French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35145
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Sam 18 Jan 2014 - 22:26

Je continue à reclasser.... Cette songfic était destinée à Prue...

Les personnages de la série ne m’appartiennent pas. Ils sont la propriété exclusive de : Stéphane Giusti, Alain Robillard & Alain Tasma. Je ne tire aucun bénéfice de leur mise en situation dans cette fiction.



Je ne sais pas
- Kevin ! Kevin tu es là ?

Seul le silence de la nuit lui répondit et il sentit ses yeux s’embuer. Il y avait tellement cru à ce rêve ! Il rentrait chez lui, sourire aux lèvres avec cette bague qu’il désirait offrir à son amour, son cœur battait de joie à l’idée de cette réponse qu’il donnerait à cette question tout académique qu’elle soit puisque leur pays ne reconnaissait pas le mariage gay. Mais c’était un besoin qu’il avait, de l’épouser pour oublier les heures sombres.

Il s’en voulait encore d’avoir douté de lui, de ne pas l’avoir cru lorsqu’il lui avait jeté le nom de Recht en pleine figure. Comment douter d’un homme dont il avait fait son modèle, sur les traces duquel il rêvait de marcher depuis qu’il avait fait sa connaissance ? Mais maintenant il savait et il voulait que Kevin lui pardonne. Mais Kevin n’était plus là.

Yann se leva et alla appuyer son front sur la vitre froide, contemplant le paysage à la lueur de la lune blafarde, le cœur en deuil.

Kevin ne serait plus jamais là.


Je ne sais pas pourquoi la pluie
Quitte là-haut ses oripeaux
Que sont les lourds nuages gris
Pour se coucher sur nos coteaux
Je ne sais pas pourquoi le vent
S´amuse dans les matins clairs
A colporter les rires d´enfants
Carillons frêles de l´hiver
Je ne sais rien de tout cela
Mais je sais que je t´aime encore
Il se remémorait son retour, six mois plus tôt, lorsqu’après quelques heures de réflexion le doute avait commencé à s’insinuer en lui en même temps que la peur. Il savait que Kevin n’était pas un menteur et qu’il n’aurait pas ainsi lâché le nom du commissaire sans raison. De toute façon quelqu’un était venu l’attaquer et de cela il ne pouvait pas douter, les marques de coups, la douleur peinte sur le visage aimé prouvaient l’agression. C’est alors que la peur s’était emparée de lui : et si Kevin était gravement blessé ! S’il l’avait laissé seul au moment où il avait le plus besoin de lui ?

Il était rentré chez eux pour trouver l’appartement désert. Le léger soulagement lorsqu’il avait compris que Kevin était parti de son plein gré et qu’il n’était donc pas gravement blessé avait vite fait place au désespoir lorsqu’il avait compris que son amant s’en était allé sans espoir de retour.

Tout cela était sa faute ! Il aurait dû avoir confiance ou, à tout le moins, l’assurer qu’il allait faire des recherches, enquêter pour corroborer ou infirmer son hypothèse plutôt que de la rejeter d’emblée avec ces mots durs, balayant en quelques secondes toute cette confiance qu’ils avaient l’un dans l’autre, ou plutôt que Kevin avait en lui, parce que sa réaction prouvait bien qu’il n’avait pas, lui, confiance en son amant, en tout cas pas au point de remettre en cause l’opinion qu’il se faisait d’un flic qu’il admirait depuis longtemps.

C’était sans doute cela qui avait blessé Kevin au plus profond de lui-même : cette preuve que l’homme qu’il aimait ne croyait pas en lui. C’était ce qui l’avait poussé à partir, sans un mot, sans rien laisser d’autre que la pièce saccagée que Yann avait remis en ordre presque machinalement, cherchant désespérément un signe laissé par son compagnon, la preuve qu’il pouvait encore espérer le voir revenir.

Mais Kevin n’était jamais revenu.


Je ne sais pas pourquoi la route
Qui me pousse vers la cité
A l´odeur fade des déroutes
De peuplier en peuplier
Je ne sais pas pourquoi le voile
Du brouillard glacé qui m´escorte
Me fait penser aux cathédrales
Où l´on prie pour les amours mortes
Je ne sais rien de tout cela
Mais je sais que je t´aime encore
Six mois… Six mois à se demander où il était, ce qu’il faisait, avec qui il était…

Etait-il entre les bras de son Tiago ? Yann n’arrivait pas à imaginer Kevin se donnant à un autre. Il avait beau savoir que cela s’était produit, il voulait croire que c’était un accident, une parenthèse pour secouer une vie de couple devenue un peu trop  routinière, insatisfaisante…

Lui-même était allé voir de son côté à une époque et Kevin avait pardonné. Alors pourquoi s’était-il senti tellement trahi lorsque son Basque avait fauté à son tour ? Etait-ce cette rancune qui l’avait empêché de croire l’homme qu’il aimait ? Etait-ce simplement sa fichue tête de mule qui l’avait poussé à s’entêter, à se persuader qu’entre eux il n’y aurait plus désormais qu’une amitié teintée de défiance ?

Pourtant il était revenu… Oui, il était revenu…

Il se cramponnait à cette idée comme le noyé s’accroche à une bouée : il était revenu ! Il avait voulu l’aider, voulu lui donner la chance de lui prouver ses dires, voulu leur donner une chance parce que son cœur soudain avait parlé plus fort que sa raison.

Mais il était trop tard : Kevin était parti.


Je ne sais pas pourquoi la ville
M´ouvre ses remparts de faubourgs
Pour me laisser glisser fragile
Sous la pluie parmi ses amours
Je ne sais pas pourquoi ces gens
Pour mieux célébrer ma défaite
Pour mieux suivre l´enterrement
Ont le nez collé aux fenêtres
Je ne sais rien de tout cela
Mais je sais que je t´aime encore
Il s’était lancé sur les traces de Recht et de ses complices et il les avait fait tomber. Ca avait été sa vengeance, son expiation et sa dernière satisfaction. Depuis les jours qui se traînaient, sans but, sans joie, sans émotion…

Il était juste devenu une coquille vide : il faisait son taf, sans se poser de question, sans s’émouvoir, sans se révolter. Au commissariat on s’étonnait de sa placidité et parfois Alex ou Laura essayaient de le faire sortir de ses gonds : mais rien n’y faisait. Sans Kevin il n’était plus rien ! Certes il respirait, il mangeait, il riait même parfois, d’un rire sans joie, mais plus rien ne l’atteignait vraiment, ni en bien, ni en mal. Il était comme en hibernation attendant le retour de son soleil.

« Et si -on soleil ne revenait jamais ? » lui murmurait parfois la voix de sa raison. Resterait-il alors cette espèce d’ectoplasme qu’il était devenu, passant parmi les vivants sans plus être vraiment des leurs ? Il s’était enfermé dans une routine confortable qui l’empêchait de trop penser, parce que penser c’était souffrir. Il laissait passer la journée attendant la nuit qui lui ramenait son ange, lui rendait son sourire, l’éclat de ses yeux bleus, l’écho de son rire, la douceur de sa peau, la chaleur de sa voix ! Bien sûr la nuit apportait aussi son lot de cauchemars où il le voyait mort, où il l’entendait l’accuser d’avoir causé son malheur, où il le fixait avec un air de reproche gravé sur le visage. Ces nuits-là il se relevait et retournait s’appuyer sur la vitre, scrutant l’horizon, espérant voir revenir vers lui une silhouette coiffée d’un bonnet, un sac marin jeté sur l’épaule.

Mais Kevin ne revenait pas.


Je ne sais pas pourquoi ces rues
S´ouvrent devant moi une à une
Vierges et froides, froides et nues
Rien que mes pas et pas de lune
Je ne sais pas pourquoi la nuit
Jouant de moi comme guitare
M´a forcé à venir ici
Pour pleurer devant cette gare
Je ne sais rien de tout cela
Mais je sais que je t´aime encore
Cette feuille dans ses mains, elle signait sa condamnation ou sa rédemption ! Et il hésitait.

Sa routine s’était brisée nette lorsqu’Alex était entré dans son bureau, lui reprochant une énième fois de se comporter comme un zombie et de se secouer. Et devant son apathie, il lui avait simplement jeté le feuillet sur le bureau :

- Tiens ! Pendant que tu gémis sur ton sort, il y en a d’autres qui cherchent Kevin. Et qui le trouvent ! Il est de passage à Paris avec Tiago qui est venu pour un quelconque casting. Ils repartent ce soir pour Amsterdam. La balle est dans ton camp maintenant ! Secoue-toi bordel de merde !

Il n’avait pas cillé : l’annonce du retour de Kevin avait fait battre un peu son cœur endormi, mais le savoir avec cet homme… N’était-ce pas la preuve que son ange avait fait son choix ? Qu’il l’avait définitivement rayé de son existence ? C’était bien fait pour lui ! Il avait eu sa chance et il l’avait gâchée ! Il n’irait pas le rechercher : il avait perdu tout droit sur lui de l’instant où il avait mis sa parole en doute et pire, l’avait laissé, blessé peut-être gravement, sans même se soucier de savoir comment il allait.

Il quitta le bureau, jeta quelques mots à son adjoint pour lui indiquer qu’il prenait le reste de sa journée et il rentra chez eux, dans cet appartement dont il n’avait pas bougé un élément depuis sept mois, comme si changer quoi que ce soit aurait été accepter que Kevin ne revienne jamais. Il s’assit sur le canapé, ce canapé où ils s’étaient aimés si souvent et il commença à feuilleter leur album photos : il n’y en avait pas tant que ça puisque lui, toujours lui, renâclait chaque fois qu’il s’agissait de se poster devant l’objectif, au grand dam de son compagnon qui, plus fleur bleue, aurait aimé garder des tas de souvenirs des lieux qu’ils visitaient ensemble et de leurs moments privilégiés.

Kevin était si beau ! Sur les clichés où ils étaient tous les deux, on pouvait lire dans ses prunelles bleues tout l’amour qu’il lui portait. Et il avait tout gâché, pauvre fou qui avait le bonheur à portée de main et n’avait pas su le reconnaître !

Son regard dériva sur la photo qui ornait le bahut où on les voyait tous les deux, lui souriant, un peu crispé comme à son habitude et Kevin derrière lui, l’enlaçant tendrement, le menton posé sur son épaule. Il se souvenait comme il s’était alors senti bien : protégé, aimé, comme un retour à cette petite enfance bénie où on pense qu’il y aura toujours quelqu’un pour veiller sur nous. Et lui, il avait Kevin… Kevin qui partait le soir même.

Kevin qu’il avait perdu.


Je ne sais pas à quelle heure part
Ce triste train pour Amsterdam
Qu´un couple doit prendre ce soir
Un couple qui a pris mon âme*
Et je ne sais pas pour quel port
Part d´Amsterdam ce grand navire
Qui brise mon cœur et mon corps
Notre amour et mon avenir
Je ne sais rien de tout cela
Mais je sais que je t´aime encore
Il était là, dans le hall envahi de voyageurs. Il était là et il ne savait pas pourquoi : quelle chance avait-il de repérer son ange dans cette cohue ? Que faisait-il là après s’être mille fois répété qu’il ne ferait rien pour empêcher l’homme qu’il aimait d’être heureux. Si son Basque partageait la vie de Tiago depuis sept mois, c’est qu’il y avait entre eux plus que Kevin lui-même ne le croyait lorsqu’ils avaient parlé de cette liaison. Il se souvenait que son amant lui avait dit qu’il ne pensait pas aimer Tiago, mais pourtant c’était vers lui qu’il était allé.

Alors non, il n’irait pas le chercher, le mettre dans l’embarras. Mais quel embarras ? avait alors contré une petite voix raisonneuse : si Kevin aimait Tiago, il n’aurait nul scrupule à le lui dire. C’était une nature droite, franche, qui n’hésitait pas à asséner des vérités qui ne plaisaient pas toujours. S’il avait définitivement rayé Yann de sa vie, il saurait le lui faire comprendre. Mais justement : voulait-il vraiment se déposséder de l’infime parcelle d’espoir qui le faisait continuer à vivre, si tant est qu’on puisse appeler vivre la façon dont il existait depuis le départ de son amour ?

Non… Il ne pourrait pas prendre le risque d’être rejeté, de voir Kevin s’en aller au bras de celui qui l’avait remplacé. Amsterdam… Ils s’étaient jurés d’y aller ensemble, ils avaient même parlé de s’y marier, quand bien même, de retour en France, leur union n’aurait pas été valide. Et si c’était la raison de ce voyage ? Non… Il ne voulait pas savoir…

Et pourtant il était là : il était là et son cœur battait à tout rompre, déchiré entre l’espoir de le voir et celui de le manquer. Le voir s’était s’exposer à souffrir et perdre définitivement toute espérance, le manquer c’était souffrir aussi mais garder l’espoir qu’un jour peut-être….

Idiot qu’il était ! Debout comme un crétin au milieu d’une foule qui le bousculait, indifférente aux affres qu’il traversait, ne le voyant pas plus que s’il n’avait pas existé. Il n’était pas à sa place ici ! Il n’aurait jamais dû venir. Alors il fit demi-tour, décidé à rentrer : le sort avait parlé pour lui et avait signé sa défaite.

Et soudain la foule s’écarta et il fut là, juste en face de lui. Il marchait, aux côtés de Tiago et son cœur se serra devant cette évidence soudain étalée à ses yeux. Puis brusquement leurs regards se croisèrent et ce fut comme s’ils étaient seuls au monde : le hall de gare, les voyageurs et même Tiago disparurent tandis qu’ils se dirigeaient l’un vers l’autre, comme dans le ralenti d’un mauvais film mélodramatique. Puis ils furent l’un contre l’autre et tout fut dit : les explications, les pardons, les pourquoi, les comment, ils auraient tout le temps du monde pour les partager. Parce qu’en une fraction de seconde Yann comprit que Kevin ne prendrait pas ce train et Tiago le comprit aussi qui, après quelques secondes d’arrêt, reprit son bagage et continua en direction du quai : il avait toujours su que ce ne serait qu’une parenthèse et que le cœur de Kevin ne lui appartenait pas.

Soudain Yann redevenait vivant, comme s’éveillant d’une longue hibernation : son cœur battait à nouveau, ses mains tremblaient, les larmes roulaient sur ses joues et tous ses sens renaissaient à la vie. Il se blottit plus étroitement contre son ange, se moquant bien des sifflets des uns, des quolibets des autres ou des remarques acerbes des imbéciles.

Kevin était là, dans ses bras.


Mais je sais que je t´aime encore


FIN
Chanson de Jacques Brel

Paroles originales :
*Un couple dont tu es la femme


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 5021
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 42
Localisation : Namur
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Dim 19 Jan 2014 - 0:36

c'est bouleversant .....
j'ai aimé ces retrouvailles inespérées


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 4680
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Dim 19 Jan 2014 - 9:39

De magnifiques retrouvailles  :j:aime: :j:aime: :j:aime: 

 bravo bravo Cissy pour cette songfic
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9878
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Dim 19 Jan 2014 - 10:38

:j:aime:  :j:aime:  Jolie


Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35145
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Dim 19 Jan 2014 - 19:04

Un grand merci à vous trois!  arigatou


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14142
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Dim 19 Jan 2014 - 21:22

:j:aime:  :j:aime:  :j:aime: magnifiques retrouvailles dont nous avons été privé à l'arrêt de la série  bravo


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
mumu71
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 9910
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 46
Localisation : quelque part dans mon imaginaire

MessageSujet: MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G    Lun 20 Jan 2014 - 9:33

encore une très belle et très émouvante song fic cissy. et cette fois sur du jack brel.  :j:aime:  tout ce qui se dégage de celle ci.
le désoeuvrement de Yann. son apathie et ses questionnements.

et puis alex qui le bouscule, qui lui dit qu'il sait où se trouve Kévin.
et puis yann justement qui hésite, qui se demande ce qu'il fait sur ce quai de gare, qui se demande s'il a le droit.
et puis ils se voient et alors tout est évidence. ils se retrouvent ancrés dans le regard de l'autre et puis dans les bras de l'autre et Tiago comprend qu'il n'a plus sa place, et qu'il ne l'a peut-être jamais eu .
 :j:aime: :j:aime: :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t6805-mumu71
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35145
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Lun 20 Jan 2014 - 20:57

Merci Mumu!!!  Et ARagone!  clin d\'oeil


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Renatane
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 134
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 38

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Sam 25 Jan 2014 - 11:09

Cette série me manque décidément beaucoup et c'est toujours un plaisir de lire des fictions sur ces deux-là  :j:aime: 
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35145
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G   Sam 25 Jan 2014 - 21:34

Merci Renatane...  arigatou


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
 
Les bleus - Je ne sais pas - Yann/Kevin - G
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Slash :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Slash-
Sauter vers: