French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Texte court] - Solitude - G

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ana Lei
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 30/10/2010
Age : 19
Localisation : Dans le Hub...

MessageSujet: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 7:53

Voici un texte écrit pour ce jour particulier Je remercie Cissy et maman pour les corrections.

Solitude
Tout n’est pas comme dans les contes de fées… Rien ne se passe jamais comme dans les livres. Ce ne sont que des mensonges que l’on raconte aux enfants pour qu’ils n’aient plus peur du grand méchant loup…

Je vais vous révéler ma véritable histoire…


Un petit garçon poussa la porte et un doux tintement se fit entendre. Émerveillé, il observait le carillon qui s’était éveillé à son entrée, lorsque l’odeur du chocolat parvint jusqu’à lui. De ses grands yeux, il détailla chacune des étagères fixées aux murs, sur lesquelles étaient disposés des bocaux.

En verre, petits ou grands, remplis ou pas, ils se serraient les uns contre les autres, remplissant d’étoiles le regard de l’enfant.

– Alors, mon petit, qu’est-ce qui te ferait plaisir ? fit une voix au fond de la pièce.

Timide, le petit garçon leva la tête pour regarder l’homme qui s’était arrêté devant lui. Gêné, il sortit quelques pièces de sa poche en montrant du doigt un bocal de bonbons.
– Je ne vais pas te manger, approche, déclara l’autre en attrapant l’objet.

Il ouvrit la boîte que lui avait désignée l’enfant, plongea sa main dedans et sortit une poignée de friandises qu’il glissa dans un sachet avant de le tendre au bambin. Cependant, lorsque celui-ci lui donna l’argent, l’adulte refusa.

– Fais-moi juste un sourire, ça ira…

L’enfant obéit. Curieusement, l’homme sentit son cœur se serrer en pensant à elle… Il n’avait jamais vu son sourire alors qu’il faisait tout pour la rendre heureuse. Les autres montraient si facilement leur bonheur, mais pas elle… L’homme baissa les yeux en sentant que le petit garçon tirait sur sa manche pour attirer son attention.

– Merci !!! s’écria celui-ci avant de faire demi-tour en sautillant, visiblement content.

Retournant à ses pensées, le chocolatier poussa un soupir en remettant la bonbonne à sa place. Il se dirigea vers la vitrine et s’arrêta pour contempler les rues au-dehors. Sur les trottoirs, s’entassaient déjà les feuilles mortes balayées par les derniers vents d’octobre. La nature commençait à changer, à se colorer de rouge, cette même couleur que prenait le ciel au crépuscule.

L’homme sortit et attrapa le chevalet qu’il avait posé dehors au début de la journée. Il resta là un moment, scrutant la place de nouveau déserte. Il se baissa et ramassa une enveloppe posée sur le sol avant de retourner dans son atelier. Il ferma la porte et retourna le panneau indiquant que le magasin était fermé.

Il tira les rideaux et prit une profonde inspiration en dépliant le papier. À mesure qu’il découvrait les mots, il se mit à pâlir, puis il se faufila dans le couloir menant à l’arrière-boutique. Il enleva son tablier et l’accrocha à une patère fixée près d’une porte. Il appuya ensuite sur la poignée et entra.

Dans cette chambre, tout n’était que merveille ! Des coussins étaient disséminés un peu partout autour d’un unique lit sur lequel était assise une jeune fille. Le regard perdu dans le vide, elle restait là, immobile, comme plongée dans un rêve.

Des livres étaient empilés çà et là, des peluches encombraient le lit et les fauteuils. Cependant, cette fille avait l’air triste. Dans cette pièce qui aurait émerveillé n’importe quel enfant, jamais aucun rire n’y avait résonné.

L’homme s’approcha d’elle et s’accroupit. Il leva les yeux pour l’observer et resta silencieux. Que n’aurait-il pas donné pour voir enfin un sourire illuminer son si doux visage. Il la contempla longuement tout en penchant la tête. Il plongea son regard dans les profondeurs bleutées de celui de la jeune fille. Étrangement sombres, ses yeux faisaient ressortir la pâleur de sa peau semblable à de la porcelaine.

Il soupira en se rappelant que c’était le cas. Son corps était aussi fragile que la matière avec laquelle il avait été fabriqué.

Minuit n’était pas une jeune fille comme les autres. Elle avait été créée par cet homme qui se tenait désormais devant elle, semblable à un artiste qui admirait son œuvre. Seulement, celui-ci n’était pas vraiment heureux.

Lorsqu’il avait décidé de sa naissance, il avait voulu la faire différente, comme pour imiter la beauté éphémère d’une enfant qu’il n’avait jamais eue. Cette fille était maintenant figée dans le temps, sans savoir ce qu’était vraiment la vie.

Et pourtant, elle avait envie de découvrir ce que, jusque-là, elle avait ignoré. Mais jamais, elle n’avait émis ce souhait. Non, éternellement silencieuse, elle n’avait jamais eu aucun caprice.

En soupirant, le chocolatier se leva et se pencha sur elle. Délicatement, il rassembla toutes les mèches éparpillées sur ses épaules et dans son dos. Il passa ses mains dans ses cheveux, eux aussi différents. Dans la fantaisie de sa création, Minuit possédait une chevelure noire comme les plumes d’un corbeau auxquels se mêlaient des mèches argentées.

– C’est l’automne, n’est-ce pas ? laissa-t-elle échapper en un murmure.
– En effet. Tu te souviens de ce que je t’avais promis, il y a quelques années ?
– Oui…
– Eh bien, il est temps…

Rassemblant tout son courage, la jeune fille se leva et enfila ses chaussures. Elle suivit l’homme et croisa son regard lorsqu’avant de sortir, celui-ci passa une longue cape sur ses frêles épaules. Il en rabattit ensuite la capuche afin de dissimuler son visage.

Se dirigeant là où la menait son destin, Minuit prit la main de son créateur. Ils traversèrent un immense champ où se dressaient des épouvantails chargés d’effrayer les corbeaux. Ceux-ci, posés sur leurs bras, fixaient la jeune fille de leurs yeux perçants. Elle se serra davantage contre le chocolatier, visiblement plus apeurée que les oiseaux.

– Dépêche-toi, murmura l’homme en lui souriant.

Étrangement, son sourire sonnait faux. Ses yeux étaient emplis de regret. Pourquoi ? Jamais elle n’avait vu cette expression dans son regard, jamais elle ne l’avait trouvé aussi distant.

La jeune fille hâta le pas pour rester à la hauteur de l’homme qui continuait d’avancer toujours aussi rapidement. Ils passèrent ensuite dans une forêt aux arbres couverts de feuilles rouges qui finissaient leur danse au pied de ces géants immobiles et silencieux.

À chaque pas, Minuit sentait son cœur battre plus fort dans sa poitrine. Le mécanisme s’arrêterait-il un jour ? Pourquoi éprouvait-elle des sentiments alors qu’elle n’était pas vraiment vivante ?

Une haute grille se dressa alors devant eux au bout d’un petit chemin bordé de rosiers. Curieusement, les fleurs étaient encore écloses malgré la saison. L’homme ne s’en inquiéta pas, il savait…

– Très bien, fit-il en sortant une chaîne de sa poche. Tu vois la grande maison là-bas ? Quelqu’un t’y attend. Je ne peux pas aller plus loin. Va et ne te retourne pas…

Il passa l’objet autour de son cou fragile et caressa sa joue du bout des doigts comme s’il avait peur de la briser. Obéissant comme elle l’avait toujours fait, sans chercher à comprendre, sans chercher à savoir, Minuit avança vers le portail, tremblante. Elle s’arrêta devant et essaya de l’ouvrir. Il résista. Il fallait une clé. La jeune fille baissa la tête et son regard se posa sur le collier. C’était la clé !

En prenant une profonde inspiration, elle se saisit de l’objet. Hésitante, Minuit le glissa dans la serrure. Ne cédant pas à l’envie de se retourner, elle entra et laissa la grille se refermer. Terrifiée, elle parcourut le chemin qui la séparait de l’étrange demeure.

En retenant son souffle, la jeune fille leva la main pour attraper le marteau de porte fixé à l’entrée de la maison. Mais avant d’avoir pu ne serait-ce que l’effleurer, un grincement se fit entendre lorsque le battant s’ouvrit. Incertaine, Minuit entra et scruta l’endroit. Un tapis rouge sombre était déroulé depuis le seuil et courait sur les escaliers. Des chandeliers étaient posés sur des guéridons alignés près du mur. Cette demeure était plongée dans le silence, déserte.

Soudain, des rires se firent entendre.

– Chut… vous allez effrayer notre invitée.

La jeune fille sentit son cœur battre plus fort dans sa poitrine à mesure que la peur montait. Prise d’une irrésistible envie de fuir, elle fit demi-tour, mais trouva la porte verrouillée. Des rires et des murmures s’élevèrent à nouveau lorsque Minuit se mit à courir. Ne sachant où aller, elle se perdit vite dans les couloirs en essayant d’échapper à quelque chose d’invisible.

Dans une immense pièce, elle trouva une grande et vieille horloge. N’obéissant qu’à son instinct, elle ouvrit la porte vitrée et se glissa à l’intérieur, s’enfonçant dans les sombres profondeurs de sa cachette. Elle tentait de se calmer lorsqu’elle entendit des bruits de pas.

Brusquement, une main se referma sur son poignet et la tira à la lumière. Paniquée, elle poussa un cri.

– Eh bien eh bien, je peux dire que tes manières sont plutôt désastreuses.

Minuit observa l’étranger et se retint de hurler à nouveau. Le jeune homme qui l’avait tirée de sa cachette était… différent. Elle n’avait jamais connu d’autre personne que son père, mais elle savait que quelqu’un de normal ne ressemblait pas à… un loup.

Grand, brun, il la regardait de ses yeux verts aux pupilles rétractées en attendant qu’elle réplique.

– Qui es-tu ? demanda-t-elle finalement en retirant sa main.
– Je n’ai pas de nom…

Étonnée, la jeune fille se demanda comment il était possible de vivre ainsi, sans savoir qui il était.

– Que t’a-t-il dit que tu trouverais ici ? reprit l’autre en penchant la tête.
– Des livres, d’autres histoires que je n’ai pas encore lues…
– Laisse-moi t’en raconter une dans ce cas, la coupa-t-il en souriant. Cet homme en qui tu as tellement confiance, tu ne le connais pas !
– C’est faux, murmura Minuit en sentant la colère monter, dissipant la peur qui s’était emparée d’elle quelques minutes plus tôt.
– Ta vie est un mensonge, répliqua le loup en la regardant dans les yeux. Enfin, je pensais qu’une poupée était censée être sage.

Il glissa sa main sur sa joue, geste que son créateur faisait d’habitude. Avait-il raison ? Pourquoi affirmait-il une chose pareille ? Il avait toujours été attentionné avec elle. Il lui avait offert tellement de choses.

En se perdant dans le regard émeraude de l’inconnu, elle ne put s’empêcher de douter. Poussant un soupir, la jeune fille écarta la main de celui-ci en espérant que ce qu’il avait dit était faux. Il s’éloigna en laissant échapper un sifflement amusé.

Il se dirigea vers une table sur laquelle étaient posées deux tasses ainsi qu’une théière. Il tira une chaise et invita Minuit à s’y asseoir. Réticente, celle-ci s’approcha et prit place.

L’autre s’avança et se pencha pour verser la boisson sucrée. La jeune fille l’observa pendant qu’il la servait. Son regard curieux s’arrêta sur ses oreilles, semblables à celles des prédateurs qui peuplaient les contes pour enfants, sur ses yeux, profonds et insondables, ainsi que sur cette queue au pelage brun. Il aurait pu ressembler à n’importe qui, sans cette différence.

– C’était un homme égoïste, déclara-t-il finalement, tirant Minuit de ses réflexions.
– Que veux-tu dire ? demanda-t-elle en relevant la tête.
– Celui que tu considères comme ton père t’a fait tellement différente, fragile. T’a-t-il seulement raconté les conditions de ta naissance ?
– Non…
– Un jour, commença le loup, un homme croisa le chemin d’un animal solitaire… L’histoire voulait que la bête dévore ce voyageur, mais vois-tu, cela ne s’est pas passé ainsi. Malgré la faim qui le tenaillait, le monstre était désespérément seul… Aussi, il s’adressa à l’homme. Il lui demanda un enfant. L’autre lui répondit qu’il n’en avait point et le supplia de ne pas le tuer. Mais l’animal lui ordonna d’en trouver un et que, seize ans plus tard, il reviendrait le voir. L’homme s’en était allé, soulagé de ne pas avoir été dévoré. Mais il se souvint de la condition. Il s’enferma chez lui en cherchant une solution. Il aurait pu prendre un enfant à l’orphelinat du village, mais l’âme et le cœur d’un bambin étaient trop purs pour qu’il soit un jour sacrifié. C’est ainsi que tu es née…

Une tasse tomba sur le sol et le thé se répandit sur les dalles de marbre. Minuit s’était levée d’un bond, refusant de croire que l’homme qui l’avait créée ne l’avait fait que par intérêt.

Elle se mit à courir désespérément : il fallait qu’elle s’en aille le plus loin possible. De nouveau perdue dans cette maison étrangère, la jeune fille s’enferma dans une pièce dont la porte était restée entrebâillée. Les fenêtres étaient ouvertes sur un grand balcon, de longs rideaux ondulaient, agités par la brise d’automne qui soufflait à ce moment-là. Dans cette chambre, il n’y avait rien, rien sauf ce gros fauteuil au dossier brodé, seul dans un coin, ainsi qu’un petit objet laissé sur un guéridon.

Une douce mélodie s’éleva dans le silence et Minuit posa son regard sur cette chose qui s’était mise en marche. La boîte s’était ouverte, laissant une danseuse en sortir, alors que la musique entamait ses premières notes.

La jeune fille repensa à ce que le garçon sans nom lui avait raconté, à cette vérité qui avait malheureusement fini par remonter à la surface. Elle n’avait jamais compté pour cet homme qui était désormais un étranger… Jamais elle ne rentrerait chez elle…

– Je suis désolé, fit une voix dans son dos. Je n’aurais peut-être pas dû te dire tout ça.
– Tu viens de détruire l’image que j’avais de la seule personne en qui je croyais.
– Je regrette… en fin de compte, c’est moi que tu devrais haïr. Le plus égoïste des deux, c’est bien moi. Je ne me suis pas aperçu qu’en agissant comme je l’ai fait, je ne faisais que t’effrayer. Je n’en pouvais plus, je commençais à étouffer sous le poids de ma solitude…
– Je pensais que tu n’étais pas seul, l’interrompit Minuit en se souvenant des chuchotements et des rires à son arrivée.
– Ce n’était que des illusions, répondit-il comme s’il avait lu dans ses pensées, rien que des souvenirs. Tu es libre de partir si tu veux. Je suis vraiment désolé, je n’avais pas le droit de…
– Ne t’excuse pas. Je l’aurais su un jour ou l’autre. Tu m’as ouvert les yeux. J’ai réalisé à quel point j’avais pu être naïve. Laisse-moi juste te dire une chose : je ne m’en irai pas, je n’ai pas peur de toi…
– Prouve-le… murmura le loup en sondant le regard azur de la jeune fille.

Il était devenu étrange. Ses yeux reflétaient désormais la tristesse et montraient sa solitude. Il semblait la supplier de lui donner encore une raison de vivre, d’espérer qu’un jour peut-être, il serait compris et accepté, qu’un jour, il pourrait lui avouer qu’en sa présence, son âme de bête sauvage redevenait celle d’un enfant.

Jamais il n’avait connu ce sentiment… La poupée qui se tenait désormais devant lui semblait pourtant si fragile qu’il avait peur qu’un jour elle vienne à se briser.

Mais son cœur à elle lui chuchotait des mots qu’il n’était pas en mesure d’entendre. La jeune fille se demanda pourquoi il ne pouvait pas comprendre. Touchée par la douceur soudaine du loup, elle se dit que peut-être…

– Il faut que tu saches que je n’ai pas peur, reprit Minuit, je ne serai plus naïve, continua-t-elle en s’approchant de lui avant de lever la tête, et je n’ai jamais été sage…

Elle laissa échapper ces derniers mots en venant effleurer les lèvres du solitaire avant d’y déposer un doux baiser. Le loup passa alors tendrement une main dans son cou pour prolonger l’étreinte délicate pendant que la danseuse en noir et blanc continuait de valser au son de ce requiem qui n’était pas prêt de prendre fin, pendant qu’au dehors, la dernière feuille écarlate de l’arbre dans la cour finissait sa course au pied de ce géant à jamais immobile.

FIN




Mon ancien pseudo était Toshiko Sato


Dernière édition par Toshiko Sato le Jeu 31 Oct 2013 - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1722-toshiko-sato
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7213
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 55
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 8:03

continue comme cela et on fera quelque chose de toi  


Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
actarus
Tu guide désormais quelqu'un sur le chemin du rêve et de l'imagination......
Tu guide désormais quelqu'un sur le chemin du rêve et de l'imagination......
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Coq
Messages : 1582
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 48
Localisation : toujours près de Jack et Ianto

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 8:50

Je me suis vraiment pris dans l'histoire, très beau texte, tu as vraiment une très belle plume :j:aime: :j:aime: :j:aime:



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2953-actarus
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4677
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 11:51

Tu écris vraiment très bien, j'ai adoré l'histoire

bravo bravo et merci arigatou arigatou 



Mes histoires slash
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Elan du Lac
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Tigre
Messages : 159
Date d'inscription : 11/03/2013
Age : 19
Localisation : Alola
Mon pairing du moment: : Guzma/Euphorbe
Mon Fandom du moment: : Pokemon

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 12:24

:j:aime: :j:aime: :j:aime: , tu écris super bien, j'ai adoré ton histoire :j:aime: :j:aime: :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14017
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 50
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 13:02

:j:aime: :j:aime: :j:aime: un très beau texte Toshi  bravo bravo bravo   tu as une belle plume la miss  clin d\'oeil merci d'avoir partagé avec nous  arigatou


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Ana Lei
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 30/10/2010
Age : 19
Localisation : Dans le Hub...

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 17:49

Merci à tout le monde, heureuse que cela vous ait plus arigatou 




Mon ancien pseudo était Toshiko Sato
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1722-toshiko-sato
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 4944
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 18:03

très beau , tes mots m'ont subjugué tout comme ton histoire
quelle plume magnifique
:j:aime: :j:aime: :j:aime: :j:aime: :j:aime: :j:aime: :j:aime:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34581
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 54
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 31 Oct 2013 - 21:35

Un texte magnifique et prenant, fort prometteur! :j:aime:


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13268
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Mar 5 Nov 2013 - 20:22

Une histoire vraiment étrange dans laquelle on se laisse emporter. Deux âmes solitaires, deux êtres particuliers, tellement différents et si complémentaires à la fois. Jamais Minuit n'a été aussi vivante que face à celui auquel elle était promise. Le chocolatier a finalement réussi un tour de force, en donnant la vie à un être, il a supprimé la solitude d'un autre et donné un sens à l'existence à chacun d'eux...

Très belle histoire Tosh. Comme toujours, ta plume fluide et bien posée est un plaisir à la lecture. bravo



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Ana Lei
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Buffle
Messages : 160
Date d'inscription : 30/10/2010
Age : 19
Localisation : Dans le Hub...

MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   Jeu 7 Nov 2013 - 19:14

j'envisage peut-être de faire une suite.




Mon ancien pseudo était Toshiko Sato
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1722-toshiko-sato
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Texte court] - Solitude - G   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Texte court] - Solitude - G
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: