n'aimais pas du tout le graphisme, donc je n'ai pas regardé. Je présume que ça n'a rien à voir avec les Contes de Noël de Dickens? [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack 714319

Par contre je connais et adore le livre de Queneau... [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack 953944


[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Signat10[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Cissy_10
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
UldAses
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
UldAses

Féminin Zodiaque : Sagittaire
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 644
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 39
Localisation : Bessèges, Gard
Mon pairing du moment: : LuciferChloe

[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Empty
MessageSujet: Re: [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack   [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Icon_minitimeDim 7 Nov 2010 - 12:29

Pour Cissy:

Jack Skellington, un épouvantail aux allures de squelette (Pumpkin King, « roi des citrouilles » dans la version originale), vit dans la ville d'Halloween. En tant que roi de l'épouvante, Jack occupe ses journées à préparer la prochaine fête d'Halloween. Mais le terrible épouvantail, lassé de cette vie répétitive et monotone, découvrira par hasard la ville de Noël. Après cette aventure, il reviendra chez lui, avec une idée originale en tête... Et si cette année, c'étaient les habitants de la ville d'Halloween qui allaient fêter Noël ?

Bien entendu, ce serait plus dur si on devait coller exclusivement à ce scénario donc, j'ai un peu trafiqué la chose :p
Mais la base reste la même: un Noël étrange (extraordinaire) qui a commencé à Halloween. :)


CLIQUEZ POUR AIDER UN DRAGON À SORTIR DE SON ŒUF!
[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack UeY7j
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t717-uldases
Contenu sponsorisé




[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Empty
MessageSujet: Re: [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack   [Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Exercice de style] L'étrange Noël de Monsieur Jack
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Concours et Défis :: Devant l'horizon :: Défis Devant l'horizon-
Sauter vers: