French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14017
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 50
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mar 4 Déc 2012 - 22:22

très belle histoire avant de se coucher la Miss, et belle illustration, merci de partager avec nous


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mer 5 Déc 2012 - 19:08

que de compliments!!! Je vous remercie à tous!!!
Bon allez, la lettre F, c'est parti!!
Au fait, Nonna, pourrais-tu nous refaire un mouton de Noël s'il te plaît, pour qu'on voit tes progrés en dessin. ^^



6 : Friandises




En cette belle journée d'hiver, Jean s'en alla comme à son habitude vers le petite quartier non loin de Notre Dame de Paris. Accompagné par Leo qui était venu le chercher, les deux hommes marchèrent paisiblement. Soudain, à l'endroit où les histoires furent raconter, un nouveau marchand venait de s'y installer à son tour. Un marchand de marron chaud qui semblait se réchauffer non grâce à ses fruits secs, mais grâce à la chaleur qui émanait de sa marchandise.
Le vendeur était un jeune homme d'une vingtaine d'années à peine. Sûrement un étudiant qui pour payer ses frais d'études devait vendre ses marrons entre quelques cours.


"Qui veux des marrons chaud ?"
demanda le marchand tandis que certaines personnes s'indignait de voir un nouveau commerçant dans leur petite ruelle.


"Tu n'es pas la bienvenu ici pour vendre ta marchandise."
commença une vieille femme.


"Fiche le camps avec ton arnaque à deux euros."
entama un jeune homme qui n'aimait visiblement ni les marrons chaud du marchand, ni même le marchand en lui même. En effet, il était plutôt bel homme et cela attirait souvent la jalousie des maris.
Soudain arriva Jean qui vit le spectacle devant ses yeux. Un peu triste d'entendre ces mots, il vit les yeux émerveillés de Leo qui le regardait.


"Monsieur Jean, vous avez déjà mangé vous des marrons chaud ? C'est bon ?"
demanda le petite garçon en essayant de cacher son envie d'en goûter.


"Si tu en veux, je t'en paye..."
finit par dire l'accordéoniste en s'approchant du marchand.


"Quel est votre nom jeune homme."

"Philippe Monsieur. Enchanté de vous connaître."
Jean lui sourit.


"Moi de même Philippe. Je me nomme Jean, je suis l'accordéoniste de ce quartier, je raconte chaque jour une petite histoire de l'avent aux habitants de ce quartier. Pourriez-vous me vendre un petit paquet de marrons chaud pour ce petit garçon."
Philippe semblait être heureux d'entendre cela, il n'avait pas eu beaucoup de client ces derniers temps, entre la concurrence des plus expérimenté et les habitants qui ne voulaient pas de lui, cela lui faisait chaud au cœur de voir que quelqu'un voulait lui acheter même un marron chaud. Il lui fit un prix. 2€ pour une vingtaine de marron chaud pour le petit Leo qui semblait être émerveillé par ce fruit incroyable. Le petit garçon partagea son goûter avec les autres enfants du quartier. Tandis que les regards noirs, des regards incendiaires des habitants du quartier pesait sur le pauvre marchand, un homme ayant le même âge que Jean arriva à son tour. A l'opposé de l'accordéoniste, cet homme avait un grand manteau de luxe, des bague à chaque doigt, une écharpe magnifique faite en soie. Il était accompagnée d'une petite fille à peine plus âgée que Leo. Elle était enveloppé d'un magnifique manteau rouge avec une capuche et un semblant de fourrure blanche tout autour. Elle possédait des gants blancs et une écharpe à pompons blancs. Elle regardait son grand-père en lui tenant la main, elle se demandait se qu'ils faisaient ici dans ce quartier.


"Jean ? C'est bien toi Jean l'accordéoniste ?"
demanda le nouveau venu.
L'accordéoniste se retourna pour voir un vieux ami d'enfance. Eric. Le fils de la marchande de bonbons.


"Eric, je suis heureux de te voir ici. Mais qui est la jeune demoiselle qui t'accompagne."
Un peu timide, la petite fille possédant de beaux cheveux ébènes et des yeux bleus se présenta sous le nom de Lucie, la petite fille de Eric. Elle sourit de toutes ses dents vers Jean et les autres enfants.


"Mais que faites-vous ici ? Tu ne devais pas être à New-York pour vendre les bonbons de ta société."
Eric sourit en regardant son ami.


"Si, mais j'ai chargé mes enfants de prendre les rennes pour quelques temps. Ils auront fini avant Noël et reviendront en France. Alors j'ai voulu voir si tu étais toujours là pour écouter une histoire."
"Bien sur, je vais vous la raconter."
Mais avant qu'il puisse ne commencer ses accords, Eric arrêta son ami.


"Attend veux-tu ? Avant de commencer à chanter, il faudrait faire comme dans l'ancien temps, offrir quelque chose à manger à ceux qui vont t'écouter."
Rapidement Eric s'approcha de Philippe et sorti une grosse liasse de billet.

"Écoute jeune homme, offre à tous les habitants de ce quartier des marrons, en échange je te donne 1000 €."
En voyant cette somme, le jeune Philippe se senti honteux de pouvoir prendre tout cet argent. Il baissa la tête avant de lui dire :


"Monsieur, je vous remercie de votre gentillesse, mais tout ce matériel ne vaux pas autant. Il vaut bien moins, vous pourriez faire plaisir à votre petite fille en offrant d'autre chose avec votre argent."

"Oui, mais je vois que tu en a besoin. Tu as des trous à tes chaussures. Ton pantalon est entièrement couvert de poussière. Tes gants sont bien trop petits, et ton pull bien trop grand. Prends cet argent et si tu ne le fais pas pour toi, fais le pour ta famille."
Philippe ne put alors refuser cet offre en imaginant offrir à sa famille un Noël comme il ne pouvait pas se permettre habituellement. Il distribua alors les marrons à tous les habitants du quartier qui désormais pouvait déguster les marrons généreusement offert par Eric, tout en écoutant le chant de Jean.

Et l'histoire qu'il racontait n'était pas si éloigné de se qu'il se passait aujourd'hui.
C'était en Italie, la grande péninsule italienne en forme de botte percutant un gros cailloux. Dans une petite ville du nom de Bussetto, il existait un orphelinat ou les enfants qui venaient de perdre leur parents à cause de crime de guerre, de meurtre, de maladie ou par simple abandon venait de se retrouver. Les enfants vivaient dans cet établissement jusqu'à leur majorité et s'il n'avait pas été adopté entre temps, alors ils étaient envoyés dans la vie active. Le directeur de cet établissement se prénommait Giuseppe. C'était un homme de la quarantaine d'année qui avait été commissaire de police avant de se tourner vers le social. Il avait vu tellement d'horreur, tellement de pleurs pour ses enfants qu'il avait décidé de les aider autrement que par résoudre des crimes à longueurs de journées. Ainsi, avec les économies qu'il avait, il faisait fonctionner le système. Héritant d'une grande fortune laissé par ses parents, il l'utilisa pour le confort, le soin et l'éducation des enfants qui nommèrent Giuseppe : Nonno Giu.

Hélas, Giuseppe n'avait lui même aucun descendant, il vivait seul avec ses orphelins et quelques bénévoles ou même des employés. Mais jamais de personnel ne restait avec lui et les enfants lors des fêtes de Noël. Il surveillait les comptes pour offrir à chaque enfant un anniversaire fantastique, mais il savait qu'à Noël il ne pouvait pas en faire autant. A chaque année il offrait un petit paquet de bonbons aux enfants en faisant croire que Babo Natale était passé les voir. Évidement les plus grands avaient bien conscience que c'était Nonno Giu qui les leur offrait, mais ils ne disaient rien, pour laisser la magie fonctionnait encore dans l'esprit des plus jeune.

Et puis un beau jour, la veille de Noël, Nonno Giu avait décidé d'emmener les enfants au centre ville de Bussetto. Là, les enfants virent un grand sapin de Noël être dressé sur la place. Il n'y aurait pas de neige cette année non plus, seulement le beau sapin qui s'illuminait devant leur yeux. Et puis, alors que Nonno Giu allait demander aux enfants les plus âgés de garder un œil sur les plus petits pour chercher des bonbons, il entendit une voix féminine derrière lui. Une femme, la quarantaine, ayant des formes, une chevelure ébènes, des yeux noisettes, le teint halé alerta Nonno Giu.


"Eh bien mon bel homme. Vous en avez des enfants dites-donc. Vous êtes bien le Nonno Giu n'est-ce pas ?"

demanda la femme faisant retourner non seulement le concerné mais tous les enfants l'accompagnant aussi.


"En effet, je suis Giuseppe, le directeur de l'orphelinat et..."
commença Giuseppe avant d'être prit dans les bras de la bonne femme.


"Je suis très heureuse de vous rencontrer. Je m’appelle Francesca, je tient une petite boutique de bonbons pas très loin d'ici et j'aimerais vous inviter vous et vos petits chez moi."
Intrigué par cette proposition, le directeur vit luire les yeux des enfants qui étaient à ses côtés. Prudent il accepta la proposition, à condition de leur dire pour quelle raisons elle les inviter.


"Je vous ai vu aider tellement de gamins dans la rue. Vous n'hésitez pas une seule seconde, alors comme vous, j'aime faire plaisir aux enfants en leur offrant des friandises. Allez venait gouter mes enfants."
Aussitôt dit, aussitôt fait. Le directeur et les enfants se dirigèrent vers la boutique de bonbons de Francesca. C'était semblable à un grand herboriste, mais à la place de voir à chaque étagère des herbes médicinales, ce fut des nombreux bonbons qui étaient présent. Un bocal de guimauve, un bocal de chocolat, un bocal de petits bonbons à la fraises. Les parfums de toutes ses friandises embaumé la maison. Mais la maitresse des lieux leur dit qu'il y avait un plus beau cadeau pour eux.


"Je l'ai préparé exclusivement pour vous. De nombreux acheteurs voulaient me le prendre, mais j'avais prévu depuis le début de vous l'offrir."
sourit Francesca, avant d'ouvrir son atelier de cuisine où se trouvait sur le sol une maison de pain d'épice, de chocolat, de bonbons divers et variés qui entourait la petite maison. Aussi haute qu'un enfant de dix ans, elle pouvait accueillir au moins 5 ou 6 enfants à l'intérieur.
Impressionner par ce magnifique cadeau, les enfants hésitèrent à le toucher. Ils regardaient Francesca comme pour se demander si tout ceci n'est pas un rêve.

"Allez y les enfants, régalez vous!!! C'est la Nonna Fran qui vous l'offre. Joyeux Noël d'avance!!!"
Tous en chœur, les enfants remercièrent la Nonna Fran avant de s'attaquer à leur cadeau. Ils se partagèrent les parties qu'ils préféraient. Les plus grands se forçaient pour manger les morceaux que les plus petits n'aimaient pas.
Se tournant vers cette inconnue, Giuseppe demanda à Francesca des explications.


"En réalité, je vous connais depuis très longtemps. Je vous ai toujours aimé. Mais votre cœur était pour les enfants. Alors pour mieux vous comprendre, et comprendre le cœur de ses enfants, j'ai décidé d'apprendre à réaliser ses petites friandises, les douceurs des hivers, printemps, été et automne.En apprenant, j'ai comprit cette joie de voir les enfants sourire et rire. Un petit câlin de la part de quelqu'un peut apaiser de triste souffrance, tout comme un délice sucré peu rassurer un instant aussi un peu triste. Alors même si nous ne pouvons pas nous aimer, je souhaiterais vraiment que l'on puisse travailler main dans la main pour aider ses petits. Je leur fabriquerai des bonbons rien que pour eux et en échange, j'aimerais que les plus grands puissent m'aider dans la boutique et apprendre la confection des bonbons."
Giuseppe accepta la proposition de Francesca avec grands plaisirs.
Et depuis, l'homme n'avait plus peur pour le futur de ses enfants une fois que ces derniers partiraient dans le monde du travail, car Francesca leur avait offert le courage de créer des friandises, l'ardeur au travail, le sens commercial, ce qui leur permis de leur ouvrir des portes dans leur futur métier au sein d'entreprise, et certains décidèrent de rester avec Francesca pour travailler à la confiserie.


A suivre...



"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mer 5 Déc 2012 - 19:43

Encore une bien jolie histoire!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13281
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mer 5 Déc 2012 - 19:54

De belles rencontres dans cette histoire, Jean qui rassemble toujours autant de gens bienveillants autour de lui (moi aussi j'ai eu une terrible envie de marrons chauds, j'adore ça). Et Francesca, qui par sa générosité apporte du bonheur aux enfants et la possibilité d'un avenir plus heureux pour certains d'entre eux...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Mer 5 Déc 2012 - 21:49

C'est vraiment un régal ce calendrier.

Encore une magnifique histoire bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Jeu 6 Déc 2012 - 18:43

*se cache sous sa couverture* Bon le dessin n'était pas terrible, j'aurais préféré faire quelques effet de poils, mais par manque de temps... Désolée les filles.

En tout cas merci pour vos compliments.
On continue le calendrier de l'avent!!!




7 : Guitare





Une nouvelle journée venait de commencer dans la capitale Française. Jean avec son petit accordéon, son assistant Leo était à ses côtés quand l'homme s'installa devant la foule de gens qui l'attendait. Cependant en parcourant toutes les ruelles pour venir le cherche, Leo avait rencontrer de nombreuses personnes, dont certains étrangers à la peau halée, les yeux noirs, les cheveux nuits, portant une guitare en main et chantant quelques chansons dans un langage inconnu pour le jeune garçon. En revenant avec son maître, Leo avait demandé à Jean l'origine de ces personnes. En écoutant leurs chants, Jean reconnu la langue d'origine, le Mexicain. Se souvenant de cela, il se rappela d'une histoire d'un jeune mexicain.
Il décida de la raconter cette journée comme un calendrier de l'avent.

C'était un jour non loin de la veille de Noël. Dans un petit quartier entre les cartelles de la drogues, la prostitution, les différents meurtres, il existait un jeune garçon d'à peine 15 ans. Il avait un beau physique et une voix magnifique. Cependant, il ne vivait qu'avec son jeune frère de 8 ans et chanter tous les soirs dans des cafés, des bars, dans différents endroits où son chant était apprécié et permettait de lui subvenir à ses besoins. Mais cela était compliqué à permettre à son frère et lui de vivre normalement, en évitant les différents obstacles sur leur route. Ce n'était pas la joie tous les jours, mais à chaque fois le grand frère Orlando offrait à son petit frère Luis un petit chant.
La voix raisonné dans les murs, le plafond. Jamais aucun voisin n'avait eu à se plaindre. Ils étaient au contraire bien heureux d'avoir une bonne ambiance dans ce quartier de la ville emprisonné par les mafieux. Un jour hélas, le boss du quartier passa avec ses hommes et tous armés. Il se prénommait Emilio. Il était très costaud, visiblement rien ne lui faisait peur. Il avait visiblement le temps de passer dans le quartier pour réclamer de l'argent à tous ceux qui habitaient dans son territoire. Maintenant, il regardait Orlando qui protéger son petit frère.


"Alors mes mignons...Vous vous êtes bien cachés pendant quelques années à mon regard. Votre mère était plus simple à trouver."

souffla Emilio.


"Ma mère se droguait, elle est morte d'une surdose."

"Oui, mais il faut quelqu'un pour lui fournir sa drogue. Et je pense que tu es assez intelligent pour comprendre se qui s'est passé."
Orlando respira bruyamment. Il savait qu'il devait faire au plus vite pour protéger son petit frère et s'enfuir. Il observa les gardes du corps de Emilio, comme pour essayer de voir une faille dans leur posture. Mais rien ne semblait indiqué qu'il allait pouvoir passer facilement, encore plus avec un enfant dans ses bras. Soudain, il senti le vent s'engouffrant dans la pièce. La fenêtre était encore ouverte et des cages d'escaliers étaient visibles. Cela était risqué, mais Orlando attrapa une petite capsule qu'il avait fabriqué avec l'aide de son petit frère. Ils l'utilisaient habituellement en cas de petite fuite, et non de grandes histoires avec la mafia. Cependant, il n'avait pas le choix.
Il attrapa la capsule avant de la jeter brutalement au sol soulevant un nuage de fumée, empêchant Emilio et ses hommes de voir. Habitués, Orlando attrapa son frère et tous deux sautèrent vers la cage d'escalier.


"NE LES QUITTER PAS DES YEUX!!"
s'énerva Emilio, alors que ses propres hommes n'arrivaient pas à voir correctement, ayant encore la fumée dans leurs yeux.
Rapidement, les deux frères arrivèrent vers le rez-de-chaussé. Alors que Orlando semblait chercher une voiture pour s'enfuir. Mais il était déjà trop tard que les hommes d'Emilio étaient arrivés.


"C'est fini!! Rends-toi !!"
Orlando priait en lui-même en espérant pouvoir protéger son frère avant tout. Il avait prit sa guitare avec lui, prêt à donner son instrument précieux, celui qu'avait laissé son père avant de disparaître. Orlando ne se souvenait pas de son visage. Même en ce jour qu'il croyait être le dernier aujourd'hui, il n'arrivait pas à se souvenir d'un moment véritablement heureux avec sa mère, ni son père. Juste une chanson mexicaine.


"Tu as droit un dernier mot avant d'être tuer."
Orlando sourit. Il n'avait pas trop le choix, il voulait redonner courage aux habitants du quartier. Il chanta une chanson rempli d'espoir, de lumière, de vie et de courage.
La chanson une fois fini, il ferma les yeux pour imaginer la vie qu'il aurait pu avoir s'il avait vécu dans un autre quartier. Alors qu'il pensait qu'il allait mourir, il entendait la sirène des policiers. Rapidement, le jeune garçon attrapa son frère et le plaqua au sol, tandis que des policiers arrivèrent, braquant leur armes sur les mafieux du coin. Visiblement l'arrivé de ses sauveurs étaient arrivés à temps. Le combat ne dura pas longtemps, les policiers furent mieux préparer que les ravisseurs et les arrêta rapidement. Le chef de la brigade arriva, c'était un homme de la quarantaine qui observa les deux enfants. Il frotta leur tête avant de leur demander.


"Est-ce que tout va bien les enfants ? Vous habitez seuls ?"
Demanda le policier.
Luis refusa de pleurer en restant coller contre son grand-frère qui du répondre à sa place.


"Mon frère et moi avons perdu notre mère il y a quelques années. Mon père a disparu...Depuis la naissance de mon petit frère."
souffla Orlando avant de pointer l'ancienne carte d'identité de sa mère qui est morte désormais.
Le policier resta sans voix. Cette femme, il l'a connaissait bien, même très bien d'ailleurs. Il regarda les enfants droits dans les yeux, ignorant encore comment apprendre à ses derniers la nouvelle.


"Mes enfants, je crois que vous ne vivrez plus seul désormais. Je crois que connaître bien votre père."
souffla le policier, redonnant un peu d'espoir aux enfants.
Il proposa aux enfants de le rejoindre dans le centre de police. Il leur donna des boissons chaudes et offrit à ses derniers des bonbons. Ils restèrent seuls afin de pouvoir parler tranquillement.


"Alors où est notre père ?"
demanda Luis un peu timide.


"Pour tout commencer, votre père était très attaché à votre mère, mais il ne connaissait pas l’existence de ses enfants. Il aurait aimer être avec vous. Il savait que votre mère était une droguée et elle lui promettait à chaque fois d'arrêter. Mais visiblement c'est ce qui l'a tué."

"Qui est notre père ?"
s'énerva Orlando, ne comprenant pas où il voulait en venir.


"Je...Je suis votre père. J'ai rencontré votre mère lors d'une enquête policière. C'était la meilleure amie de ma petite sœur. Et finalement elles avaient arrêté de se voir car elle avait une mauvaise influence. Mais aujourd'hui, je voudrais vous aider. Je sais que je ne pourrais pas rattrapé toutes ses années perdues. Pouvez-vous m'accepter comme votre père ?"
Orlando sourit et finalement il attrapa Luis et le policier.


"Tout se que je souhaite c'est de pouvoir offrir une magnifique vie à mon frère."
Ainsi, la famille réuni ils pouvaient vivre leur premier Noël ensemble.


A suivre...



"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Jeu 6 Déc 2012 - 20:30

Et voilà une famille de réunie à l'approche de Noël bravo bravo

Il est très bien ton dessin, j'aime beaucoup.

a demain pour la prochaine lettre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13281
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Jeu 6 Déc 2012 - 20:30

Voilà une histoire qui débute bien tristement, la vie de ces enfants n'avait vraiment rien d'un conte de fées. Mais heureuse, la fin est belle, remplie d'espoir et promesse d'un avenir heureux auprès d'un père aimant... Jolie histoire JB et joli dessin...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Jeu 6 Déc 2012 - 20:59

Très joli dessin pour accompagner cette histoire de reconstruction familiale...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Ven 7 Déc 2012 - 19:22

merci encore!!! Allez, page suivante!!!




8 : Hibou (Le conte du prince Hibou.)




Encore une belle journée d'hiver qui s'annonçait en ce jour de l'avent. Comme toujours, notre accordéoniste prit son instrument pour s'installer sur la petite place du quartier, patientant l'arrivée des petits et des grands. Il fallait avouer, que aujourd'hui, Jean avait promis une histoire fantastique et fabuleuse, un conte que les enfants, ni leurs parents n'avaient entendu parler.
Quelques accords furent jouer avant de pouvoir éclaircir sa voix pour se lancer dans le conte du jour.

C'était dans un pays aussi froid que le temps actuel. Un pays du Nord. La Norvége. Les paysages enneigé y étaient fabuleux. Dans un petit village, au fond d'une forêt habitée une petite fille possédant comme prénom Lucie. Elle était un peu timide, avec ses cheveux roux, ses tâches de rousseurs, sa petite taille et ses yeux noisettes. A chaque fois que les enfants du village la voyaient ils crièrent en lançant des boules de neige : "v'là la carottes, v'là la carotte."
Les adultes n'étaient guère plus clément avec la petite fille de Huit ans à peine. Les mères de familles qui allaient rechercher leurs enfants à l'école murmuraient entre elles qu'elle ne devait pas être la fille de ses parents. Car eux possédaient une grande beauté depuis leur plus jeune âge, mais aussi qu'aucun membre de la famille ne possédait des cheveux comme les siens.
La petite Lucie n'arrivait jamais à se défendre aussi bien contre les adultes, que les enfants. Et même devant ses parents, elle ne disait rien de se qui se passait de sa journée, afin d'éviter que son père n'aille à la rencontre des parents et enfants pour leur dire se qu'il pensait.
Comme à son habitude, une fois les devoirs fait, son petit lit rangé, ses jouets triés dans le coffre à jouet, Lucie observa le ciel blanc, qui semblait se fondre avec l'horizon. Souvent, la jeune enfant rêvait de pouvoir voler dans le ciel, observant de haut tout se qui se passe en bas. Se laissant porter par le vent. Elle s'imaginait entrain de toucher les nuages, dire bonjour au soleil, et bonne nuit à la lune avant de rentrer chez elle pour se reposer. Soudain, le temps changea. Le ciel blanc laissa apparaître de gros nuage gris menaçant tout le village et les maisons. Une tempête de neige se leva, empêchant de voir quoique se soit devant eux. Rapidement, la petite fille ferma ses volets en bois afin d'empêcher la neige d'essayer d'ouvrir la fenêtre et aux grêles de briser le verre. Une fois dans le noir, elle alluma une petite bougie pour se rendre à l'étage inférieur, auprès de ses parents. Elle vit alors sa mère devant la cheminée, l'air visiblement inquiet.

"Maman...Maman...Qu'est-ce qui se passe ?"
demanda la petite Lucie en collant son visage contre l'épaule de sa mère.

"Rien. Ne t'inquiète pas Lucie."

"Mais où est papa ?"
La mère dégluti à ses propos et ne savait pas comment aborder le sujet avec sa petite fille. Mais, elle lui avait toujours promis de lui dire la vérité quoi qu'il en coutait. C'était un peu le credo de la famille.


"Ma chérie écoute. Papa est allé aider les gens du village. Des enfants sont partis faire de la luge dans la forêt et ne sont pas rentrés avant la tempête."
souffla la mère de famille en caressant les cheveux de sa chère et tendre petite.


"Mais c'est affreux!! Il faut aller les aider!!!"
La petite fille ne put se détacher de sa mère, car cette dernière la tenait solidement dans ses bras.


"Non, pas toi. Je veux que tu reste ici. Si jamais tu étais portée toi aussi disparue. Je...Je ne suis pas sure que je serais tenir..."
A peine la mère eut-elle fini sa phrase que la porte s'ouvrit violemment. Une ombre fut visible, puis mère et fille purent distinguer la silhouette de leur mari et père. Visiblement fatigué et essoufflé.

"Nous avons trouvé deux enfants dans la forêt. Mais il en manque toujours un à l'appel. Il s'agit du petit Benoit. Le fils du maire. Nous allons reprendre quelques forces, dés que la tempête aura cesser nous retournerons à sa recherche."

La mère de famille prépara alors une soupe bien chaude pour offrir à son mari et réchauffer sa fille. Lucie connaissait bien le petit Benoit. C'était un camarade de classe qui était assez connu dans tout le village. Outre qu'il soit le fils du maire, c'était aussi un garçon exemplaire. Il avait des bonnes notes dans toutes les matières. Il aidait les personnes âgées quand ils en avaient besoin. Quand il fallait cueillir des fruits et des légumes dans les champs, il était le premier à venir après les cours pour aider les agriculteurs du coin. Et surtout, il était l'unique enfant du village qui ne se moquait pas de sa couleur de cheveux. Dans un petit coin de sa tête, Lucie était vraiment triste pour son camarade de classe. Elle se promit d'essayer de l'aider. Une fois la soupe avalée, elle demanda la permission de sortir de table et se dirigea dans sa chambre. Elle prépara quelques affaires qu'elle cacha en dessous de son lit, prit un livre et attendit l'arrivé de ses parents.
Le père ne tarda pas à venir lui poser un petit baiser sur le front, lui promettant de revenir sain et sauf, ainsi que son camarade de classe. Puis il ferma la porte. Ce fut ensuite au tour de la mère qui allongea la petite fille, la borda dans son lit et lui chanta une berceuse pour qu'elle s'endorme.

Faisant semblant de plonger dans un profond sommeil, la petite fille ferma les yeux. La mère de famille posa un tendre baiser sur le front de sa fille et souffla la petite bougie. Puis elle quitta la chambre discrètement. Elle parla ensuite avec son mari pour comprendre les démarches qu'ils allaient réaliser pour retrouver le petit Benoit.


"Nous retournons dans la forêt."

"Mais on raconte qu'une étrange femme y vit, ainsi que des ombres bizarre. Un prince d'un pays voisin s'y est même perdu il y a quelques temps et plus personne ne l'a revu."

"Ce n'est que des rumeurs. Je te promets que l'on retrouvera Benoit plus vite que tu ne le pense."
"Alors je viens avec toi."
Lucie écouta, les yeux fermés les discussions de sa mère et de son père. Elle espérait secrètement que ses deux parents partiraient, pour la laisser seule. A son tour elle partirait aussi à la recherche de Benoit. La mère de famille réussi à persuader son mari qu'il fallait partir ensemble, laissant la petite dormir. De toute manière, avant de partir dans la forêt, ils iraient prévenir la grand mère du village pour venir garder la petite. La porte claqua dans l'entrée et un bruit de serrure se fit entendre.
Lucie entendit l'ensemble des petits bruits qui lui indiqua qu'elle pouvait se préparer. Elle attrapa ses affaires, les enfila le plus rapidement possible. Elle prit son sac avec quelques gâteaux, de l'eau, une couverture. Elle enfila son gros manteau blanc, ses bottes, son écharpe grise et ses gants. Et elle attrapa dans sa poche un double des clés qu'elle avait reçu de la part de sa mère, où cas où ses parents auraient un problème. Respirant un bon coup, elle tourna la serrure et s'engouffra dans le froid. La tempête avait cessé, mais désormais c'était la nuit qui régnait. La petite fille avait prit une lanterne avec sa bougie. Elle ferma la porte à clé, garda le petite clé dans son sac et partie seule dans la forêt. Ses parents lui avaient raconté qu'ils y avait des loups qui mangeait les petites filles pas sages. Que si elle s’aventurait toute seule, alors elle pouvait ne plus revenir vers eux. Mais la petite Lucie ne voulait pas se rappeler de tout cela. Elle tenait fermement la lanterne et son sac pour entrer dans la forêt. Il n'y avait aucun bruit. Personne ne semblait vivre dans cette forêt. Et ce silence pesant, semblait d'avantage effrayé la petite fille, plus que le fait qu'un loup puisse y vivre. Cependant, Lucie gardait courage, elle voulait retrouver à tout prix son ami Benoit. Jamais elle ne l'abandonnerait. Au fond d'elle, une petite pensée traversa son esprit. Si c'était elle qui avait disparue, il y aurait moins de monde qu pour le petit Benoit. Pourtant ce n'était pas de la jalousie qui traversa l'esprit de la petit fille à cet instant. Plutôt un sentiment de tristesse et de solitude. Si elle avait disparu, les enfants ne pleuraient pas. Si elle avait disparu, les autres parents n'aideraient pas la famille de Lucie.


"Bon, je vais pas pleurer maintenant."
souffla Lucie en s’apercevant que la lune fut cachée et qu'un petit bruissement de feuilles se fit entendre. Elle tourna la tête dans tout les sens, en craignant de voir un animal sauvage s'attaquant à elle. Son cœur battait à cent à l'heure. Mais dans sa petite tête, la fille ne désirait rien d'autre que retrouver son ami.


"Je n'ai pas peur de toi bête sauvage!!! Montre toi!!!"

Tandis que la petite fille était dans la forêt, ses parents s’aperçurent de sa disparition. Étonnés, de voir qu'elle s'était aventuré en plein hiver, en pleine nuit, ils allèrent de suite demander aux autres parents du village s'ils l'avaient vu.


"Non, malheureusement. Nous étions entrain de nous restaurer pour aller sauver le petit Benoit."
Soudain une pensée traversa l'esprit des deux parents. Et si la petite fille était partie seule dans la forêt pour aller chercher son camarade. Rien qu'à l'évocation de cette idée, les enfants présents furent étonnés. Cette petite fille si timide aurait finalement entrer dans la forêt. Cette forêt qui effrayait tellement les enfants, qu'à peine eurent-ils mit un pied à l'intérieur qu'ils en ressortait aussitôt.
Seul Benoit avait osé s'aventurer racontant qu'il viendrait sauver un prince dans cette forêt.


"Allons dans la forêt!!!"
s'écrièrent les adultes en attrapant leur affaire pour pénétrer à leur tour.
Pendant ce temps, la petite fille fut surprise de se retrouver face à un magnifique hibou possédant un manteau de différents camaïeu de marrons. Passant du plus foncés au plus clair. Le hibou tourna sa tête d'un sens puis d'un autre. Ses grands yeux or observait la petite fille qui avait pénétré dans la forêt.

"Désolé de vous déranger Monsieur le Hibou. Mais je recherche mon ami. Benoit. C'est un garçon de mon âge. L'auriez-vous vu ?"
Le hibou sauta d'une branche à une autre, s'approchant doucement de la demoiselle, qui put s'apercevoir que l'animal avait une pâte blessée. Aussitôt, la petite fille attrapa un petit mouchoir.


"Attendez monsieur le Hibou. Je vais vous soigner."
sourit la petite fille.
Elle avait l'habitude de parler avec les animaux, même si ces derniers ne lui répondaient pas humainement parlant. Mais, cela la détendait. Elle se sentait comprise quand un cheval faisait de son corps un petit lit pour une sieste. Elle sentait sa tristesse s'envolait quand un chien posait sa tête sur son épaule. Elle se sentait joyeuse quand les oiseaux dansaient avec elle.
Alors cela ne la gênait nullement d'être insulter de folle quand elle parlait avec les animaux. Sauf que cette fois ci elle ne s'attendait pas à recevoir une réponse de ce hibou.


"Je te remercie gente demoiselle."
"Tu...Tu parles ?"
s'étonna Lucie en ouvrant des yeux aussi grands que ceux du Hibou.

"Oui. Je m'appelle Louis. Je suis le prince Hibou. Enfin le royaume se nomme Hibou. Mais alors que j'étais venu explorer cette forêt pour voir le reste du monde, une sorcière m'a jeté un sort et m'a changé en Hibou."
"Oh!!! Alors Benoit avait raison!!! Vous êtes vraiment un prince!!"
souffla Lucie avant de se souvenir de sa mission première.


"Oh!! S'il vous plaît!! Vous aviez déjà du voir mon ami Benoit. Je suis à sa recherche!!!"
"Oui, je le connais très bien. Il voulait lever ma malédiction avec des amis. Mais malheureusement ses amis ont rebroussé chemin quand la sorcière a lancé sa tempête de neige. Benoît à continuer d'avancer."
"Il faut aller l'aider!!! Si vous m'emmener auprès de lui, je pourrais peut être l'aider à vous défaire de cette malédiction."
"Mais tu es si petite."
souffla le Hibou.


"Je veux y aller."
"Tu tremble de froid."
"Je veux y aller."
"Tu es fatiguée."
"JE VEUX Y ALLER!!"
continua à crier la petite fille, le regard déterminé. Ce n'était plus la petite fille timide que tout le monde connaissait. Le hibou soupira avant de siffler dans la nuit. Brusquement un petit lapin blanc sorti sous terre. Un renard blanc, ainsi qu'un petit écureuil roux qui sauta sur l'épaule de la petite Lucie.


"Tout comme ton ami Benoit, tous les animaux qui vont nous accompagnez, sont mes amis qui ont tenté de me sauver. Si tu crois fort à ton ami, à l'envie de nous transformer en Humain, alors je crois que je pourrais t'y emmener."
Le cœur plus chaud que d'habitude, le rouge sur ses joues, la petite Lucie serra les poings et déclara fièrement :

"Je veux y aller et vaincre la sorcière. Je vous libérais tous de cette malédiction."
Alors qu'elle venait de faire sa déclaration, les arbres formèrent une sorte d'arche, une sorte de porte de lumière. A travers cette dernière, Lucie ne pouvait rien voir, mais dans son cœur, elle sentait que derrière cette lumière se trouverait Benoit.


"Allons y!!"
s'écria-t-elle en traversant le halo de lumière.
Une fois la lumière traverser par la petite fille et les animaux, l'arche faite par les arbres et la lumière disparut. Ce fut trop tard pour les parents de la petite fille qui la loupa de quelques secondes prêt. Ils avaient bien entendu la voix de leur fille, mais hélas ils n'avaient rien trouvé. La peur les tenait, tandis que le maire posa une main réconfortante sur l'épaule de son ami.


"N'ayez pas peur. Je pense que votre fille et mon fils iront très bien. On va les retrouver."
Les pères de famille tentaient de se rassurer au mieux en croyant réellement que leurs enfants allaient revenir.
Le halo de lumière traversé, Lucie arriva dans un autre endroit enneigé. Une maison faite de pains d'épices, de chocolat, des différentes friandises qui maintenaient le toit et les murs. Un petit chemin fait de guimauve les accueillait vers le bas de la porte où une vieille dame grommelait. Elle semblait avoir plus de 100 ans. Elle possédait un nez crochus, chaque doigt possédait des griffes, ses yeux étaient rouges sang, il lui manquait à son sourire de nombreuses dents, et sa peau se plissaient à de nombreux endroits sans pouvoir revenir en place. Comme les plis d'un lit à qui on arriverait pas à l'étirer pour enlever ses plis. Et à ses pieds se trouvait le jeune Benoit, ventre à terre, le visage contre le sol, les yeux clos.


"BENOIT!!"
s'écria Lucie, attirant l'attention de la sorcière.


"Encore un enfant ? Une fillette ?"
souffla la sorcière en pointant un doigt la jeune fille.


"Ne...lui...faite pas de mal..."
murmura Benoit en entrouvrant un œil.


"BENOIT!!!"
s'écria de nouveau Lucie en s'approchant du jeune garçon.
Mais la sorcière ne voulait pas laisser la petite fille regagner les côtés de son ami. Du bout de ses doigts une étincelle jaillit. Puis de cette étincelle la foudre fit son apparition.


"ATTENTION!!!"
s'écria Louis le prince Hibou en poussant la demoiselle, lui évitant de se prendre une décharge électrique.


"Toi!!!! Sale bête!!!"
souffla la sorcière, en regardant le Hibou.


"Comment je peux vaincre cette sorcière ?"
demanda Lucie en regardant les animaux.


"Tu as le cœur pur jeune fille."
commença le petit lapin, avant d'aller sous terre pour creuser quelques trous afin de piégé la sorcière.


"Tu es courageuse."
continua le renard blanc, avant de grimper dans les arbres faisant tomber de la neige sur la tête de la sorcière.


"Tu es généreuse."
sourit le petit écureuil en sautant de branches en branches pour récupérer des noisettes et de les lancer sur le nez de la sorcière.
Puis le Hibou se posa sur les genoux de la petite fille, avant de caresser doucement sa joue.


"Que ressens-tu pour Benoit ?"
demanda-t-il.

"Ce que je ressens ? Je...Je suis rassuré quand il est à côté de moi en classe, tout comme quand je dors avec les chevaux. Je suis soulagé quand il me caresse la tête quand je pleure, comme quand mes chiens posent leur tête sur mon épaule. Je suis joyeuse quand on joue et on travaille ensemble, comme quand je danse avec les oiseaux...Je veux rester à tout jamais vivre avec lui. JE VEUX RESTER AVEC TOI BENOIT!!! JE T'AIME!!!"


"PAS CA!!!"
s'écria la sorcière, alors qu'une lumière éblouissante s'échappa des quatre animaux. Chacun perdirent leur apparence bestiale pour devenir des beaux jeunes hommes adultes, tous ayant la vingtaine, visiblement prêt à rendre les coups à la sorcière.


"Sorcière, tu nous a joué un mauvais tour, et tu voulais t'en prendre à des enfants. Nous allons te bannir de cette forêt à tout jamais."
Ensemble les trois chevaliers et le prince tendirent chacun une épée fait de fer blanc qui s'illumina dans le ciel, une aura semblable à cette du halo de lumière qu'ils avaient traversés apparut et forma alors une sphère autour de la sorcière avant de l'envoyer droit dans le ciel pour devenir aussi petite qu'une étoile dans le ciel. Une fois la sorcière disparut, la forêt reprit son apparence d'avant, les parents virent devant leurs yeux apparaître leurs enfants enlacés l'un contre l'autre, tandis que le prince fit à son tour apparition.


"Je crois que vos parents doivent s'inquiéter pour vous. Merci de nous avoir délivrer. Nous devront rentrer maintenant."
Benoit ouvrit les yeux et attrapa rapidement la cape du prince avant que ce dernier ne les quitte, d'une voix faible il demanda :


"Comment a-t-on réussi à vous libérer ?"
Le prince sourit aux deux enfants, il s'abaissa à leur hauteur en leur caressant les cheveux à chacun.


"Seul un amour enfantin, un amour qui durera dans le temps, un amour pur pouvait nous délivrer. Inconsciemment toi et Lucie vous l'aviez senti et vous êtes venu nous aider. Un jour nous vous emmèneront dans notre royaume."
sourit Louis, avant d'ouvrir avec son épée un nouveau cercle lumineux où des elfes entrain de créer des jouets et un gros bonhomme rouge à la barbe blanche semblait les attendre.


"A bientôt les amis!!"

A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Ven 7 Déc 2012 - 21:10

Toujours aussi adorable...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Ven 7 Déc 2012 - 22:40

Un magnifique conte :j\'aime: :j\'aime: :j\'aime:

Benoit et Lucie sont des enfants très courageux.

bravo bravo pour cette nouvelle histoire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 8 Déc 2012 - 19:13

Faudra que l'année prochaine je vous le fasse en BD si possible. xD!!!

Allez lettre suivante!!!




9 : Icône




Le soleil peinait à se lever dans les ruelles de Paris. Les nuages avaient une couleur rose magenta, se colorant à d'autres endroit d'un orange crépusculaire. Le ciel commençait à reprendre des couleurs vives, montrant un paysage fabuleux. Jean marchait tranquillement, l'instrument en main. Il était parti réveillé les nombreux habitant du quartier avec une petite chanson d'amour. D'un amour incroyable et si vrai. Il était aussi frais que cette nature actuelle. Leo s'était levé rapidement pour aller le chercher et admirer ainsi lui aussi le magnifique spectacle que la nature laissé voir. Et maintenant Jean allait se mettre à chanter.

C'était dans cette même période d'hiver, au Canada. La neige était tombée. Pourtant le ciel n'était pas blanc gris, il ressemblait au ciel actuel de paris. Les nuages variant de la couleur magenta au orange, jusqu'au petit blanc bleu. Un jeune homme de 25 ans admirait ce beau spectacle que lui offrait la nature. Quand soudain, il entendit son téléphone portable vibrant dans sa poche. Tout doucement, il l'ouvrit et vit une petite icône avec une enveloppe indiquant qu'il avait reçu un nouveau message.
Il l'ouvrit et vit qu'il s'agissait d'une jeune femme qu'il avait rencontré sur le net, via un site pour célibataire. Il ouvrit la petite enveloppe, où était inscrit un message spécifique pour lui.
"Noël approche Eliott.
Je voudrais t'offrir ton cadeau pour cette période de l'année, mais en même temps, j'aimerais que tu joues à un jeu de piste avec moi. Es-tu prêt à t'amuser ?
Adeline."
Eliott observait le message, ils ne se connaissait que depuis cet été, mais étrangement, il avait été attiré par cette jeune femme, par sa bonté, sa manière de tourner n'importe quelles situations ennuyeuse en un jeu rigolo. Elle avait cette imagination débordante qui faisait d'elle une créatrice hors paire. Ainsi, il ne risquait pas de s'ennuyer, et l'idée de gagner son cadeau en suivant un jeu de piste lui plaisait bien.
"Bonjour Adeline,
Je suis content d'avoir de tes nouvelles. J'accepte le jeu. Dis moi juste les régles et ce que je dois faire."
Il ne fallut que quelques minutes d'attente pour le jeune homme avant de recevoir un nouveau message de la part de son admiratrice.
"Très bien le jeu commence dès à présent.
Tu vas devoir trouver à chaque fois une icône, la première je te la décrirais, et à chaque emplacement tu rencontrera un de mes amis pour trouver l'icône suivante. Jusqu'à ton cadeau. Tout d'abord tu dois aller en ville, une fois là bas, envoie moi un message."
Eliott rentra chez lui, prit sa voiture et se rendit en ville. Ce n'était pas une grande ville comme le québec, mais il y avait tout de même de quoi se restaurer, de quoi lire, voir des films, une ville comme de nombreuses dans ce monde. Une fois garé sur un parking il envoya un petit message à Adeline lui indiquant son arrivée.
"Très bien. Maintenant je te décris ta première icône. Je ne te donnerais aucun autre indice. Alors, c'est aussi doux que le coton, aussi mignon qu'un oisillon, aussi chaud qu'une couverture, et beaucoup d'enfants le garde auprés de lui pour dormir. Cependant cette icône n'est pas un objet mais une enseigne de quelque chose qui se boit.
Bon courage à toi.
Adeline."
Ce fut le seul message qu'elle lui avait laissé. Il lui avait renvoyé un message pour signaler qu'il se mettait en route, mais il n'eut aucun accusé de réception. Soit elle avait coupé son téléphone, soit elle ne répondrait à aucun message jusqu'à la fin de la chasse au cadeau.
Il entama alors les recherches de cette première icône. Il avait déjà une petite idée de quels genre de boutique, d'emplacement où il se rendrait. Les cafés, les restaurants et tous les marchands de boissons chaudes. Il savait qu'Adeline appréciait grandement les thés, les chocolat chauds en cette période de l'année, et parfois des cafés, qui étaient peu amer, ayant parfois un petit goût de Noisette. Il se mit à tourner en ville. Il trouva un premier café, ayant comme icône un grain de café. Pour lui, cela ne rassemblait pas assez de critéres. Les enfants ne prendrait pas une graine de café pour aller dormir. Puis ce fut le tour d'un magasin qui avait comme enseigne une cigogne. Là, il ne voyait pas le côté chaud de la créature, ni même trés mignone. Ce n'était pas son genre. Là se trouva un petit chat pour symboliser l'entrée d'un salon de thé. Mais le chat avait des vêtements d'un certain détective privé très connu dans certains romans. Il hésita à entrer dans ce salon de thé, avant de sentir plané une odeur de chocolat bien particulière. Un chocolat si doux, si épicé, avec une odeur incroyable. Il tourna sa tête pour voir des enfants s'approchant à un magasin de chocolat où il y avait comme enseigne un petit ourson en peluche buvant une tasse de chocolat chaud. Le magain de chocolat proposé en cette période de l'année la dégustation de lait aromatisé au chocolat par le moyen d'un chocolat qui fondait dans le lait. Le chocolat avec différents arôme. Il y avait le classique chocolat noir, avec une intense concentration de cacao. Puis le chocolat au lait, plus doux, plus léger. Le chocolat au lait avec du caramel, un autre avec du miel. Bref différents chocolat pour différents palais.
Eliott entra dans le magasin où le vendeur lui sourit bien aimablement.
"Ah, vous devez être l'ami d'Adeline, non ? Eliott, je ne me trompe pas. Asseyez-vous déguster un petit chocolat le temps que je vous raméne son second indice."
Intrigué, acceptant volontier la tasse de chocolat chaud, Eliott s'assit à une table non loin de la porte d'entrée du magasin. Le temps d'une période de l'année, le magasin devenait un petit salon de chocolat chaud. Le vendeur revenait avec sa tasse de chocolat, un petit chocolat à croquer et une lettre.
"Ne vous inquiétez pas pour la note, Adeline a déjà régler en avance. Je vous souhaite une bonne dégustation."
Le vendeur alla s'occuper de ses nouveaux clients pendant qu'Eliott ouvrit sa lettre découvrant la nouvelle icône qu'il devait découvrir.
"Cher Eliott,
Je vois que tu as trouvé ma première icône, j'espère que tu appréciera ce chocolat chaud que j'ai commandé au préalable pour toi. Je sais que tu n'as pas l'habitude de prendre un petit déjeuner, mais comme tu vas devoir faire quelques efforts physique pour trouver le cadeau dans ce froid, j'ai voulu t'offrir quelque chose de chaud.
Bon arrêtons de discuter et continuons notre jeu de piste.
La prochaine icône sera plus visible que la première, surtout en pleine nuit. Je sais que tu n'attendra pas jusque là, mais tu l'a remarquera quand même. La couleur sera flashie, et le service que propose cet emplacement est un loisir que nous pratiquons pas régulièrement.
Bon courage à toi. N'attrape pas froid.
Adeline."
Eliott sourit. Il connaissait parfaitement la jeune femme pour s'imaginer la tête qu'elle aurait fait en écrivant ses mots. En réfléchissant à la manière dont elle les aurait employés. A toutes ses petites mimiques qu'elle avait quand elle lui parlait de se qu'elle aimait ou non. Après avoir fini son chocolat chaud, seul petit déjeuner qu'il se permettait, il remercia le vendeur et s'en alla à la recherche de la seconde icône. Il réfléchissait à une activité que ni lui, ni elle ne pratiqué régulièrement. Et surtout une icône visible de jour comme de nuit. Il apperçu un cinéma avec d'immense lettres rouges, mais il se rétracta. Pour lui comme pour elle, c'était un lieu où ils allaient régulièrement voir les nouvelles sorties. Certes, lui c'était des films américains, elle s'était des dessins animé ou film d'animation. Puis ce fut le tour d'une boutique pour adulte avec des lettres fluos. Là, il ravala sa salive. Certes, ni lui, ni elle ne se rendrait à ce genre d'endroit. Gêné, il détourna son attention de cette boutique, car il savait qu'elle ne le ferait pas rentrer dans ce genre d'endroit. Et en tournant la tête il aperçut en lettre vertes fluos un club de sport. Il était vrai qu'ayant une constitution fragile, Adeline ne se rendait pas dans ce genre de club. Et lui préférait l'intimité de pouvoir s'entrainer chez lui.
Il entra donc dans le club, et vit arriver une jeune demoiselle au cheveux noir de jais, accompagné d'un homme ayant des origines africaines entrain de donner ses dernières précautions pour s'échauffer avant un cour de Zumba.
"Oh!!! Monsieur Eliott!!!" s'écria l'homme africain avec un accent de son pays.
"Je vois que vous êtes arrivé à l'heure pour voir la démonstration de Zumba!!" sourit la jeune demoiselle en proposant à Eliott de s'asseoir sur une chaise avec d'autres accompagnant pour admirer les personnes entrain de danser et de faire du sport par la même occasion. Cela ne gênait nullement Eliott qui s'amusait à les voir se déhancher sur des musiques rythmées. Cela lui rappelait les spectacles de danses qu'effectuait sa grande soeur aussi bien à des petits enfants qu'à des adultes. Il observait chacun des pas de danse en se promettant d'aller un jour présenter cet endroit à sa grande soeur. Peut être trouverait-elle un peu d'inspiration pour cette nouvelle danse, pour les prochaines représentations en public.
Et ce fut la fin de la séance de danse. Une heure à admirer les personnes en sueur entrain de bouger leur corps dans tous les sens pour brûler la graisse, pour se dépenser, pour s'amuser, ou pour s'entrainer à une future représentation en public.
La séance d'entrainement terminée, les élèves relacher de leur cours et de leur professeur, le jeune homme africain et la jeune fille aux cheveux noir de jais arrivèrent vers Eliott.
"Désolé de vous avoir fait attendre, mais Adeline une de nos amies nous a demandé de vous présenter un de nos cours afin de vous donner quelques idées à proposer à votre soeur." commença la jeune demoiselle avant que l'homme au teint plus que Halé ne donne une lettre pour Eliott.
"Voilà pour votre présence et votre patience. Je crois que Adeline voulait vraiment que vous connaissiez son univers."
Les deux personnes partirent après s'être assuré d'avoir tout trasmis. Ils proposèrent au jeune homme de prendre place dans une salle de repos afin de lire tranquillement la lettre qu'avait déposé Adeline.
Eliott ouvrit la seconde lettre.
"Eliott,
Je pense que si tu lit cette lettre c'est que tu as du voir la faculté de certains de mes amis à se déhancher sur de la musique. Moi je ressemble à un balais quand j'essaye de danser. As-tu essayé un jour la Zumba ? Moi oui, mais je n'ai pas réussi. Ta soeur se plairait sans nul doute ici. Mais le sujet de conversation n'est pas du tout se que ta soeur aimerait ou pas. Je vais te donner les nouveaux indices pour trouver la troisième et avant dernière icône.
Il s'agit d'un endroit que nous apprécions tous les deux, l'icône n'est pas trés voyante de l'extérieur, mais bien présente à l'intérieur. Il est le symbole de quelque chose de trés précieux pour ma part, car sans cela, je crois que personne ne pourrait parler, ni écrire avec les autres.
Bon courage à toi!!
Adeline."
Sur ce coup, Eliott était sur de lui. Un endroit qui les réunissait l'un et l'autre, un endroit avec une icône à l'intérieur, un symbole fort pour cette demoiselle et pour de nombreuses personnes. Il savait que c'était la plume d'une librairie qu'ils avaient l'habitude de fréquenter. Une librairie au centre de la ville. La plume avait en effet une grande importance pour cette jeune fille qui eu beaucoup de mal à apprendre à écrire. Ce n'était pas réellement elle la fautive, elle avait eu une malformation de la main depuis sa naissance et du subir quelques opérations chirurgicales ainsi que de nombreuses rééducation. Mais avec beaucoup de temps elle réussi à apprendre à écrire comme tout le monde. Cette faiblesse dans le temps devenait sa force aujourd'hui. Elle n'était pas une écrivaine célèbre, mais elle ne passait pas un jour sans écrire. Et c'est grâce à cela qu'ils s'étaient trouvé tous les deux. Eliott avait lu un de ses écrits dans un petit journal où elle publiait. Il avait trouvé cela si pur, si beau qu'il avait eu besoin de la recontrer en personne pour lui dire se qu'il pensait de cet écrit. Une fois qu'il l'avait rencontré, l'un et l'autre tombèrent radicalement amoureux. Comment d'écrire en l'espace d'un instant qu'ils semblaient se connaître depuis une éternité. Que le coeur avait toujours battu à l'unisson, que même avant de naître dans ce monde ils se connaissaient. Pourtant tous les séparer. Les études qu'ils avaient choisi. Le pays où Eliott avait grandi : L'angleterre. Mais malgré toutes ses différences, ils s'étaient plut. Et maintenant, il suivait ce parcours. Il n'avait jamais avoué qu'il avait cherché sur ce site de rencontre son nom, seulement pour savoir si elle était vraiment célibataire.
Une fois entré dans la fameuse librairie, il vit de nombreuses plumes sur les murs. Et parmi toutes ses icônes, il y avait un homme que Eliott connaissait. C'était le responsable éditorial de la jeune demoiselle. Eliott avait apprit que cet homme était un cousin éloigné d'Adeline et qui avait toujours aimé les histoires que lui raconté sa jeune cousine. Il avait promis que dés qu'elle le pourrait, il lui ouvrirait les portes de l'édition, permettant de vivre de ses écrits. Il s'appliqua à permettre à la jeune fille de trouver son rythme et ses sujets d'inventions. Mais aussi il faisait attention à tout se qu'elle désirait et à sa vie privée. Ainsi Eliott était devenu une partie de sa vie qu'il devait intégrer maintenant dans son emploi du temps.
"Je crois que l'on s'est déjà rencontré Eliott." souffla le responsable.
"Désolé de vous impliquer là dedans, Monsieur ROCHER Maximilien."
"Appelle moi Max. Si elle m'a donné rendez-vous avec toi aujourd'hui, c'est sans nul doute pour me montrer combien elle tient à toi." soupira Max, qui visiblement n'était pas trés heureux de savoir que sa protégée avait des liens forts avec un homme n'ayant pas la même carrière heureuse qu'elle.
"Ecoutez. Je ne veux que son bonheur. Je ne sais pas se que vous pensez de moi, mais, je suis un simple assistant professeur dans une université et j'espère évoluer pour permettre de faire des recherches. Cependant, entre mes recherches et elle, ce sera toujours elle qui primera en premier temps. Si elle a besoin de moi dans ses tournées, je serais là. Si elle préfére que je reste en retrait, je le ferais. Je n'ai juste besoin que de sa présence."
Un silence pesa entre les deux hommes. Mais le responsable devait s'avouer vaincu. Il savait que ce n'était pas n'importe quel fan qui était venu tocquer à sa porte pour lui ramener des fleurs. Ce n'était pas n'importe quel fan qui était là pour la protéger du froid. Il était là, sans être trop présent, lui laissant la possibilité, la liberté de créer. Mais ayant aussi la sagesse de la suivre dans ses aventures plus intrigante les unes aux autres.
"Je n'ai pas d'autre choix. Mais sache que si un jour tu la rends malheureuse, tu en payera le prix fort." conclua Max en donnant une lettre à Eliott, avant de partir vers la sortie.
Comprenant les intentions du responsable, sachant parfaitement qu'il faisait en sorte que sa protégée soit toujours bien entourée, il lit la nouvelle et dernière lettre.
"Eliott,
Je crois que tu as eu une petite discussion avec Max. Je l'avais invité pour qu'il sache se que j'ai au fond de mon coeur. Je ne pouvais pas lui cacher mes liens avec toi, car il a toujours été là pour moi, depuis ma naissance. Il a toujours été comme un frère pour moi, malgré que nous sommes peu lié par le sang.
Enfin, les histoires de familles ne sont pas le sujet principal. La dernière icône, l'endroit où se trouve ton cadeau est dans un endroit où se rende souvent les enfants, mais surtout il ressemble aussi à un atelier où travaille des lutins et un gros bonhomme habillé tout de rouge. Cherche alors un petit lapin blanc, qui t'ammenera vers ton cadeau.
Bon courage.
Adeline."
Eliott avait le visage qui s'éclairait en lisant cela. Il connaissait parfaitement les goûts de la jeune fille pour ce monde imaginaire et doux des jouets. Quand elle était triste et qu'elle n'arrivait pas à mettre les mots à ses sentiments elle prenait une peluche et la faisait danser, ou la faisait parler à sa place. Ce n'était qu'un moyen pour elle de s'exprimer. Elle ne le faisait uniquement chez elle. Une fois à l'extérieur, elle prenait un peu sur elle pour parler, ce qui n'était pas son fort, la plupart du temps, elle laissait son responsable parler à sa place.
Il marcha dans la petite ruelle avant de trouver un magasin de jouet. Il faisait toute sorte de jouet. Les plus higt-tech, comme les plus anciens. Il pouvait vendre des jouets venant du monde entier, tout comme des artisans locaux. Cela permettait aux personnes aux allentours de vivre, mais en même temps il proposait à l'ensemble des enfants d'avoir un cadeau de leur rêve, en offrant aux parents une large palette de choix des cadeaux.
Cherchant du regard, Eliott trouva aux côtés d'enfants entrain de goûter, un lapin presque aussi grand que lui. Ou du moins, si on regardait d'avantage, c'était un adulte déguisé en lapin. Les enfants semblaient beaucoup s'amuser avec le lapin. Les plus turbulant attrapèrent les oreilles du lapin pour les tirer. Ce dernier fit semblant d'avoir mal, en gardant sa tête en place pour éviter de laisser découvrir sa véritable identité.
"Oh!! Je crois que Madame Lapinou va vous laisser les enfants. Car je crois qu'un lutin va bientôt arriver." dit le lapin, avec un appareil qui modifié sa voix. Le lapin salua une dernière fois les enfants avant d'aller prendre la main du jeune Eliott.
"Je pense que vous êtes venus chercher votre cadeau vous aussi. Alors suivez-moi." dit le lapin en entrainant Eliott vers l'arrière boutique, alors qu'un jeune étudiant déguisé en Lutin venait offrir des cadeaux aux enfants.
Une fois dans l'arrière boutique, Eliott regarda dans tout les sens pour observer qu'une multitude de jouets étaient entreposer ici.
"C'est une vraie course à la montre en ce moment. Noël est vraiment une période où il ne faut surtout pas manquer de faire plaisir aux enfants, comme aux parents." souffla le lapin avant d'enlever sa tête, révélant sa véritable identité.
"A...ADELINE!!!" s'écria surprit Eliott en remarquant qu'elle venait de jouer le lapin devant tout le monde.
"Et oui. Je suis ici pour te donner un magnifique cadeau. Je crois me rapeller que tu avais toujours rêver d'enfiler un certains costume." sourit la jeune femme avant de sortir d'un sac, un magnifique costume de père Noël.
"Mais...Qu'est-ce que tu veux que je fasse!!!" s'intriga Eliott avec un peu de recul.
"Je croyais que tu voulais toujours faire rêver les enfants en jouant au pére Noël. Tu n'avais pas dit que tu le faisait à l'orphelinat de notre ville ? J'ai invité des enfants qui ne sont pas orphelins, mais qui sont en famille d'accueil. Ils ont souvent eu une enfance difficile. Peut être ils ne croivent plus au père Noël, mais si on le souhaite vraiment, on pourrait les faire rêver l'espace d'un temps."
"Un père Noël avec le lièvre de Pâques ?" demanda Eliott en montrant le costume de son amie.
Sur cette remarque, elle défit son habit pour laisser apparaître un habit ressemblant fortement à celui du père Noël, sauf qu'il s'agissait d'une robe.
"Je vais jouer la mère Noël. On a un traineau magnifique qui peut débouler dans le magasin. Tu n'aura qu'à dire Hohoho, à demander se que souhaite les enfants pour leur Noël, les écouter, et finalement leur offrir un petit biscuit et une photo. Moi, je serais à côté de toi pour m'assurer que tout se passe bien. Mais surtout pour rester avec toi."
Adeline lui fit des yeux de petits chiens battus, lui demandant de bien vouloir accepter son caprice, ce qu'il fit avec un certain plaisir. Car au fond de lui, depuis qu'il était un enfant, il avait un rêve qu'il savait qu'il ne pourrait jamais réaliser : devenir lui même cette icône, le Père Noël.


A suivre...



"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13281
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 8 Déc 2012 - 19:43

J'ai adoré l'histoire de Lucie et Benoit, deux enfants vraiment courageux et déterminés...

Quand à cette dernière histoire, Elliot a suivi les indices laissés sur sa route par sa charmante amie. Et grâce à elle, il a retrouvé un peu de l'innocence de son enfance et réalisé un rêve qu'il va pouvoir partager avec d'autres enfants...

Jolies histoires JB et jolis dessins...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 8 Déc 2012 - 20:25

C'était vraiment très beau :j\'aime: :j\'aime: :j\'aime: et ton dessin est sublime, je crois que c'est mon préféré pour l'instant.

bravo bravo

Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Sam 8 Déc 2012 - 22:23

J'aime toujours autant.


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14017
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 50
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 9 Déc 2012 - 11:18

Très belles histoires la Miss


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 9 Déc 2012 - 19:00

Merci, merci les filles,

le dessin précédant était un ancien dessin que j'ai retravaillé sur l'ordinateur.

Allez on passe à la lettre suivante!!!




10 : Joyau de glace




Le froid était mordant en ce nouveau jour d'hiver. Un froid qui ne semblait pas effrayé le jeune Leo qui était parti chercher son maître en histoire et en accordéon. Il entendit une petite musique, autre que l'instrument que Maître Jean jouait. C'était une musique plus entrainante. Curieux, Leo se mit sur la pointe des pieds pour appercevoir Jean entrain de danser avec sa dulcinée et deux autres amis une danse Folklorique Italienne : La tarentelle Napolitaine. Une petite danse simple, qui leur permettait à tous les quatre de se réchauffer avant d'aller à leur activité. Chaque matin, ils se rejoignaient, vu qu'ils habitaient pas loin les uns des autres, et se mirent à danser la tarentelle. Malgré leur âge avancé, les aînés avaient encore beaucoup d'énergie à revendre. Cela étonnait même le petit Leo qui espérait secrétement une fois ayant leur âge, pouvoir danser avec cette même énergie. La musique cessa, chacun prit de quoi se laver avant de voir la petite bouille de Leo sur la fenêtre.
"J'arrive Leo. Entre et reste au chaud." sourit Jean, tandis que Louise accueillait gentillement le petit Leo en lui proposant une boisson chaude.

Cinq minutes après, Jean était prêt et parti avec son apprenti dans la rue. Leo ne demanda pas la signification de cette danse et patienterait un peu plus tard pour poser la question. Ils arrivèrent assez rapidement vers le petit quartier et Jean s'installa pour raconter une nouvelle histoire aux enfants, comme aux parents.
C'était dans un petit îlot froid, le Pôle Nord. Un groupe de scientifique était entrain d'étudier les pinguoins et la faune locale, même pendant les fêtes de fins d'années. En effet ces derniers n'avaient pas l'habitude de prendre des jours de congés, relachant leur recherches. Ils avaient l'habitudes de partir plusieurs mois, plusieurs années avant de ne revoir leur proche, leur amis, leur famille. Mais cela n'avait que peu d'importance puisqu'ils faisaient se qu'ils aimaient. Ils n'étaient pas inhumain, mais ils accordaient plus d'importance à la recherche qu'au fête. Pourtant certains de leurs assistants désiraient revenir chez eux pour les fêtes de fins d'années. Alors un vieux scientifique, qui avaient passé la cinquantaine depuis bien longtemps leur proposa un petit pari.
"Très bien. Je vous accorderais le retour chez vous à condition que vous me trouvez un joyau de glace taillé par mère nature. Qui soit d'une pureté tel un diamant. Aux reflets magnifique d'une émeraude et dans la nuit se changeant en saphir. Si vous me ramenez la preuve que ce joyau de glace existe, sans que vous l'ayez créer, alors je vous laisserait partir."
Les assistants, au nombre de Cinq sourirent et partir dans le froid et dans la glace pour chercher ce précieux joyau. Certains abandonnèrent à peine eurent-ils commencer à chercher. Car ils avaient compris qu'il ne s'agissait qu'une légende, une fable raconté par les esquimaux qui avaient vécu dans le coin et qui espérait un jour revoir ce miracle de la nature. Seul deux assistants continuèrent leur recherche : Kim, une jeune demoiselle de 20 ans à peine, destinée à de grandes recherches, et Emilio, un jeune garçon de 25 ans qui était venu pour observer les pinguoins.
Mais pour eux deux, la famille et les proches étaient important. Kim était encore jeune et venait à peine de quitte le cocon familial. Elle voulait les revoir, car c'était sa première année sans les voir. Au contraire, Emilio avait l'habitude de ne pas rentrer les jours de fêtes de fins d'années. Il y avait souvent des conflits dans sa famille. Les amis n'étaient pas présents, et surtout, il resterait seul en cette nuit de Noël. Mais cette fois, il voulait rentrer. Serrer dans ses bras sa famille. Partager un peu de temps avec ces amis. Même si cela n'était que pour quelques instant, même s'il y avait des disputes. Il serait prêt à tout supporter pour quitter un peu le train train quotidien de ses recherches. Un peu naïvement, les deux étudiants cherchèrent le Joyau. Ils creusèrent dans la neige. Bravait les éléments. Ils faisaient attention de ne pas gêner les animaux dans leur période de repos. Cependant, alors qu'ils continuaient à chercher leur joyau, ils entendirent un cris de pinguoin. Eloigné de tout son groupe, un bébé pinguoin s'était retrouvé coincé dans une crevasse, peu profonde, mais suffisante pour empêcher au pinguoin de remonter.
"Attends mon petit, je vais te sortir de là!!" s'écria Kim en regardant son collégue Emilio. Ce dernier n'attendit pas les ordres de sa partenaire pour sortir de son sac le matériel de descente dans les crevasses. Depuis leur arrivée ici, à de nombreuses reprises, les assistants se faisaient quelques randonnées pédestres avant de trouver quelques crevasses, afin d'admirer les merveilles de la glace. La manière de sculpter l'eau, de la figer et de faire d'un simple liquide une merveille d'architecture.
Emilio s'attacha et sécurisa les attaches de Kim, afin que cette dernière descende en toute sécurité. Même pour une petite descente d'à peine quelques métres, ces deux là, voulait se sécurisé. Et il y avait de quoi. La paroi était glissante, lisse comme un tobogants et froid. Mais Kim arriva sans aucune égratinure. Le pinguoin prit peur en voyant la jeune femme arrivant à sa rencontre. Mais l'étudiante l'attira à l'aide d'un petit appat qu'elle gardait toujours sur elle, en cas de problème. Le pinguoin s'approcha doucement avant de venir manger dans la main de la jeune femme. Rapidement, et tout en douceur elle attrapa l'animal pour le prendre dans ses bras. Elle allait demander à Emilio de la remonter, quand elle vu non loin de là, le "Joyau de glace". C'était la parfaite description que le professeur leur avait faite. Elle aurait voulu l'emmener aussi, mais en voyant ce spectacle de la nature, elle eut une autre idée, plus intéressante, et plus gratifiante pour mère Nature.
Elle remonta avec le pinguoin dans ses bras et indiqua à Emilio la présence de ce Joyau de glace. Ils se mirent d'accord pour ramener le pinguoin auprès des siens avant de faire venir le professeur et les autres scientifique vers la crevasse.
Il ne leur fallut pas longtemps pour réaliser leur tâche. Le professeur les voyant rentrer bredouilles se moqua d'eux.
"Vous avez compris mes enfants. Ce mythe, cette légende montre que vous êtes encore naïf. Vous ne partirez pas car nous avons encore des recherches à faire. Alors arrêter de rêver comme des enfants et repartons travailler."
Mais Kim n'accepta pas cette solution et demanda au professeur et aux autres scientifiques de les rejoindre vers la crevasse qu'ils avaient trouvé. Avec beaucoup de convictions, ils réussirent à les convaincre de les suivre, se qui n'était pas choses faciles. Ce n'était uniquement que grâce à la curiosité de ces scientifiques, qu'ils pouvaient réussir à les faire changer d'avis. Une fois dans la crevasse, le professeur étonné de voir son rêve d'un joyau de glace, en face de lui, il examina en détail et put voir chacun des éléments qu'il avait cité, présent dans ce bijou composé uniquement d'eau, créer par mère Nature. Aussi taillé qu'un diamant passé en bijouterie. Aussi beau qu'une émeraude, et une fois la nuit tombée, le froid intense, le joyau devena saphir.
"Vous...Vous m'épatez...Je crois que je dois tenir ma parole. Ce joyau contre votre retour chez vous pour les fêtes." souffla le professeur.
"Le retour de tous les assistants chez eux!!!" répliqua immédiatement Kim qui ne voulait pas céder au professeur. Même si elle avait trouvé ce bijou, elle voulait en faire profiter de sa réussite avec ses collégues qui travaillaient avec elle.
Elle avait encore beaucoup de temps devant elle pour réussir à trouver de nouvelles recherches, de nouveaux bijou. Mais actuellement elle voulait profiter du temps qu'elle pouvait passer avec sa famille. Pour elle, c'était le plus précieux trésors au monde. Un joyau de chaleur, plutôt qu'un joyau de glace.



A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 9 Déc 2012 - 19:57

Un sauvetage attendrissants à quelques jours de Noël...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 9 Déc 2012 - 20:20

C'est trop :j\'aime: :j\'aime: :j\'aime:

Une bonne action amène toujours une récompense.

bravo bravo encore une super histoire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13281
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Dim 9 Déc 2012 - 20:20

Un adorable sauvetage bien plus précieux que tous les joyaux du monde...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
juliabaku
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Cheval
Messages : 2125
Date d'inscription : 12/07/2009
Age : 27
Localisation : Entourée de manga, série TV et d'immenses peluches
Mon Fandom du moment: : HirokiXNowaki

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 10 Déc 2012 - 18:52

Merci, encore milles merci!!! Désolé de ne pas avoir pu vous mettre un petit pinguoin.

Allez, histoire suivante!!!




11 : Kimono




C'était une journée comme les autres journée d'hiver en France. La capitale à la tour Eiffel se réveillait doucement tandis que les notes de musiques résonnaient dans un certain quartier de la ville. Une musique aux allures françaises, un petit accordéon qui jouait ses notes. Mais l'histoire se passait loin du pays mangeur d'escargot et de grenouille. C'était un pays lointain, le pays du soleil levant.
Cette une jolie histoire qui fut raconté au levé du soleil.
Sur le continent Nippon, à notre époque actuelle, alors que la technologie, les jeux vidéos étaient très présent sur cette petite île, souvent subissant des caprices de mère nature, il existait une légende. Une histoire qui était encore raconté dans les lycées, les collèges, les écoles avant la période de Noël. Noël était une fête amoureuse pour les Japonnais. Pour les enfants, c'était un moment pour se retrouver et recevoir des cadeaux. Mais quand ils grandissaient, ils voulaient les passer avec leur amoureux, comme la Saint Valentin chez nous en Europe. Et s'il neigeait, alors leur amour serait éternel.
Mais ce n'est pas de cette légende que nous allions parler. On raconte dans tout le pays, que le jour de Noël, une jeune demoiselle en Kimono blanc était souvent présent prés d'un temple à Kyoto. Si un homme la rencontrer, il pouvait s'assurer que dans l'année il tomberait amoureux de la femme de sa vie. Si une femme la rencontrer, elle tomberait enceinte au cour de l'année. Si un couple la rencontrer, alors un mariage célébré.
Cette femme au kimono blanc, serait une jeune demoiselle qui était amoureuse d'un grand prince d'un autre pays que le sien. Hélas, elle ne put se marier car ses parents avaient déjà choisi son fiancé et qu'elle était une simple paysanne. Comprenant le choix de ses parents, elle se résolut de se marier avec le fiancé en question. Cependant, avant la cérémonie, le jeune fiancé demanda si elle voulait vraiment se marier avec lui. Si elle n'en aimait pas un autre. Avouant son amour pour le prince, ne connaissant pas les goûts de ce dernier, elle raconta tout à son fiancé. Ce dernier avait des connaissances en magie. Il promit à la jeune femme de prendre soin toute sa vie d'elle et de jamais la toucher plus que nécessaire, laissant la possibilité au prince et elle de se rejoindre un jour. Il jetta un sort qui fit renaître son esprit à chaque Noël. Il promit aussi avant l'un de ses grands voyage d'aller retrouver le dit prince et de lui demander se qu'il pensait d'elle.
La jeune femme en Kimono blanc attendit son fiancé devenu mari de longs jours, de longs mois, de longues années, sans le voir revenir. A force d'attendre, elle mourut sans donner naissance à un enfant, sans même avoir été touché plus que nécessaire par son mari. N'ayant pas coucher dans le lit nuptial. Elle était resté vierge tout le long de sa vie, jusqu'à sa mort.
Les parents entèrent leur fille et s'apperçurent que le mari venait de périr lui aussi.
Aujourd'hui, la tombe de la jeune fille au Kimono était enteré dans un temple de Kyoto. Et c'était pour cette raison que l'on la voyait à Noël là bas, entrain d'attendre le prince et son mari.
Alors que la neige tombait, que le conte venait d'être raconté une nouvelle fois, un jeune garçon typiquement japonnais, ayant cependant une allure de mauvais garçon pouffa de rire devant son professeur.
"Senseï, vous croyez vraiment à ce conte pour enfant ? C'est juste une fable pour inciter les gens à se mettre en couple. Si demain il neigeait à Noël, vous croyerez que vous allez vous marier dans l'année. C'est n'importe quoi."
Le professeur semblait visiblement assez en colère que cet élève se permettait d'insulter l'histoire de ses ancêtres, de ses aînés.
"Yuki!! Continuez ainsi et vous serez renvoyé pendant plusieurs jours!!!" s'énerva le professeur.
"Mais ouais!!! Continuez, ça m'intéresse. De toute manière, mon père trouvera un autre lycée plus intéressant et dans lequel on ne raconte pas de fable pour enfant!!!" sourit Yuki en signe de contestation contre son professeur.
Yuki était véritablement un rebelle dans l'âme. La raison ? Il ne comprenait pas le systhème des Japonnais, de l'école Japonnaise. Il voudrait vivre dans un pays moins rigide dans ses régles d'éducation. Il voulait apprendre à son rythme et être un élève indépendant. Pas un mouton dans la foule. Alors, les fables pour enfants, il en avait marre de les entendre. Il voulait quelque chose de plus concret.
Alors que le professeur allait sévèrement reprendre Yuki, un autre élève survient, se leva de sa chaise avant de regarder droit dans les yeux Yuki.
"Bon RYO. Vous pouvez avoir vos opinions, mais acceptez que d'autres en ai une différente de vous. Vous pouvez exprimer votre mécontement, mais d'une manière plus correcte."
"Oh, voilà le chien de la classe. Le petit délégué, le toutou des prof, Monsieur TAKADA Hiroki se prend pour le défenseur des pauvres et des malheureux. Il va sauver la veuve et l'orphelin." sourit Yuki en regardant l'élève qui venait de contrecarrer ces plans.
"Pensez-ce que vous voulez, mais n'interrompez plus la classe." répondit calmement Hiroki en continuant de regarder droit dans les yeux Yuki.
Le professeur embarassé de savait plus quoi faire avant que la sonnerie de la fin des cours ne retentisse.
"Bon, ça ira pour cette fois. Mais à la prochaine remarque, vous serez directement emmené chez le directeur, Monsieur KYO Yuki."
L'élève ne semblait pas écouter son professeur et se prépara à partir directement de la classe, pour rentrer chez lui, alors que des élèves lançaient des rumeurs sur ce dernier étant visiblement une mauvaise graine ne pouvant pas être accepter dans une classe.
Hélas pour Yuki, Hiroki ne semblait pas être du même avis que le professeur. Il attrapa Yuki par le bras et l'incita à le regarder de nouveaux dans les yeux.
"Ne croyez pas que vous ayez fini avec moi!!!" souffla Hiroki visiblement énervé.
"Oh, revoilà le chien. Va-t-il me mordre ? Ou va-t-il rejoindre les professeurs en remuant la queue ?" sourit Yuki, ravi de pouvoir continuer la confrontation devant un public. Ravi d'être le centre d'attention de tous.
"TOI..." s'emporta Hiroki avant d'être interrompu par une petite demoiselle de leur classe qui fit tomber ses livres entre les deux garçons.
"Oh excusez-moi. Mais je crois que ce n'est pas le meilleur endroit pour parler." sourit la nouvelle venue.
"Qu'est-ce que tu fiches Anzu ?" demanda Yuki en regardant cette frêle et petite demoiselle.
"Désolé mademoiselle FUJITO, c'est une affaire privée qui ne concerne que nous deux." s'excusa froidement Hiroki.
"Oh que non!!! Vous avez gaché le cours de madame TOMOEDA. Je voulais entendre d'autres description de ce conte. Comme vous l'avez interrompu, vous allez devoir payer les pots cassés. Je vous attends tous les deux au temple de Kyoto pour voir si la demoiselle au Kimono Blanc existe!!!"
Les deux garçons restèrent figer en entendant cela. Une demoiselle qui osait prendre les devants et les emmener tous les deux avec elle voir ce temple.
"Excusez-moi, mais j'ai déjà des projets ce jour là." soupira Hiroki en essayant de partir.
"Tu t'enfui car t'as peur des fantômes ? Bouh!!!!" s'amusa Yuki qui avait trouvé une nouvelle manière de taquiner Hiroki.
"Et vous, vous allez vous y rendre ? Alors que vous n'êtes pas intéressé par tout cela ?" reprit Hiroki sans se retourner.
"Je vais juste lui faire claquer ce clapet à cette gamine."
"PARFAIT!!!" sourit Anzu en sautant au cou de Yuki. "Donc rendez-vous à 6h00 devant le temple. Si vous n'y êtes pas, je viendrais vous chercher. Ne croyez pas que je connais pas votre adresse." finit-elle avant de courir vers la sortie ravie de son coup.
Le jour de Noël à 6H00 devant le temple à Kyoto, les deux jeunes garçons grelottaient en attendant la jeune Anzu.
"Elle en retard...ON SE LES CAILLES!!!" souffla Yuki qui malgré tout était venu sans se plaindre jusqu'au temple. Puis il observa son collégue délégué, qui tremblait lui aussi et semblait être très pâle.
"Taisez-vous..." murmura Hiroki visiblement pas en forme.
"Oh!!! On dirait que j'ai vu juste!! Vous avez peur des fantômes non ?" sourit Yuki.
Hiroki n'eut pas le temps de répondre oralement, il ne put que lancer un regard aussi froid que le temps, qu'arriva en courant Anzu avec un panier repas et un appareil photo.
"Désolé de mon retard, j'ai prit de quoi manger pour après notre découverte, pour fêter tout cela." sourit Anzu.
"T'inquiéte, je me serais pas barré. Pas comme notre toutou qui n'aboit plus depuis quelques temps." s'amusa Yuki.
"Qu'on en finisse vite." râla Hiroki en entrant dans le temple, Anzu emboîta le pas et Yuki les suivit.
En ce petit matin, personne n'était encore présent dans le temple. En effet, les croyants venaient souvent le soir de Noël pour sceller leur couple, ou alors pour essayer de trouver cette demoiselle au Kimono Blanc. Mais Anzu avait eu comme théorie de la rencontrer au lever du jour, pour lui permettre de retrouver son beau prince et son mari. Théorie que Yuki taquina. Hiroki resta muet comme une carpe.
Soudain, alors que le soleil n'était pas encore levé, Yuki déclara :
"Bon et si on s'asseyait un peu. Moi, je suis fatigué et on est peut être pas prêt de voir cette demoiselle au Kimono."
"Bah! On peut faire une petit pause." sourit Anzu en s'asseyant aux côtés de Yuki.
Sans dire un mot, Hiroki s'asseya de l'autre côté d'Anzu comme pour s'assurer qu'elle était en sécurité. Mais le délégué n'était visiblement pas à l'aise dans ce temple. Et pas uniquement celui ci, mais aussi dans l'ensemble des batiments possédant des histoires magiques et spirituelles.
"Hiro ? Tu vas bien ?" demanda Anzu inquiéte.
"Oui...Ca va...Je crois..." souffla Hiroki avant que les trois entendent un petit murmure derrière eux.
"As-tu retrouver mon prince ?" demanda une voix.
Brusquement les trois lycéens se levèrent en même temps pour voir derrière eux la demoiselle en Kimono Blanc.
"Elle...Elle existe!!!" s'écria Yuki qui n'arrivait pas à croire que le conte était vrai.
"OUAIS!!! JE SUIS CONTENTE DE LA RENCONTRER!!!" sourit Anzu.
"As-tu retrouvé mon prince ?" demanda à nouveau la demoiselle au Kimono blanc en s'approchant de Hiroki pour caresser son visage.
Hiroki resta figé, comme incapable de dire un mot. Comme s'il était en transe.
"Haruka..." souffla le jeune homme.
"Oui, c'est moi mon chéri... Je suis contente que tu sois revenu. As-tu retrouvé mon prince ?" demanda le fantôme.
"Haruka ?" s'étonna Yuki en regardant Hiroki et Anzu. "Je comprends rien... Tu l'as connait Hiro ?"
Anzu senti l'atmosphère être pesante et se présenta au fantôme.
"Je suis désolée de vous interrompre, mais je crois que vous vous trompez de personne. Il ne s'agit pas de votre mari Kasu. Mais un de nos amis Hiroki." averti Anzu en regardant le fantôme.
Le fantôme se tourna vers la jeune fille, avec sur sa tête un air incrédule. Puis elle regarda à nouveau Hiroki. Elle sourit et versa une larme avant de prendre l'adolescent dans ses bras.
"Je comprends. Mais il s'agissait bien d'un de tes ancêtre. Un certain TAKADA Kasu. Il avait une jeune soeur du nom de Koaru. C'est de sa famille que tu es né. Alors a-t-il laissé un message."
Hiroki avala sa salive. Il avait du mal avec les fantômes et était souvent hanter par des souvenirs qui n'étaient pas les siens. Il se souvenait d'un homme ressemblant étrangement à Yuki qui désirait vivre à sa manière refusant les devoirs et les régles de son statut. Hélas, quand il voulut vivre son amour éternelle avec son papillon de l'orient. Il était trop tard. Il avait péri en voulant voyager avec Kasu.
Un mal de tête l'emporta, prêt à s'évanouir. Brusquement, ce ne fut pas Anzu qui venait aider Hiroki mais bien Yuki qui alla au devant du fantôme et attrapa Hiroki pour s'assurer qu'il ne se blesse pas.
"Désolée mademoiselle. Mais je crois que mon ami ne se sent pas bien." averti Yuki.
Intrigué le fantôme senti une attirance envers Yuki et sourit. Elle posa une main sur le front de Yuki et sur celui de Hiroki. Les deux jeunes hommes avaient envie de l'éviter, mais d'un autre côté, il voulait aussi savoir se que voulait le fantôme.
"Je vous ai retrouvé tous les deux!!!" pleura le fantôme, enlevant des corps des deux jeunes garçons des sortes d'esprits reliés à eux.
L'un représentant Kasu TAKADA sortant du corps de Hiroki, l'autre étant le prince d'un autre pays sortant du corps de Yuki RYO. Mais les esprits, l'âme des deux jeunes hommes restèrent malgré tout dans leur propre corps.
"Oui, je viens te ramener ton prince." sourit Kasu.
"Je suis enfin là pour toi, mon papillon blanc." sourit le prince en prenant dans ses bras la demoiselle au kimono blanc.
Une intense lumière au lever du jour entoura les trois fantômes. Et avant de disparaître, la demoiselle au Kimono blanc regarda la jeune Anzu.
"Merci de me les avoir ramené. Adieu."
Puis ils disparurent.
Yuki ramena Hiroki prés d'un banc pour boire une tasse de thé, visiblement inquiet pour son collégue.
"J'aimerais bien comprendre se que tout cela signifie ?" demanda Yuki en se demandant si tout se qu'il venait de vivre était réel ou non.
"Depuis des générations, ma famille me raconte ce conte en me disant que j'étais le possible héritier de Kasu TAKADA. J'avais parfois des brides de ses souvenirs revenant en moi. Mais hélas, tant qu'il n'avait pas trouvé le prince, il ne pouvait pas se manifesté dans ce temple. C'est pour cela, que j'avais toujours du mal dans les lieu emprunt de magie." explica Hiroki en buvant son thé.
"D'accord. Mais moi, j'ai quoi comme rapport avec ce prince ?" souffla Yuki en regardant Hiroki, qui ne semblait pas avoir de réponse à cette question.
"On raconte que le prince avait un jeune frère lui aussi amoureux de cette jeune demoiselle Orientale. Hélas, il ne possédait rien. Contrairement à son frère. Il était tellement jaloux qui jetta une malédiction à lui et à Kasu les empêchant de se rencontrer. Hélas, le remord l'emporta et il brisa sa malédiction. Trop tard malheureusement. Depuis, il se promit de renvoyer l'esprit de son frère dans ses descendants pour retrouver le mari et la jeune demoiselle en Kimono. Si je me souviens bien, tu as de trés lointain gênes de type européens ?" expliqua Anzu.
"En effet, mon arrière Grand-père vient d'Ecosse. Mais depuis, nous avons plus de gênes Japonnais qu'écossais."
"Mais malgré tout aprés toutes ses années, ses siécles passés, c'est le rapprochement de vos familles qui ont permis de vous rencontrer et finalement de libérer les esprits qui vous possédait."
"Moi je ressentais rien quand on allait dans des temples et tout ça!!!" s'alerta Yuki.
"Parce que tu ne connaissais pas la présence de cet esprit. Contrairement à Hiroki." sourit Anzu, en admirant le levé de soleil.
"Comment savais-tu qu'il fallait nous réunir ici ?" demanda alors Hiroki ayant retrouvé la parole.
La jeune demoiselle sourit tristement avant de regarder ses deux amis.
"Ma mère avait vu la jeune demoiselle avant de tomber enceinte de moi. Elle pouvait parler avec les fantômes. Elle a donc promis à cette dernière de retrouver les porteurs des esprits, elle et ses descendants. Hélas, elle est morte à ma naissance, mais elle eut le temps de raconter à mon père se qu'elle avait vu. Etant prêtre dans un temple non loin de ce dernier, il m'a enseigné tout se qu'il savait. Et comme moi aussi je peux parler aux fantômes, j'ai demandé des informations. Quand j'ai su que vous êtiez tous deux dans ma classe j'ai trouvé le moment opportain et voilà." sourit-elle innocement, avant de prendre la main des deux jeunes hommes.
"Bon maintenant qu'on a vu à trois la jeune demoiselle au Kimono, avec qui je vais me marier."
"PAS QUESTION QUE TU TE MARIE AVEC CE RUSTRE!!!" s'énerva Hiroki.
"Le toutou va rester sagement dans son panier, car moi seul pourra la faire rêver." taquina Yuki en regardant droit dans les yeux Hiroki.
"Je suis si contente!!!" finit Anzu en les prenant tout deux dans les bras, sous le regard chaleureux et heureux de la mère d'Anzu, voyant que sa fille était entre bonnes mains.


A suivre...


"Grand-mère forever!!! (Pour Cissy)"
"Chaque imperfection de l'homme lui permet de faire des miracles."
"Si les yeux sont le reflet de notre âme, alors mon âme est d'un bleu dans lequel vous vous noierez."
"Mais oui tu sais... Et tout le monde le sait que pour tu es la plus belle!" (Garou à Mimie Mathy)
" Une nouvelle amitié vous apportera beaucoup de bonheur" (Gâteau de fortune ouvert à Noël 2014, espérons que cela se réalisera.)



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t733-juliabaku
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13281
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 10 Déc 2012 - 19:12

En voilà de drôles d'oiseaux ces deux là. Incrédules et râleurs... Ils ne s'y attendaient pas à celle là. Etre le réceptacle de deux âmes qui n'attendaient que le moment propice pour retrouver leur belle...

Jolie histoire Jb et très beau dessin



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 10 Déc 2012 - 21:17

Incroyable histoire, j'adore les histoires de fantômes.

bravo bravo JB et arigatou arigatou pour ce moment de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34588
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   Lun 10 Déc 2012 - 21:56



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Texte Court] Calendrier de l'avent 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Texte Court] Calendrier de l'avent 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: