French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 38
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Dim 6 Jan 2013 - 11:00

Série : Merlin / aucun personnage ne m'appartient, à part Merl, créé de toute pièce par mes soins :)

Pairing : M&A
Résumé : Romance / Humour / PG13 / Dans un avenir où Morgana, vaincue et que le royaume vivait enfin une période de prospérité, Que se passe-t-il quand Merlin s'aperçoit qu'il aime Arthur ? De ses rêves, il donne vie à la partie la plus désinvolte de lui-même : Merl.

Arthur au pays de Merlin
Part 1 : Merl
.
Une épaule contre le mur froid de sa chambre, Arthur contemplait le paysage devant sa fenêtre. La tête penchée, les bras croisés, il repensait à tous ces changements autour de lui. Il avait été couronné Roi juste après le décès de son père. Lancelot et Guenièvre allaient avoir leur premier enfant. Elyan avait fini par épouser une femme, Milly, qui arrivait à le supporter. Léon avait trouvé en Perceval son autre moitié car l'amour entre homme était toléré à Camelot. Gauvain, lui, était trop attaché à sa liberté pour se lier avec une personne. Gaius était parti vivre à Healdor auprès de la mère de Merlin. Ce dernier devint médecin de la cour.

Il soupira en repensant à la fin tragique de sa sœur, Morgana. Il n'avait su comment, mais elle avait fini par être vaincue par un sorcier se nommant Emerys. Arthur n'avait jamais su l'identité de cet homme et malgré le calme qui régnait au royaume, Il ne cessait de penser à lui. Il aurait aimé pouvoir au moins le rencontrer ou le remercier. Le jeune roi avait remis de l'ordre, autorisant l'usage de la magie parce qu'il savait qu'Emerys veillait au grain.
.
Une nuit dans la chambre de Merlin.
Merlin était exténué, il avait passé ses derniers jours à chercher un antidote contre un virus qui avait rendu les habitants du royaume malade. Il y parvint difficilement et était content de son résultat. Il ne prit pas la peine de manger, il s'engouffra rapidement sous sa couverture et se laissa aller contre son oreiller. Fermant ses yeux, il espérait enfin pouvoir rattraper son sommeil et être à nouveau opérationnel. Tout en dormant, Merlin ne fit pas attention à ses mots qu'il prononçait :
— Qu'est-ce que je donnerais pour que vous me regardiez Arthur…
.

-Flash-back –
Après son combat contre Morgana, il se souvint de ses dernières paroles, non celle de l'épouvantable sorcière qu'elle avait été… non, celle qui jadis avait encore un cœur.
— Emerys… Arthur aura toujours besoin de toi… toujours… tu es le centre de sa vie, mais il ne le sait pas.
Dans ses yeux, il se rappelait de sa douleur et de ses regrets qui avaient réussi à s'immiscer dans son âme.
— Pardonne-moi… les nôtres ont de la chance de t'avoir, toi le druide le plus puissant du royaume… Ta vie ne se résume pas à veiller sur lui, il est temps que tu ouvres les yeux, mon frère…

Dans son dernier souffle, Merlin avait la poitrine qui se comprimait. Il se souvint de cette souffrance parce qu'elle était redevenue celle qu'il avait connue à Camelot à cet instant. Il n'avait pas réussi à la faire revenir auprès d'eux mais il avait la satisfaction de la survie du roi. Peu de temps après cela, Merlin passait beaucoup de temps avec Arthur pour l'aider aux rétablissements du royaume.

Entre leurs rires, leurs joutes verbales si distrayantes et leurs gestes amicales, le jeune sorcier apprenait à apprécier le jeune roi. Merlin avait fini par comprendre les paroles de Morgana. Or il savait aussi, que jamais rien ne se passerait entre eux alors, il avait accepté de rester ainsi à vivre en tant que médecin de la cour. Il espérait que, peut-être Arthur s'intéresserait à lui…
-Fin de flash-back-
.
A peine Merlin avait dit ces mots qu'une lumière bleue apparut au milieu de sa chambre. Quand cette bulle lumineuse s'évapora, un homme identique au maitre de ses paroles se tenait debout à ses côté. L'homme qui ressemblait comme deux gouttes d'eau à Merlin n'était qu'autre une doublure de celui-ci mais il était la partie la plus provocante et plus audacieuse, celle que Merlin refusait d'être. Merl, tel qu'il se fera nommer, savait qui il représentait et avec un sourire aux lèvres, il sortit de la chambre. Il avait une mission et il comptait bien la faire…
.

Au premier matin
Arthur, réveillé par des bruits de jet de vêtement au sol, ouvrit péniblement ses yeux.
Il s'accouda sur son lit et aperçut une tête brune devant son armoire. Se frottant les yeux, il demandait en soupirant assez fort :
— Merlin… qu'est-ce que tu fais à moitié dans mon armoire ?…
L'interpellé se leva subitement et lui répondit l'air joyeux et moqueur :
— Je cherche de quoi vous rendre potable, enfin le plus potable que d'habitude.

Arthur, qui ne pouvait pas se rendormir, se leva d'un bond et s'approcha de Merlin. Le jeune Pendragon détailla son valet à mi-temps, quand il n'y avait pas d'urgence, et il s'aperçut que ses cheveux étaient plus long… Il réfléchit un instant et il ne se souvenait plus depuis quand exactement, il ne l'avait pas revu à cause de ses occupations sur le virus.
— Je peux savoir de quoi tu parles ? demanda Arthur en se frottant encore les yeux ensommeillés.

Merl se posta devant le lui, le sourire aux lèvres et d'un signe de la main, il lui demanda de s'approcher de lui. Sans réfléchir, Arthur combla l'espace et, sans comprendre, son valet posa ses mains sur ses épaules et le visage de Merlin s'approcha dangereusement du sien. Intrigué, le jeune roi pouvait sentir le souffle de celui-ci contre son cou puis, il entendit :
— J'avais juste envie de vous voir dans une tenue…
Le jeune druide s'autorisa une pause puis, il reprit d'une voix plus sensuelle :
— Un peu plus décontracté…

Puis, comme si de rien n'était, le valet se remit à fouiller dans cette immense armoire. Intérieurement, ce dernier sourit car, il avait senti le frémissement de ce dernier… Arthur cligna des yeux et se demandait s'il ne rêvait pas. Inconsciemment, il se gifla, ce qui fit tourner le regard étonné de son valet sur lui. Durant cet échange, Merl avait un sourire espiègle et cela n'échappa pas au roi.
— Qu'est-ce qui vous prend Arthur ?
Immobile et désorienté, il put seulement dire :
— Je voulais voir si je rêvais…
Arthur sentait le rouge lui monter aux joues.
— Vous auriez dû me le demander, je me serais fait un plaisir de vous gifler, répondit Merl amusé. Qui aurait pu se vanter de l'avoir fait avec votre autorisation ?

En l'écoutant, Arthur avait du mal à croire que ses paroles sortaient de la bouche de Merlin. Ce dernier lui tendit enfin des vêtements propres.
— Voilà, dit-il en les désignant, une chemise blanche en popeline et un pantalon en lin blanc…
Arthur était sidéré par son comportement, les yeux médusés, il remarqua que son valet le regardait de bas en haut avec une main qui soutenait son menton.
— Mais… tu me reluques ! dit le jeune roi presque outré.
S'il avait pu, il se serait mis les bras sur le torse comme pour se cacher du regard lubrique de Merlin. Merl, content de son effet, s'avança près de lui puis, il posa une main docile et appuyée sur son épaule. Il approcha ses lèvres jusqu'à ce qu'elle lui touche l'oreille :
— Pourquoi ne devrais-je pas en profiter, vous êtes bel homme… Il faut bien que mon statut me serve à quelque chose…et puis… ce n'est pas comme si je ne vous avais jamais vu… nu…

Merl insista sur le dernier mot et, sans en ajouter, il quitta la pièce en sentant que l'original allait se réveillé. Figé au centre de sa chambre, Arthur restait stoïque. Son corps tremblait comme jamais. Ce n'était pas de la peur, non, il était troublé et même plus… au point qu'il n'arrivait même plus à répondre. Il baissa son regard sur les vêtements que d'ailleurs il ne portait que rarement. Il commença à s'habiller mais dû fermer les yeux un instant pour reprendre son souffle et son agitation.

Il hurla intérieurement en se demandant ce qui lui arrivait… Autant pour son valet que pour lui-même. Il le trouvait étrange ce matin… qu'est-ce qui n'allait pas aujourd'hui…
.
Merlin, le vrai, se réveilla en sursaut. Le soleil s'était déjà levé et prestement, il courut jusqu'au cuisine et emporta le plateau du roi. D'un pas rapide, il se disait qu'il allait surement se faire encore engueuler… Mais le serait-il ? Après tout, Arthur savait combien il était occupé depuis que Gaius était parti. Arrivée à destination, il frappa à la porte et y pénétra, persuadé qu'Arthur devait être encore dans son lit. Quelle ne fut sa surprise en voyant celui-ci qui sautillait sur place en se bataillant avec son pantalon.

Arthur fut pris de court en entendant un coup sur la porte et il s'aperçut qu'il s'agissait encore de Merlin. Sous l'effet de que ce dernier lui avait dit quelques instants plus tôt, il crut qu'il allait tomber à terre avec son pantalon au bas des pieds. Le jeune Pendragon se voyait déjà étaler par terre comme un vers… et surement que son valet avait déjà une réplique bien cinglante au bout des lèvres. Or, il réussit tout de même à se maintenir debout et finit rapidement d'attacher, non sans trembler, sa cordelette autour de sa taille. Merlin était déconcerté et, en même temps ravi de le voir ainsi vêtu. Tout de blanc, le sorcier le trouvait extrêmement séduisant.
— Cela vous va à ravir… murmura-t-il timidement, une fois remis de cette vue.
Arthur qui le fixait, se demandait s'il ne se moquait-il pas de lui ?
— Ho ! s'il te plait, Merlin n'en rajoute pas, répondit-il un brin nerveux en passant une main dans sa chevelure doré. Je…

Arthur soudainement détailla son ami. Les cheveux aussi long mais, ébouriffés et le visage fatigué, il semblait plus distant que ce matin. Il lui trouvait étrangement un air assez rebelle et ses cheveux, comme il aurait voulu y passer ses doigts…
Mince je n'ai pas pensé ça ?
Quant à Merlin, il ne comprenait pas ses paroles. Il croisa le regard indéchiffrable du jeune Pendragon quand il crut faillir devant le corps plein d'aisance de celui-ci… Que lui voulait-il ce matin ?

Arthur, décidé, fit un pas quand son valet recula inquiet par ses mouvements.
— Vous êtes malade Sir ? s'étonna le sorcier en tentant de cacher ses tremblements.
— Tu me demandes si je suis malade ? s'écria Arthur ahuri. Je devrais plutôt te retourner la question ? C'était quoi ta scène de ce matin ?

Merlin était complétement perdu, de quoi parlait-il ? Et au vu du regard noir du roi, le brun s'enfuit à toute jambe de la chambre en courant. Vraiment même quand dans le royaume tout devenait calme, il y avait toujours quelque chose qui clochait… se maugréa le sorcier.
.
à suivre



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 5012
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Dim 6 Jan 2013 - 15:07

j'adore l'idée du double

j'attends la suite avec impatience


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13407
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Dim 6 Jan 2013 - 17:58

Le double cupidon, entremetteur de Merlin... Ça c'est une trouvaille, j'adore... Bonjour les quiproquos...
Voilà Merlin et Arthur aussi perdus l'un que l'autre... Je sens que je vais bien rire des farces de Merl, il me plait beaucoup le petit côté coquin de ce cher Merlin...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35097
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Dim 6 Jan 2013 - 19:52

Ben, un Merlin ne suffisait pas? Il en faut deux maintenant? Et le second semble bien coquin...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14125
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Dim 6 Jan 2013 - 21:54

deux Merlins pour un Arthur très intéressant comme idée


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 38
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: suite   Lun 7 Jan 2013 - 12:31

arigatou arigatou pour les commentaires ! Merl est assez spécial...

Part 2. L'allié

.
Merlin avait beau réfléchir mais, rien ne semblait corroborer les faits de ce matin. Tout allait bien au royaume, même après cette épidémie, les gens n'avaient jamais été aussi heureux. Alors pourquoi le roi paraissait tout d'un coup incohérent ?
— Hé ! Merlin, entendit-il derrière lui en montant les escaliers qui menait à son laboratoire.
— Bonjour Gauvain, comment vas-tu ?
— Bien et toi, je t'ai vu t'enfuir en courant…
— Je ne m'enfuis pas… s'indigna le plus jeune. Je ne sais pas, reprit-il, Arthur doit surement couvrir une maladie parce que je l'ai trouvé bizarre. Il met des vêtements que jamais il ne porterait et, en plus, il m'en veut pour une chose dont je lui aurais fait ce matin… Or, je dormais…

Le sorcier prit une profonde respiration et, observa son ami du coin de l'œil en secouant la tête.
— Tu devrais surtout te reposer Merlin, répondit le chevalier, je crois que ce virus a dû te demander beaucoup d'effort. Vraiment, vas te coucher, je vais dire à George qu'il peut s'occuper d'Arthur, dit-il en raccompagnant son ami à sa chambre.

Gauvain voyait largement les cernes en dessous de ses yeux. En quelques mois, Merlin avait trouvé sa place au sein du royaume depuis le départ de son mentor. La preuve, il s'était attelé à sa tache dès les premiers signes de l'épidémie. Gauvain l'avait même secondé et il devait bien avouer qu'il avait adoré manipuler les plantes et tout ce qui allait avec… Le jeune sorcier lui sourit et le remercia avant de se jeter littéralement sur son lit. A peine eut-il le temps de s'écrouler que Merl fit son apparition. Ce dernier regarda son hôte et lui murmura :
— Ha... Merlin, tu n'es vraiment pas doué… mais ne t'inquiète pas, je vais arranger tout ça…
.
Gauvain était encore dans le laboratoire lorsqu'il vit Merlin sortir de la chambre.
— Merlin qu'est-ce que tu fous debout ? Tu devrais te reposer ! s'écria-t-il, déçu que son ordre ne soit pas pris aux sérieux.
De son regard qu'il voulut courroucer, le chevalier trouvait que son ami était différent et ce sourire qui pendait sur ses lèvres était trop éclatant…
— Dis-moi Gauvain, entendit-il de la bouche du plus jeune d'une voix plus douce et reposée, que ferais-tu pour attirer l'attention d'une personne sur toi ?
Le sorcier était face à lui puis, ne sachant comment, Gauvain courut jusqu'à la chambre de son ami et là, il vit le corps endormi de son ami.
— Qui es-tu ? demanda-t-il sur la défensive en le scrutant de bas en haut.

Gauvain savait que tout ce qui touchait de près ou de loin à Merlin n'était que magie et surnaturel… Merl soupira et lui dit en levant les mains en l'air :
— Ok... c'est bon, je vais te le dire mais surtout, ne le réveille pas…
Malheureusement Merlin ouvrit un œil devant l'air stupéfait du chevalier qui venait d'ouvrir la porte de la chambre puis, Merl venait de s'évaporer devant ses yeux. En passant son regard sur son ami :
— Ce n'est rien Merlin, rendors-toi, je voulais juste te dire que tu avais ta journée.

Dix minutes plus tard, le chevalier s'assura qu'il s'était bel et bien endormi lorsqu'enfin Merl réapparut au milieu du laboratoire. Gauvain ferma la porte de Merlin et lui demanda :
— Alors si j'ai bien compris tu es Merlin sans l'être ?
Merl lui sourit de toutes ses dents et, en tournant autour du chevalier comme pour le juger, il lui dit :
— Hum, avec ton air séducteur, c'est que tu n'as pas l'air d'être si idiot… dit-il d'un air dubitatif.

Gauvain crut s'étrangler en entendant ses mots et il eut une seconde d'hésitation quant à le gifler mais, il se retint avec courage... parce que malgré tout c'était Merlin… sans vraiment être Merlin...
Non, cesse de réfléchir ! se dit le chevalier...
— Je suis bien Merlin mais, je suis seulement une partie de lui, celle qu'il ne montrera jamais ou qui intervient que rarement.
Merl chercha des mots et lui expliqua :
— Si tu veux, je suis celui qui représente le caractère provocateur.
— Hum… ok… ensuite… répondit-il avec méfiance.
— Merlin aime Arthur sauf que le roi est aveugle… dit-il en faisant des gros yeux et en pivotant ses mains de chaque côté de ses tempes.
— Et que mon vrai moi, reprit-il, ben, il préfère rester ainsi à ses côté… au lieu de faire le premier pas.
— hum hum, dit seulement le chevalier.
— Ma présence est dû au fait que Merlin l'a souhaité donc me voilà pour seul objectif qu'Arthur le voit et l'aime en retour…
Merl sentait qu'il pouvait lui faire confiance alors, il lui demanda s'il se joindrait à lui ? Quant à Gauvain, le sourire sadique aux lèvres, semblait conquis par cette intervention et, devant cette idée, ses yeux s'illuminèrent.
— Pas mal… répondit-il en continuant de sourire. Pour une fois, je sens que je vais m'éclater.

En frottant ses mains l'une contre l'autre, le chevalier était enfin content qu'il s'y passe quelque chose d'amusant. Merl se présenta correctement en lui tendant une main que ce dernier empoigna avec joie. Merl, en comprenant qu'il avait un allié de son côté, était satisfait d'avoir une personne qui pourrait l'épauler. Le chevalier, en se remémorant des mots du vrai Merlin, osa lui demander :
— Ce matin, c'était toi alors ?

Pour toute réponse, Merl hocha de la tête accompagnée d'un sourire espiègle. La doublure du sorcier l'invita à l'appeler Merl et, que si besoin, il lui demanderait de l'aide si jamais, l'originale faisait une bêtise.
.
Arthur avait beau tourné en rond dans sa chambre, il avait du mal à comprendre son ami. Tout d'abord, il lui faisait une scène qu'il jugeait déplacé de sa part et, l'instant d'après, Merlin était tout aussi confus que lui. Il avait tenté d'assimiler son comportement mais, rien ne lui venait à l'esprit… Puis pris d'une soudaine envie de discuter, sérieusement, avec son valet, il sortit en courant.

En tournant au bout d'un couloir, il buta sur une personne et, très vite, il se retrouva étaler au sol, de tout son dos. Durant sa chute, il sentit une main se poser derrière sa tête qui amortit le choc. Il cligna des paupières et, le cœur battant, il croisa deux orbes bleu le fixer.
— Hé bien Arthur, je devrais plus souvent vous tomber dessus ! entendit-il en découvrant le visage de l'opportun qui souriait de toutes ses dents.

Arthur pouvait aisément sentir les paumes des mains de son valet qui lui tapotaient démesurément la poitrine. Il avait soudainement chaud et, au vu de leur position, le roi imaginait très bien la scène. Le jeune roi était presque sous le choc. Merl, toujours sur son corps, releva la main libre et dégagea quelques mèches blondes du front d'Arthur qui frémit à ce contact.
— Vous avez perdu votre langue, votre Altesse ? susurra la doublure.
L'interpellé ne savait plus pour quelle raison, il voulait lui parler et surtout quoi dire à cet instant. Le corps léger de Merlin et le regard pétillant de celui-ci le subjuguait. Puis, il essaya de prendre son valet sous les bras et, avec difficulté, il se redressa en position assise. Il se racla la gorge et, il articula :
— Tu pourrais t'enlever…
Il crut que son cœur allait s'arrêter de battre. Il ne reconnaissait plus sa voix, elle était devenue trop douce pour être la sienne. Et ce rouge qui lui montait à nouveau aux joues, le mit mal à l'aise. Merl s'écarta du roi, un brin de contentement et en lui tendant sa main, il l'aida à se relever entièrement.
— Vous êtes vraiment splendide dans cette tenue Arthur, wouaw ! s'exclama-t-il en le reluquant outrageusement.
Merl pointa son index dans sa direction et ajouta d'un air songeur :
— Vous devriez vous habiller plus souvent comme ça, vous êtes à croquer !
Le jeune Pendragon devint encore plus rouge…
Dit quelques choses bon sang, parles… se dit Arthur.
— … Arthur avait ouvert la bouche mais aucun son n'en franchit.
— Qu'est-ce qui vous arrive Arthur, entendit-il derrière son dos.
Gauvain le sourire jusqu'aux oreilles avait du mal à se retenir et, pour cacher son hilarité, il s'approcha de Merl en lui murmurant à l'oreille :
— Bien joué, je n'aurais pas fait mieux.

Gauvain ne s'attarda pas plus longtemps et poursuivit son chemin. Pendant ce temps, Arthur n'apprécia pas du tout la manière dont le chevalier s'était avancé vers Merlin. Puis, en revenant à ce dernier, il le détailla mais, une étrange sensation l'empêchait de faire le moindre mouvement.
— Arrêtez de rougir, reprit Merl, les gens vont croire que je vous courtise ! dit-il en lui frappant doucement l'épaule. Bon, je dois y aller, j'ai des patients à voir.
? ? ?
En abandonnant le roi pour qu'il se reprenne, ce dernier le regarda partir les yeux ronds. Les mains moites et la gorge sèche, il ne comprenait pas ce qu'il ressentait.
.
Arthur ne recroisa pas Merlin de toute la journée et cela le frustra un peu. Ne sachant pas vraiment d'où cela pouvait provenir, il regretta très vite sa présence. Il se rendait compte qu'après la remise en œuvre de tout le royaume, ils avaient passés très peu de temps ensemble. Assis au bord de son lit, la tête entre ses mains, il soupira de lassitude. Jamais, la présence de son ami n'avait été si pesante autour de lui. En entendant la porte s'ouvrir, Merl fit une entrée magistrale avec un plateau. Il arborait un de ses sourires que rarement Arthur avait le droit d'avoir.
— Bonsoir Arthur ! Alors cette journée ? s'exclama l'arrivant.
Le roi se leva rapidement et s'assit à sa table en scrutant le valet d'un œil surpris.
Non, il trop joyeux… ça ne lui ressemble pas… pensa le roi.
— Bien… murmura-t-il en se méfiant de Merlin.
Ce dernier s'approcha de lui en posant une main chaude sur son épaule. Il pouvait aisément sentir le souffle de Merlin contre sa nuque qui le fit frémir.
— Vous devriez penser à faire une fête en cette fin de semaine… Parce que les gens s'ennuient et puis, cela les remettrait d'aplomb suite à cette épidémie, vous ne pensez pas ?

Cette chaleur s'éloigna de lui et, à contre cœur, il dut simplement le contempler en face de lui en hochant la tête.
— Je me ferai même un plaisir de choisir vos vêtements… voire même vous les mettre…
hein ?
Arthur crut s'étrangler en écoutant ses mots dits avec tant de sensualité. Vraiment Merlin ne devait pas être dans son état normal.
— D'accord pour la fête, put-il lui répondre en fixant son assiette.
Il sursauta lorsqu'il entendit soudainement l'intonation des deux mains de Merlin qui claquaient entre elle.
— Et il vous restera juste à vous trouver une femme, dit tout naturellement son valet d'un air taquin.

Arthur le fusilla presque du regard, indigné par cette remarque qui lui semblait inappropriée, mais ce dernier n'y prêta aucunement attention.
— Hé, oui Arthur, vingt-neuf ans et toujours célibataire… dit-il avec plus de force. Le royaume a besoin de savoir que vous êtes un homme comblé, sinon ils vont croire que vous êtes un solitaire… un reclus… une ermite… finit-il par dire d'une voix suave.
Le roi n'en croyait pas ses oreilles, comment Merlin osait-il lui dire cela alors que lui-même était seul.
— Toi aussi, je te signale que tu...
— Tss, siffla Merl en secouant son index devant lui, vous êtes le roi… moi, je ne suis que votre intime serviteur, médecin de la cour et conseiller à vos heures perdues…
Déçu par sa réponse, le jeune roi se reprit et marmonna :
— Ami aussi par l'occasion…

Il détaillait son valet tout en lui répondant. Il le voyait fixer le plafond puis, ses yeux l'envoutèrent quelques secondes. Merl s'accouda sur la table pour être à la même hauteur qu'Arthur. Puis, le jeune Pendragon suivit le mouvement l'une de ses mains qui allait se saisir d'un quartier d'orange mais, Arthur, par pur reflex, lui tapota la main et il eut un léger regret.
— Ce n'était qu'un fruit, rétorqua Merl tout en faisant une moue en forme de coeur.

Arthur s'immobilisa devant le jeu des lèvres du soi-disant Merlin qu'il ne cessait de regarder. Elles faisaient des mouvements tels qu'il aurait bien posé les siennes contre celle-ci. Il pouvait sentir son cœur battre la chamade et voir son valet face à lui où les rayons du soleil le rendaient encore plus attirant, le roi en avait le souffle coupé. Il déglutit quand enfin son vis-à-vis se releva en plaçant ses mains derrière le dos. Arthur se racla la gorge et en tentant de se reprendre, il lui dit :
— Tu aurais dû te prendre un bol… et manger avec moi…
Me voilà en train de lui proposer de me tenir compagnie !...
Il voyait Merlin s'approcher lourdement de lui :
— Serait-ce une invitation ? Mais vous savez, je ne vous aurais jamais enlevé un quartier d'orange de votre bouche… susurra-t-il en caressant furtivement les lèvres d'Arthur de son index.
Arthur, déboussolé, voire en total déconnexion, voulait sortir,... quitter cette pièce dont l'air semblait être plus captivé par son valet ou, il devait absolument s'éloigner de Merlin qui le rendait… fou…
— Je repasserais… peut-être… ou pas… sur ce, bonne nuit Arthur, dit-il d'un ton nonchalant en franchissant la porte.
Interdit, le roi n'arrivait plus à quitter son bol d'orange de son regard… Non, vraiment, Merlin agissait étrangement et, ce qui l'énervait, c'était qu'il n'arrivait pas à se reprendre devant son ami.
.
à suivre



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13407
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Lun 7 Jan 2013 - 20:43

Quasiment muet le pauvre Arthur ! Merl mène le jeu du gros minet prêt à sauter sur la pauvre souris sans défense... Trop fort ce Merl, il s'amuse pendant que Merlin fait un gros dodo. Pas étonnant qu'il soit fatigué Merlin avec tout ce que l'autre fait dernière son dos et avec la complicité de Gauvain maintenant...La tête du pauvre Roi ! Trop drôle...

J'aime toujours autant...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35097
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Lun 7 Jan 2013 - 21:34

Hé bien Merl a la langue bien mieux pendue que son "jumeau" et du coup il cloue le bec du pauvre ARthur qui ne sait plus à quel ensorceleur se vouer!!!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14125
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Lun 7 Jan 2013 - 21:39

faire tourner Arthur en bourrique en voila une bonne idée et Mel se plait dans ce rôle avec la complicité de Gauvain, c'est du joli et Merlin qui pionce pendant ce temps cette scène est délicieusement drôle


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 5012
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Lun 7 Jan 2013 - 21:54

j'adore de plus en plus ce merlin à contrepieds , Arthur a l'air de plus en plus troublé


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 38
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: re   Mar 8 Jan 2013 - 14:02

arigatou arigatou contente qu'elle vous plaise !

Part 3. Bon anniversaire !


Merlin se sentait merveilleusement bien. Il s'était levé avec le sourire et se préparait avec bonne humeur pour une nouvelle journée. Il sortit du laboratoire en direction des cuisines lorsqu'il croisa Gauvain.
— Bonjour Merlin, comment vas-tu ?
— Je vais bien…
— Tu as meilleure mine surtout… Le chevalier s'arrêta deux secondes avant de reprendre, dis-moi c'est bien aujourd'hui ton anniversaire ?
Merlin sembla réfléchir en haussant ses sourcils puis, il lui répondit :
— Ah oui c'est vrai ! Avec tout ce travail je n'y avait même plus pensé! J'avais totalement oublié qu'aujourd'hui était le jour de mon anniversaire!
Un sourire se dessina sur les lèvres de Gauvain.
— Alors, tu serais libre ce soir pour boire une chope d'hydromel avec les chevaliers ? J'ai même un cadeau qui pourrait te plaire…
Merlin prit encore quelques secondes pour réfléchir à la proposition de son ami.
— Hum d'accord ! Alors à ce soir… mais au fait Gauvain où aura lieu la fête?
— Chez toi ! ah et il vaudrait mieux que tu invites Arthur, sinon il risquerait de se vexer…
Sur ce, ils se séparèrent chacun de leur côté. Vraiment sa journée ne pouvait que mieux commencer. Il allait avoir vingt-sept ans… dieu comme le temps passe vite…
.
Un plateau en main, Merlin frappa à la porte du roi.
— Entrez, entendit-il avant de finalement pousser cette fameuse porte.
Lorsqu'il pénétra dans la pièce, le silence qui y régnait était pesant et Arthur était déjà attablé comme s'il avait attendu qu'il arrive. Merlin déposa le plateau tout en se demandant ce qui arrivait au roi… lui qui aimait bien dormir jusqu'à son arrivé. En le fixant de son regard bleu, il lui dit :
— Pendant que vous mangerez, je vais prendre votre linge sale et vous donner du propre.

Arthur ne lui répondait pas. Il le regardait faire comme s'il cherchait à savoir si Merlin était… dans son état normal. Il scrutait chacun de ses gestes à la recherche d'un signe quelconque qui lui prouverait que non… Merlin, mal à l'aise, se mit donc à ouvrir le placard et en sortit l'ensemble habituel du roi qu'il déposa sur son lit. En se retournant, il crut manquer un battement de cœur : le roi était devant lui.
— Quelque chose ne va pas sire ? demanda-t-il troublé.
— Tu comptes me faire porter ça aujourd'hui ?
Le regard du jeune Pendragon était indéchiffrable et, devant cela, Merlin déglutit en reculant d'un pas.
— Pourquoi cette question sire ? demanda-t-il surprit.

Arthur croisa ses bras sur son torse puis, en prenant un air inquisiteur, il recommença lentement pour être certain d'être compris cette fois :
— Tu es sûr que c'est ce que tu veux que je mette ? Parce que hier, il m'a semblé que tu aimais bien que je porte du blanc…

Merlin, tremblant, s'aperçut qu'Arthur se rapprochait dangereusement de lui comme s'il n'était plus qu'un de ses gibiers de chasse.
— Je… Je vous trouve très bien dans cet ensemble c'est tout… bredouilla le jeune sorcier.
Il sentait le rouge lui monter aux joues puis comme pour chasser ses idées embarrassantes, il s'écarta vivement du roi en essayant de lui cacher ses tremblements.
— C'est mon anniversaire aujourd'hui ! lança-t-il brusquement pour faire taire sa nervosité soudaine.
Arthur s'immobilisa net à cette annonce. Merlin réussit à détourner son attention ailleurs et ce, d'une manière très efficace.
Mince c'est aujourd'hui !
Merlin en profita pour se rapprocher un peu plus près de la sortie et tout en réussissant à s'y faufiler, il cria à son roi:
— Je vous attends ce soir pour une petite fête ! Chez moi !
Merlin courait désormais à travers les couloirs pour fuir cette ambiance qui lui paraissait totalement bizarre. Quelque chose dans le comportement du roi le faisait paniquer et il ne savait pas encore de quoi il pouvait bien s'agir.
.
Arthur contemplait les vêtements que lui avait sorti son serviteur et les jeta contre le mur.
Merlin veut du blanc, très bien je vais lui en mettre plein la vue alors !
Il se souvint que Guenièvre lui avait confectionné un léger pull blanc nacré et un pantalon noir qu'il avait laissé de côté. Le sourire aux lèvres, il imaginait déjà Merlin en train de le reluquer sans vergogne. Rapidement, il s'habilla et se contempla dans le miroir. Le roi était tout simplement magnifique dans cette tenue. Il était vrai que le blanc lui allait merveilleusement bien et le pantalon dessinait à merveille ses courbes masculines.
Qu'est-ce que je fais ? je ne vais pas bien moi?
Arthur commençait à douter de lui. Peut-être se faisait-il des illusions, après tout Merlin ne lui avait pas clairement fait des avances… Mais au vu des dernières situations, le roi ne pouvait qu'allait dans un tel sens. Cependant il se rappelait aussi très bien que Merlin lui avait dit qu'il lui resterait juste à lui trouver une femme… Il soupira quand il entendit quelqu'un frapper. Gauvain entra avec un grand sourire plaqué sur le visage.
— Sire, Merlin vous a dit que ce soir…
— Oui, il me l'a dit, coupa-t-il.
— Bon, c'était juste pour être certain… bon alors à ce soir… dit le chevalier avant de repartir brusquement.
Arthur, haussant un sourcil, il avait une lueur de jalousie. Il avait cru que… Merlin l'avait juste invité lui, lui et personne d'autre.
A quoi t'attendais-tu ?
— Ha au fait! Très belle tenue Arthur ! entendit-il lorsqu'il aperçut la tête de Gauvain par la porte avant de le laisser enfin seul.
.
Merlin avait passé le reste de la journée à voir quelques patients. Tous connaissaient sa date de naissance et ce fut avec joie qu'il accepta les divers cadeaux des villageois. En rentrant, en début de soirée dans sa chambre, il déposa sur son lit tous ses cadeaux lorsqu'il aperçut un paquet rouge au pied de sa commode. Alors qu'il allait l'ouvrir, Gauvain fit une entrée fracassante dans la chambre du sorcier et les mains derrière le dos, lui souhaita :
— Bon anniversaire Merlin !
— Merci Gauvain ! Fallait pas…
Une lueur malicieuse brillait étrangement au fond de ses yeux et Merlin était sûr que son ami lui préparait une de ces blagues dont le chevalier avait le secret mais quand il sortit un pull fin en lin bleu, un sourire s'étira sur son visage.
— Gauvain il est magnifique… Vraiment, merci!
Touché par ce geste Merlin le serra dans ses bras mais le chevalier avait un autre paquet derrière lui.
— Tiens, c'est de la part de Lancelot et Guenièvre… Je te l'ai apporté car il faut que tu le mettes pour la fête de ce soir, avait-il dit avec cet air de cachotier.
Merlin était ému. Il ouvrit son paquet et y trouva un magnifique pantalon marron.
— Tu seras tout beau pour ce soir comme ça! Lui chuchota Gauvain. Allez, essaie-les pour voir… je t'attends à côté…
Sans se faire prier, le chevalier sortit et laissa Merlin s'accoutrer de ses nouveaux habits.
.
Arthur avait pensé toute la journée au cadeau qu'il pourrait bien faire à son serviteur mais il ne savait vraiment pas quoi lui offrir. Il finit par opter pour un foulard rouge en soie. Le cadeau entre les mains, il se dirigeait vers le laboratoire lorsqu'il distingua Gauvain devant la porte.
— Arthur ! s'exclama ce dernier.
Cela ne pouvait pas tomber mieux, pensa le chevalier, un rictus au coin des lèvres.
— Gauvain…
— Vous pouvez entrer, je vais chercher les autres… Merlin finit de se changer et nous serons tous là pour commencer la fête…
Sans laisser le jeune roi lui répondre, il s'en alla avec le plus grand des sourires.
.
Arthur entra dans la grande pièce de son tout nouveau médecin. Il sentait son cœur battre la chamade et ses mains devenir moites rien qu'à la pensée de savoir que, dans cette chambre, Merlin était en train de se changer. Il essaya de réfléchir à autre chose. Quand il vit la porte s'ouvrir, ses yeux furent de suite hypnotisés par la vision de son ami.

Merlin qui n'avait pas levé un regard, s'avançait de quelque pas dans sa direction. Arthur qui observait son jeune ami tourner sur lui-même dans un nouvel ensemble crut chanceler tellement il le trouvait… sexy. Le bleu faisait ressortir les yeux de Merlin et le pull lui collait à la peau… mettant ainsi son torse en valeur… un torse légèrement musclé…
Les exercices que Gauvain t'impose ont finalement porté leurs fruits !
Le roi déglutit devant cette vision angélique… et ce bas… il l'affinait d'une manière que même Arthur ne pouvait plus en détacher son regard…
Nom de dieu…
— Le pull n'est pas trop serré Gauvain ? J'ai l'impression que je vais étouffer et le pantalon… il est beau mais… avait dit Merlin avant de s'arrêter net quand il vit que c'était Arthur qui se tenait devant lui et non le chevalier.
Rhhaaa Gauvain par-ci, Gauvain par-là !
Le jeune sorcier, le visage empourpré, se sentit soudainement mal à l'aise de se montrer vêtu de la sorte et, en plus, devant le roi. Il planta son regard bleu sur ce dernier. Il le trouvait magnifique dans sa tenue. Il sentit une nouvelle fois cette mystérieuse attraction le saisir et son cœur palpitait diablement trop vite à cette vue. Arthur, quant à lui, était trop secoué pour sortir une phrase concrète. Il lui tendit tout de même son paquet :
Parle…
— Pour toi…
Quel nul je dois faire ! se dit le roi.
Merlin lui sourit et saisit son cadeau. Il n'eut pas le temps de l'ouvrir que tous les chevaliers entrèrent dans la salle. Ils avaient tous entre leurs mains des chopes d'hydromel et Gwen avait apporté le gâteau. Tous lui souhaitèrent un joyeux anniversaire. Quand enfin le silence se fit, Gauvain déclara en passant un bras autour du cou du jeune sorcier :
— Hé ! tu es splendide mon petit !
Le chevalier, en remarquant le regard noir du prince, prit tendrement son protégé dans ses bras et lui murmura à l'oreille :
— Non, sérieux, je trouve que le bleu te va à ravir et ce pantalon… ha... Merlin, tu vas en faire tomber des minettes.
A ces derniers mots, le sorcier rougit violemment pendant qu'Arthur bouillonnait intérieurement. Non, vraiment finalement, il aimait de moins en moins ce chevalier… de quel droit pouvait-il le serrer comme ça ? Un frisson de jalousie le traversa des pieds à la tête et devant le rire et la bonne humeur de tout le groupe, Arthur n'osa rien dire de plus.
.
Durant une bonne heure, ils discutèrent de tout ce qu'ils leur passaient par la tête, buvant à la santé du jeune homme. Chacun avait pris place un peu partout dans la pièce. Gwen était dans les bras de Lancelot. Léon et Perceval ne cessaient de se dire des mots doux et cela énervait grandement le roi. Elyan et lui étaient en face de Merlin qui était littéralement scotché à Gauvain.

L'hydromel semblait le rendre un peu pompeux. En effet Merlin riait pour un rien, surtout aux blagues de Gauvain. Et de temps en temps, quand il semblait manqué d'air, il posait ses mains sur les épaules de ce dernier pour reprendre son souffle. Plus Arthur les observait et plus il se sentait irrité. Il devait bien avouer qu'il n'avait jamais vu Merlin aussi heureux qu'en ce jour. Dieu, comme il aurait voulu être cette chope d'hydromel à l'instant où Merlin posait ses lèvres dessus.

Perdu dans ses pensées, il détailla Merlin sous toutes les coutures. Les joues rougies par la boisson, le sourire éclatant qui n'en finissait pas de contaminer les autres. Et ce corps qu'Arthur aurait bien soigneusement pris le temps de toucher, de caresser… ah, qu'il était beau de rêver…
.
Enfin, tard dans la nuit, tout ce petit monde quitta peu à peu la pièce. Finalement il ne restait plus qu'Arthur, Gauvain et l'homme que le roi avait admiré toute la soirée… Le dernier chevalier profita de l'ambiance régnante et en jetant un coup d'œil au roi, il attira Merlin dans ses bras. Gauvain s'amusait de voir cette jalousie au fond des yeux d'Arthur. Il pencha lentement sa tête devant le visage de Merlin et à ce geste, Arthur se figea.
Non ! tout mais pas ça ! pria-t-il.
Merlin, lui, était tellement saoul qu'il contemplait Gauvain en lui offrant son plus grand sourire et, face au chevalier, il détourna la tête en comprenant qu'il voulait lui dire quelque chose alors, il tendit l'oreille :
— Bonne nuit mon petit…
Gauvain lui déposa un léger baiser sur la joue puis en regardant innocemment Arthur, il lui souhaita aussi de faire de beaux rêves.
.
Merlin avait pris cette habitude de recevoir un baiser de Gauvain avant de dormir depuis un moment déjà. Depuis la mort de Morgana, suite à sa tristesse, ce dernier l'avait aidé à surmonter ce passage de sa vie tel le grand frère qu'il était devenu pour lui. Il était vrai qu'ils passaient beaucoup de temps ensemble et de cela, le roi n'en savait rien.

Gauvain avait enfin quitté le laboratoire. Il ne restait plus que le roi et Merlin. Tous les deux l'un en face de l'autre, debout, à quelques pas, ils ne savaient plus quoi se dire. D'un côté, Arthur tremblait d'indécision et de l'autre Merlin, perdu, se demandait pourquoi il restait encore ici alors que tout le monde était parti. Finalement il en profita pour ouvrir le cadeau du roi, histoire de faire cesser ce silence gênant.

Il découvrit le foulard en soie et avec un sourire il remercia Arthur. Ce dernier s'attendait à ce que Merlin le prenne, ne serait-ce que dans ses bras comme il l'avait fait avec Gauvain. Comme le sorcier ne semblait pas faire un tel geste, Arthur s'approcha de lui. Il l'empoigna et l'attira tout contre lui. Le cœur battant à tout rompre, il sentait l'odeur de Merlin flotter tout autour de lui. Il reserra encore un peu plus son étreinte en lui chuchotant :
— Bon anniversaire Merlin.
— Hum… merci Arthur.
Arthur,hésitant, sentait son corps entier vaciller devant les sentiments qu'il découvrait en même temps qu'il contemplait son ami. Alors, en s'écartant un peu , il fixa Merlin droit dans les yeux. Le temps de respirer profondément, il lui demanda enfin :
— Je peux t'embrasser…
C'était presque un murmure… qui toucha Merlin.
— Pourquoi voulez-vous m'embrasser sire ?
Le sorcier espérait qu'il lui dise ces mots qu'il avait tant attendus, ces fameux trois petits mots qui lui dirait combien Arthur tenait à lui. Les yeux pétillants, son cœur se brisa à la réponse du roi :
— Parce que j'en ai tout simplement envie …
Merlin se détacha vivement de lui et s'enferma dans sa chambre en claquant durement sa porte. Arthur, le visage décomposé,ne comprenait rien à ce qui venait de se passer. Il n'osa même pas demander la raison de son refus et finit, lui aussi, par quitter le laboratoire en se rendant à ses appartements. Un sentiment d'amère déception lui enserra douloureusement le cœur.
.
à suivre



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14125
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mar 8 Jan 2013 - 19:07

Arthur a raté le coche , il pouvait pas lui dire qu'il l'appréciait et plus... Merlin, visiblement, attendait que son roi se déclare et maintenant il s'est enfermé dans sa chambre, toute cette mise en scène pour rien Gauvain n'avait pas prévu cette fin pourtant il a bien collé Merlin toute la soirée, rendant Arthur passablement énervé , bon plus qu'à recommencer


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13407
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mar 8 Jan 2013 - 20:08

Ils nous ont presque fait un défilé de mode les deux hommes... Arthur ne sait pas vraiment sur quel pied danser avec ce Merlin aux multiples personnalités, mais on peut dire qu'il est passablement excité... et très jaloux... Sacré Gauvain, il a su appuyer où ça fait mal... Arthur n'aura pas droit à son bisou... ben oui, il ne s'est pas montré suffisamment convainquant quant à sa motivation... Un petit retour de Merl, s'impose...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 5012
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mar 8 Jan 2013 - 21:51

dis donc , ils nous font tourner en bourrique ces deux là , j'ai bien crû qu'ils allaient enfin conclure....;


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35097
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mar 8 Jan 2013 - 22:24

Pire que des nanas ces deux-là!!! Ils vont aller nous faire les soldes demain?
L'anniversaire de Merlin est une occasion pour Arthur et lui de se rapprocher... Merl va-t-il venir s'en mêler?


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 38
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: suite   Mer 9 Jan 2013 - 11:50

arigatou arigatou pour les commentaires ! oui, Merl revient !

Part 4 : Jalousie quand tu nous tiens.


Merlin sentait que sa magie bouillonnait en lui. En entrant dans sa chambre, il revoyait encore Arthur et son regard intense. Bien sûr il le souhaitait ce baiser, plus que tout, mais la réponse que lui avait donné le roi l'avait tellement déçu !
Parce que Monsieur en avait envie! Je suis ni un gâteau, ni un bout de viande ! s'indigna-t-il !
Las de toutes ses réflexions, Merlin s'endormit, frustré et convaincu du fait que jamais Arthur ne l'aimerait.
.
Bon dieu Merlin ! soupira Merl dans le laboratoire… Il fallait qu'il réfléchisse. Comment pourrait-il rattraper la bourde d'Arthur ? Le roi avait agi sans réfléchir aux conséquences de ses actes. Il fallait que Merl lui fasse comprendre ses sentiments envers le médecin. Peut-être qu'une petite dose de jalousie pourrait aider ?...
.
Fort de sa nouvelle idée, il partit chercher Gauvain à la taverne où il était sûr de le trouver. Une fois fait, Merl s'assit à ses côté et lui raconta ce qui s'était passé entre Arthur et son original.
— Quel est le problème ? Ce n'est pas ce que tu voulais ? demanda Gauvain complétement perdu.
— Pas de cette manière! Merlin pense qu'Arthur a seulement agi sous l'impulsion du moment et que de ce fait, rien ne démontre ses sentiments pour lui. Merlin a besoin de savoir qu'Arthur a de véritables sentiments pour lui avant d'agir à son tour.
— Pourtant j'ai quand même poussé un peu le jeu, justement pour qu'Arthur réagisse…
— Il a réagi, mais pas comme on l'espérait ! Pour le coup il s'est vraiment comporté comme un crétin royal : l'action avant la réflexion! Non mais qu'est-ce qu'il croyait aussi ! Que sous prétexte que Merlin est un serviteur, il suffit que Sa majesté claque des doigts pour l'avoir ! ?
— Comment ça ? demanda-t-il en plissant des paupières.
— Tu as besoin que je te fasse un dessin en plus ? Le droit de cuissage ça te parle ? répliqua avec véhémence le double.
— Tu exagère un peu Merl, bougonna Gauvain en secouant de la tête... certes Arthur n'est pas toujours très malin mais le droit de cuissage ? Quand même...

Merl ne répondit pas en préférant bouder dans son coin.
— Ce que tu peux être saoulant… je préfère nettement l'original au moins il est plus gentil avec moi ! se plaignit le chevalier.
La doublure se reprit et dit à Gauvain :
— Je ne suis pas entièrement Merlin mais je sais qu'il tient beaucoup à toi. Même si je ne suis que la partie la plus déterminée, il n'en reste pas moins que je ressens ses émotions… et en ce moment, il en veut beaucoup à Arthur… tu comprends où je veux en venir...?
Les deux jeunes hommes passèrent la soirée à comploter pour trouver un moyen de faire comprendre à Arthur qu'il est amoureux de Merlin.
.
— Merlin... chuchota Gauvain qui essayait de réveiller son ami.
Le sorcier ouvrit finalement les yeux. Sa tête lui faisait horriblement mal. Il avait l'impression que quelqu'un tambourinait à l'intérieur. Il aperçut Gauvain qui lui tendait une potion qu'il but d'une traite sans vraiment en connaitre les effets puis, il se rendormit de suite.
— C'est fait Merl ! Je vais poser Merlin sur l'ancien lit de Gaius.
Gauvain se retourna vers la doublure et ce dernier lui demanda :
— J'espère que ça va marcher, que sa jalousie va ressortir...
— Si Arthur l'aime, sois en sûr… dis-toi qu'il n'aime déjà pas trop que je sois proche de lui, alors là, il va avoir du mal… dit-il en souriant de toute ses dents.
Tous les deux attendirent qu'Arthur fasse irruption dans le laboratoire de Merlin pour lancer leur plan d'attaque.
.
Le soleil était déjà haut dans le ciel et en ne voyant pas Merlin arriver, Arthur crut qu'il lui en voulait encore pour la veille. Il se dirigeait donc vers son laboratoire en se disant qu'il devrait certainement s'excuser de s'être laissé emporter comme un idiot hier. Il arriva à la porte de la chambre du médecin. Elle était légèrement entrouverte et il sentit son cœur se briser par ce qu'il voyait et entendait.
— Oh oui, continu avec tes mains ! entendit-il dire Gauvain d'une voix rauque.
Il aperçut Merlin assit sur le bas du dos du chevalier, en train de le masser. Arthur était obnubilé par les mains de son ami qui parcouraient le corps du chevalier. Elles glissaient lentement vers le bas.
— Tu as des doigts magiques Merlin !
Le regard ahuri, le roi vit Merlin enlever son haut… C'en fut trop pour lui, il quitta précipitamment la pièce. Comment avait-il pu y croire ?… Normal que Merlin ne puisse pas l'aimer puisqu'il était avec Gauvain. Ô comme cela lui fit mal.
.
Arthur avait beau essayer de comprendre mais peut-être avait-il mal interprété les paroles de Merlin. Puis il repensa à cette fête, qui aura lieu le lendemain. Arthur comprit enfin où voulait en venir son valet… Il ne voulait surement pas que le roi se sente seul… et pourtant, à cet instant il l'était… Il avait compris que s'il n'avait jamais été bien avec Gwen, c'était seulement parce qu'il préférait passer plus de temps avec Merlin.

Bien qu'au final ces dernières semaines, il ne le croisait que rarement du fait qu'il avait repris le rôle de Gaius, Arthur enrageait contre lui-même : comment n'avait-il pas pu remarquer plus tôt qu'il tenait à Merlin plus que comme à un simple ami ? Il serra ses poings en repensant à la scène de tout à l'heure. C'était décidé s'il avait encore une chance avec le jeune homme, il la saisirait…

Il était hors de question pour lui de s'effacer devant Gauvain. Lui aussi avait de la fierté, lui aussi il aimait Merlin et tant qu'il n'y avait pas de mariage en vue, Merlin était encore libre de choisir.
.
Merlin se réveilla aux alentours de midi et fut surpris de voir Gauvain dans son laboratoire.
— Gauvain ? Que fais-tu ici ?
— Rien, je viens juste vérifier si ça allait… savoir si j'envoyais Georges à ta place auprès d'Arthur...
— Non, non ça va, je te remercie. Je vais aller chercher le repas de Monsieur…
Merlin quitta la pièce avec l'étrange sentiment que Gauvain lui cachait une chose.
.
Arthur, assis à sa table, réfléchissait à la manière d'avoir Merlin pour lui. Peut-être devrait-il en parler avec Léon ou Perceval ? Il en était là de ses pensées lorsqu'il entendit un coup à sa porte. Il se leva et en l'ouvrant son cœur palpita face à l'apparition de son valet. Merlin entra sans un regard pour le prince et déposa le plateau sur la table. Faisant mine de repartir, Arthur lui barra le passage.
— Merlin… pour hier soir, je voulais m'excuser.

Aucune réponse. Le brun ne le regardait même pas et cela rendit le roi encore plus nerveux. Quand il essaya de lui saisir une de ses poignées, le regard que lui lança Merlin l'immobilisa net. Tentant le tout pour le tout il lui dit de but en blanc :
— Je suis au courant pour Gauvain et toi…
Voyant le visage de son valet pâlir, Arthur eut la poitrine comprimée mais se reprit vite.
— Tu mérites mieux que lui…

Merlin, une nouvelle fois, ne comprenait rien à ce que lui racontait le roi, à quoi jouait-il ? Gauvain et lui quelle idée ? Et cette fatigue qui ne cessait de parcourir son corps… Au lieu de l'affronter, Merlin voulut quitter la pièce mais Arthur réussit à lui saisir le bras et le plaqua contre la porte. Leurs corps étaient collés l'un contre l'autre, Arthur se pencha près de l'oreille de son ami :
— Je sens ton cœur qui bat autant que le mien…
Merlin tressaillit au souffle de la voix rauque d'Arthur.
— Je sais que tu en veux plus… dit-il tout en lui baisant le cou.
Merlin déglutit difficilement.
— Tu n'as qu'une chose à dire…
Merlin se racla la gorge et laissa échapper un gémissement de ses lèvres.
— Dis-moi juste que tu me veux…

Merlin était troublé mais sa raison finit par reprendre le dessus. Arthur ne faisait que s'amuser à ses dépens et puis, que venait faire Gauvain dans cette histoire ? Non, décidément rien n'avait de sens.
— Et après ? cria le brun. Une fois que vous aurez eu ce que vous voulez, vous vous amuserez avec qui ? Gwen ne vous a pas suffi ?
Il s'arrêta pour respirer puis il rajouta :
— Je-ne-suis-pas-votre-jouet…dit-il avec force et en détachant chaque mot pour se donner encore plus d'assurance.

Il tenta une nouvelle fois de s'éclipser mais Arthur n'en avait pas fini avec lui. Il insista encore plus et se pressa tout contre lui, à tel point qu'il en frémissait lui-même.
— Cette fois tu ne m'échapperas pas avant de m'avoir écouté…
Merlin était pris de vertige, il avait envie de se laisser aller tout contre le roi… mais pas ainsi, pas de cette manière.
— Dis-moi ce que je dois faire ? Commença à s'énerver le roi. Qu'attends-tu de moi Merlin ! ?

Arthur était au bord de la rupture, jamais il n'avait ressenti pareil sensation envers une personne et là, Merlin le rendait fou… Il n'arrivait presque plus à réfléchir. Sa respiration était devenue irrégulière et ses mains tremblaient. Merlin, le corps pantelant, n'arrivait pas trouver les mots mais il voulait juste qu'Arthur lui dise… Merlin avait besoin de savoir.
— Je…
Arthur empoigna vivement la seconde poignée et ramena les mains au-dessus de la tête du brun tout en posant son front tout contre celui de Merlin. Leurs visages étaient si près qu'ils pouvaient sentir la chaleur de leurs peaux se mélanger.
— Alors, je t'écoute Merlin ? Qu'attends-tu de moi ?

Sa voix n'était plus empreinte de rage, elle suppliait presque le plus jeune de lui dire… Et subitement Arthur lâcha ses mains et posa les siennes sur les hanches du médecin. Le roi se pencha sur le visage de Merlin et dans son mouvement, il sentit le souffle saccadé et le corps chancelant de ce dernier. À cet instant, Arthur déposa un simple baiser sur les lèvres de son ami, baiser qu'il savoura intensément. Son cœur menait une course effrénée et leurs airs se mélangeaient comme s'ils ne faisaient plus qu'un.

Merlin n'avait plus les idées claires. Arthur avait osé ! Mais il n'avait pas refusé... Il se sentait faible et trahi par ses émotions. Le roi s'était reculé de Merlin et renouvela encore une fois sa question :
— Merlin, qu'attends-tu de moi ? Dis-moi je t'en prie!
Le cœur lourd, il lui murmura seulement :
— Va te faire voir …

Et Merlin s'enfuit encore une fois. Arthur était tout de même content de lui, pour la première fois de sa vie le brun venait de le tutoyer… signe qu'il ne lui était pas si indifférent que ça.
.
Durant l'après-midi, Merlin avait fini sa tournée et était reparti se coucher suite à son mal de tête qui était revenu. Il souhaitait aussi oublier les paroles qu'Arthur avait eues plus tôt.
— RRRhhhhaaaa, je vais finir par m'arracher les cheveux ! Ce n'est pas possible ! s'excita Merl. Je ne vais jamais y arriver ! Vous êtes aussi têtu l'un que l'autre !
La doublure vit Gauvain arriver en trombe dans le laboratoire en l'entendant hurler tout seul.
— Hé calme-toi ! Tu vas finir par rameuter tout le château à ce rythme-là !
— Je vais lui en mettre des idées à celui-là ! Toi, si tu aimais quelqu'un, tu lui demanderais de te dire : JE-TE-Veux ! C'est encore pire que de te demander d'embrasser ! S'écria-t-il en balançant ses mains devant lui.

Devant la colère mais surtout face à la façon dont il avait dit cette phrase, Gauvain ne put s'empêcher d'éclater de rire. Non, c'était plus fort que lui, Merl était vraiment le côté extrême de Merlin… Puis devant le regard noir de ce dernier, il reprit son sérieux, et le chevalier lui répondit :
— Bon… puis il pouffa à nouveau de rire… bref, non, je ne demande jamais cela mais tu sais c'est Arthur, il n'est pas doué… Mais au moins il est poli !

— Mouai, ronchonna Merl,... ben en attendant, je fais quoi moi ? J'use la magie de mon original rien qu'en apparaissant et si rien ne s'arrange, il va se fatiguer très vite et ça risquerait de devenir dangereux pour sa santé…
— Ok, bon, je vais discuter avec Arthur…
Le chevalier jeta un autre coup d'œil à Merl et rebelote, il s'écroula à nouveau de rire, la larme à l'œil… Comme c'était bon de s'amuser enfin dans ce royaume… Merl n'était pas du tout de son avis, les bras croisés et tapant du pied, il fixait durement Gauvain perdu dans son hilarité…
— Si tu n'y arrives pas, c'est moi qui vais y aller et je te jure que ça va bouger…
Gauvain réfléchit quelques secondes puis lui proposa finalement de commencer lui-même et il interviendrait si jamais Arthur avait besoin de comprendre comment courtiser Merlin…
.
Merl était bien décidé à jouer carte sur table, cela ne pouvait plus durer… Quand il entra dans la chambre d'Arthur, celui-ci était avec ses conseillers dans la salle du conseil et il dut attendre. Patiemment, il resta debout au milieu de la chambre et quand enfin le roi fit son entrée, il respira profondément avant de tendre son index, indiquant à Arthur qu'il devait illico presto s'assoir. Le blond était à la fois surpris et content de le voir mais quand il croisa son regard ténébreux, il n'osa pas ouvrir la bouche. Il s'assit en déglutissant comme le lui indiquait la doublure.
— Quand vous aurez fini de jouer, vous me ferez signe ! commença Merl en posant durement ses mains sur la table.

Arthur était sidéré qu'il le prenne ainsi et en même temps, il ne sut pour quelle raison mais son regard noir l'effrayait. Merl s'apprêtait à sortir sans se retourner qu'il poursuivit :
— Si vous me voulez, courtisez-moi ! Et comme il se doit !
La doublure sortit et se donna un coup sur le torse en se disant que peut-être le roi réagirait enfin. Arthur était dans un brouillard immense. Courtiser ? Il semblait perdu. Il lui arrivait de le faire mais jamais à un homme.
.
à suivre



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 5012
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mer 9 Jan 2013 - 18:21

mais ce qu'ils sont compliqués les mecs


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13407
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mer 9 Jan 2013 - 18:58

Merl qui s’énerve ! Sa petite mise en scène avec Gauvain n’aura pas eu l’effet escompté. J’adore sa tirade. Si Arthur n’a pas compris ce qui lui reste à faire maintenant. Il n’est pas doué pour les relations amoureuses ce charmant Roi. Et le pauvre Merlin est totalement perdu sans compter que la visite de son autre lui semble beaucoup le fatiguer…

Ben tout reste encore à faire…



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14125
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mer 9 Jan 2013 - 19:47

j'ai pas l'impression que leur intervention arrange la situation entre Merlin et Arthur l'un est perdu et l'autre chamboulé et ils en sont toujours au même point , ils sont bien compliqués, pourtant ça crève les yeux qu'ils sont attirés l'un vers l'autre, enfin espérons que la dernière intervention de Mel va faire réagir le roi et qu'il va faire le premier pas. Pauvre Merlin, cette magie l'épuise


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35097
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Mer 9 Jan 2013 - 20:31

Il est un peu dur à la détente Arthur non? Y'a encore du boulot!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 38
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

MessageSujet: suite   Jeu 10 Jan 2013 - 8:49

arigatou arigatou ha ha, enfin le moment tant attendu !

Part 5 : Arthur et Merl

.
Arthur avait réfléchi toute la nuit à la manière de courtiser Merlin. Il n'avait aucune idée concrète de la manière de s'y prendre. Devait-il demander conseil à Léon ? Il secoua la tête en se disant que le chevalier allait surement se moquer de lui. Arthur devait réussir à éloigner Gauvain de Merlin puis, ensuite le courtiser. Le jeune Pendragon avait tout de même peur de la réaction de Gauvain… lui prendre Merlin sous les yeux, c'était risqué et il devait bien avouer que Gauvain était un excellent combattant.
En amour comme à la guerre ! Il n'y a plus d'amitié qui compte…
.
Merlin était bien dans son lit. Il ne voulait pas se lever, depuis quelques jours une étrange fatigue envahissait son corps entier. Doucement, il se rendormi, trop faible pour faire le moindre mouvement. Merl apparut quelques minutes après. Le sourire aux lèvres, il avait bon espoir que le roi lui fasse enfin une déclaration digne de lui. Il se hâta de préparer une potion pour raviver la force de son original. Merl savait que sa présence nuisait à ses pouvoirs, à sa santé et pour qu'il puisse rester éveillé, il lui fallait une potion énergisante.

Une fois finie, il la déposa à côté de son lit et sortit doucement de la chambre du sorcier. Fermant la porte, il se retrouva nez à nez avec Arthur.
Merlin pourquoi fallait-il que tu ne te réveille pas ! … pensa Merl.
Arthur était nerveux. Il espérait pouvoir s'en sortir avec dignité et assurance mais au lieu de cela, quand il se retrouva devant son ami, il fut paralysé. Merl attendait qu'Arthur dise quelque chose. Puis, il vit le roi lui tendre un bouquet de fleur… La doublure se posa une main sur le visage complétement outré et désespéré.
— Est-ce que j'ai l'air de porter des cheveux longs et une robe ? dit-il sans précaution.
Arthur, les yeux médusés, ne s'attendait pas mais alors pas du tout, à cette réplique. Là, il en avait marre, mais qu'est-ce qui n'allait pas avec lui ? Sous la colère et l'incompréhension, Arthur se mit à lui crier en levant les bras au plafond :
— Mais mince Merlin ! Qu'est-ce qui te prend ? Tu me dis de te courtiser et c'est ce que je fais…
— Ah oui ! Et vous pensez que des fleurs sont signes d'attention pour un homme ? répondit Merl, les bras croisés en affrontant le regard du roi.
Bon oui, peut-être que Merlin aurait apprécié… bon sang quelle galère… seulement je ne suis pas MERLIN…
Arthur posa les fleurs sur la table la plus proche et détailla son ami. L'attitude de Merlin l'intriguait mais surtout, à cet instant, il l'énervait plus qu'autre chose. Autant, il l'aime mais autant là, il aurait bien voulu lui tordre le cou sur place. Non, vraiment, comment avait-il pu tomber amoureux d'un déséquilibré pareil ? Comme Merl ne voyait pas le roi lui répondre, il se reprit avec le plus de calme possible :
— Vous retenterez votre chance plus tard…
Quoi ? Retenter ma chance une autre fois ? Pas question ! Gauvain n'est pas là autant que j'en profite maintenant ! se dit le roi.
Merl fit demi-tour et semblait se diriger vers la sortie, seulement Arthur ne le concevait pas ainsi.
— Merlin attend !
— Non Arthur, pas aujourd'hui, ce n'est vraiment pas le moment, chuchota Merl.
Arthur l'empoigna mais celui-ci se dégagea rapidement en lui criant :
— Vous êtes sourd ma parole !
Merl se rendit compte de la portée de ses mots et les regretta sitôt sortis de sa bouche… Le roi, en sourcillant, le fixa durement et se mit à lui répondre à son tour :
— Mais qu'est-ce qui ne va pas chez toi Merlin ! Ne vois-tu pas comme tu me rends dingue ! La seule chose que je pourrais te dire c'est que je t'aime ! Et que je ne peux…
— Hé ben voilà, ce n'était pas si compliqué à dire Arthur… coupa rageusement Merl, mais dites-le lui avec plus de douceur plutôt qu'avec vos manière d'arriérer !

Arthur était perdu. Que venait de lui dire Merlin ? Pourquoi parlait-il de lui à la troisième personne ? Ce fut à cet instant qu'Arthur se retourna sur le bruit grinçant de la porte de la chambre de son ami. Le blond, le cœur battant, pensait voir Gauvain en sortir mais au lieu de ce dernier, ce fut Merlin.
— Arthur ? questionna le brun qui était encore tout ensommeillé. A qui parlez-vous ?
Le roi balaya la pièce de son regard ahuri, blanc comme un linge.
Il faut vraiment que j'arrête l'hydromel…
Il dut s'assoir quelques minutes avant d'entendre son ami qui lui demandait s'il allait bien. Hochant finalement la tête, Arthur vit le médecin qui refermait sa porte en lui disant qu'il prenait sa journée. Le blond était tellement secoué qu'il lui donnerait n'importe quoi pour qu'il ne voit pas combien, lui-même, pauvre Arthur devait être le plus déséquilibré des deux. Posant sa tête entre ses deux mains, il soupira lourdement.
.
Il ne sut combien de temps il était resté ainsi à se torturer l'esprit à savoir s'il devenait fou au point de parler avec Merlin sans qu'il soit vraiment présent. Tout ça était plus qu'étrange. Soudain, il entendit un toussotement provenant de derrière son dos. Se retournant sur lui-même, il aperçut à nouveau Merlin. Comment pouvait-il être là alors qu'il venait juste de la voir s'enfermer dans sa chambre? Arthur crut un instant s'évanouir quand le second commença à lui parler.
— Re-bonjour Arthur… content de voir que vous l'aimez vraiment. Comme je vous l'ai dit tout à l'heure, soyez plus décontracté… Avait dit Merl avec un calme plus que déconcertant.
Après un silence lourd et pesant, Merl comprit enfin que le roi devait être un peu perdu. Alors il reprit aussi doucement qu'il le put :
— Non, vous ne rêvez pas sire. Pour tout vous dire je suis une partie de Merlin… plus précisément celle qui ose ce qu'il n'aurait jamais osé faire en votre présence…
Puis comme pour se présenter officiellement il ajouta en s'inclinant devant lui :
— Merl pour les intimes…
Arthur, le regard perdu, secoua la tête en signe d'incompréhension, une moue bien arthurienne :
— Quoi ? répondit-il seulement en dévisageant la doublure.
Merl toussa encore une fois pour se donner contenance, il devait bien tout lui avouer maintenant qu'il avait surpris les deux Merlin « sur le fait » :
— Je suis la partie provocatrice de Merlin… dit-il en étirant ses lèvres tout en dévoilant ainsi toutes ses dents.
— Comment ça ? demanda Arthur en faisant cligner ses paupières avec force, il ne saisissait rien à toute cette histoire…
Merl finit par se demander si le jeune Pendragon n'était pas un peu attardé sur les bords finalement… Il leva les yeux au plafond puis, il fixa le roi :
— Parfois je me demande ce que Merlin vous trouve ! Vous êtes débile où vous le faite exprès ? dit-il d'un ton presque las.
Arthur sortit de sa léthargie à l'entente de ses paroles et les yeux ronds, il dévisagea l'énergumène :
— Pardon ? Tu insinues…
— Je n'insinue rien du tout… coupa Merl en agitant ses mains devant lui.
— Tu viens à l'instant de me traiter de débile !
— Ha c'est bon, ne vous excitez pas mon petit...
Arthur commençait vraiment à ne pas l'aimer celui-là. Mais il n'avait pas eu le temps de lui répondre que ce dernier s'évapora devant lui. Pouf Merl avait disparu ! Comme ça ! Arthur commençait sérieusement à se demander s'il n'était tout simplement pas entrain de rêver.
.
Merlin se réveilla doucement dans sa chambre. Pourquoi le roi était-il encore entrain de brailler dans son laboratoire ? Il ne prit même pas la peine d'aller voir, de toute façon ne venait-il pas tout juste de prendre une journée de congé ? Il cacha sa tête sous son oreiller pour se rendormir. La fatigue n'étant pas loin, il se laissa porter dans ses songes tout aussitôt.
.
Le roi était contrarié par Merl, il devait finir cette conversation avec cet homme ou cette chose, il ne savait même plus ! Merl était-il un être vivant ? Arthur faisait les cents pas dans le laboratoire de Merlin quand il aperçut à nouveau le double de celui qu'il aimait devant lui.
— Ha te revoilà Merl, dit-il avec froideur, je crois qu'on n'a pas fini notre conversation… donc tu me disais que tu étais une partie de mon Merlin !
Arthur était désorienté, confus et complétement dépossédé de toute sa raison mais tenté tout de même de comprendre ce qui était entrain de se jouer sous ses yeux.
— Tout à fait, content de voir que votre cerveau ne soit pas si dépravé que cela…
Arthur sentait la moutarde lui monter au nez mais se retint tout de même.
— Pourquoi tu es là ? Merlin est-il dans le coup ?
— Non, il ne le sait pas et je suis là pour l'aider.
— L'aider à quoi ? demanda-t-il en écarquillant les yeux.
— Depuis deux jours, vous n'avez rien remarqué d'étrange dans son comportement? demanda Merl en souriant.
— Oui j'ai bien compris qu'il aimait Gauvain mais…
Merl dut se retenir d'éclater de rire, il ne l'avait pas vu venir celle-là ! Bon, certes Merl avait voulu le rendre jaloux mais il ne pensait pas que le roi serait assez bête pour croire que Gauvain et Merlin étaient ensemble. Non, il se retenait mais fit un large sourire.
— Je me demande lequel de vous deux est vraiment le plus idiot ?
— Hey, je t'interdis de …
Vraiment, le jeune roi aurait tout vu, Merl qui s'auto-critiquait, il ne manquait plus que ça…
— Tss, je suis là pour que vous ouvriez les yeux sur vos sentiments pour Merlin…
— Alors quand tu faisais tes allusions…souffla le roi en comprenant peu à peu la situation.
Merl hocha la tête.
— Bienvenu au pays de Merlin…! S'exclama joyeusement le double.
Au pays de Merlin ? Je vais lui en faire voir du pays moi !
— A-t-il au moins conscience de ta présence ? questionna le roi en prenant sur lui-même.
— Non, je ne pense pas… mais ce qui est sûr c'est que tout ce je vous dis, il le pense vraiment. Par exemple quand je vous disais que l'ensemble vous allez à ravir… Merlin le pensait réellement. Seulement, il n'aurait jamais eu l'audace de vous le dire aussi facilement que lorsqu'il vous traitre de royal crétin.
Arthur resta silencieux quelques secondes puis timidement il lui demanda :
— Est-ce que j'ai une chance avec toi ?... enfin avec Merlin ?
— A votre avis pourquoi je suis là ? Merl soupira de lassitude, puis reprit :
— Avec tout ce que je viens de vous dire, vous n'avez toujours pas compris ? Vous n'êtes vraiment pas une flèche décidément !

Cette fois-ci Arthur n'y tint plus, Merl était insupportable, il était pire que Merlin ! Merl comprenant qu'il avait dû pousser le roi à bout, se mit à courir à travers le laboratoire en éclatant de rire.
— Je vais t'attraper et quand je l'aurais fait, je vais te montrer si je ne suis pas une flèche !
— Essayez toujours !
Arthur s'arrêta une minute pour reprendre son souffle quand il eut soudain une illumination :
— Merlin est un sorcier ! Sinon pourquoi serais-tu là ?
Merl redevint sérieux, signe qu'Arthur avait toute son attention.
— A votre avis ? Emrys a toujours été à vos côtés et il a toujours eu foi en vous.

Arthur choisit ce moment pour l'encercler de ces bras et le maintenir contre un mur. Il regardait au fond de ses yeux une étincelle brillante, puis enfin, il réalisa enfin ce que venait de lui dire Merl.
— Emrys ?
Arthur pouvait sentir les souffles saccadés de la doublure sur son visage. Merl avec toute son audace, mit ses bras autour de la taille du roi et le fixa avec intensité, il lui chuchota d'une voix plus posée :
— Allez Arthur, soyez vous-même, dites le lui avec vos propres mots…
Sur ce, Merl s'évapora.
.
Merlin en avait marre d'entendre le roi tourner en rond dans son laboratoire, il faisait un boucan d'enfer. Sortant la tête de son coussin il aperçut un petit flacon portant l'étiquette: '' Contre le mal de tête ''. Sans plus se poser de questions il l'avala directement et se leva, sa douleur miraculeusement disparue. Il sortit de sa chambre.

Il vit alors Arthur, les deux mains posées contre le mur de la porte de sortie. Merlin avait beau lui en vouloir, il se demandait tout de même s'il n'était pas atteint d'une quelconque maladie… il le trouvait très bizarre. Le brun sursauta quand il croisa le regard bleu du roi. Celui-ci s'avança vers lui et avec timidité, il lui demanda :
— Merlin, voudrais-tu être mon cavalier pour la fête de demain soir ?

Arthur avait le cœur qui battait vite, trop vite, il craignait un rejet mais s'il se fiait aux paroles de Merl il n'avait rien à craindre, sauf peut-être un « oui » qui ravirait le cœur du roi. Il avait compris une chose c'était que Merlin méritait d'être traité avec toutes les bonnes attentions et intentions. Le jeune sorcier, ému par cette simple demande accepta avec joie. Pour une fois, Arthur semblait revigoré d'assurance et, en le regardant partir, Merlin sourit béatement.
.
à suivre !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14125
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Jeu 10 Jan 2013 - 13:17

enfin, il en a fallu du temps à Arthur pour comprendre Bien l'invitation a été acceptée, j'espère que la suite sera plus facile pour ces deux là, encore que... Mel n'a peut-être pas dit son dernier mot


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13407
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Jeu 10 Jan 2013 - 20:25

J'adore définitivement Merl... Sur ce coup là, il s'est débrouillé comme un chef, même s'il a dû se dévoiler aux yeux d'Arthur. Mais c'était nécessaire, il n'est pas très doué ce Roi Hourra ! il a enfin compris ce qu'il doit faire et, ma foi, cela semble plutôt bien parti. Merlin est enfin réceptif à ce que lui propose Arthur. Ben, y a plus qu'à, maintenant !

J'ai adoré ce chapitre rempli d'humour...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35097
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Jeu 10 Jan 2013 - 22:12

Tu m'ôtes les mots de la bouche Cat'!!! Donc considère que ce message est également le mien Aynath!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Cali
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Serpent
Messages : 6398
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 40
Localisation : juste derrière vous ^^

MessageSujet: Re: Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13   Jeu 10 Jan 2013 - 23:36

Bon j'ai enfin le temps pour poster les com ... désolé de ne pas commenter systématiquement quand je lis, oui je sais Cissy je suis une très mauvaise modo générale heu

alors j'aime beaucoup ton histoire et Arthur est vraiment criant de vérité rire démoniaque rire démoniaque


**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t732-cali http://calixetera.livejournal.com/
 
Merlin - Arthur au pays de Merlin T1- Merlin & Arthur PG13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Slash :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Slash-
Sauter vers: