French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14141
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 19:20

Note de l'auteur : fiction illustrée par Pandi (lien à insérer)

Disclamer : Torchwood et ses personnages ne m'appartiennent pas, ils sont la propriété de Russel T. Davies et de la BBC.



Cobayes

Au milieu de la nuit, le Capitaine rentrait de son tour de la cité, il était épuisé et n’avait qu’une seule envie, s’allonger dans son lit et prendre quelques heures de repos. Avant de passer la porte de l’office, il fut attiré par une perturbation lumineuse, à quelques mètres du bâtiment. S’approchant l’arme au poing, il aperçut des ombres autour d’un vortex ouvert. Comprenant qu’il avait affaire à des visiteurs d’un autre espace-temps, le leader avança vers eux et avant qu’il puisse s’identifier, il fut traversé par un faisceau laser qui le tua sur le coup.

Il s’écroula sur le sol et les créatures se mirent à tourner autour de lui, puis elles se transformèrent en humanoïdes. Les entités traînèrent l’immortel vers le bâtiment. Arrivés dans la petite pièce, l’un des aliens mit en marche un boîtier qu’il avait sorti de sa poche et la porte menant à l’accès secret se déverrouilla. Le corps de Jack fut transporté jusqu’à l’ascenseur et jeté sans ménagement sur le sol. La cabine descendit plusieurs mètres avant de s’arrêter subitement, ouvrant les portes sur un sas fermé.

La roue de fer fut ouverte avec le même appareil et les extraterrestres entrèrent dans le Hub. L’alarme retentit, signalant l’intrusion de personnes non autorisées et la base se verrouilla quelques instants plus tard, surprenant les envahisseurs qui n’avaient pas prévu cette contrariété. Après avoir pénétré le système informatique, les humanoïdes arrivèrent à contourner la sécurité et à rendre le bâtiment accessible de nouveau.

Ils installèrent le Capitaine sur une table et se déployèrent dans la base secrète. Une demi-heure après, les visiteurs avaient envahi le réseau, tel un cheval de Troie et ils avaient consulté les fichiers du personnel et les archives du centre. La vie des membres de l’agence était étalée sous leurs yeux. Une aubaine pour eux. Cinq cobayes à leur disposition sans qu’ils soient inquiétés, ils ne pouvaient pas rêver mieux pour étudier les habitants de cette planète. Le dirigeant fut conduit dans une pièce vide et un champ de force se matérialisa autour de son corps, le transportant dans un autre univers.

Le leader était inconscient, pourtant ses pupilles s’animaient sous ses paupières closes, démontrant l’activité inhabituelle de son cerveau. Le silence envahit la base à nouveau et l’expérience commença.

* Douze heures plus tôt

Jack était en train de courser un weevil et il allait l’intercepter dans une impasse lorsqu’un hurlement arrêta sa course. Il reconnut la voix de l’agent Jones et il rebroussa chemin, se dirigeant vers les bruits de lutte. En arrivant, il vit son subordonné aux prises avec une créature translucide et pourvue de tentacules qui emprisonnait le corps du jeune homme, l’étouffant sous la pression. Le regard de Ianto le suppliait de lui venir en aide et il se lança sur l’alien, armé d’un couteau, voulant trancher les liens de chairs qui retenait le Gallois.



Après de longues minutes de lutte, il réussit enfin à le libérer et à repousser la créature, la forçant à retourner dans le vortex ouvert. Ianto était mal en point et le Capitaine le souleva puis le ramena au SUV. Il fut rejoint par le docteur Harper et l’agent Sato qui revenaient vers eux après avoir entendu l’appel de détresse de leur collègue. Le médecin examina le blessé inconscient, puis ils l’installèrent sur la banquette arrière, Tosh prit place à ses côtés.

Le jeune homme reprit connaissance alors que le SUV se garait dans le parking souterrain. Il fut acheminé vers l’infirmerie malgré ses protestations pour un examen suite à son évanouissement. Owen ne trouva rien d’inquiétant après l’avoir ausculté et l’autorisa à rentrer chez lui. Sans le savoir, ils venaient d’être contaminés par une substance hallucinogène. Celle-ci se répandit dans leur organisme, se logeant dans leur cortex cérébral comme une toile d’araignée.

Le Capitaine raccompagna Ianto jusqu’à son appartement et lui souhaita bonne nuit, s’assurant que l’agent Jones ne manque de rien. Le leader retourna au centre et incita les autres membres à prendre également du repos. Depuis que l’agent Cooper était en lune de miel, ils étaient sur la brèche 24h/24. Les deux agents passèrent le sas avant que leur chef n’ait eu le temps d’ôter son manteau. Jack se mit à sourire, soulagé. Ils avaient, pour une fois, obéi sans discuter.

Le leader s’installa dans son fauteuil et ouvrit sa session. Il relata l’intervention en quelques mots, puis enregistra le fichier. Il éteignit la lampe de bureau et se rendit à la cuisine pour manger un morceau avant de repartir dans les rues de la cité galloise. En rentrant au milieu de la nuit, le Capitaine tomba sur d’étranges visiteurs près de l’office de tourisme et avant qu’il comprenne ce qui se passait, il fut happé vers le monde des ténèbres.

****

À 6 h 30 précise, Ianto Jones pénétra dans le Hub, il sut tout de suite que quelque chose n’allait pas. Le silence n’était pas habituel dans la base secrète, il y avait toujours une soufflerie d’ordinateur en fond sonore, mais là rien, le silence complet, accentué par la profondeur des lieux. Le quartier général, situé sous la tour d’eau, avait sa base enterrée dans la partie centrale de l’institut. L’eau coulait en continu, jour et nuit, et ressemblait au bruit d’un ruisseau, mais le Gallois ne l’entendit pas comme s’il était devenu sourd en l’espace d’une nuit. Il boucha ses oreilles puis les déboucha pour savoir s’il y aurait une différence.

Rien, pas la moindre trace de son, même le plus infime. Il attrapa un morceau de tuyau en métal et le laissa tomber par terre, mais à part les vibrations sur le sol qu’il sentit à travers son corps, il n’entendait absolument rien. Là, il commença à paniquer et partit à la recherche de son chef, pensant qu’il pourrait sûrement l’aider à comprendre ce qui lui arrivait. En entrant dans le bureau du leader, le jeune homme fut pris de convulsions et s’écroula à quelques mètres de la trappe ouverte.



Jack Harkness était dans son lit quand il entendit un bruit de chute dans la pièce du dessus. Il voulut se lever, mais son corps refusa de lui obéir, comme s’il était paralysé. Il cria et aucun son ne parvint à ses oreilles. Une goutte de sueur dégoulina sur son visage. Son cœur se mit à battre furieusement. Que se passait-il ? Pourquoi n’arrivait-il pas à bouger ? Soudain, l’immortel ressentit une violente douleur à la poitrine, comme une aiguille qu’on lui planterait dans le cœur et il perdit connaissance rapidement, sa tête retombant sur l’oreiller.

Owen Harper s’était levé du pied gauche et son humeur s’en ressentait, le manque de sommeil était en grande partie la cause de son état. Il poussa la porte de l’office de tourisme et entra dans le petit bureau. Son regard parcourut la pièce avant de se diriger vers le passage secret. Il traversa le couloir rapidement et entra dans l’ascenseur. Une fois les portes fermées, il sentit que quelque chose ne collait pas et avant qu’il n'ait eu le temps de se pencher sur la question, un gaz envahit la cabine et il tomba dans les pommes rapidement.

Toshiko Sato était, ce jour-là, de repos mais elle ne savait quoi faire de sa journée. Elle tourna en rond dans son appartement, pendant une heure, avant de saisir son sac, sa veste et de sortir précipitamment. Une fois sur la place près de la baie de Cardiff, elle se mit à courir vers l’office de Tourisme. Avant de pénétrer à l’intérieur du bâtiment, elle lissa ses vêtements et recoiffa ses cheveux. En entrant, elle faillit s’étaler par terre et pesta en voyant une pile de prospectus près de la porte d’entrée. Elle la déplaça en se demandant pourquoi Ianto ne l’avait pas fait. Son portable sonna, et avant qu’elle ne puisse le saisir, un coup fut porté à sa nuque et elle s’effondra par terre.

Gwen Cooper-Williams était en retard comme d’habitude. Avec son époux, elle avait fait la fête la veille chez ses beaux-parents et ils ne s’étaient pas réveillés malgré la pendule qui carillonnait à tue tête depuis plus d’une demi-heure. Rhys lui demanda de rester encore au lit avec lui et elle accepta. Après tout, ils rentraient de leur lune de miel et le boulot ne devait pas s’accumuler sur son bureau. Sans le savoir, elle fut la seule épargnée, n’étant pas présente au début de l’étude.
****

Le silence inquiétant du Hub fut la seule pensée de l’agent Jones quand il ouvrit les yeux. Il n’entendait absolument rien et péniblement, il rampa jusqu’à la trappe ouverte. En passant la tête par l’ouverture, il fut étonné de ne pas voir son Capitaine. Très affaibli, il hésita à descendre dans la chambre et alors qu’il allait rebrousser chemin, il fut tiré par les pieds. Le temps de comprendre ce qui lui arrivait, une aiguille s’enfonça dans son dos, le Gallois perdit connaissance aussitôt.

Jack Harkness ouvrit les yeux et regarda autour de lui. Il faisait sombre et il mit quelques secondes pour adapter sa vue. Quelques secondes de plus lui permirent de comprendre pourquoi il ne pouvait pas bouger. Il était sanglé sur une table d’examen, pratiquement nu. L’immortel s’était déjà retrouvé en sous-vêtement dans un lieu inconnu et il essaya de bouger, mais ne réussit qu’à resserrer plus ses liens.

Le cuir s’enfonçait dans sa chair et il poussa un léger cri quand il reçut une décharge électrique. Il baissa les yeux et constata qu’un câble, relié à une machine, sortait du bout de la table. Il bougea légèrement et il sentit des patchs posés sur sa peau. Le Capitaine n’était pas un homme craintif, cependant, il n’aimait pas que l’on porte atteinte à sa personne sans qu’il soit pleinement consentant.

La lumière s’alluma soudainement et il vit un humanoïde traîner un corps derrière lui. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître son subordonné, le jeune Gallois qui le faisait fantasmer depuis qu’il l’avait engagé. Ce dernier était inconscient et Jack ouvrit la bouche pour demander ce qu’ils faisaient là, mais aucun son n’en sorti à croire qu’il était devenu muet tout d’un coup.

L’inconnu déposa le corps du jeune homme sur une table à l’autre bout de la pièce et le déshabilla, ne lui laissant que son sous-vêtement, puis il le sangla. L’immortel ne pouvait détacher ses yeux du Gallois. Même dans ses rêves les plus fous, il n’avait pas imaginé qu’il serait aussi désirable. Ianto commença à émerger et cligna des yeux. Il frissonna et baissa le regard sur son corps. Voyant qu’il était à moitié nu, il devint rouge comme une tomate et la couleur prit une teinte plus foncée quand il sentit qu’on le dévisageait.

Le jeune homme tourna la tête et croisa deux prunelles azur qui le détaillaient de la tête aux pieds et inversement. Il détourna les siennes, se sentant mal à l’aise d’être observer de la sorte. Un bruissement le fit regarder à nouveau vers son Capitaine et il aperçut cette étrange machine. En plissant les yeux, il constata que le leader était branché à un générateur qui produisait des sons étranges. Où étaient-ils enfermés ? Surmontant sa gêne, il fixa le Capitaine qui essayait vainement de communiquer avec lui.

Le Gallois voyait sa bouche bouger, mais n’entendait aucun son en sortir. Là, il paniqua et essaya de se dégager des liens qui le maintenaient. Plus il bougeait, plus l’immortel réagissait. À un moment, ce dernier perdit connaissance à force de recevoir des décharges électriques. Ianto comprit alors le supplice qu’il endurait et demeura immobile. Il ferma les yeux et réfléchit calmement à un moyen de se dégager sans risquer de porter préjudice à son Capitaine. Ce dernier lui en fut reconnaissant dès qu’il eut repris ses esprits.

Jack chercha dans la pièce un objectif ou un moyen de communication. Il avait déjà été enlevé et torturé et savait que les ravisseurs n’allaient pas tarder à se manifester, ce n’était qu’une question de temps. Notion dont il était pourvu puisqu’ils ne pouvaient rien faire à part attendre.

Owen se réveilla ligoté sur une chaise, il ne savait pas où il se trouvait. Le local où il était enfermé lui était inconnu. Il se demandait depuis combien de temps il était retenu prisonnier. Son regard parcourut la pièce à la recherche d’une sortie et tomba sur un corps allongé près de l’entrée. De la place où il se trouvait, il n’arrivait pas à distinguer les traits de l’individu. Il bougea un peu et réussit à avancer de quelques centimètres et là, il la reconnut.

Mon dieu, c’est Tosh ! Eh ma belle, réveille…



Le médecin s’interrompit brusquement, il n’avait pas entendu sa voix. Pourquoi n’entendait-il aucun son ? Il n’était pas du genre à paniquer habituellement, ayant l’habitude de côtoyer des créatures étranges depuis qu’il travaillait à l’institut Torchwood, cependant là, il ne comprenait pas ce qui se passait. Que lui était-il arrivé ? Le docteur Harper se mit à réfléchir. Quelle était la dernière pensée qu’il avait eue, la dernière chose qu’il avait faite ? Owen avait beau essayer de se souvenir, il était incapable de se rappeler la moindre chose.

L’informaticienne ouvrit les yeux et fit une grimace, sa nuque était douloureuse et elle porta une main à sa tête, sentant une bosse sous ses doigts. La jeune femme essaya de se lever, mais elle en fut incapable. Tournant le visage sur le côté, elle aperçut son collègue. Savoir qu’elle n’était pas seule dans cet endroit la rassura, puis voyant que le médecin n’arrivait pas à bouger, elle comprit qu’ils étaient retenus prisonniers par un champ de force. C’était la seule explication plausible qui pouvait expliquer ce phénomène.

Le Gallois, quant à lui, échafaudait un plan pour se libérer, se demandant comment ils avaient atterri dans cette galère. Depuis qu’il travaillait dans cette agence, il en avait vu des situations étranges, des apparitions surnaturelles, mais rien approchant de près ou de loin à ça. Où étaient-ils retenus prisonniers ? Pourquoi ne pouvait-il pas communiquer avec son Capitaine ? Ce dernier n’osait plus bouger, ou penser, craignant de recevoir une autre décharge.

Le leader ne comprenait pas pourquoi il subissait ces sévices. Qu’avait-il fait pour mériter tout ceci ? Depuis qu’il était devenu immortel, sa plus grande crainte était de finir sur une table, à être autopsier comme une créature sortie de la faille. Seul, il ne pouvait rien faire pour échapper à ses bourreaux invisibles. Qui étaient ces individus ? Pourquoi eux ? Pourquoi maintenant ? Quel était le but de cette expérience ?

Owen fixait son amie et elle lui fit un signe de tête, désignant le plafond de la pièce où ils étaient retenus prisonniers. Le médecin cligna des yeux, essayant de voir ce qu’elle tentait de lui montrer. Puis il se pencha la tête sur le côté et sentit comme un courant électrique, une force invisible à l’œil nue qui le repoussait. Là, il se rendit compte que l’espace autour de lui était entouré d’un champ de force. Il tourna à nouveau le visage vers la jeune femme et elle lui fit un signe de la tête, lui confirmant ses soupçons.
****

Gwen Cooper ouvrit les yeux et jeta un coup d’œil à sa montre. En voyant l’heure, elle bondit de son lit, réveillant par la même occasion son mari qui pesta bruyamment. La Galloise se tourna vers son compagnon, agitant le réveil devant lui. Là, il comprit son angoisse et se leva prestement, enfilant son caleçon et son pantalon. Un quart d’heure plus tard, ils quittaient l’appartement et s’engouffraient dans leur véhicule en direction de la place Roald Dahl.

Arrivés à proximité du centre Millenium, ils furent ralentis par un embouteillage. La jeune femme descendit et continua à pied, cherchant une excuse à présenter à son supérieur pour son retard. Elle arriva devant le bâtiment de l’office et fut surprise de le trouver verrouillé. Des touristes attendaient sur la place et commençaient à s’impatienter. L’agent Cooper, pensant que l’équipe était partie sur une intervention, expliqua aux estivants que le bureau était fermé pour l’instant et qu’il serait ouvert plus tard dans la journée. Après quelques minutes, les vacanciers s’éloignèrent et elle entra dans le local.

Gwen observa la pièce, trouvant étrange que les prospectus soient étalés sur le sol. Elle savait que l’agent Jones arrivait tôt le matin et qu’il laissait toujours les lieux rangés avant de descendre au Hub. Elle ouvrit l’accès secret et parcourut, en courant, les quelques mètres la séparant de l’ascenseur. Si les membres étaient en mission, elle trouverait sans doute un message lui indiquant où les rejoindre. Les portes de la cabine s’ouvrirent et elle se dirigea vers le sas. Un silence inquiétant régnait dans la base secrète. Pas le moindre son, ni bruit, même l’eau semblait s’être solidifiée, ne coulant plus le long de la tour de verre.

La Galloise fit quelques pas, le cœur battant la chamade et l’arme au poing. Personne à l’horizon, la zone était dans la pénombre et elle se dirigea vers l’interrupteur, voulant éclairer les lieux. Le boîtier de commande se trouvait à moins de deux mètres de la roue de fer et Gwen avança lentement, ne sachant pas où elle mettait les pieds. Des câbles jonchaient le sol et elle dut les enjamber pour arriver au coffret électrique.

En appuyant sur le commutateur, elle constata que celui-ci ne fonctionnait pas et l’agent Cooper-Williams n’avait pas de lampe de poche sur elle. Inquiète, elle se tourna vers la zone informatique qui était plongée dans le noir. Comment cela était-il possible ? Les ordinateurs n’étaient jamais éteints, les programmes tournaient en permanence, la CCTV était toujours branchée et l’écran mural allumé. Un léger bruissement la fit sursauter et elle poussa un petit cri.

– Qui est là ? demanda-t-elle d’une voix hésitante.

Gwen n’en menait pas large, c’est la première fois qu’elle se retrouvait seule dans la base souterraine et elle ne savait pas quoi faire. Prenant une grande inspiration, la jeune femme rangea son arme et avança lentement, se dirigeant vers les postes de travail en essayant de ne pas se prendre les pieds dans les câbles électriques.

Du calme Gwen, personne ne peut pénétrer ici.

A suivre...


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**


Dernière édition par Aragone17 le Mar 5 Mar 2013 - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
duneline
Tu deviens le rêve…….
Tu deviens le rêve…….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Serpent
Messages : 1236
Date d'inscription : 04/06/2011
Age : 40

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 19:55

Quel plaisir de redécouvrir ta fic ici!

La suite!


Elijah Baley, l'inspecteur brun et le chatain R.Daneel Olivaw.



"Le véritable amour efface l'intolérance et les différences."

Duneline 16/03/12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2586-duneline
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7227
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 55
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 20:10

Ça commence bien, l'équipe est dans de sales draps ça craint vraiment


Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
Yseult
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 13277
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 38
Localisation : Courcelles, Belgique

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 20:43

Citation :
Celle-ci se répandit dans leur organisme, se logeant dans leur cortex cérébral comme une toile d’araignée.

Comme quoi, ne pas avoir de cerveau, peut s'avérer être un avantage dans certaines circonstances. Pas de cerveau, pas moyen de se loger au cortex cérébral rire démoniaque



Ah beh voilà qu'ils sont sourds asteur. Je savais que ça pouvait rendre sourd mais pas à ce point. heu


Citation :
Même dans ses rêves les plus fous, il n’avait pas imaginé qu’il serait aussi désirable. Ianto commença à émerger et cligna des yeux. Il frissonna et baissa le regard sur son corps. Voyant qu’il était à moitié nu, il devint rouge comme une tomate et la couleur prit une teinte plus foncée quand il sentit qu’on le dévisageait.

M'enfin, ils sont ligotés et monsieur a quand même les yeux et les pensées baladeuses! C'est pas le moment nom di doum !!! colére




Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie!
 


La perfection n'existe pas sur Terre", Mais alors...D'où viens-je ? ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1509-yseult http://les-histoires-de-snurf.eklablog.com/
bleuri59
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Rat
Messages : 6609
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 57
Localisation : LILLE

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 21:01

Wouah non le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils ne sont pas à la fête. Le décor est posé c\'est pas vrai ! il ne nous reste plus qu'à attendre de voir ce que tu leur as mitonné je vois

Je remarque quand même que même dans la mouise, monsieur le capitaine ne peut pas s'empêcher d'admirer son subordonné, et d'apprécier le spectacle. Oh le coquin !!!



Ne cherchez pas à être heureux soyez le
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1983-bleuri59
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35129
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 21:33

Un début tout ce qu'il y a de prometteur!!! Et même si je connais la fin, je vais me faire un plaisir de relire cette histoire...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Tyoris
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 1926
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 37
Localisation : Dans une usine de Guimauve ^^
Mon pairing du moment: : Sherlock / John

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 21:43

Eh ben ils sont pas à la fête sucette au caramel
J'aime beaucoup Jack et ses yeux baladeurs, il sait tirer parti du meilleur en toute circonstance rire démoniaque



Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.
Michel Audiard



Merci Lillie!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3133-tyoris
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14141
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mar 5 Mar 2013 - 22:59

à l'origine c'était un délire comme j'aime en écrire parfois et j'ai dû le réduire pour coller dans le nombre de pages demandées pour le fanzine
Le Capitaine ne perd pas le nord, même si pour l'instant sa situation n'est pas enviable et encore j'ai été gentille, la première version était plus... mais je me suis rattrapée sur une autre fiction la suite, demain


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
actarus
Tu guide désormais quelqu'un sur le chemin du rêve et de l'imagination......
Tu guide désormais quelqu'un sur le chemin du rêve et de l'imagination......
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Coq
Messages : 1582
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 48
Localisation : toujours près de Jack et Ianto

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 8:06

Je connais déjà l'histoire, mais tes écrits sont tellement beau que ça va être un réel plaisir de la relire .
L'histoire comment bien voilà l'équipe dans de sale draps on va dire, pourtant une chose ne changer pas, c'est Jack il garde à l'esprit son cher Gallois et ne manque pas de poser son regard sur lui .

Vivement la suite



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2953-actarus
mumu71
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 9898
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 46
Localisation : quelque part dans mon imaginaire

MessageSujet: Sujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13    Mer 6 Mar 2013 - 10:21

Ils sont vraiment dans de sale draps les pauvres!!!
ce qui n'empêche pas jack de désirer ianto. ben voyons
il ne perd vraiment pas le nord sadique
Heureuse de pouvoir lire une nouvelle fic sur torchwood. et heureuse surtout de découvrir une nouvelle fic de toi aragone d'autant plus que moi je ne la connais pas celle-ci interogation
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t6805-mumu71
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9873
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 11:04



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14141
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 13:04

merci pour vos coms, les filles

mumu71 a écrit:
heureuse surtout de découvrir une nouvelle fic de toi aragone d'autant plus que moi je ne la connais pas celle-ci

normal Mumu, elle était encore dans mon PC et je ne devais pas la publier, à l'origine, dans le Fanzine et il y a deux autres fictions qui sont encore en gestation et une finie, mais que je n'ai pas encore eu le temps de relire et chapitrer


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
ozias
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 1935
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 49
Localisation : eure et loir

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 16:51

Les champs de forces, ça empéche de bouger.

C'est balot, je connais un certain capitaine qui doit bouillir.

Son gallois est si proche et pourtant si inaccessible.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2172-ozias
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14141
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 18:31

Merci pour ton com Ozias , voici la suite



*****************


La Galloise atteignit la zone sans tomber et poussa un soupir de soulagement. Elle tâtonna à la recherche d’une lampe de poche, certaine d’en trouver une sur le plan de travail. Lorsque sa paume se referma sur l’objet, elle sourit et alluma la torche, éclairant les lieux autour d’elle. Rien à l’horizon, pas la moindre trace de passage de ses collègues. Tout était trop calme pour que cela ne paraisse pas suspect. Prenant son courage à deux mains, Gwen se dirigea vers le bureau du leader, la porte était entrebâillée et la pièce vide.

Où sont-ils passés ? Jack ne serait pas absenté sans son manteau, se dit-elle en voyant le vêtement posé sur le dossier du fauteuil du leader.

L’agent Cooper-Williams fit le tour de la table, à la recherche d’un mot ou d’un indice lui indiquant où les membres étaient partis. Le plan de travail était net, comme si quelqu’un avait fait le ménage, pas le moindre stylo, ni dossier, juste le sous-main du Capitaine et son pot à crayon vide. Intriguée, Gwen balaya la pièce du regard lentement et ses yeux s’arrêtèrent sur la trappe ouverte. Elle approcha et pointa sa torche vers la pièce du bas. Tout était rangé, comme si le leader n’était pas descendu depuis quelques jours.

Seraient-ils partis en expédition ? Ils savaient que je rentrais ce matin ! Ils auraient pu m’avertir, maugréa-t-elle.

Son cœur rata quelques battements quand elle entendit un son étrange, comme si quelque chose avait investi le centre. Gwen posa une main sur son arme, soulagée de l’avoir prise et elle se dirigea vers la sortie. Sur le seuil, elle baissa la lampe torche et observa la zone centrale. Quelqu’un ou quelque chose se déplaçait rapidement entre les meubles et la jeune femme retira le cran de sécurité de son pistolet, puis elle sortit du bureau lentement, le pointant devant elle.


Gwen poussa un cri en voyant apparaître un individu dans la lumière de sa lampe qu’elle venait de lever. Ce dernier, tout aussi surpris qu’elle, stoppa brusquement et dégaina son révolver, mettant en joue l’agent Cooper-Williams.


– Qui êtes-vous ? cria-t-elle.
– Et vous ? rétorqua l’homme en fronçant les sourcils.
– J’ai posé la question la première ! Que faites-vous ici ? Comment êtes-vous entré ?
– Ok. Vous devez être Gwen ! lâcha-t-il en baissant son arme.
– Comment connaissez-vous mon prénom ?
– Jack m’a parlé de vous et de vos collègues. Je pensais le trouver ici, mais le centre est vide. Où est-il ?
– Je ne sais pas. Qui êtes-vous ? répéta-t-elle.
– Capitaine John Hart, un vieil ami de votre chef.
– Étrange, il n’a jamais parlé de vous. Où l’avez-vous rencontré ?
– C’est une longue histoire ! Je n’ai pas le temps de vous la raconter, je suis sur une piste et j’ai besoin de son aide. Je suivais des créatures et elles ont activé un vortex. Je les ai suivies et j’ai atterri dans cette ville, près de l’office de tourisme.
– Et comment êtes-vous rentré ?
– Avec ça, fit-il en soulevant le bras. Un manipulateur de vortex, je peux me téléporter où je veux, fanfaronna-t-il.

Gwen approcha en reconnaissant le bracelet au poignet de John, c’était le même que celui de l’immortel, à quelques détails près, celui du Capitaine Harkness n’avait pas cette fonction.

– Vous êtes comme lui ?
– Comment ça comme lui ?
– Immortel, lâcha-t-elle.
– De quoi parlez-vous ma jolie ?

Gwen le détailla, se demandant qui était ce type qui disait être l’ami de Jack. John la scrutait également, ainsi son ancien acolyte était devenu immortel ! Comment cela avait-il pu arriver ? Jamais le leader ne lui avait parlé de sa particularité alors qu’ils s’étaient vus récemment.

– Vous ne le saviez pas ? Je croyais que c’était votre ami !
– Eh bien, Jack l’aura certainement oublié ! Maintenant, baissez votre arme et aidez-moi à remettre le courant dans cette base.
– J’ai déjà essayé, cela ne marche pas ! marmonna-t-elle.
– Vous avez un boîtier de commande ?
– Oui, près du sas d’entrée. Je ne comprends pas comment cela a pu arriver, continua-t-elle. L’éclairage de secours ne s’est pas mis en marche, les ordinateurs sont éteints comme si…
– Vous pensez à un sabotage ? la coupa-t-il.
– Sabotage ? Qui serait capable d’endommager le système de sécurité ? Vous êtes là depuis longtemps ?
– Une heure environ. J’ai fait le tour, il n’y a aucun signal d’humain à part vous et moi.
– Les weevils ?
– Enfermés dans les cellules.
– Vous y êtes allé ? Comment…

Gwen se tut en croisant le regard amusé de John, et même si elle avait des soupçons, la jeune femme était soulagée de ne pas être seule au Hub, surtout lorsqu’il était plongé dans le noir.

****

Owen avait réussi, à force de tirer sur ses liens, à libérer ses mains et il put masser ses poignets. Les marques étaient profondes et rouges. Il essaya de se lever, mais ses jambes refusèrent de le porter et il retomba lourdement sur la chaise. Tosh l’observait et tenta de faire pareil, cependant ses membres inférieurs refusaient de bouger, comme si elle était paralysée à partir du bassin. Une larme coula sur sa joue et elle ferma les yeux. Comment faire pour sortir de ce piège ?

Ianto était lui aussi en train d’essayer de se libérer des liens qui entravaient ses mouvements. Il se tortillait sur la table et malgré ses efforts, ses attaches ne bougèrent pas. Il n’arrivait pas à se détacher. Le Capitaine avait la tête tournée vers lui et il l’observait. Le leader avait compris, après avoir reçu plusieurs décharges, qu’il devait se contrôler et ne pas laisser ses pensées divaguer vers le plus jeune. Ce dernier sentit son regard et il soupira. Quoiqu’il fasse, rien ne changerait. Il était toujours embarqué, malgré lui, dans des situations inextricables, à croire qu’il les attirait !

L’immortel essayait de se souvenir de ce qu’il avait fait la veille. Il se rappelait le bâtiment de l’office et… que s’était-il passé ensuite ? Il devait forcément y avoir une explication ! Un détail lui échappait, quelque chose qu’il avait vu ou entendu, mais rien ne venait rafraîchir sa mémoire, à part… cette douleur, comme une brûlure. Il était mort, cela il en était persuadé, mais pourquoi se trouvait-il ici ?

Un léger son lui fit tourner la tête vers le Gallois. Ce dernier, certain d’avoir son attention, dirigea son regard vers un point rouge qui venait d’apparaître au plafond. Le leader le vit également et il se concentra dessus, essayant de distinguer si c’était un dispositif de surveillance. La lumière s’éteignit brusquement, les plongeant dans la pénombre.

Il ne manquait plus que ça !

Le Capitaine ne voyait plus rien et il tourna le visage vers l’emplacement où se trouvait le Gallois, essayant de distinguer sa silhouette. Ledit Gallois fermait les yeux, écoutant les bruits autour de lui. Il avait perçu un léger son et quand il sentit quelque chose frôler sa peau, il se mit à hurler. Là encore, il n’entendait pas ses cris et la panique s’empara de lui lorsqu’il fut soulevé comme un fétu de paille.

Jack se figea, il venait d’entendre les pensées de son subordonné. Jamais au cours des mois que le jeune homme avait passé au centre, il n’avait réussi à entrer en contact avec son esprit. L’immortel essaya de se connecter à l’agent Jones, ressentant l’angoisse grandissante du plus jeune. La frayeur transpirait par tous ses pores. Le Capitaine ne pouvait rien faire pour atténuer son angoisse, lui-même commençait à trouver que leur situation était loin d’être agréable. Ils étaient retenus prisonniers par des inconnus, dans un lieu qu’il n’avait jamais vu auparavant. Pourtant, quelque chose clochait, un détail que son subconscient avait détecté, mais que ses yeux ne voyaient pas encore.

****

Gwen regardait l’homme agir et elle devait reconnaître qu’il savait y faire le bougre. Depuis qu’il était apparu devant ses yeux, la jeune femme se sentait plus rassurée. Le Capitaine Hart avait un certain charme, mais il était arrogant, cependant elle ne pouvait pas rester seule alors que les membres de l’équipe ne donnaient pas signe de vie. Où étaient-ils passés ? Pourquoi n’avaient-ils pas laissé de message ou de consigne ?

– Que s’est-il passé hier ? interrogea John.
– Je n’en sais rien, lâcha Gwen, je n’étais pas de garde, ajouta-t-elle rapidement. Pourquoi ?
– Apparemment, quelque chose est arrivé, qui expliquerait l’absence de vos collègues.
– Vous savez de quoi il s’agit.
– Non, mais je suppose que votre système de surveillance a enregistré leurs déplacements.
– Bien sûr, je vais aller consulter les images d’archives, renchérit la Galloise.
– Je dois remettre le courant auparavant, signala Hart en se dirigeant vers le bloc électrique.

Quelques instants plus tard, la lumière éclaira les lieux et Gwen avança vers la zone centrale, mais lorsqu’elle voulut prendre place derrière un écran, un crépitement résonna dans les haut-parleurs et l’obscurité reprit sa place dans le Hub, tirant un cri à l’agent Cooper. Néanmoins, John put distinguer, l’espace d’une fraction de seconde une forme translucide qui s’éloignait de la jeune femme.

– Tout va bien ma jolie ?
– Qu’est-ce que c’était ? s’écria-t-elle.
Nous ne sommes pas seuls. Ne bougez pas, lâcha-t-il en marchant vers elle.
– Quelque chose m’a frôlé, fit Gwen, la voix tremblante.
– Je suis là, annonça-t-il, voulant calmer l’agent Cooper.

John fut près d’elle en quelques enjambées et elle se jeta dans ses bras, frissonnant de tous ses membres. Le visiteur se mit à sourire, se demandant s’il aurait le temps de… il se ravisa en repensant à la créature qu’il avait entrevue. L’ancien agent du Temps savait maintenant à quoi il avait affaire et il n’avait pas prévu que cette entité aurait pu envahir la base secrète. Pourquoi était-elle encore là ?

Hart n’était pas rassuré. Jamais, au cours de ses voyages dans l’univers, il n’avait été en contact direct avec ce parasite. Ce dernier faisait partie d’une expérimentation et un frisson le parcourut des pieds à la tête. D’habitude, les formes de vie étaient analysées dans un vaisseau en orbite autour de la planète choisie, à moins qu’un élément extérieur ait changé la donne.

Jack va être furieux, il va falloir que je les sorte de là, sans qu’il se doute de quelque chose.
– Où est-elle ?
– De quoi parlez-vous ?
– De cette chose qui m’a touché, vous croyez que c’était un fantôme ?
– Les fantômes n’existent pas, enfin pas sous cette forme, rectifia-t-il. C’était un Drakh, seulement il ne peut s’aventurer sur une planète sans un environnement adapté à sa morphologie. Ils sont ici, dans cette base, finit-il.
– De quoi parlez-vous ? Qui est ici ?
– Ils se nomment les Ombres. Ce sont des aliens qui pratiquent des expériences sur les créatures humanoïdes qu’ils rencontrent. Ils observent le comportement des cobayes lors de situations diverses pour voir comment ils réagissent. En général, l’étude ne dure pas plus d’une journée ou deux et les victimes n’ont aucun souvenir de leur captivité. Leur planète Varuna se trouve dans les limbes dans la galaxie du Triangle et tout vaisseau qui s'y aventure n'en revient jamais.
– Et vous pensez qu’ils sont responsables de leur disparition, fit-elle dans un souffle.
– C’est la seule explication à la présence du Drakh dans le centre. Il faut trouver la brèche qui nous mènera à leur vaisseau, mais avant nous devons alimenter la base en électricité. Avez-vous un générateur de secours ?
– Je n’en sais rien, c’est Ianto qui s’occupe de la maintenance du Hub.
– D’accord, je vais devoir descendre…
– Vous n’allez pas me laisser seule, le coupa-t-elle.
– Vous ne risquez rien, l’expérience a dû commencer et ils ne sont pas ici, lâcha-t-il faisant mine de s’éloigner.
– Qu’en savez-vous ?
– Vous devez me faire confiance ma belle, mentit-il. Vous ne bougez pas d’ici, je reviens dans quelques minutes, continua-t-il en se dirigeant vers le couloir menant aux niveaux inférieurs.

Le Capitaine Hart avait déjà parcouru les conduits avec sa lampe de poche une heure plus tôt et il se dirigea en courant vers la réserve, certain de trouver son bonheur dans cette pièce. Il déverrouilla la serrure à l’aide des commandes de son bracelet et il entra dans le local. John était sur ses gardes, la présence d’un Drakh dans l’enceinte du bâtiment avait de quoi surprendre : la créature ne pouvait pas vivre plus de quelques minutes hors de son environnement.

Là, l’ancien agent du Temps ne pouvait pas faire comme si la situation n’était pas critique. Il avait voulu rassurer la jeune femme, mais il se posait des questions sur le parasite. En règle générale, les victimes étaient enlevées, droguées et téléportées sur un vaisseau, à des millions de kilomètres de la planète où la récolte avait eu lieu. Pourquoi les Ombres avaient-ils changé de procédure ? Les poursuivre à travers la galaxie n’avait pas été une idée lumineuse, Hart en convenait, mais il n’avait pas pensé aux conséquences lorsqu’il les avait suivis.

John était loin d’imaginer que les créatures viendraient dans cet espace-temps. Pourquoi Cardiff ? Qu’y avait-il de particulier dans cette cité galloise qui aurait pu décider les entités à entreprendre les analyses de comportement ? Il mit en route le groupe de secours, soulagé que celui-ci démarre sans attendre et il retourna vers la zone centrale. Au détour d’un couloir, une brèche apparut subitement, faisant ralentir le visiteur. Face à lui, un Drakh sortit de la déchirure. Était-ce le même ?

John ne fit aucun mouvement et retint sa respiration. Le souvenir des jours précédents s’imposa à lui et il frémit. Il avait été, lui aussi, un cobaye des Ombres et sa mémoire n’avait pas été effacée, comme si le processus avait eu une défaillance technique. Se réveiller, sanglé sur une table de verre avait été l’expérience la plus traumatisante de sa vie et il ne voulait pas tenter le diable en tombant à nouveau entre leurs mains.

Le parasite resta immobile quelques instants avant de disparaître subitement. Où était-il passé ? Que risquait-il en restant dans le quartier général de l’institut ? Comprenant que l’agent Cooper-Williams pourrait être une potentielle victime de ces créatures, Hart hâta le pas et rejoignit la zone centrale. En apercevant la Galloise, il soupira. Son regard parcourut les lieux, ils étaient seuls dans la zone et il fut soulagé, pas la moindre trace du Drakh.

– C’est bizarre, lâcha Gwen en levant la tête vers lui.
– Quoi donc ?
– Si je me réfère aux séquences enregistrées, il manquerait douze heures dans la sauvegarde des images, comme si le programme avait été piraté… Vous pensez que ce sont ces créatures qui en sont responsables ?
– Dans un autre contexte je vous dirais non, mais avec eux, il faut s’attendre à tout ! Vos amis sont quelque part là-haut, fit-il en désignant le haut de la tour de verre.
– Comment allons-nous les ramener ?
– Il faut trouver l’emplacement du vaisseau, en espérant qu’ils y sont encore.

****

Le leader fixait l’endroit où se trouvait l’agent Jones quelques secondes avant que la lumière soit coupée. Il se concentra, faisant le vide autour de lui. Son subconscient avait capté un détail qui avait son importance, mais il n’arrivait pas à se souvenir. Ianto sentit des mains le palper et malgré ses protestations, les individus continuaient leur office, sans se soucier de lui. Crier ne servait à rien puisque les sons étaient inaudibles. Qui étaient-ils et pourquoi leur faisait-on subir tout ceci ?

Le docteur Harper observait la Japonaise. Cette dernière était en pleine réflexion. Ils étaient dans une situation critique, mais il devait bien y avoir une solution pour sortir de ce piège. Elle n’était pas censée travailler, mais rester chez elle à tourner en rond était pire qu’une visite chez le dentiste. La veille, ils avaient coursé des weevils à travers les artères de la cité et la mission se déroulait sans encombre jusqu’à ce qu’ils entendent l’appel de détresse de l’agent Jones. En arrivant au SUV, ils avaient trouvé le leader penché sur Ianto. Ce dernier était sans connaissance et ils avaient dû retourner à la base. Après avoir rédigé leur rapport, ils étaient tous rentrés chez eux jusqu’à ce matin. Ensuite, le flou total, pas moyen de se souvenir ce qu’elle avait fait depuis qu’elle avait pénétré dans le bâtiment municipal.

L’immortel commençait à perdre son calme. Cette expérimentation avait assez duré ! Il essaya de se dégager de ses liens, mais après plusieurs tentatives infructueuses, il reçut une puissante décharge électrique qui le fit se tordre de douleur, le dissuadant de poursuivre la manœuvre. Ianto le fixait, conscient que son supérieur endurait une souffrance à la limite du supportable et ne comprenait pas pourquoi il subissait ces sévices.

Pourquoi s’en prenait-on à lui ? Qu’avait-il de particulier ? La seule différence avec eux était la particularité du Capitaine Harkness. Était-ce le but de cette expérience ? L’agent Jones ne le savait pas, néanmoins il doutait que cela soit autre chose. Ils devaient se trouver dans une sorte de laboratoire à en juger la clarté des murs, à moins que tout ceci ne soit qu’un mauvais songe. Était-il en train de rêver ? Si tel était le cas, le jeune homme n’aimait pas la tournure que prenait cette projection. En règle générale, ses nuits étaient peuplées de scènes plus agréables.

A suivre...


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Yseult
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 13277
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 38
Localisation : Courcelles, Belgique

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 18:57

Citation :
Il essaya de se lever, mais ses jambes refusèrent de le porter et il retomba lourdement sur la chaise. Tosh l’observait et tenta de faire pareil, cependant ses membres inférieurs refusaient de bouger

M'enfin c'est quoi cette rébellion des guiboles? Elles ont été mal éduquées qu'elles refusent d'obéir colére



Citation :
Ledit Gallois fermait les yeux, écoutant les bruits autour de lui.


Ils ne sont plus sourds c'est déjà un point positif bravo

Citation :
il se mit à hurler. Là encore, il n’entendait pas ses cris

ah beh si, il est re-sourd rire démoniaque


Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie!
 


La perfection n'existe pas sur Terre", Mais alors...D'où viens-je ? ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1509-yseult http://les-histoires-de-snurf.eklablog.com/
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13427
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 19:46

Contente de relire cette histoire ! L'équipe est dans une situation périlleuse et mon pauvre chouchou fait peine à voir... Fichus Aliens ! John et Gwen vont bien trouver quelque chose pour les sauver ! Malgré la situation, Jack n'a pas pu s'empêcher de se rincer l’œil Un gallois quasiment nu à côté de lui et tellement inaccessible aussi...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 5016
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 19:51

j'aime beaucoup , ce que tu écris est vraiment captivant


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35129
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Mer 6 Mar 2013 - 21:55



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7227
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 55
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Jeu 7 Mar 2013 - 6:18

Le Capitaine a compris, il doit rester tranquille, mais ce n'est pas comme ça qu'il pourra aider le Gallois colére Si John est là, c'est qu'il est mêlé à l'affaire, ça risque de chauffer pour lui si Jack découvre qu'il a fait quelque chose qui les a mené à cette situation.



Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9873
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Jeu 7 Mar 2013 - 12:03



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14141
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Jeu 7 Mar 2013 - 19:07

Merci pour vos coms , voilà la suite et fin de ce délire




***************

Ianto ferma les yeux, tentant de calmer les battements de son cœur puis il entrouvrit les paupières lentement. À sa grande déception, rien n’avait changé, il était toujours allongé sur un plan dur, à moitié nu et en tournant la tête, il aperçut son supérieur. Dire qu’il avait souvent rêvé de ce moment où Jack serait allongé à ses côtés, mais rien dans les instants qu’ils vivaient ne ressemblait de près ou de loin à ses songes nocturnes ! Là, ils étaient immobilisés par des liens invisibles et il ne savait pas pour quelle raison ils subissaient cette épreuve. Qu’avait-il fait pour se retrouver dans ce cauchemar éveillé ?

Le Capitaine, lui aussi, se posait des questions et commençait à entrevoir des réponses. Il avait vécu suffisamment longtemps pour savoir que rien n’arrivait sans raison et la plupart du temps, la solution se trouvait à sa portée s’il se concentrait sur l’essentiel. La proximité de l’agent Jones ne l’avait pas aidé à réfléchir, loin de là. Cette tentation ambulante le faisait fantasmer et plus il pensait à Ianto et à son corps dénudé, plus la machine lui envoyait des décharges électriques. Faire abstraction de celui qui enflammait son cœur depuis quelques semaines était plus facile à dire qu’à réaliser, cependant leur sauvegarde dépendait de sa capacité à se contrôler.

****

La Galloise fronça les sourcils. Comment allaient-ils s’y prendre alors qu’ils n’avaient aucune piste à explorer ?

Il en a de bonnes, comme si l’on pouvait repérer un vaisseau d’un claquement de doigts ! Comment procède-t-on ?
– Vous devez bien avoir un programme qui détecte les objets non identifiés en orbite autour de la Terre, fit John en se plaçant derrière un autre écran.
– Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nous ne sommes pas à la NASA ! maugréa-t-elle.
– Jack a bien un moyen de repérer les visiteurs comme une alerte qui se déclencherait à l’approche de bâtiments aliens.
– Nous avons l’alarme de la faille. Je vais consulter les données. Elle s’est déclenchée hier soir à 23 heures précises, et ensuite plus rien. C’est étrange, les enregistrements de la CCTV se sont arrêtés peu après. À part une intervention manuelle sur le système de surveillance, je ne vois pas comment les séquences ont pu disparaître.
– Vous n’avez pas de sauvegarde ?
– Si, mais il faut le mot de passe de Jack pour accéder au fichier.
– C’est un code alphanumérique ?
– Je n’en sais rien ! renchérit-elle. Je ne suis pas assez proche du Capitaine.
– Vous n’êtes pas dans la confidence. Cela m’étonne, lâcha-t-il, à moins que… je vois que vous avez une alliance.
– Je suis jeune mariée, rétorqua-t-elle en exhibant sa bague devant Hart.
– Il en a de la chance ! Bien, je vais essayer de le craquer, mais ça va me prendre du temps. Pourriez-vous me préparer un café ?
– Je ne suis pas le majordome ! Vous n’avez qu’à le faire vous même !
Tigresse ! Dommage que je n’ai pas le temps, ma jolie, pensa John en croisant le regard de la Galloise.

****

Tosh avait compris que se débattre ne servait à rien. Plus elle se démenait, plus les parois se resserraient comme si elles étaient commandées par ses mouvements. Elle tourna la tête vers le médecin qui tentait une nouvelle fois de se redresser. La sueur coulait le long de ses tempes et il était en train de suffoquer, l’oxygène commençant à manquer dans sa bulle invisible. Sa plus grande peur était de mourir asphyxié alors qu’il avait encore tant de choses à accomplir. Était-ce le but de ces ravisseurs ? Si tel était le cas, pourquoi était-il toujours en vie ? Ce n’était pas logique, il devait bien avoir une raison à tout cela, mais Owen n’arrivait pas à discerner le mobile de leur capture.

Du plus loin qu’il s’en souvienne, Ianto n’avait jamais vécu de situation telle que celle-ci depuis qu’il avait pris ses fonctions à Torchwood Cardiff, à part bien sûr cette funeste expédition dans la campagne galloise où il avait failli mourir égorgé par un villageois cannibale. Il en frémissait encore, se souvenant de la peur qu’il avait eue ce jour-là et le soulagement qu’il avait ressenti ensuite lorsque le Capitaine Harkness avait tué son ravisseur et que l’agent Cooper l’avait serré dans ses bras, lui répétant qu’ils étaient sauvés. Il avait mis plusieurs semaines avant d’être capable de tenir à nouveau une arme entre ses mains sans trembler comme une feuille.

Ianto partait à nouveau en mission avec le reste de l’équipe depuis que l’agent Cooper-Williams était en lune de miel et vu la tournure que prenait cette affaire, il était persuadé qu’il ne s’en sortirait pas sans dommages. L’air commençait à manquer et il était anxieux. Jack ressentait son angoisse grandissante et il tenta de le rassurer du regard. Il ne servait à rien de lui parler, les sons étaient inaudibles pour l’un comme pour l’autre.

Le leader était persuadé que leur absence avait alerté les autres membres, sans savoir que ces derniers étaient dans la même situation qu’eux. Pourquoi mettaient-ils autant de temps à les localiser ? Que faisait-il avant de se retrouver sangler sur cette table ? Il fallait vraiment qu’il s’en souvienne. L’immortel ne voyait pas de solution pour sortir de cette impasse, pourtant il devait persévérer. La vie de Ianto était en jeu et cela le motivait à chercher le moyen de reprendre le contrôle.

La mort n’avait pas d’emprise sur lui, alors que le Gallois, lui, était vulnérable. Le perdre ne faisait pas parti de ses projets immédiats. Jack soupira, regrettant de n’avoir pas pris le temps de discuter avec le jeune homme qui peuplait ses rêves nocturnes, et contre toute attente, il tenta une nouvelle fois de se défaire de ses liens. Après quelques minutes d’acharnement, il réussit à libérer une de ses mains, amenant une lueur d’espoir dans le regard de son subordonné.

Les chances de sortir de cette pièce venaient d’augmenter pour les captifs et les Ombres n’avaient pas prévu ce cas de figure. Le dernier spécimen à avoir déjoué leur plan était présent dans la base et il était sans nul doute la variable de trop dans l’étude. Les êtres humains étaient plus complexes qu’il n’y paraissait de prime abord et les entités se rendaient compte que ces derniers étaient tenaces.

****

La Galloise soupira, consciente qu’elle ne pouvait pas localiser les membres disparus sans l’aide de Hart. Ce dernier subissait sa colère alors qu’il n’était pas responsable de l’absence des agents. Si elle avait su que sans John, rien ne serait arrivé à ses collègues, la jeune femme aurait eu une tout autre opinion du visiteur.

– C’est Jones qui s’occupe de l’intendance. Il prépare le café, fait les courses et commande à manger, expliqua-t-elle d’une voix plus calme. Il nourrit également les pensionnaires et le reptile qui est en haut, continua-t-elle en désignant le sommet du Hub.
– Vous avez une créature enfermée là haut ?
– Oui, un ptérodactyle qui a franchi la faille. C’était avant que je rejoigne leur équipe, je n’en sais pas plus, notre Capitaine n’est pas très bavard à ce sujet.
– Bien, et je suppose que ce Jones n’est pas disponible…
– Non. Il doit se trouver avec Jack, soupira-t-elle.
– Jalouse ?
– Non. Je suis mariée, je vous le rappelle…
– L’un n’empêche pas l’autre, Jack est un homme séduisant…
– Il vous intéresse, le coupa-t-elle.
– J’ai eu ma chance, répondit-il. Nous sommes amis maintenant. Il faut les sortir de ce piège avant qu’il oublie les liens qui nous ont unis.
– Bien, à vous de jouer !

****

Le Capitaine avait déjoué les manigances de ses tourmenteurs qui notaient ses réactions. L’être humain était plein de surprises. Il pouvait accomplir des miracles lorsqu’il était motivé. Quoi de mieux qu’un sexy Gallois pour booster les neurones de l’immortel ? La machine ne répondait plus à ses mouvements et l’expérience pour ces deux cobayes touchait à sa fin.

Il en restait deux autres qui ne réagissaient pas de la même manière à l’étude. Ils étaient immobilisés, mais ne montraient aucune colère, comme s’ils étaient résignés. Tant que leurs vies n’étaient pas menacées, ils gardaient espoir de retrouver leur liberté. Attitude surprenante pour les Ombres. La présence de perturbateurs dans le centre entravait leur étude comportementale, encore qu’il serait intéressant de les voir interagir pour trouver une piste qui les mènerait aux cobayes

À bien y réfléchir, que risquaient-ils ? De légères irritations cutanées dues à la sensation de liens sur leur peau, des maux de tête plus ou moins intenses, une perte de mémoire passagère à la suite de cette expérience... Rien de tout cela ne leur était étranger, les agents connaissaient les risques liés à leur activité et il n’était pas dans leur habitude de fuir le danger, loin de là.

L’adrénaline que leur procuraient les missions était telle une drogue dont ils avaient beaucoup de mal à se passer et ce n’était pas la seule dépendance : il y avait également le nectar préparé par Ianto, cette divine boisson appelée Blue Mountain. C’est cette addiction qui avait conduit la Japonaise au centre alors qu’elle était de repos ou le médecin qui ne commençait jamais une journée de travail sans sa dose d’arabica.

Le leader prit une grande inspiration et il se redressa lentement, pour le plus grand soulagement de son subordonné, persuadé qu’ils pourraient quitter cet endroit et retrouver leurs vêtements.

****

En ouvrant les yeux, Jack sortit du sommeil paradoxal provoqué par la substance que les créatures lui avaient injectée. Il regarda le plafond, reconnaissant celui de l’abri où il séjournait avant de prendre les commandes de l’organisation galloise. C’était ce détail que ses yeux avaient fixé lorsqu’il était revenu à la vie avant d’être plongé dans un sommeil artificiel. Il tourna la tête et distingua des silhouettes dans la pénombre, reconnaissant en elles ses subordonnés. Il se rapprocha du bord de la table, laissant ses jambes pendre quelques instants avant de poser les pieds sur le sol. Sa démarche était hésitante, mais il réussit à avancer vers l’agent Jones qui se trouvait à quelques mètres de lui.

Ianto était encore en état cataleptique et Jack posa ses mains sur son visage, le caressant doucement pour le sortir de son sommeil. Voyant que cela n’avait aucun effet sur le Gallois, il posa ses lèvres sur celles du jeune homme, l’effleurant d’un léger baiser, avant d’en forcer l’accès pour lui insuffler de l’air. La manœuvre ayant pour but de ranimer l’agent Jones, le Capitaine s’appliqua à la tâche avec un plaisir évident avant de relâcher la bouche tentatrice. Au bout de longues minutes, le jeune homme ouvrit enfin les yeux, plongeant son regard dans l’azur de celui de son supérieur alors qu’un cri sortait de sa gorge, son qu’il entendit parfaitement, tirant un sourire de l’immortel.

– C’est moi Ianto, tout va bien, le rassura-t-il.
– Que s’est-il passé ? Pourquoi suis-je ici ?
– Je n’en sais rien, mais je ne vais pas tarder à le découvrir. Peux-tu te lever ?
– Je pense, fit l’agent Jones.

Il se redressa, aidé par l’immortel, puis il tourna la tête vers son chef, se souvenant du baiser. Pourquoi Jack l’avait-il embrassé ? Le leader capta ses pensées et il l’observa quelques instants avant d’approcher son visage du sien. Il pouvait entendre le cœur du plus jeune battre frénétiquement dans sa poitrine à moins que cela soit le sien et même si leur situation n’était pas idéale pour un tête-à-tête, l’immortel ne voulait pas se trouver ailleurs en cet instant.

Les joues de Ianto se colorèrent progressivement d’une jolie teinte rosée et Jack humidifia ses lèvres avant de les poser à nouveau sur celles de son vis-à-vis, heureux que ce dernier ne le repousse pas et prenne part à l’étreinte en approfondissant l’échange buccal. Ils se séparèrent à regret, le moment ne se prêtant pas vraiment à ces effusions.

Reprenant conscience du contexte présent, le Gallois aperçut alors les deux autres membres allongés un peu plus loin. Le docteur Harper s’agitait et le Capitaine, après avoir vérifié que le plus jeune était en état de se déplacer seul, se dirigea vers le médecin tandis que son subordonné allait vers Tosh. Owen manquait d’air et il faisait tout ce qu’il pouvait pour se défaire de ses liens. Son corps se tordait dans tous les sens, inquiétant l’immortel qui le maintenait contre le plan dur. Jack tentait de le faire réagir au son de sa voix, mais rien n’y faisait. Tosh était beaucoup plus calme, soulageant Ianto qui ne savait pas comment faire pour la réveiller. Comment avaient-ils été capturés ? Ses souvenirs étaient encore flous, mais la Japonaise sentait maintenant la présence d’une autre personne.

À force de stimuler leur peau avec des contacts appuyés, les deux hommes finirent par les tirer de leur état de torpeur. Tosh cligna des yeux plusieurs fois avant d’apercevoir le Gallois penché sur elle et un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres, léger son qu’elle entendit parfaitement entraînant son sourire. Ils étaient sauvés ! Owen eut plus de mal à émerger et un cri s’échappa de sa gorge lorsque la bouche de son supérieur s’approcha de la sienne. Il n’était pas question que le Capitaine l’embrasse, même dans le but de le ranimer !

– Du calme Harper, fit-il en posant ses mains sur le torse du médecin.
– Ôte-moi d’un doute Harkness, tu n’allais pas m’embrasser ?

Le rire de Jack s’éleva dans la pièce, attirant l’attention des deux autres membres qui n’avaient pas assisté à la scène, provoquant celui de docteur Harper lorsqu’il se rendit compte que tout ce qu’il avait vécu était fictif. Il se redressa, acceptant l’aide du leader qui s’assura qu’il ne gardait aucune séquelle de sa léthargie. Ils se dirigèrent vers la porte, pressés de rejoindre la zone centrale.

Quelques mètres plus loin, les Ombres quittaient le conduit rapidement, se repliant vers la brèche qui venait d’apparaître dans le couloir. Il ne servait à rien de rester dans la base plus longtemps au risque de se faire capturer. En consultant les dossiers informatiques, les créatures avaient appris quelle était l’activité de ce groupe et ne tenaient pas à rejoindre les pensionnaires des cellules de l’institut. Le Drakh fut le dernier à traverser le vortex qui se referma après son passage.

À la zone centrale, les postes de travail s’allumèrent simultanément attirant l’attention de Gwen et John. Ils se levèrent d’un bond et fixèrent l’écran mural où apparaissaient les disparus. Un sourire s’afficha sur le visage de l’agent Cooper qui remercia le ciel de lui avoir rendu ses collègues en vie. Hart, lui, observait le Capitaine, répétant dans sa tête les mots qu’il allait lui dire. Jack était loin d’être stupide et il apprendrait vite que son ancien acolyte était la cause de leurs tourments.

– Ils sont sains et saufs, s’écria Gwen en courant vers la base de la tour de verre.

Les membres arrivèrent quelques minutes plus tard et le leader aperçut l’ancien agent du Temps. Ses traits se durcirent alors qu’il se lançait vers l’autre Capitaine.

– Hart ! Tu vas me le payer, cria-t-il en le poussant contre le mur le plus proche.
– Je ne suis pas responsable, se défendit John.
– À d’autres ! Que fais-tu là ? Gwen, tout va bien ?
– Oui. Que vous est-il arrivé ?
– Hart va nous répondre, fit le leader en posant ses deux mains autour de la tête du visiteur, l’empêchant de se dérober à l’interrogatoire.

Ce dernier déballa tout, et au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouche, la colère de l’immortel se transformait en fureur, se retenant de serrer sa gorge jusqu’à ce que mort s’en suivre. Après que John eut fini de se livrer, le silence remplaça les sons. Les agents étaient abasourdis par la teneur des propos de cet individu. Ils avaient été les victimes innocentes d’un désaccord entre Hart et les Ombres. Le Capitaine actionna une commande du bracelet de son ex-complice, ouvrant une brèche dans l’espace-temps, puis après un regard furieux à l’homme qui l’avait accompagné quelques années, il le poussa dans la perturbation lumineuse en le menaçant des pires sévices, si jamais il remettait les pieds à Cardiff.

– Bon débarras ! tonna-t-il en se dirigeant vers la zone centrale.

Les agents étaient immobiles, comme hypnotisés et ils mirent quelques secondes avant de réagir, emboîtant les pas de leur supérieur, attendant que ce dernier leur explique ce qui venait de se passer. Jack savait bien qu’il leur devait quelques explications, mais il voulait d’abord déguster un délicieux nectar avant de les réunir en salle de conférence. Il stoppa au seuil de son bureau et se tourna vers le Gallois qui se dirigeait vers la cuisine.

– Ianto ?
– Oui Capitaine.
– Pourrais-tu nous préparer un de tes merveilleux cafés, s’il te plaît ? fit-il en joignant ses paumes devant lui.
– Bien sûr Monsieur, répondit le plus jeune, un sourire aux lèvres.

Tosh et Owen les observaient, se demandant s’ils ne leur cachaient pas quelque chose. Que s’était-il réellement passé dans cette pièce où ils étaient retenus ?

– Je ne vous ai pas recruté pour que vous glandiez, au boulot vous autres ! ordonna le leader avant de disparaître de leur champ de vision.
– Quelle mouche l’a piqué ? interrogea Gwen en se tournant vers ses collègues.

Elle n’eut qu’un haussement d’épaules de la part du médecin qui se dirigea vers son infirmerie et un gloussement de la Japonaise qui s’installa à son poste de travail, certaine qu’elle aurait la confirmation de ce qu’elle soupçonnait depuis plusieurs jours. La vie n’était pas un long fleuve tranquille à l’institut Torchwood et l’avenir allait leur réserver bien des surprises, mais cela est une autre histoire.

Fin


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35129
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Jeu 7 Mar 2013 - 21:47

Et voici la fin d'une très belle histoire signée Aragone! Merci de l'avoir partagée avec nous au pied levé...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14141
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Jeu 7 Mar 2013 - 22:03

Cissy a écrit:
Et voici la fin d'une très belle histoire signée Aragone! Merci de l'avoir partagée avec nous au pied levé...


ben tu me connais, et il fallait bien que je me replonge dans cette histoire qui dormait dans mon PC depuis que j'ai entamé L'ombre du passé comme j'aime bien délirer avec cette équipe t je me suis fais plaisir en même temps . Merci à toi d'avoir laisser un com


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7227
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 55
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Ven 8 Mar 2013 - 5:49

Ianto a eu droit au baiser de la Belle au bois dormant par contre, Owen n'en a pas voulu... je me demande bien pourquoi


Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
Yseult
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 13277
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 38
Localisation : Courcelles, Belgique

MessageSujet: Re: Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13   Ven 8 Mar 2013 - 7:25

je suis pas sûre d'avoir ou compris, mais bon faut dire que depuis plusieurs jours, c'est pas trop ça moi. Ils dormaient et étaient retenus prisonniers par leurs pensées angoissantes c'est ça? Le fait de maîtriser leurs angoisses leur a permis de se réveiller? Un peu comme dans "ça" ou "Freddy"? interogation
Enfin de toutes façons même si c'est pas ça et vu que c'est ça que j'ai compris, ça me convient sucette au caramel


Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie!
 


La perfection n'existe pas sur Terre", Mais alors...D'où viens-je ? ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1509-yseult http://les-histoires-de-snurf.eklablog.com/
 
Torchwood - Cobayes - Jack/Ianto - PG 13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Slash :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Slash-
Sauter vers: