French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G

Aller en bas 
AuteurMessage
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Sam 12 Jan 2013 - 22:59

Bien que préférant, et de loin, le couple Derek/Pénélope, j'ai commis cette songfic pour l'anniversaire d'Halianna.

Préambule :Les personnages de la série ne m’appartiennent pas. Ils sont la propriété exclusive de : Jeff Davis. Je ne tire aucun bénéfice de leur mise en situation dans cette fiction.




Une île
Mais comment en étaient-ils arrivés là ? se demandait Spencer pour la centième fois depuis une semaine. Enfin… la énième… A supposer que cette même question lui soit venue en tête trois fois par heure au minimum, dix fois au maximum, à compter 168 heures par semaines, il avait dû se la poser entre 504 et 1680 fois depuis ce jeudi funeste où tout s’était arrêté entre eux. Et finalement, à constater ces 1680 fois maximales qui émergeaient de son calcul à la louche, il était encore bien loin du compte tant il lui semblait que depuis 10 080 interminables minutes, il n’avait que cette question en tête :

Comment en étaient-ils arrivés là ?



Une île, entre le ciel et l'eau
Une île sans hommes ni bateaux
Inculte, un peu comme une insulte
Sauvage, sans espoir de voyage
Une île, une île, entre le ciel et l'eau
Pourtant tout allait plutôt bien entre eux. Malgré son manque de confiance en lui, malgré cette idée fixe qu’on ne pourrait jamais vraiment l’aimer parce qu’il était trop frêle, trop intelligent, trop souvent à la limite de la folie, trop menacé par la schizophrénie qui avait empoisonné son enfance et son adolescence par le biais de sa mère, il avait fini par accorder sa confiance et ne l’avait jamais regretté.

Jusqu’à la semaine précédente. Jusqu’à cette scène sur un sujet si sensible entre eux sur lequel pourtant il lui avait semblé qu’ils avaient toujours été d’accord.

Les mots avaient entrainé d’autres mots : des mots durs, des mots blessants, des mots qui résonnaient encore dans sa tête et qui faisait mal, plus mal que des coups. Il aurait tant aimé qu’ils se taisent ces mots qui dansaient une sarabande folle dans son crâne endolori ! Mais non… Ils étaient là, bien là, trop là…

Il y avait eu alors cette tentation : la drogue de nouveau, le refuge, ne plus penser, ne plus souffrir…

Mais il n’en avait pas le droit. Il devait être capable de se relever, de tenir sa tête droite, d’aller de l’avant, même s’il avait mal comme jamais. Il devait être capable de lui montrer qu’il pouvait le faire, qu’il pouvait être digne d’eux et de leur amour.

Même si cet amour était en miettes.



Ce serait là, face à la mer immense
Là, sans espoir d'espérance
Tout seul face à ma destinée
Plus seul qu'au cœur d'une forêt
Ce serait là, dans ma propre défaite
Tout seul sans espoir de conquête
Que je saurai enfin pourquoi
Je t'ai quitté, moi qui n'aime que toi
Mais comment en étaient-ils arrivés là, songeait Derek anéanti ? Depuis une longue, une interminable, une horrible semaine, la question ne le quittait pas.

Il avait pourtant tout essayé pour se l’enlever de l’esprit : se jeter à corps perdu dans le travail, au point presque de bénir ce psychopathe qui les avait retenus trois jours à Austin, Texas, et ce violeur en série qui les avait ensuite illico dirigés sur Spokane, Etat de Washington, où ils avaient mis trente-six heures à le coincer. Mais ces quatre jours et demi de tension, de larmes, de fureur, d’action, ne pouvaient pas remplir le vide qu’il ressentait à l’intérieur et laissaient encore deux longs jours et demi assis à son bureau, à soi disant compléter ses rapports, à le regarder au bureau en face, lui-même plongé dans ses dossiers, sans lever une seule fois la tête vers lui. Deux jours et demi de pure torture à se demander pourquoi et comment, à compter les heures et les minutes qui le séparaient du retour dans l’appartement si vide désormais qu’il n’y restait que quatre à cinq heures quand son corps épuisé par les dix kilomètres de jogging, l’heure de boxe suivie d’autant de musculation ou de vélo dans le club sportif où ils s’étaient inscrits ensemble en riant comme des gosses, laissaient son corps tellement épuisé qu’il ne pouvait plus que s’effondrer sur le lit, leur lit, et plonger dans un profond sommeil au milieu duquel immanquablement il venait le rejoindre. Et tous les matins il se réveillait sur l’autre côté du lit, SON côté, le nez dans son oreiller qui conservait cette odeur qu’il aimait tant.

Et même lorsqu’il dormait, il avait l’impression que la question roulait dans son inconscient : comment en étaient-ils arrivés là ?



Une île, comme une cible d'or
Tranquille, comme un enfant qui dort
Fidèle, à en mourir pour elle
Cruelle, à force d'être belle
Une île, une île, comme un enfant qui dort
Ils avaient pourtant tellement à vivre, tellement à découvrir, tellement à partager. Avoir enfin trouvé le courage d’aller l’un vers lui, de lui avouer ce qu’il ressentait vraiment, ça avait sans doute été ce qu’il avait fait de mieux dans sa putain de vie !

Et depuis plus de onze mois maintenant qu’ils vivaient cette liaison clandestine, il ne s’était jamais senti aussi heureux. Son compagnon était à la fois un enfant qu’il avait envie de protéger, si fragile, si sensible, si naïf par moment, et un adulte dans la pleine acception du terme, sensuel, imaginatif, généreux, capable d’indignation, de colères et même protecteur envers lui, lui qui n’avait jamais eu d’autre protecteur que lui-même.

Ils avaient pris tout le temps dont ils avaient besoin : l’un pour rassurer l’autre qui avait l’impression qu’on ne pourrait jamais vraiment l’aimer et qu’il n’était finalement qu’une passade, l’autre pour convaincre le premier qu’il pouvait devant lui laisser tomber le masque du super-agent indestructible qui ne se laissait pas atteindre par les horreurs qu’ils côtoyaient au quotidien.

Qui aurait cru que ça pourrait marcher entre monsieur Muscle et monsieur Cerveau ? Sauf que les idiots qui raisonnaient ainsi n’avaient pas conscience que le soi disant monsieur Muscle était autre chose qu’un bel étalon sans cervelle, sinon il n’aurait pas eu sa place au BAU, et que monsieur Cerveau avait bien d’autres atouts que son QI vertigineux !

Ensemble ils se complétaient. Jusqu’à la semaine passée. Jusqu’à cette question qui avait avivé cet incendie qui couvait depuis quelque temps. Et maintenant il lui restait quoi de cette merveilleuse aventure qui l’avait fait se sentir vivant comme jamais depuis près d’un an ?

Il restait quoi de ce merveilleux amour que, comme une midinette de supermarché, il s’était pris à croire éternel ?



Ce serait là, face à la mer immense
Là, pour venger mes vengeances
Tout seul avec mes souvenirs
Tout seul qu'au moment de mourir
Ce serait là, au cœur de Sainte-Hélène
Sans joie sans amour et sans haine
Que je saurai enfin pourquoi
Je t'ai quitté, moi qui n'aime que toi
- Derek, Spencer, salle d’interrogatoire ! Maintenant !

La voix coupante de Hotch arracha les deux hommes à leurs pensées moroses. Ils levèrent le même regard étonné vers leur patron, évitant soigneusement de se regarder l’un l’autre. La salle d’interrogatoire ? Bon sang ! Ils avaient presqu’oublié qu’elle existait cette salle tant elle servait peu, la plupart de leurs enquêtes les promenant aux quatre coins du pays où ils investissaient d’autres salles d’interrogatoires qui se ressemblaient toutes : une table, deux ou trois chaises selon le nombre d’interrogateurs, plus parfois s’il y avait plusieurs coupables ou si l’avocat était là, le grand miroir sans tain qui faisait face à la place où se tenait le suspect, qui les obligeait à déplacer celui-ci lorsque l’avocat voulait lui parler « en privé » et ces murs nus alternativement blancs, ocre, écrus, gris… toujours dans des tons déprimants qui auraient donné envie à n’importe qui d’avouer n’importe quoi rien que pour sortir de là !

- On a un suspect à interroger ? questionna Derek en passant devant son chef dont le visage était particulièrement fermé.

A moins que ce ne soit son imagination qui lui faisait voir les autres de la couleur de son mental, à savoir pas plus gai que les murs des salles d’interrogatoires, lui susurra sa voix de profiler, celle qui, à l’intérieur de sa tête, lui permettait souvent de s’y retrouver dans les méandres des pensées les plus tortueuses des suspects qu’ils interrogeaient. Dommage que cette voix ne soit pas capable de le guider quand il s’agissait de sa vie privée ! conclut-il en pénétrant dans la salle dont Hotch tenait la porte, l’invitant à entrer en premier.

Sur le seuil, Spencer s’arrêta un instant, étudiant la pièce vide d’un regard étonné :

- Qu’est-ce qu’on fait là ? demanda-t-il en se tournant vers son supérieur.

- Tu fais là ce que je te demande de faire ! trancha celui-ci d’un ton rogue ! A savoir tu entres et tu t’assoies !

Sous la sévérité de l’intonation, Spencer se contenta de renter la tête dans les épaules : il n’avait jamais su faire face au mécontentement des gens qu’il admirait. Il ne comprenait pas pourquoi Hotch semblait en colère après lui et commença à chercher désespérément ce qu’il avait bien pu faire pour provoquer son courroux tout en faisant deux pas dans la salle, se dirigeant vers la table, persuadé que de toute façon son chef lui donnerait bientôt la raison de son comportement.

Le claquement de la porte derrière son dos le fit se retourner et il resta les yeux écarquillés en s’apercevant que Hotch n’était pas rentré avec lui.

- Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?

La voix furieuse de Derek dans son dos le fit sursauter et pour la première fois, il osa lever les yeux vers lui, s’en voulant aussitôt du bond que fit son cœur dans sa poitrine à le trouver si beau !

« Oui il est beau, mais il n’est plus à toi ! » se moqua une petite voix intérieure, celle qui, depuis toujours, lui disait qu’il ne valait pas grand-chose et que son cerveau exceptionnel en faisait plus une bête de foire qu’un être humain à part entière.

- Hotch ! C’est quoi l’embrouille ? tempêtait maintenant l’agent afro-américain qui venait de s’apercevoir que la salle était verrouillée.

La voix de Hotch leur parvint alors par l’interphone et ils comprirent qu’il se trouvait dans la salle d’observation, derrière le miroir sans tain :

- L’embrouille c’est vous deux ! disait la voix maintenant curieusement désincarnée de leur chef. Voilà une semaine que vous vous trainez comme des zombies ! Je ne sais pas ce qu’il y a eu entre vous et je ne veux pas le savoir. Mais vous allez me faire le plaisir de résoudre le problème maintenant ! Tant que ça ne sera pas fait, vous ne quitterez pas les lieux !

- Quoi ? Mais c’est…, commença Spencer affolé tandis que Derek hurlait :

- Vous n’avez pas le droit !

- J’ai tous les droits pour que mon équipe soit totalement investie dans son job ! répliqua la voix métallique. Tant que votre liaison n’affectait pas le fonctionnement du groupe je n’avais pas à m’en mêler. Maintenant ça ne va plus. Alors vous me réglez ça comme vous le voulez mais vous le réglez !

Puis la voix se tut et les deux hommes comprirent qu’il ne servirait à rien de protester davantage.

Depuis une semaine ils s’évitaient au maximum : désormais ils allaient devoir faire face à leurs démons.



Une île, entre le ciel et l'eau
Une île sans hommes ni bateaux
Ils se regardaient en silence, tâchant chacun de rassembler leurs idées, de mettre en ordre ces pensées qui se bousculaient dans leur tête. Ils avaient peur, peur comme jamais, peur de dire encore ce qu’il ne fallait pas, ce qui conduirait à parachever le désastre.

Parce qu’à se trouver ainsi, isolés dans la même pièce, ce qui ne leur était plus arrivé depuis sept jours, ils comprenaient en lisant dans les yeux de l’autre, que l’amour n’était pas mort, loin de là, qu’ils ressentaient toujours les mêmes choses, plus fort peut-être même qu’avant.

- Comment savent-ils ?

Ce fut finalement Spencer qui rompit le silence lourd tout en détournant les yeux de son amour, sachant que si celui-ci continuait à le regarder ainsi il allait craquer irrémédiablement. Arraché à la contemplation de son amant, Derek sursauta avant de se tourner vers lui :

- Pardon ?

- Comment savent-ils ? Pour nous ?

Et soudain l’implication de l’attitude de Hotch lui sauta aussi aux yeux. Depuis que leur liaison avait démarré, ils ne l’avaient jamais rendue publique et avaient pris soin de la cacher à leurs partenaires, non qu’ils pensent que ceux-ci les jugeraient mal, mais ils avaient peur que Hotch ne soit alors dans l’obligation de muter l’un d’entre eux. Et puis ils n’avaient pas non plus envie d’être en butte aux plaisanteries certes jamais méchantes, mais parfois un peu lourdes d’Emily qui ne manquerait pas de les charrier gentiment. Ils voulaient aussi garder leur jardin secret, cette vie où les autres n’avaient pas accès.

Oui, ils étaient d’accord, pensait de son côté Reid qui suivait le même cheminement mental que son compagnon. Et pourtant c’était cela qui avait conduit à la rupture. Lequel des deux avait proposé de lever enfin le voile puisqu’il y aurait bientôt un an qu’ils étaient ensemble ? Lequel avait hésité longuement, trop longuement ? Lequel ensuite s’était rendu à ses raisons et avait décrété qu’effectivement il valait mieux ne rien dire encore ? Lequel avait alors, contre toute logique, ressenti cet abandon comme un déni de leur amour ?

Voyons voir… C’était lui qui avait parlé en premier ou c’était Reid ? tentait de se souvenir Derek qui avait rivé ses yeux sur ceux du génie pour y lire ce qui agitait sa tête si bien remplie, y voyant, comme dans un miroir, s’y refléter ses propres pensées.

- Ce sont des profilers, finit-il par dire, répondant, avec un temps de retard à la question posée par son amant. Nous n’avons pas dû être aussi discrets que nous le pensions.

- Non… Nous n’avons pas dû être discrets du tout même…, acheva le plus jeune sans détacher ses yeux des siens, avançant vers lui comme attiré par un aimant.

Et soudain, alors qu’ils se tenaient à quelques centimètres l’un de l’autre, d’une même voix, dans la même fraction de seconde, ils dirent :

- Je suis désolé… Je t’aime.



Inculte, un peu comme une insulte
Sauvage, sans espoir de voyage
Il n’y avait pas besoin d’autres explications, pas besoin finalement de savoir si l’un avait eu raison, si les deux avaient eu tort. Plus tard peut-être, ils pourraient en parler à tête reposée, tâcher de tirer les conclusions qui s’imposaient et surtout les leçons de cette crise. Mais pour le moment ils n’en avaient pas envie.

Spencer s’était lové dans les bras de son compagnon et celui-ci avait saisi ses lèvres dans un baiser où tout son amour, tous ses regrets, toute son espérance pour le futur passaient et le génie n’était pas en reste dans la valse endiablée de leurs langues qui se retrouvaient avec ivresse tandis que le désir s’emparait d’eux.

Soudain Derek se détacha de son amant qui le regarda avec appréhension, se demandant ce qui lui arrivait. Mais, tout en le gardant dans ses bras, l’agent noir se tourna vers le miroir en disant :

- Arrêtez donc de vous rincer l’œil tous autant que vous êtes et venez plutôt nous ouvrir la porte !

Les deux hommes sourirent en imaginant aussi bien que s’ils les voyaient leurs trois équipiers échanger des clins d’œil de victoire, oui, même le tellement imperturbable Aaron Hotchner, tout en se frappant dans les mains, heureux que leur plan stupide ait fonctionné.

Puis leurs lèvres se joignirent à nouveau, comme s’ils ne pouvaient se rassasier l’un de l’autre, comme s’il leur fallait désormais rattraper ces longs jours de séparation. C’est à peine s’ils entendirent le cliquetis de la serrure que l’on ouvrait, prouvant qu’ils étaient désormais libres.

Entre deux baisers, Spencer murmura soudain :

- Bon anniversaire mon amour.

- Mais…, commença Derek étonné que la mémoire phénoménale du génie l’amène à penser que c’était son anniversaire avant d’un seul coup de réaliser : cela faisait ce jour-là juste un an qu’ils étaient ensemble.

Alors il se contenta de murmurer en retour :

- Bon anniversaire à toi mon amour, tout en l’embrassant de nouveau.

Et tandis qu’ils se réchauffaient au contact l’un de l’autre, chacun, en son fort intérieur, se promit que plus jamais rien ne pourrait les séparer, surtout pas des mots !



Une île, cette île, mon île, c'est toi.



FIN
Chanson de Serge Lama (dans laquelle il est écrit quittée


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Yseult
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 13396
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 39
Localisation : Courcelles, Belgique

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Sam 12 Jan 2013 - 23:29

Citation :
monsieur Cerveau avait bien d’autres atouts que son QI vertigineux !

ah voui :j\'adore: j'adore Spencer, il a un beau p'tit cul.
Par contre Dereck, je ne me retournerais pas sur lui. OUi je sais j'ai jamais les mêmes goûts que les autres heu


Citation :
J’ai tous les droits pour que mon équipe soit totalement investie dans son job

faut que j'aille coucher, j'avais lu son "zob" confue, perdu




Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie!
 


La perfection n'existe pas sur Terre", Mais alors...D'où viens-je ? ;-)


Dernière édition par Yseult le Dim 13 Jan 2013 - 8:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1509-yseult http://les-histoires-de-snurf.eklablog.com/
duneline
Tu deviens le rêve…….
Tu deviens le rêve…….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Serpent
Messages : 1236
Date d'inscription : 04/06/2011
Age : 40

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Dim 13 Jan 2013 - 0:33

J'adore! J'aime le subterfuge de Hotch!

Bravo!

:j\'aime:


Elijah Baley, l'inspecteur brun et le chatain R.Daneel Olivaw.



"Le véritable amour efface l'intolérance et les différences."

Duneline 16/03/12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2586-duneline
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4683
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 37

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Dim 13 Jan 2013 - 9:39

Toute l'équipe est de mèche pour réconcilier nos deux amoureux, avec un Hotch très concerner par cette histoire. Sous ses airs un peu froid, c'est un romantique :j\'aime: .J'ai adoré le moment où les deux se rendent compte que tout le monde est au courant. Franchement ils pensaient à quoi Derek et Reid, qu'ils allaient berner des profilers longtemps interogation

bravo bravo Cissy un bon moment de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13710
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Dim 13 Jan 2013 - 17:22

Je m’en souviens de cette songfic. Toujours aussi plaisante à lire et tellement romantique. Superbe chanson de Serge Lama…



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Dim 13 Jan 2013 - 21:06

Merci à vous!!!
Yseult, c'était soit la fatigue soit un changement de lunettes s'impose (et non je n'ai pas écrit quéquette!!!)


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Christie
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tu as rejoint le monde des muses…..
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Chien
Messages : 767
Date d'inscription : 07/02/2010
Age : 36
Localisation : Sous une cascade

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Mar 15 Jan 2013 - 18:10

Merci pour cette histoire, j'ai bien aimé :j\'aime: :j\'aime: arigatou (même si c'est pas mon couple favori, mais j'aime lire tes histoires clin d\'oeil )



Merci beaucoup Archanlika ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t945-christie
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Mar 15 Jan 2013 - 21:30

Je suis flattée de ce commentaire...
Comme toi je ne suis pas vraiment fan de ce couple: pour moi Derek est hétéro pur et dur!!! (très dur;.. ) Quant à Spencer il est totalement asexué!!! Je préfère de loin le Derek Pénélope... Mais certains aiment ce couple. Merci d'avoir lu malgré tout!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
tarma
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 539
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 46
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Dim 17 Mar 2013 - 21:28

Comme moi par exemple, j'aime ce couple. Jolie songfic



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1461-tarma
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Dim 17 Mar 2013 - 22:16

Merci Tarma!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
vaunie59
Tu deviens le rêve…….
Tu deviens le rêve…….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Buffle
Messages : 1313
Date d'inscription : 16/03/2013
Age : 32
Localisation : En mode zumba
Mon pairing du moment: : Benneteau/Mahut
Mon Fandom du moment: : Tennis

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Ven 29 Mar 2013 - 0:43

Rah j'ai du te le dire je ne sais combien de fois a quel point j'aime tes histoires et ça se vérifie a chaque fois :j\'aime:avec mes deux chouchous tu ne peux me faire plus plaisir arigatou ils sont bebetes aussi a croire que les autres ne savaient rien :riresadique:
En tout cas :merci:Cissy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t5014-vaunie59
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Ven 29 Mar 2013 - 22:42

Et merci à toi pour cet enthousiasme rafraichissant et ces compliments fort agréables à mon petit ego...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
galifret
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Cheval
Messages : 587
Date d'inscription : 15/04/2013
Age : 28
Localisation : A Filory avec El et Q
Mon pairing du moment: : Eliver-Queliot
Mon Fandom du moment: : CMBYN-Magicians

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Ven 26 Avr 2013 - 21:35

Décidément je suis abonnée a tes fic ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t5114-galifret http://galifret-hm-peck.skyrock.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Ven 26 Avr 2013 - 22:06

J'en ai l'impression... J'espère simplement que l'abonnement te plaît...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
galifret
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Cheval
Messages : 587
Date d'inscription : 15/04/2013
Age : 28
Localisation : A Filory avec El et Q
Mon pairing du moment: : Eliver-Queliot
Mon Fandom du moment: : CMBYN-Magicians

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Ven 26 Avr 2013 - 23:03

Baucoups ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t5114-galifret http://galifret-hm-peck.skyrock.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36374
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   Sam 27 Avr 2013 - 18:50

Tant mieux alors...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esprits criminels - Une île - Derek/Spencer - G
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Slash :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Slash-
Sauter vers: