French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Poésie] Double Poème en Prose - G -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Poésie] Double Poème en Prose - G -   Ven 29 Nov 2013 - 17:46

C'est de nouveau moi, cette fois-ci pour vous présenter deux poèmes en prose qui datent un peu et dont je m'étonne de ne pas vous en avoir déjà fait part. Je rattrape donc dès à présent cette erreur !

Une Larme dans la Vase
Recroquevillé sur le sol, un cadavre gisait. De minces apparences, ses membres aux fins contours se démarquaient du reste par une exquise délicatesse. Tantôt les peaux la recouvrant s'étaient détachées comme les feuilles d'un arbre automnal, tantôt poussaient à leur surface des forêts grandissantes de champignons aux couleurs délirantes et variées. Des milliers de minuscules insectes y parcouraient les pâles étendues aux teintes verdâtres, façonnant dans les tissus corporels les chemins d'une citadelle profanée. En de rares occasions, ils se laissaient porter par le lit d'une marée asséchée qui les acheminait en tout point du pays inexploré. Les cheveux retombaient sur la terre pareils aux branches d'un saule pleureur. À leur sommet s'étendaient d'obscures racines limitées par une large clairière. Par-delà la plaine qui s'en suivait, deux gouffres circulaires servaient de refuges aux vers nettoyeurs qui s'y étaient logés. Ils rampaient avec grâce le long des parois intérieures, jusqu'à tomber dans les larges cavités oculaires déjà encombrées par un nombre conséquent de leurs semblables. Plus loin encore de la forêt, un immense précipice signalait la fin d'une région et le début d'une autre. Celle-ci descendait de manière abrupte, seule une bosse dominait la pente en son centre. Mais elle était divisée, coupée en deux par une plaie béante. On l'avait tranchée. Son sourire s'adresse maintenant à la terre, afin que de séduction elle lui ouvre ses portes naturelles, où elle pourra retourner apprendre de ses origines oubliées.

EREBUS
Il se tenait là, devant elle, et Maria ne faisait que regarder. Il avait été autrefois son père, lorsque les alcools ne l'avaient guère encore fait sombrer jusqu'à cet abîme dans lequel il chutait à présent. Elle, sa Maria, versait autant de larmes que ces fleuves rouges s'engouffraient dans la trachée de son défunt parent. Il vomissait, parfois, à intervalle de deux coupes de vin, une seule d'hydromel. Il détestait l'hydromel, mais il avait dû oublier dans sa frénésie. De temps à autre, son regard croisait celui de sa fille. Lorsque cela se produisait, et comme devant toutes choses fâcheuses en ce monde, il détournait son front de sa Maria juste avant de replonger ses yeux dans les océans d'ivresse. Elle en faisait alors de même, de honte de s'être vue en pareil état, puis reculait d'un pas. Il n'y avait ni ciel ni sol vers lequel mirer devenait supportable, pourtant aucun d'eux ne pouvait se résoudre à se séparer de l'autre, et les vents demeuraient si doux. Il avait remarqué le pas en arrière de sa fille, dès lors il avait fait perdurer crescendo sa soif pour la faire s'approcher à nouveau. Tant il se remplissait d'alcool tant les joues de sa Maria s'asséchaient des larmes, qui ruisselaient au fil des cratères se formant sur sa peau. Sa vie ne cessera de tarir. Voilà qu'elle ne tient plus debout et tenta en vain de trouver posture à sa convenance. Voici les sueurs d'un père vampirisant à jamais le souvenir de son enfant, afin de s'y noyer davantage chaque jour. Une gorgée supplémentaire était un pas de plus au-delà, jusqu'à cet instant où il ne la vit plus. Ses lèvres sèches ne parlèrent. Ses narines obstruées n'humèrent. Ses yeux clos ne regardèrent. Seul à présent, désireux de retrouver l'âme qu'il avait tant chéri jadis, il empoigna le réceptacle puis le brisa entre ses paumes. Le vin s'écoula longuement de ses poignets, pour que sa Maria paraisse à nouveau devant lui. Quand il ne resta plus d'alcool, ses mains s'ouvrirent, et ses yeux, lentement, s'élevèrent jusqu'à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 34834
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: [Poésie] Double Poème en Prose - G -   Ven 29 Nov 2013 - 23:58

Deux textes très forts toujours de grande tenue... bravo 
Pas sûre que je les qualifierais de poésie par contre: je pense plus à des textes courts... clin d\'oeil


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
 
[Poésie] Double Poème en Prose - G -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Divers :: Devant l'horizon Originales Divers-
Sauter vers: