French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Nouvelle] - L'effroyable retour - G

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Lun 6 Fév 2012 - 21:04

En 2010 j'avais, dans "Visite surprise", fait disparaître notre auguste Admin dans les profondeurs du marécage. En 2011 il a bien fallu donner de ses nouvelles lors des deux ans du forum.
Voici ce que ça a donné:




*****
Que tous ceux qui ne sont pas cités dans l’opus présent n'en veuillent pas à l'auteur : nous sommes désormais trop nombreux pour qu’il soit possible de mettre un petit mot sur chacun sauf à écrire un annuaire… D’ailleurs, à la lecture de ce qui suit, je pense que la plupart se réjouiront de n’être pas de la partie…

Toute ressemblance ou similitude avec des personnes existantes ou ayant existé serait volontaire et délibérée, ceci étant l’expression de la plus stricte vérité, tant du point de vue des événements que de la description totalement libre et objective des autochtones. C’est en fait plus un essai d’anthropologie qu’une fiction.





L’effroyable retour

Il y avait un an désormais que la Vénérable Croulante, éhontément trahie par ses deux bras droits avait disparu dans les profondeurs du marécage avigonesque.

On l’avait pourtant prévenue, la brave petite vieille que deux bras droits c’était un de trop et que, tôt ou tard, cette singularité frôlant l’infirmité allait se retourner contre elle. Mais, forte de ce qu’elle croyait être son expérience, elle avait campé sur ses positions, sûre au contraire qu’avec deux bras droits, si l’un lui faisait défaut, il lui resterait le second pour s’appuyer dessus.

Et là l’auteur voit le lecteur ayant un tant soi-peu de culture anatomique de s’étonner : s’appuyer sur son bras ? En général on s’appuie plutôt sur ses jambes… quoique… après-tout notre Admin pouvait être adepte de la gonflette et pratiquer assidûment cet exercice stupide qui consiste à se tenir en équilibre sur les pieds joints et les mains et à s’abaisser régulièrement en serrant bien le ventre et les fesses…. euh… des pompes, ça s’appelle : ça fait mal et c’est débile, mais il y en a qui aiment (pensée évidemment totalement subjective d’un auteur en proie à de furieuses crises d’urticaire à l’idée de faire le moindre sport, ce qui explique sa propension à se développer plutôt en largeur qu’en hauteur depuis quelques années… ce dont le lecteur se fiche totalement, mais il semblait absolument indispensable de le préciser pour clarifier les choses).

Bien… Où en étions-nous ?

Ah oui…

Notre Auguste Vieille Peau, donc, était tombée dans le traquenard perfide et cruel de ses deux bras droits : Cali et Lillie pour ne pas les nommer, qui, après avoir vainement essayé de la jeter dans l’escalier qui conduisait au deuxième sous-sol, avaient tout bonnement fini par la jeter en pâture aux avigones, ces créatures dantesques qui peuplaient les lieux, élevées avec amour et tendresse par Aragone à laquelle Aviva ne dédaignait pas de venir, à l’occasion, donner un coup de main. D’ailleurs, elle y avait tellement pris goût qu’elle en avait adopté une ou deux.

Le problème c’est que la procréation des lapins, réputés prolifiques, avoisinerait celle d’un éléphant en proie à des problèmes de stérilité, au regard du rythme de reproduction des avigones. Cela s’explique par le fait qu’elles n’ont qu’un neurone uniquement affecté au mal et au vice. Donc si vous avez deux créatures de sexe différent, quoiqu’on commence à se demander si elles ne seraient pas un peu hermaphrodites sur les bords (mais, à la différence des escargots et autres espèces du même genre, elles pourraient s’auto-reproduire), il ne faut guère de temps pour se retrouver à la tête d’une véritable armée. C’est ainsi que les autres locataires de l’immeuble où vit Aviva, commencent à se demander quels sont ces bruits étranges qui montent du cœur de leur bâtiment… Mais qui osera leur dire que désormais ils sont les otages du mal personnifié ? Même la douce Toshiko commence à montrer des signes de contamination.

Je crois que l’auteur s’est de nouveau égaré, mais il faut dire qu’il est absolument fasciné par cette espèce inconnue et méconnue. Après tout, à l’origine, le chien n’était rien moins qu’un animal sauvage que l’homme pensait cruel et inutile. Qui sait si, bientôt, on ne découvrira pas, sous leur apparence ingrate et répugnante, leur odeur nauséabonde, leur cri insoutenable, leur mode de vie écoeurant et révoltant, leur comportement cruel, lâche et amoral, d’adorables petits compagnons pour la progéniture humaine (qui parfois n’a rien à leur envier si on en juge par certains spécimens…) ?

Donc, pour en revenir à nos moutons, ou plutôt à notre Admin et à ses deux bras droits, qui, si on y regarde de plus près, ressemblent étrangement à nos créatures avigonesques, un an auparavant, lors du premier anniversaire du forum, la Sage Relique (enfin sage…) était, une fois n’est pas coutume, sortie de sa tour d’ivoire pour venir contempler de ses yeux (même si elle est myope comme une taupe) l’évolution de ce petit coin qu’elle avait voulu être un jardin d’Eden pour créateurs en tous genres. Bien entendu, accaparée par ses nombreuses obligations et son appétit sexuel démesuré (ce qui ne laissait pas d’étonner les gériatres qui la suivaient), elle avait fait aveuglément (quand je vous disais que ses yeux n’étaient pas franchement la partie la plus opérationnelle de son individu) confiance aux dites Cali et Lillie, bras droits autoproclamés et intronisés par souci de ménager leur hyper-sensibilité (pour ceux qui ne comprennent pas comment on peut avoir deux bras droits, l’auteur les encourage à lire le volet précédent du présent opus), pour organiser au mieux les lieux, ceci sous l’égide de la sage, probe, calme, intelligente (pour ne pas dire géniale), psychologue, diplomate, généreuse et altruiste Cissy, cerveau incontesté de la petite contrée, et qui veillait au grain en empêchant les deux membres susdits de se livrer à n’importe quelle manœuvre que leur soufflait leurs deux neurones égarés dans une boîte crânienne démesurée, en rapport avec leur ego surdimensionné.

Ici, il va falloir à l’auteur, qui s’excuse des diverses digressions incluses dans cette passionnante narration, faire une petite parenthèse sur la chère Cissy (et l’auteur précise être totalement objectif, nullement sous la contrainte ou l’influence de cette grande âme, et ne lui être apparenté d’aucune sorte), parce qu’il se doute bien que les lecteurs doivent se demander ce qu’un Phénix de son espèce venait faire dans ces lieux. La chose est simple : dans un éclair de lucidité comme sa Sénilité en a parfois, sa Révérende Vieillerie avait eu, l’espace d’un fugace instant de clairvoyance, un léger doute sur la capacité de ses deux bras droits, membres éminemment inutiles sans un cerveau pour les diriger, toute personne un peu versée en sciences le confirmera, à être à la hauteur de la noble tâche qui les attendait. C’est pourquoi elle leur avait adjoint cette créature comme on n’en rencontre pas deux dans sa vie, qui, faite d’abnégation et de courage, avait accepté de se coltiner les deux boulets, ceci pour la plus grande gloire de sa Préciosité Débilitante et surtout de FFF qu’elle aimait trop pour le voir devenir le Foyer des Folles Furieuses, ce qui n’aurait pas manqué de se produire sous la direction unique des bras droits aussi gauches l’un que l’autre à vrai dire.

C’est pourquoi, durant un an, et dans l’anonymat le plus total, avec un dévouement dont nul ne s’apercevait tant il était discret et modeste, à l’image de la personne en question, Cissy avait pallié toutes les carences des deux calamités, qui ne s’entendaient jamais aussi bien que dans les mauvais coups. Cependant, malgré toute sa vigilance, seule face à l’adversité, elle n’avait pu empêcher l’impensable de se produire et, vilement trahie dans ce qui resterait l’une des plus grandes vilénies de l’histoire, Admin avait donc été happée dans les profondeurs glauques et répugnantes du marécage pestilentiel.



*****
Et depuis un an donc, le forum survivait entre chaos et tempête, dirigé cahin-caha par les deux bras droits qui, ne pouvant évidemment, étant donné leurs positions respectives, le faire aller de manière rectiligne puisque pour cela il aurait fallu équilibrer les forces droite et gauche comme le saurait tout lecteur ayant un peu de culture physique (non, pas celle qui consiste à se dépenser bêtement en courant, sautant, nageant, ou faisant subir à son corps toute sorte de position contre nature tout en le faisant perdre une eau éminemment précieuse, le tout dans des effluves fort peu ragoûtantes, mais celle de cette science qu’est la Physique, si chère à Einstein et quelques autres… nous n’allons pas développer ici pour les sous-développés du cerveau, le temps nous manque). Or, bien évidemment, et bien que, à cause de leur traîtrise, l’être dont elles étaient censées être le bras droit ait disparu, ce qui, de fait, les avait derechef privées de leur titre, puisque sans corps pas de délit… oups… pardon… (bien que ce soit vrai aussi) sans corps pas de bras bien sûr…, elles s’arc-boutaient sur leur appellation et aucune d’elle n’aurait accepté de devenir un bras gauche, même pour maintenir le forum de manière homogène.

Donc, étant toutes les deux du même côté, quand bien même elles s’opposaient les trois quarts du temps, sauf lorsqu’il s’agissait de concocter un mauvais coup, elles ne pouvaient que faire naviguer le navire (je sais : naviguer le navire… et si j’ai envie de redondance, il y a quelqu’un pour venir se plaindre ?) un coup à droite, un coup à gauche, puisqu’elles appliquaient une force venant de la même direction… (Vous suivez toujours où il vous faut un schéma ?).

Malgré tout, et au grand ébahissement de tous, le vaisseau, si bien construit par sa Sérénissime Antiquité, et merveilleusement entretenu par l’Admirable Cissy, continuait à flotter, malgré la traversée de quelques ouragans qui avaient fort secoué l’équipage. Et nos deux pestouilles de se féliciter de leur gestion si efficace, et de leur prise de pouvoir révoltante.

Evidemment, personne n’osait s’élever contre leur dictature : les quelques-uns qui s’y étaient risqués, avaient disparu corps et âmes dans les profondeurs du forum. Et ici, je vois le lecteur tiquer à ce masculin…

Et oui… parce qu’il faut dire que durant cette annus horribilis (non pas ANUS bandes d’obsédées !!!!! d’ailleurs qui a jamais vu un anus horrible hein ? euh… nous ne dévoilerons pas ici toutes les félicités de cette partie du corps si méconnue, eu égard aux jeunes ouailles qui pourraient lire la présente –à supposer qu’elles aient réussi à arriver jusqu’à cette ligne –et dont il faut préserver l’innocence– qui de l’humble avis de l’auteur est déjà bien compromise si justement elles sont inscrites ici, ce qui prouve une prédisposition certaine à une tournure d’esprit que, pudiquement, nous qualifierons de « particulière », fin de la parenthèse.) il y avait eu un grand nombre d’inscriptions dont, plusieurs masculines, ce qui, si ça ne conduisait pas à la sacro-sainte parité clamée par des individus qui, au nom de l’égalité, préfèrent voir une personne incompétente à un poste plutôt que deux personnes de même sexe efficaces (ce qui en soit est une forme insupportable de discrimination, mais c’est un autre débat), rééquilibrait tout de même un peu les choses, même si la gente féminine restait largement majoritaire dans les lieux, ce qui explique peut-être que le sexe dit fort, y soit très discret (ça fait peur une bande de filles…)

Personne, disai-je, ne s’élevait donc contre les décisions totalement arbitraires, très souvent absurdes, des deux bras droits, qui sans un corps auquel se rattacher commençaient d’ailleurs à pourrir légèrement, mais qui aurait osé leur dire ? Et puis d’ailleurs, leur dégénérescence était telle au départ, qu’on voyait fort peu la différence : quelques tâches verdâtres apparaissaient bien, mais les plus idiots les attribuaient à leur amour universellement connu pour les maquillages improbables qui les faisaient ressembler à des gargouilles plutôt qu’aux oiseaux de paradis qu’elles pensaient égaler, et les plus instruits, même s’ils subodoraient la vérité, étaient trop prudents pour oser la moindre réflexion qui les aurait conduits directement dans les sous-sols.

Et justement : durant cette année écoulée, ces catacombes avaient sans doute été l’endroit le plus animé du forum. Il avait fallu creuser un troisième niveau tant les créatures avaient proliféré, et, celles qui vivaient là faisaient peur même à Aragone et Aviva qui, pourtant, depuis la disparition de Sa Royale Décadence, s’étaient autoproclamées bras droits des bras droits et déambulaient dans les lieux vêtues (si on peu appeler ça vêtues) d’oripeaux genre Xena la guerrière, et munies de fouets, chaînes et autres attributs de torture, pour affirmer haut et fort leur autorité sur la plèbe vulgaire (vulgaire dans le sens : commune et pas dans le sens : mal élevée, quoique, pour certaines les deux sens s’appliqueraient). Depuis peu, d’ailleurs, le duo infernal était devenu quatuor, renforcé par Natasia, qui désormais avait fait ses preuves, et par Yseult, qui, bien qu’arrivée après les tragiques événements de juin 2010, s’était très vite montrée digne du sadisme et de la perversité de ses aînées. Terrifiés, les autres membres les avaient surnommés les quatre cavalières de l’Apocalypse. Lorsqu’elles apparaissaient quelque part, surveillant les quatre points cardinaux, un vent froid soufflait sur les lieux et chacun de se terrer en attendant que décroissent leurs pas et en s’étonnant alors d’être encore intact.

Donc, pour en revenir à notre sujet principal, après ce léger détour, qui, le lecteur avide de comprendre l’admettra aisément, était éminemment nécessaire, depuis plusieurs mois maintenant, l’agitation qui s’était emparé de ce troisième sous-sol inquiétait même les quatre fantastiques (ne pas prendre fantastique au sens premier de ce mot, mais plutôt au sens créatures paranormales) qui n’osaient plus vraiment se risquer dans les escaliers qui conduisaient à ce niveau, les ascenseurs étant définitivement hors d’usage après une énième crise de paranoïa aigüe d’Angie qui, à coup de Sam et de Jack, les avait réduits à l’état de souvenirs parfois nostalgiques pour les plus anciens membres qui sentaient leurs os craquer lorsqu’ils avaient besoin de changer d’étage. Même si, de moins en moins avaient la témérité de se risquer au-delà du premier entresol, les créatures commençant parfois à se risquer dans les escaliers qui descendaient à l’étage inférieur (je sais : pléonasme… en aucun cas des escaliers ne descendraient à l’étage supérieur, quoique, si vous les prenez à l’envers….)

Et les sept derniers jours (ce qui correspond, grosso-modo, à une semaine, se dira le lecteur pas encore transformé en bête de sexe et de luxure par la lecture des œuvres au-delà de l’horizon, et capable de faire fonctionner quelques neurones autrement que pour se délecter de scènes hautement répréhensibles), l’agitation n’avait fait que croître dans des proportions exponentielles (pour ceux qui n’arrivent pas à imaginer, adressez-vous à un mathématicien qui vous fera un schéma de ce qu’est un accroissement exponentiel). Il était évident qu’il se passait quelque chose…

Un grondement sourd, une odeur plus persistante que jamais, des cris, des grognements, des pas lourds… Même la bande des quatre appréhendait ce qui se tramait. Désormais, elles se contentaient d’ouvrir rapidement la porte et d’y jeter la nourriture préférée des créatures : des Gallois bien dodus, des capitaines plein de saveur, des chanteurs dont la tendreté n’avait d’égal que le peu de viande qu’ils fournissaient, ce qui était d’un rapport qualité/prix légèrement défavorable, des Marseillais à l’arrière goût de poisson et des juges de lait à la chair blanche, quelques morceaux de choix parfois, tels des agents du F.B.I. au goût inégalable, des étudiants goûteux, ou des journalistes anglais à la sauce menthe… avant de refermer rapidement le battant, ne pouvant s’empêcher de se délecter des hurlements qui s’élevaient alors des proies, bien entendu délivrées vivantes, les créatures ne se contentant pas de chair morte. Elles avaient bien essayé d’alerter les deux bras droits, mais celles-ci, amollies par leur règne sans contexte, n’avaient fait que leur rire au nez, parfaitement incapables d’éprouver la moindre inquiétude de quoi que ce soit tant leur cerveau sous-employé était inapte à leur envoyer certaines sensations humaines telles l’appréhension, la charité, la patience, la compréhension, la tolérance, j’en passe parce qu’il faudrait énumérer tout le spectre des sentiments positifs pour ne conserver que les négatifs et je pense que le lecteur finirait par trouver cette énumération relativement fastidieuse.

Et la merveilleuse Cissy, se demandera l’observateur attentif. Que faisait-elle ? Pourquoi n’intervenait-elle pas ?

La merveilleuse Cissy s’était retirée dans sa tour d’ivoire, désespérée de la disparition de sa Précieuse Vétusté et accablée par la prise de pouvoir des deux bras droits, elle qui n’avait jamais compris comment on pouvait accepter d’être bras droit et encore moins de partager ce rôle. Elle savait que désormais sa sagesse et son intelligence ne pouvaient plus rien contre la prise de contrôle des créatures du mal et elle s’était résignée, son bon sens lui dictant justement que tout acte de protestation la conduirait illico rejoindre son Eminente Décrépitude et son abnégation n’allant pas jusque-là, qui pourrait l’en blâmer ? (pas l’auteur en tout cas). Elle avait pris, sous son aile tutélaire, les très jeunes membres du forum et celles dont la sensibilité pouvait être heurtée par les scènes de débauche et d’atrocités qui s’y multipliaient, et veillaient sur elles, s’efforçant de leur inculquer un peu de son immense savoir et de sa modestie légendaire, veillant à ce que nul ne vienne tenter de pervertir ces fleurs précieuses et de plus en plus rares. Là désormais se bornait sa tâche, mais elle ne désespérait pas de faire un jour de ces jeunes pousses la relève qui rendrait à ce forum ses lettres de noblesse.



*****
Ce point fait, revenons donc à nos créatures et aux inquiétudes qu’elles suscitaient chez les quatre catastrophes ambulantes qui déambulaient (ce qui est le propre des êtres ambulants) dans les couloirs pour assouvir leur soif de sévices en tout genre.

Ce jour-là, le grondement se fit plus insistant, la rumeur plus forte, le bruissement plus tenace et, soudain, un frissonnement saisit le forum, frissonnement qui se transforma rapidement en tremblement puis en tangage et chacun de se dire qu’un séisme venait de se déclarer et allait emporter les lieux, et d’aucuns de rappeler à haute voix le sort de Sodome et Gomorrhe, foudroyées à cause de leurs déviances et de se préparer à affronter la punition divine.

Surprises au beau milieu de leur sieste canaille, les deux bras droits, qui s’étaient découvert des propensions au saphisme et une certaine habileté dans la chose (parce qu’elles avaient deux mains droites, comme tout bras droit qui se respecte, justement ?), Cali et Lillie se figèrent avant de sauter dans leurs vêtements, ou plutôt, sous le coup de l’affolement, dans ceux qui leur tombèrent sous la main, ce qui, si les circonstances n’avaient pas été si graves, aurait pu leur attirer quelques remarques, Cali se trouvant affublée d’une mini-robe rose fushia, portée sur des jambières violines, le tout rehaussé par une serpillière rouge carmin (ayant trop longtemps trempé dans le sang ?) et une veste vert pomme tandis que son toupet de cheveux (qui n’avait d’égal que le toupet dans son comportement – l’auteur s’excuse de cette blague facile) était surmonté d’une serviette de table à carreaux jaune et marron, qu’elle avait prise pour son chouchou, et Lillie ayant passé à la jambe droite la jambe gauche d’un pantalon kaki tandis que sa jambe gauche s’engonçait dans la jambe droite d’un pantalon rayé orange et rose, le tout surmonté d’une jupe à fleur du plus bel effet avec ses impressions jaune citron sur un fond vert caca d’oie et assorti d’un pull mauve en pilou, orné de dentelles or, tandis qu’elle entortillait ses cheveux dans un string saisi à la va-vite quelque part sur la commode où il n’avait strictement rien à faire.

Les deux bras droits se ruèrent donc vers les profondeurs du forum, et y retrouvèrent, figées par l’appréhension, outre la bande des quatre, quelques unes de leurs ferventes supportrices (et oui, il y a des lèche-bottes partout), telles Catouchka, EmmaHarknessJones, Videl, Ozias ou Madlaure qui ne semblaient pas en mener large et Brigitte, l’appendice d’Yseult : où on voyait l’une on voyait l’autre, ce qui s’expliquait par le fait qu’ayant chacune un demi-cerveau, elles ne pouvaient fonctionner qu’ensemble. Le hic était que ce cerveau réuni ne leur servait qu’à faire souffrir tout mâle qui passait à leur portée : chevaliers du Moyen-Age, étudiants ou employés de banque, juge ou barman, tout leur était bon pour se livrer à leurs penchants favoris.

A l’arrière-garde, on pouvait voir le groupe des modos, qui ne valait guère mieux que les quatre SPP (Sadiques Perverses Patentées) quant à leur rigueur morale, à savoir Anshaca, la déesse de l’île de Lesbos, Pandi, grande prêtresse de la rigolade et des amusements futiles, UldAses, l’impératrice du bric-à-brac régnant sur tout et n’importe quoi, adoratrice de l’espèce féline (ce qui plaiderait plutôt en sa faveur dans un procès), Cass Shelly, spécialiste des relations amicales (sauf que sa vision très particulière de ces relations aboutissait à de drôles d’histoires dans son quartier), et Fanncis, déjà contaminée par Natasia qu’elle épaulait de son mieux dans la partie qui aurait dû être « normale » du forum, et qui souhaitait ardemment faire partie du quatuor (pas très douée en maths, elle n’avait pas perçue qu’elle ne serait jamais un membre du quatuor qui, par son admission deviendrait un quintette) et faisait tout pour se montrer digne de leur sadisme et de leur cruauté, allant jusqu’à jeter en catimini aux créatures, des agents du NCIS afin qu’elles y prennent goût, ce qui n’avait d’ailleurs pas tardé. Ne manquait dans l’équipe qu’Isamckay, disparue au champ d’amour et sur la tombe de laquelle on portait des fleurs à intervalle régulier en se souvenant du bon temps où son cœur était libre et son imagination au service de la décadence la plus délicieuse. Mais même dans ces lieux bénis (ou maudits) des dieux, la vie frappait au hasard, avec ses hauts et ses bas.

Et puis, la foule des membres de FFF, alertés par le séisme, ne sachant pas s’ils devaient s’enfuir au plus vite ou tenter de savoir quel était le problème et y remédier dans la mesure de leurs capacités.

Les secousses s’accentuèrent encore tandis qu’une clameur montait des entrailles du forum et chacun de s’accrocher à ce qu’il pouvait pour tenter de conserver son équilibre tout en regrettant, pour le coup, de ne pas avoir deux bras droits et deux bras gauches pour pouvoir à la fois se cramponner et se boucher les oreilles tant le bruit devenait infernal, certains auraient même désiré deux paires de chaque afin de pouvoir, dans le même temps, se pincer le nez et se cacher les yeux pour échapper à l’odeur nauséabonde qui se répandait et à la vision qu’ils subodoraient bientôt s’étaler sous leurs yeux horrifiés tant il était certain que la créature qui allait évidemment surgir de ce chaos serait bien plus horrible et redoutables que toutes celles qui hantaient déjà les lieux.

Il y eut un choc terrible alors que la lourde porte blindée s’écrasait sur le sol, et chacun fit un bond en arrière d’au moins un mètre, redoutant l’apparition qui allait leur apparaître, comme doit le faire toute apparition pour être crédible : vous imaginez une apparition qui n’apparaît pas vous ? Pas l’auteur…

- Ahhh !!!!!!!!!!!!

Le rugissement qui sortit des lèvres de la créature immonde, qu’on distingua lorsque le brouillard qui l’entourait se dissipa, glaça le sang des spectateurs figés dans une attente angoissée.

- Je vois que vous êtes là pour m’accueillir… Très bien… C’est la moindre des choses.

Les yeux s’ouvrirent, de même que les bouches, tandis que l’assistance comprenait que la créature parlait leur langue…

Cali et Lillie pâlirent, ce qui se remarqua d’autant plus sous les couleurs criardes dont elles s’étaient parées : elles ne pouvaient pas en croire leurs oreilles (d’ailleurs, des oreilles de bras droits sont-elles fiables ?), ni leurs yeux qui s’écarquillaient, ni leur neurone qui se tétanisait (ce qui ne faisait pas grande différence avec ses productions lorsqu’il était actif)…

Ce ne pouvait pas être possible !!! C’était juste un cauchemar, une affreuse méprise, une impossibilité… impossible… (ben oui… il ne faut pas leur demander d’être originales avec leur niveau de vocabulaire, déjà qu’elles aient pu énoncer impossibilité est un exploit !)

- Mais…

- Mais…

- Comment ça Mémé ? s’emporta l’apparition. On dirait que vous avez oublié le respect mes petites filles !!! Je m’en vais vous l’apprendre moi !!!

Et sur un signe de l’apparition apparue (parce qu’une apparition se doit d’apparaître… mais l’auteur se demande s’il n’a pas déjà discuté de ce point), des créatures informes au faciès patibulaire (finalement pas tellement plus que celui des modos à y regarder de près) encadrèrent les deux bras droits tremblants.

Et l’Admin Triomphante… puisque le lecteur avisé, aura évidemment deviné quelle était cette créature étrange, sortie dans toute sa splendeur, (enfin… splendeur… n’exagérons rien… surtout qu’elle était sale comme un peigne et ne sentait pas précisément la rose) pour apparaître aux yeux de ses sujets qui ne tardèrent pas à comprendre que l’autorité venait à nouveau de changer de mains.

- Mais…, comment est-ce possible… ? balbutia Aragone.

Elle était totalement désemparée : jamais ses créatures n’avaient relâché une de leur proie en vie. Les larmes lui montèrent aux yeux en se disant qu’elle avait surestimé leur voracité. Trahie par les siens, quoi de plus cruel ! Aviva était dans le même état mais leur tenue minimaliste (genre Xéna la guerrière) ne leur permettait pas d’avoir un mouchoir sur elles, et elles en étaient donc réduites à s’essuyer piteusement avec leurs doigts. Natasia avait rejoint le groupe des modos, glissant doucement entre elles dans l’espoir de se faire oublier. Quant à Yseult, n’ayant jamais vu l’Admin avant, elle se contentait de toiser tranquillement la nouvelle venue en se disant que, si elle avait survécu dans le marécage, il pourrait être fort intéressant de recueillir son témoignage afin de remettre à jour sa banque de données « tortures – viols – sévices en tous genre », enthousiasme partagé (ce qui est normal pour un demi-cerveau, qui ne peut que partager bien sûr…) par Brigitte qui contemplait la nouvelle venue avec les yeux de Chimène pour Rodrigue (ou plutôt de Lothaire pour Gildéric, en espérant, pour elle, qu’elle ne subisse pas le même sort… ou plutôt non : ainsi elle comprendra qu’il y a des choses qu’on n’a pas le droit de faire à de gentils chevaliers…)

- Comment c’est possible ? (oui, le lecteur aura peut-être oublié la question d’Aragone, mais notre Admin, régénérée par un an de vacances au plus profond des marécages, s’en souvient parfaitement, elle). Mais parce que je suis indestructible ma chère petite fille, et ces deux sottes auraient dû le savoir !!! Comment imaginer que j’ai vécu tout ce que j’ai vécu sans comprendre que je ne peux pas disparaître ? Après avoir dompté la dizaine d’hommes qui ont officiellement partagé ma vie (et je ne parle pas de ceux qui sont venus en extra, il est impossible de les comptabiliser), vous ne croyez tout de même pas que ce sont quelques pauvres petites créatures du marécage qui vont me faire peur non ?

Aragone étouffa un gros sanglot à l’insulte faite à ses petites chéries. Elle qui croyait avoir élevé une espèce d’une rare cruauté, elle se retrouvait avec des chiens-chiens à leur mémère (et la mémère en question avait une sacrée allure !!!)

- Mais j’ai remédié à cela. Désormais, elles savent ce que signifient les mots : CRUAUTE – MECHANCETE – SADISME, j’en passe et des meilleurs…

- Pourtant vous…, osa commencer Aviva, avant de se taire, épouvantée d’avoir attirée l’attention sur elle. Après tout, elle avait charge d’âme et Toshi était encore un peu jeune pour se passer de sa mère.

- Je quoi… ? questionna la revenante d’un ton patelin qui fit courir un frisson sur l’échine de tous les auditeurs figés sur place.

- Euh…

- Allons ma petite fille ! Il me semble que vous aviez la langue mieux pendue l’an dernier…

- Et bien… justement… l’an dernier, vous n’aviez pas trop apprécié l’existence des créatures.

- Et je m’étais bien trompée !!! admit l’Admin (répétez donc ces deux mots vingt fois sans vous tromper vous verrez si c’est facile…) Je n’ai aucun mal à reconnaître mes torts, ils sont si peu nombreux que je peux bien, une fois de temps à autre, admettre que je ne suis pas totalement infaillible (l’auteur rappelle aux lecteurs qu’en l’occurrence c’est Admin qui parle, pas Cissy, même si on pourrait s’y tromper). J’ai en effet commis l’abominable erreur de juger sur la mine sans chercher à voir au-delà des apparences. Et je confesse, en toute honte, que cela va totalement à l’encontre de l’esprit de ce forum qui est justement un lieu où chacun peut faire ses preuves et n’est jugé que sur ce qu’il est, pas ce qu’il paraît. Mais au contact de ces créatures, je me suis aperçue que nous avions beaucoup de choses en commun.

Et le sourire qui accompagna ces mots fit courir un nouveau frisson d’appréhension dans l’assemblée, personne ne pouvant imaginer que ce que les avigones et Admin avaient en commun puisse être ce que la société normale approuverait.

- En fait j’ai passé une délicieuse année parmi elles : elles m’ont initié à leurs rites, à leurs langages. J’ai découvert de nouveaux mets, moi qui pensais pourtant avoir fait le tour de la gastronomie. En échange, je les ai acquises à mes idées.

Une sueur glacée coula sur les dos.

- J’ai même vécu en couple avec quelques-unes d’entre elles.

L’épouvante s’insinua dans tous les pores à l’évocation d’une descendance possible… C’était encore pire que ce qu’auraient pu imaginer les pires des oiseaux de mauvais augures. Mais Aragone et Aviva échangèrent un regard entendu : elles venaient soudain de comprendre d’où provenaient ces créatures tellement dégénérées qu’on avait dû leur creuser ce troisième sous-sol, d’ailleurs, la réalisation ne tarda pas à se faire aussi chez les autres modos qui finalement n’étaient pas que la moitié d’imbéciles… (L’auteur se demande si ça ne peut pas être pris à contresens ça… tant pis… flemme de chercher autre chose).

- Et voici les Admivigones !!!! Mes petites chéries à moi…, proclama sa Sérénité en montrant les êtres qui l’entouraient d’un geste plein d’orgueil. Désormais, ce seront mes gardes du corps personnels.

Et de foudroyer du regard son entourage, comme pour défier quiconque de tenter de s’en prendre à elle de nouveau. Mais il n’y avait aucun risque que d’aucun ose remettre en question son autorité.

- Bon, maintenant j’ai un compte à régler…

Et elle se tourna vers ses bras droits qui se liquéfièrent littéralement lorsqu’elle s’avança vers elles.

- Cali… Lillie… Je vous avais donné ma confiance et vous l’avez trahie…

- C’est la faute à Cali !!!

- C’est l’idée de Lillie !!!!

Bien sûr, chacun des deux bras droits ne pouvait qu’accuser l’autre. A peine leur Soleil revenu, elles retombaient dans leur habitude première de se quereller et de rejeter chacune sur l’autre ses propres insuffisances.

- Oui… Je vois que les choses n’ont pas changé ici… Mais je me dois de…

Bien que leur cerveau de bras droit fut, comme tout cerveau de bras droit qui se respecte, relativement atrophié, les deux fautives baissèrent la tête, persuadées qu’allait s’abattre sur elle la vindicte de leur mentor si abominablement trahie. Aussi, furent elles abasourdies d’entendre :

- … vous remercier pour ce que vous avez fait.

Ne pouvant en croire leurs oreilles (de bras droit), les deux filles se regardèrent, puis dirigèrent leurs yeux (de bras droit) vers sa Royale Grandeur en se demandant si elle n’était pas totalement sénile désormais.

- Oui… sans vous je n’aurais jamais fait la connaissance de ces créatures, je n’aurais pas vécu des expériences uniques et éminemment enrichissantes… Grâce à vous, j’ai un nouveau regard sur l’existence, et je vais très vite établir ici de nouvelles règles pour que notre vie soit réglée sur celle de ces délicieuses créatures.

Et chacun de s’entre-regarder mi-figue, mi-raisin, se demandant si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle que cette déclaration. De toute façon, sachant qu’ils n’y pourraient rien faire, les membres se contentèrent de hocher la tête en silence.

- Donc… je vous remercie de m’avoir donné cette opportunité rare…

- C’était mon idée, déclara Cali.

- Menteuse…, c’est moi qui en aie parlé, rétorqua Lillie.

Admin soupira, comprenant qu’effectivement, les choses n’avaient pas beaucoup changé, du moins en ce qui concernait les deux boulets. Pour le reste elle allait aviser et prendre les décisions qui s’imposeraient, quitte à envoyer sa garde rapprochée faire le nettoyage si cela s’avérait nécessaire.

- C’est bon… c’est bon…

Elle leur tendit la main que les deux repentantes (en tout cas en apparence) s’empressèrent de lécher avidement, bien que lui trouvant un drôle de goût.
Finalement elles étaient soulagées, évidemment d’avoir été si vite pardonnées, mais surtout que quelqu’un reprenne les rênes à leur place parce que, décidément, le boulot pour faire tourner un forum finissait pas leur prendre beaucoup de leur temps (l’auteur sait ce que va se dire le lecteur : étant donné qu’elles ne fichent rien, elles peuvent bien prendre du temps pour le forum, mais qu’il aille donc leur dire ça lui-même…)

Evidemment, certains penseront que Son Eclatante Magnificence fait preuve là d’une mansuétude inattendue et presque incroyable, mais ceux-là n’ont pas compris quel être d’exception est cette personne (et que le lecteur qui s’étonne du glissement sémantique désignant l’Admin entre le début et la fin de ce reportage n’aille surtout pas croire à de la basse flagornerie due simplement à une quelconque crainte que l’auteur pourrait avoir quant à la réaction de l’intéressée à des néologismes négatifs).

Elle a bien compris avoir été en partie responsable de ce qui lui est arrivée : on ne s’entoure pas impunément d’êtres bizarres sans en payer le prix. Et puis, puisque finalement l’expérience s’est avérée enrichissante, autant tourner la page. De plus le pardon grandit l’être alors que la vengeance l’avilit…

Mais revenons à notre Magnifique Matriarche…

Après avoir réintronisé ses deux bras droits, elle se tourna vers le groupe des modos qui commençaient à reprendre un peu de poil de la bête…

- Voyons… il y a là des nouvelles il me semble… Présentez-les moi donc.

Et les deux traîtresses de se bousculer pour citer à nouveau chacune des roues essentielles de l’activité du forum : avec Cass Shelly, Aragone, Aviva, Anshaca, Fanncis, Natasia, UldAses qui régnaient sur les fictions, Pandi qui animait la partie détente avant de s’arrêter devant trois poissons rouges :

- Alors, votre Grandeur, voici Yseult, nouvelle modératrice de fanart et co-animatrice de la section détente. C’est aussi, selon les règles de notre forum, une grande sadique devant l’éternel… il faut dire qu’elle est blonde et belge, ce qui aggrave son cas.

- Effectivement, murmura l’Admin en tendant une main altière à l’impétrante qui ne savait plus où se mettre sous tous les regards braqués sur elle.

- Voici Emma, modératrice en fanart, qui a pris modèle sur Lillie quant au mauvais goût : pour tout vous dire elle adore les vampires catcheurs, moches de surcroît…

- Tiens donc…, quel drôle d’association, s’étonna son Auguste Grandeur tandis que ladite Emma, déjà rouge poisson, virait au rouge brique, ce qui contrastait étonnamment avec sa tenue gothique (mais n’aurait certes pas déplu à un certain M. Stendhal).

- Et enfin, notre toute dernière recrue : Brigitte, dite, Bleuri, ombre d’Yseult qui a la lourde tâche (ça c’est elle qui le dit) de la transformer en modératrice de choc.

- Quelle intéressante petite fille…, félicita la Vénérable en tapotant la tête de Brigitte qui mit deux jours à se remettre d’avoir été appelée « petite fille ». Mais alors … où sont donc passée ma chère Stéphanie ? Isamckay ? Cette peste de Sam et la petite JB ? Quelqu’un les aurait fait fuir ?
Et le regard de sa Sublimissime Eminence se fit sévère à cette idée, faisant trembler chacun, même ceux qui n’avaient rien à craindre.

- Nullement ô votre Grâce (et ici l’auteur de se garder d’écrire grasse qui pourrait lui valoir un entretien particulier avec les Admivigones, ce qu’il ne désire pas franchement). Mais elles sont prises par leur vie au dehors. Elles restent cependant des nôtres…

- Ah !!! J’en suis soulagée, j’aurais été désolée de les perdre.

Puis après un instant de silence, elle reprit :

- On dirait que notre famille s’est agrandie durant cette année non ? Et que Cali a gagné un admirateur, continua-t-elle, avisant soudain Zuran qui suivait le bras droit, une expression énamourée dans les yeux, la fixant du regard d’un chien qui espère qu’on va lui donner son os.

- Oui… Ce jeune écervelé est effectivement tombé sous le charme de votre bras droit, expliqua la sage Ozias, toujours prête à venir en aide aux autres.

- Après tout… si ça peut lui faire plaisir, sourit l’Admin. Bien… alors présentez-moi donc nos nouveaux arrivants.

S’ensuivit alors une longue litanie que l’auteur vous épargnera, dans laquelle on entendit voler des dizaines de pseudonymes : Joséphine et ses belles histoires, Catouchka et ses critiques magnifiques, si encourageantes pour les auteurs, Toshiko, l’auteur en herbe, Christie et ses magnifiques créations, Videl et sa présence rassurante, Sergeï’s Dream à la plume magique, Lilouche-Turner dont le talent n’avait d’égal que la gentillesse, Nanalina et ses fictions passionnantes… Djorie, Tarma, Shoupi, Actarus, TessQueen, et tant d’autres qu’il serait fastidieux d’énumérer, mais tous importants et qui tous eurent droit à la même attention de leur Guide Universel, ce qui ne manqua pas d’éclairer leur vie d’un jour nouveau.

- Et ma chère Cissy, s’inquiéta finalement son Altesse Admirable, ne me dites pas qu’elle n’est plus des nôtres ?

- Du tout votre Grandeur !!! Je suis ici… accourue dès qu’on m’a fait part de la merveilleuse nouvelle de votre retour !!!

L’intéressée venait de surgir au détour du couloir et se jetait dans les bras de la Neuvième Merveille de l’Univers sous le regard envieux de l’assistance. Un observateur attentif aurait sans doute remarqué le plissement significatif du nez de la délicate Cissy dont la narine sensible était quelque peu agressée par les effluves émanant de la revenante, mais l’observateur attentif se serait bien gardé de la moindre réflexion, imitant en cela la modératrice dont l’intelligente n’avait d’égal que la prudence.

- Ah… Quelle joie de vous revoir ô votre Précieuse Majesté ! Si vous saviez dans quel marasme m’a plongé votre tragique disparition.

- Oui… Je l’imagine bien, répondit l’Admin. Pas assez toutefois pour lancer une expédition de secours, dirait-on.

Cissy se mordit nerveusement les lèvres à ce qui ressemblait furieusement à une accusation, sous les regards goguenards des bras droits qui se demandaient comment le phénix allait se sortir de ce mauvais pas.

- Je vous prie de me pardonner Votre Sublime Royauté (ça ne veut rien dire, bien sûr, mais ça sonne plutôt bien non ?) Mais d’abord j’ai été anéantie par ce coup du sort et ensuite… jamais aucun être vivant n’était ressorti intact de ce marécage… comment pouvais-je imaginer que…

- Je comprends…. Je comprends très bien…

Un esprit chagrin aurait fort bien pu se méprendre sur le sens de ces mots, et surtout sur le regard qui les accompagna, comme si la Vénérable voyait au-delà des apparences (et les esprits chagrins diront que si c’est le cas, la magnifique Cissy a du souci à se faire…) mais la modératrice voulut les prendre comme une absolution et se fendit d’un sourire en déclarant :

- Venez… Nous avions organisé une fête pour le deuxième anniversaire du forum… Vous allez pouvoir la présider et ce sera la plus belle cérémonie jamais organisée ici.

Et sous les vivats de la foule en délire, suivie de sa meute de créatures, modos, membres et espèces indéfinies mêlés, Admin s’installa sur une estrade tendue de velours rouge.



*****
Lorsque le silence revint, ce fut d’une voix chargée d’émotion qu’elle prononça :

- Merci à vous d’être là, auteurs, créateurs, lecteurs… vous tous grâce à qui ce forum existe et perdurera. Vous qui prouvez, jour après jour, qu’on peut se respecter, faire preuve de tolérance, tisser des liens par delà les océans, les différences… Ici, personne jamais ne sera supérieur aux autres (et Cissy de s’étouffer dans son verre), personne ne dictera sa loi aux autres. Les censeurs, les esprits chagrins, les garants d’une certaine morale étriquée, les détenteurs de vérités universelles ne sont pas les bienvenus. Chacun est libre de s’exprimer, dans le respect de l’autre et en veillant à protéger les plus jeunes, les plus faibles. Cette liberté a bien sûr une limite, celle de la bienséance et du bon sens, celle aussi définie par les lois de notre société, autrement dit, les sujets malsains ne seront jamais les bienvenus chez nous.
Nous avons créé un espace d’écoute, d’entraide, un petit jardin où il fait bon baguenauder après une lourde journée de travail (voire, pendant pour certains…) et c’est à chacun de vous qu’échoie la lourde tâche de veiller à ce qu’il reste cet espace de paix que nous apprécions en veillant à ce qu’aucun élément néfaste ne s’incruste, en encourageant les auteurs et créateur, débutants ou confirmés, en guidant les pas des nouveaux venus, exprimant votre opinion lorsqu’on vous la demande, mais aussi en aidant, dans la mesure de vos moyens, celles qui font tourner ce forum et notamment mes brillantes Cali et Lillie sans qui rien ne serait possible. Parce que vous qui jouissez de ces lieux, vous n’êtes pas assez conscients de tout ce que cela implique de travail que de vous le rendre aussi accessible, de réparer, jour après jour, les petites pannes, de jongler avec les codes.

Bien sûr, je ne sous estime pas le travail des autres : toute l’équipe de modératrices, présentes et passées, qui veillent au grain avec une vigilance exemplaire. Mais encore une fois, je vous le répète, cette réussite c’est la réussite collective de gens ouverts d’esprits qui cherchaient un coin où s’exprimer sans être jugés pour un contenue, une prise de position, une interprétation…

Alors continuez à être ce que vous êtes, bon anniversaire à tous et longue vie à FFF !!!



FIN


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14017
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 50
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Lun 6 Fév 2012 - 21:55

toujours aussi drôle Dame Cissy, j'étais pliée de rire derrière mon écran


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Lun 6 Fév 2012 - 22:35

Ravie d'avoir contribué à la musculature de tes zygomatiques...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9665
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Mar 7 Fév 2012 - 11:54

Revenir en haut Aller en bas
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13281
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Mar 7 Fév 2012 - 17:39

Toujours aussi délirant ce truc... euh ce texte. Je ris comme une idiote (je que je ne suis pas bien évidement). Bref j'adore...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Mar 7 Fév 2012 - 21:05

Merci...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
ozias
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 1935
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 49
Localisation : eure et loir

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Mer 8 Fév 2012 - 17:56



J'aime toujours autant lire ce texte, il est si drôle!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2172-ozias
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   Mer 8 Fév 2012 - 21:32

Merci Ozias...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelle] - L'effroyable retour - G   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle] - L'effroyable retour - G
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: