French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mer 17 Avr 2013 - 21:15

Oui, sur ce coup-là il est un peu tourmenté le pauvre Mac... Quant à savoir si ça peut s'arranger...
Merci de vos commentaires...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14269
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mer 17 Avr 2013 - 21:16

il me donne la migraine à force de peser le pour et le contre, il lui en a fallu du temps pour admettre qu'il aime Don et maintenant, il est comme une jeune collégienne attendant le coup de fil de son prétendant cette image va me rester en mémoire un bout de temps


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mer 17 Avr 2013 - 21:52

A ben non! Tu viens de me ficher en tête l'image de Mac avec une jupette plissée et des couettes!!! Ca va pas la tête!!!
Merci de ton commentaire...


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14269
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mer 17 Avr 2013 - 21:56

ben ça lui irait bien, va pour la jupette plissée et les couettes , bien après ce bon fou rire j'vais aller au


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 10088
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Jeu 18 Avr 2013 - 11:53



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
duneline
Tu deviens le rêve…….
Tu deviens le rêve…….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Serpent
Messages : 1236
Date d'inscription : 04/06/2011
Age : 40

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Jeu 18 Avr 2013 - 14:40

svp svp svp La suite!


Elijah Baley, l'inspecteur brun et le chatain R.Daneel Olivaw.



"Le véritable amour efface l'intolérance et les différences."

Duneline 16/03/12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2586-duneline
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13651
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Jeu 18 Avr 2013 - 19:42

L’oisiveté réussie parfaitement à Mac, au moins il ne peut plus échapper à ses pensées et à ses tourments. C’est ce que j’appelle occuper utilement son temps, mais alors qu’elle prise de tête ! En bon scientifique, en bon flic, il a décortiqué son cœur cellule après cellule ! Tout est clair, enfin presque ! Il ne lui reste plus qu’à s’excuser auprès de Don et à vérifier si ses propres sentiments sont partagés… Il est malin Mac, il n’a pas choisi un terrain neutre, c’est bien pratique la convalescence ! Don ne va pas résister bien longtemps à cette invitation ?



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Jeu 18 Avr 2013 - 21:00

Ben... c'est peut-être pas gagné quand même... Merci de vos commentaires les filles.
Dernier chapitre avant épilogue...


Jour 10

- Tout va bien ?

- Oui maman !

Jo sourit à la réplique. Il était vrai qu’elle donnait un peu l’impression d’une poule en train de couver son dernier poussin, un peu plus fragile que les autres, mais elle ne pouvait s’empêcher d’être inquiète. Lorsqu’elle était arrivée au travail, à huit heures, elle avait eu l’immense surprise de trouver Mac à son bureau. Certes il n’était pas inhabituel que le chef du laboratoire soit à son poste aux aurores, mais en l’occurrence il avait plusieurs jours d’avance sur le planning fixé par les médecins, ce qu’elle n’avait bien sûr pas manqué de lui faire remarquer.

- Je n’en peux plus de tourner en rond chez moi, avait-il répliqué. Si j’y reste, c’est là que je vais tomber réellement malade.

- A vous voir on dirait que c’est déjà fait, avait-elle asséné avec son franc parler habituel.

En effet Mac avait le teint plombé de quelqu’un qui n’a pas dormi depuis bien longtemps, les traits tirés et la bouche pincée, comme s’il souffrait. Mais lorsqu’elle lui avait posé la question sans ambages, il avait botté en touche, comme il savait si bien le faire. Ensuite il lui avait assuré qu’il ne s’occuperait d’aucune affaire en cours afin de ne pas entacher celle-ci d’une irrégularité qui serait un boulevard pour un avocat de la défense un peu retors, mais qu’il allait profiter de son « temps libre » pour se mettre à jour dans la paperasse laissée en souffrance depuis trop longtemps maintenant.

- D’accord. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous savez où me trouver !

Et depuis, à intervalles un peu trop régulier au gré de son supérieur, elle passait la tête dans l’entrebâillement de la porte pour s’assurer que celui-ci n’était pas en train de mourir sur le plancher.

Certes il était ému de ce gage d’attachement, tout comme l’avaient ému les témoignages de joie de ses collaborateurs à le retrouver à son poste, témoignages teintés d’inquiétude pour certains, dont Sheldon, qui trouvaient qu’il reprenait le collier un peu tôt. Mais à chacun il avait fait la même réponse :

- Je vais devenir dingue si je passe encore une heure enfermé chez moi !

- Vous savez, il y a plein d’activités possibles en dehors du boulot, avait contré Lindsay.

- Mais aucune qui me plaise ou que je puisse faire avec un seul bras ! avait-il répliqué.

La jeune femme avait ouvert la bouche pour protester, mais Danny d’une main sur son bras, lui avait fait comprendre de ne pas insister : il n’était pas besoin d’être grand clerc pour voir que Mac avait sans doute une bonne raison de se trouver là, une raison qu’il n’avait pas envie de partager avec eux, et qu’il ne servirait à rien de tenter de le faire retourner au repos prescrit par les médecins.

Le lieutenant soupira en contemplant le rapport qu’il s’échinait à compléter depuis deux heures maintenant. Certes il n’était pas vraiment concentré sur sa tâche. A chaque minute qui passait, il relevait la tête pour voir si la personne qu’il voulait voir par-dessus tout allait enfin entrer dans le laboratoire. Il avait laissé plus de dix messages après le premier, mais n’avait eu aucune réponse. Il savait ce que cela voulait dire : Don ne voulait plus rien avoir à faire avec lui. Et il le comprenait après ce qu’il lui avait dit. Cependant il n’était pas décidé à s’avouer vaincu, pas encore, pas tant que le principal intéressé ne lui aurait pas dit en face qu’il n’avait aucune chance de se faire pardonner et que désormais il ne voulait plus rien à voir à faire avec lui.

Certes, il n’avait pas vraiment réfléchi à ce qu’il lui dirait. Il n’avait pas vraiment l’intention de lui faire une déclaration au vu et au su de tout le monde, ou de se jeter sur lui à son apparition dans le labo pour lui rendre le baiser qu’il lui devait avec usure. Et si jamais le policier refusait de le rejoindre dans son bureau ? Risquerait-il un esclandre qui pourrait mettre la puce à l’oreille de ses collaborateurs ? Jusqu’où était-il vraiment prêt à aller pour faire comprendre à Don qu’il avait réfléchi et qu’il voulait tenter sa chance avec lui, à la condition, bien évidemment, que ses sentiments enfin assumés, fussent partagés ? Car le doute continuait à le tarauder : Don Flack était-il aussi amoureux de lui, que lui-même l’était de son lieutenant ? Son lieutenant ! Le glissement sémantique qui s’était opéré dans sa manière de penser à Flack, lui disait plus que n’importe quoi, combien il tenait à lui et avait été un fieffé idiot de ne pas vouloir se l’avouer avant.

Soudain ses réflexions furent interrompues par un mouvement à l’extérieur. Il jeta un coup d’œil à la pendule : 11 h 00, pas encore le moment de la pause méridienne ! L’alarme n’avait pas résonné, donc ce n’était pas non plus un exercice. Il aperçut alors Danny et Lindsay, accompagnés de Sheldon, tous munis de leur mallette et il comprit qu’une nouvelle affaire venait de les appeler. Il sortit de son bureau :

- Que se passe-t-il ?

- Vous ne pouvez pas vous mêler de cette affaire !

La voix de Jo, éclatant dans son dos le fit se retourner.

- Je n’ai pas l’intention de m’en mêler. Je demande juste ce qui se passe. Ce n’est tout de même pas interdit par la loi non ? protesta-t-il d’un ton excédé. Puis il se retourna vers le trio pour s’apercevoir que, profitant de sa courte passe d’armes avec Jo, celui-ci s’était engouffré dans l’ascenseur et avait disparu de sa vue.

- Je leur avais posé une question !

- A laquelle je peux tout aussi bien répondre.

Il aperçut alors le visage tourmenté d’Adam et remarqua que celui de Jo semblait anormalement tendu.

- Qu’est-ce qui se passe au juste ? Pourquoi cette précipitation ?

- Il y a eu une fusillade dans une agence bancaire de la 5ème avenue.

Pourquoi son cœur se mit-il à battre si fort avant même que la scientifique enchaîne ?

- Les braqueurs sont sortis en tirant sur tout ce qui bougeait et plusieurs policiers ont été touchés.

Mac se sentit soudain la bouche sèche tandis qu’il demandait :

- Des policiers en uniforme ?

- En civil aussi. Apparemment ils avaient eu vent du braquage et avait tendu une souricière qui s’est mal passée. Il y a plusieurs morts et pas mal de blessés. Ils n’avaient pas anticipé que les braqueurs avaient trois hommes en couverture. Ce sont eux qui ont ouvert le feu en premier.

- Des flics que l’on connait ?

En fait il avait juste envie de demander si Don était concerné comme cela était possible. La 5ème avenue dépendait de son secteur donc il n’y aurait rien eu d’anormal à ce qu’il soit impliqué dans la fusillade.

« S’il vous plaît, faites que ce ne soit pas le cas ! Faites qu’il aille bien ! Faites que je puisse le revoir, m’expliquer, lui parler… »

Et si Don était mort, gisant sur un trottoir dans une mare de sang ? Si la dernière chose qu’il avait emporté de lui c’étaient ces mots durs et injustes qu’il lui avait jetés au visage parce qu’il était trop lâche pour accepter une vérité qui le dérangeait ? S’il n’avait jamais l’occasion de réparer les torts qu’il avait causés ? Si le destin, pour le punir de son aveuglement, venait de lui enlever celui qu’il s’autorisait enfin à aimer ?

- Mac ! Mac vous allez bien ? Venez vous asseoir !

Inquiète de la soudaine lividité ayant envahi le visage du lieutenant, Jo le dirigea vers le bureau, l’aida à s’installer sur le canapé qui meublait celui-ci et lui apporta un verre d’eau. Le manque de réaction de Mac accentua son angoisse :

- Mac ? Répondez-moi bon sang !

- Don…, parvint-il à croasser, forçant le mot à passer sa gorge soudain sèche.

- Quoi Don ?

Il s’efforça de dominer son trouble pour être plus cohérent :

- Est-ce que vous savez si Don est sur les lieux ? Est-ce que ?…

Il ne put en dire plus mais Jo avait compris :

- Je ne sais pas. Nous n’avons aucun nom pour le moment. Danny et les autres se sont rendus sur les lieux. Ils nous appelleront dès qu’ils auront d’autres nouvelles.

- Je veux y aller ! décida-t-il soudain en se redressant.

- Hors de question ! Vous l’avez dit vous-même : pas question de risquer d’ouvrir un boulevard à un avocat un peu retors ! Vous ne devriez même pas être là ! D’ailleurs je vais vous faire raccompagner !

- Non ! Je reste ici !

- Mac ! Durant votre congé je suis le chef de ce labo ! Vous êtes pâle, votre pouls bat bien trop vite et vous avez fait un malaise.

- Un malaise… Tout de suite les grands mots !

- Quand quelqu’un est incapable de vous répondre durant près de deux minutes, même s’il semble avoir toute sa connaissance, j’appelle ça un malaise ! Donc je ne vous laisse pas le choix : vous rentrez chez vous.

- Jo ! J’ai besoin de savoir ! Je…

Elle le regarda, compatissante, une lueur de compréhension s’étant allumée au fond de ses prunelles :

- Ecoutez Mac, je vous promets que dès que j’aurais des nouvelles de Flack je vous les ferai parvenir. Vous avez ma parole. Maintenant rentrez chez vous.

Vaincu, Mac comprit qu’il n’aurait pas le dernier mot. De toute façon, voulait-il vraiment que ses subordonnés le voient dans cet état de faiblesse ? Déjà il venait de se dévoiler devant Jo Danville comme il ne l’avait jamais fait devant quiconque, et il savait que son second avait désormais compris ce qui motivait son inquiétude. Il n’en était pas inquiet : il savait qu’elle saurait garder le secret. De toute façon il n’avait pas honte de son amour, son seul regret c’était de ne pas l’avoir assumé plus tôt. Et désormais il était peut-être trop tard !

Il suivit Adam que Jo avait chargé de le raccompagner chez lui et une fois dans la voiture il ordonna :

- On va sur les lieux de la fusillade.

Mal à l’aise le jeune homme lui jeta un coup d’œil :

- Jo m’a ordonné de vous déposer chez vous.

- Mais c’est moi le patron et je vous ordonne de m’emmener sur la 5ème avenue.

Il lui sembla qu’Adam hésitait. Celui-ci avait toujours été un peu intimidé par son chef et Mac avait bien conscience d’en jouer, mais il avait besoin de savoir ! Un besoin vital !

- Si je fais ça, je vais avoir des ennuis avec Jo !

- Si vous ne le faites pas, vous en aurez avec moi ! menaça-t-il.

- Vous savez que si vous allez sur une scène de crime vous risquez de provoquer un vice de procédure, tenta Adam, en appelant à la conscience professionnelle de son supérieur.

- Je n’ai pas l’intention de toucher à quoi que ce soit ou de me mêler de l’enquête ! J’ai juste besoin de voir si…, sa voix se cassa brusquement. Peu importe ! Emmenez-moi là-bas ! Si vous refusez je descends au premier feu et je prendrai le métro !

Comprenant qu’il n’aurait pas gain de cause, le pauvre Adam obtempéra, comprenant soudain parfaitement l’expression « être pris entre le marteau et l’enclume », et sachant qu’en l’occurrence il risquait fort de ne pas en sortir sans dommages.

A peine arrivé sur place, Mac jaillit du véhicule comme un diable sortant de sa boîte. Son cœur, qui avait repris un rythme normal, accéléra de nouveau la cadence à la vue du chaos qui régnait : les ambulances encore sur place qui chargeaient les derniers blessés, les corps recouverts de couvertures de survies qui gisaient à même le sol, les fourgons du coronaire qui attendaient qu’on leur apporte leur macabre chargement, les douilles répandues un peu partout sur le sol et les flaques de sang qui maculaient les marches de la banque et le trottoir devant celles-ci.
Le flic qui se tenait devant le rubalise jaune délimitant le périmètre le regarda passer sans protester, le reconnaissant parfaitement, tout en s’étonnant de le voir sur les lieux avec son bras en écharpe, mais trop prudent pour émettre la moindre objection. Adam le suivait en le couvant des yeux comme s’il s’attendait à le voir s’effondrer à tout moment où à faire un truc dément, un truc qu’il n’arrivait pas à imaginer, mais qui lui paraissait tout à fait plausible dans l’état dans lequel semblait se trouver Mac. Celui-ci vit son équipe à l’œuvre, un peu plus loin et il commença à se diriger vers eux : ils étaient regroupés autour d’un corps dont, de sa position, il ne voyait pas le visage, mais l’expression sur les leurs lui fit craindre le pire. Ca ne pouvait pas être lui ! Ca ne devait pas être lui !

Et puis soudain il le vit et il lui sembla que son cœur s’arrêtait tout simplement de battre : il était là, à la porte de la banque, un pansement ensanglanté sur l’épaule, pâle, les traits tirés, mais il était debout ! Il était vivant ! Il discutait avec trois hauts gradés accourus sur les lieux pour savoir à quel point cette fusillade pourrait porter préjudice à leur carrière, supputa Mac amer. Il s’arrêta net. Maintenant qu’il le voyait, qu’il était sûr qu’il était en vie, il ne savait plus quoi dire, ni comment l’aborder. De toute façon ce n’était certes pas le moment !
Il attendit donc, figé sur place, jusqu’à ce que les trois interlocuteurs de Don s’engouffrent dans la banque après que l’un d’eux lui ait dit :

- Allez à l’hôpital Flack ! Vous devez vous faire soigner. Le capitaine Swan s’occupera du reste.

Don hocha la tête et se retourna. Mac se sentit attristé en lisant l’immense détresse sur le visage du lieutenant : la peine d’un homme qui vient de voir tomber plusieurs de ses collègues sous ses yeux, sans pouvoir rien faire pour empêcher le drame.

- Don !

Le policier sursauta à la voix qui venait de l’interpeller et son visage exprima la plus profonde confusion en identifiant Mac Taylor qui venait vers lui, une étincelle de joie passa dans ses prunelles, vite remplacée par une lueur presque hostile :

- Mac ! Qu’est-ce que vous faites là ? Vous ne devriez pas être au repos ?

- Don ! Vous allez bien ? J’étais inquiet !

Questions contre questions, dialogue de sourd où les yeux tenaient un discours autre que les bouches… Regardant les deux hommes debout face à face, Adam eut soudain l’impression d’être de trop et il balbutia quelques excuses qu’aucun des deux n’entendit avant de se diriger vers ses trois collègues : tant qu’à être sur les lieux, autant s’y rendre utile, décida-t-il.

- Vous… Tu es blessé ? Il faut que tu voies un médecin !

- Ca va, c’est juste une égratignure.

Puis soudain un détail frappa le lieutenant qui planta ses prunelles dans celles de Mac avant de questionner :

- Depuis quand on se tutoie ?

- Depuis que je me suis aperçu que j’étais un fieffé idiot ! Depuis que j’ai compris que…

- Chut ! Pas ici !

Mais il y avait un sourire dans la voix de Don, comme s’il avait compris sans que Mac ait à en dire plus.

- Je dois aller me faire soigner, reprit-il. Vous… Tu peux m’accompagner ?

Et plus que la demande, ce fut ce simple petit mot : TU, qui fit comprendre à Mac que tout était encore possible.
Quelques heures plus tard, ils étaient au calme dans l’appartement de Taylor. Ils avaient parlé, s’étaient livré à cœur ouvert, avaient dit leurs hésitations, leurs craintes, leurs certitudes… Ils savaient ! Désormais ils étaient un couple, un couple qui allait se cacher quelque temps, pour pouvoir se trouver, se découvrir sans avoir la pression des regards incrédules ou hostiles. Mais désormais ils savaient qu’ils n’étaient plus seuls et ils étaient prêts à affronter cette nouvelle vie, à deux, main dans la main.

- Je ne sais pas comment j’ai pu me mentir si longtemps, dit Mac.

- Je me suis menti tout aussi longtemps. Je crois bien que sans Alan, je n’aurais toujours pas osé regarder la vérité en face.

Mac se crispa à la mention de celui qu’il ne pouvait s’empêcher de considérer comme un rival et Don s’en aperçut.

- Tu n’as rien à craindre de lui ! Il n’y a jamais rien eu d’autre qu’une immense amitié entre nous et il n’y aura jamais rien d’autre.

- J’aimerais en être aussi sûr que toi…

Don regarda Mac bien en face :

- Il va falloir que tu me fasses confiance Mac, et cela ce n’est pas négociable. Je n’ai pas l’intention de renoncer à l’amitié d’Alan, même pour toi. Si je te dis que tu n’as rien à craindre de lui, tu dois me croire, sinon il est inutile de tenter quoi que ce soit : sans la confiance, ça ne marchera pas.

- Mais je te fais confiance ! C’est juste que… Il m’agace ton ami ! C’est tout !

- Il t’agace parce que tu es jaloux !

- Oui je suis jaloux ! admit Mac. Il t’aime, il me l’a dit. Comment veux-tu que je ne sois pas jaloux ?

- Parce que tu n’as pas à l’être. Il m’aime peut-être, mais il sait que moi, c’est toi que j’aime, et ça, ça devrait te suffire.

Et pour prouver ses dires, Don déposa un baiser sur les lèvres de Mac, ce baiser que celui-ci attendait depuis des heures maintenant, depuis qu’il l’avait vu sur les marches de la banque, ce baiser qu’il n’avait pas osé quémander ni initier lui-même, obnubilé par ce qui s’était passé la dernière fois que leurs lèvres s’étaient jointes. Mais cette fois-ci Mac Taylor ne refusa pas la caresse buccale, loin de là, il y participa même avec usure, faisant monter chez eux une vague de chaleur qui faillit leur faire perdre la tête.

Soudain Don se recula avec un sourire un peu crispé :

- Je crois qu’il vaudrait mieux nous arrêter là.

- Tu regrettes ?

- Non, mais je ne pense pas être prêt pour aller plus loin. Ne m’en veux pas.

- Je ne t’en veux pas. D’ailleurs je ne suis pas sûr d’être prêt non plus. Nous prendrons tout le temps dont nous aurons besoin. Après tout, il y a des mois que nous nous cachons la vérité, alors rien ne nous presse non ?

- Rien, en effet ! Rien du tout !

Un nouveau baiser les unit tandis que leurs mains se faufilaient sous les tee-shirts qu’ils portaient. De nouveau ce fut Don qui mit fin à l’étreinte, comme s’il craignait de ne pas pouvoir dominer son propre désir :

- Je crois qu’il vaudrait mieux que je rentre chez moi.

- Pourquoi ? Tu n’es pas pressé. Le médecin t’a donné trois jours de congé et j’en ai encore autant à prendre ! On pourrait passer du temps, juste tout les deux.

- A faire quoi ?

- Rien de scabreux, rassure-toi ! Juste parler, être ensemble, devenir un couple.

- Un couple ! Tu imagines la tête des autres quand ils sauront !

- Je me fiche de leur tête ! Tout ce que je veux c’est être auprès de toi et me faire pardonner ma bêtise !

- Tu es déjà pardonné ! Je t’aime Mac Taylor. Bon sang ! Si on m’avait dit qu’un jour je te dirais ça !

- Si on m’avait dit qu’un jour je ne me lasserais pas de te l’entendre dire et de te répondre : Je t’aime Don Flack ! rétorqua Mac en écho.

Puis après quelques secondes, il ajouta :

- Tu passes la nuit ici ?

- Je ne sais pas, hésita Flack.

- Je te promets d’être très sage ! Je veux juste dormir contre toi, m’assurer que tu es vivant, que tu vas bien !

Don comprit l’angoisse rétrospective dans le ton de Mac. Il se revit lui-même, fou de peur, alors qu’il s’apercevait que celui-ci était aux mains d’un sadique sexuel, tueur en série de surcroît ! Il se souvenait de l’immense soulagement ressenti lorsqu’ils l’avaient retrouvé et surtout lorsque le médecin les avaient assurés qu’il irait bien et qu’il n’avait pas été avili par son kidnappeur. Oui, il savait parfaitement ce que l’on ressent lorsqu’on pense que la personne que l’on aime vous a été définitivement arrachée !

- D’accord. Je reste ici.

C’est ainsi que la lune se levant sur Manhattan éclaira le spectacle de deux hommes enlacés, qui dormaient comme des bienheureux, l’un confortablement calé, le dos contre le torse de l’autre qui le retenait de ses bras autour de lui, comme s’il avait peur qu’il ne s’enfuie, comme s’il avait peur que le destin ne vienne lui reprendre ce qu’il avait enfin trouvé.

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7247
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 56
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 4:50

ils ont enfin pu parler ! Mac a eu une belle frayeur avec ce braquage, mais Don n'est que blessé ! Ouf !


Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 10088
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 11:50



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14269
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 13:24

cette dernière image des deux hommes enlacés a fait fuir celle de Mac en jupette ils se sont enfin parlé de leurs sentiments réciproques, et ils veulent rester discrets le temps de se familiariser avec leur nouvelle relation, c'est une sage décision, au moins ils pourront se concentrer l'un sur l'autre


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13651
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 19:22

Personne n’a dit que la chasse au Don serait facile ! Voilà que Mac encombré de ses tous nouveaux sentiments, n’arrive pas à rattraper un Don qui n’a vraiment pas envie de se faire envoyer bouler encore une fois par son collègue. Il fallait bien une situation dramatique pour faire grimper à un point vertigineux l’inquiétude de Mac, le tyrannique Mac ! Il ne faut pas lui mettre des bâtons dans les roues à celui là, une vraie tête de mule. Grand bien lui à pris, voilà les deux hommes en face l’un de l’autre et cette fois le courant passe, et il passe vraiment très bien, si bien que Mac ne veut plus se séparer de Don…



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 22:29

Un grand merci pour les commentaires! Voici l'épilogue... Merci d'avoir suivi cette histoire.


Epilogue
- A vous !

- A vous !

Alan avait levé son verre en portant un toast au couple et tous leurs amis venaient de l’imiter.

Mac, ému, posa la main sur celle de son compagnon. Son compagnon ! Si on lui avait dit, six mois plus tôt, qu’il serait là, dans ce restaurant, à fêter l’officialisation de sa relation avec un homme, il aurait sans doute ri aux éclats ou recommandé à celui qui lui annonçait la nouvelle d’aller se faire soigner au plus vite !

Et pourtant c’était un fait : lui, Mac Taylor, vivait désormais au vu et au su de tous, avec le lieutenant Don Flack et il était le plus heureux des hommes. Il sourit à son amant qui lui renvoya son sourire en retour avec tellement d’amour dans le regard que son cœur chavira.

Ca ne s’était pas fait en un jour, et il y avait eu bien des bas pour accompagner tous les hauts qui avaient fini par prendre le dessus dans leur relation. L’un comme l’autre naviguait en terre totalement inconnue et qui leur paraissait truffée d’écueils tous plus dangereux les uns que les autres qui avaient nom : peur, obscurantisme, qu’en dira-t-on, homophobie et bien d’autres craintes encore qui n’étaient que de leur fait à eux, eux qui pourtant, portés par un amour aussi sincère qu’absolu avaient persévéré, malgré leurs propres hésitations.

Petit à petit leur relation était devenue plus profonde, plus belle à leurs yeux, jalonnée de toutes ces premières fois que rencontre un jeune couple : le premier baiser, la première nuit ensemble, les premières caresses, hésitantes, maladroites, et ce premier abandon l’un à l’autre, quand leurs corps en fusionnant leur ouvraient les portes d’un monde qui n’appartiendrait jamais qu’à eux ! Il y avait eu aussi les premières querelles, les premiers malentendus, les premiers pardons….

Mais de première fois en première fois, ils avaient ancré leur relation dans une réalité durable et désormais ils ne pouvaient plus se satisfaire de la vivre dans l’ombre. C’est pourquoi ils avaient annoncé leur liaison à leurs amis. La réaction amusée, attendrie et fort peu étonnée de ceux-ci leur avait fait comprendre, bien avant qu’ils n’osent le dire, que leur secret n’en était plus un depuis belle lurette, en tout cas pour ceux qui les connaissaient assez pour s’inquiéter pour eux et ressentir ce qui se passait d’important dans leur vie. Nul n’aurait pu manquer leur air heureux, un peu idiot, cet air qu’on arbore lors des premiers pas d’un nouvel amour, quand tout semble se parer de couleurs tendres et qu’on a l’impression d’être seul au monde à détenir une vérité que les autres pauvres mortels ne comprendront jamais. Et puis il y avait cette inquiétude qui sourdait chez l’un quand l’autre courait un danger, réel ou imaginaire, cette lueur qui brillait dans leurs yeux lorsqu’ils se retrouvaient, sans parler de leur jalousie respective qui transparaissait bien souvent lorsque l’un semblait s’attarder avec un élément masculin plutôt bien fait de sa personne.

Bref, de tous petits riens qui, pour des scientifiques aguerris, parlaient d’eux-mêmes et avait fait que, depuis plusieurs semaines, les membres de l’équipe ne se demandaient plus s’ils étaient ensemble mais quand ils oseraient enfin en parler !

C’était Mac qui avait suggéré de dévoiler enfin la vérité et Don n’avait eu pour réponse qu’un baiser qui les avait amenés très vite à passer aux choses plus sérieuses, le temps où ils craignaient un rapprochement dont ils ignoraient tout l’un comme l’autre, étant dépassé depuis bien longtemps et leurs sens s’enflammant désormais au moindre contact tant ils savaient se donner de plaisir mutuel, un plaisir comme ni l’un ni l’autre n’en avait jamais ressenti auparavant. Une fois leurs sens apaisés, ils s’étaient accordés sur le moment de la révélation : six mois jour pour jour après celui où ils avaient enfin pu se parler à cœur ouvert et s’avouer les sentiments qui les poussaient l’un vers l’autre.

Et le soir même, ils réunissaient tous leurs amis pour fêter leur bonheur. Mac avait un peu tiqué lorsque Don avait invité Alan, bien qu’il sache n’avoir rien à craindre de celui-ci, d’autant que, depuis deux mois, il semblait filer le parfait amour avec un jeune professeur d’université rencontré lors d’une enquête. Il savait combien l’agent fédéral comptait pour l’homme qu’il aimait et il lui restait toujours une part de réserve envers celui-ci, bien qu’il soit conscient que, peut-être, sans lui, ils seraient toujours aussi éloignés l’un de l’autre qu’ils l’étaient lorsqu’il avait fait irruption dans leur vie. Mais le petit discours que leur avait adressé Alan, avant de porter ce toast auquel venaient de répondre tous leurs amis, lui avait fait comprendre que, définitivement, il n’avait plus rien à craindre de ce rival qui resterait toujours un ami fidèle sur lequel il pourrait compter, plus par amitié pour Don que pour lui-même, il en était conscient, mais maintenant ça lui était égal.

Et tandis qu’ils répondaient au toast, leurs regards rivés l’un à l’autre, ils se parlaient avec les yeux, se répétant les « Je t’aime », dont ils ne se rassasiaient plus, comme s’ils en avaient été trop longtemps privés. Puis ils se tournèrent vers leurs amis avec un sourire de bonheur plaqué sur leurs visages et toutes les personnes présentes se sentirent émus à les regarder, comme lorsqu’on l’est en contemplant l’image du bonheur.

Parce que ce qui sautait aux yeux de l’observateur le moins attentif, c’était que Mac Taylor et Don Flack s’aimaient infiniment et qu’ils étaient simplement heureux.


FIN


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14269
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 22:49

une très belle fin, deux hommes unis par l'amour, que demander de plus j'aime quand à la fin ils sont heureux et amoureux mon côté fleur bleu sans doute . Merci d'avoir partagé avec nous Dame Cissy


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
CptJackHarkness
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 2288
Date d'inscription : 06/07/2011
Age : 25
Localisation : Dans une galaxie très très lointaine
Mon pairing du moment: : Sam/Jules
Mon Fandom du moment: : Flashpoint

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Ven 19 Avr 2013 - 23:32

J'adore la fin de cette histoire




clin d\'oeil- "Ne changez jamais ce grain de folie au fond de vous, de votre coeur, de votre tête, il fait de nous ce que nous sommes." rire démoniaque  

- CptJack et MRJ, Délires et Folies rythment leur vie.

- "Do or do not, there is no try ! " :

* Star Wars de Yoda à Luke Skywalker dans l'épisode 5: L'empire contre-attaque

* KITT à Mike, Knight Rider 2008, saison 1 épisode 4


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2963-cptjackharkness
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7247
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 56
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Sam 20 Avr 2013 - 4:52

Superbe fin pour ces deux hommes vivant maintenant leur amour aux yeux de tous


Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 10088
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Sam 20 Avr 2013 - 10:58

Jolie fin


Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13651
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Sam 20 Avr 2013 - 19:42

Voilà une histoire d’amour révélée grâce à une enquête criminelle éprouvante. On ne va pas pour autant remercier le meurtrier mais le fait est que deux hommes se sont trouvés et que depuis ils ne se quittent plus. Un amour sans secret, au grand jour, un bonheur qui fait plaisir à tous…

C’est un bel épilogue, merci pour cette histoire Cissy…

Mode modo : Dis, tu sais que c'est la deuxième fois que tu oublies de cliquer sur la pastille terminée ! Bon, je le fais cette fois encore, mais que ça ne se reproduise plus , hein ! Tu as vu comme je fais bien mon travail, je suis très sévère comme modo, hein !



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Sam 20 Avr 2013 - 20:13

Toutes mes excuses ô grande modo!!! Rien à faire, ces pastilles ça ne passe pas!!! Le pire c'est qu'en voyant la pastille bleue je me suis dit: "Tiens, j'ai pensé à modifier, bizarre, je ne m'en souviens plus! Faut croire que ça devient un réflexe." Bon, ben le réflexe n'est pas encore acquis on dirait. Merci d'avoir rectifié mon erreur...

Et merci à toutes de vos commentaires et d'avoir suivi cette petite histoire.


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
duneline
Tu deviens le rêve…….
Tu deviens le rêve…….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Serpent
Messages : 1236
Date d'inscription : 04/06/2011
Age : 40

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mer 24 Avr 2013 - 15:02

Me revoilou! Mon pc m'avait plantée!

Je suis heureuse que tout s'arrange pour Mac et Don! Enfin, il était temps...
Merci pour cette magnifique histoire!

:j\'aime:


Elijah Baley, l'inspecteur brun et le chatain R.Daneel Olivaw.



"Le véritable amour efface l'intolérance et les différences."

Duneline 16/03/12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2586-duneline
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mer 24 Avr 2013 - 20:47

Merci à toi d'être allée au bout de cette fiction!


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Louzanes
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Rat
Messages : 8401
Date d'inscription : 12/09/2011
Age : 45
Localisation : Sous l'étang !!!! Venez me chercher si vous l'osez

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mar 15 Oct 2013 - 10:03

Voilà, j'ai enfin lu cette fic.
Ho yeah ... Ta plume est toujours magique ... Merci de ce bon moment partagé qui me donne le sourire
arigatou arigatou


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2930-louzanes
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Mar 15 Oct 2013 - 21:27

Un grand merci à toi ma Louz!!! arigatou


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Jutathan331
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Buffle
Messages : 29
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 20
Localisation : Normandie
Mon pairing du moment: : Mac/don et Mac
Mon Fandom du moment: : Les experts man

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Lun 24 Aoû 2015 - 5:19

J'adore je suis totalement fan!! Tu écris merveilleusement bien et tu rends ce coulpe tellement *_* !!! Je les relus deux fois de suite tellement elle m'a plu !!
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35986
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   Lun 24 Aoû 2015 - 21:19

oups oups oups Merci de ce compliment qui me va droit au coeur et va encore gonfler mon ego dont les autres te diront qu'il est déjà bien fourni!!!
Je suis ravie que tu aies aimé cette histoire.... maitre


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Experts Manhattan - Dix jours - Mac/Don - PG-13
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Slash :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Slash-
Sauter vers: