French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Ven 30 Nov 2012 - 18:55



Prélude :

Juste un petit mot avant de commencer, Bienvenu dans le calendrier de l'avent 2012 basé sur les lettres de l'alphabet. J'espère que tout cela vous plaira et que vous retrouverez autant de joie que moi quand les mots arrivaient sur ma page blanche. Pour cela, il y aura 26 histoires et non 24 !!!


1 : Accordéon






Dans une ruelle de Paris le 30 Novembre, un homme est assis sur une petite chaise pliante. Âgé d'au minimum quatre-vingt ans, la peau ridée, les yeux visiblement fatigués, les mains recelant le secret de nombreuses années dans le métier manuel, il observait les personnes qui traversait cette ruelle. Elle était connue pour permettre aux touristes tout comme aux parisiens de passer par cet embranchement pour se rendre à la cathédrale Notre Dame de Paris. Ayant soufflé sur ses mains pour les réchauffer, il sorti un étui qu'il avait toujours sur lui. Après cette crise, et le peu de moyen qu'il avait pour sa retraite, le vieillard était obligé aujourd'hui de travailler dans la rue. Remontant son manteau de couleur sapin, reprit à certains endroit par sa femme qui attendait au foyer, prés du feu de la cheminée, mettant ses petites mitaines, l'homme sorti de son étui un magnifique accordéon. Il avait quelques coups et quelques années, visiblement il avait accompagné l'homme dans toute sa vie. Qu'il soit enfant, adolescent, jeune adulte, adulte et même dans sa nouvelle tranche de vie. Prenant son souffle, il fermait ses yeux et se remémora quelques mélodies qu'il avait apprit étant jeune. Doucement, avec le froid de cette fin de Novembre, il entonna quelques airs qui s'élança dans le ciel. La rue était visiblement un parfait couloir pour les ondes sonores qui se rependirent en direction de la cathédrale. Les curieux s'approchèrent pour écouter le merveilleux jouer par leur ancêtre. Tout en jouant de son instrument, l'homme d'âge mur articula avec une voix grave et pourtant si douce une petite histoire d'un temps ancien.
Celle d'un jeune homme d'une vingtaine d'années, aux cheveux noirs de jais, les yeux noisettes, d'une corpulence à ne rien envier aux autres hommes de son âge, qui rêvait de percer dans le domaine de la musique avec son fidèle ami, son accordéon. Il avait passé de nombreuses années à passer dans la rue, à circuler dans les gares et jouer des airs afin d'égayer son public. Il avait tourné dans des bars, des cafés. Mais n'ayant nullement assez de pourboire, d'argent grâce à son talent musical, il du se résigner à trouver un autre travail. Son père était menuisier. Il lui apprit le métier, même si ce dernier tendait à disparaître. Le jeune homme croyant à son fol idée de devenir un jour un grand artiste apprit tout de même le travail de menuisier tout en conservant son accordéon, son son pour toutes les personnes qui l'écoutait.
Et puis comme chaque mois de Décembre pour égayer la capitale, le jeune homme se rendit dans la même ruelle qu'aujourd'hui s'était assis le vieillard. Comme à son habitude, il chantait quelques histoires qu'il avait écrit, quelques chansons racontant l'arrivée de Noël. Mais plus les années passés, plus il remarquait que les personnes semblait ignorer cet homme, et pensait d'avantage au profils, à la fête, au grands groupes de musique organisant leur fête de Noël.
Comprenant que son rêve était révolu dans ce nouveau monde où la technologie, les nouveaux moyens de communications et la commercialisation ne lui laissait plus de place.
Il déambula dans différentes ruelles en cachant ses larmes de voir son rêve à tout jamais brisé. Jamais lui et son accordéon feront parti des grands noms de l'histoire de la musique. Jamais ils ne pourront voir la lueur de leur rêve.
S'étant restreint à sa vie de Menuisier, il enferma son accordéon à double tour dans une armoire en se promettant de le revendre un jour, pour gagner sa vie et pouvoir conquérir le monde qui l'avait laissé en plan. Il prit goût à son métier de menuisier, travaillant hardiment printemps, été, automne...Seul l'hiver lui laissait un goût amer. L'arrivé des premiers flocons de neige lui faisait repenser à ce fameux jour où il avait comprit que la musique, ce qui avait fait sa vie s'était brisé devant ses yeux. 10 ans qu'il avait abandonné son ami accordéon.
Et par un matin de Novembre, c'était justement le 30 Novembre aussi, drôle de coïncidence n'est-ce pas ? Eh bien, une jeune femme, les cheveux blonds courant le longs de son corps, les yeux émeraudes, une petite bouche fine rose, enveloppé d'un grand manteau rouge à capuche s'approcha du jeune homme. Elle semblait être légèrement moins âgé que notre jeune homme. Peut être vingt cinq ans. Elle lui demanda brusquement en posant ses mains sur le comptoir :



"Je vous cherchais depuis longtemps. Vous êtes bien Jean, l'accordéoniste de la cathédrale de Notre Dame ?"

Le jeune homme fut surprit qu'une femme la connaisse dans ses temps reculé. Il avait abandonné depuis quelques années son trottoir et son titre d'accordéoniste. Il ne se souvenait plus depuis combien de temps on l'avait appelé comme cela.



"Désolé Mademoiselle, l’accordéoniste qui était en moi a disparu. Je ne suis qu'un simple menuisier aujourd'hui."

Mais la jeune demoiselle refusa de laisser entendre ce genre de tirade, cette pirouette pour sortir de cette impasse qui se dressa devant lui. Elle se mit en face de lui pour lui montrer une photo, de lui quand il n'avait que quinze ans.



"S'il vous plaît. Revenez dans ce quartier !!! Cette photo, mon père l'a prise quand nous venions d'emménager dans la capitale. Je n'étais qu'une fille de la campagne et j'avais eu beaucoup de mal à me faire des amis. J'avais la nostalgie de ma campagne quand l'hiver arrivait, ces moments où la neige tombait à flot et que le village se rejoignait dans la plus grande ferme, pour partager notre chocolat chaud. Et qu'un accordéoniste jouait des morceaux pour égayer cette soirée d'hiver. J'étais ravi de vous entendre jouer de votre instrument. Mes parents aussi, les enfants qui passent aussi. Alors, nous avons été triste toutes ses années..."

Jean recula et se retourna vers la jeune femme pour lui donner juste une écharpe.



"Je suis désolé que vous ayez fait ce chemin pour rien, mademoiselle..."

"Justine!! Appelez moi Justine!! C'est une amie à moi qui m'a donné votre nom. J'ai fait mes recherches en demandant à tous les musiciens de la rue, à toutes les personnes de cette rues. Qu'elle soit âgées, jeunes, venant d'un milieu modeste, ou même aisées, et même des lieu malfamé. Ils ont tous un souvenir de vous qui égaye ses lieux...Et surtout la nuit de Noël."

En se remémorant les nuits de Noël qu'il avait passé dans la rues, une grosse bouffée de nostalgie remplisse le cœur de cet homme. Il se souvenait d'aussi loin que sa mémoire lui permettait, que ses parents ne fêtait pas Noël, car pour eux, c'était le mauvais souvenir d'avoir perdu un être cher en ce malheureux jour. Mais lui, il avait eu envie de fêter ce jour, de ne pas rester dans l'ombre ce jour là, ne pas rester dans les pleurs d'avoir perdu...Son grand-frère à cause d'une maladie. Il jouait de l'accordéon, il se souvenait que les habitants du quartier sortait pour remercier le jeune homme de m'être un peu d'ambiance. Il ne demandait rien d'autre qu'un public. S'était cela qui lui manquait le plus. Un public pour l'applaudir. Un public pour le regarder jouer. Un public pour l'écouter.
Quelques larmes furent verser, puis il prit les mains de la jeune Justine. Des mains froides comme la glace.



"Je voudrais vous montrer quelque chose."

Souffla Jean en l’amenant dans l'arrière boutique. Il prit sa clé, ouvrit à nouveau le placard, et sorti l'étui et l'instrument qu'elle avait parlé.
Il se mit à improviser un morceau. Une partition qu'il avait composé au temps qu'il était enfant avec son frère. Tout en s'asseyant pour jouer le morceau, Justine écouta patiemment. Le son avait visiblement beaucoup de vibration, puisque des curieux de musique passèrent non loin de cette boutique et intrigué par les notes, le son de cet instrument ils entrèrent dans la boutique. Ils se rendirent vers l'arrière boutique, comme envouté par la magie de ce son.
Plus aucun mot ne sorti de la bouche de quiconque quand ils écoutaient le morceau. Un silence respectueux, solennelle. Un silence d'or qui prouvait que le public ne faisait qu'un avec le son qu'il produisait.
Une fois le morceau terminé, Jean ouvrit les yeux pour apercevoir les personnes du quartier, les curieux et même le maire être présent. Tous applaudirent le talent du jeune homme.



"Me...Merci..."

balbutia Jean rougissant.
Le maire lui proposa de jouer en première partie d'un concert qu'il avait organisé pour une association caritative. Jean accepta à la condition qu'il puisse pour toujours jouer de son instrument dans la ruelle qu'il aimait.
Une fois l'accord passé, Jean continua ses prouesses à l'accordéon et entama à chaque année devant cette ruelle un calendrier de l'avent chanter. Il commença étrangement le 30 Novembre, jour de la rencontre avec Justine, qui lui avait redonné goût à la musique et finissait le 25 Décembre à minuit, à la sortie de la cathédrale.
Et aujourd'hui encore à l'âge de 80 ans, Jean continuait son calendrier de l'avent devant tout le monde. En ce jour, comme pour ouvrir chaque année sa petite case du calendrier de l'avent, il racontait se qui l'amenait dans la rue. Il salua son public en leur promettant une autre histoire le lendemain. Il rangea ses affaires, aidés par un petit garçon qui semblait parcourir beaucoup la rue. Il était âgé de 6 ans à peine, portant une petite casquette sur sa tête, un manteau noir, troué à certains endroits et une paire de moufle qui avait visiblement bien servi.



"Monsieur Jean, demain vous viendrez nous raconter une nouvelle histoire ?"

demanda le jeune garçon en l'aidant à ranger son matériel.



"Bien sur mon petit Léo. Je sais que tu me suis à chaque fois. Ne t'inquiète pas. Allez rentre chez ta mère."

Le petit garçon sourit et une fois avoir aider son aîné courut vers sa mère qui l'attendait au bas de la porte, comme chaque année, observant sagement son fils qui aider cette personne âgée.
Avec ses affaires, Jean parti à pied pour remonter vers une autre ruelle à quelques kilomètres de la ruelle où il jouait. Il habitait toujours la menuiserie où il avait travaillé quand il était jeune. En ouvrant la porte, déposant ses affaires, il vit sa femme au bas de la porte du salon, ramenant des boissons chaudes.



"Ta tournée c'est bien passé mon cher Jean l'accordéoniste ?"

L'embrassant tendrement sur la bouche, Jean lui sourit.



"Comme chaque année, ma tendre et bien aimée Justine. Comme chaque année depuis que tu m'as redonné goût à la musique."

"N'oublie pas de préparer ton histoire pour demain."

sourit Justine en aidant son mari à se préparer.



[size=18]A suivre...[/size]


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)





Dernière édition par juliabaku le Mar 25 Déc 2012 - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34823
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Ven 30 Nov 2012 - 23:01

Ben... je croyais que le calendrier de l'avent ça commençait le 1er décembre...
Joli début...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4678
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 9:35

Moi j'ai attendu le 1er pour le lire rire démoniaque rire démoniaque

Autrement j'ai beaucoup aimé le début.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14061
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 11:36

moi aussi j'ai attendu le 1er


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 17:43

Bon pour celles qui viennent seulement de lire le premier, voici un nouveau petit chocolat. (Nonna, j'ai commencé le 30 Novembre, car il y a 26 lettres de l'alphabet. J'avais pas envie de faire jusqu'au 26, alors j'ai commencé au 30/11.)

Allez, assez de papotage et merci de tous les commentaires, on continue d'ouvrir notre calendrier.





2 : Bague




Comme chaque journée Jean arriva dans la même ruelle que d'habitude. Avec sa petite chaise pliable, son petit accordéon et ses histoires dans sa tête. Tous les jours, il souhaitait offrir des histoires à son public. Donner de la magie et de l'imagination aux enfants tel que Léo, qui puisse encore rester innocent dans ce monde aussi cruel. Il voulait rendre aussi la nostalgie des temps anciens aux adultes qui habitaient encore ce quartier et qui pouvait se souvenir de l'instant où Jean jouait sous le nom de Jean l'accordéoniste.
Léo aida Jean a l’installé. Pour le jeune garçon privé de père et de grand-parent, Jean était devenu son modèle à suivre. Cet homme qui offrait à tous une musique et une histoire qu'on pouvait raconté en rentrant près de la cheminée accompagné de toute la famille.
Les doigts ridés se glissèrent vers les touches de son clavier de l'accordéon pour jouer un premier accord afin de se mettre au diapason.
Et puis Jean se mit a raconté une petite histoire sous l'oreille d'attentive de Léo et d'autres curieux venus écoutez la suite du calendrier de l'avent, ou même d'autre qui n'était pas venu la veille, curieux de savoir se que cet homme allait jouer comme morceau.

L'histoire du jour parlait d'un jeune américain qui avait visiblement jamais eu de chance. Il se nommait Joshua et depuis son enfance il ne faisait que compléter une liste interminable de souvenirs où la malchance était au rendez-vous. Lorsqu'il voulut apprendre à faire du vélo, il ne vit pas un grand arbre qui s'écrasa sur lui et qui l'emmena à l'hôpital. A chaque rentrée des classes, il avait le malheur de tomber malade, ou qu'un accident arrive et l’emmène à l'hôpital. Parfois pour ses examens afin d'avoir des diplômes, il tombait gravement malade, ou un accident se passait juste devant lui l'obligeant à remettre à un autre jour cet examen. Mais malgré sa malchance, le jeune Joshua réussi à avoir ses diplômes et un travail. Même s'il y avait toujours d'étrange coïncidence, son patron semblait être visiblement assez indulgent pour comprendre cela, d'autant qu'il avait vu de lui même se qui s'était passé et que cette malchance était réelle.

Le patron était un homme approchant la soixantaine d'année. Il avait débuté comme simple salarié dans une petite entreprise avant de fonder lui même son entreprise. Tout doucement, il avait acquis quelques expériences qui lui permit de fortifier son caractère puis aussi de mettre d'avantage de connaissance pour la création de sa société. Prenant son temps, il la fit évoluer tranquillement, au départ avec quelques employés, à peine une dizaine. Puis il la fit progresser jusqu'à ce qu'elle soit reconnu internationalement. Cet homme fut comblé par la rencontre avec sa femme et première employée dans sa boîte. Il reconnu en elle tout le talent qu'il cherchait pour construire la boîte mais aussi pour l'aider à se développer. Et à force de se fréquenter, les sentiments étaient nés. Au travail, ils ne parlaient que de l'entreprise. Une fois chez eux, le couple était ensemble, à ne penser qu'à eux et à leur unique fille.

Âgée de vingt ans, comme Joshua, elle avait visiblement beaucoup de prétendant. Beaucoup de jeune homme riche qui souhaitait pas réellement se marier pour vivre avec la jeune fille, mais plutôt pour s'approprier l'entreprise du père. La jeune Lucia en avait conscience et refusait systématiquement toutes les propositions de ces jeunes blancs becs qui sortaient des poèmes à tout va, sans comprendre le moindre mot qu'ils formulaient, sans comprendre l'intérêt de ce poème.
Pour Joshua, se fut différent. Alors que Lucia allait se rendre dans le bureau de son père, montant les escaliers, Joshua était entrain de les descendre. Il aperçu la jeune fille qu'il connaissait bien, du fait que le patron l'avait présenté à tous ses employés, la salua poliment et continua son chemin. Même si il l'a trouvé jolie, charmante, joyeuse, pleine d'énergie, il se disait que c'était la fille du patron et que quelqu'un comme lui ne pourrait jamais séduire cette jeune femme. Surtout avec sa malchance naturelle.
Pourtant ce jour là, fut le début d'une romance que personne n'aurait imaginé. Une fois que Joshua arriva sur le palier du rez-de-chaussé, heureux de ne pas s'être retrouvé les quatre fers en l'air après une mauvaise chute, il entendit brusquement la jeune Lucia criant. Se retournant, il l'a vit choir de l'escalier. La jeune fille avait visiblement glissé en se précipitant et allait dévaler tout l'escalier.
Immédiatement, Joshua remonta pour attraper au vol Lucia. Il savait se que cela faisait quand on tombait dans l'escalier. Il avait eu peur qu'elle ne se fasse mal. Encore lui, il pouvait résister. Il était un homme, un vrai. A force, les chutes lui ont permis de s'endurcir. Mais une jeune fille ne devrait pas subir une pareille chut et se blesser, et pire abimer son si beau visage.
Entouré dans les bras de Joshua, étonnée de ne pas être blessée, Lucia ouvrit les yeux pour voir le jeune homme qui semblait être rassuré qu'elle ne soit pas blessé.


"Désolé de vous avoir prit dans les bras...Je..."
fut confus Joshua qui se détacha de Lucia une fois qu'elle eu reprit son équilibre. Rougissant, il salua vite fait Lucia et parti en courant, oubliant par la même occasion une petite boîte rouge qu'il avait visiblement sur lui.
La jeune fille intrigué par tout cela, se souvenait de cet homme qu'elle avait croisé aux côtés de son père. Elle avait l'image d'un homme maladroit, mais souriant. Droit, honnête et Juste. Il respectait tous sans exceptions, que ce soit par leur culture, leur origines, leur croyance et même leur âge. Il semblait aimé parler avec les personnes et essayer de comprendre leur mode de vie.
Elle se souvenait que ce dernier l'avait déjà observé avec un rougissement semblable à celui d'aujourd'hui. Il n'avait jamais osé vraiment parlé avec elle, et elle n'ont plus. Pourtant, il se montrait à chaque fois galant avec les femmes. Ouvrant la porte, tirer la chaise pour que la femme s’assoit. Elle ne l'avait jamais vraiment quitter des yeux afin de savoir s'il était un véritable gentleman, ou si c'était juste un genre qu'il se donnait pour essayer de séduire toutes les femmes à ses allentours : un vrai Don Juan quoi.

Mais aujourd'hui, elle venait de trouver sa réponse. Il ne l'avait pas fait exprès. Il voulait vraiment la protéger et cela même s'il se blessé. En fait, elle se souvenait de l'avoir rencontré bien plus tôt. Bien avant de le rencontrer dans l'entreprise. Quand elle n'était qu'au lycée. Elle se souvenait qu'ils avaient partagé la même classe et qu'il était souvent victime de différents accidents l'empêchant d'arriver en classe normalement. Dans un premier temps, comme les professeurs, elle croyait que c'était juste un tir au flanc qui ne voulait pas venir en cours. Et puis un beau matin d'hiver, alors qu'elle était entrain de rentrer seule vers sa maison, elle le vit au loin, entrain de marcher lui aussi, en direction d'un appartement. Soudain, elle entendit des cris, et vit un petit garçon de 5 qui courrait après son ballon tomber sur la route. La mère de famille depuis sa fenêtre se mit à hurler pour que le petit garçon revienne au plus vite, car un camion lui fonçait dessus. C'est alors que Joshua se jeta vers le jeune garçon pour le prendre dans ses bras et finalement rebondir sur le trottoir. Lucia se souvenait bien qu'une fois sur le trottoir, la tête ensanglanté, il sourit au petit garçon en lui demandant s'il allait bien et de ne plus recauser de telle frayeur à sa mère avant de s'évanouir.
Après cela, il avait du changer de lycée, à cause de raisons familiale.
Et maintenant, elle était là avec cette petite boîte rouge qu'elle ouvrit paisiblement. Là, elle remarqua à l'intérieur une magnifique bague en argent ainsi qu'un petit mot que le jeune homme avait gribouillé.


"Je ne sais pas comment exprimer mes sentiments pour vous. Je vous connais depuis bien longtemps, peut être m'avez-vous oublier. Au temps du lycée, je ne pouvais pas me passer de vous regarder. J'étais certes concentrer sur mes cours, mais aussi sur vous. Vous aviez l'air épanouie, pleine d'ambition. Vous ne vous laissiez pas faire et de vous reposez pas sur vos acquis. A cette époque et en sachant qui vous étiez, je savais que dans un avenir vous seriez une femme qui mériterait que tous vos efforts soient récompenser. Que se que vous obtiendrez ne serait que le résultat de votre travail acharnée et non pas grâce au travail de votre père. Même si d'autre disait le contraire, je n'y ai jamais pensé. Je n'ai jamais vraiment eu le temps de vous dire tout mes sentiments aussi bien au lycée qu'aujourd'hui, car je suis un grand timide, mais surtout, je ne ferais que vous embarquez dans mes maladresses. Alors pour votre vingt-et-un anniversaire, je vous offre cette bague, qui j'espère vous permettra d'aller très loin.

Bien cordialement.
Joshua la malchance."



Touché par cette attention, Lucia monta les escaliers quatre par quatre, passa devant son père sans s'arrêter avant d'entrer dans le bureau de Joshua. Elle l’enveloppa dans ses bras avant de clamer en pleurant.


"Merci beaucoup. Moi aussi je t'observais. Alors faisons en sorte que nous apprenons plus l'un de l'autre maintenant."
Le père semblait être heureux de voir sa fille avec autant d’enthousiasme avec Joshua. Il savait au fond de lui qu'outre un bon employé, il était aussi un possible prétendant au cœur de sa fille. Même s'il était maladroit, qu'il venait de tomber de sa chaise. Même avec cette énorme bosse sur la tête, il était sur qu'elle avait fait le bon choix. Cet homme ne la laisserait pas tomber et nullement, il ne rechignerait de participer au soir de Noël à une petite réunion familiale pour prévoir les fiançailles.


A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4678
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 19:33

La maladresse de Joshua est vraiment attendrissante :j\'aime: :j\'aime: et Lucia ne peut que craquer.

J'ai hâte de découvrir la lettre C

bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13324
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 20:05

Voilà un calendrier de l'avant qui commence joliment. Je sens que Jean va nous raconter de belles histoires au cours des prochains jours...

J'ai trouvé Joshua vraiment maladroit mais tellement attendrissant...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34823
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 20:17



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
mamypirate
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Taureau
Signe Chinois : Chat
Messages : 4098
Date d'inscription : 19/04/2011
Age : 66
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 1 Déc 2012 - 20:44

Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2330-mamypirate
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 2 Déc 2012 - 18:26

Merci pour tous vos commentaires qui me vont droit au coeur. On continue avec la lettre C.






3 : Chant




Une nouvelle journée commença dans les ruelles de Paris. Dans la tête du petit Leo, qui dit nouvelle journée, dit nouvelle histoire. Patientant devant la fenêtre de sa chambre, guettant l'arrivée de Monsieur Jean, le petit garçon rêvait déjà de la prochaine histoire qui lui serait raconté.
La neige commençait à tomber mais le petit garçon ne s'inquiétait de ce froid. Alors qu'il vit arriver Monsieur Jean, l'accordéoniste, le petit garçon courut dans les escaliers pour se rendre vers l'extérieur. Mais sa mère l'arrêta avant qu'il n'ait pu passer le palier. Elle avait dans une main une écharpe bien chaude, dans l'autre un réchaud ou se trouvait un peu de chocolat bien chaud.



"N'oublie pas ton écharpe. Il fait froid dehors. Et prend cela, offre une petite tasse de Chocolat pour Monsieur Jean. Il y en a assez pour toi aussi et pour d'autres personnes."
Leo remercia sa mère, l'embrassa sur la joue pour prendre les affaires et sortir avec, afin d'aider Monsieur Jean a s’installe.
Avant de commencer à raconter son histoire, Leo proposa une petite tasse de chocolat chaud. Le musicien accepta volontiers de boire cette boisson chaude qui lui fit beaucoup de bien. Leo raconta que s'était sa mère qui en avait eu l'idée. Aussitôt Jean sourit au petit Leo.



"Cela me rappelle l'histoire que je vais vous racontez aujourd'hui."
Les notes résonnèrent tandis que Jean échauffa sa voix et raconta sa nouvelle histoire.

C'était il y a bien longtemps, alors que la guerre continuait à résonner dans de nombreux pays. Quelques part en Russie, alors que la neige tombait en averse, une petite fille portant le nom de Kavitchie marchait dehors. Elle souhaitait revenir dans sa petite maison. Elle était petite, elle avait à peine 8 ans, blanche comme la neige, les yeux d'un bleu saphir, des cheveux aussi blond que le blé. Elle portait un grand manteau rouge à capuche qui lui permettait de se protéger du froid. Elle marchait en portant quelques fagots de bois pour permettre à la maison de se réchauffer. Souvent, elle était seule après l'école, quand ils ne subissaient pas de bombardement. Noël allait bientôt arrivé. Mais la petite fille ne désirait rien d'autre qu'une soirée en famille. Elle savait pourtant que cela été impossible. Son père était parti à la guerre, sa mère était infirmière dans les hôpitaux de la ville. Il était ainsi fort peu probable qu'ils soient réuni en cette journée.
Arrivant dans sa petite maison, elle se dirigea directement vers la petite chaudière qui fonctionnait au bois. Elle prit beaucoup de précaution pour allumer le feu afin de réchauffer ses petites quenottes.
En retirant ses vêtements humides, elle fit bouillir un peu d'eau afin de lui permettre de prendre un bain. Le froid avait gelé les canalisations qui empêchaient l'eau d'arrivée. De ce fait, elle faisait son maximum pour pouvoir se laver. Tout doucement, elle sorti une marmite, elle versa la neige qui avait fondu dans un tonneau que sa mère avait ramené. Elle fit bouillir de l'eau. En attendant qu'elle puisse prendre son bain, la petite fille échauffa sa voix. Elle aurait voulu offrir un magnifique cadeau à ses parents, une petite chanson qu'elle avait composée elle même.




"Neige, tu nous rends visite,
Tu as toujours tenu,
Mais le printemps revient,
comme tous les ans,
Il fond, comme le froid
dans le coeur des gens.

Neige, si la guerre continue,
crois tu qu'il est possible
que demain, le printemps
s'installe dans le coeur des guerriers ?

Neige, j'ai une requête à te faire,
Permets moi de voir mes parents,
en ce soir de Noël,
En ce soir de fête.

Neige, permets à la Russie,
Au monde entier,
Aux enfants et aux parents,
De profiter de cet instant."
Sa voix était si cristalline, si pure, belle et parfaite. Brusquement quelqu'un toqua à la porte. La petite Kavitchie fut surprise d'entendre quelqu'un arrivait. Normalement personne n'était attendu. Sa mère devait rentrer tard encore ce soir. Son père était à la guerre. Alors qui était là ? Un allié ? Un ennemi ?
Doucement, la peur tiraillant ses entrailles, Kavitchie ouvrit la porte pour voir un homme d'un âge avancé, visiblement bien habillé, lui souriant, cachant un petit garçon de 7 ans dans son grand manteau de fourrure.




"Excusez moi mademoiselle. Nous avons entendu votre magnifique chanson qui nous a guidé dans la tempête de neige. Pouvons nous nous abriter chez vous ?"
Kavitchie hocha de la tête positivement et accueillit les personnes sans poser plus de question. Quand elle vit le petit garçon grelottant de froid, elle alla préparé immédiatement le bain, en s'assurant qu'il ne soit pas trop brûlant et lui proposa de se réchauffer ainsi.
L'homme sourit et observa la jeune fille aidant le petit garçon.



"Vous êtes bien gentille mademoiselle. J'ai oublié de me présenter. Je suis Yanosh, je suis le majordome de monsieur Yvan, le jeune prince."
En comprenant qu'elle avait à faire à la famille royale, la petite fille aurait pu être gêné, ou même surprise. Mais Kavitchie considérait un pauvre comme un prince de la même manière. Elle aiderait son prochain, elle offrirait l'hospitalité à n'importe qui quand ce dernier est dans le besoin. C'est ainsi que ses parents l'avait éduquée. Elle offrir des boissons chaudes à chacun, et offrir des habits propre au prince qui remercia le jeune fille.



"Vous chantez bien!!"
sourit le petit garçon.



"J'aimerai que tout le monde l'entende!!!"
s'écria-t-il.
Kavitchie sourit et prépara une soupe en continuant d’entonner quelques chansons traditionnelle Russe. Elle était heureuse de ne pas être seule en ce soir de Noël. Le prince aussi n'était pas seul, et il était ravi, car en ce soir de Noël, sa mère était à des galas de charité. Son père quand à lui était parti pour encourager ses troupes.
Inconsciemment, les deux enfants se retrouvaient dans la même situation.
Puis Yanosh eu une idée en tête. Il se souvenait que non loin du village se trouvait une antenne radio qui permettait de diffuser quelques informations aussi bien au personnes qui étaient parti à la guerre, que les personnes qui continuaient à travailler dans le pays. Il proposa alors aux deux enfants d'écrire un mot, une chanson pour leur parent et tous ceux qui les écoutaient pour après les emmener là bas.
Les deux enfants sourirent et acceptèrent la proposition. Une fois quelques mots inscrit sur des morceaux de papier, ils partirent dans le froid et la neige en direction du poste radio le plus proche.
A l'intérieur une petite équipe de trois personnes enchainaient les informations, avertissant que Noël approchait. Puis voyant arriver le Prince, son majordome et une jeune fille qu'ils ne connaissaient pas, ils demandèrent quelques explications. Le majordome leur donna des indications en leur demandant de réaliser le rêve de deux enfants, qui tendirent leur papier pour que leur message passe.

Les adultes soufflèrent et acceptèrent de laisser les enfants parler au micro. Le premier à s'élancer fut le prince.


" Bonsoir à tous et à toutes. Aujourd'hui nous allons fêter Noël. Papa et Maman font leur maximum pour vous aider. Mais moi je suis trop petit. Alors je veux vous souhaiter joyeux Noël. J'espère que la guerre sera terminé, que nous pourrons tous revoir nos famille. Que l'on pourra vivre en paix!!!"
Touchés par les mots du jeune prince qui parlait presque comme un adulte, les employés laissèrent couler quelques larmes de joie. Oui, un jour ce petit garçon deviendrait un grand homme.
Puis ce fut autour de la petite fille, elle annonça qu'elle était une habitante comme eux, qu'elle aussi avait ses parents loin d'elle tout comme beaucoup de monde. C'est alors qu'elle chanta son hymne à la neige, suppliant à la guerre de cesser, demandant que tous puisse revenir auprès de leur famille.
Les deux enfants ignoraient que leur message était passé non seulement dans les chaumières des villages voisins, de tout le pays même. Que cela permettaient aux habitants de continuer d'avoir de l'espoir qu'un jour la paix règne en ce monde. Qu'il n'y aurait plus de tristesse à cause des guerres. Qu'ils puissent vivre tous ensemble.
Mais ce n'était pas les seuls à les entendre. Les soldats dans leur protection entendirent eux aussi cet ode à la neige. La neige qui n'était pas la même que celle qui voyait souillait de sang. Mais bien leur neige blanche, encore fraiche, qui n'a pas été souillé par les pas des intrus dans leur territoire. Un paysage de paix, de calme. Ils repensaient à tous ses moments qu'ils avaient partagé durant leur enfance, ou même avec leur famille qu'ils avaient fondés, qu'ils offraient un peu de bonheur à leur famille, autour d'un bon chocolat chaud, autour d'une cheminée qui réchauffait la pièce. Les soldats n'avaient plus envie d'aller à la guerre. Pour aujourd'hui, ils voulaient une trêve.

Ils ignoraient que leur camps adverse avait visiblement eu la même idée. Aussi ce fut quelques jours de répit où la guerre ne frappa pas. Ils savaient tous que cela allait reprendre. Mais pendant ces quelques jours, un peu d'espoir de voir la guerre se finir passa dans leur tête.



"Joyeux Noël, Kavitchie."

envoya le père de famille dans une lettre avec un dessin qu'il fit d'une petite fille joliment habillé d'un manteau rouge, avec de belles moufles blanches, une écharpe à ponpons blancs. Il rêvait que d'une chose pour sa fille, une vie paisible pour elle.



"Joyeux Noël Kavitchie."
Souffla la mère de famille qui avait entendu aussi le message depuis l'hôpital. Elle ne pouvait pas partir tant qu'elle n'avait pas fini son travail. Elle se promit qu'une fois qu'elle aurait le temps, elle se consacrerait un peu de temps avec la petite fille. Elle avait préparer une petite boîte de biscuit pour la petite fille comme cadeau de Noël.



"Joyeux Noël Kavitchie."
Sourit le prince en prenant les mains de la petite fille. Il lui réchauffait les mains en étant heureux de ne pas passer son Noël qu'entourer de serviteur et d'adultes. Il s'était d'ailleurs sauvé pour cette raison. Et maintenant il pouvait passer un Noël avec un enfant de son âge.
Ils passèrent ainsi toute la soirée à s'amuser à dessiner des flocons de neige. Yanosh prépara des petits repas avec le peu de se que la jeune enfant possédait. Mais les deux enfants semblaient être de véritable roi dans leur imagination. Pour eux, c'était la plus belle journée de leur vie. Même s'ils ne possédait pas de cadeau matériel, ils possédaient de magnifique souvenirs.



A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13324
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 2 Déc 2012 - 19:32

Une trêve de Noël merveilleusement orchestrée par deux enfants qui rêvent de paix et qui pour quelques jours l'ont apportée dans le cœur de tous...

C'est une belle histoire et j'en profite aussi pour te féliciter pour tes dessins JB, ils sont magnifiques...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34823
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 2 Déc 2012 - 20:54

Très joli chant que cet hymne à la paix! Et comme Catouchka, je te félicite pour les jolis dessins qui accompagnent tes textes.


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4678
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 2 Déc 2012 - 21:03

pour tes dessins, ils sont vraiment très réussis .

Encore un très beau texte.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 3 Déc 2012 - 18:09

Je rougis face à cette avalanche de compliments.

Bon on continue le calendrier!!


4 : Dessin



Une nouvelle journée fut entamée dans la capitale française. Accompagné de son fidéle instrument à vent, Jean apparut dans la petite ruelle suivi de Leo, le jeune garçon qui écoutait avec beaucoup de passion les histoires de son aîné.
Avant de pouvoir commencer sa musique et son histoire, Jean vit une jeune fille qui possédait un appareil de haute technologie, s'approchant de l'aîné, elle demanda d'une toute petite voix :


"Excusez-moi. Est-ce que je peux enregistrer vos chants ? Mon grand-frère est très malade, il aimait beaucoup entendre vos chansons. Malheureusement, il ne peut pas sortir de sa chambre d'hôpital. Alors j'aimerais l'enregistrer pour lui permettre de l'entendre une fois qu'il aura fini son traitement de la journée."
Le petit garçon regarda son aîné, comme pour lui supplier d'accepter sa demande. Mais le vieillard avait déjà accepté dans sa tête la proposition de la jeune fille. En plus il avait prévu une histoire qui collé parfaitement à l'histoire.
Entonnant son accord, il prépara son instrument et se mit à jouer son morceau.

Cela se passait dans un petit village d'Allemagne. Un jeune adolescent de 15 ans, Siegfried regardait sa grande toile blanche. Il cherchait son inspiration pour permettre d'encrer sa toile, de tracer des lignes pour réaliser une magnifique image. Il voulait l'offrir à sa grande sœur, Olga qui ne pouvait pas sortir de l'hospice où elle était. Elle avait attrapé une grave maladie du cœur qui l'obligeait à rester dans un hospice et permettre de se soigner. Elle ne pouvait pas sortir voir le monde extérieur. Elle avait fait des études avec l'aide de professeurs particuliers.
Elle avait droit à quelques visites. Souvent le frère et la sœur partageaient un petit moment ensemble, une fois par mois. Soit ils savouraient un bon thé, soit ils s'amusaient à danser, à chanter, à jouer à des jeux. Parfois elle servait de modèle aux peintures de Siegfried.
Mais cette fois ci, c'était l'anniversaire d'Olga. Elle avait 22 ans. Et Siegfried voulait lui offrir la plus belle toile qu'il pouvait créer. Il avait bien sur des études, mais tout son temps libre, il le consacrer à sa toile. Il lança quelques ébauche sur la toile, sans pour autant lui plaire.
Il avait déjà peints de nombreuses toiles, des paysages magnifiques, des personnes étonnantes, des créatures fantastiques. Que pouvait-il réaliser de plus ?
Alors qu'il s'entrainait tard dans la nuit à réaliser d'autres esquisses au sein de sa chambre en internat, un professeur toqua à la porte avant d'entrer.


"Siegfried, il est l'heure de dormir."
demanda le professeur Hans, qui enseignait la littérature et la musique.


"Je sais bien..."
commença Siegfried en se retournant vers son professeur, les yeux remplis de larmes


"Mais je dois trouver mon sujet d'inspiration. Il me reste une semaine pour la terminer."
Le professeur frotta les cheveux du jeune homme. Il observa les différentes esquisses et sourit en le regardant.


"Et si à la place de faire uniquement un dessin à partir d'un modèle, mais d'une image abstraite."
Le jeune garçon regarda son professeur comme s'il venait de dire quelque chose d'incompréhensible. Voyant son regard, le professeur sourit et reformula sa pensée.


"Au lieu de te servir d'un modèle vivant ou d'une image, tu pourrais te servir d'un son comme inspiration."
"D'un son ?"
s'étonna Siegfried.

"Comment illustrer un son ?"
Le professeur s’asseye sur un tabouret, écarta légèrement les jambes et se mit à taper sur le bois du tabouret. Avec un rythme régulier, tapant des fois plus fort, des fois moins. Parfois plus rapidement, parfois plus lentement.
Immédiatement, le jeune garçon s'imagina des Africains qui se mirent à danser sur des chansons tribales. La couleur chaude de l'Afrique, les animaux de cette savane qui observaient en silence les humains en ne voulant pas se risquer de se faire chasser.

Comprenant les mot du professeur, le jeune garçon s’assoit et demanda à son professeur.

"Pourriez-vous composez un morceau pour ma sœur afin que nous puissions la mettre en image ?"
Hans accepta volontiers, donnant rendez-vous au jeune Siegfried le lendemain dans la salle de musique. N'ayant pas cours le lendemain, ils pourraient ainsi disposer chacun leur instrument.

La nuit fut rempli de rêve pour le jeune garçon qui attendait impatiemment cette journée. Le professeur fut quand à lui concentrer sur le morceau qu'il allait composer. Et depuis sa chambre, Olga observait les étoiles. Quelques part dans ce monde, son fiancée imposé depuis sa naissance l'attendait. Peut être elle ne serait sa femme que de nom. Peut être ne pourrait-il jamais vivre leur vie ensemble. Peut être ne vivra-t-elle pas assez pour le rencontrer. Elle avait juste une seule lettre de lui depuis qu'elle était rentré dans cet hospice, lui demandant d'attendre son arrivé.

La nuit fut de courte durée pour nos trois protagonistes. Après avoir avalé d'une traite son petit déjeuner, le jeune Siegfried attrapa tout son matériel d'esquisse afin de se rendre dans la salle de musique. Là bas l'attendait le professeur Hans qui semblait être en pleine réflexion. Jusqu'à ce qu'il entende arriver Siegfried.


"Ah!! Je suis heureux que tu sois venu. Prend une chaise, une table si tu en as besoin. Installe toi, je vais me mettre au violon."
lui sourit Hans en ouvrant sa mallette. Un magnifique violon fait de bois de chêne était visible. Les cordes distendues, le professeur posa l'instrument sur son épaule, le menton sur l'instrument. Il regarda son étudiant avant de lui demander poliment :


"Dis moi quand tu es prêt."
Le jeune garçon sourit. Il installa au plus vite ses affaires. Du papier pour les esquisses, du fusain de différents degrés, donnant des ombres plus ou moins foncés. Parfois noir, parfois gris, il pouvait être aussi marron ou sanguin. Le jeune garçon avait prit différentes couleurs afin de s'assurer d'avoir différents coloris selon les morceaux joués, selon se que cela allait représenté à ses yeux.


"Vous pouvez-y aller."
Le professeur prit son aspiration. Bloqua son souffle pour se rappeler son air dans l'esprit, lui donner la meilleure forme qu'il soit. Puis il commença son concerto.
Les premiers temps furent triste et léger, éphémère aussi, comme si la vie était trop courte pour être vécue, comme la vie d'un papillon, ou celle d'une cigale. Des insectes si magnifiques mais qui n'ont qu'une vie si courte, si peu paisible, qui s'achèvent par une mort tellement tragique. Siegfried se mit à dessiner une cigale et un magnifique papillon sur une feuille.
Vient alors le second temps, un morceau plus énergique, plus chaleureux, semblable à l'entrée d'une bonne auberge où l'on pouvait savourer un délicieux repas, avec des personnes chaleureuse qui vous accueillez, il crut voir là une aubergiste avec le visage d'une mère de famille. L'étudiant dessina alors le visage de cette femme avec cette assiette qu'elle tendait au spectateur.

Le troisième temps était gracieux, curieux et enfantin, on pouvait s'imaginer facilement une jeune fille ou un jeune enfant se perdant dans un petit labyrinthe. Mais il ne pleurait pas. Non au contraire, il était d'avantage curieux de savoir se que le labyrinthe regorgeait comme surprise. Il dessina alors un couple d'enfants souriant entre les haies d'un labyrinthes, comme s'ils couraient entre les buissons, insouciant du danger.

Un quatrième temps et une ambiance plus festive, plus énergique et plus amusante, mais l'image de la fête ne lui paraissait pas dans un château ou dans une maison pour un événement, il s'imaginait plutôt une fête dans les bois avec des fées, des lutins, ou une jeune femme souriait au milieu de ses êtres magiques. Une licorne, des papillons magiques était présents eux aussi. Des animaux simple comme des biches, des chevreuils étaient aussi spectateur de cette fête. Une fête naturelle, qu'il mit en image.

Enfin vint le cinquième et dernier temps. Un temps plus long, une image plus calme, un son plus étudié. On s'imaginait tout de suite un prince charmant allant chercher sa bien aimée dans sa chambre pour l'emmener au bal comme le fut cendrillon. Le prince était chic et magnifique. La princesse, ressemblait à une jeune fille aux habits modestes, au visage et au trait normaux. Ni trop belle, ni méchante. Elle n'avait visiblement pas la beauté des plus belle princesse, mais elle était princesse du cœur de cet homme qui la considérait comme la plus belle personne du monde, la plus intéressante, la plus charmante... C'était comme un ode à l'amour. Un amour inconditionnel d'une personne à une autre. Mais Siegfried ne savait pas pour quelle raison il s'imaginait son professeur avec sa grande sœur allant la chercher pour un bal. Pourquoi avait-il cette image en tête ? Il dessina tout de même cette idée en se promettant dans parler avec les deux concernés.


"Est-ce que mon morceau a pu t'aider à dessiner ?"
demanda le professeur.


"Oui!!! Évidement!!! Une fois que j'aurais terminé je vous montrerais mon tableau et..."
commença le jeune garçon.


"Désolé, mais je dois quitter l'école pendant un certains temps. Je ne pourrais pas voir tout de suite ton œuvre. Mais j'aurais hâte que tu m’emmène la voir un jour."

"Vous devez partir quand ?"
demanda Siegfried intrigué.


"Ce soir. Mes valises sont déjà prêtes. Mais ne t'inquiète pas, tu me fera une autre œuvre."
Un peu triste, Siegfried remercia son professeur avant de se rendre dans sa chambre et atelier pour travailler son dessin, son œuvre et offrir ainsi le cadeau tant attendu par la grande sœur.
Durant plusieurs jours et nuits le jeune adolescent travailla avec hardeur. Il n'oublia pas ses cours, ni de s'alimenter et de dormir correctement. Mais parfois il travaillait un peu plus tard que d'habitude. D'autre fois, il ne travaillait pas en repensant au son qu'avait produit le professeur et l'idée que ce dernier ne pourrait pas voir l’œuvre une fois terminé. Lui qui l'avait aidé, il ne pourrait rien lui offrir en retour. Il se promit qu'un jour il ferait à son tour quelque chose pour cet homme.
Puis vint le fameux jour. Emportant sa toile avec l'aide de quelques amis, il arriva à l'hospice où était sa grande sœur Olga. Comme à son habitude, les infirmières et aides-soignantes virent l'aider à mettre le cadeau dans la grande salle qu'ils réservaient à l'occasion. Il y avait toute la famille qui était réuni, le personnel médical, d'autres patients.

C'était devenu une habitude pour Siegfried de voir toutes ses personnes ici réuni en ce jour. Mais cette année, l'ambiance semblait plus énergique. Les femmes discutaient entres-elles. Elles avaient visiblement entendu une rumeur très intéressante, voir quelque chose qui les mettaient en émoi.


"Apparemment, le fiancée de Mademoiselle Olga viendrait cette année ?"
Dit une femme d'une quarantaine d'année.


"Après l'avoir ignorer tout ce temps, il viendrait enfin lui rendre visite."
souffla une autre.


"Il paraît que c'est un homme riche et solitaire. Qu'il aurait eu différentes propositions de mariage de filles plus fortunées qu'elle, en meilleur santé. Alors pourquoi a-t-il voulut garder ses fiançailles avec elle ?"
ironisa une dernière visiblement plus jalouse et avec un ton hautain.
Siegfried détestait ces bonnes femmes et l'homme qui avait le cœur de sa grande sœur. Ni les unes, ni l'autre n'avait visiblement de bonnes intentions pour la jeune femme. Lui en tant que petit frère ne pouvait qu'espérer que sa grande sœur puisse s'en sortir un jour et vivre heureuse comme toute les femmes du pays et du monde.
Alors que les invités étaient tous réunis, un homme vêtu d'une grande cape et une capuche observait depuis la fenêtre la fête qui commençait. Il tenait dans sa main quelque chose d'important pour lui et pour le reste de la cérémonie. Il avait payé un aide soignant pour ouvrir la fenêtre une fois que le cadeau de Siegfried sera déballer.
Olga se présenta avec sa plus belle tenue, souriante, remerciant à chacun de s'être déplacée. Elle fut aussi ravie de voir son petit frère avec qui elle s'entendait si bien. Et la fête put commencer. Aussitôt toutes les femmes voulurent être les premières à voir son présent être ouvert. Siegfried lui préféra rester un peu en retrait. Peu lui importer l'ordre dans lequel on ouvrait les cadeaux, il pourrait patienter que sa sœur est fini avant d'attaquer le sien. De nombreux bijoux de valeurs, des tenues, des parfums, des fleurs furent offert. Olga accepta les cadeaux, en sachant parfaitement qu'elle ne pourrait pas les utiliser et qu'elle les offrirait quelques temps plus tard à ces même personnes. Elle avait toujours fait de cette manière, ne pouvant pas posséder ce genre d'objet, les personnes avaient bien calculés leur coup. Demandant d'offrir tel ou tel cadeau pour Olga afin de les récupérer.
Puis après l'ensemble des cadeaux déballés, Olga put se diriger vers la toile de Siegfried. Elle enleva le grand drap blancs afin d'observer l'effet des différents temps imposer sur la toile. Le papillon et la cigale sortait de l'assiette pour voler vers une magnifique fête dans les bois, qui visiblement se passer à un terminal d'un labyrinthe qu'emprunter des enfants. Puis on put voir en bas du tableau un prince emmenant une jeune demoiselle du peuple à cette fête aussi. Un prince de la forêt, un elfe de la forêt roi de la verdure.
Brusquement la fenêtre fut ouverte, la personne encapuchonné monta et posa son violon sous son menton afin d'entonner un air de musique. Le même air de musique qu'il avait entonné devant Siegfried quelques jours plutôt. La jeune femme fut surprise, tout comme les invité ainsi que Siegfried qui observa son professeur jouant ce morceau pour sa sœur.

"Professeur Hans ? Que faîtes vous ici ?"
demanda le jeune garçon, alors que le musicien ôta sa capuche.
En voyant le visage du jeune homme, Olga balbutia, se rappelant du morceau qui fut joué devant elle quand elle était petite. Le visage de ce violoniste à qui l'on avait fiancé dés la naissance. Il se retrouvait là, comme il l'avait promit.


"Je viens saluer ma princesse de cœur. C'est un morceau que j'ai composé pour elle. Quand je n'étais qu'un enfant je ne faisais qu'obéir à mes parents pour aller voir ma prétendue fiancée. Pour moi, cela n'avait pas d'importance, puisque je ne voulais pas me marier. Et puis, j'ai décidé de ne plus jouer pour elle. Un jour Monsieur Siegfried est apparut devant moi dans l'école où je travaille comme professeur et quand il parlait de sa sœur avec tant de bienveillance, je me suis permis de reconsidérer mon statut. A chacune de vos visites ensemble, je m'assurer de veillait au loin que tout se passait bien. Votre sœur m'a surprit un soir entrain de veiller sur vous deux."


"Je...Je ne m'en souvient pas..."
bafouilla Siegfried.


"Tu t'étais endormis. Mais grâce à toi, j'ai pu parler un peu plus longuement avec Hans. On a discuter, il m'a expliqué pour quelles raisons il n'avait pas voulu se marier...Et pour qu'elle raison il voulait rattrapé le temps perdu."
sourit Olga avant de se voir sa main prise dans celle de Hans qui se mit à genou devant elle.


"Aujourd'hui, mademoiselle, je voudrais vous demander officiellement de devenir ma femme, devant tous les témoins qui sont présent à votre anniversaire."
Tous furent surprit, étonnés. Ils savaient pourtant que la jeune femme ne pourrait pas sortir de l'hospice. A cela le jeune homme répondit que ce n'était pas une entrave. Il reviendrait le maximum ici pour passer du temps avec sa femme. Il l'aimait, il l'aimerait toujours. Il continuerait à donner des cours, il continuerait à vivre avec elle. A tout jamais, pour l'éternité.
En cet anniversaire, en ce jour de Noël, il scella son vœux d'amour dans le cœur de la jeune demoiselle qui guérit quelques temps après grâce à la force d'un amour fraternel et d'un amour éternel.


A suivre...



"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34823
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 3 Déc 2012 - 19:28



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13324
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 3 Déc 2012 - 19:32

Une très belle histoire où l'amour triomphe de tout même de la maladie...

Merci pour cette nouvelle histoire, très attendrissante, tout comme l'est ton dessin, particulièrement beau...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4678
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 3 Déc 2012 - 20:21

J'aime de plus en plus :j\'aime: :j\'aime:

Une très belle histoire d'amour accompagnée d'un magnifique dessin.

bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
mamypirate
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Taureau
Signe Chinois : Chat
Messages : 4098
Date d'inscription : 19/04/2011
Age : 66
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 3 Déc 2012 - 20:32

très belles histoires et de beaux dessins
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2330-mamypirate
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 37
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: re   Lun 3 Déc 2012 - 23:39

:j\'aime: :j\'aime: bravo
J'ai tout lu et c'est super ! j'ai adoré les quatre histoire ( bien que ma préféré serait celle de Joshua ).

Merci merci pour ces merveilles !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14061
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mar 4 Déc 2012 - 7:22

j'ai rattrapé mon retard belles histoires la miss et belles illustrations


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mar 4 Déc 2012 - 18:34

Y a tellement de compliments!! MERCI A TOUS!!!
De nouveau un petit hommage à la Belgique!!!





5 : Etoile




En ce quatrième jour de ce mois de Décembre, Jean avait prévu de passer que le soir pour raconter son histoire. Il avait l'habitude de venir en journée. Mais cette soirée était différente. Pour quelles raisons il avait choisi de passer en soirée et non en journée. En réalité c'était parce que cette histoire était particulière. Elle était en rapport avec cette soirée. La soirée la plus étoilée de l'année. Il voulait montrer une histoire en rapport avec les étoiles. Avec la symbolique de ces dernières dans le cœur de tous.

C'était une journée en Décembre en Belgique. Un petit pays comprenant beaucoup de personnes, dont plusieurs étudiants. Leur Noël allait bientôt arrivé, parmi les étudiants, il y avait un jeune homme, un orphelin qui était entrain d'étudier les soins infirmiers. Il voulait être infirmier car la seule personne qu'il avait eu confiance, la seule famille qu'il avait eu était morte et n'avait pas pu être soulager des douleurs avant sa mort. Maintenant il voulait apprendre les soins qui aurait permis à la seule famille qui lui restait, à sa grand-mère, à toutes les personnes qui puissent être soulager quelques temps avant leur mort. De ne plus souffrir. De pouvoir partir sereinement. Mais son objectif paraissait si intrigant, si étonnant, il était souvent mit à l'écart. Tous les étudiants le surnommé le "Croque-mort".

Il se prénommait Louis. Il avait vingt ans, un beau brun aux yeux noisettes. Il avait l'apparence typique des hommes de nos jours. Et maintenant, alors qu'il suivait un cours sur la prise en charge des personnes âgées dans les derniers instants de leur vie. En regardant dans l'amphithéâtre il y avait quelqu'un qui semblait intéressait Louis. Une jeune demoiselle au cheveux longs d'un blond gris. Un blond glacée qui lui rendait son visage tel qu'une poupée de porcelaine. Ses yeux émeraudes étaient si précieux qu'on pouvait si perdre dans l'intérieur de leur pupille. Elle se prénommait Louise, elle avait vingt et un an. Un an de plus que son collègue masculin. Contrairement à lui elle voulait être puéricultrice, s'occupait des premières instants de leurs vies. Elle avait des frères et sœurs et étaient à sept enfants. De se fait elle aimait les enfants. Maintenant elle souhaitait continuer de s'occuper des enfants. Par contre, elle ne s'entendait pas parfaitement avec Louis. La raison était leur point de vue différent sur la santé. Louis voulait préserver les patients des douleurs mais ne pas les empêcher de mourir quand la science et la médecine ne pouvait plus rien. Il ne voulait pas empêcher les personnes de vivre, ni de mourir. Ou du moins, il ne fallait pas les forcer à vivre dans les souffrances les plus horribles. Certes l’espérance de vie est plus longue, mais si c'est pour vivre et souffrir. Quand à Louise, c'était le contraire. Elle voulait préserver la vie, essayer de continuer à insuffler le souffle de la vie de ces personnes.

Mais au final, ils savaient tous les deux qu'ils allaient resté seuls ce soir avec uniquement un surveillant avec eux. La raison ? Lui était orphelin est n'avait que peu d'endroit ou repartir. Il était donc en pensionnat, en internat. Elle avait tous ses frères et sœurs chez eux. Sa mère était toute seule a élevé tous ses enfants. Alors pour être un peu au calme, elle passait les fêtes de fin d'année en internat aussi.

Le cour fut terminé. Louise et Louis restèrent ainsi tous les deux. Dans le réfectoire, elle mangea avec Louis qui restait silencieux.



"Qu'est-ce que tu va faire ce soir ? C'est la Saint Nicolas. Tu fêtes comment d'habitude cette instant ?"
demanda Louise sagement.
Louis ravala son morceau de viande, regarda droit dans les yeux cette jeune femme.



"Tu veux savoir ? Ce soir je te montrerai ce que je fais chaque année en cette période."
Louise senti un peu d'émerveillement dans les yeux de ce jeune homme. Elle ne savait pas comment il avait fêté depuis ces dernières années les histoires de fin d'années, lui qui n'avait plus de famille. Lui qui n'avait plus personne a qui parlé.
Il lui avait donné rendez-vous vers 22 heures dans le hall de l'école. Il était là avec un drap, un réchaud, des gants, des bonnets. Il avait tout prévu pour sortir en cette période de l'année, il voulait faire attention à la santé de cette collègue. Elle était là, présente pour venir voir se qu'il allait faire.



"Je suis là. Qu'est-ce que l'on va faire ?"
demanda Louise.



"On va voir un magnifique spectacle."
sourit Louis en lui mettant une écharpe sur ses épaules avant de la serrer sur son cou pour la réchauffer.
Il donna des gants et un bonnet. Puis l'emmena dehors. La neige était blanche, immaculée de toutes traces de vies. Elle senti redevenir une petite fille qui venait de voir pour la première fois les pellicules des anges. Les flocons qui paraissait si simple et en même temps d'une structure si complexe. Et voilà qu'elle vit un drap rouge être installé où Louis s'allongea dessus pour observer le ciel où se mélanger les flocons avec la lumière des étoiles.



"C'est toujours aussi beau."
sourit Louis en restant allongé sur le drap, malgré que les flocons continuait tomber.
Louise regarda Louis et finalement s'allongea à ses cotés pour voir elle aussi ce spectacle magnifique.



"C'est vrai que c'est beau. Mais pourquoi tu t'installe là à observer ce spectacle ?"
Louis semblait être serein. Il était vrai que la véritable raison était plus triste. Avec une voix calme et douce il avoua finalement la raison de cette sortie nocturne en ce jour de l'année.



"Mes parents sont morts dans une tuerie dans l'hôpital où je suis né. Heureusement, ma grand-mère était là pour m'élever. Chaque année on s'allongeait sur un drap et on regardait les étoiles. Elle me disait que ma mère et mon père étaient dans le ciel sous forme d'étoile. Quand j'étais petit je croyais cela. Mais en grandissant, j'aimais resté ainsi avec ma grand-mère pour observer les étoiles avec elle. Elle s'était occupée de moi depuis que je suis petit. Alors cela m'amusait. Je n'ai jamais manqué de rien avec elle. J'étais toujours en bonne santé, toujours être entouré d'amour. Alors rien ne me manquer."
Brusquement, il entendit des sanglots, il se tourna et vit Louise entrain de pleurer. Jamais elle n'avait imaginé ce genre d'histoire. Louis sourit et lui attrapa une larme.



"C'est pour cette raison que je veux soulager les personnes âgées de la douleur. Car j'ai grandi sans avoir pu aider ma grand-mère à cet instant. Tout comme toi qui a aimé être avec tes frères et sœurs."


"Peut-être...Mais ma mère nous a élevé toute seule car mon père nous a renié une fois qu'il avait trouvé une nouvelle femme. Il a dit qu'elle l'avait trompée. Il a engagé des poursuites judiciaire avant le divorce afin qu'elle n'ait aucune pension alimentaire et nous conserver. Une fois qu'elle avait perdu l'homme qu'elle aimait, elle était obligée de s'occuper de nous. Mais au lieu de sombrer elle s'est battue, elle nous a élevé. Elle allait cherché des aides à droite à gauche. Malgré les rumeurs qu'à lancer mon père, elle ne nous a pas abandonner. Les assistantes sociales passaient à chaque fois, mais jamais elle ne nous a perdu. Elle a montré combien elle était grande et bonne. Et quand les autorités s'en sont aperçu mon père s'était envolé à une destination inconnue. On a plus jamais entendu parler de lui. Mais toi, tu n'avais ni de père, ni de mère, ni de frère ou de sœur. Avec ta grand-mère tu as pu vivre des jours heureux."
Louis sourit. Elle pleurait pour lui alors qu'elle n'avait pas eu une enfance joyeuse. Mais elle semblait être si triste pour lui. Il s'avança et posa un baiser sur le front.



"Avec ma grand-mère on parlait à chaque fois de se qui nous faisait pleurer ou rire sous ce ciel étoilé. Alors comme ça on repartait sur de bonne base. Et après on s'amuser à faire des bonhomme de neige ou même des batailles de boules de neige. On faisait aussi de la patinoire. Maintenant qu'elle n'est plus là, je suis là toute seule à observer les étoiles. C'est la première fois depuis le décès de ma grand-mère, que quelqu'un vient avec moi pour admirer ce ciel magnifique."
Il l'a tenait dans ses bras pour la réchauffer. Il ne voulait pas l’embarrasser et d'ailleurs, elle ne le repoussait pas. Elle le regardait avec ses yeux rougit par les larmes.



"Merci...Merci...J'ai toujours eu du mal avec les hommes. Je ne veux pas quelqu'un qui n'assume plus ses responsabilités une fois qu'il a commis des erreurs et qui part avant d'avoir payer ses conséquences."
Elle lui sourit et se lova dans ses bras, où elle se sentait bien. Elle était en sécurité. Son père n'a jamais prit sa fille dans ses bras. Il était là pour elle, il l'avait toujours observer derrière elle. Il n'avait jamais risqué de lui faire mal. Mais elle aimait cela. Elle aimait être dans ses bras. Sous cette neige resplendissante, elle fit un vœu en voyant une étoile filante passer. Elle espérait vivre toute sa vie avec lui, continuer à rêver sous ce ciel étoilé. Vivre un véritable amour, à tout jamais.



A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13324
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mar 4 Déc 2012 - 19:51

Très belle histoire... Trouver l'amour sous un ciel étoilé, quoi de plus beau, retrouver foi en l'avenir dans des bras sécurisants et tendres, c'est encore mieux... Voilà deux jeunes gens que la Saint Nicolas a réuni pour un long moment...

Magnifique dessin JB...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4678
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mar 4 Déc 2012 - 20:32

:j\'aime: :j\'aime: :j\'aime: Une très belle histoire et magnifique dessin pour accompagner la lettre E.

bravo bravo JB
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34823
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mar 4 Déc 2012 - 21:16

Un joli début d'histoire d'amour où deux destins douloureux se rencontrent, se parlent et vont bientôt pouvoir se réconforter et construire une nouvelle histoire ensemble, avec le bonheur au bout de leur chemin...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 37
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: re   Mar 4 Déc 2012 - 21:41

bravo très belle histoire encore que tu nous partages ! merci !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Texte Court] Calendrier de l'avent 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: