French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 0:18

Disclaimer : Les personnages misent en scène appartiennent à Alain Robillard, Alain Tasma et Stéphane Giusti. Je ne dire aucun bénéfice de cet écrit.

Adieu mon ami, mon amour

            Kevin rentre chez lui pour ce qu'il pense être la dernière fois afin de préparer son sac. Plus rien ne le retient ici. Il a perdu la foi en la justice et en l'honneur de la police. Comment accepter de travailler pour des gens qui protègent des criminels alors qu'il avait fait le serment de les mettre en prison ? Il ne perdra pas son intégrité à défendre des causes vaines car la justice ne jouera pas son rôle ! En outre, la seule personne qui aurait pu le retenir avait préféré tourner les talons ne voulant démordre de l'idée que son ancien maître ne pouvait pas être un ripou. Yann, son mari, son amour l'avait abandonné sans un regard, sans une parole !
Il amène toutes ces affaires dans le salon ne voulant pas rester une minute de plus dans ce qui fut leur chambre. Cela lui faisait mal rien de voir ces draps bleus, rien que sentir les derniers traces de parfum de son compagnon, de regarder l'une des rares photos où Yann et lui sont ensemble. Il se met à plier ses habits machinalement ne pouvant s'empêcher de repenser aux derniers événements. C'est un grand bruit dans le couloir qui l'interrompt dans ses sombres réflexions. Il relève la tête de ses affaires et va pour s'approcher de l'entrée quand la porte vole en éclat. Derrière le battant de bois à moitié détruit des hommes masquer se précipitent dans le petit appartement. Kevin comprend qu'il est piégé lorsqu'il voit les armes dans les poings des assaillants. Ceux-ci le mettent en joue et l'un d'eux s'avance près de lui le faisant reculer contre le mur l'acculant. L'homme encagoulé s'approche de Kevin au point de caresser sa joue avec la pointe de son pistolet. Il joue un moment à déplacer l'arme le long du cou du jeune homme s'amusant de voir des gouttes de sueurs apparaître sur son front. Intérieurement, il reste étonné par le calme olympien de l'ancien lieutenant qui a aucun moment n'a baissé les yeux.
                 - L'homme sauvé par tes p'tites copines a décidé de porter plainte, déclare-t-il surveillant la moindre réaction de l'ancien bleu qui ne vient pas. Le chef veut qu'il la retire rapidement mais nous n'avons pas pu aller discuter avec lui...
Il s'arrête un instant pour prendre le menton du jeune homme entre ces mains et le regarder droit dans les yeux.
                 - Alors il a décidé que tu serais un excellent moyen de pression, continue-t-il d'un ton presque désolé. En effet, si par malheur le gentil policier qui l'a persuadé de porter plainte disparaissait suite à une mort tragique, cela peut l'aider à changer d'avis, ne penses-tu pas ?
                 - Si vous me tuez mes amis vous traquerons jusqu'au bout de l'enfer, répond alors pour la première fois Kevin d'une voix qui se veut être sur de lui. Vous signerez votre perte...
                 - Notre perte ? Oh non, mon cher ami ! Sourit son agresseur. Le chef aura bien vite fait de calmer tes petits amis... Des secours qui viennent trop tard, un appelé à l'aide manqué... Ou tout simplement quelques menaces bien placé ! La famille est quelque chose d'important, non ?
Il se tait une nouvelle fois faisant peser la menace silencieuse dans la pièce. Il regarde son jeune captif qui serre les dents comme pour se retenir de le frapper. Bien dressé ce petit chiot, pense-t-il. Dommage qu'il doit l'abattre. Il serait presque triste de tuer un policier aussi intègre mais il sait que si ce n'est pas lui qui le fait quelqu'un d'autre le fera un jour ou l'autre. Il est rare que des policiers qui en savent autant et qui sont aussi dévoué à la justice restent longtemps parmi les vivants.
                  - De toute façon, nous ne sommes pas-là pour ça n'est ce pas ? Demande-t-il sans attendre de réponse armant son pistolet.
L'ancien policier le regarde, les yeux remplissent de courage près à affronter la mort sans une supplique. Kevin ne veut pas s'abaisser à prier pour sa vie comme un chien à ses hommes. De toute façon, il sait au fond de lui que cela ne changera rien. Ils ne sont-là que pour l'abattre et il a accepter l'idée depuis la seconde où ils ont pénétrer chez lui. Il partira juste avec le regret de n'avoir pas pu parler une dernière fois à son époux. Puis, un bruit de coup de feu déchire le silence de l'appartement tandis qu'une terrible douleur lui traverse la poitrine. Kevin meurt avant même de toucher le sol le cœur transpercer par balle. Son agresseur observe ses magnifiques yeux bleus devenir légèrement opaques avant de se baisser et de s'agenouiller auprès du corps encore chaud.
                 - Désolé, ce n'était pas contre toi, murmure-t-il en hésitant un instant à lui fermer les yeux.

Il finit par laisser tomber sa main sur ces côtés sans toucher au corps. Il a envie que l'entourage du jeune homme sache qu'il a affronter la mort avec courage, qu'il n'a pas fermer les yeux ni pleurer en sentant sa dernière heure arriver. Un de ses hommes l'interpellent. Il se retourne et s'aperçoit que certains ont déjà déguerpit et que les autres sont prêt à quitter la pièce. Il se relève et se précipitent vers la porte mais avant de passer le seuil, il jète quand même un dernier coup d'oeil au corps avachi sur le parquet se sentant pour la première fois presque coupable de son geste.

Au commissariat, les bleus loin de se douter de la tragédie qui vient de les toucher s'affairent sur quelques enquêtes mineures. Alex et Christophe, se trouve sont dans une voiture banalisée à la recherche d'un des indiques du premier quand un appel radio interrompt leur conversation.
                 - Besoin d'une équipe ! Coup de feu entendu au 7 Rue de Molène, dit la voix à travers l'appareil. Je répète : besoin d'une équipe ! Coup de feu au 7 Rue de Molène...
Les deux hommes se tournent l'un vers l'autre échangeant un regard rempli de crainte. Ils ont reconnu l'adresse de leur ami Kevin. C'est Alex qui réagit en premier arrachant quasiment le support en prenant le micro.
                  - Equipe 4 à l'écoute ! Nous sommes près du lieu, déclare-t-il d'une voix claire. Dans deux minutes nous pouvons être sur place !
                  - Entendu équipe 4, des renforts vous seront envoyés, répond la voix avant de couper.
Christophe s'est déjà mis sur le bas côté et est sorti de la voiture pour se tenir près de la porte passagère. Alex sort rapidement court à la place du conducteur et démarre en trombe attendant à peine que son coéquipier ne ferme la porte. Celui-ci ne dit rien se contentant de sortir le phare bleu sur le toit. Ils foncent à toute vitesse dans les rues n'hésitant pas à doubler tous véhicules, grillant quelques feux rouges au passage. Ils ont de la chance que tous les autres conducteurs ont eu pour une fois l'intelligence de les laisser passer car ils arrivent sur les lieux du drame à peine une minute trente après avoir reçu les nouvelles. Alex pille devant l'entrée de l'immeuble et se précipite hors du véhicule préparant déjà son arme. Il prend les devants suivit de son coéquipier. Ils prennent les escaliers montant les marches quatre à quatre. Ils jettent de rapide coup d'oeil aux trois paliers qu'ils passent en vitesse pour vérifier que le crime ne se soit pas commis à un autre étage. Mais au fond d'eux, ils sont sur que quelque chose de grave est arrivé à leur ami. 
L'arrivé sur le quatrième paliers le confirme. De là où ils se tiennent, ils peuvent déjà voir la porte éventrée de l'appartement du couple Berthier-Laporte. Ils se précipitent en faisant attention de ne pas faire trop de bruit vers le studio qu'ils connaissent si bien. Alex passent la tête à travers l'ouverture béante pour jeter un rapide coup d'oeil. Il sent son sang se glacé en voyant un corps entouré d'une immense flaque rouge. Même s'il ne veut pas le croire pour l'instant tant qu'il ne sait pas approcher du corps, il reconnaît tout de même le corps de son ami. Il fait signe à son collègue que la scène semble clair et ils rentrent armes aux poings. Les deux comme pour éloigner le plus possible le moment où il faudra se rendre à l'évidence se précipitent dans les autres pièces pour vérifier qu'il n'y ai vraiment plus personne. 

Au bout de quelques secondes de vérification, ils s'approchent enfin de Kevin. Celui-ci les observent sans les voir, les yeux obscurcis par la mort. Alex se laisse tomber devant le corps de son meilleur ami et va pour le toucher lorsqu'une main le stoppe. Il se retourne fou de tristesse prêt à en découdre avec celui qui l'arrête lorsqu'il tombe nez à nez avec son collègue dont les yeux semblent autant rempli de larmes que les siennes.
                    - Il est trop tard, dit le jeune homme simplement d'une voix presque calme. C'est une scène de crime. Il... Il ne faut toucher à rien, se reprend-t-il un instant.
Son coéquipier ne répond rien submergé par l'émotion. Une scène de crime voilà ce qu'est devenu leur presque trois années d'amitié. Il laisse son arme glisser de ses doigts tandis que les premières gouttes d'eau salées roulent sur ses joues pâles. Il entend vaguement Christophe répondre à sa radio et demandé à ce que le camion du légiste vienne sur les lieux. Ce dernier parle d'une voix quasiment dénuée de toute émotion encore sur le choque de leur découverte. Puis, il s'accroupit auprès de son ami et le prend dans ses bras. Celui-ci éclate en sanglot, il est vite suivit par l'autre jeune homme qui ne peut même plus regarder le cadavre de leur ami. C'est dans cette position que les renforts arrivent et les plus anciens policiers retiennent un instant les plus jeunes à se précipiter sur la scène laissant les deux amis pleurer. Ils savent ce que c'est de perdre un collègue et ils connaissent la douleur mais aussi le soulagement d'avoir eu le temps de les pleurer. C'est le capitaine Franchard qui rentre en premier dans la pièce et qui va s'agenouiller auprès des deux amis n'osant pas regarder le corps sans vie du jeune lieutenant. D'une voix calme et qui se veut rassurante, il les convainc de quitter la pièce pour laisser les gens de la crim' faire leur travail. Les deux amis se relèvent n'essayant pas de cacher les traces de pleures sur leurs visages. Ils passent devant les autres enquêteur de police qui les regarde d'un air triste et plein de compassion. Dans le couloir se tient les autres bleus qui ont appris le drame. Ils sont-là, des larmes pleins les yeux, les filles se soutenant mutuellement pour ne pas s'effondrer. D'un air comme hébété Alex retrouve le confort des bras chaud de sa petite-amie qui inonde rapidement son cou. 
Le groupe des bleus se tiennent serrés, les uns contre les autres pour faire face à la terrible nouvelle. Les policiers qui les entourent les observent du coin de l'oeil s'occupant de la scène du crime, le cœur serré qu'ils doivent déjà connaître la perte d'un des leurs. Le médecin légiste arrive enfin dans la pièce et retient un sursaut de surprise en découvrant la victime du jour. Ce n'est pas la première fois qu'il aura à autopsier un collègue mais c'est la première fois qu'il devra le faire sur un policier aussi jeune. Il ne dit rien attendant qu'on lui donne l'autorisation de s'approcher du corps. Les agents de la paix prennent vite les dernières photos du défunt dans cette position avant de laisser place au docteur des morts. Celui-ci s'agenouille auprès du cadavre le regardant attentivement. Puis, il se retourne pour fouiller dans sa caisse de travail à la recherche des outils médicaux dont il a besoin. Il prend rapidement la température du foie et fait les quelques analysent qu'il doit faire sans trop oser réfléchir à son patient. Puis, la dernière chose qu'il prend le temps de faire avant de laisser places à ces apprentis est de fermer en douceur les yeux de Kevin. Il s'écarte ensuite rapidement pour laisser ses associés mettre le cadavre dans un sac mortuaire et l'emmener dans le véhicule prévu à cet effet. Il quitte la pièce suivant le brancard et s'aperçoit bien vite qu'il est suivit par les plus proches collègues du défunt. Ces derniers regardent le véhicule transportant leur ami quitter la rue, un air perdu sur leur jeunes visages.

Bientôt la suite
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35104
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 20:57

deviens fou deviens fou deviens fou deviens fou Je hais les deathfics!!!! T'avais pas le droit de tuer Kevin!!! pleure pleure pleure pleure  Dans quel état va être Yann maintenant! pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14127
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:07

ça craint vraiment Un bleu à terre, un époux inconsolable lorsqu'il sera mis au courant, des collègues et amis sous le choc interogation  je crois bien que nous avons un autre auteur sadique sur le fofo  deviens fou


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9550
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:27

Euh... c'était pas marqué que c'était une deathfic... confue, perdu   "Si j'aurais su, j'aurais pas venu !" ...

Ceci dit, ce début est tout de même bien mené. Quelle va être la réaction de Yann ?



Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35104
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:28

Ben voilà... tu nous a traumatisé dame Natasia! Maintenant il va nous falloir trois mois pour la remettre d'équerre!!! rire démoniaque rire démoniaque rire démoniaque


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9550
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:30

Ben voui... j'ai failli rendre mon dîner rien qu'à l'idée de ce pauvre Kevin baignant dans son sang... quelle injustice ! Sans parler de Yann qui va s'en vouloir comme un dingue de ne pas l'avoir cru !
Un véritable traumatisme, ce premier chapitre je deviens dingue



Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35104
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:32

Fais-toi consoler par ton doudou... clin d\'oeil  (Thé citron? rire démoniaque)


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9550
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:35

Ah non ! ... nous sommes en froid (thé glacé ;)



Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14127
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:37

rire démoniaque rire démoniaque  j'allais dire un truc, mais je vais m'abstenir...


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9550
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Lun 26 Aoû 2013 - 22:40

Tu en as trop dit ou pas assez, Aragone clin d\'oeil



Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9866
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 12:21



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 16:31

Merci pour vos messages arigatou 
Je tiens à vous dire que suis vraiment désolé pour le traumatisme apporter:heuuuu: (ou pas...sadique )
Mais pour ma défense et ben... je n'ai pas trouvé l'interdiction de tuer Kevin donc...ben voyons  et ben... je l'ai tué sadique 

Cependant, c'est bien fait pour Yann ! Il ne méritait pas Kevin, il a pas été gentil avec lui !


Sinon voici la suite :

Disclaimer : Les personnages misent en scène appartiennent à Alain Robillard, Alain Tasma et Stéphane Giusti. Je ne dire aucun bénéfice de cet écrit.

 

                   Au commissariat, Nicole Mercier doit faire la chose la plus difficile de sa vie. Elle se dirige vers les quartiers de la BAC où elle sait que le capitaine Berthier est encore en train de travailler avec son équipe. En traversant les couloirs, elle peut voir les visages sombres de ses subalternes. Ils sont tous au courant de la terrible nouvelle. Un des leurs a été abattu dans son propre appartement, dans sa propre demeure. Elle ne sait pas si elle doit être heureuse ou désespéré que le nom de son ancien lieutenant soit encore secret. En effet, elle aurait bien préféré de ne pas être celle qui doit annoncer la mauvaise nouvelle au capitaine de police. Devant la salle de réunion que Yann à l'habitude d'utiliser, elle s'arrête un instant pour se ressaisir. Elle sait que quand elle va rentrer dans cette pièce tout le monde saura le drame qui touche le commissariat et plus précisément leur capitaine. Elle se doute bien que ce dernier voudra qu'elle parle devant ces subalternes. Elle se demande si c'est mieux ou pire pour l'homme. Mais en tout cas, elle sait d'avance que ce sera préférable pour elle. Elle ne sera pas toute seule pour soutenir l'homme qui risque de s'effondrer devant ses yeux. La femme prend une dernière grande inspiration avant de frapper contre le battant de bois. Elle attend quelques secondes avant qu'une voix lui donnant l'autorisation de rentrer ne se fasse entendre. Alors elle tend sa main vers la poignet et s'aperçoit pour la première fois qu'elle tremble légèrement. Elle essaye de ne pas y prêter attention et ouvre la porte. Là, se trouve le grand brun entouré de sept autres personnes. Il se tient debout le visage fatigué et soucieux devant un grand tableau blanc où sont collé photos et papiers d'enquêtes en cours reliés par des flèches tracés à main levée. Il la regarde surpris se demandant ce que la commissaire fait à l'étage de la BAC mais ne dit rien attendant qu'elle fasse le premier geste. Celle-ci s'avance au centre la pièce sous les yeux interrogateurs des autres policiers présents.
                 - Capitaine Berthier, je dois vous parler, déclare-t-elle d'une voix très légèrement tremblante. Il serait mieux si nous pouvons être seul...
Immédiatement, Yann la coupe en disant qu'il ne cache rien à ses coéquipiers. Il ne sait pas comment réagir quand son supérieur ne répond pas et semble accepter sans un mot. Elle paraît même légèrement soulagée. La femme s'avance alors vers lui.
                 - Je pense qu'il est préférable que tu t'assois Yann...
Ces paroles inquiètes toutes les personnes de la pièce qui s'échangent des regards perplexes.
                 - Pourquoi ? Ne peut s'empêcher de demander l'homme sentant qu'il ne va pas aimer la suite des événements.
En effet, il a tellement entendu et prononcé lui-même ces mots qu'il se doute que ce n'est pas quelque chose de joyeux qui va être dit. La femme ne perd pas le peu de sang-froid qui lui reste et lui répond qu'elle ne parlera pas s'il ne s'installe pas sur une chaise. Yann comprend qu'elle ne pliera pas et finit par se poser sur son fauteuil de bureau. Les autres font de même observant la commissaire. Les plus attentifs se rendent compte qu'elle tremble légèrement mais ne disent rien laissant le temps à la femme de s'exprimer. Celle-ci regarde un instant par la fenêtre donnant sur les toits de Paris. Comme elle voudrait être ailleurs en ce moment, pense-t-elle un instant avant de se ressaisir. Elle finit par se retourner vers le capitaine qui ne l'a pas quitté des yeux dès le moment où elle est rentrée dans la pièce. Il se demande de plus en plus ce qui se passe, refusant même l'idée de penser au pire. Enfin, Nicole prend de nouveau la parole après une grande inspiration.
                 - Ce n'est pas facile, ce que j'ai à te dire aujourd'hui, commence-t-elle d'une voix douce où l'on sentait une pointe de tristesse. Ce matin, un événement malheureux s'est produit... Nous ne savons pas encore les circonstances de ce drame mais je te promets de tout faire pour arrêter le ou les coupables...
Les hommes et les femmes l'écoutent comprenant petit à petit qu'une tragédie semble réellement avoir eu lieu sans qu'ils ne soient au courant. Yann ne dit rien observant la femme et attendant la suite. Il n'essaie même pas de réfléchir à ce que cela pourrait être, à ce que ces mots peuvent signifier. Il se tait et attend.
                 - Nous avons reçu un appel vers dix heure pour dire que des coups de feu ont été entendu au 7 Rue de Molène, continue-t-elle laissant de plus en plus l'émotion s'emparer d'elle.
Les yeux sur son interlocuteur, elle comprend qu'il commence à se douter de ce qui est arrivé mais il ne dit toujours rien. Leur entourage reconnaisse tout de suite l'adresse de leur capitaine et de son époux. Eux aussi peuvent deviner ce que la commissaire va annoncer.
                - Quand une équipe est arrivée sur les lieux, il était déjà trop tard, déclare-t-elle avant de s'arrêter un instant comme pour laisser le temps à l'homme en face d'elle de réaliser le poids de ces paroles.
Derrière, elle entend quelques hoquets de stupeurs. Les collègues du capitaine ont compris ce qu'elle explique. Pour la première fois depuis longtemps, elle prend les mains de son capitaine entre ses mains chaudes, s'agenouille face à et plonge son regard dans ses yeux marrons.
               - Yann, je suis vraiment désolé et je sais qu'aucun mot ne pourra apaiser ta peine. Kevin a été retrouvé mort à votre domicile, finit-elle par annoncer. D'après le légiste, sûrement tué d'une seule balle...
               - Non, vous mentez, murmure l'homme qui semble retrouver sa voix. Il relève la tête pour la hocher de droite à gauche. Non, c'est pas vrai, Kevin ne peut pas être mort.
Il se relève d'un seul coup faisant sursauter toute la salle qui était rentrée dans une sorte de torpeur morbide à l'annonce de la terrible nouvelle.
               - Tu entend ! Crie-t-il. Kevin ne peut pas être mort ! Il n'a pas le droit ! Il n'a pas le droit, répète-t-il encore une fois s'effondrant en larme.
Nicole se relève et vient le serrer dans ces bras lui chuchotant des mots, des paroles sans réel sens mais qui aide lentement l'homme à calmer sa funeste fureur. Ces collègues se sont rapprochés de lui et la femme s'écarte pour leur laisser la place. Lentement, elle se recule vers le fond de la salle et devient la spectatrice de cette scène intime et infiniment triste. Elle voit Yann, le capitaine fort et virile s'effondrer par terre répétant sans cesse des ''ce n'est pas vrai'', ''impossible'' et ''pourquoi''. Elle voit le soutien et le confort que peut apporter une solide amitié en regardant le groupe s'agenouiller autour de leur chef et le prendre dans leur bras comme pour le bercer, pour le consoler. Cependant, ce moment est coupé par le bruit d'une porte qui claque. Ils se retournent tous pour voir Alex rentrer dans la pièce suivit des autres bleus. Pour la première fois, la commissaire a peur de Moreno. Ils peuvent tous voir la rage dans ses yeux et elle qui est la plus proche de lui, peut sentir son envie de tuer, de faire souffrir sûrement autant qu'il souffre. Il s'avance menaçant vers le capitaine à terre le regard plein de haine et de tristesse. Les autres bleus regardent la scène mais ne font rien pour l'arrêter tandis que dans la pièce et à l'extérieur la vie semble s'être comme arrêter attendant la suite des événements.
                  - Toi. Toi, je vais te tuer, grogne Alex entre ses dents pointant son doigt vers Yann qui le regarde les yeux remplis de larmes.
Les autres n'ont pas le temps ou l'envie de réagir pour les plus proches amis de Kevin que Yann est plaqué contre l'un des murs de la pièce.
                  - C'est de ta faute ! C'est toi qui l'a tué, se met à hurler le plus jeune en secouant le plus vieux. Il avait besoin de toi ! Il a tout supporté pour toi ! Et toi... Et toi, la seule fois où il a eu besoin de toi, tu l'as abandonné ! Tu l'as abandonné et il est mort ! Mort !
L'homme acculer éclate une nouvelle fois en sanglot alors que tous les spectateurs restent à regarder la scène sans bouger, encore sous le choque des derniers événements.
                  - Je suis désolé... je suis désolé, pleure doucement le capitaine détruit.
                  - Tu es désolé ! Tu es désolé ! Crie encore plus fort Alex fou de colère . Ce n'est pas toi qui ai trouvé Kevin. Tu ne l'as pas vue baignant dans son propre sang ! Le regard vide ! Non, ce n'est pas toi, répète-t-il desserrant peu à peu son étreinte sur le corps de son supérieur. Tu ne l'as pas vu, non pas vu...
Alex finit par lâcher Yann et se laisse tomber à genoux en larme. Les bleus se précipitent vers leur ami pour le soutenir. L'homme agressé ne peut s'empêcher de murmurer des milliers d'excuses qui ne ramènera pas son époux. Alex dont la rage a disparu de son corps laissant plus que place à une immense tristesse entoure le corps du mari de son meilleur ami pour lui chuchoter ''pardon''. Il ne sait pas ce qui lui a pris mais quand il a su que Yann était encore en train de travailler sur une affaire alors que son amour venait de mourir, il a vu rouge. Il s'était précipité au quatrième étage rejoindre les bureaux de la BAC qu'il a finit par très bien connaître à force d'accompagner son ami rejoindre son amant. 

Ils restent plusieurs longues minutes ainsi. Chacun pleurant l'être cher disparu puis, vient le moment de se relever, de continuer. C'est le commissaire Santamaria qui interrompt la scène le visage sombre, fermé. Il éloigne lentement les policiers les moins concerné par le drame leur donnant du travail. Arrivant devant les bleus et Yann. Il s'arrête le cœur brisé par cette image de tristesse et de souffrance. Doucement et calmement, il propose à Yann de l'accompagner pour voir son époux avant que le médecin légiste ne commence l'autopsie. Celui-ci hoche la tête hébété. Il semble déconnecté de la réalité. Alex et la capitaine Franchard l'aide à se relever et à sortir de la pièce. Dehors attend la mère de Kevin, le visage trempé de larmes. Elle ne ressent aucune haine face à cet homme qui a fait souffrir des milliers de fois son fils car elle sait au fond d'elle que son enfant n'a jamais été plus heureux qu'avec Yann. Malgré la dernière dispute, Brigitte pensait qu'ils allaient finir par se remettre ensemble. Cependant, le destin n'a pas semblé d'accord de revoir le couple ensemble emportant l'âme de son fils de l'autre côté. Elle s'approche de l'homme et le prend dans une étreinte maternelle lui chuchotant qu'elle est-là et que tout ira bien. L'homme s'accroche à son cou comme si c'était une bouée de sauvetage, sa bouée qui l'aiderait à tenir la tête hors de l'eau au moins jusqu'à ce qu'il récupère des forces, jusqu'à ce que l'on puisse le sauver. Ils ne s'aperçoivent pas du départ d'Alex qui est allé rejoindre les autres bleus pour pleurer leur perte. Ils ne voit pas non plus, les regards tristes des gens qui les observent. Non, ils n'ont conscience de plus rien sauf de cette souffrance qui leur déchire la poitrine, leur poignarde le cœur. L'étreinte dure un moment et puis, lentement le capitaine Franchard et le commissaire dirige les deux personnes effondrées vers les ascenseurs. Ils descendent dans un lourd silence entrecoupée de sanglots les étages jusqu'au moins un. Ils sortent et s'avancent lentement vers la salle d'autopsie. Ils rentrent tous dans la pièce gardé froide pour conserver les corps et s'avancent vers la dernier table, la seule occupée. Le cadavre n'est pas entièrement recouvert du drap mortuaire. Il laisse voir le visage d'une pâleur cadavérique du jeune homme. Le médecin n'a pas voulu que la famille n'ait à supporter la découverte du corps. Il sait que cela peut être un choque encore plus terrible pour les proches ce moment-là. En effet, ils ont toujours au fond d'eux une lueurd'espérance, celle qui montrera que sous le fin tissu blanc se trouve le corps d'un inconnu et non, de la personne qu'ils ont aimé et qu'ils aiment encore et à jamais. Le fait que le visage soit découvert donne la vague sensation que le défunt semble en peu plus en paix, qu'il n'a pas besoin d'être caché. Cela reste léger mais c'est toujours une épreuve que la famille n'a pas à vivre s'il est possible, quand ils sont sûre de l'identité du corps et que celui-ci est présentable.
La mère est la première à faire un geste vers le corps de son enfant. Doucement, elle vient lui caresser le front comme elle le faisait quand il était encore enfant alors qu'il dormait. Elle le regarde de ses yeux remplit de chagrin et d'amour.
               - Tu es si froid, lui chuchote-t-elle comme s'il pouvait encore lui répondre avant de se tourner vers Yann. Pourquoi ne t'approches-tu pas ?
L'homme qui n'a pas encore oser regarder le défunt hésite puis finit par venir au côté de la femme. Il met quelques secondes avant de baisser les yeux sur le corps de son mari. En le voyant, si calme, si froid, si pâle, il sent son cœur s'arrêter. Sans réfléchir, il tend sa main pour retracer les contours du visage de l'homme qu'il aime. C'est comme s'il tente de vérifier si c'est bien Kevin qui est-là étendu sur la table glacial. Il reste un long moment à observer son époux en silence perdu dans un autre monde. Il ne voit pas ces coéquipiers quittés la pièce en silence, courbés par la douleur et la peine de cette immense perte comme il ne voit pas la mère de son époux s'en aller secoué par de terrible sanglot. Il reste debout au côté de son amant sans bouger jusqu'à ce que ses jambes s'engourdissent, jusqu'à ce que la fatigue le prenne. Il veille une dernière fois le corps qu'il connaissait tant, qu'il chérissait tellement. C'est le médecin légiste qui le sort de sa transe. Il s'excuse mais il doit faire son travail. Il ne dit pas pourquoi il doit le faire maintenant mais le capitaine l'entend dans son regard plein de compassion et de désolation. Ils doivent autopsier le corps avant qu'il ne commence à se dégrader. Yann acquiesce silencieusement de la tête. Il va pour sortir de la salle mais d'un seul coup, il fait volte-face pour venir déposer un dernier baiser sur les lèvres pâles et glacées de son époux. Puis, toujours sans un seul mot, part s'en se retourner une seule fois pour regarder le corps. Dehors, l'attend le commissaire et l'autre capitaine rester pour le soutenir. Ils essayent de lui dire quelque chose mais cela est inutile alors, Franchard pose sa main sur son épaule et le conduit hors du commissariat. Il se dirige vers sa voiture et l'aide à rentrer dedans. Il le conduit en silence dans l'appartement qu'il partage avec la mère de Kevin. Il sait que les deux ont besoin l'un de l'autre pour non seulement accepter le décès de se proche tant aimé mais aussi pour leur donner la force de continuer à avancer. Yann et Brigitte sauront se soutenir dans ce moment difficile.

To be continue...
Revenir en haut Aller en bas
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9550
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 16:53

colére colére colére   T'es contente de toi, j'imagine !!!! Je suis toute en pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar  maintenant !
Jusqu'au bout j'ai espéré que ce ne soit pas réel ! deviens fou



Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 18:09

natasia a écrit:
colére colére colére   T'es contente de toi, j'imagine !!!! Je suis toute en pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar  maintenant !
Jusqu'au bout j'ai espéré que ce ne soit pas réel ! deviens fou
Heu... nan, on ira pas dire contente... mais j'apprécie que cela te fasse vivre certaines émotions heu 

Qui sait peut-être que ce n'est pas réel (genre mauvais, très très mauvais rêve...) ou pas... sadique  
L'espoir fait vivre comme on dit  à voir dans la suite des événements ! svp
Revenir en haut Aller en bas
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14127
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 18:54

colére colére colére colére   je n'aurais pas du lire, surtout aujourd'hui  pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar  maintenant mon clavier est tout inondé   pleure   pauvre Yann, il ne va pas survivre au décès de son Kévin   deviens fou deviens fou deviens fou


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13417
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 19:44

confue, perdu Quoi ! Mais... que... QUOI !colére colére  Mais pourquoi ? pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar   C'est un mauvais rêve, c'est la quatrième dimension ! svp  Kévin ne peut pas être mort ! pas d:accord  Pas comme ça, pas après tout ce gâchis, cette séparation stupide ! chouiner  Yann va avoir du mal à se remettre de cette perte surtout si cette séparation était la fin d'une étape mais pas la fin de leur histoire d'amour...



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35104
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Mar 27 Aoû 2013 - 22:19

Moi aussi, j'espérais qu'il s'agisse d'un cauchemar de Yann!!! Mais non!! Tu as VRAIMENT tué Kevin!!! pleure pleure pleure pleure Ca ne va pas du tout!!!! Tu vas te mettre tout le staff à dos là: déjà 4 modos démoralisées, Admin ne va tarder à venir te tailler les oreilles en pointe pour ta peine... sadique  Alors tu ferais mieux de trouver vite fait une façon de ressusciter Kevin!!! deviens fou


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9866
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Jeu 29 Aoû 2013 - 12:26



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Jeu 29 Aoû 2013 - 20:07

Heu... Si je fais pas ressusciter Kevin mais que je fais mourir Yann pour le rejoindre au Paradis, ça irait svp 
Je ne veux pas me faire disputer par Admin heu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Jeu 29 Aoû 2013 - 20:15

Disclaimer : Les personnages misent en scène appartiennent à Alain Robillard, Alain Tasma et Stéphane Giusti. Je ne dire aucun bénéfice de cet écrit.



La suite 

          Yann se réveille une nouvelle fois en sursaut. Il a cru entendre son amour l'appeler à l'aide mais en regardant autour de lui, il se rend compte qu'il n'est pas chez lui et puis, il se rappelle des terribles événements de l'après-midi. Alors sans qu'il ne puisse se contrôler, il se remet à sangloter. Il finit par se rendormir épuiser émotionnellement. C'est le bruit de discussion qui le réveil le lendemain. D'après ce qu'il peut voir avec la lumière du soleil qui éclaire la chambre, la matinée est bien commencé. Cependant, il reste allongé ne ressentant absolument pas l'envie de se lever. Il pense qu'il n'aura plus jamais envie de se lever sans Kevin, sans son amour auprès de lui. Comment peut-il continuer à vivre, à survivre sans son âme-soeur ? Il ne sait pas et n'a pas le désir de connaître la solution. De toute façon, il y en n'a aucune, pense-t-il. Quand on perd son cœur, on ne peut pas vivre ! Plongé dans de sombre pensées, il n'entend pas la porte s'ouvrir. Il retient un sursaut lorsqu'apparaît tout à coup devant ses yeux la mère de son compagnon. Bien apprêté, maquillé et coiffé, elle se tient devant lui, les deux mains sur les hanches. Yann est un instant stupéfait, comment peut-elle continuer sa routine alors que son fils est mort ? Puis, s'aperçoit que tout sur elle montre sa souffrance, sa perte, son deuil. Son sourire est bien pâle et son maquillage autour de ses yeux semble déjà avoir coulé. Son nez et ses joues sont légèrement rougie par l'irritation dû aux pleurs. Son regard a perdu de son intensité tout comme les couleurs vives et éclatantes de ses tenues ont pris leur envolent laissant place à des vêtements sombres, noirs.
           - Il est temps que tu te lèves, déclare Brigitte de sa voix douce. Nous avons plein de chose à faire aujourd'hui.
Le mari de son enfant la regarde un instant avant de se retourner pour lui montrer le dos en signe de refus. Elle pousse un soupire de tristesse. Elle aussi ce matin, elle a été prête à rester blotti dans les couverture la tête enfoui sous les oreillers pour ne pas voir le monde, pour ne pas avoir à accepter la perte de son fils unique. Mais la sonnerie du téléphone n'arrêtait pas de retentir l'obligea à se lever pour répondre. C'est-là qu'elle reçu une nouvelle qui a un peu soulagé sa peine. Nicole Mercier l'a appelé personnellement pour lui donner les conclusions du légiste. Kevin n'a pas souffert lors de sa mort. La balle est allé directement à son cœur le transperçant de part en part. Le coup l'a tué immédiatement. Il n'est pas resté à agoniser plusieurs secondes ou minutes sur le sol de son appartement comme Brigitte avait pensé. Son enfant est mort sans trop de douleur et cela lui réconforte un peu son âme abattu.
                  - Kevin n'aurait pas voulu que tu reste-là sans rien faire. Il aurait voulu que tu trouve les coupables pour qu'ils soient puni, reprend-t-elle au bout de quelques instant s'asseyant à ses côtés. Rappelle toi sa soif de justice et son intégrité...
                  - Si cela avait été moi, il ne se serait pas reposé tant qu'il n'aurait pas arrêté mes agresseurs, finit par admettre Yann dans un souffle.
Ces paroles lui font réaliser que si Kevin le voyait comme cela, il ne serait pas heureux. Il se redresse sur son lit sentant une nouvelle force s'emparer de lui. Il va retrouver les monstres qui ont assassinés son compagnon et après... L'avenir nous le dira bien assez tôt, pense-t-il en sortant du lit.
La femme à ses côtés sourit légèrement, heureuse que ces paroles ont pu motiver un peu le jeune homme à survivre pour quelques temps. Elle sait bien que Yann est loin d'être guéri et qu'il y aura de nombreuses rechutes avant qu'il ne se remette à vivre.
                  - Bien, je te laisse te préparer et après, nous irons voir pour préparer les funérailles de...
Elle ne termine pas sa phrase sachant que cela leur ferait plus de mal que de bien. L'homme acquiesce de la tête et part dans la salle de bain. Pour la première fois depuis la veille, il se regarde dans le miroir. Il ne se reconnaît pas, il ne se reconnaît plus. Ses yeux sont cernés, gonflés et rougies par la fatigue et la tristesse. Ces joues portent les traces des gouttes salées qui ont coulés pendant tant d'heure la nuit précédente. Il pousse un soupir à fendre l'âme avant de rentrer dans la cabine de douche. Le jet brûlant sur sa peau lui fait du bien il se détend un peu, relâchant ces muscles crispé par la mauvaise nuit. Il reste un long moment sous l'eau qui coule sur lui, apaisé par le bruit de l'eau qui coule. Il finit par sortir et s'habiller rapidement pour rejoindre Brigitte qui l'attend dans la salle à manger devant une table remplit de nourriture.
                   - Il faut que tu mange, ordonne-t-elle. Tu n'as pas mangé depuis hier et ce n'est pas en mourant de faim que tu pourras être utile.
A sa surprise, l'adulte s'assoit docilement et obéit. Il mange un peu, quelques bouchés de tarte, un peu de café et un verre de jus de fruit. Ce n'est pas beaucoup mais c'est bien plus qu'elle ne l'aurait cru capable. Ensuite, après avoir débarrasser le petit déjeuner, les deux quittent l'appartement pour rejoindre le funérarium où va être amené le corps de Kevin dans l'après-midi.

             Ils sont accueilli par le capitaine Franchard qui a déjà discuté avec la personne chargé de s'occuper de leur proche. En effet, c'est l'état qui va payer pour l'enterrement. Même s'il n'est pas mort sur le terrain, il aura droit aux honneurs. Il n'y a pas réellement de doute pour savoir les raisons qui auraient pu le conduire à la mort si ce n'est quelque chose telle qu'une vengeance de quelques criminels.
Le policier explique cela à Yann et à Brigitte les soulageant d'un autre fardeau. Malgré tout, un enterrement coûte bien cher et il n'aurait pas eu forcément les moyens pour offrir un cercueil digne de se nom au jeune homme. Une dame d'un certain âge les conduit dans un petit salon privé dont l'une des portes mène à une chambre funéraire. C'est dans cette pièce que va reposer le défunt avant la cérémonie d'adieu. La conseillère leur apporte des revues pour les aider à choisir un cercueil. Les trois personnes les regardent attentivement, cherchant celui qui est parfait pour être la dernière demeure de Kevin. Ils finissent par se mettre d'accord sur un cercueil fait de bois d'ébène et de feuille d'argents. Les poignets en argents sont forgés à la base pour représenter des sortes de bulles rappelant l'écume des vagues. Elles sont parfaite pour rappeler la passion qu'avait le jeune homme pour l'océan et le surf. L'intérieur est recouvert de satin d'un blanc éclatant pour mettre en valeurs le jeune homme qui sera vêtu de son plus beau costume noir.
                 - Je pense que Kevin aurait préféré du blanc, déclare Yann en regardant les photos des différents marbres. Il n'aimait pas beaucoup le noir et celui-ci est bien trop rose !
La mère est d'accord avec lui alors ils se remettent à feuilleter les pages pour trouver ce qu'ils désirent. C'est au bout d'un bon quart d'heure qu'ils finissent par découvrir le marbre parfait. Lisse, Il est d'un magnifique blanc veiné de bleus et de gris. La famille du défunt se regarde souriant de leur choix. En plus, le bleu correspond parfaitement aux yeux de Kevin. Il leurs faut encore deux bonnes heures pour s'occuper des derniers détails du tombeau. En effet, ils ont du décider de la forme de la stèle et de l'épitaphe a inscrire dessus. Ils ont mis du temps à se décider sur le style de l'écriture et à choisir, s'ils désirent intégrer une photo ou non du jeune homme. Ils finissent par refuser car souvent, la photo perd de ses couleurs au fil du temps pour offrir une vision triste du défunt.
Ensuite, vient le moment de parler du déroulement de l'enterrement. C'est à ce moment-là que Yann perd ses moyens et quitte la pièce un moment pour pleuré. Il est rejoint par l'autre capitaine qui le prend dans une étreinte réconfortante.
                - Pourquoi lui ? Pourquoi ? Je ne peut pas vivre sans lui, déclare-t-il en sanglotant. Pourquoi a-t-il été tué, il ne le méritait pas.
Il parle pour la première fois de ce qu'il ressent depuis qu'il a su que son amour les a quitté. Il parle de la souffrance qui le poignarde le cœur. Il parle de cette sensation de noyade qu'il ressent à chaque inspiration. Il parle de la haine qui hurle en son âme et qui crie vengeance. Il parle de cette peur de devoir continuer à vivre sans Kevin, de cette terreur de devoir chaque jour se réveiller sans son bien-aimé à ses côtés. Il parle de tout cela et cela le soulage un peu le cœur. Et son collègue, son ami l'écoute en silence, les yeux remplient de larmes sentant lui aussi le poids qu'a apporté cette terrible perte. Au bout d'un moment, Yann se calme, s'apaise. Il se sent un peu plus léger d'avoir pu raconter ses peines et ses douleurs. Il remercie l'autre homme qui lui fait signe que cela est normal et qu'il sera toujours-là en cas de besoin. Ils finissent par revenir dans l'anti-chambre où Brigitte est en train de s'essuyer les yeux. Elle aussi a craqué pendant quelques instants mais maintenant, elle se sent mieux pour continuer la tâche qui revient à la famille du défunt, terminer l'organisation des funérailles.  

Bientôt la suite...
Revenir en haut Aller en bas
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9550
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Jeu 29 Aoû 2013 - 22:06

Quelle tristesse encore !! chouiner   La mère de Kevin est courageuse et essaie de tirer Yann dans son sillon.
Quant à faire mourir Yann, t'as pas intérêt ! Ah t'as peur d'Admin maintenant   sadique  et bien assume ton horrible méfait !
Quand je pense que tu vas être traquée dans tout le forum ! Tu n'auras aucun répit rire démoniaque rire démoniaque



Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35104
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Jeu 29 Aoû 2013 - 22:30

Yep!!! On a même emprunté des créatures de la meute d'Aragone et elles sont déjà à tes trousses!!!! rire démoniaque rire démoniaque rire démoniaque rire démoniaque  Et à la vitesse où elles se reproduisent tu n'auras plus jamais une seconde de paix en ces lieux tant que tu n'auras pas ramené Kevin dans les bras de son Yann et sans tuer Yann au passage!!! colére colére colére colére colére 

Un chapitre d'une tristesse poignante ! pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar pleurer à chaude lar


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9866
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Ven 30 Aoû 2013 - 11:52



Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Ven 30 Aoû 2013 - 23:47

Si je ne suis plus en paix comment puis-je réfléchir à la façon de refaire revenir Kevin ? heu Donc, si vous pouviez rappeler les créatures d'Aragone, ça serait gentille svp  
 
Heu... sinon, j'essaye vraiment de trouver une solution pour ramener Kevin à la vie... mais c'est pas trop probant heu 
Donc, si je vous promets de ne pas refaire de deathfic avant quelques semaines et vous promets une fiction où Kevin et Yann restent en vie et s'aiment à jamais, est-ce que je peux ne pas être forcer à faire ressusciter Kevin svp
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13   Ven 30 Aoû 2013 - 23:52

Disclaimer : Les personnages misent en scène appartiennent à Alain Robillard, Alain Tasma et Stéphane Giusti. Je ne dire aucun bénéfice de cet écrit.

Voici la suite dans un chapitre assez court : 



             A la fin de la journée, Yann quitte la compagnie de Brigitte et du capitaine Franchard pour se rendre au commissariat. Là-bas, chaque collègue qui l'aperçoit vienne lui offrir leur condoléance et lui donne la promesse que justice sera faîte. D'un faible sourire rempli de tristesse, il les remercie de leur soutien et leur donne les faire-parts de décès de son époux avec la date et le lieu des funérailles.
Au bout de plusieurs minutes, il arrive enfin devant la porte qu'il cherchait. Il frappe avant d'entrer sans attendre une réponse. La commissaire relève la tête de ses papiers mais ne commente pas le léger manque de respect ayant l'habitude. Par contre, elle a un regard plein de surprise lorsque est surprise en voyant le capitaine Berthier dans la pièce. Nicole pensait que Yann ne serait revenu qu'après l'enterrement, après avoir réaliser que la perte de son amant est bien réelle et avec une soif de vengeance incontrôlable. Cependant, ce dernier l'observe calmement même si elle peut voir sa souffrance dans son regard assombri. Il n'y a pas l'aura de fureur à laquelle elle s'attendait, juste une flamme de détermination brillant dans ses yeux.
                 - Je veux que les coupables soient sous les verrous à la fin de la semaine, déclare-t-il d'une voix froide.
                 - On va tout faire pour mais je pense que cela va être difficile, répond Mercier. C'était une équipe de professionnelle... Ils ont laissé aucune trace...
Yann s'avance vers elle et pose ses deux mains sur son bureau.
                 - Arrête ! Tu sais aussi bien que moi qui est derrière tout ça, dit-il amèrement. D'ailleurs, c'est pour cela que tu as fait disparaître sa lettre de démission et que l'état paye les funérailles.
Alors qu'elle va pour protester, l'homme lui lance un regard noir la coupant dans son élan.
                 - Avec Brigitte, nous avons eu une longue discussion à propos de Kevin... Elle m'a dit qu'il venait de donner sa démission et comptait peut-être quitter le pays, rajoute-t-il tristement. Et ça, à cause du mal que nous lui avons fait. On aurait dû l'écouter...
                 - Tu sais bien que l'on ne peut rien faire, s'exclame la femme en se relevant de sa chaise affrontant le regard du capitaine. Il est trop puissant, la preuve ton mari est mort !
                 - Tu as peur de lui, c'est tout, réplique-t-il préférant ne pas relever sa dernière phrase pour éviter un drame.
                 - Et toi, tu bavais dessus au point que tu n'as pas su aidé ton époux. C'est à cause de toi qu'il est mort, jette-elle sous la colère avant de réaliser ses paroles.
Un lourd silence suit cette dernière réplique avant que Yann ne reprenne la parole.
                 - C'est vrai, finit-il par dire. Je suis le seul coupable si j'avais soutenu Kevin, il n'aurait pas été à l'appartement ce jour-là mais au travail... Il serait toujours avec nous... Mais ce n'est pas le cas, j'ai fais des erreurs qui ont coûté très chers, qui ont coûté la vie de mon amour !
Son regard devient plus mélancolique, sa voix est plus tremblante alors qu'il continue.
                - Mais je ne peux pas changer le passé. La seul chose que je peux faire est d'empêcher que quelqu'un d'autre est à souffrir de la perte de son amour à cause de ce monstre. Et si la police ne m'aide pas alors je le ferais par mes propres moyens.
La femme ne dit rien pendant un long moment avant d'acquiescer de la tête. Oui, elle aidera Yann à mettre ce ripou à l'ombre pour un long moment. Elle en a assez de couvrir un homme qui a perdu son intégrité et qui est passé de l'autre côté. Outre qu'il n'aurait jamais dû toucher à un de ses bleus !
Ils parlent pendant de longues minutes des preuves récolter dans l'appartement et du déroulement du reste de l'enquête. Ils leur faut absolument arrêter les assassins car sans cela, ils ont aucune preuve pour inculper le monstre. Et pour l'instant, ils n'ont pas grand chose pour retrouver les coupables.
C'est Alex qui les aide à avancer lorsqu'il rentre sans prévenir dans le bureau en criant le nom de sa supérieure. Il commence à déblatérer des milliers de choses avant de se rentre contre que Nicole n'est pas seule. Il se tait avant de regarder le capitaine se demandant pourquoi il était-là. Ne devrait-il pas être en train de veiller le corps de son époux ? Ce dernier semble deviner ses questions et lui explique les derniers événements. Il leur sourit lorsque Yann explique qu'ils ne savent pas comment trouver les coupables. Il leur explique que l'homme avec qui les événements tragiques ont commencé porte toujours plainte et est même d'accord de faire des portraits robots des hommes qui l'ont menacé. En plus de cela, le meurtre de Kevin a motivé les gens à délier leur langues et plusieurs personnes se sont fait connaître pour porter plainte. Les drags queens, effondrés par la perte de leur ami sont prêts à dénoncer les coupables pour que justice soit faîte. Enfin, il semble que le ciel soit de leur côté, pense Yann en poussant un soupir de soulagement alors que le dessinateur de la police part comparé le portrait qu'il vient de faire à la base de donner de la police.

Bientôt la suite
Revenir en haut Aller en bas
 
Les bleus : Premiers pas dans la police- Adieu mon ami, mon amour- Yann/Kevin- PG-13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Slash :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Slash-
Sauter vers: