French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Jeu 1 Déc 2011 - 19:32

(J'ai remodifié l'histoire et je vais essayer de mettre la suite...)

Jour 1

Notre histoire commence en France, dans le Nord-pas de calais, pour être plus précis, à Lille.
Métropole dans le Nord-pas de calais, passage d'un nombre impressionnant de personnes, devenue de plus en plus connus grâce au film d'un ch'tit particulier. Mais ne nous arrêtons pas là. Parmi les écoles, universités et entreprise se trouvait un petit cabinet spécialisé dans la médecine du travail. Nous étions le Jeudi 01 Décembre. Il était midi. Le froid de l'hiver avait fait place à la pluie de l'automne. Les premiers flocons n'étaient pas encore tombé, mais l'esprit de la fête pouvait déjà fleurir au sein des maisons et magasins.
Revenons à ce bâtiment. Une jeune femme âgée de 21 ans venait d'en sortir en criant : "Bonne journée!!!"
Ses collégues lui répondirent, et la jeune femme s'engagea sur la route. Habillée d'un long manteau rouge à capuche et d'une écharpe blanche, elle traverse les ruelles de la grande ville. Sortant de son travail, où elle était en contrat de courte durée, elle espére que ce contrat se renouvelle après les fêtes de fin d'année. C'était sa première année de travail. Cela lui changeait beaucoup de l'école qu'elle fréquentait encore l'année dernière. Elle ne s'était au préalable jamais imaginé qu'à 21 ans, elle serait déjà entrain de travailler. Son parcours assez particulier avait fait qu'elle était devenue secrétaire médicale. Elle aimait son travail. Elle travaillait bien 35 heures par semaine. Et la répartition lui plaisait bien. Le lundi et Mardi elle restait au standard. Le mercredi elle allait aux étages pour accueillir les salariés. Le jeudi, elle ne travaillait que le matin. Faisant les autres jours des journées de plus de 7heures. C'était sa pause, où elle pouvait faire ses courses ou travaillait sur ses projets. Le vendredi, elle se partageait la tâche entre les étages au matin, et l'après midi au standard.

Se réchauffant les mains en soufflant dessus, elle avait déjà en tête se qu'elle allait faire une fois rentré chez elle. Travaillé sur le calendrier de l'aven. Blanche avait cette idée de le publier sur internet comme elle le faisait depuis quatre années maintenant.
Tandis qu'elle prenait le métro pour se rendre à son arrêt de bus, elle regarde le ciel et se met à espérer qu'il va neigeait cette année encore. Même si blanche était née en été, elle adorait l'hiver.

Arrivant enfin à son bus, elle observait les paysage durant le trajet. Elle quitta la grande ville pour se rendre dans son petit village entouré de forêt.

Elle habite une grande maison en plein pied, possédant malgré tout un petit étage, ou plutôt un ancien grenier aménagé en petite chambre à coucher. Blanche y dort depuis que son grand-frère a déménagé. Son grand-frère informaticien en a fait son laboratoire de recherche électronique, ou ordinateur et mécanique s’y mêler afin de découvrir les mystères de cette science.

Blanche a tout changé pour la mettre à son goût. La chambre resta dans des tons bleus, les couleurs reposantes, ainsi que quelques laits de manga. Une passion dévorante dans la vie de la jeune fille, qui laisse cependant place à d’autre passion, comme certaines série Télévisé, ou encore l’écriture et la lecture de romans. Elle aime écrire et lire, rêve même d’être écrivain à ses heures perdues. Mais si se rêve ne s’exhaussait pas, pour elle ce n’était pas la fin du monde. Elle n’a que 21 ans, et un rêve encore plus important à réaliser : Celui de fonder une famille. Cela peut paraître bête, mais elle a toujours été comme ça Blanche. Les études ne sont pas son fort, même en se donnant à 100% dedans. Elle aime bien travailler dans un petit bureau, ou faire de l’accueil. Des missions simples pour le commun des mortels, mais important pour elle. Peu valorisant certes, cependant, elle se sentait bien dans ces petites missions qui lui font penser qu’elle a un but dans sa vie.

Entrant par la porte de son garage, Blanche déposa ses affaires prés de la machine à laver. Elle pose son portable au dessus de cette dernière. Puis va vers les porte-manteaux pour prendre un cintre, y déposer son manteau rouge et son écharpe blanche. Elle prit ses affaires pour les mettre dans sa chambre. Une fois déposées elle descendit voir sa mère.

« Bonjour Blanche. Ta journée s’est bien passée ? » Demande Sonia en ne quittant pas l’enfant des yeux.

« La routine habituelle. Des appels, des patients à accueillir, des médecins parfois en colère. Donc, tout va bien. » Sourit Blanche avant de s’amuser à grimacer devant le petit enfant pour qu’un sourire éclaire son visage.

« D’accord. Au fait, tu as reçu un colis aujourd’hui. Tu aurais pu me dire que tu allais recevoir un colis. » Soupire la mère de famille.


Elle ouvrit la boîte en carton déjà ouverte par sa mère pour y trouver le cadre dont elles ont parlé. Un petit cadre en bois, ayant pour protéger la vitre une petite porte faite elle aussi en bois. Le cadre mesure 30 cm. Le bois est sculpté magnifiquement, laissant apparaître des petits dessins de jouet tel qu’un cheval à bascule, un nounours, ou encore un petit clown sur son cadran. La porte est tout se qu’il y a de plus banale. Pas de sculpture particulière. Même la poignet est tout se qu’il y a de plus banal. Une poignet fait de métal ressemblant à de l’argent. Il y a aussi une lettre dans ce carton. Une lettre écrite sur un beau papier ancien sous forme de parchemin enroulé. Retirant le sceau rouge qui tient cette lettre dans sa position initiale, Blanche découvre une magnifique calligraphie, faite à la main. Son œil d’amateur dans le domaine de l’écriture et du dessin peut distinguer qu’elle fut écrite à la plume, avec une magnifique encre verte. Etonnée par une si belle écriture, elle tente de se souvenir quels amis a une passion pour la calligraphie. Elle se souvient de cette charmante Manon avec qui elle est allée au lycée. Mais elle n’est pas restée en contact après le bac. Ce n’est donc pas elle. Blanche commence à lire la magnifique lettre.



« Chère Blanche,



Est-ce que tu vas bien ? Je pense que oui, malgré les problèmes dans ta famille, je sais que tu es quelqu’un de forte.

Je ne sais pas si tu te souviens encore de moi, nous nous sommes croisés il y a des années déjà. Tu n’étais qu’une enfant à cette époque. Tu dois te demander sans nul doute qui je suis ? Et ta question est tout à fait normale. Mais la réponse ne viendra qu’un peu plus tard, ne t’inquiète pas. J’ai besoin de ton aide aujourd’hui. J’ai vu de là où je me trouve que tu as toujours adoré la période de Noël, encore plus que celle de ton anniversaire. Mon problème est bien grave et peu de gens peuvent intervenir. Et si je ne le résous pas maintenant, le monde entier pourrait en subir les conséquences.

Je t’ai envoyé ci-joint un cadre magique. Afin de venir me voir tu dois prononcer avant d’ouvrir la petite porte : « Je crois toujours en l’esprit de Noël. »

Je sais que cela peut paraître fou, mais je t’en prie crois moi.



J’espère que nous nous verrons très vite.



Isidore. »



Cherchant dans sa mémoire si elle a déjà connu un Isidore, elle essaye de mettre un visage sur ce nom. Hélas, le seul Isidore qu’elle connait est fictif : Isidore de Yu-gi-oh Gx.

Non, ce n’est pas possible, puisqu’elle était adolescente au moment où elle a vu cette série.

Blanche regarde le cadre. Magique, se demande-t-elle en tenant le cadre dans ses mains. La jeune femme aime tous se qui se rapporte de prés ou de loin à la magie, mais elle a toujours eu peur de l’essayer. Ou plutôt de s’en servir. Elle sait déjà lire dans les lignes de la main et tirer les cartes de tarot, pour elle s’est amplement suffisant. Cependant, elle ne peut pas s’empêcher de se demander qui est ce mystérieux commanditaire. Qui est cet Isidore qui la connait apparemment si bien. Va-t-elle, en ouvrant cette petite porte y découvrir une photo ? Elle prit le cadre et lentement ouvrit cette mystérieuse porte. La déception fut de rigueur quand elle ne vit ni photo, ni même un dessin à l’intérieur. Elle se remémore alors la lettre. La formule magique a récité avant d’ouvrir cette petite porte. Elle la referme et ferme ses propres yeux. Et si jamais cela explose ? Et si elle se transforme en une créature mystique, ou en animal ? Soupirant, elle se trouve bête en pensant à tout cela. Inquiète tout de même, elle préfère assurer ses arrières en laissant bien en évidence la lettre sur son lit. Assise en tailleur sur ses couvertures, elle prit le cadre dans ses mains.

« Il n’y a pas d’autre choix. » Pense-t-elle en tenant fermement la poignet de la petite porte.

« Je crois toujours en l’esprit de Noël ! » articule-t-elle avant d’ouvrir la porte. Soudain, une immense lumière l’envahie. Envahissant toute la pièce, Blanche senti soudainement une main attrapant son poignet. Sous le coup de la surprise, elle ne peut pas résister à cette force qui l’attire. Elle vit sa main entrer dans le cadre, puis se senti rétrécir pour que l’ensemble de son corps arrive à traverser ce dernier. Sans attendre, elle est transporté dans un immense tunnel fait de son et de lumière. Elle peut reconnaître le son de petit marteau tapant sur du bois. Elle reconnu aussi le bruit des trains électrique que son grand-frère met le soir de Noël sous le pied du sapin. Et puis c’est au tour d’une boîte à musique. Les lumières éblouissent tellement la jeune adulte qu’elle ne peut même pas distinguer les couleurs qu’elle voit. Et brusquement, elle sent qu’elle tombe sur le sol. Les lumières se sont atténuées. Maintenant, Blanche peut voir correctement le décor qui l’entoure. Quelle surprise quand elle vit des enfants aux oreilles pointues courir dans tous les sens pour travailler sur différents jouet. L’atelier en lui-même est spectaculaire. Il est tout en bois massif. Gardant soit sa couleur naturelle, ou étant peint en Vert ou en Rouge. Il est sur trois niveaux où se partage différents plans de travail. Le premier niveau possède une dizaine de petits plans de travail. Les elfes construisent des petits trains en bois, des jeux de construction, des voitures miniatures et d’autres jouets en bois qui pourrait convenir à beaucoup d’enfant de bas âge. Au deuxième niveau, Blanche voit des jouets un peu plus élaboré, possédant de la mécanique et de l’électronique. Evidement, ce n’était pas les jouets qu’elle aurait put retrouver dans un hypermarché. Mais ils avaient l’air impressionnant tout de même. Enfin au troisième niveau, elle retrouva des peluches, des poupées pour les enfants quelques soit leur sexe et leur préférence. Certains ressemblaient à celle de marque connus, mais beaucoup en été des créations personnelles.

Blanche vit aussi au centre de ses trois niveaux, un îlot central. Une sorte d’immense bureau à tapis roulant où de nombreuses lettres passent devant les yeux experts de ses elfes. Un ordinateur est à disposition de chacun et visiblement, les elfes notent quand l’enfant est gentil ou méchant afin de l’insérer sur une liste qui sera sans doute imprimé pour le Père Noël.

La jeune femme ne se remet pas de sa surprise. L’atelier du Père Noël. En étant enfant, elle avait vu tellement de reproduction. Elle a aimé y croire, même quand ses camarades de classes lui ont assuré qu’il n’existait pas, mais au fond d’elle, elle a trouvé un moyen détourner de continuer de croire en son rêve. Elle n’arrête pas de se répéter à cette période, que le Père Noël est en chacun de Nous. Que chacun est le Père Noël d’une autre personne, puisqu’elle veut lui offrir un cadeau pour voir le plus beau sourire. Cela pouvait un parent pour un enfant. Un mari pour sa femme. Un grand-père pour ses petits enfants. Un frère pour une sœur. Voilà comment elle voit Noël.



« Tu as fait vite dis-moi ! » s’écrie un jeune adolescent, les cheveux argentés descendant jusqu’aux épaules pour finalement se finir en tresse, les yeux verts. Un petit air espiègle se dessinant sur son visage.

Des souvenirs reviennent en mémoire de la jeune adulte. Une partie de sa vie en particulier. Un jour où elle est allée en Belgique. Il y avait un marché de Noël, où des automates d’ours polaire se mêler à de petits pingouins. Et puis à un coin de ce marché, il y avait ce grand traineau fait de bois. Une immense couverture rouge qui couvrait l’ensemble du siège du Père Noël. Blanche voyait ses enfants qui couraient vers le Père Noël, souhaitant à tous d’être bien sage avec les parents. Elle n’avait pas eu le droit d’aller le voir. Ses parents avaient des fleurs à acheter. Sa grande sœur ne voulait plus y croire et ne voulait plus se charger d’accompagner sa petite sœur. Mais Blanche n’avait pas dit son dernier mot. Echappant à la surveillance de ses parents, elle décida toute seule de se rendre au traîneau, avant de revenir bien vite vers ses parents. Elle n’allait pas rester longtemps. Juste le temps de dire bonjour et repartir aussi vite. Blanche arriva enfin au traîneau du Père Noël. Le vieil homme en rouge était hélas déjà parti. Blanche soupira et regarda autour d’elle. Il y avait tellement d’adulte autour d’elle qu’elle ne savait plus par où passer. S’excusant continuellement pour passer, elle comprit que les adultes ne l’entendaient pas avec sa toute petite voix. Elle avait beau essayé de passer entre les personnes, elle n’arrivait pas à trouver ses parents.

Apeurée, triste aussi d’avoir désobéit à l’ordre de ses parents, elle s’était assise près d’un rayon de peluche, en attendant simplement qu’on vienne la chercher. Elle ne comprenait pas les mots qui se disaient. Le belge, le flamand, elle ne le comprenait pas. Puis au milieu de tous ses adultes, un adolescent s’approcha d’elle. Le même adolescent aux cheveux argentés tombant jusqu’aux épaules en tresse, les yeux verts pétillants, l’air espiègle sur son visage, et ses oreilles pointues.

« Eh bien petite coquine, que fais-tu ici toute seule ? » demanda l’adolescent.

« Je…J’ai voulu aller voir le Père Noël. Mais comme mes parents devaient prendre leurs courses, j’ai voulu y aller toute seule. Quand je suis allée au traîneau, le Père Noël était déjà parti. Alors j’ai essayé de trouver mes parents et finalement je suis restée ici parce que je ne les trouve pas. » Pleura Blanche en s’essuyant les yeux avec sa manche.

« Ne t’inquiète pas Blanche. Tu va venir avec moi. Nous allons à l’accueil du magasin et tu verras tes parents vont te retrouver. » L’adolescent tendit sa main vers la petite fille, qui l’a prit avec un peu de méfiance. Elle voulait trouver ses parents, mais elle avait toujours entendu qu’il ne fallait pas suivre un inconnu.

Peut importe. Elle prit la main et suivit cet elfe. Elle ne savait pas comment il savait son nom et aimer croire qu’il s’agissait d’un vrai elfe.

Arrivant à l’accueil du magasin, l’adolescent expliqua à une hôtesse d’accueil se qui était arrivé à la jeune enfant. L’hôtesse prit tout de suite l’initiative de transmettre un message dans les haut-parleurs.

« Bon, notre route se sépare ici. Soit bien sage Blanche, et obéit bien à tes parents. » Ordonna l’adolescent en se retournant pour repartir à son travail. Mais l’enfant attrapa la manche de son sauveur pour lui demander avec une toute petite voix.

« Comment t’appelles-tu ? »

L’elfe sourit. Il se mit face à la jeune fille, puis se pencha vers son oreille pour lui murmurer tout doucement.

« Isidore. »

Le nom résonne encore dans sa tête d’adulte. Isidore. L’elfe qui l’a amené à l’accueil du magasin, avant qu’elle ne retrouve ses parents. Son elfe qu’elle a croisé une fois dans sa vie et qui l’a beaucoup marqué dans son enfance. Ce même elfe qui se trouve maintenant devant elle, n’ayant aucun changement dans ses traits du visage, ou même dans sa voix. Comme si le temps n’a pas eu d’effet sur lui.

« Tu as perdu ta langue ? Tu étais plus bavarde à l’époque. » Sourit Isidore en frottant les cheveux de l’adulte.

« Ce n’était donc pas une illusion. C’était bien vous qui m’avez aidé dans ce magasin. »

« Tutoies moi, je n’ai que 200 ans. Je suis encore jeune !!! » S’énerve un peu l’elfe. « Mais je te remercie pour avoir conservé un certain souvenir de notre rencontre. »

« Vous…Euh non. Tu m’as appelé parce que tu a besoin de mon aide ? » Demande Blanche réalisant enfin la réalité de la situation.

« Oui, enfin, par où commencer. » S’embrouille Isidore en frottant ses cheveux avec ses mains. « Je crois qu’il faut que je t’explique la situation dans laquelle nous nous trouvons. Comme tu as pu le constater, nous fabriquons nous même nos jouets pour les enfants du monde entier. Nous avons de plus en plus d’enfants et nous sommes heureux de notre travail. Seulement voilà. Les adultes d’aujourd’hui forment les enfants de Demain. Et bien souvent, ils expliquent dés leur plus jeune âge de ne plus croire au Père Noël. Les enfants sont donc de moins en moins sages. Ils préfèrent de loin les mensonges, les bagarres et la guerre, aux sucreries, bonbons et à aider son prochain. »

« C’est hélas l’évolution de la société. » Soupire Blanche en levant ses épaules.

« Le plus tragique dans tout cela, c’est que si dans 24 jours nous n’arrivons à donner l’esprit de Noël à plus d’un millions de personnes, alors nous allons… » Isidore ne put terminer sa phrase. Posant sa main sur son cœur. Son visage laissé apparaître une profonde tristesse et une blessure. « Nous allons disparaître. »

« COMMENT CA DISPARAITRE ? » s’étonne Blanche, qui vient enfin d’accepter l’idée qu’un elfe, l’atelier du Père Noël et tout se qu’elle voit puisse exister.

« Tout se qui se rapporte de près ou de loin va tomber peu à peu dans l’oubli. »

« C’est impossible !!! Tant qu’il y a des personnes comme moi, il est impossible de ne plus croire à Noël. »

« C’est pour cela que j’ai contacté le maximum de personne pour réaliser notre objectif. Redonner l’esprit de Noël au plus grand nombre de personnes. Ils viennent de tous les coins du monde. Et tu es celle qui va s’occuper de l’Europe. »

« Euh…Je veux bien t’aider. Mais comment je dois faire ? Je ne sais qu’écrire un calendrier de l’aven que je publie sur internet. Je ne sais pas réaliser des miracles ou des tours de magie moi. » Soupire Blanche en regardant les elfes autour d’elle.

« Ton calendrier de l’aven est un premier pas. Continue-le. Publie-le pour qu’un bon nombre de personnes puisse le lire. Par contre, pour se qui est de la magie, je vais te donner un petit objet secret. »

Isidore se retourne vers un jeune elfe qui lui tend un collier, avec un pendentif spécial. Une montre à gousset d’une quinzaine de centimètre de diamètre. Tout en vieil or. Cette montre est très particulière. Contrairement aux montres classiques comprenant un cadran divisé en 12 heures, celui-ci a un cadran divisé en 24 heures. Les aiguilles étaient elles aussi en or, les chiffres peints en vert et rouge.

« Tient voici une montre magique. Elle te permettra de voir le temps qui te reste pour essayer de convaincre le plus de personnes à adhérer à l’esprit de Noël. Tu verras que plus tu persuade les personnes à croire en cet esprit, plus la montre scintillera. »

Prenant la montre en main, elle vit que la petite aiguille était sur le 1, alors que la plus grande se situait entre le 13 et le 14.

« Comment elle fonctionne ? Et quels sont ses pouvoirs magiques ? »

S’approchant d’elle, Isidore se colle derrière son dos, pour manipuler avec elle la montre. Il montre avec son index la plus petite aiguille. « Tu vois cette aiguille te montre le jour que nous sommes en ce mois de décembre. » Il glisse le doigt sur son cadran vers la grande aiguille. « En revanche, celle là te montre l’heure qui est actuellement. Tu trouveras par la suite, quand tu utiliseras la magie une troisième aiguille qui sera rouge et verte. Elle te servira à mesurer la magie qui te reste pour la journée. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Tu as droit d’utiliser 24 sorts par jour. Tu te rendras compte bien rapidement, puisque tu vas utiliser la magie pour quitter cet endroit. »

« Tu ne m’as toujours pas dit quels genre de sort j’aurais le droit d’utiliser ! » S’énerve la jeune femme en montrant la montre.

« Je ne peux pas te le dire. Cela dépend simplement de ton cœur. » Répondit Isidore avant de prendre les mains de la demoiselle. « Maintenant, tu vas retourner chez toi. Imagine ta chambre, la dernière image que tu en as. La dernière seconde avant d’être emporter par ce tourbillon. Maintenant ferme les yeux. » Blanche s’exécute, obéit aux ordres. Elle revoit sa chambre comme elle l’a laissé. Le sac posé sur le sol. Le cadre sur les couvertures. Les mangas éparpillés près du lit.

« Bon courage Blanche. » susurre Isidore en lâchant les mains. A peine a-t-elle entendu ses mots, qu’elle ouvre ses yeux et se retrouve dans sa chambre.

« Est-ce que j’ai rêvé ? » se demande Blanche en se tournant vers son horloge. Elle remarque qu’il est la même heure qu’avant son départ ou rêve. Elle sent quelque chose dans sa main et entend un tic tac. L’ouvrant, elle vit la montre à gousset donner par le jeune Isidore.

« Tout ceci était bien réel ? » s’étonne-t-elle avant de voir apparaître la troisième aiguille aux couleurs rouge et vert. La serrant prés de son cœur, elle ferme les yeux. Si elle ne réussi pas sa mission alors, Noël disparaitra.

« Je dois commencer dés aujourd’hui. Envoyons le calendrier de l’avent et… » Se motive-t-elle avant de se souvenir que ce dernier n’est souvent lu que par une centaine de personne. Par ailleurs, elle a beaucoup de mal à y placer des petites animations, dessins animés qu’elle aurait créé avec des dessins et des musiques. Elle veut le réaliser sans l’aide de la magie. Remontant ses manches, elle se mit à travailler sur ses dessins. Il est 13h30 quand elle commence les premières esquisses. Il lui fallut au moins 3 heures pour terminer ses brouillons. Affalée sur son lit, à moitié épuisée, elle se rendit compte de l’ampleur de cette tâche.

« Je ne vais jamais finir avant demain si cela continue. Je vais sûrement être trop fatiguée pour moi travailler demain. Non, il faut que je me ressaisisse. » Regardant la montre, elle se demande si cela n’est pas de la triche que demander soit d’arrêter le temps, soit de permettre de réaliser ses dessins le plus vite possible. Prenant la montre dans sa main, elle ferme les yeux. Elle ne sait pas si cela se réalisera, ni si cela va aider à gagner plus de lecteur, mais elle y croit fort.

« Je souhaite pouvoir réaliser le plus rapidement possible tous les dessins pour le calendrier de l’aven. »

Une lumière illumine la montre et tout le corps de Blanche. Le temps se fige, les feuilles et les crayons se mettent à voler pour finalement se lancer dans une folle danse. Les traits se dessinent sur les feuilles, les couleurs s’y insèrent. Les images dans la tête de la jeune femme prennent forme pour finalement apparaître devant elle. Une centaine de dessins prêt à être utiliser pour illustrer ce magnifique calendrier.

Une fois en main, elle les vit voleter vers le rez-de-chaussée pour finalement se scanner tout seul et entrer dans l’ordinateur. Enfin, le tout est envoyé sur son ordinateur attendant que sa maîtresse mette le tout en forme pour le calendrier.

« Je n’aurais jamais cru que cela pouvait être possible. » s’étonne Blanche en observant l’ensemble des images sur son ordinateur. Le gain de temps que lui a permis ce tour de passe-passe, est une aubaine. Elle consacre ainsi du temps à la mise en page de son calendrier, et à la création d’un blog où elle mettrait tous les jours ce calendrier. Maintenant, elle peut réellement convaincre plus de personne, petits comme grands de le lire, ou du moins d’y croire pendant un petit laps de temps.


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)





Dernière édition par juliabaku le Ven 2 Déc 2011 - 18:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Louzanes
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Rat
Messages : 8401
Date d'inscription : 12/09/2011
Age : 44
Localisation : Sous l'étang !!!! Venez me chercher si vous l'osez

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Jeu 1 Déc 2011 - 19:52

Superbe entrée à la matière ! bravo

Un cadre magique ! Passes-le moi, j'ai pleins de truc à faire avec ! rire démoniaque

J'aime beaucoup ton dessin


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2930-louzanes
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Jeu 1 Déc 2011 - 22:13

Un très joli début, plein de poésie...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14017
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 50
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Jeu 1 Déc 2011 - 22:48

beau début la Miss .


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Ven 2 Déc 2011 - 8:36

J'ai modifié aussi cette partie...Bonne lecture...

Vendredi 02 Décembre : isidore et Blanche

Un jeu de son et de lumière illumine la chambre si sombre. Il est déjà six heures. La main tâte le chevet pour essayer de trouver l’appareil multifonctions qui sert essentiellement de réveil. Une fois le bouton enclencher, la sonnerie arrête, tandis que le jeu de lumière continue. Blanche a un peu de mal à se réveiller ce matin d’hiver. Il faut avouer qu’elle a encore du mal à réaliser se qu’elle vient de faire la veille. Avec l’aide de sa montre à gousset, elle est parvenue à entrer dans un monde merveilleux et d’en ressortir. Puis, elle a utilisé cette magie pour réaliser ses dessins le plus rapidement possible et surtout pour embellir son calendrier de l’aven, le rendre plus attrayant pour le reste des lecteurs. Ainsi Blanche put créer le blog du calendrier de l’avent. Une fois le tout mit en place elle lança le premier jour sur internet en espérant pouvoir tirer un certain succès et réaliser sa mission. Le réveil est difficile cependant. Etrangement, elle se sent plus fatiguée que d’habitude.

« Peut être un manque de magnésium. » pense Blanche en se levant. Elle allume sa lampe de chevet, se dirige vers sa fenêtre, lève le store, ouvre la fenêtre, avant de recevoir un peu de neige sur sa figure. Il faut dire, que lorsque l’on a une fenêtre collé sur un toit, les risques de chute de neige sont fréquents en Hiver.

« Bon, je crois que là, je viens d’être réveillé !!! » peste-t-elle intérieurement pour ne pas réveillé sa petite sœur. Elle prend un petit mouchoir qu’elle a toujours sur son bureau, s’essuie son visage trempé, avant de se rendre vers son petit aquarium, où vivent 5 petits goupis surnommé affectueusement : les Gouby’s !!! Blanche allume leur lumière afin de leur fournir un peu de chaleur. Ces petits poissons ont bien le droit d’avoir un peu de soleil eux aussi. Certes artificiel, mais quand même. Enfin voilà. La jeune femme se dirige vers son escalier sombre. Allume la lumière et descend l’escalier sans faire de bruit. Elle se rend par la suite vers la cuisine afin de prendre son petit déjeuner. Comme à son habitude, elle est la première à se lever. Et chaque matin, le même rituel. Elle se lève. La chienne Nina, un cocker de 8 ans, continue de roupiller malgré la lumière, tenant entre ses pattes un torchon qu’elle pique constamment pendant la nuit. Blanche a déposé ses affaires dans la salle de bain, avant de prendre son petit déjeuner. Un bol de céréales, un yaourt, une petite gourmandise au lait avec une génoise à l’intérieur et une fine couche de chocolat craquant, ayant comme marque un pingouin, ainsi qu’un verre de thé à la pêche. Parfois, quand elle en a le temps, elle s’autorise à prendre un mug de thé bien chaud. Mais pas aujourd’hui, elle doit se préparer pour aller travailler. Il est 6h05 quand le patriarche de la famille se réveille. La moustache noire caractéristique de cet homme, ses cheveux noir en pétard le matin, les petits yeux encore sous l’effet du sommeil, manquant de visibilité sans leur monture. Ce qui faisait aussi la caractéristique de cet homme était sa taille. Il mesure 1m63 et sa fille 1m61. En bref, il est parfois plus petit que les autres filles. Cela amuse énormément Blanche qui s’est fixé comme objectif de le dépasser en taille. Juste pour s’amuser. Son père arrive à côté de sa fille.

« Bonjour Blanche. » lui dit-il avant de s’approcher d’elle afin de recevoir son baiser sur sa joue traditionnel du matin.

« Bonjour mon papounet. » répond la jeune femme toujours très affective avec ses parents.

« Bien dormi ? »

« Oui. »

Puis le père part dans la salle de bain. Blanche commence à entamer son petit déjeuner. Elle a l’habitude de prendre son petit déjeuner pendant que son père se lave. Il lui arrive même de regarder la télé en l’attendant. Blanche s’installe dans son canapé, après avoir fini son petit déjeuner, prend un plaid pour s’installer confortablement et ne pas avoir froid. Puis comme tous les matins, elle met les informations afin de se tenir au courant. Souvent elle arrive à la page des sports, puis passe les grands titres des quotidiens. C’est le moment privilégié pour le réveil de Sonia la mère de famille. Avec son gilet rose pastel, ses grosses pantoufles, elle prend son café, s’installe dans le canapé, dit bonjour et se blotti dans un second plaid. Elle observe avec sa fille les informations et quelque chose attire son attention. En grand titre, le présentateur montre un énorme titre avec des Père Noël tout autour : « L’esprit de Noël est une passion pour certains. ». Intriguée par le titre, la jeune femme ne fit même pas attention que son père vient de finir de se laver et que s’est à son tour de s’y rendre. Elle veut à tout prix savoir pourquoi un pareil titre.

« Dans 22 jours nous fêterons la veille de Noël. C’est un moment privilégié pour les enfants dans le monde entier. Nos envoyés spéciaux ont remarqué que certaines personnes dans le monde avaient profité de cette occasion pour réaliser des choses extraordinaire. » Commente le présentateur à la cravate violette et à la veste noire.

« Comme vous le dîtes mon cher Gérard. Nos envoyés spéciaux nous envoient ces images. » Continue la jeune femme à la robe assortie à la cravate de son collègue.

Le reportage passe et Blanche observe avec attention les images qui défilent. Elle s’aperçoit qu’en Italie, une dame d’un certain âge se mettait à préparer d’immense pâtisserie en les offrant aux enfants, leur demandant de rester sage jusqu’à Noël, que s’ils voulaient les gâteaux secrets del Babbo Natale. En Amérique, c’est un jeune artiste qui fabrique des jouets en bois le jour et des statues de glace l’après midi. En Russie, un petit groupe d’adolescent s’était mit à créer un grand site sur internet pour mettre en ligne des musiques qu’ils ont eux même composé. Et un peu partout sur la planète des exemples fusent, comme en Angleterre où chaque soir une troupe de théâtre met en scène des contes de Noël pour les enfants et leurs parents. Chacun affirme qu’ils ont été envoyé par le Père Noël pour transmettre l’esprit de Noël au maximum de personnes dans le monde.

« Mais en France, avons-nous un ambassadeur du Père Noël ? Nous sommes à sa recherche. » Conclue le narrateur fermant le reportage.

Blanche se lève du canapé et passe dans la salle de bain. Tout en se lavant, elle repense à ses images. Les autres ambassadeurs font un travail magnifique. Elle se contente du minimum. Elle n’écrit qu’un calendrier de l’aven qui n’a pas un grand succès visiblement. Elle n’arrive pas à la cheville des autres ambassadeurs. En pensant à cela, elle s’essuie son visage. Certes, ils ont affirmé qu’ils sont les ambassadeurs, mais pourquoi elle ne veut pas le dire ? Tout simplement parce qu’elle n’aime pas faire trop de bruit. Elle est du genre discrète. Elle souhaite créer des petites choses sans déranger personne. Et son calendrier de l’aven est bien le reflet de sa timidité.

Mais là n’est pas le problème, elle doit faire quelque chose pour l’embellir et que tout le monde le lise. Enfin, pour le moment, le temps est venu de partir au travail. La journée s’annonce calme et reposante. Enfin, presque. Il faut faire les bilans de fins d’années avec les différentes entreprises. Puis prévoir les prochains rendez-vous. Bref un gros travail en perspective. Même si elle n’a pas encore de médecin à s’occuper, Blanche gère l’accueil ce vendredi matin, et le standard l’après midi. Son travail consiste alors d’accueillir les patients en matinée vers les médecins, et l’après midi, elle prend les appels et retransmet les messages aux secrétaires. Entre temps, elle pu manger et demander à une de ses collègues quelques conseils pour mettre en valeur un blog.

« Fais de la pub ! Envoie des tonnes de messages ! Fais-toi pleins d’amis !! » lui conseille-t-elle. Mais c’était mal connaître la petite blonde, qui n’aimait vraiment pas se mettre en avant.


Blanche laisse un petit temps de réflexion pour son idée. Elle se concentre avant tout sur son travail d’accueil et espère trouver une idée une fois le boulot terminé.

Mais ce fut peine perdue. Une fois dehors, vers 17h30, le ciel prit son manteau noir. Les étoiles commencent à briller, et les illuminations décorent la ville. Le froid s’installe aussi. Blanche se dirige avec un peu de maladresse vers le métro. Pendant qu’elle réfléchit à une idée, elle ne voit pas qu’elle se prend les pieds sur une marche. Avant même d’avoir pu dire ouf, elle se sent attiré par le sol. Et la cascade arrive. Pensant qu’elle allait se faire atrocement mal, Blanche eu le réflexe de se mettre en boule et de mettre ses mains sur son visage. Au lieu de sentir une douleur, elle eu l’étrange surprise de ressentir une grande douceur. Une odeur sucrée traverse ses narines, puis une voix douce lui demande : « Ca va vous n’êtes pas blessée ? »

Il ne lui fallut pas moins de quelques secondes pour reconnaître immédiatement la voix d’Isidore.
Cette voix, elle l’a reconnue. Comment l’oublier avec cet événement si magique et particulier. Isidore était bien en face d’elle, les cheveux attachés, habillé en costume vert et cravate rouge. Ses oreilles étaient dissimulées comme par magie.

« Vous allez bien ? » répète-t-il.

« Euh…oui… » répondit Blanche en essayant de ne pas se faire remarquer plus que la normale. Les regards étaient déjà tourné vers elle à cause de sa chute, et maintenant beaucoup de remarque de jeune demoiselle se firent entendre.

Isidore prit la main de la jeune femme pour la mettre sur ses deux jambes, avant de lui dire : « Laissez moi vous accompagner. » A nouveau, les filles rougirent en entendant ces belles paroles. Elles voulurent être à la place de cette chanceuse. Mais Blanche savait parfaitement que cette rencontre n’était pas du au hasard. Isidore avait sans nul doute une idée derrière la tête.

Dans le métro aussi, le jeune elfe fit sensation. Les regards se portaient sur lui, qui avait eu la délicatesse de prendre les affaires de la jeune femme, pour ne pas blesser sa fragile épaule. Blanche se sentait de moins en moins à l’aise, mais elle ne souhaitait pas dire le fond de sa pensée. Peut être parce que la jeune femme savait que si elle disait un mot de travers, les personnes aux alentours allaient sûrement la trouver bizarre. Elle ne voulait plus se faire remarquer. Pour quelles raisons ? Tout simplement, depuis sa petite enfance, Blanche était de nature très maladroite. Non seulement avec les mots, car elle est dyslexique, mais aussi par les gestes. Il lui arriva ainsi lors de fêtes des écoles ou autres manifestations de ce genre de renverser un verre de jus de fruit sur des costumes, de tomber en pleins milieu d’un spectacle de danse, d’oublier totalement sa réplique dans une pièce de théâtre, de pleurer pendant qu’elle chantait car elle ne se souvenait plus de ses paroles. Bref, la maladresse naturelle.

« A quoi tu penses ? » demande Isidore en voyant Blanche dans ses pensées.

« A rien de spécial. Ne vous inquiétez pas. » sourit Blanche, en cachant ses pensées.

« Maman !!! Maman !!! Pourquoi je n’ai pas de calendrier de l’avent moi ? » râla un petit garçon âgé de 9 ans face à son petit frère de 6 ans.

« Tu sais très bien que je ne peux pas t’acheter de calendrier de l’aven. Sinon, nous n’aurons pas assez d’argent pour faire un beau cadeau à papa. » répondit une femme âgé d’une trentaine d’années.

« J’aimerais bien faire un cadeau à papa. Mais j’aimerais aussi avoir un calendrier de l’aven rien qu’à moi. » murmura le petit garçon avec un air triste.

« C’est maintenant que tu dois agir ma grande. Allez, tu l’a préparé ce calendrier de l’aven. Ce petit garçon pourra sourire à nouveau. »

Blanche avait tout préparé. Des petites cartes de visites où il était inscrit le nom du blog sur lequel elle écrivait son calendrier de l’aven. Au moment où elle prit une de ses cartes de visites dans sa poche, elle senti la peur montée en elle. Une petite voix dans sa tête lui suggérait de ne pas faire ce geste. La mère pourrait s’emporter et ne pas accepter de prendre cette carte de visite, ou pire pensait d’elle qu’elle est une pirate informatique. La peur prenant le dessus, Blanche rangea sa carte, avant de sentir la main d’Isidore allait la récupérer. Rouge de gêne de sentir la main d’un homme dans sa poche, Blanche vit sa carte de visite dans les doigts d’Isidore qui se dirigea sans gêne vers la mère et son enfant.

« Madame, excusez-moi de vous importuner. J’ai entendu votre conversation avec votre fils. Et il se trouve que mon amie écrit actuellement un calendrier de l’aven qu’elle publie sur un blog. Il est accessible par internet et gratuit. Si jamais vous voulez y faire un tour pour votre enfant. Je vous donne la carte avec son adresse internet. Après vous n’êtes pas obligé d’aller voir. » s’exclame-t-il avant de descendre avec Blanche à la station de métro. « Bonne journée à vous madame. »

Blanche resta silencieuse quand à l’intervention de son nouvel ami. Elle aurait voulu être aussi épanoui que lui et surtout avoir cette force d’aller vers les gens. Mais sa timidité, ses peurs reprennent bien souvent le dessus.

« C’est pour cette raison que je suis là. » souligne Isidore en regardant Blanche. « Tu as beaucoup d’imagination, mais ta timidité est un frein. Evidement, tout le monde a des défauts. Et je suis là pour les compenser. »

En entendant cela, Blanche rougit à nouveau et tout en prenant le second métro avant de se rendre à son arrêt de bus. Sur la route, elle revoyait les images de ses personnes qui étaient des ambassadeurs de l’esprit de Noël, réalisant des chef d’œuvre pour la période magique de Noël. Et chacun d’entre eux faisait leur œuvre seul et surtout s’était fait connaître assez rapidement. Quand à elle, elle devait se faire aider d’un elfe. Elle savait que le plus important était de réussir sa mission, mais elle aurait préféré le réaliser seul.
Arrivée à son arrêt de bus, Isidore la suivit pour prendre l'engin afin de se rendre chez elle. Comme à son habitude, sur la route, Blanche en profitait pour boucler du travail, surtout au niveau de son boulot. S'assurer que tout soit boucler et en ordre. Parfois, elle pouvait travailler sur ses histoires. Mais cela était rare.

"Ne tombe pas malade." sourit Isidore en frottant les cheveux de la jeune femme.
"C'est bon, je ne suis plus une gamine." répondit-elle en s'écartant légèrement de ce garçon.
Mais l'elfe n'était pas rancunier. Il s'amusait au contraire. Visiblement, l'idée de disparaître ne lui faisait pas peur. Il semblait avoir totalement confiance envers cette jeune femme.
Il fallut au moins une heure pour arriver chez elle.

Blanche sortie et vit que Isidore continuer à la suivre.
"Tu vas me suivre jusqu'où là ?"
"Jusqu'à chez toi."
"Tu compte vivre chez moi!!!" s'énerve-t-elle en rougissant immédiatement.
"Tu as trop d'imagination toi. Bien sur que non. J'ai prévu d'aller à la maison d'hôte pas très loin de chez toi. Cependant, j'aimerais bien m'assurer que tu rentres bien chez toi." sourit-il en voulant s'assurer qu'elle rentre sans faire demi-tour.
"Je ne suis pas du genre à partir à l'aventure n'importe comment, sans prévenir qui que se soit."
"Je le sais. Tu es plutôt du genre à t'enfermer dans ta chambre. A rester dans ta bulle."
"C'est faux, je vais me promener en forêt de temps à aux autres pour trouver de l'inspiration."
"Mais est-ce que ça te permet de te sentir mieux ?"
Blanche s'arrêta devant la porte de son garage. Serrant ses clés, elle s'apprêta à rentrer rapidement dans le garage et fermer la porte au nez de l'elfe. Le message aurait été clair : "fiche moi la paix !"
Seulement, il y avait un petit problème, la porte était fermée à clé, et les clés étaient restées sur le verrous à l'intérieur. En d'autre therme, Blanche n'avait d'autre choix que de passer par la porte d'entrée.
Rougissant, elle s'avança rapidement en direction de la porte d'entrée pour frapper. Isidore avait visiblement de rencontrer fortement la mère puisqu'il suivit la jeune femme jusqu'au palier de la porte.
"Mais qu'est-ce que tu fiches ?" demanda la jeune femme, avant de voir que sa mère venait d'ouvrir la porte.
"Oh, tu aménes un ami." sourit la mère en voyant le jeune Isidore derrière sa fille.
"Oui, je suis un de ses amis. Nous écrivons de temps à autres ensemble."

Après les présentations avec la mère de famille, l'elfe fut entraîné dans la chambre de Blanche. Il y découvrit la décoration de peluche et de livres. Parmi ces livres se trouvait un dont la couverture était faite de cuire rouge et un titre doré "les contes des frères Grims."
Blanche entra dans sa chambre pestant contre sa mère, et voulant à tout prix que l'elfe s'en aille pour qu'elle puisse travailler sur le calendrier. Voyant que ce dernier ne voulait nullement lui céder, elle lui avoua le fond de sa pensée.

"Les autres n'ont pas besoin d'elfe pour se faire connaître. Alors pourquoi es-tu venu ?"
Lui souriant, posant sa main sur sa tête, il frotta ses cheveux en lui répondant :
"Tu sais, tu n'es pas la seule à avoir de l'aide. Différents elfes sont allés prêtés main fortes à chacun des ambassadeurs. La seule différence est que tu reconnais avoir besoin d'aide et que tu le montre. Les autres font semblant que non. Ils partent tout de suite sur des projets spectaculaire. Mais ils ne tiendront pas longtemps. Ton projet est plus discret, moins spectaculaire, mais il peut avoir beaucoup d'impact sur le coeur des personnes qui vont sur le blog. Tout se qui lui manque, c'est de le faire connaître." sourit Isidore en voyant que l'explication fut écoutée attentivement par la jeune femme.

Soudain un petit bruit se fit entendre. Blanche tourna sa tête pour s'appecevoir qu'un nouveau commentaire était écrit sur le blog.

"Après notre rencontre dans le métro, mes enfants et moi nous sommes allées sur votre blog. La première histoire est tout simplement sublime. Je vous remercie d'offrir un peu de magie en cette période de crise, et j'espère pouvoir en lire d'autre.
Cordialement
Estelle."

Blanche fut émue de ce commentaire. Elle était habituée à recevoir peu de message, ou uniquement de ceux provenant de personne qu'elle connaissait bien, mais très peu de personne rencontré au détour de sa route. Surtout un tel message qui lui remonta le moral.
Oui, son véritable objectif était de donner un peu de rêve pour les personnes ordinaires, comme vous et moi. Et cela permettrait peut être de sauver Noël et l'esprit de Noël.



A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13268
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Ven 2 Déc 2011 - 19:02

J'aime beaucoup... L'esprit de noël est partout dans cette histoire, aller au devant des autres, leurs apporter un peu de bonheur, partager... Blanche est peut-être timide mais cela ne l'empêche pas de s'ouvrir aux autres pour partager cet esprit de noël et elle a bien de la chance d'avoir rencontré Isidore... Les noëls magiques existent apparemment et c'est le moment où jamais d'y croire...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Ven 2 Déc 2011 - 23:31

C'est tendre et doux, j'aime...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14017
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 50
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Sam 3 Déc 2011 - 10:03

ça fait du bien de lire des histoires tendres en cette période de l'année


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Sam 3 Déc 2011 - 10:20

La neige tombait doucement sur la France et une bonne partie du monde. Les petits flocons blanc, froid, glacé même envahissaient le dessus des toits et embellissait les différents arbres, qui se sont dénudés la saison précédente pour se couvrir d’un manteau blanc. Semblable à un gros nuage. Il fallut un petit temps d’attente pour se réveiller. En effet, dans sa chambre sous les toits, Blanche eu un peu de mal à se réveiller. Non pas qu’elle avait fait la fête, ou travailler jusque tard dans la nuit pour finir des dessins, mais à cause du froid. Elle avait beau mettre son chauffage en route, aussi bien celui au gaz que l’électrique, elle conservait ses mains et ses pieds gelés. La bouillotte remplie d’eau chaude n’avait pas suffit à la réchauffer. Et la paire de chaussette en laine non plus. Frissonnant, se lovant dans sa couette, elle repensait à la veille. La rencontre entre Isidore et sa mère, puis le petit message de la mère de famille rencontrée dans le métro. Elle avait retrouvé la motivation nécessaire pour continuer à dessiner. Du moins jusqu’à ce que ce grand froid s’installe. Blanche n’avait aucune envie de sortir de sous ses couettes. Mais elle savait qu’elle devait se lever pour aller manger son petit déjeuner. Comme il faisait froid en cette matinée, elle prendrait un grand mug de thé chaud. Ensuite, elle mangerait ses céréales, son yaourt et d’autres petites choses, comme une clémentine par exemple. Puis elle irait prendre sa douche bien chaude pour se réchauffer.

Se motivant pour sortir de son lit, elle chercha tant bien que de mal sa paire de chausson. Une fois trouvée elle se leva, alluma la lumière et se rendit vers ses petits poissons. Ces derniers eurent droit alors leur petite lumière pour se réchauffer. Ensuite, elle descendit pour aller dans le garage. La plus grande épreuve de la matinée, celle de la traversé du garage. Il était aussi glacé que dehors. Il fallait bien se couvrir pour le traversé. Mais peu importe, elle irait. Une fois la porte fermée, elle descendit les escaliers avant d’arriver dans le garage. Le séche linge était la seule source possible de chaleur, quand cette dernière se mettait en marche. Blanche continue son chemin, avant de se rendre dans la zone chaude de la maison. Elle entre dans le petit couloir qui sépare le garage de la chambre de sa petite sœur et du couloir du reste de la maison. Rapidement, elle se dirige vers ce second couloir pour aller dans la cuisine. Elle découvrit alors sa mère à l’intérieur entrain de se réchauffer auprès…D’une casserole où elle fait bouillir de l’eau.

« Maman…Qu’est-ce que tu fabrique ? » s’étonne Blanche, en n’imaginant pas que sa mère puisse lui préparer du thé.

« Bah quoi ! Je me réchauffe en faisant bouillir de l’eau ! »

Une main posée sur son front, Blanche soupire.
« Tu n’as qu’à augmenter le chauffage. Se que tu fais ne sert à rien. En plus on a le thermos pour régler la température de la maison si nécessaire. »

« Mais quoi. Je me réchauffe moi comme ça. »

« Peut être, mais arrête tes gamineries ! Tu as tout le matériel pour réchauffer la maison et tu fais cela. Par ailleurs, si tu veux te réchauffer plus vite, prépare toi du café. »

« Ton père a cramé la cafetière. »

Blanche alla cherché la petite cafetière Italienne pour y déposer le café et le préparer. Ensuite elle prit sa théière pour se faire sa tasse de thé. Elle fit griller quelques tartines de pains pour sa mère, se prépara son propre petit déjeuner et se rendit avec elle dans la salle à manger, installez dans le grand canapé pour regarder la télévision.

« Qu’est-ce que l’on fait ce week-end ? » demande Blanche à sa mère.

« J’en sais rien. Faut demander à ton père. »

Mais le travail aller sans nul doute commencer. Blanche voyait dans les yeux de sa mère qu’une idée avait germée.

« Et je connais très bien se qu’elle va me dire. » pensait Blanche avant de voir sa mère se relever de ses couvertures pour arriver les deux pieds joints sur le sol.

« Allez, nous allons décorer le sapin de Noël. »

« C’est bien se que je craignais. » soupire Blanche en voyant sa mère partir comme une fusée dans la chambre de sa fille, afin de descendre le nécessaire pour réaliser son travail.

Blanche ne resta pas longtemps dans le salon et se dirigea elle aussi dans sa chambre. Il ne fallait pas attendre plus longtemps pour elle. C’était le départ dans une course effrénée entre mère et fille. La mère avait comme unique objectif de réaliser le plus beau sapin possible. Elle prit les devants et avait déjà sorti en avances les affaires de Noël. Et voilà que la mère était surprise de voir le vieux sapin en plastique sorti, les guirlandes crèmes et ses boules de la même teinte sur le sol. La neige artificielle dans un sachet, près a être transporté. Et puis les guirlandes et autres décorations dans les tons noisettes, bruns.

C’était les couleurs de cette année. Au départ, la mère de famille souhaitait mettre des couleurs de verts et de blancs. Mais les boules vertes se firent très rares, et surtout, pas aux goûts de la femme. Alors, après avoir fait des détours dans les rayons de décorations, la famille trouva ces boules de couleurs marrons. Il était alors convenue que cette couleur irait très bien.


Il ne fallut pas très longtemps pour Sonia de prendre les guirlandes et de descendre de la chambre afin de mettre en pratique sa théorie. Et voilà que mère et fille se lancèrent dans la décoration. Pour ce jour était spéciale pour la mère de famille. En effet, elle avait l’habitude de décorer le sapin avec tous ses enfants. Mais en ce jour de Décembre, c’était différent. L’aîné de la famille, le grand frère, était avec sa femme. Ensemble ils devaient sûrement décorés leur sapin. La plus grande des filles, se trouvaient actuellement à Lille. Mais le Samedi, elle travaillait toute la journée, et par conséquent elle ne pouvait pas rejoindre sa mère, ou du moins, pas avant la soirée. Enfin la petite dernière avait décrété que décorer le sapin de Noël était pour les enfants.

Blanche était peu ravie d’entendre ce genre de Parole de la bouche de sa petite sœur. En revanche le père de famille s’était débrouillé pour pouvoir préparer le sapin avec les deux femmes. Même à aller chercher les décorations nécessaires. Et voilà qu’à trois avec des chansons de Noël en fond musical, ils décorèrent le sapin. Le patriarche avait commencé à installer le sapin. La mère mit la première pierre pour son petit village de Noël. Et Blanche prit les guirlandes électriques pour vérifier les ampoules et savoir lesquelles ne fonctionnaient plus afin de les changer. Une fois le sapin installé, la décoration put commencée. Le Père de famille prit un escabeau pour sa femme afin qu’elle puisse aller en hauteur afin d’aller déposer l’ensemble des guirlandes. Le père préféra être au milieu pour s’occuper de poser des fausses roses dans le sapin. Blanche s’occupa du bas du sapin et surtout de mettre le train électrique qu’ils avaient acheté l’année dernière. Tout en s’occupant de cette activité, ils se relayaient au fourneau, surtout la mère et la fille, afin de préparer des biscuits et boissons chaudes.

Pour Blanche, ce petit instant passé avec ses parents était du pur bonheur. Du moins jusqu’au moment où le téléphone sonna. Cela marqua la fin des préparations des festivités. Après être allé chercher le téléphone dans le bureau, où la petite sœur avait fait son nid. Puis un coup de téléphone arriva et les parents durent quitter la maison pour aller à une répétition pour un concert qui allait bientôt se déroulait.

Et cette fois, le sapin, elle devait finir de le décoré seule. Elle alla au pied du sapin. Elle avait de bon souvenirs avec ce vieil arbre plastique. Elle sourit et puis ferme les yeux en s’imaginant en respirant les odeurs sucrées qui planaient dans la pièce. Les joies de son enfance insouciance qui lui faisait penser que le Père Noël existait.

Elle entendit la sonnerie de la porte d'entrée, elle sécha ses larmes à cause de la nostalgie pour éviter d'inquiéter le visiteur. De toute manière, elle avait prévu une excuse si nécessaire : "J'ai pleuré de rire en regardant des bêtisiers de Noël, c'est pour ça que mes yeux sont rouges."
Cela fonctionnait à chaque fois. Séchant sa dernière larmes, elle tourna la clé dans la serrure avant d'appuyer sur la poignée. Face à elle se trouvait Isidore, avec un sourire immense, heureux de retrouver sa petite protégée.
"Bonjour Blanche. Alors prête à aller sur le terrain pour..." commença l'elfe avant de remarquer les yeux rougit par les larmes. "Que s'est-il passé ?"
Immédiatement, Blanche sorti son excuse. Mais à peine avait-elle fini de parler que de sa main Isidore alla recueillir une larme coulant sur sa joue.
"Que s'est-il passé ?" répéta-t-il inquiet. Prenant conscience qu'elle pleurait à nouveau Blanche ne peut s'empêcher de tout lui avouer sa nostalgie des temps passés.
Isidore entra dans la maison pour prendre Blanche dans ses bras. Il embrassa son front et lui murmura : "Je suis là. Ne t'inquiéte pas."
Les larmes cessèrent leur route sur les joues de la jeune femme. Relevant la tête, elle s'aperçu que l'elfe l'attira dans le salon, une fois avoir fermé la porte d'entrée. Laissant apparaître sa véritable nature d'être elfique, il se chargea d'analyser la situation.
"Nous pourrons pas faire du bon travail, si toi tu n'es pas bien. Nous allons finir de décorer ce sapin, puis nous irons sur le site internet."
Blanche acquiessa à la proposition de son ami et se dirigea vers les décorations. Elle sorti les guirlandes électriques pour les répartir sur l'ensemble du sapin. Isidore entreprit d'accrocher les boules de Noël. Voyant qu'il n'avançait pas assez vote à son goût, il usa de sa magie pour aller plus vite. Blanche n'était pas d'accord avec cette méthode, mais le bruit de la dispute avertie la petite Camelia qui débarqua dans le salon. Elle remarqua alors les décorations volant dans la pièce, cet étrangers aux oreilles pointues, avec une aura et un charme mystérieux qui laissa sans voix l'adolescent.
"C'est impossible..." Murmura-t-elle en posant ses mains devant sa bouche.
"Ma chère petite Camelia. Tu es devenue une grande fille maintenant." Sourit Isidore, comme s'il la connaissait depuis des années.
"C'est scientifiquement impossible." Continua-t-elle perplexe. "La magie, les elfes, l'esprit de Noël ne peut pas exister ! Il y a tellement d'horrible événements dans ce monde..."
"Pourtant, il y a toujours des personnes qui croivent en cette magie. Elle a parfois permis des tréves lors de grandes guerres."
"Mais ils ont été exécutés après !" pleura l'adolescente.
"Les miracles ça arrive. Laisse toi bercer dans l'ambiance."
"Vas-y montre moi un miracle maintenant sous mes yeux!!" lança l'adolescente en prennant des airs supérieurs.

Isidore sourit face à ce défi improvisé. Il releva ses manches et sorti de sa manche une carte postale qui avait visiblement prit des années. Une écriture d'enfant était visible sur l'enveloppe. Et Camelia reconnu immédiatement l'enveloppe avec le dessin dessus. Elle n'avait que 4 ans quand elle avait envoyé cette lettre. C'était la dernière fois qu'elle croyait au Père Noël.

"Cette année là, tu souhaitais une grande maison de poupée."
"Que je n'ai pas eu..." râla l'adolescente avant de fusiller du regard sa grande soeur.
"Me regarde pas comme ça. C'est Papa et Maman qui avait prit ta lettre."
"Et je l'ai récupéré quand ils n'en avait plus besoin."
"ALORS POURQUOI LE PERE NOEL NE M'A PAS OFFERT CE CADEAU?" demanda la benjamine.
"Tu sais, le Père Noël fabrique lui même ses cadeaux. Il ne pouvait pas fabriquer des cadeaux déjà créer en magasin, pour ne pas faire de concurence. Par ailleurs, tu avais cessé de croire rapidement. Comme de nombreux enfants, et c'est pour cela qu'il ne peut plus passer dans votre maison."
"N'importe quoi. Je ne te crois pas."
"Pourtant, tu as bien vu voler ces décorations."
"JE NE TE CROIS PAS!!!" hurla-t-elle avant de le faire tomber à terre et de remarquer ses oreilles pointues.
Les poings serrés, l'adolescente se pinça comme pour s'assurer que tout cela était bien réel. La douleur était bien présente et l'illusion ne s'effaça pas. Elle tomba alors sur ces genoux. La réalité pouvait prendre bien de drôle de forme. Et celle ci en particulier l'impressionna. Elle avait bien devant elle un elfe vivant. Elle pouvait lui parler et il pouvait user de la magie pour permettre aux décorations de flotter dans les airs. Cela l'impressionna énormèment. Voyant que sa petite soeur serait incapable de parler, pour la première fois de sa vie, incapable de prononcer le moindre mot, Blanche en profita pour expliquer sa situation. Elle décrivit tout dans le moindre détail, y compris sa mission pour l'esprit de Noël et tout se qu'elle avait réalisé depuis qu'elle avait reçu cette mission.

"Tu crois que tu pourrais m'aider ?" demanda-t-elle en tendant la main vers elle.
"Je ne sers à rien de toute manière..." répondit la cadette en colère d'avoir été mis au secret.
"Mais si. J'ai pas mal de dessins à colorier. Je sais que tu as appris pas mal de choses toute seule. Je t'ai simplement installé et montrer le logiciel. Ensuite, c'est toi qui a apprit toute seule. Maintenant, pour nous aider, tu peux colorier ou travailler avec nous à décorer le sapin."
La petite soeur posa sa tête contre l'épaule de sa grande soeur pour laisser couler quelques larmes. Ses rêves de petite fille avait été caché depuis longtemps pour éviter de trop souffrir en voyant ses rêves être avorter. Et finalement, ceux en quoi elle croyait exister réellement ?

Comme toute grande soeur qui se doit, Blanche caressa les cheveux de sa petite soeur et s'assurera que cette dernière avait bien comprit se qui se passait. Lui montrant qu'elle pouvait à nouveau croire à Noël. Peut-être plus comme un enfant, mais comme une adolescente.

Ensemble ils décorèrent le sapin, en ajoutant toutes les boules et les guirlandes. Une fois le travail fini, l'elfe prépara un bon bol de chocolat chaud pour Camelia et lui. Blanche préféra se chauffer une tasse de thé.

Il était 19h00 quand les parents rentrèrent. Ils virent l'ensemble des décorations mises, la pièce rangée, nettoyée même. La petite soeur qui dormait paisiblement dans le canapé et la grande soeur qui regardait un bêtisier de Noël.

Quand à Isidore, il avait préféré partir pour aller régler quelques affaires dans le lieu où il avait élu domicile. Il savait qu'il lui restait encore beaucoup de temps avant Noël, mais il devait agir vite. Il senti un frisson lui traversait le corps. Regardant le ciel, il poussa un soupir.
"Pourquoi cette année est-ce si différent ?"

A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Sam 3 Déc 2011 - 21:46



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13268
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Dim 4 Déc 2011 - 8:03

Les préparatifs de noël avancent et Isidore a du travail... Il doit redonner à cette famille l'envie de croire à l'esprit noël, à la magie... Il a raison et j'imagine la tête de la sœur de Blanche quand elle a vu cet elfe tout droit sorti des contes pour enfants et des légendes...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Dim 4 Déc 2011 - 9:38

Le marché de Noël de Belgique. ( dédicace à ma voisine Belge.^^)



C’était le Dimanche 4 Décembre. Levée dés l’aube, Blanche se préparait déjà pour la sortie d’aujourd’hui. Le marché de Noël en Belgique, à Menen. Chaque année ils se retrouvaient en famille là bas pour voir les décorations et bien souvent le petit village de Noël. Mais de plus en plus, ce dernier se dégradait. Il n’avait plus la féérie des années précédentes. Blanche ne s’attendait plus qu’à voir la décoration là bas, comme chaque magasin habituel. Autrefois, alors qu’elle n’était qu’un enfant, elle s’amusait énormément à se rendre dans ce magasin. Les automates d’ours et de pingouins qui se mêlaient dans un décor de fausse neige, dans lequel les décorations se cachaient dans des paniers, faisant office de terrier ou de grotte secrète pour les découvrir. Et puis le point culminant pour tout enfant qui soit était la discussion avec ce faux Père Noël. Dans un traineau en bois, aux sculptures impressionnantes, avec aussi une couverture sur les jambes du Père Noël. Bien sur il était accompagné bien souvent par le Père Fouettard pour les enfants qui n’étaient pas sage, et d’une jeune femme se faisant passer pour un elfe. Et puis les enfants s’asseyaient dans le traîneau pour donner leur liste au Père Noël, ou pour raconter se qu’ils souhaitaient avoir le jour fatidique. Bien souvent, le Père Noël leur offrait un petit biscuit avec du sucre au dessus pouvant avoir différentes couleurs. Quels doux souvenirs.

Soudain une personne sonne à la porte. Blanche connaît déjà l’identité de cette personne. Elle se tourne légèrement vers la porte pour voir sa mère ouvrir, laissant apparaître Isidore avec de la neige sur ses cheveux.

« Bonjour Madame. Comment allez-vous aujourd’hui. »

« Très bien Isidore. Alors prêt pour aller en Belgique ? » demande la Mère impatiente de faire découvrir cet univers à son nouveau protégé. Son nouvel enfant adoptif comme elle aime si souvent dire, lorsqu’une personne lui plait et qui est un ami d’un de ses enfants.

« Oui, je suis impatient, Madame. » sourit Isidore poliment avant d’offrir son plus beau sourire à Blanche. Il n’eut même pas le temps de dire un mot à son amie qu’il senti la mère de famille lui donner une tape sur son épaule.

« Allons, allons Isidore. Ne m’appelle pas Madame. Tu peux m’appeler Maman, ou Belle-maman si tu le souhaite. Ou Sonia, comme tu préfère. »

« Maman !!! » râle à nouveau Blanche en comprenant parfaitement les intentions de la mère. Elle avait visiblement en tête de mettre en couple elle et Isidore. Et cela ne faisait nullement parti des plans de Blanche.

« Allez les jeunes. On va partir !! » survient le Père de Famille, en faisant signe à la famille de se rejoindre.

Le père, la mère, la petite Camelia, Isidore et Blanche se retrouvèrent à cinq dans la voiture pour se rendre en Belgique. Pendant le trajet, Isidore fit la conversation avec la mère de famille et le Père. Camelia continua à écouter sa musique dans ses écouteurs, et Blanche se remit à réfléchir aux paroles d’Isidore dites la veille.

« Comme nous irons en Belgique demain, je pourrais te faire rencontrer l’ambassadeur de l’esprit de Noël de ce pays. C’est lui qui est à l’origine de ce village de Noël. Donc il y a de fortes chances que nous puissions le voir lui et son elfe. Se serait une chouette expérience, tu ne trouve pas ? »

Une expérience pour montrer peut être le fossé qui sépare un grand esprit comme celui du concepteur de ce village de Noël et celui de son minuscule calendrier de l’aven. En réalité, Blanche avait un peu peur de découvrir ce marché. En effet, un premier marché fut ouvert en fin Septembre. Puis il a refermé ses portes afin de laisser la place à la nouvelle génération.

Arrivé en Belgique, à Menen précisément, nous nous dirigeons vers un certain magasin de plante et de décoration. Blanche avait prit l’habitude de ne plus rêver pour ce genre de magasin de décoration depuis le temps que tout s’est détériorer. Mais elle ne pouvait pas oublier ces belles années qu’elle a passé enfant dans ce monde magique de Noël. Ce Père Noël certes faux, mais qui lui faisait rêver. Elle se souvient encore se qu’elle avait demandé pour ce Noël. Une dinette et une petite poupée. Elle aurait voulu plus, mais elle ne demanda pas. En échange elle reçu un petit gâteau avec du sucre par-dessus, puis elle parti avec ses parents. Ce fut la véritable seule année où elle avait parlé avec un Père Noël d’hypermarché. Le reste du temps, elle n’allait jamais les voir.

Voilà de se qui restait de cette période magique. Maintenant, devenue adulte, elle ne pensait jamais revenir en enfance avec les décorations de Noël. Seul quelques histoires, contes, dessins animés ou même téléfilm pouvait réveiller son âme de petit être innocent.

Devant la grande arche habituelle de ce magasin, Blanche senti son cœur battre à tout allure. Elle ne savait pas pourquoi, mais étrangement, elle attendait quelque chose de ce marché de Noël. Isidore qui se tenait à ses côtés l’a vit dans cet état, sourit et lui murmura à son oreille : « c’est parce que l’ambassadeur s’est servi de ses pouvoirs magiques pour faire de ce lieu un endroit de rêve. »

Ce fut le tour de toute la famille d’entrer dans le marché de Noël. Le souffle coupée, Blanche ne pensait pas que se qu’elle voyait soit réel. Devant elle se trouvait un immense sapin vers qui était décoré de la même manière que dans les films. Des guirlandes rouges et or qui se mélangeaient avec des boules de même coloris. S’entremêlant avec ses illuminations jaunes orangé qui donnait un aspect magique à cet arbre. Mais se qui lui donnait encore plus de féérie, c’était ses flocons de neige qui semblait descendre du sommet de l’arbre, comme une fontaine qui faisait jaillir son surplus de neige directement vers le bas du sapin, couvrant les branches de cette poudreuse. Autour de ce sapin, différentes décorations en vente dans ce magasin semblaient voleter au dessus de leur tête, accroché sûrement par des fils très fins entre les différents décors fait de neige artificielles. Les oursons en peluches et les pingouins tenaient fermement des paniers où les clients pouvaient se servir dans ses décorations. Au plancher, il semblait presque que de la neige soit installée pour que puisse marché les visiteurs et se croire dans un pays froid, pour se diriger vers un petit panneau où il était inscrit « atelier du Père Noël ». Les clients avancent, en n’oubliant pas de regarder sur les côtés, pour apercevoir une fontaine qui ressemblait à de la glace et qui ne faisait imaginer que nous étions en montagne, en hiver. Des draps noirs ou alors un tissus de cette couleur couvrait l’ensemble du marché, où l’on pouvait apercevoir cependant quelques petits trous de lumière sûrement provoqué par des petites ampoules, pour faire croire à un paysage en soir d’hiver.

En continuant d’avancer à travers ce décor, ils arrivèrent à une intersection. A leur droite, les clients pouvaient se rendre pour aller à un petit cabanon afin de siroter une boisson chaude et de manger quelques friandises et autres pâtisseries dans le genre. Les serveurs étaient tous déguisés en petits lutins, avec des habits différents. Certains étaient habillés avec une chemise blanche à longues manche, portant un gilet vert sapin sans manche, une petite écharpe rouge, un pantalon rouge et un bonnet vert. D’autre possédait un chemisier blanc aussi, une petite cravate marron, une jaquette en queue de pie brune et un pantalon noir. Sur leur tête se trouvait un magnifique béret noir avec une petite étoile doré dessus et un ruban marron tombant sur le côté. Dans cette ambiance enchanteresse, les clients pouvaient entendre des chansons de Noël de différents pays, langues. Cela pouvait être du Français, du Flamand, de l’Allemand, de l’Anglais…

Bref, selon les goûts de chacun une musique résonnait dans leur tête. A leur gauche se trouvait un autre parcours les emmenant à l’atelier du Père Noël. Une sorte de petite arche, les transporter dans une petite maison faite d’un décor de bois, où les murs ressemblaient à des troncs que l’on avait superposé les uns sur les autres pour assembler ces murs. Au milieu, une petite table, avec des petits personnages tapant avec des petits marteaux de bois sur des jouets afin des les assembler. Dans l’ensemble de la pièce, à proximité des murs, se trouver assembler les uns contre les autres un immense village de noël miniature. Avec de la neige artificielle, les clients purent apercevoir une église où s’étaient rassemblé des enfants pour chanter devant, puis un patinoire, ou un couple danser au milieu. Un peu plus loin, une forêt séparé la première partie du village pour emporter les clients dans une sorte de parc d’attractions. La grande roue, les chevaux de bois, les magasins de friandises, les pâtisseries. Tout ce qui pouvait faire rêver petits et grands en cette période de Noël. Des petits personnages entourés ses attractions, comme pour attendre leur tour pour monter dans les machines. Puis une autre forêt séparant à nouveau les deux espaces. Cette fois, nous nous plongions au cœur d’un village. Une dizaine de maison se trouvait là, et plusieurs marchand, comme un libraire, un marchand de jouet, un boulanger, un boucher…Bref, tout se qui pouvait faire une petite ville. Enfin une dernière parcelle était visible. Une parcelle qui collait parfaitement à l’ambiance. Il s’agissait d’une reproduction miniature du village du Père Noël. Des lutins se dirigeait vers trois grands bâtiments. L’un ressemblait à une grande boulangerie. Et si on s’approchait pour voir par la petite fenêtre, on pouvait trouver la mère Noël sortant des biscuits du four, et un petit lutin qui semblait la suivre pour prendre un de ses délicieux biscuits. Un deuxième bâtiment en bois rouge et en possédant des tuiles vertes pour son toit, était présent. Sur son devant, il était écrit en lettre dorées « Ecurie des rennes du Père Noël. » Si nous nous approchions pour observer par la fenêtre, nous pouvions observer un renne entrain de se faire laver par un petit elfe. Enfin le dernier bâtiment, le plus grand de tous, imposant avec ses murs blancs, son toit rouge en tuile, une immense double porte rouge possédant des vitres. Et si nous approchions de plus près, il était possible d’ouvrir ce bâtiment. Isidore ne demande pas la permission au vendeur et va ouvrir le bâtiment. Et là, à l’intérieur, quel spectacle. Des elfes entrain de travailler au rez-de-chaussée sur des longs tapis roulant faisant traverser des petits jouets. Au premier étage, des lutins triant les lettres du Père Noël. Et au dernier étage, le Père Noël assis dans un gros fauteuil rouge avec des accoudoirs, lisant sa liste d’enfants sage ou méchants.

En voyant cela, les enfants insistèrent pour que les parents achètent au moins le bâtiment du Père Noël.

Et la visite continue. Ils pénétrèrent dans une deuxième salle. Une table était dressé au milieu de cette pièce. Drapée d’une nappe blanche, où couverts, assiettes, verres. Fausses bouteilles, faux repas, avec des chandelles possédant des bougies électriques, qui donnait à cette pièce l’ambiance d’une vraie maison, à un repas de famille. Une cheminée se trouvait là, avec des fausses flammes, rappelant les hivers où toute la famille se rassemble devant la cheminé. Il était accrochés quatre chaussettes. Sur la gauche en entrant dans la pièce, un magnifique sapin décoré tout en blanc, et argent, se distingué, prés à recevoir des cadeaux pour Noël. Des décorations sous le pied du sapin, un petit fauteuil possédant une belle couverture où était posé un ensemble de petits paniers avec les décorations à l’intérieur niché au chaud dans des couvertures. Dans l’ensemble de la pièce, les décorations étaient sur des commodes, ou sur le sol prêt à être acheté.

Enfin, la dernière pièce avant de sortir de l’atelier du Père Noël. Et cette pièce n’est pas la moins importante. Un elfe se trouvait au milieu, avec près de lui un énorme fauteuil rouge. Tout autour d’eux, sur des étagères en forme d’escalier, des nounours étaient installés. Un énorme sac rouge était disposé derrière le fauteuil. Et les enfants pouvaient être pris en photo dans l’atelier du Père Noël avec son fidèle elfe Bernard. Vêtue d’une tunique rouge, avec des motifs cousus en argent. Il portait un béret noir avec une étoile dorée et un ruban argenté tombant sur le côté. Possédant des gants blancs, il invitait les enfant à s’asseoir sur le siège où le Père Noël consultait sa liste d’enfants sages. Tous voulurent faire la petite photo souvenir et se précipitèrent vers lui. Les plus jeunes purent s’asseoir avec leur parent, ou prendre un nounours dans ses bras. Profitant de leur univers, les enfants voulaient conserver un autre souvenir, en achetant un ourson en peluche. Les parents cédèrent parfois au caprice des enfants, se trouvant porter par la féérie des lieux.

Ne comprenant pas vraiment pourquoi, en croisant le regarde de cet elfe Bernard, elle eu un petit pincement de cœur, et entendit un cliquetis étrange provenir de sa montre à gousset. Isidore posa sa main sur l’épaule de la jeune femme avant de lui murmurer à son oreille.

« Lui aussi, c’est un véritable elfe. »

En entendant cette révélation, Blanche rougit. Ainsi, l’elfe qui était dans cet endroit était un vrai elfe. Cela l’étonnait pas que les enfants soient si proche de lui et que ce dernier continuait à sourire malgré l’ambiance qui pouvait être pesante parfois. Soudain, Isidore et Bernard se croisèrent du regard. L’elfe de Belgique sourit à son confrère, qui lui rendit ce sourire. Visiblement ces deux êtres se connaissaient bien. En s’approchant d’un peu plus près, ils purent discuter un petit peu, entre deux enfants qui passaient pour une photo.

« Alors Bernard, tu t’occupes des enfants aujourd’hui ? »

« Après avoir travailler sur les décorations avec Stéphanie, il fallait bien faire quelque chose pendant les journées d’ouverture. »

« Et comment va ton ambassadrice de Noël ? »

« Là, elle doit être entrain de se reposer. Elle a utilisé beaucoup de magie pour terminer les derniers détails de ce décor. Mais dis moi. Si tu es ici, tu dois être venue avec ton ambassadeur de Noël. »

En écoutant la conversation, Blanche se senti mal. Elle savait qu’elle n’avait pas le même niveau que les autres ambassadeurs. Plus discrète, l’ensemble des événements se faisait au fur et à mesure. Mais Isidore la prit par le bras, pour lui prendre la main et la présenter à l’elfe.

« Oui, voilà Blanche. Elle prépare un calendrier de l’aven pour le faire lire à un plus grand nombre de personne. »

« Oh, voilà qui est intéressant. Tu pourra me donner l’adresse de ce site pour que j’aille faire un tour avec mon ambassadrice ? » demanda-t-il à la jeune Blanche qui rougit entièrement en le voyant si près d’elle.

« Nous pourrions en parler autour d’un verre ce midi. Je crois que tu as une pause. Tu pourrais demander à ton ambassadrice de venir avec nous. » proposa Isidore.

« Très bien. Rendez-vous à l’estaminet de BOUCHAIR à Menen. Vous pourrez y aller avec toute sa famille. » sourit Bernard.

La visite continue dans ce grand magasin, vers le point culminant. Le personnage que beaucoup d’enfants attendent avec impatience. Là installé dans un décor enneigé, avec des rennes robots, qui bougent la tête de gauche à droite et font du bruit. Dans un immense traineau en bois, peint en rouge, vert et doré, ou de magnifiques sculptures étaient dessinés, représentant des animaux, des jouets, des rennes volant dans un ciel étoilé. Le siège du traineau était en velours rouge. Cousu avec du fil d’or. A l’arrière du traineau, un immense sac rouge de velours, avec une corde dorée fasciné les enfants.

Et lui, ce bonhomme aux formes généreuses, au charme irrésistible, avec cette petite barbe blanche comme la neige, ses yeux pétillants comme ceux des enfants, les petites lunettes rouges. Les joues roses. Portant ce fameux costume de velours rouge, où se côtoie de la fourrure blanche et des boutons d’or. D’une voix réconfortante l’homme se mit à dire à voix hautes : « Ho ! ho ! ho !!! Alors, les enfants, vous avez bien été sage ? Si oui, venez raconter au père Noël se que vous souhaitez recevoir au 25 décembre. »

Blanche ne savait pas depuis combien de temps elle avait ressenti cet étrange sentiment qui oppressait sa poitrine. Comme si elle savait à la fois que le Père Noël n’existe pas, mais que celui devant elle pouvait bien être le vrai. Pourquoi avait-elle se ressentiment ? Serrant son poing en voyant ce Père Noël, elle se sentait redevenir enfant et de vouloir courir vers lui. Cette année, aucun enfant ne pleurait en voyant ce Père Noël, contrairement aux années précédentes. Souvent, les enfants avaient peur de ces imitateurs du personnage. Mais, là, ils courrurent vers lui sans aucune hésitation. Celui qui jouer le rôle du père Noël semblait être différent totalement des autres qu'ils avaient vu les années précédentes. Comme si son rôle lui tenait énormément d'importance et qu'il ne ferait rien d'autre que son métier.

La visite terminée la famille sort de ce grand magasin, les bras chargés de décorations. Il y avait de tout. Des peluches, des boules de Noël, des guirlandes normales, comme des électriques. Bref, tout était réuni pour décorer davantage le sapin et surtout l’ensemble de la maison. Une fois sortie du magasin, ils partirent au restaurant conseiller par Bernard l’elfe. Là bas, l’ambiance était typique de chez les belges. Accueillant, chaleureux. Bref, la famille se sentait comme chez elle là bas. Puis à leur table, arriva l’elfe qu’ils avaient rencontré dans le magasin et une jeune femme, aux cheveux noirs, les yeux marrons, l’air fatiguée mais qui semblait être ravie d’être venue en ce jour dans ce restaurant. Ses yeux retrouvèrent un petit feu d’artifice en voyant Isidore et Blanche. L’elfe belge installa son ambassadrice avant de s’installer à son tour autour de la table. Les parents commencèrent la conversation en demandant faisant leur présentations. Vinrent le tour de Bernard et de son ambassadrice.

« Je m’appelle Bernard, je suis un ami de ma chère Stéphanie qui s’est occupé de l’ensemble de la décoration de ce magasin. » sourit l’elfe en frottant les cheveux de cette jeune femme de 23 ans, qui semblait être sur le point de s’effondrer à terre à cause de la fatigue.

« C’est incroyable se que vous avez fait comme travail. Vous vous rendez-compte de l’ensemble de se que vous avez accomplit !!! C’était presque magique !! » s’exclama la mère de famille. Blanche prit sur elle pour ne pas exploser sous le coup de la jalousie. Aussi bien pour ne pas attirer l’attention sur la famille, comme pour ne pas blessé Stéphanie qui n’avait rien avoir là dedans. Mais voilà, son cœur battait tellement fort, que Isidore l’entendit. Aussitôt, il posa sa tête sur l’épaule de son ambassadrice. Blanche senti la gêne se mélanger à la colère, qu’elle prit rapidement un verre d’eau et le versa sur la figure de son collègue masculin. Etonnés par son attitude, les parents voulurent la disputer immédiatement, mais Isidore les en empêcha en disant en rigolant : « Ah une bonne douche froide ! Rien de mieux pour se réveiller au matin. »

Se sentant ridicule face à cette situation, Blanche s’excusa et se leva de table pour partir aux toilettes. Stéphanie se leva elle aussi pour la rejoindre, en faisant signe à son elfe de faire la conversation avec la famille afin de ne pas les déranger.

Une fois entre les quatre murs et les différents miroirs de la pièce, Blanche s’enferma dans un cabinet pour s’asseoir sur le trône et réfléchir aux gestes qu’elle venait de réaliser. Elle en avait la nausée rien que d’y penser. D’avoir agit comme une gamine face à une telle situation était impardonnable. Blanche contient son sentiment en posant sa main devant sa bouche et en évitant de pleurer, de hurler tout se qu’elle avait dans le cœur. Quand tout d’un coup, quelqu’un frappe à la porte.

« Oh, tu vas pleurer encore longtemps dans les toilettes ? » demanda Stéphanie de l’autre côté.

« Je ne pleure pas. » commença Blanche en tentant de masquer au maximum sa voix qui tremblait. « Je suis entrain de trôner, ça ne s’entend pas ? »

« C’est plutôt sentir que tu devrais dire, mais bon… Arrête de pleurer et dit en face se qui ne va pas. »

Un bruit de chasse d’eau se fit entendre, puis le verrous s’ouvrit. Blanche sorti avec un large sourire, presque trop grand vu la situation à laquelle elle a vécu.

« De quoi tu parles ? Tout va bien. Je devais aller aux toilettes. Je ne comprends pas se que tu veux… » continue Blanche avant de sentir sa main droite se faire attraper par celle de Stéphanie.

« On me l’a fait pas celle là. Je l’ai bien, cette petite expression. Pendant un cours instant sur ton visage. Ces traits qui voulaient dire : qu’elle en a de la chance elle. Pourquoi penses-tu cela ? Qu’est-ce qui te fait croire que j’ai plus de chance que toi ? »

« Je n’ai jamais dit cela. » s'énerve la jeune femme en ne pouvant ignorer complétement ses sentiments. Non, elle ne trouvait pas que cette femme était plus chanceuse qu'elle. Elle ne la connaissait pas suffisament pour pouvoir juger, et surtout elle ne l'aurait jamais fait.
Soudain elle senti son corps se faire plaquer contre le mur. La jeune Belge la regarda droit dans les yeux et lui demanda :

"Alors pourquoi tes yeux sont rouges? Pourquoi n'ose tu pas dire se que tu as au plus profond de ton coeur? Vas y lâche toi. Sinon tu te détruira de l'intérieur."
"Qu'est-ce que tu peux comprendre?"
"C'est vrai que je ne vis peut être pas la même situation que toi, mais si tu ne parles pas, personne ne pourra savoir se que tu pense. Alors, peut importe la manière dont tu t'y prends, trouve un moyen de communiquer. Moi je suis prête à t'écouter..."

De ses yeux déjà rougient par les larmes qu'elle avait laissé couler dans les toilettes, Blanche se mit à genou. Elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi les mots ne lui venait pas dans sa bouche. Elle ne voulait pas crier, mais expliquer clairement se qu'elle avait dans le coeur.

"Pourquoi..." commença Blanche. "Pourquoi je n'arrive qu'à écrire un minable calendrier tandis que ton travail est magnifique...Qu'est-ce que je dois faire pour m'améliorer ? Comment trouver les mots pour que je puisse attirer les personnes? "
Soudain elle se senti entouré par une chaleur incroyable. Un baiser se posa sur son front et ses yeux se séchèrent. Elle vit devant elle Stéphanie qui n'avait plus ce visage fatigué, mais ses yeux étaient rayonnant de joie. Un sourire éblouissait son visage.

"Voilà, tu as enfin pu t'exprimer. Il faut comprendre aussi que tu grandis. Mais tu n'es pas toute seule. Regarde, pour ton calendrier de l'avent, tu as déjà des admirateurs. C'est ton travail et tu dois en être fière. Il n'y a pas qu'une personne dans ce monde. Ouvre les yeux et regarde devant toi."

Blanche sécha ses larmes et se releva, avant de se voir dans le miroir face à elle. Elle ressemblait à une jeune fille qui pleurait parce qu'elle n'avait pas reçu le cadeau qu'elle souhaitait.

"Désolé..." s'excusa Blanche avant de recevoir une petite tape sur sa tête.

"Arrête de t'excuser et regarde devant toi. Réfléchit, pourquoi écris-tu? Pourquoi veux-tu publier ce blog? Je ne te parles pas de notre rôle d'ambassadrice de Noël, mais de se que tu aurais fait si Isidore n'était pas venu?"

"Je...J'aurais publier mon blog d'une manière ou d'une autre. Même s'il paraissait moyen. Je veux...Juste que les personnes ne pouvant pas acheter forcément de calendrier de l'avent à leur enfant, qu'ils puissent leur raconter une histoire avant de dormir, comme mon père, ma grande soeur, ma mère l'ont fait avec moi..." ses yeux s'illuminèrent. Des vieux souvenirs refaisaient surface. Elle ressentait les mêmes sentiments que quand elle était enfant et que son père venait le soir après son travail lui raconter une histoire. Il essayait au maximum de passer un petit peu de temps avec elle. Evidement ses camarades de classes se moquaient souvent d'elle. Mais elle aimait ce moment priviligié avec son père, qui lui montrait qu'elle était importante à ses yeux. Elle savait aussi que quand sa mère en avait le temps, elle écrivait des petites histoires qu'elle illustrait pour le donner à son mari afin qu'elle le raconte à sa fille. La grande soeur se servait d'histoire déjà existante qu'elle modifiait à sa guise pour lui faire croire qu'elle était l'héroïne de ces histoires.

Aujourd'hui, Blanche souhaitait offrir aux autres parents se qu'elle avait apprit. En leur offrant des histoires afin qu'ils puissent les lire à leur petits. Qu'ils puissent passer ne serait-ce que quinze minutes. Les enfants se berceraient avec leurs mots et s'endormiront avec autres choses que la télévisions. Il rêveront de leur Noël, d'être avec leur parent.

Voilà se qu'elle souhaitait réellement.

"Dis-moi, pourquoi toi tu as voulu changer le marché de Noël?" demanda Blanche curieuse.

Stéphanie sourit et lui montra une petite carte postale où un décor de Noël était dessiné au crayon de bois.
"Autrefois, mon grand-père s'occupait de manager une équipe pour les fêtes de Noël. Il avait construit de nombreux villages de Noël qui faisait rêvé même les adultes. A sa mort, l'ensemble des villages perdirent de leur magie. Alors, je veux la refaire vivre avec tout se que j'ai apprit de lui. Même si je m'aide quand même pas mal de la magie tous les jours. Cela me fait passer des nuits sans sommeil. Mais un mal pour un bien n'est-ce pas?"

Les deux femmes se sourirent et retournèrent vers la famille avant de continuer à visiter la belgique pour trouver des décorations de Noël.


A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13268
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Dim 4 Déc 2011 - 12:46

J'aime cette suite, il y a de la magie et de la féérie partout... Ce village de Noël est vraiment splendide... Blanche n'est vraiment pas sûre d'elle, elle se dévalorise trop... Quand un travail est accompli avec amour et altruisme, il est toujours très beau... Et son calendrier fait déjà le bonheur de ceux qui en ont vu les premier dessins... Elle peut être fière de son travail... Sa rencontre avec Stéphanie lui aura, je l'espère, permis de reprendre confiance en elle...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Dim 4 Déc 2011 - 18:28

Un joli détour dans un joli marché....


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Cali
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Serpent
Messages : 6398
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 40
Localisation : juste derrière vous ^^

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Dim 4 Déc 2011 - 20:15

très beau chapitre


**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t732-cali http://calixetera.livejournal.com/
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Lun 5 Déc 2011 - 19:54

(Après avoir criser sur son ordinateur, arrive enfin sur le forum, car son ordi et deux de tensions aujourd'hui.)

Lundi 5 Décembre. chanteurs de noël

Dans ce petit coin du Nord de la France, Blanche sortait de son lieu de travail. Elle venait enfin de réaliser que son travail n’était pas inutile, que ses efforts ne seraient pas vain, et qu’ils toucheraient les cœurs des personnes. Sa petite sœur croyait à nouveau en l’esprit de Noël, et son cher Isidore l’avait finalement laissé partir sans aucun problème à son travail n’était pas inutile, que ses efforts ne seraient pas vain, et qu’ils toucheraient les cœurs des personnes. Sa petite sœur croyait à nouveau en l’esprit de Noël, et son cher Isidore l’avait finalement laissé partir sans aucun problème à son travail, seule. Il lui avait promis cependant qu’il viendrait la chercher à son arrêt de bus. Elle se croyait redevenue un enfant qu’on vient chercher à la sortie des écoles pour s’assurer qu’il ne lui arrive rien.

Trifouillant sa poche, Blanche sorti sa montre à gousset. Elle ne l’avait pas utilisé depuis le premier Décembre, ou plutôt elle ne souhaitait se servir de sa magie qu’en cas d’extrême urgence. Alors qu’elle allait sur la place de la République, aux côtés du palais des Beaux Arts, elle entendit un petit groupe de jeunes personnes chantant quelques chants de Noël accompagné par une guitare. Le son était joyeux, visiblement bien rythmé. Le guitariste se servait de ses doigts rougit par le froid pour gratter sa guitare. Il devait avoir 25 ans, habillé comme un étudiant, les cheveux allant jusqu’au épaule, d’un ton noir comme la nuit. Ses yeux bleus restaient fixer sur les cordes de son instrument, afin de s’assurer que le froid et l’humidité ne rendaient pas le son plus mauvais, et surtout ne casse pas la corde. Trois de ses camarades féminines entonnaient l’air de « jingles bells » en n’hésitant pas à jouer sur leur voix. Ils étaient tous emmitouflés dans de grandes capes noires, avec des écharpes bleues nuits afin de ne pas attraper froid. Sauf peut être un jeune homme qui ne devait pas dépasser les 20 ans. Avec ses cheveux blonds descendant jusqu’à ses hanches, cet air sur de lui, ses yeux d’une couleur peu habituelle, violet, il ressemblait à un prince sorti tout droit de contes de fée. Il était vêtu d’un seul pull blanc, visiblement pas très bien entretenu qui contraster énormément avec son visage si parfait. Ses mains restèrent au vent, sa gorge était découverte, son pantalon troué. Mais il continuait à chanter, encore et encore. Sa voix semblait être un autre don que la nature lui avait offert.

« Il va attraper froid à chanter en étant si peu couvert. » pensa Blanche en s’approchant du jeune groupe pour leur donner un peu d’argent dans leur sacoche.

« Merci madame. » répondit l’une des jeunes femmes, avant de se tourner vers le jeune blond. « Eh, Eric, pourquoi n’as-tu pas mis ton manteau ? »

Le chanteur s’arrêta et se dirigea vers sa camarade.

« Eh bien…Mon petit frère a perdu son manteau. Je ne pouvais pas le laisser partir et avoir froid. »

« Et ton écharpe ? »

« Ma mère a troué la sienne. »

« Ton pantalon est troué… »

« Ce n’est pas grave, je n’ai pas froid. » continua le jeune homme en ne se souciant pas de sa santé.

Le guitariste cessa de gratter ses cordes et prit le benjamin par son épaule.

« Si tu n’as pas froid, nous nous voudront tout de même s’assurer que tu sera prêt pour ce soir. N’oublie pas, nous devons aller à un concert pour des orphelins. »

« Je le sais Benjamin. » répondit Eric vers son aîné.

« Très bien. Alors nous allons continuer à nous entrainer dans la bouche de métro. Au moins, il fera un peu plus chaud et tu pourra continuer de chanter. »

Le blondinet acquiesça comme le reste du groupe. Ensemble, ils suivirent Blanche qui était partie depuis un petit moment pour aller jusqu’à la bouche de métro afin de rentrer chez elle. Visiblement les contrôleurs étaient présents et faisait patienter l’ensemble des usagers. Comme d’habitude, pour Blanche s’était la course, et ce petit imprévu n’arrangeait en rien ses affaires. Mais advienne que pourra. Blanche espérait au fond d’elle que le bus serait assez en retard pour qu’elle puisse prendre le bus tranquillement. Soudain, elle vit le groupes de jeunes musiciens arrivaient vers elle. Ils avaient prévu de se rendre à la bouche de métro « Porte des postes » afin de toucher le maximum de personnes. Se qui était logique, car cet arrêt était un point de connexion entre les deux lignes. Ils auraient put aller à l’arrêt de « la gare Lille-Flandre. » Mais les jeunes filles se seraient enfuies pour aller courir dans les magasins. Alors, « porte des postes » étaient le meilleur arrêt. Embarquant leurs instruments, ils passèrent sur les escalateurs pour descendre à l’étage inférieur. Ils suivirent Blanche qui se rendait au même rame de métro afin de se diriger à la même station, pour qu’elle puisse prendre un second métro pour aller jusqu’à son arrêt d’autobus.

Visiblement beaucoup de personnes attendaient ce métro, et Blanche se retrouva à l’intérieur avec le groupe de jeune musicien. Elle entendit aussi que l’un d’entre eux tousser un peu.

« Tu vois Eric. Je t’avais dit de te couvrir aujourd’hui. » s’inquiéta Benjamin en frottant les cheveux du blondinet.

« Mais non, ce n’est rien, j’ai juste avalé ma salive de travers. » sourit innocemment Eric en regardant son groupe. « Ne vous inquiétez pas, je vais très bien. »

L’arrêt à l’intersection des métro arriva. Les musiciens et Blanches ainsi que d’autres passagers, sortirent du métro pour se rendre pour certain vers la sortie, pour d’autre vers la seconde rame de métro et enfin, pour le groupe de chanteur, vers un coin stratégique afin de se faire entendre par un maximum de personnes. Ils se placèrent entre la sortie de la rame de métro de l’étage inférieur, celle de l’étage où ils se trouvaient et la sortie de la bouche de métro. Se posant contre le mur, Benjamin commença à gratter sa guitare. Les jeunes filles commencèrent à entonner le début de « Carols of Bells. » Puis vint le tour d’Eric. Sa voix devait donner un plus à cette chanson, qui allait attirer un maximum de personne. Mais au moment où il voulut commencer sa chanson, cependant il n’arriva pas à émettre le moindre son. A la place, il senti sa gorge se chauffer, la tête lui tourner. Une quinte de toux l’emporta. Les autres chanteurs cessèrent leur activité pour s’assurer que leur partenaire allait bien.

« Qu’est-ce qui t’arrive Eric ? » demanda une des jeunes filles.

Intriguée, et entendant que la ligne de métro était perturbée par un incident majeur, qu’il était impossible de savoir quand les métro allait repartir, Blanche s’approcha doucement du groupe.

Reprenant son souffle calmement, Eric se releva. Son aîné le regarda avec une mine inquiète, comme un grand frère qui avait peur pour son cadet. Eric voulut leur répondre que tout allait bien, qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Pourtant, en ouvrant la bouche, en essayant de les rassurer, aucun son n’en sorti.

« C’est pas possible. Tu as perdu ta voix ! » dit Benjamin en prenant le visage rouge de son cadet.

« Tu es vraiment énervant !!! On t’avais dit de ne pas rester habillé aussi légèrement, maintenant qu’est-ce que l’on va faire pour ce soir sans toi ? Tu nous sert vraiment à rien. » s’emporta un autre fille alors que le jeune homme eu une nouvelle quinte de toux.

« Votre attention s’il vous plaît. Suite à un problème technique important, toutes les lignes de métro sont annulés jusqu’à demain matin. Des bus seront mis à votre disposition pour vous permettre de vous rendre à votre destination. Veuillez nous excuser de ce désagrément. »

Les différents usagers râlèrent de cet accident inattendu. Blanche comprit qu’elle ne pourrait pas rentrer chez elle avant 20 heure. Elle poussa un long soupir et voulut appeler ses parents. Alors qu’elle allait les appeler, elle vit que le chanteur principal de ce groupe avait finalement perdu connaissance dans les bras de son aîné. Inquiet le plus âgé ne savait plus quoi faire. Il voulait prendre son cadet, et l’emmener au plus vite chez un médecin. Une des jeunes filles se moquait du jeune blondinet en disant qu’il faisait toujours des histoires pour rien. Enfin les deux autres essayaient de chercher un docteur parmi les usagers qui restaient indifférent face à la situation.

Blanche se dirigea vers eux et posa sa main sur le front du jeune homme.

« Visiblement il doit avoir de la fièvre. Je crois qu’il faudrait le couvrir un peu et le ramener vers un endroit plus calme. » intervient Blanche, avant d’enlever son manteau et de couvrir le jeune garçon.

« Mais vous aller attraper froid avec seulement votre chemise. » s’inquiéta Benjamin.

« Ne vous faîtes pas de soucis, j’ai cette écharpe et nous allons essayer d’aller rapidement à un poste de secours. Il doit en avoir un pas loin, les bouches de métro en sont toutes équiper. »

Aussitôt Blanche qui d’habitude était d’une timidité extrême se vit devenir chef d’opération pour soigner le jeune chanteur. Elle demanda à une des jeunes filles d’aller voir des personnes de la préventions afin de le déplacer vers un lieu plus convenable. A une autre fille, elle lui donna un peu d’argent pour qu’elle aille acheter une boisson chaude pour elle et ses camarades. Elle demanda d’ailleurs de s’y rendre avec la jeune fille énervée afin de la calmer.

Benjamin ne quitta pas Eric des yeux. Il semblait encore perdu et suivait à la lettre les consignes de la jeune femme. Cette dernière vit les agents de préventions arrivaient vers elle.

« Nous allons l’installer à un endroit au chaud. Nous nous occupons du reste, vous pouvez y aller madame. » annoncèrent les agents.

« Je préfère venir avec vous. Je suis juste secrétaire médicale, mais j’ai fait une année d’infirmière. Je pourrais vous être utile. Et de toute manière, même si je le voulais, je ne pourrais pas repartir que dans une heure. Alors autant m’assurer que ce jeune homme soit en bonne santé. » répondit Blanche en suivant les agents qui emmener le jeune garçon dans un local réservé essentiellement aux professionnels de cette société de transport. Ils l’allongèrent dans un petit lit de camps improvisé auquel ils ajoutèrent un drap afin que le petit n’attrape pas froid. Benjamin resta inquiet en voyant Eric qui avait énormément de mal à respirer correctement. Les agents appelèrent immédiatement un docteur pour qu’il puisse venir sur place, mais l’improbable arriva.

« Il y a visiblement un accident sur la route qui bouchonne l’ensemble du périphérique Lillois. Même les services d’urgences ne pourraient arriver que dans une demi heure. » s’excusa l’agent de sécurité.

« Une demi-heure ? Et si c’est grave, qu’est-ce que l’on fait ? On va pas le laisser dans cet état là !!! » s’énerva Benjamin qui voulut prendre le col de l’employé. Mais immédiatement Blanche intervint et attrapa le jeune homme pour le calmer.

« Attendez avant de vous affoler. Aller boire un café, je vais essayer de voir se que je peux faire avec mes connaissances. » Commença Blanche en se tournant vers Benjamin. Elle dévia son regard vers l’agent de prévention. « Vous contactez une équipe médicale. Je vais l’examiner du mieux que je peux et ils me conseilleront sur la procédure à suivre pour l’aider à aller mieux, ou du moins pour faire un diagnostic et savoir quel médicaments prendre. »

« Mais les médicaments ne peuvent pas être délivré sauf avec une ordonnance… » continua l’agent de sécurité.

« Sauf si ce dernier téléphone directement à la pharmacie, explique qu’il y a des causes exceptionnelles et normalement les médicaments devraient être délivrés. Il suffit juste de donner les noms des personnes impliqués dans cette histoire afin que les pharmaciens et le médecin puissent savoir qui sont les intermédiaires. »

Aussitôt dit aussitôt fait. Blanche devient les yeux, les mains et les oreilles du médecins de l’équipe médicale restant coincé dans un autre coin de Lille. Elle examina la gorge du jeune garçon et vit qu’elle était enflammé, le rouge était présent jusqu’au fond de la gorge. Elle eu la possibilité de mesurer la fièvre de ce dernier à l’aide d’un thermomètre qu’un agent de prévention a été acheté. Puis, elle mesura la tension de ce dernier avec comme seul outil sa main et la montre d’un agent. Elle vit que Eric avait une tension légèrement au dessus de la moyenne. Pour les bruits du cœur, elle utilisa le système le plus basique qu’il soit, une feuille de papier format A4, qu’elle roula comme un tuyau et qu’elle posa sur le thorax de la personne. Elle avait apprit en école d’infirmière que c’était les tout premier stéthoscope utilisé outre l’oreille posée sur le thorax. Elle put constater qu’il avait des difficulté à respirer.

« Je pense qu’il s’agit d’un rhume combiné à une angine rouge. Mais, vous m’aviez dit qu’il avait fait des crises d’asthme étant enfant. Cela peut devenir plus grave. Il faudrait prendre des antibiotiques. Je vais essayer de convaincre les pharmaciens de vous en délivrer rapidement. Sinon, nous essayons de vous les ramener le plus vite possible. » argumenta le médecin de cette équipe en faisant son maximum pour que le jeune homme ne souffre pas trop.

Blanche regarda autour d’elle et vit Benjamin revenir. Elle lui sourit en expliquant que tout allait bien se passer.

« Dites moi, connaissez vous quelqu’un dans le coin qui pourra héberger votre ami le temps que les bouchons soient débloqués. »

« Je n’habite pas loin d’ici. Nous pourrions y aller. » proposa Benjamin en regardant la jeune femme.

« Très bien. Donnez l’adresse aux agents, nous allons nous y rendre afin qu’il puisse se reposer dans un lieu plus calme. »

« Et comment comptez vous vous y rendre ? » demanda l’agent.

Blanche sourit en maintenant dans sa poche sa petite montre à gousset.

« Ca c’est mon secret. »

Benjamin prit sur son dos son cadet et voulut se diriger vers la sortie, mais Blanche lui montra un autre chemin. Ils se dirigèrent vers un lieu plus sombre, peu fréquenter. Inquiet, Benjamin lui demanda :

« Qu’est-ce que vous faites ? »

« Si nous sortons et que votre ami prend à nouveau froid, son état va empirer. Je vous demande juste d’imaginer votre maison. »

« Qu’est-ce que vous allez faire ? »

« Ne discutez pas et imaginez. »

Intrigué, et surtout encore en proie à la panique, le jeune homme obéit tout de même à la jeune femme. Aussitôt, Blanche sorti sa montre gousset et cliqua sur le petit ressort qui utilisa sa magie. Soudain la grande aiguille changea d’apparence, des petits flocons tourbillonnèrent autour des trois personnes. Benjamin ouvrit les yeux pour voir ce spectacle, avant de disparaître et de voir autour de lui le décor changer. Il était désormais arrivé dans un endroit familier. Celui qu’il imaginait. Le palier de sa maison. Encore sous le coup de la surprise, il se retourna vers la demoiselle qui rangea sa montre à gousset dans sa poche.

« Qui êtes-vous ? » demanda-t-il inquiet.

« Je m’appelle Blanche. Je vous expliquerai tout une fois que votre ami sera dans un lieu adéquat. » Répondit-elle.

Ils ne fallu pas longtemps pour que les deux jeunes entrent dans l’appartement de trois pièces. Le jeune homme vivait seul et arriver à payer son loyer en travaillant de temps à autres les nuits ou les heures où il n’avait pas cours. Il n’y avait rien d’extraordinaire dans cet appartement, mis à part qu’il était chaleureux. Benjamin se rendit dans sa chambre pour déposer son camarade dans son lit et le couvrir d’une couverture bien chaude.

« Maintenant, vous allez tout me raconter. Qui êtes vous ? » réclama Benjamin, en n’haussant la voix que faiblement pour ne pas réveiller Eric.

« Comme je vous l’ai dit, je m’appelle Blanche. »

« Comment nous sommes passé de la bouche de métro à ici ? »

Blanche sorti sa montre à gousset. Elle hésitait à dire son secret, elle avait peur qu’on l’a prenne pour une folle. Mais elle se devait d’avoir des explications pour cet inconnu.

« En fait, c’est grâce à cette montre que je peux utiliser mes pouvoirs. Elle m’a été donner par un elfe et… »

« Vous me prenez pour un idiot ? »

« Vous avez bien été téléporter, pourquoi je vous mentirez ? » corrigea Blanche immédiatement. Se qui eu comme conséquence de calmer rapidement le jeune Benjamin. « Je disais donc, cette montre m’a été donner par elfe et une mission aussi. »

« Une mission ? »

« Celle de sauver Noël… »

« Comment ça sauver Noël ? Expliquez-vous !!! »

Blanche lui décrivit toute l’affaire, ce qui arriverait si elle et les autres ambassadeurs ne réussissaient par le mission, alors il n’y aurait plus aucun Noël les années suivantes.

« C’est affreux !!! » gémit-il en regardant vers Eric. « Cette période de l’année et si belle, pourquoi elle disparaitrait de cette manière aussi brutale. Ce ne peut pas être possible. »

« C’est pour cela que je me bats. Pour garder les traditions de Noël et… »Un silence se posa, quand tout d’un coup la jeune fille se releva brutalement du fauteuil où elle s’était assise. « MINCE !! Il faut que je prévienne Isidore de se qu’il se passe, sinon il va encore s’inquiéter. Désolé, un petit instant. »

La jeune femme s’isola dans la cuisine pour passer son appel à son ami Elfe. Ce dernier lui avait passé son numéro de téléphone durant la décoration du sapin de Noël. Elle composa le numéro et entendit : « Isidore à l’appareil ! »

« Isidore, c’est Blanche. Désolé de ne pas avoir donner de nouvelles, mais beaucoup d’événements se sont enchaînés et… »

« Tu es coincée à Lille, pas vrai… » répondit l’elfe.

« Exact… »

« Ne bouge pas, je vais te rejoindre. »

« Alors je vais te donner l’adresse c’est au… » Elle n’eu même pas le temps de dire la suite qu’il raccrocha et apparut à ses côtés. « EH !!! N’apparaît pas comme ça !!! » murmura-t-elle énervé.

« Désolé, mesure d’urgence. Je me suis téléportée le plus rapidement possible. »

Blanche entendit du bruit et cacha immédiatement l’elfe derrière elle, même si cela ne servait pas à grand-chose. Elle vit arrivé un des agents de prévention avec un médecin qui donna les médicaments. Il passa voir le malade pour s’assurer que ses jours n’étaient pas en danger, et après avoir donner les consignes de se reposer, ils retournèrent à leurs activités.

« Ca y est ? Ils sont partis ? » Demanda Blanche doucement vers Benjamin.

« Oui. Mais, le concert de ce soir va devoir être annuler. »

« Quel concert ? » réclama L’elfe qui sorti de sa cachette pour aller voir le jeune homme.

« QUI ETES VOUS !!! » cria le jeune homme surprit de voir un inconnu dans sa maison.

« Isidore, tu aurais pu me laisser te présenter avant de surgir de la sorte. » râla la jeune femme avant de faire les présentations des deux personnes. Comprenant un peu mieux la situation, Benjamin accepta la venu de cet elfe et surtout de se qu’il représente.

« Qu’est-ce que l’on va faire maintenant que notre chanteur vedette. Surtout qu’il s’agit de l’un des concerts les plus attendus par les enfants. Ils n’ont plus de famille, mais ils peuvent au moins espérer avoir comme des grands-frères et des grandes-sœurs ce soir pour fêter avec eux ces fêtes. Et puis…Eric a tellement fait pour eux… » soupira Benjamin en prenant sa tête entre les mains.

« Et si on utilisait la magie pour l’aider à guérir et faire un fête d’enfer !!! » s’écria Isidore.

« HE !!! »

« Quoi ? Tu n’as pas utilisé la magie depuis plusieurs jours. Autant faire un petit coup de magie pour que notre gamin puisse aller mieux et faire la fête. En même temps tu enchantera la guitare qui donnera un son incroyable et fera rêver les enfants. Ou donnera une illusion qu’ils souhaitent. » proposa Isidore fier de son idée.

« Vous pouvez faire cela ? » s’étonne Benjamin en prenant les mains de la jeune Blanche, qui rougit d’un coup.

« Mais…Mais… »

« Ne vous inquiétez pas, elle est toujours timide… » sourit Isidore en voyant sa protégée dans l’embarras.

« Pourtant, c’est elle qui a tout fait pour que mon ami soit dans de bonnes conditions. »

« Je comprends…Une fois les situations d’urgences passées, tu redeviens la petite fille timide que tu as toujours été. »

« Et alors ? » s’énerve Blanche avant d’accepter la proposition de l’elfe.

A nouveau, elle sorti sa montre à gousset, la tourna deux fois vers la droite et cliqua sur le ressort. La magie s’empara alors de Eric et de la guitare qui avait des étoiles sur ses cordes. Le chanteur quand à lui senti la chaleur et la fièvre qui le quittaient. Sa respiration se fit plus calme, et sa gorge ne lui fit plus mal. Envahit par une sorte d’aura de lumière, il senti sa voix revenir, il ouvrit les yeux pour se voir en élévation dans la chambre de son ami. Inquiet et intrigué il se tourna dans un sens pour voir se qu’il lui arrivé.

« Du calme mon ami. Dans quelques secondes se sera terminé. Tu peux nous faire confiance. » averti Isidore.

« Tu peux leur faire confiance. Ils vont vraiment t’aider. » surenchérit Benjamin.

Aussitôt le jeune blondinet se calma et se laissa faire. L’aura de lumière pénétra dans toutes les pores de sa peau avant d’être ramener délicatement sur son lit. Voyant qu’il était à nouveau sur la terre ferme, Eric se releva du lit de son ami et se tourna vers les inconnus.

« Qui sont ces personnes ? Qu’est-ce que je fais dans ta chambre ? Nous étions pas dans la bouche de métro de porte des postes ? »

Benjamin lui raconta l’incroyable aventure qu’il s’était passé et lui décrivit tous les détails. Au départ, le jeune homme était sceptique mais au final, il crut à cette histoire. Après avoir été en lévitation au dessus du lit de son ami entouré de lumière, et de voir cet elfe dans cette maison, il était prêt à croire à beaucoup de choses.

« Bon, notre mission est terminée. On va pouvoir rentré. » sourit Isidore à la jeune demoiselle.

« Surtout que je dois publier mon calendrier de l’avent. » s’inquiéta Blanche en regardant l’heure.

« Ah, en parlant de cela. » Isidore sorti de sa manche une carte de visite où il était inscrit l’adresse du blog. « Faites y un tour à l’occasion. Cela pourrait vous intéressez, vous et les enfants de l’orphelinat. »

« ISIDORE GROUILLE TOI !!! » s’énerve Blanche en jouant avec sa montre à gousset.

« Oui j’arrive. »

Les deux personnes disparurent comme ils venaient d’arriver, magiquement dans un flot de flocons de neige. Eric et Benjamin se demandaient si tout ce qu’ils avaient vécu était un rêve ou la réalité. Mais peu importe, du moment qu’ils puissent assurer leur spectacle.



En rentrant chez elle, Blanche se dirigea immédiatement dans sa chambre publier le calendrier de l’avent. Elle avait peut de temps devant elle et encore beaucoup de choses à accomplir. Elle vit la montre qui avait un peu changer. Sûrement grâce au fait que les deux jeunes chanteurs croient un peu plus en l’esprit de Noël. Et si cela pouvait toucher d’autres personnes, des enfants, alors ce Noël pourrait ne pas être le dernier.

« Je l’espère… » pensa tristement Isidore en voyant le temps s’écouler tellement vite.

A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)





Dernière édition par juliabaku le Sam 10 Déc 2011 - 8:48, édité 1 fois (Raison : a oublié une partie !!^^)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Lun 5 Déc 2011 - 20:57

Encore un joli sauvetage!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13268
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mar 6 Déc 2011 - 17:07

Timide Blanche !... Peut-être !... Mais en situation de crise, elle assure grave... Un beau sauvetage à son actif avec l'aide d'un peu de magie pour redonner tout son sens à l'esprit de noël... Isidore peut être fier de sa protégée...

Bravo pour ce chapitre...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mar 6 Déc 2011 - 19:58

Calendrier de l’avent jour 6 : Mardi 6 Décembre




Il était 18h45, quand Blanche revenait de son travail. Aujourd’hui, étrangement, Isidore n’était pas venu la chercher, il avait quelques petites affaires à régler. De ce fait, il était indisponible. Par rapport à la veille, cette journée a été assez calme. En revenant chez elle, montant dans sa chambre sous les combles, elle alluma son ordinateur pour se rendre sur son blog de calendrier de l’avent. Elle observa en priorité les commentaires qu’elle avait pu recevoir et découvrit un message particulier de Benjamin et d’Eric, en plus de celui d’Estelle.

« Madame.

Merci de nous avoir aider hier pour mon ami et moi afin de nous permettre de chanter correctement lors du concert de la Saint Nicolas de ses orphelins. Nous avons lu vos premiers écrits qui nous plaisent énormément. Je vous envoie par mail les photos et vidéos du concert, et nous espérons pouvoir lire d’autres petites histoires de la sorte tout au long de cette période. Continuez vos écrits.

Cordialement.

Benjamin et Eric. »

Le message fit plaisir à Blanche qui sentait que son travail n’était pas vain. Visiblement il plaisait à beaucoup de personne et ne semblait pas poser de problème. Du moins pour le moment. Mais il n’attirait pas non plus l’intérêt des journalistes comme le fut les autres ambassadeurs. Blanche réfléchissait à la manière de le rendre plus attrayant pour qu’un maximum de personnes passe sur son blog, mais par la même occasion, elle voulait rester assez discrète. Faire un coup de pub à la fois fort et discret. Pas facile, voir quasiment impossible.

Soudain, elle entendit la sonnette de la porte d’entrée. En regardant son calendrier, elle se rendit compte du jour auquel ils étaient arrivés par le biais de l’histoire qu’elle mettait en ligne. La saint Nicolas.

« Ah…Je vois…Ils doivent être arrivés… » Soupira Blanche en mettant en ligne son histoire avant de descendre dans le salon observait une scène qu’elle avait l’habitude de voir depuis des années. A chaque saint Nicolas, les enfants que sa mère gardait ou garde encore, les cousins, les cousines d’un certains âge ainsi que les voisins les plus jeunes. Sa mère avait gardé un immense mont de cadeaux avec un petit paquet pour chacun. Elle la voyait offrir à un cadeau par personne, rendant les enfants heureux. Blanche avait l’habitude de voir cette petite scène. Elle fêterait la sainte Catherine comme chaque année, elle aurait un cadeau. Elle savait qu’a ses 25 ans, elle aurait le droit à un chapeau si elle resterait célibataire. En parlant de célibataire, elle avait lu aussi que Saint Nicolas était le Saint patron des célibataires…Du moins il était le saint patron de beaucoup d’autre personnes : les enfants en priorité, les prisonniers, les marins, les prostituées…Bref, un bon paquet de personnes. Le pauvre devait sans doute travailler énormément pendant ce jour de fête. Mais ici, dans le Nord pas de calais, la fête continuait malgré les années qui passent. Visiblement la tradition était perpétuée et les enfants la connaissaient, même si elle avait changé au fur et à mesure des années qui passent. Saint Nicolas était de moins en moins craint par les enfants, ou du moins, son assistant le père fouettard ne faisait plus peur. Quasiment tous les enfants recevaient des jouets qu’ils soient sage ou non. Blanche ne comprenait pas pourquoi les parents ne leur faisaient pas un petit peu peur en cette période de fin d’année. Quand un enfant faisait du mal, il devrait recevoir un bout de charbon ou une brindille. Mais les parents ne leur offrirent jamais ce genre de petit cadeau, ayant trop peur de traumatiser l’enfant.

« Parfois cela pourrait les calmer au contraire. » pensait Blanche en imaginant le bambin recevant ce genre de cadeau, craignant que le père Noël ne ramène pas de cadeaux, car Saint Nicolas et le père Fouettard l’auraient prévenu que cet enfant ne serait pas sage. Elle pensait que cela pourrait stimuler l’enfant à être obéissant, même si cela reviendrait à une sorte de chantage. Elle savait aussi que les enfants étaient bien souvent désobéissant, souhaitant être en conflit avec leur parent pour recevoir l’objet convoité. Les parents devant subir aussi bien une pression dans leur milieu professionnel que familiale cède plus facilement, ou du moins dans certaines familles, en craignant des effets de manque chez leur petites têtes blondes. Puis l’enfant gagne et teste les parents jusqu’à l’impossible. Et cela pouvait provoquer dans certains cas des conflits familiaux. Mais n’étant pas psychologue, Blanche ne faisait que quelques suppositions sans avoir de preuve nette.

« Ils ne connaissent sans doute pas la légende de Saint Nicolas. » souffla-t-elle en passant dans le couloir pour se rendre vers le bureau informatique pour aller imprimer quelques travaux qu’elle avait commencé.

« C’est quoi la légende de Saint Nicolas ? » demanda Isidore qui apparemment s’était incrusté dans la dite pièce, aidant la petite Camelia dans ses devoirs.

« Je t’ai déjà dit de ne pas te téléporter de la sorte. » soupira Blanche, alors qu’elle vit la petite sœur se réjouir de voir l’elfe.

« La saint Nicolas a plusieurs légendes, mais la plus connue est celle où elle ressuscite trois enfants qui ont été tué par un boucher. Il fallut attendre sept années avant qu’il ne les trouve et qu’il les ressuscite. Il n’avait pas de GPS à cette époque, je crois que c’est pour ça qu’il s’est perdu. » Sourit la petite sœur en racontant une partie de l’histoire.

« Elle est un peu gore votre histoire. » souffla l’elfe avant d’observer dans la rue, une personne déguisé en rouge, portant un chapeau d’évêque, une mire, sur le dos d’un âne. Il avait aussi un large barbe blanche et passer dans la rue donner aux enfants des bonbons. Tous les enfants de la maison de Sonia sortirent dans la rue pour accueillir le personnage mythique. Blanche sourit en voyant le Père Fouettard qui l’accompagner. Quelqu’un s’était couvert le visage d’une barbe grise et porter un grand manteau à capuche grise. Il possédait un fouet dans sa main droite et de son bras gauche, il tenait son fagot de bois, pour donner aux enfants méchants des brindilles. Du moins c’était juste pour effrayer les enfants et leur montrer un exemple de se qu’il se passe s’ils n’ont pas été sage.

« C’est qui cet homme en gris ? » réclame Isidore en montrant le Père Fouettard.

« Le Père fouettard. Il y a plusieurs légendes à son sujet. L’une d’entre elle parle qu’il est le boucher qui a tué les enfants. D’autre dise qu’il s’agit du frère du Saint Nicolas qui voudrait l’aider dans sa tâche. Mais la plus connue et… » commença Camelia avant d’être interrompue par sa grande sœur.

« C’est celle que les parents ont inventé. Un personnage qui enlèverait les enfants s’ils ne sont pas sages, ou qui offrirait du Charbon ou des brindilles afin des les punir. »

« Ouhlà… Et on fête ce genre de personnage ? » s’étonne Isidore.

« Plutôt on fête se qu’il représente. Il est le saint patron des enfants. » reprit Camelia.

« Et des voleurs, prisonniers, prostitués, marins, célibataires etc.… » continua Blanche.

« Il a beaucoup de travail votre Saint Nicolas. »

« Je te le fais pas dire. Avec Blanche comme célibataire, elle ne sera pas prête de se marier, je peux te l’assurer. » Affirma la petite sœur fière de sa phrase, avant qu’elle ne reçoive la fameuse petite tape derrière la tête. « EH !! Qu’est-ce que j’ai encore fait ? »

« Tu parles trop… »
« Alors comme ça tu es célibataire ? » sourit Isidore en s’approchant de son ambassadrice.

« Comme dit le proverbe, il vaut mieux être seule que mal accompagnée. »

« Peut être, mais tu n’as jamais tenté de te trouver un petit copain ? »

« Euh…En fait… » commença Blanche gênée avant que la petite sœur ne se mêle de tout encore une fois.

« Elle a déjà tenté, mais à chaque fois elle se prend que des râteaux. Donc forcément, ça ne va pas fonctionner. »

« Tu sais que le son de ta voix m’énerve. Et par ailleurs, Saint Nicolas se chargerait des hommes à marier. Nuance » s’acharne Blanche en frottant intensivement les cheveux de sa cadette.

"Alors qu'allez vous faire ?" demanda Isidore intrigué par les traditions de la maison.

Blanche réfléchit avant de trouver une idée intéressante. Elle prit la main de son elfe pour l'entraîné à l'extérieur. Elle demanda à sa mère si elle pouvait emprunter la voiture pour aller montrer les différentes traditions de la saint Nicolas. La mère ne vit aucun inconvénient et ensemble, avec la petite Camelia, ils commencèrent par passer dans une carterie.

Là, ils virent un bon nombre de groupes d'enfants, plutôt des jeunes garçons, quoique quelques filles étaient présentes aussi, se collant sur les cartes. Ils cherchaient tous des cartes de Saint Nicolas qu'ils allaient offrir à leur amis garçons pour la saint Nicolas. C'était juste un geste d'amitié.

"S'offrir des cartes pour ce jour? Pourquoi?" demande Isidore en prenant la manche de sa camarade.
"En fait c'est une tradition. Je sais que dans le Nord-pas-de-calais on aime bien acheté des cartes que l'on s'offre. Pour la sainte catherine, c'est la même chose. Souvent on aime donner aussi des chocolat pour la saint Nicolas. Pour la sainte catherine, c'est souvent un objet en rapport avec les petites filles. Des vêtements, des objets pour se coiffer. Bref, de quoi célébrer les petites filles, et les petits garçons." sourit Blanche qui avait l'habitude de ces traditions.

" Des chocolats?" s'interrogea Isidore avant de sentir Camelia lui prendre la main.

"Oui, on va en chercher Blanche!!!"
"Oui. Après tout, il faut ramener la saint Nicolas de notre grand frère." sourit Blanche en sortant du magasin. Ils n'avaient pas à faire beaucoup de chemin pour se rendre dans une petite chocolaterie qui faisait des Saint Nicolas en chocolat, comme de nombreux animaux et autres personnages. Les mères de familles préparaient elles les fêtes de Saint Nicolas pour leur enfants. Prenant parfois un petit personnage de 5 cm tout comme certaines prenaient un de 30 cm.

Pour Blanche et Camelia, le choix fut vite fait. Une figurine de Saint nicolas en chocolat noir. Et un petit elfe au chocolat au lait.
"Vous en avez acheté deux?" s'étonne Isidore en montant dans la voiture.
"Oui, le second c'est pour toi de notre part!!!" rit Camelia en offrant le chocolat au lait.

L'elfe se senti gêné de recevoir un présent de la part de son accompagnatrice et de sa petite soeur. Surtout en sachant qu'elles n'étaient pas obligé. Ils ne se connaissaient que depuis 6 jours, mais elles voulaient à tout prix lui offrir quelque chose.

"Après tout, c'est la fêtes des garçons. On allait pas te laisser sans rien recevoir cette année. Je ne sais pas si on le fête chez toi. Mais, nous voulions faire un petit geste." sourit Blanche en conduisant la petite troupe chez elle.

La nuit tomba, et Isidore quitta la famille. Sur la route, il mangea un peu de ce chocolat qu'il avait reçu, avec un sourire sur ses lèvres. C'était son premier cadeau d'un de ses accompagnateur. Les seuls qui lui avait offert des cadeaux étaient le Père et la Mère Noël.
En observant le ciel, il se dit qu'il avait vraiment de la chance d'être tombé sur une famille aussi accueillante et espère réussir sa mission.

A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mer 7 Déc 2011 - 16:08



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mer 7 Déc 2011 - 19:24

(Je crois que pour cette histoire ci, je me suis beaucoup basé sur un petit soucis rencontré l'année passé. )
Calendrier de l’avent jour 7 : Mercredi 7 Décembre : Quand on dépend de l’informatique.




Ordinateur allumé, disque dur externe aussi, le dossier était ouvert, il ne restait plus qu’une action a réalisé : mettre en ligne ce jour de calendrier de l’avent. Un peu fatiguée après sa journée de travail, mais peu importe, Blanche voulait mettre en ligne son calendrier de l’avent.

Relevant ses manches, les yeux fixés sur son ordinateur, portant une petite paire de lunette, elle prépara ses petits doigts de fée pour mettre en page cette histoire. Dans un premier temps, elle se rendit sur son forum habituel, où elle a publié ses premiers écrits, ses premiers amours, ses premiers calendriers. Dans le moteur de recherche, elle saisi le nom du forum, puis cliqua sur l’adresse. Là elle entra dans le monde merveilleux du forum, où un message d’alerte était inscrit dessus :

« Suite à un problème technique, l’équipe administrative travaille d’arrache pied pour trouver une solution au plus vite. D’ici là, la fonction répondre et Nouveaux messages sont bloqués. Veuillez nous excusez de ce désagrément. »

Les yeux grands ouverts, la bouche en O, Blanche n’y croyait pas. Ce forum qui était soutenu par une équipe de trois dames déjantées ne fonctionnait plus en cette période de l’année. Elle aurait aimé être à leur place, elle qui a déjà gérer un forum, afin de pouvoir les aider. Mais, il y avait une sacré distance entre le Nord Pas de Calais, sa région natale, et la Normandie qui est la région où se réfugie ses étranges créatures. Et sans leur présence, le forum ne fonctionnerait plus. Il fallait aussi compter qu’elles avaient un travail chacun très occupant : l’une travaillant dans le milieu de l’éducation, une autre dans le milieu médical, et enfin la dernière travaillant dans le milieu du tourisme. Ce qui leur demander beaucoup de temps, pour un forum gratuit à disposition à tous, afin de publier écrits, dessins, vidéos ainsi que d’autres petits travaux personnels.

Blanche soupirait. Elle envoyait un message à sa collègue d’écriture de 47 ans, puis un à sa meilleure amie afin de leur indiquer qu’elle continuerait son calendrier de l’avent dans un autre endroit, si elles souhaitent lire au jour le jour les histoires.

Refermant la fenêtre du forum, elle inscrit le nom d’un hébergeur de Blog où elle s’était inscrite. Donna quelques nouvelles aux jeunes qu’elle fréquente, et qu’elle veut leur donner le goût de l’écriture à un autre point, même si elles ont déjà commencé. L’une d’entre elles lui avait même enseigné la méthode pour créer et gérer un Blog. Blanche connaissait comment construire un blog, mais le gérer d’une main de maître comme sa chère collègue de 7 ans sa cadette. Depuis, elle fit fonctionner deux blogs : un racontant une histoire policière tiré d’un jeu vidéo, et le second pour le calendrier de l’avent. Elle avait construit le premier blog pour s’assurer du fonctionnement de celui-ci et de savoir comment manier les différents outils, afin d’avoir le moins de soucis possible. Et puis si elle avait un problème, elle pouvait toujours demander à l’équipe technique de cet hébergeur de blog. Blanche tapa sous son nom de plume ses textes en espérant d’avoir un public assidu. Elle n’avait pas beaucoup donné d’importance pendant un certains temps sur le blog policier, devant travailler sur le second. Mais une fois la période des fêtes de fin d’années passées, elle serait en mesure de reprendre son rythme de travail normal. Ecriture chaque soir ou week-end un chapitre de ce policier, un soir sur deux, un passage de son roman héroïc fantasy qu’elle travaille depuis maintenant 7 ans, et enfin, un deuxième héroïc fantasy, plus récent. Elle était du genre à ne pas abandonner ses rêves, ou de les abandonner quand il n’y avait vraiment plus aucun espoir, ou si cela nécessitait un sacrifice trop important. N’ayant pour le moment aucune contrainte au niveau humain, pas de petits amis, et des amis souvent occupés à de nombreuses tâches, les parents occupés avec les autres enfants, elle était libre d’écrire ses petits romans qu’elle aimerait publier.

Mais son rêve, ne s’exhaussera pas de suite, et pour le moment, elle tente de se rapprocher du public à sa manière d’écrire et de savoir se qu’ils pensent de ses écrits, savoir se qu’ils désirent retrouver dessus. Voilà comment elle travaillait. Elle était à la fois proche de ses lecteurs et en même temps éloigné de la réalité.

Cependant, son projet d’écriture se retrouva bouleversé quand elle se rendit compte que son blog comme de nombreux autres étaient eux aussi en réparation. Visiblement l’hébergeur rencontrait des problème de piratage, qui empêcha la jeune femme de publier ses écrits.

« C’est pas mon jour de chance on va dire. » soupire Blanche en voyant à son tour que son ordinateur semblait être bloqué. Ce n’était pas un virus qu’elle avait face à elle, ni un cheval de Troie, mais au vieillissement inéluctable de cet appareil qui avait souffert le martyre en allant chez sa grande sœur, subissant la corrosion lié au tabac ambiant d’un de ses maîtres. De la poussière qui s’accumulait davantage chaque jour vers son aération. Bref, un bon paquet de petits soucis qui l’empêchait de vivre correctement.

« Qu’est-ce que je fais maintenant ? Mon ordinateur portable n’a plus accès à internet. Et l’ordinateur du bureau au rez-de-chaussée et utilisé par mes parents pour eux jouer. Il faut que je trouve une autre solution et vite sinon… »

Soudain une idée lumineuse lui vient en tête. Sortant de sa poche de pantalon sa montre à gousset, elle se demandait si tout cela était correct. Corriger les erreurs techniques par la magie. Certes, les équipes n’auraient pas à travailler si durement et les utilisateurs seraient ravis. Mais avait-elle le droit de s’en servir pour ses fins personnelles ? En réfléchissant d’avantage, elle se rendit compte que sa camarade belge en avait fait de même. Elle avait usé de sa magie pour créer ce magnifique décor de Noël. Alors pourquoi elle ne pourrait pas faire de même avec son ordinateur. Après tout, l’une comme l’autre avait besoin de cela comme outils pour améliorer les performances de leurs travaux et non pas pour le remplacer totalement. Soupirant un peu, elle appuya sur le petit bouton au dessus de sa montre pour activer trois sorts de magie. Le premier, le plus important pour Blanche, réparant l’intégralité de l’ordinateur, lui rendant une seconde jeunesse. Le second, un sort pour réparer les problèmes technique du Forum, afin que ses camarades d’écriture n’aient plus aucun soucis et puisse se reposer où profiter de ce temps pour continuer leurs arts. Enfin le dernier pour l’hébergeur de ses blogs, afin que l’équipe technique puisse travailler sur les autres problèmes de gestion de blog et permettre aux utilisateurs de continuer à visiter les blogs et à les entretenir. La magie s’empara dans un premier temps de l’appareil électronique qui sentit ses aérations devenir à nouveau neufs, ses circuits électronique retrouvèrent leur fonctionnement comme leur premier jour, et les effets nocifs de la cigarette fut réduit à néant. Par la suite, la magie circula dans le réseau internet pour traverser les monts et rivières, les différentes régions avant d’arriver sur les deux serveurs principaux. L’un se situant essentiellement en Normandie, sur trois ordinateurs où les jeunes femmes qui étaient à leur emplois ne virent pas leur ordinateur s’illuminer et régler les différents problèmes technique. La magie alla aussi dans un autre réseau, quelque part en France, les informaticiens de l’hébergeur de blog s’acharnaient à régler les problèmes qu’ils rencontraient. Soudain, leurs ordinateurs s’illuminèrent, un petit elfe apparu sur leur écran et semblait régler l’ensemble des problèmes rencontrer. Incapable de comprendre la réaction de leur appareil, croyant dans un premier temps à l’attaque d’un nouveau genre de virus, ils s’aperçurent très vite que c’était le contraire. Le virus disparu de lui-même, les données qui avaient disparu de certains blogs furent récupérer par ce petit elfe informatique. Et quand l’ensemble des problèmes étaient réglés, il laissa un petit message derrière lui à l’ensemble de l’équipe technique : « Isidore et Miss B vous souhaite de merveilleuse fêtes de fin d’année. »

L’équipe technique connaissait bien le pseudonyme. Cette jeune fille avait d’ailleurs montré les différentes erreurs rencontrées sur l’hébergeur pour essayer de les convaincre de les modifier et ne plus avoir de tels soucis. Par ailleurs ses blogs n’étaient pas les plus visités, mais comme beaucoup d’entre eux, ils étaient bien entretenus. Ils s’étaient alors promis de voir se qui se tramait sur ce blog pour réparer aussi vite ce problème et surtout connaître la démarche à suivre.

20h00 sonné déjà, et Blanche venait tout juste de terminer de publier sur le forum l’écrit. Il lui restait de passer sur son blog afin de faire de même. Elle devait recommencer à chaque fois la même procédure. La mise en page ne se faisait pas automatiquement. Il fallait à chaque fois recommencer la manœuvre qui était différente selon l’hébergeur utilisé. Les outils n’étaient pas les mêmes, et il fallait s’y habituer. Travaillant tranquillement, Blanche finit vers 20h30 son travail. Elle put aller se restaurer avec les bons petits plats de sa mère puis aller se doucher. La nuit allait être un peu plus reposante, ou du moins méritée. Etrangement, Blanche se sentait plus fatiguée que d’habitude. Est-ce que le stress l’épuisait à ce point là ? Ou alors le fait d’utiliser la magie ? Elle se souvenait de la terrible figure de Stéphanie quand elle avait terminé son village de Noël. Usant énormément de magie, elle avait l’air si fatiguée. Cela était peut être du à cette magie. Blanche pensait à demander à Isidore dès le lendemain afin d’avoir plus d’information. Revenant dans sa chambre après un bon repas, et une bonne douche, elle se rendit dans son petit lit douillet. Se faufilant dans ses couvertures, elle mit au dessus de ces dernières un large plaid bleu clair. Ses deux coussins la soutenait, et vers 21h30, après avoir écouter quelques chants de Noël, elle ferma doucement les yeux et s’endormit paisiblement.

La fin d’une dure journée et le commencement de ce monde de rêve.
Blanche se remémorait de cet anniversaire qu’elle avait passé dans son entreprise. Sa collègue de travail et amie avait gagné un an de plus. Avec ses autres collègues de travail, elle avait cherché un cadeau d’anniversaire extraordinaire. Par la même occasion, elle avait fabriqué une petite carte à sa manière en donnant des allures un peu de bandes-dessinées. Elle avait redessiné son visage en manga, en ajoutant se que cette personne adoré. Elle avait fait signé de la part de toute l’équipe et n’avait pas avoué son secret, préférant garder ses petites combines pour elle.

Le gâteau fut délicieux, l’apéritif fut amusant et les yeux de son amie brillaient.

C’était tout se qui lui importait. C’est dans cet esprit que son rêve se forma avec un esprit apaisé.

A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)





Dernière édition par Louzanes le Mer 7 Déc 2011 - 19:37, édité 1 fois (Raison : retrait des [b] en trop)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mer 7 Déc 2011 - 19:26

Ben voilà!!! Faut que Blanche fasse un détour par mes récaps pour réparer tous les liens qui ont sauté!!!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Louzanes
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Rat
Messages : 8401
Date d'inscription : 12/09/2011
Age : 44
Localisation : Sous l'étang !!!! Venez me chercher si vous l'osez

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mer 7 Déc 2011 - 19:35

En parlant de lien. Je peux t'envoyer ceux des divers terminé ! J'ai refais pratiquement toutes mes mises à jours !

C'est blanche qui aurait du être embauché tiens ! rire démoniaque


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2930-louzanes
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Mer 7 Déc 2011 - 21:03

Ca ne me sera pas forcément utile puisque du coup il faudra quand même que je pioche à droite à gauche, donc je vais essayer avec mes récaps fandoms et si ça ne marche pas je verrai...

J'en avais déjà corrigé un mais il a ressauté illico lorsque j'ai changé de mode d'édition!!! Donc je vais reessayer en mode non mise en page pour voir (même si du coup c'est drôlement plus désagréable pour les yeux et long pour la sélection).

Mais merci de ton offre, je m'en souviendrai le cas échéant.


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   Jeu 8 Déc 2011 - 20:37

(En même temps, faut que je trouves un moyen pour t'envoyer notre écrit de Fanzine et le dessin Nonna. L'ordi bugue en ce moment...-_-" et pas que lui.)


Calendrier de l’aven jour 8 : Jeudi 8 Décembre -> Un elfe, mais pas deux.




Blanche sortait comme à son habitude de son travail vers 12h00. Comme d’habitude, elle va salué sa camarade qui a prit un an de plus et se dirige vers les magasins. En cette saison, malgré le froid, elle marche tranquillement sur la fine particule de neige qui est tombée cette nuit. Elle a quelques petits cadeaux à aller acheter pour l’ensemble de sa famille. Même si pour certains, elle n’a pas d’idée bien précise. Mais contrairement aux années précédentes, elle se trouve dans une grande ville où les magasins sont remplis d’idées plus originale les unes que les autres. Et c’est de là, qu’elle trouve ses cadeaux. Mais elle n’en dirait pas plus. Il restait aussi un cadeau pour sa meilleure amie. Elle devait trouver le cadeau extraordinaire, original, et respectant le budget cadeaux. Et cette année, son budget cadeaux était bien plus grand que les années précédentes. Souvent elle devait prendre sur ses économies, 100€ pour l’ensemble des cadeaux. Et cette année, le budget avait quadruplé. Ce qui lui permettait de faire encore plus de cadeaux. Elle réservait à chaque mois 100€ pour créer un budget cadeaux pour les occasions du mois : en décembre Noël, en Janvier, les anniversaires de sa grande sœur et de son père, en Avril, celui de son grand frère, en Mai, celui de sa petite sœur, en Juillet celui de sa mère et celui de sa meilleure amie. Enfin, elle conservait le reste pour Noël ou les petites occasions.

Tandis qu’elle traversait la rue piétonne, elle passa prés d’une boutique en travaux. Plongée dans ses pensées, elle n’entendit pas cet homme qui lui crier attention. Par réflexe, elle regarda vers le ciel, où elle vit une multitude de brique tombé vers elle. N’arrivant plus à bouger, elle posa ses mains sur sa tête, comme pour se protéger des dégâts. Elle se senti soudainement poussé par quelqu’un derrière elle, et tomba brusquement sur le sol. Aussitôt les passants se dirigèrent vers elle, qui leva les yeux pour voir son sauveur. Un jeune homme qui devait avoir une vingtaine d’années, les cheveux noirs ébènes, les yeux violets, la peau très pâle, le visage sérieux et séduisant, habillé comme un vrai gentleman était au dessus d’elle.

« Vous allez bien Mademoiselle ? » demanda ce bel inconnu, en prenant la main de Blanche.

« Oui…oui, je n’ai rien… » soufflait-elle à la fois sous le choc de la surprise de cette situation, et gênée par la beauté de cet homme.

« Je suis rassuré. Vous voulez bien que je vous accompagne dans vos courses pour faire ample connaissance. Je m’assurerai qu’il ne vous arrive rien. »

Les jeunes femmes autour d’elle, et les lycéennes furent prient de jalousie d’entendre ce genre de phrase. Elles souhaitaient toutes être à la place de cette élue qui venait de faire fondre le cœur de cet homme. Habituellement Blanche aurait refusé, n’aimant très peu de compagnie, mais cette fois ci, elle se senti obliger d’accepter cette proposition à son sauveur. D’un petit geste de la tête, elle accepta et vit la main de cet homme prendre la sienne pour l’aider à se relever.

« Je me prénomme Joshua ANGE. Je peux savoir votre nom, belle inconnue. »

« Blanche… » soufflait-elle en se cachant dans son écharpe.

« Quelle joli prénom. Surtout en adéquation avec ce temps. »

Blanche se senti rougir. Elle commença à marcher dans la rue de Béthune en compagnie de son sauveur. Elle le vit marcher à ses côtés. Tous les regards se fixèrent sur elle et lui.

« Où allons-nous ? » demanda Joshua.

« Je…Je voulais passer à une librairie, puis à la vieille bourse pour aller voir des livres. Enfin je reprendrais le bus pour retourner chez moi. »

« Vous habitez où ? »

Blanche cita le nom de sa ville, et le visage de Joshua rayonna.

« C’est là où j’habite. » s’exclama-t-il en rigolant. « C’est sûrement le destin qui nous a réuni ici. »

Le destin, Blanche ne voulait pas y croire. Un peu mal à l’aise, elle traversa la petite ruelle pour se rendre en direction d’une librairie. Avec son nouveau camarade, ils allèrent dans la section DVD. Tous deux discutèrent de leur film préféré. Le jeune homme lui indiqua quelques films d’animation japonaise, lui proposant quelques titres à aller regarder. Enfin, ils se rendirent dans le rayons des cd. Comme à son habitude, elle ne trouvait pas les titres qu’elle souhaitait.
Joshua commença à lui parler de certains chanteurs qu’il aimait écouter, puis de leur chansons. De tout type, passant de la douce mélodie aux musiques les plus sombres. Ce dernier aimait aussi chanter. Se demandant quelle sorte de chant cet homme pouvait jouer. Voyant sa curiosité piquée, le jeune homme lui proposa de lui entonner un petit air improvisé dans le magasin. Blanche se sentait gêner et ne voulut pas accepter cette idée. Cependant, Joshua se mit tout de même à chanter. Elle fut sous le charme comme l’ensemble du magasin de sa voix. Une voix angélique, cristalline, semblable à celle d’une sirène. La mélodie était si triste, qu’elle faisait pleurer même les cœurs les plus durs. Elle apaisait aussi les cœurs qui retiraient toute haine. Il n’y avait qu’un long instant de plénitude. Les deux minutes de chants semblaient être des secondes. Et à la fin de son chant, plus personne ne parlait. Encore sous le charme de la chanson. Un homme d’une soixantaine d’année arriva vers le jeune homme et commença à l’applaudir. Puis ce fut dix personnes, puis cent, puis mille, puis tout le magasin. Joshua salua son public improvisé et les remercia. Encore étonné d’une telle liberté d’esprit, Blanche se rendit vers le rayon des manga avec à sa suite Joshua, qui réussi à passer malgré les nombreuses jeunes filles et hommes souhaitant en savoir plus sur lui. Mais son objectif était clairement Blanche.



Elle arriva à un présentoir avec toutes sortes de mangas : Les Shonen, destiné à un public plus masculins, voir adolescente. Les Shojo, histoire d’amour, bien souvent destinée aux jeunes filles. Les Kohai, manga destiné aux enfants les plus jeunes. Les Sheinen, manga destiné à un public Adulte, au niveau du gore. Les Yaoi et Yuri, destiné bien souvent à des adultes, mettant en scène des couples homosexuel. C’est dans ce dernier rayon que Blanche se rendit. Elle avait un manga qu’elle appréciait beaucoup à lire, une histoire traitant d’amour, de jalousie et des petits conflits entre couples, sauf qu’il s’agissait des hommes, et parfois même un adulte d’un certain âge avec un adolescent. Mais le couple que Blanche préférait était celui avec la moins grande différence d’âge. Il ressemblait plus au type de couple qu’elle aimerait fonder. Ayant leur défaut, mais se pardonnant sans cesse, ne pouvant pas se passer de l’autre. Cependant ayant assez de distance entre eux, pour pouvoir laisser l’autre respirer. Quand elle trouva son manga, bien emballé dans un film plastique, afin d’éviter que les mineur ne le lisent, elle se retourna et fit face à Joshua qui commençait à lire un Manga de KAORI YUKI. Une mangaka (entre autre, une dessinatrice de manga) qui avait un style gothique, mais se servant bien souvent de conte de fée, et d’histoire se passant en Angleterre. Ce genre de manga lui plaisait beaucoup apparemment, à ce jeune homme. Il l’ignorait peut être, mais énormément de personnes dans le rayon manga considérait cette mangaka comme le meilleur de sa génération. Les histoires étaient bien ficelé, les dessins épurés, et les personnages attachants. Blanche aussi en était fan. Avec un peu de timidité, elle finit par lui demandé : « Vous aimez bien cette mangaka ? »

« C’est la première fois que je lis un tel livre. Je trouve ces dessins extrêmement fin et précis. Cela ne fait pas peur, j’ai plus l’impression que les personnages sortent tout droit d’un magnifique tableau, ou d’un livre de conte. »

Blanche sourit en entendant cela. Elle lui montra une bonne partie de la collection de l’auteur en lui proposant à son tour quelques titres. L’un et l’autre choisirent leurs livres et partirent en direction des caisses, pour payer. Une fois à l’extérieur, Joshua proposa à Blanche d’aller manger une glace au meilleur glacier du coin. Il n’était pas loin de la grande place et proposer un grand choix de parfum. Elle le connaissait bien ce petit coin, ayant été avec sa mère et sa grande sœur là bas, pour manger une délicieuse glace au goût chocolat lait, et chocolat noisette. Le goût était sublime, elle se croyait repartir en Italie, où elle avait manger d’aussi délicieuses glaces.

Joshua paya une glace à deux boule pour la jeune fille et une pour lui-même, malgré l’insistance de la jeune femme pour qu’elle paye elle-même sa gourmandise.

« Un homme ne doit jamais faire payer le repas d’une femme. »

C’était la première fois qu’un homme lui offrait un repas. Bien souvent, même avec un rendez-vous galant, elle du payer au minimum sa part, voir les deux. Alors, elle avait perdu l’habitude de ne pas payer ses repas. Cette glace avait un autre goût quand elle fut offerte par quelqu’un. Ensemble, l’un à côté de l’autre, ils se dirigèrent vers l’arrêt de bus. Ils remontèrent la grande place, pour se rendre au Boulevard Carnot. Là, ils traversèrent pour se rendre à la rue des canonniers et prendre la bouche de métro pour passer à la ligne 2 afin de retourner à porte d’Arras. Il était 13h30 quand ils montèrent. A 14h00, le bus arriverait et ils devront partir dans leur petit village. Le bus se nommait le 202, avec comme terminus Libercourt. Dans le métro, ils s’échangèrent des sourires entre deux coups de cuillères. Puis ils descendirent à leur station pour aller à l’arrêt de bus. Ils trouvèrent une poubelle pour jeter leur déchet et prirent le bus. Durant le trajet, ils discutèrent de leur passion, de leur rêve d’avenir. Joshua lui parla qu’il souhaitait protégé la personne qu’il aimerait et qu’il fonderait une famille avec elle. Mais il avait aussi un rival très puissant et provocateur. Il ne céderait pas face à lui.

Arrivé à bon port, Blanche vit à son arrêt Isidore qui l’attendait patiemment. Il savait à quelle heure le bus arrivait à la place et ne souhaitait que l’aider où cas où elle aurait des courses à porter. Et que ne fut la surprise quand il découvrit cet homme à côté de lui.

« Joshua ? » s’étonnait-il en reculant légèrement.

« Tient Isidore. Je ne pensais pas te voir ici. J’ai fait la connaissance de ta délicieuse Blanche, ton ambassadrice. Et je viens te défier en duel pour savoir lequel de nous deux aura le droit de prétendre au titre d’accompagnateur de l’ambassadrice. »

"Toi alors... Ce n'est pas ma faute si tu n'as pas été sélectionner lors de l'examen d'accompagnateur." sourit Isidore, provoquant la gêne au nouvel arrivant.

"Vous devez passer des examens pour devenir accompagnateur ?" s'étonne Blanche en regardant les deux elfes.

"Oui, chaque année nous avons des examens magiques. Dans mon cas, c'est la deuxième fois que je le passe. L'année dernière je fus le seul reçu."

"Car la demande n'était pas aussi forte que cette année. Et je dois te rappeler que si je n'ai pas été sélectionner c'est parce que j'étais malade le jour de l'examen et le jour du rattrapage." argumenta Joshua en gardant un calme olympien. "Mais le Père Noël et le conseil des accompagnateur m'ont donné une seconde chance. Si j'arrivais à réussir à être plus perfomant que l'un des accompagnateurs en réussissant là où vous avez échoué, je pourrais prendre leur place. Se que je veux, c'est réussir. Je sauverai Noël. Je ne veux pas rester inactif au pôle Nord."

"Très bien, je relève le défi. Notre juge sera Blanche." sourit Isidore qui était sur de lui.

"HEEE!!! Tu peux me demander avant de t'aventurer dans ce genre de défi!!! Et puis cela me concerne aussi." s'énerva Blanche en tirant la tresse d'Isidore.

"Ne tire pas mes cheveux. Il s'agit juste un duel de magie qui ne fera aucun dégât!!!!"

"Ce que dit Isidore est vrai. Nous devons transformer un objet ou un être vivant qui a été désaltérer par les humains, pour l'aider dans sa vie de tous les jours. En aucun cas nous devons détruire quoi que se soit. Normalement, cela ne fera aucun dégât. Tout dépend du jetteur de sort. Tu as toujours ce record Isidore, de louper tes sorts." affirma Joshua.

"C'est pas vrai. Je ne détruits rien. J'ai peut être louper quelques sorts, mais ce n'était pas volontaire." râla l'elfe aux cheveux argentés.

"Il nous faudrait un endroit assez discret." réclama Joshua en baisant la main de Blanche, provoquant la jalousie d'Isidore.

Blanche emmena les deux elfes dans un entrepot désafecté. Ce dernier était promis à une démolition future. Personne n'entrait dans ces locaux sans la permission de la mairie. Mais il était rare en plein jour de voir des policiers patrouillaient dans ses lieux. Après avoir vérifier que personne ne les ai vu entrer, Blanche, Joshua et Isidore pénétrèrent dans le local. Assez grand pour accueillir une cinquantaine de personne.

"Très bien. Le duel peut commencer. Je te laisse la place Isidore." insista Joshua.
"On commence donc par les portes qui se trouvent à l'intérieur. Celui qui en répare le plus à gagner." proposa Isidore.
"Je te suis."

"ATTENDEZ!!!" intervient Blanche. "Comment je serais qui a réparé telle porte?"
"Ce sera très simple. Vous verrez que les portes auront un halo argenté pour celle réparée par Isidore. Elles seront avec un halo violet pour les miennes." explica Joshua en lui montrant un exemple, avant de détruire lui même avec ses jambes la porte pour revenir à égalité.

Le départ fut donné quand Blanche abaissa son écharpe blanche vers le sol. Aussitôt les deux elfes se précipitèrent dans l'ensemble des couloirs pour trouver le maximum de portes à réparer. Usant de leur magie, ils lancèrent leur sort à travers les couloirs afin de ne pas louper une porte lors de leur déplacement et de ne pas perdre de temps. Ils n'avaient qu'une minute, et il y avait au moins 100 portes sur 3 étages. Montant chacun par des escaliers diffèrents, l'un et l'autre respectait les codes. Ils n'allaient pas gêné l'autre dans le défi. Ils voulaient gagner à la loyale. Une minute passa très vite, et avec l'aide de sa montre à gousset Blanche averti les deux concurents de cesser toute magie. Aussitôt les deux la rejoignirent pour compter le nombre de porte réparées.

Blanche fit rapidement le tour du bâtiment pour compter le nombre de portes. Elle rejoignit ses deux compères.

"Alors qui est le gagnant? " demanda Isidore impatient.

"Isidore tu as réparé 30 portes." commença Blanche rendant fier l'elfe. "Joshua en a réparé 70."

Tombant de haut Isidore du accepter sa défaite. Mais il savait qu'il avait encore une chance de gagner.

"Très bien, mais il a trois épreuves dans chaque duel de magie. Nous allons passer à la seconde épreuve. A toi de choisir Joshua." provoqua Isidore en pointant du doigt.

"Justement..." commença-t-il. Alors qu'il avait dit ce petit mot ils entendirent une drôle de voix dans leur tête leur dire : "OH!!! C'EST MON MOT CA!!!" (cf : theaansy@kazeo.fr -> un blog du même auteur avec le personnage Judith.)

"Bon revenons à nos moutons. Nous allons essayer invoquer une illusion. Celui qui aura l'illusion tenant le plus longtemps gagnera." sourit Joshua en voyant le visage de son rival palir.

"Très...Très bien, je relève le défi." accepta Isidore mal à l'aise.

Blanche senti elle aussi ce changement de comportement. Inquiète elle voulut s'approcher de l'elfe aux cheveux argenté pour comprendre la raison qui le pousser à changer de comportement. Sa voix était différente, son regard aussi. Il était plus concentré qu'autrefois. Mais le défi devait être relevé.

Joshua passa le premier. Fermant ses yeux un instant, il se concentra. Blanche et Isidore purent voir une aura sortir de son corps. Tout doucement il leva la main vers le plafond. De son autre main, il toucha le sol. Et là, une lumière en forme d'arc de cercle sortie entre les deux mains. Elle s'intensifia pour toucher l'ensemble de la pièce sans avertir les non utilisateurs de magie. Quand cette dernière s'éteignit, Blanche et Isidore purent assister à un spectacle incroyable. Ils étaient dans un immense champs de fleurs de couleurs extraordinaire. Comme si ce paysage sortait tout droit d'un livre immaginaire. Les fleurs étaient fait de bonbons, de jouets, de feuilles de papiers. L'herbe était si douce sous leur pied. Ce n'était pas qu'une illusion visuelle. Elle paraissait si réelle qu'ils purent la toucher. Ils pouvaient aussi sentir le parfum de chacune des plantes. Certaines sentait la tarte aux pommes, d'autres la tarte au fraise. Des odeurs peu habituelles pour des fleurs qui sortent tout droit de l'immagination d'un elfe masculin. Parcourant l'ensemble de l'illusion, il se rejoignirent finalement pour la voir s'effacer tout doucement. Les plantes dans un premier temps se ferma. Le ciel qui était si bleu au dessus de leur tête redevena le plafond qu'ils avaient quitté. Puis l'herbe se retransforma en ce sol qu'ils avaient perdu. L'illusion avait duré plus d'une dizaine de minutes.

"C'est incroyable!!!" avoua Blanche avant d'entendre Isidore murmurait :
"C'est normal. C'est son domaine de prédilection."

Les yeux écarquillés, elle vit l'elfe aux yeux émeraudes prendre la place de son rival. Mais contrairement à lui, il décida de monter les escaliers.

"Que fais-tu ?" demanda Joshua intrigué.

"Je veux travailler sur deux niveaux." souffla Isidore concentré. Il fit le même geste que Joshua. Une main posée sur le sol, une autre vers le plafond.

"Tu es bête ou quoi. C'est très compliqué de faire une illusion sur deux niveaux. Même moi qui a pourtant ce talent doit puiser sur mon énergie vitale pour la réussir." s'écria Joshua inquiet pour son rival.

"ISIDORE!!!" crie Blanche en voulant l'interrompre.
Cependant il était déjà trop tard. Une lumière d'intensité supérieure à celle de Joshua remplie la pièce, éblouissant ses deux camarades. Quand ils purent retrouver la vue, ils purent admirer un spectacle étonnant. Une sorte de fontaine à deux étages était disponible devant eux. L'eau de cette fontaine contenait des sirénes faite d'eau qui chantait des quantiques de Noël. A son socle, un chemin en pierre argentée était tracé allant de la fontaine vers les camarades d'Isidore. Au sommet de cette fontaine se trouvait Isidore qui semblait continuer à se concentrer pour maintenir cette illusion.

"Quel idiot. Le but était de faire durer le plus longtemps une illusion, pas d'en faire une magnifique." jura Joshua en s'approchant rapidement de la fontaine. Blanche le suivit et remarqua qu'Isidore vascillait pour finalement tomber en leur direction. La fontaire qui n'avait que 30 secondes d'existance disparut rapidement, redevenant l'escalier qu'il a toujours été. Comprenant que ce dernier pourrait se blesser gravement, Blanche prit un certain élan pour monter quatre marche en sautant. Joshua la vit arriver si vite qu'il n'eut pas le temps de réagir. Il ne put que voir Blanche rattrapant Isidore. Cependant, elle fut entrainé elle aussi dans la chute de ce dernier. Se sentant partir en arrière, elle serra fortement Isidore dans ses bras pour que ce dernier ne soit pas blesser, quitte à être blessé elle. Mais elle ne senti aucune douleur. Juste l'impression d'être attrapé par des bras d'ange. Quand elle se tourna pour observer se qui la retenait et qui l'entourer, elle vit son écharpe blanche être méthamorphosé en une sorte de double de tissu. Ce dernier attrapa sa maîtresse et son accompagnateur pour les amener sur la terre ferme. Rapidement Joshua les rejoignit et posa sa main sur le front d'Isidore.

"C'est bon. Il n'a rien." souffla-t-il soulagé.
Le fantome fait de tissus retourna sur le cou de sa maîtresse, qui était encore sous le coup de surprise.
"Vous avez lancé un sort sur mon écharpe?" demanda-t-elle intrigué. "Mais vous n'êtes pas le rival d'Isidore."
"Je suis son rival, mais pas son ennemi. Je ne veux pas le détruire. Je voulais juste prendre sa place car il a déjà eu la chance d'être accompagnateur." avoua-t-il un peu gêné. "Je l'admire en réalité. Par contre, je n'ai lancé aucun sort sur votre écharpe. Je ne pourrais jamais faire cela. C'est le domaine de prédilection d'Isidore. Je crois qu'il a jeté un sort depuis votre rencontre afin qu'il ne vous arrive rien."

Le coeur de la jeune femme battait très fortement. Il paraissait vouloir sortir de sa cage thoracique. Blanche se sentait gêné de tant d'attention. Elle ne voulait personne d'autre comme accompagnateur. Personne d'autre n'aurait eu la délicatesse de jeter un sort à son insu pour la protéger de la sorte.
Joshua le senti. Et aida la jeune femme pour transporter son rival dans un endroit approprié. Ou plutôt il les téléporta jusque dans la chambre de la jeune femme.

"Heureusement que personne n'est chez moi ce soir." soupire Blanche en lançant un regard Noir vers Joshua.

"Désolé. Mais apparement tous les soirs Isidore rentre à l'atelier du père Noël pour aider les autres elfes à construire les jouets."
"Vous plaisantez ?" s'étonna Blanche qui croyait que Isidore restait en chambre d'hôtes dans son petit village.
"Nullement. Il a accepté cette requête du Père Noël. Je crois qu'il mérite amplement de se reposer maintenant. Je vais abandoner l'idée d'être accompagnateur. Je reprendrais son rôle de chef des elfes pour la construction des jouets. Il sera moins fatigué." sourit Joshua en frottant les cheveux de son rival.
"Peut être vous deviendrais elfe accompagnateur l'an prochain." s'exclame Blanche en prennant la main de l'elfe brun, ce dernier rigole en entendant cela.
"Nous verrons bien au moment venu. Bon courage pour le reste de votre mission. Nous nous reverrons sûrement." finit Joshua en se téléportant.

Blanche resta muette face à cette situation. Elle se tourna vers Isidore qui continuait à dormir paisiblement récupérant ses forces. Avec des yeux ressemblant à ceux d'une mère veillant sur un enfant, elle s'assura que ce dernier récupéra toutes ses forces. Jusqu'à se que ses propres yeux cédent au charme de morphée.

A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle] - Calendrier de l'avent 2011 - G
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: