French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Nouvelle] - Retour aux sources - PG13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Nouvelle] - Retour aux sources - PG13   Ven 23 Déc 2011 - 10:36

Bonjour à vous.

Suite à une réécriture d'un prototype de récit et du fait d'avoir un projet de série de nouvelles ce récit est donc l'une d'entre elles...

J'ai aussi une proposition:

Certains récits mis en place sont abordés, je propose de raconter dans les grandes lignes comment ils se déroulent et leur fin.


Voici le premier chapitre (je suis à la deuxième page sur le deuxième de claymore wars... dur dur à écrire...)

Donc voilà...




Essaie :


RETOUR AUX SOURCES.



En 2011 sur terre des débats ont eu lieu entre les communautés scientifiques quand à la création des chimères, êtres perçus comme un affront à la dignité humaine, une insulte et une aberration.

Bruce Nalane est un chercheur très intéressé par les débats au sujet de ces êtres qui défient l'entendement.

Il trouve alors sur le bord d'une route une jeune femme endormis et la récupère. Alors qu'elle lui explique qu'il s'agit d'une chimère, dans deux pays on note de plus en plus de grossesses pour du moins étranges puis la naissance par centaines et bientôt par milliers de chimères, êtres mi-humains mi-animaux.

Qui est cette femme ? D'où vient-elle et pourquoi est-elle ici ? Pour quelle raisons de tels êtres viennent à naître ainsi ?




INTRODUCTION :


Le Déviance, dernier vaisseau de guerre des « êtres humains », dernière arme contenant les derniers représentants de leur peule décimé par la terre qui elle même avait succombé à ce dernier conflit plus que destructeur, plus que dévastateur...

La flotte humaine devait encore être en train de bombarder leur planète mère, Éïora. Le Déviance, le fleuron de leur flotte de guerre détruite, l'arme le plus puissante jamais conçue et capable d'affronter nombre d'ennemis, de tenir face aux grands assauts et de résister.

Le capitaine, un métis, yeux félins couleur d'ambre à l'éclat de l'or, habillé comme n'importe qui, ayant été tiré de son sommeil en pleine nuit lors de l'attaque fulgurante de la première vague ennemi. Il ne restait presque plus de défenses sur le planète et en orbite.

Le monde ravagé ne tarderait plus à tomber sous les dernier assaut de leur adversaire déterminé à les anéantir. Il se situait dans une vaste salle, faisant face à une immense structure faite de cercles reliés les uns aux autres du plus petit au plus grand. Une femme s'approcha, une chimère, choisie pour une mission capitale... ce qui était ici ne l'était pas forcément ailleurs.

_Le satellite a été envoyé ?

_Oui, c'est le dernier, il ne reste que moi... alors allons-y...

Elle se dévêtit, retirant ses vêtements, exposant son superbe corps nu à la vue de tous. Il afficha un air gêné, consultant sa montre et du regard les ingénieurs dans une cabine blindée plus haut.

_Euuu... vous savez, il reste encore dix minutes avant que les systèmes de stockage ne soient chargés et près à vous envoyer... au rendez-vous avec le destin... il n'y aura sans doute pas de seconde chance alors tâchez de réussir cette mission... c'est la dernière chance.

_Oups, je me rhabille, et je ferai tout mon possible... une personne ordinaire qui a pas mal d'informations sur son époque, sur son monde, sur sa société et son système...

Elle se revêtit, quelque peu gênée. Le temps de chargement une fois écoulé la jeune femme put voir un écran fluide, translucide et électrique déchirer l'espace et s'incliner vers l'intérieur de la structure. Une homme parla dans les haut parleurs.

_Tunnel mobile formé, temps avant extinction de non retour, seize secondes...

_Je suis prête, et je me lance !

Elle courut, parcourant les vingts mètres de sécurité qui la séparait de cette chose magnifique et mystérieuse. Le fluide l'engloba, se refermant sur la jeune femme, disparaissant dans une déchirure luisante qui se referma dans l'espace comme si de rien n'était.



Il se tenait à son poste, prêt à livrer sa dernière bataille, diffusant un message à tout le monde à bord. Il parlait avec force, avec l'énergie de la fin de tout... avec ce ton, ce timbre reconnaissant dans sa voix et sa fierté d'avoir combattu jusqu'à la fin.

_Mes amis, mes cher compagnon d'infortune... nous allons livrer ici notre dernière bataille. Je suis fier d'être avec vous, du fait d'appartenir à l'humanité telle que nous la connaissons. Mon père était un homme tigre, ma mère une femme sans partie animale... ils se sont aimés...

Le vaisseau ouvrit le feu, ses immenses armes à énergie projetant leur laser presque liquides, entourés d'une aura pure et éclatante. Les énormes tourelles de canon gauss ouvraient le feu à leur tour... projetant leur énormes obus qui venaient se fracasser sur les boucliers de gros destroyer ennemi en forme de croix sacrée, la croix de jésus, la croix du croisé. Ils tiraient leur longs ovale jaune écarlate avec le queue de comète. On aurait presque dit une goutte de crème s'étirant dans l'espace.

_Ils m'ont eu moi et mes deux sœurs, ils nous donnés autant d'amour qu'ils en éprouvaient l'un pour l'autre...

Les ovales percutèrent les boucliers surpuissant du Déviance qui brillèrent d'un éclat divin sous l'impact. Les laser allongés d'une puissance remarquable traversaient les bouliers ennemis comme un rien et faisaient fondre des pans entiers de leur coque, les rongeant et les entament comme il faut sans peine, sans problème, avec une voracité effrayante. Des plus en plus de tirs ennemis percutaient les boucliers du plus gros bâtiment jamais conçu par les êtres humains.

_Je me rappel encore ces jours dans la vigne verdoyante passé avec ma famille, à voir ces enfants heureux avec leur parents quelques soient leurs origines, leurs horizons, nous étions tous unis par notre humanité, par notre belle nation riche et prospère !

Des dizaines, puis des centaines de tirs touchèrent rapidement les boucliers qui tombèrent et ébranlèrent le vaisseau qui trembla. Le commandant se cramponnait à son siège, les étincelles et la fumé jaillissaient de toutes part. Il n'eut alors qu'à appuyer sur un bouton en murmurant les mots suivant comme une bénédiction.

_Puisses-tu vivre heureuse dans ce monde de fou, puisses-tu trouver un peu de bonheur là-bas... nous comptons tous sur toi... Louna...

Explosion démentielle... si grande que la déflagration déchira l'atmosphère le planète qui s'embrasa sur toute sa surface. C'était autrefois un monde verdoyant, paisible et ne demandant rien à personne.
Mais la planète venait désormais de mourir... elle venait de mourir libre.




CHAPITRE 1 :



Émilie, dix-sept ans, portait un enfant non sans aucune raison mais avait décidée de garder le bébé, de l'élever, de l'assumer et d'être mère à son jeune âge. Alors que le médecin auscultait son ventre avec son appareil elle sentit l'enfant de six mois bouger dans en elle. Il observait l'écran d'un air interloqué. Elle se demandait bien ce qui se passait, sa mère à ses côtés fronça les sourcils à l'expression de stupeur et anxieuse du médecin.

_Ça ne va pas ? Mon bébé a quelque chose ?

_Je n'en n'ai aucune idée... il l'air normal et pourtant il est différent de nous...

_Comment ça ?

Il inclina l'écran haute définition vers son regard apeuré et interrogateur. Puis la jeune fille vit ce qui bougeait dans son ventre, un être presque humain, un être qui avait des pieds aux traits comme ceux d'une patte arrière de chat et pourtant une forme très humaine, un visage là encore comportant des caractéristiques animales et humaines. On distinguait parfaitement son sexe, c'était un petit garçon.

Elle fut frappée de terreur à voir cette créature dans son en elle, portant une main à son visage, puis peu à peu se calmant et son instinct de futur mère commençant à prendre le dessus. Sa chère mère la fixait avec effrois, ne sachant ni quoi dire ni quoi faire. Le médecin la fixa d'un pesant regard sentencieux, l'air de lui dire ou d'y préconiser qu'il fallait avorter, tuer cette chose dans son ventre.

_Je le garde, je le veux...

_C'est le deuxième cas ici... je n'ai aucune explication là-dessus... la femme qui m'a consultée avant toi ne l'as pas gardée, elle a eu trop peur...

_Moi aussi j'ai peur mais je l'aime... je ferai de mon mieux pour qu'il soit le plus heureux possible...

_Les analyses du petit qui a été avorté ont démontrées qu'il s'agissait d'un être mi-humain mi-animal, à moitié fennec pour être plu exact... personne ne sait ce que peut être leur comportement...

_Justement si on les tue comment le saura-t-on et puis, je ne pense pas qu'ils soient dangereux... on verra bien pour le moment il est dans mon ventre, je le porte, je l'aimes et je le désir c'est tout ce qui compte...

_Ce qui m'intrigue c'est qu'ils ne se développent pas plus vite et ils semblent très compatibles avec nos médicaments... on a eu plusieurs naissances dans quelques hôpitaux et on s'est permis des expériences... leur biologie est très humaine, nous n'avons jamais rien vus de tel... une chose est sûre, vous allez mettre au monde un monstre...

_Pourquoi ce serait un monstre à cause de sa nature mi-animale ? Rien ne nous dit qu'il ne sera pas humain... je ne suis pas d'accord avec vous. Je vais le garder et je n'accepterai pas qu'on fasse des expériences sur MON bébé... j'espère m'être faite comprendre...





Le véhicule circulait comme d'habitude sur la même route depuis des lustres déjà, depuis tant et tant d'années, que l'habitude, la routine, le rendait méfiant à chaque instant. Bien des accidents arrivaient à cause d'une simple routine et il préférait éviter au maximum les problèmes. La longue et élégante voiture grise foncé parcourait la route serpenté, ses phares créant de longs cônes de lumière devant, s'estompant au fil de leur longueur.

À trente deux ans Bruce Nalane était un très bon chercheur, un généticien poussé, expérimenté, émérite et doué. Son domaine préféré, les chimères, la création d'hybrides entre animaux divers. Ils étudiaient l'évolution des cellules souches pour le domaine médical et dans l'espoir de trouver des remèdes contre divers mal qui touchaient des centaines de milliers de personnes, des millions. De plus cela permettrait sans doute, à terme et avec diverses méthodes poussées, de remplacer des membres amputés ou des organes défectueux.

Il avait souvent la joie de vivre, il vivait bien avec un bon salaire qui permettait de subvenir à ses maigres besoins. Le jeune homme vivait seul dans une maison assez grande dont il était le propriétaire. Il rentrait du travail, comme toujours très tard, raison pour laquelle il touchait souvent un peu plus d'argents à la fin du moi, les heures supplémentaires. Il aimait bien lire des ouvrages de science fiction, voir des films ou des bandes dessinées avec des êtres humanoïdes qui rappelaient tant les chimères qu'il s'imaginait qu'un jour il existerait sur terre.

Les naissances de ces êtres qui se multipliaient ne faisaient pas encore parler de leur existence dans les médias. Très peu de personnes ne le savaient et devaient se terrer dans le silence absolu. De ce fait il vivait dans la plus totale ignorance de ce qui se passait en ce moment même dans deux pays, en France et en Belgique... sans quoi il aurait été relativement satisfait et serait d'avantage content de vivre sur cette planète certes imparfaite mais encore belle malgré les méfaits des humains.

Si seulement il aurait su à quel point il était proche et loin en même temps de la vérité, de l'avenir de l'humanité, de son devenir futur, il cesserait de rêver et tenterait de faire sa vie sans prêter attention à quelque chose contre quoi il ne pouvait strictement rien faire. Personne ne pouvait prévoir ou prédire l'avenir et ce qu'il réservait, pas même les calculs, les instruments et les machines dont on usait n'avaient cette faculté rêvée.

Le monde dans lequel il vivait ne présentait rien de bien rose. Intégristes et fanatiques religieux pourrissaient les humains tout comme ceux avides de pouvoir et d'argent au détriment de la planète avec leurs intérêts économiques absurdes et leur désir de tout contrôler de leur main démoniaque. Il ne comprenait pas le genre humain et peut-être était-ce une explication du fait qu'il désirait tant créer des chimères... de nouveaux humains, des êtres différents de nous et semblables à la fois.

Bruce voulait voir d'autres visages que ceux qu'il observait déjà... des visages différents et proches à la fois. Intérieurement il rêvait d'un monde plus humain avec des êtres qualifiés de non humains ou de monstres, d'un monde pas forcément en paix mais nettement plus stable et humain que celui-ci. Il aspirait à un système et une société qui différaient radicalement de ce qu'on avait actuellement de part leurs bases et leurs fondations.

L'idée d'une planète bleu et verte le charmait mais la terre affichait un tout autre visage... polluées, souffrante, mourante, en guerre, sous tension, parasitée par les religions et le fanatisme... par ces choses sales, impures. Il aurait tant aimé vivre sur une planète plus saine avec une humanité moins folle et plus intelligente mais ça n'était pas le cas et il fallait faire avec.

Pour lui les chimères représentaient le progrès, peu importait ce que les hommes de fois disaient. Ils le traitaient de suppôt de satan, d'incarnation du mal, de démon... mais ces bougres d'imbéciles ne réalisaient même pas que, pour certains ou pour beaucoup, sans les scientifiques et les chercheurs les médias n'existeraient pas comme on les connaissait pour faire parler d'eux. Les ordinateurs et internet ne seraient pas là pour répandre le poison religieux nuisible et nocif.

Sans ces machines du diable, ces choses incarnant le mal, ils ne parleraient pas à tort et à travers du droit à la vie avec l'avortement qui devrait être interdit alors que grâce à cela les femmes devenaient maîtresses de leur corps. La contraception apportait énormément de bien fait dans ce monde pollué par les principes et les pratiques religieuse absurdes et parfois cruelles. Aucun embryon de trois mois ne souffrait, ne ressentait quoi que ce soit... après cette date, ce délais, ça se discutait certes mais avant cela ça ne devait pas se débattre car ça avait déjà été fait.

Ces êtres infâmes ne tournaient pas rond. Ils optaient ouvertement pour une politique nataliste dans un monde déjà bien trop peuplé car complètement désorganisé et déstructuré. Empêcher l'avortement et la contraception était une façon d'augmenter le nombre de naissances et donc la population qui subissait déjà une trop forte croissance. Aucune religion n'avait strictement aucun mérite à quoi que ce soit. Elles ne faisaient que mentir sur toute la ligne, sur les origines du monde et de l'humanité.

Tout n'était pas le fruit d'un gugus qui d'un coup avait décidé que tout apparaîtrait juste parce que ça lui venait à l'esprit de le faire d'un claquement de doigts et d'un haussement de voix. Bruce ne comprenait vraiment pas comment à cette époque on pouvait encore croire en de telle menteries. C'était pour lui une pollution de l'esprit, une horrible crasse qui n'avait aucune raison d'être.

Il espérait en un monde différent de celui-ci sans trop y croire. Il roulait sur la route, pensant à toutes ces choses, des idées qui traversaient son esprit à grande vitesse puis s'évaporaient comme elles étaient venues. Ses phares perforaient l’obscurité brumeuse de cette soirée de printemps où il avait plu toute la journée et où la vapeur s'élevait de la route et de la terre pour former une brume opaque et diabolique stagnant dans les airs tel un nuage de film d'épouvante.

Au travail Bruce venait de perdre son ordinateur fixe, son outil pour accomplir ses tâches quotidiennes qui appartenait à son institut de recherches. Quelqu'un l'avait piraté, avec en guise d'avertissement un message de menace. Les hacker qui travaillaient pour le laboratoire avaient tout de suite détecté l'individu responsable de cet acte, du moins au bout d'heures de recherches et de dépistage.

L'institut avait immédiatement déposé une plainte contre l'attaquant avec les preuves à l'appuis pour les confondre et les faire payer. Heureusement le double serveur de stockage interne de son lieu de travail n'avait subis aucun dommage et quand bien même il en existait deux pour justement prévenir d'une panne sur l'un ou l'autre. Il ne vivait pas vraiment en harmonie avec cette humanité rongée par tant et tant de choses néfastes.

Il ne comprenait pas les siens. Le jeune homme finit par arriver chez lui, un lieu égaré en marge d'un village du sud de la France vers des bois verdoyants et non loin de nombreuses vignes. Il faisait parfois une balade pour respirer un grand air plus pur qu'ailleurs dans les bois. Bruce était un doux rêveur, un homme qui n'avait pas connu beaucoup de femmes car pas toujours intéressé par celles-ci. Il les quitta pour une bonne raison, elles voulaient un enfant.

Il ne désirait pas les remplir pour en suite devoir assumer un rôle de père et être impuissant face à la souffrance de son enfant dans ce monde de barbare. Mais aucune ne comprit cela, aveuglée par son égoïsme, son instinct reproducteur primitif et son besoin de combler son vide avec quelque chose. Combien donnaient la vie bêtement comme des bêtes de somme sans être capables de faire de leur progéniture quelque chose de potable ? Un instinct qui dirigeait nombre d'humains hélas... hommes ou femmes sans distinction, quelque chose qui le répugnait.

Ainsi allait le monde, à la bêtise, à la reproduction, à l'élevage du bétail humain qu'on gavait d'immondices avec les médias, devant leur écran pour les abrutir. Il n'allumait presque jamais sa télé sauf pour regarder des choses réellement intéressantes qui hélas se retrouvaient noyées par toutes ces choses répugnantes toutes aussi dépourvues de sens et vides que l'existence de personnes qui vivaient parce qu'ils ou elles étaient venus au monde.

Quand il y pensait ça lui donnait envie de vomir, de recracher jusqu'à ses entrailles endolories de dégoût amer. Bien sûr que les choses changeaient mais pas assez et pas assez vite. Il savait que l'humanité ne connaissait pas encore la période la plus sombre ou l'une de plus sombres de son histoire. Le jeune homme une fois garé sortit de son véhicule, ferma à clés et se présenta au pas de sa porte, insérant son autre clé dans la serrure et tournant pour ouvrir et entrer chez lui.

Pas de jardin, juste une place pour garer des voitures, pas d'équipements superflu, juste le stricte nécessaire, le minimum utile. Des panneaux solaires gisaient à terre, érigés en direction du soleil, formant des paraboles d'un mètre quarante de diamètre et au nombre de trois. On en trouvait aussi trois autres comme ça sur son toit. Il dépendait entièrement de leur production et dans le cas où il en manquait il avait fait installé par son laboratoire un élevage d'algues produisant l'hydrogène dont il se servait en cas de besoin ou pour faire le plein dans sa voiture à hydrogène.

Ainsi il polluait moins, respectait mieux l'environnement et faisait le trie des déchets. Il avait aussi sa propre mini station d'épuration et une deuxième entretenue tous les deux mois en cas de problèmes avec la première. Il ne dépendait que très peu de l'extérieur et ne s'en portait pas plus mal. Tout cela avait coûté très cher certes mais il ne le regrettait pas. La maison comportait un vaste salon faisant office de salle à manger, deux toilettes raisonnables et deux salles de bain avec une grande cuisine. Cinq chambre assez grandes et toutes de tailles équivalentes permettaient d'accueillir du monde.

Lors des fêtes jusqu'à vingt personnes pouvaient ainsi dormir chez lui voir même vingt-cinq. La maison occupait un rectangle important. Elle comportait certes une grande superficie mais au moins, et ce en dépit des taxes, il envisageait ou espérait vainement à une vie de couple avec une femme et sans enfants. Il avait hérité de cette bâtisse, unique héritier direct de ses parents désormais morts, l'une d'un cancer et l'autre dans un incendie.

Bien entendu il lui restait de la famille et ils faisaient parfois des réunions, des fêtes comme pour le nouvel an ou les anniversaires toutefois la plus part du temps il restait seul. Bruce regardât l'heure à sa montre. Dix heure seize, il n'avait encore rien mangé et décida de se faire une soupe au label « bio » pour un repas rapide. Il entretenait vite fait sa ligne, faisant attention à ses repas et ne mangeant pas trop pour justement éviter trop de calories et donc de grossir.

Le jeune homme équilibrait ainsi ses dépenses et ses ressources. Il lui arrivait de manger plus par gourmandise mais il se rattrapait en faisant du sport. Il prépara la table, installa son couvert et une fois son repas terminé fit sa vaisselle et partir se coucher après s'être douché. Il était enfin en week-end et en profitait pleinement pour se reposer, pour décompresser de la semaine et se détendre.






Ses jambes vigoureuses et emplies de vie se croisaient vivement dans leur course effrénée, elle haletait, fatiguée. Des semaines de traque, de poursuite. Elle avait eu l’audace de vouloir se montrer en publique, de tenter de dérober des vêtements pour s'habiller et de quoi se nourrir mais la voilà très affaibli après tout ce temps passé à fuir les hommes d'une armée étrangère qui pourtant parlait sa langue.

Elle connaissait son histoire, l'histoire des siens, l'histoire son peuple, l'histoire de ceux qui désormais n'étaient plus. Elle ne savait pas exactement où était sa place, si elle n'était plus qu'un vestige d'une époque révolue, ou d'un passé désormais dépourvus de tout sens, de toute importance.
Peut-être avaient-ils perdus sa trace en ce début de nuit de pleine lune... ou peut-être pas...

La jeune femme courait, mais ses forces la quittait, elle se savait condamnée mais désirait plus que tout vivre, vivre comme tout le monde, vivre une existence normale, vivre une vie qu'elle n'avait jamais eu. La guerre, elle était née en temps de guerre... et aujourd'hui qu'en restait-il ? De sa famille, de ses petits frères, de sa toute petite sœur, de sa mère, de son père, des ses oncles et ses tantes, de ses grands parents et de ses amis ?

Des cendre carbonisés, des corps éparpillés, plus rien. Tout appartenait à un passé pourtant à venir et elle se trouvait dans un présent pourtant passé... tout était confus dans sa tête qui tournait. C'est à ce moment quelle perdit connaissance sur une route du centre de la France en un lieu égaré et perdu dans les zones forestière verdoyantes.

C'est alors que peu après des phares l'éclairèrent, un véhicule s'arrêta, une portière claqua et un homme arriva, venant vérifier son état, voyant qu'elle vivait encore et décidant de la conduire chez lui en sécurité. Sa voix raisonna dans ses oreilles de chat pourtant aux traits humains tout comme son visage.

_Ne me dite pas que... c'est une chimère ? Impossible et comment pourrait-elle s'échapper d'un laboratoire ? Techniquement il n'y en a pas dans ce pays... d'où peut-elle bien venir ? Et que fait-elle ici ?

Il l'emmena avec lui, la couvrant dans un sac de couchage pris dans son coffre, il aimait bien dormir à la belle étoile le soir d'été avec l'air frais et pur de la région. Elle n'avait que dix-neuf ans, et elle avait tout perdue en plus d'être la dernière miette d'une chose définitivement terminée, morte, détruite à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34576
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Retour aux sources - PG13   Ven 23 Déc 2011 - 19:53

Joli début.
J'ai toujours un peu de mal à suivre tes histoires parce que l'héroïc fantasy et la science-fiction ne sont pas parmi mes lectures favorites, mais à chaque fois tu parviens à attirer et retenir mon attention!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Retour aux sources - PG13   Ven 31 Aoû 2012 - 18:01

Juste pour signaler que cette histoire est en écriture/réécriture, je posterai le premier et deuxième chapitre quand ils auront été agréé par une modératrice merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelle] - Retour aux sources - PG13   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle] - Retour aux sources - PG13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: