French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court

Aller en bas 
AuteurMessage
bleuri59
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Rat
Messages : 6647
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 58
Localisation : LILLE

MessageSujet: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Ven 4 Juil 2014 - 21:16

Reclassement  du concours la première fois.

Pairing   Sandro et Gabriel

Sandro ouvrit un œil, le soleil brillait. Quel jour était-on ? Samedi, Ah se dit-il avec béatitude, c’était un jour de congés. Il pouvait prendre son temps et profiter de son lit, il est vrai qu’il avait eu une dure semaine, avec une intervention de nuit qui l’avait laissée plus de 48 heures sans sommeil. Il s’apprêtait à se rendormir lorsqu’il sentit un bras s’enrouler autour de sa taille, une bouche se poser sur son cou et un corps se coller contre le sien.

-Bonjour mon cœur.
-Hmmmm, dodo.
-Bonjour ma marmotte.
-‘Jour. J’ai encore sommeil. Laisse-moi dormir.
-Quel paresseux, tu fais, mon amour.
-Je suis crevé. Il est samedi, on a le temps.
-Oui on est samedi et on est le 13 juillet, ça ne te dit rien ?
-Si, c’est la veille du 14. Tu veux vraiment jouer aux devinettes, alors que le jour se lève à peine ?

Sandro se retourna sur le ventre et mit l’oreiller sur sa tête, bien décidé à continuer sa nuit. Gabriel sourit devant cet enfantillage, et continua à parsemer le dos offert de petits baisers, qui firent frissonner son homme, bien malgré lui. Lorsqu’il arriva à la chute des reins, et que la langue mutine s’insinua dans la raie qui menait au trésor caché, Sandro ne put retenir un gémissement et se retourna brusquement.

-Tu n’es pas décidé à me laisser finir ma nuit, si je comprends bien.
-Non, mon amour et le côté face est aussi tentant que le côté pile, dit Gabriel en laissant cette fois glisser sa main vers le buisson d’ébène. Tu sais que si nous avions le temps, c’est avec plaisir que je te ferais crier et supplier, et oublier ton envie de dormir.
-C’est bon là je suis totalement réveiller, maintenant. Tu peux faire de moi ce que tu veux dit Sandro en écartant les bras.
-J’aimerais bien, mais nous n’avons pas le temps, soupira Gabriel tout en caressant malgré lui la douce toison, et la virilité qui avait redressée la tête.

Sandro commençait à trouver le jeu de son homme assez frustrant et il se sentait gagner par une certaine mauvaise humeur.

-Tu vas enfin me dire pourquoi tu me réveilles avec des gestes aguicheurs et qu’après m’avoir allumé, tu me laisses pantelant de désir.
-Parce que j’avais le choix entre cette méthode ou le seau d’eau pour te tirer du lit. J’ai préféré à la méthode douce. Je te rappelle que nous sommes le 13 juillet, la veille du 14 juillet jour. Et c’est quoi le 14 juillet ?
-C’est la fête nationale, le feu d’artifice.
-Mais encore ? C’est ton anniversaire, mon amour.
-Ca je sais, tu aurais d’ailleurs pu me laisser cocooner, pour fêter cet heureux évènement et ensuite faire éclater en moi, un feu d’artifice, comme tu sais si bien le faire.
-Cela ne m’aurait pas déplus, mais tu as vraiment la mémoire courte monsieur Giacommi. Je vais donc te rappeler que c’est aujourd’hui que je t’offre ton cadeau d’anniversaire. On va s’envoyer en l’air ensemble, mon amour.
-Ah merde ! Non ! J’avais oublié.
-Ah, si ! Tu as dit, oui. Tu as pourtant d’habitude une très bonne mémoire.
-J’étais bourré quand je t’ai dit, oui.
-Comme on fait son lit, on se couche mon amour. Debout, l’avion va nous attendre. Je suis sûr que tu vas prendre ton pied.
-Tu parles, je peux le prendre ici dans notre lit avec toi.
-Oui, mais là tu vas pouvoir te jeter dans le vide.
-J’ai le vertige.
-Nous aurons le vertige à deux. J’adore quand tu perds la tête, chéri. Je suis sûr qu’au final ça va te plaire, toi qui es toujours friand des grandes sensations, tu vas être comblé et si tu as eu trop peur, je te tiendrai la main et en rentrant je te ferai un gros câlin, pour te récompenser d’avoir été courageux.
-Pfffff

Après un quart d’heure de sollicitations diverses et faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Sandro sortit enfin du lit et d’un pas traînant se dirigea vers la salle de bain. Il avait complètement oublié son coup de bluff et la promesse qu’il avait faite à Gabriel de sauter avec lui, maintenant il ne pouvait pas décevoir son homme, il lui fallait seulement s’armer de courage pour relever le défi, de son aviateur de mari. Après une douche revigorante, il se sentait mieux et c’est presque le sourire aux lèvres qu’il entra dans la cuisine où Gabriel était déjà attablé devant un grand bol de café et des croissants.

-Je ne sais pas si c’est très prudent que je déjeune avant de prendre l’air. Je ne voudrais pas te vomir dessus.
-Tu ferais mieux de lester ton estomac, au contraire. Je suis allé à la boulangerie acheter des croissants tout chauds.
-Tu m’auras vraiment tout fait faire toi, dit-il en s’asseyant. Je suis incapable de te refuse quoi que ce soit.
-Toi, tu as bien réussi à me traîner devant monsieur le maire. Je te promets que c’est beaucoup plus angoissant qu’un petit saut en parachute..
-C’est un point de vue ! Particulier, mais un point de vue quand même.
-Moi aussi j’avais une boule au ventre, j’en avais même des nausées.
-Merci, ça fait plaisir à entendre.
-Pourtant j’ai sauté dans le vide pour toi.
-Bon, d’accord. Je vais sauter de ton putain d’avion, mais je te confirme que la comparaison me plaît qu’à moitié.
-Mon saut va durer toute la vie, alors que le tien ne durera que quelques minutes, monsieur Giacommi-Vermon et je n’ai plus peur.
-J’aime quand tu m’appelles comme ça.
-Moi aussi. Tu as donc fini de râler, mon grincheux dit Gabriel en lui tendant ses lèvres pour qu’il lui fasse un baiser.
-D’abord, je ne suis pas un grincheux, répondit Sandro en l’embrassant.

Quand ils arrivèrent à l’aérodrome, le temps était magnifique, le ciel limpide et un petit souffle de vent, rafraîchissait l’atmosphère déjà bien chaude.

-Viens, dit Gabriel, je vais te présenter les gars de l’équipe.
-Ah oui, la fameuse équipe.

Quand ils entrèrent au bar du club, 5 hommes devisaient joyeusement. Ils furent tout de suite interpellés.

-Salut Gabriel, alors tu nous l’as enfin amené ! On pensait que tu nous ne le présenterais jamais, que tu avais trop peur de ne pas supporter la comparaison.
-Sandro est un rampant, il n’avait rien à faire ici.
-Oh !! Tu pourrais parler de moi autrement.
-Ce n’est pas une insulte, Sand. Un rampant est le contraire d’un volant.
-Oui, mais quand même, le terme n’est pas très avantageux. Vous ne seriez pas un peu prétentieux dans l’aviation ?
-Il a de la répartie ton homme, Gaby. Il doit savoir te mener à la baguette.
-Bande d’enfoirés. Je fais les présentations, voilà Sandro. Sand, voici l’équipe de monte en l’air qui va sauter avec nous. Charlie est le leader, et voici Sam, Val, Rémi et Dom.
-Bonjour tout le monde. Je vous préviens que c’est la première fois que je vais monter dans un aussi petit avion, et je ne vous parle même pas du parachute, alors on ne s’emballe pas.
-On sait, ne t’inquiète pas, on va prendre soin de toi.
-C’est ça qui m’inquiète un peu.

Ils se retournèrent d’un bloc vers Gabriel.

-Qu’est-ce que tu as été raconté à ton mec ?
-Je lui ai simplement dit, que la dernière fois qu’on avait sauté, nous avions ouvert notre parachute à la dernière minute, parce qu’on avait joué à saute-mouton dans les airs, en pariant sur le dernier qui ouvrirait son parachute.
-Si on saute de plus haut, tu pourras peut-être essayer de sauter Sandro, au lieu des moutons, cette fois, dit Charlie en s’esclaffant, mais faudra faire vite.
-Vous êtes complètement cinglés les gars et je ne suis pas un lapin, j’aime prendre mon temps.
-Il n’est pas tellement dégourdi avec les fermetures Eclair dit Sandro en jetant un regard malicieux plein de sous-entendus vers son homme.
-Sandro, tais-toi ou tu pourrais le regretter. Ne leur donne pas de grain à moudre ou on n’est pas prêt de sauter.
-Raconte Sandro, on adore les histoires ?
-Sandro !!! Tonna Gabriel.
-Quoi ? Répondit ce dernier avec un air innocent.
-Au lieu de raconter des conneries, on pourrait peut-être y aller.

Dans un éclat de rire, tout le monde se dirigea vers le vestiaire. Ils avaient passé leur combinaison, et Gabriel avait les yeux rivés sur son mari, il le trouvait magnifique dans sa tenue de parachutiste, sexy au possible. Il faut dire que Sandro était déjà un bel homme qui ne passait pas inaperçu, même vêtu qu’un jean et d’un blouson. 1m88, cheveux noir de geai et regard gris acier, et que dire de son sourire mille mégawatt ! Alors avec sa tenue d’aviateur, il était tout simple à tomber. Il s’approcha silencieusement et se colla à lui.

-Tu sais que tu es très bandant comme ça, lui dit-il en se frottant contre ses fesses, lui faisant sentir, combien ses paroles étaient vraies.
-Gabriel !!! Reste tranquille, tu vas nous faire remarquer.
-J’y peux rien, tu me fais de l’effet.
-Gaby ! Lâche-le un peu. Tiens ! Enfile- lui ça.
-Dom parle du parachute, bien sûr, pouffa Rémi
-Andouille.

Sandro leva les yeux au ciel. Ces hommes ne pensaient vraiment qu’à ça, lui était vraiment trop stressé pour penser à la bagatelle. Gabriel lui tendit son parachute.

-Tiens, enfile-le, fais-le en même temps que moi. Je vérifierai.

Gabriel vérifia, et revérifia, pas question de faire courir à Sandro, le moindre risque. Il resserra toutes les sangles, ajusta le casque et finit en lui donnant une claque sur les fesses.

-On y va mon amour, en route, on va monter dans l’avion. Tu es prêt ?
-Plus prêt serait une gageure. J’espère, qu’on n’entend pas mes dents claquées.
-Tu vas voir, tu vas en redemander, c’est vraiment super.
-Moi, j’aime le plancher des vaches.


Ils étaient tous les six dans le Skyvan, l’atmosphère était joyeuse. Il était évident que l’équipe s’entendait bien et qu’ils étaient très décontractés. Sandro ne disait rien, s’il avait été croyant, il se serait mis à prier, mais voilà …. Il ne croyait pas. Pour la millième fois, il se demandait pourquoi, il avait relevé le défi de son homme. On entendit tout à coup, la voix du pilote.

-Nous sommes à 3000m, vous pouvez vous préparer.
-Sandro, tu vois la lumière rouge ? Quand elle passe au vert, tu sautes.
-Ah non ! Je ne saute pas le premier.
-Mais non, Charlie et Sam, vont sauter en premier. Ensuite tu sautes, je saute et Val, Dom et Remi fermeront la marche. Je resterai à côté de toi, tu ouvriras ton parachute quand je te le dirai. La chute libre, c’est ce qu’il y a de plus fun, tu vas voir.
-Mouais.

Ils se mirent tous debout, les uns derrière les autres, le leader ouvrit la porte, l’air s’engouffra dans l’habitacle. Dès que la lumière passa verte Charlie se lança dans le vide en poussant un cri de victoire, puis ce fut le tour de Sam. Sandro était devant Gabriel, il avait passé le mousqueton sur la corde, mais il était tétanisé, incapable de faire le dernier pas qui le propulserait dans le vide. Il avait les mains moites, le cœur battant, il ne se souvenait pas avoir eu aussi peur. Même pas le jour où il avait annoncé à son père qu’il était gay. Gabriel posa tendrement la main sur son épaule et lui dit sans le brusquer.

-Il va falloir que tu sautes, sinon on ne les rattrapera jamais. Courage mon amour, tu veux que je t’aide et que je te pousse ?
-Non, surtout pas, je vais le faire tout seul. Il me suffit d’un peu de temps.
-Tu respires un grand coup, tu fermes les yeux et tu sautes. Je te suis dans la seconde, promis.

Sandro avait les deux mains accrochées aux bords de la porte, il avait chaud. Non, il avait plutôt froid, en fait il ne savait plus trop. Il respira un grand coup comme l’avait conseillé Gabriel, et il se lança dans le vide, sans plus réfléchir. Il écarta les bras comme Gabriel lui avait dit de faire, il n’avait toujours pas réussi à ouvrir les yeux. Son cœur battait à tout rompre, puis prenant sur lui, il écarta les paupières.

-Wouah !!! Ne put-il s’empêcher de dire.

C’était fantastique, c’était le ciel était magnifique ! Les sensations étaient grandioses, il avait l’impression de voler. Le vent sifflait dans ses oreilles et tout à coup, il se trouva entourer de toute l’équipe. Avec son pouce et son index, il forma un rond, pour faire comprendre que tout était ok. Ils s’attrapèrent tous par les poignets, se maintinrent quelques secondes en cercle et se laissèrent tomber pendant ce qui parut des siècles à Sandro, mais qui ne dura que quelques instants puis se lâchèrent, et s’égaillèrent dans le ciel. Sa peur l’avait quitté, il ressentait une exaltation inconnue, une poussée d’adrénaline formidable, presque une jouissance, il ne se demandait plus ce qui poussait Gabriel à sauter aussi fréquemment. Arrivés à 400m du sol, Gabriel lui fit signe qu’il était temps d’ouvrir son parachute. Il tira sur la poignée, mais rien ne se passa. L’exaltation s’envola, remplacée par une horrible peur panique, qui lui vrilla le ventre, il allait s’écraser au sol comme une merde. Joyeux anniversaire Sandro pensa-t-il avec dérision. Il tirait avec plus de force sur la poignée, mais rien ne se passait.

-Putain, tu vas t’ouvrir, s’énervait-il.

Gabriel était le seul à n’avoir pas ouvert son parachute, les autres descendaient doucement et Sandro continuait sa chute libre. Gabriel restait au côté de son homme, essayant de lutter contre la peur qui le gagnait. Ce n’était pas possible, ça ne pouvait pas arriver, ça ne pouvait pas arriver à Sandro. Pourquoi l’avait-il poussé à venir avec lui. Il ne voulait pas le perdre, il l’aimait comme un fou. « Seigneur faites quelque chose » ne put-il s’empêcher de dire.

-Ouvre le parachute de secours. La poignée rouge. Vite ! Sandro, hurlait Gabriel.
-Quoi ?
-LA POIGNEE ROUGE ! VITE

Sandro reprit ses esprits et fit ce que lui disait son homme et à son grand soulagement, son parachute s’ouvrit et stoppa sa chute libre. Gabriel ouvrit le sien et les deux hommes descendirent tranquillement. Dans le pré, le reste de l’équipe attendait les yeux fixaient vers le ciel. Après avoir scruté avec inquiétude, le vol chaotique de Sandro, ils soufflèrent un grand coup, quand la toile se gonfla et qu’ils virent les deux amants se balancer doucement. Ils commençaient à ramasser leur parachute, quand Sandro atterrit dans l’herbe, comme s’il avait fait ça toute sa vie. L’atterrissage était parfait.

-Atterrissage magnifique, le félicita Charlie
-Eh bien, tu nous as fait des frayeurs, toi ! S’exclama Valentin
-Pas autant qu’à moi rétorqua Sandro. C’est peut-être une couronne de fleur que voulait m’offrir Gabriel pour mon anniversaire.
-Mais qu’est-ce que tu as foutu, hurlait Gabriel en arrivant sur son homme.
-Ne me hurle pas dessus comme ça. J’y suis pour rien si ce truc n’a pas voulu s’ouvrir.

Gabriel le tâtait partout, comme pour s’assurer qu’il était bien vivant.

-J’ai cru mourir quand je t’ai vu gesticulant, et n’ouvrant pas ton parachute.
-Gesticulant ! Tu en as de bonne, toi. J’ai vu ma dernière heure arrivée. Je faisais ce que je pouvais. Tu m’avais dit que je me souviendrai de ma première fois. Je te garantis que je vais m’en souvenir.
-Tu vas bien ? Vraiment bien ?
-Oui, ne t’inquiète pas, je dois avoir quelques cheveux blancs mais à part ça, tout va bien. Avant que cette saleté de parachute ne décide de faire des siennes, j’ai vraiment pris mon pied. C’était fantastique, merci Gab. Je ne te dis pas que je serai prêt à recommencer demain, mais tu avais raison, l’expérience valait le coup.

Après avoir pris une douche et dit au revoir à l’équipe, Sandro et Gabriel reprirent le chemin du retour. C’est Gabriel qui conduisait, Sandro avait la tête dans les nuages. Une main sur sa cuisse, le fit atterrir.

-A quoi, tu penses ? Demanda tendrement Gabriel.
-A nous.
-Tu m’as l’air bien songeur.

Sandro le fixa amoureusement, Gabriel sentit son cœur s’emballait et son corps s’embrasait.

-J’ai eu terriblement peur de te perdre ce matin, si je te perdais j’en mourrais.

Sandro le fixait toujours sans rien dire, ses yeux brillaient de plus en plus.

-Pourquoi tu me regardes comme ça, Sand ?
-Parce que je pense à toutes les premières fois que tu m’as fait vivre, tu m’étonnes chaque jour, chéri et je t’aime pour ça, chaque jour un peu plus. Cette dernière première fois a été grandiose, mais rien ne pourra jamais me faire ressentir ce que j’ai ressenti lors de notre première « première » fois. La première fois où je me suis donné à toi. Je suis né, le jour où tu m’as fait tien. Tu m’as fait découvrir l’amour et me découvrir moi-même.

C’est la voix chargée d’émotion que Gabriel lui répondit.

-Je chéris moi aussi au plus profond de mon cœur, cette première des premières fois, rien ne pourra jamais l’égaler. Pourtant je voudrais mon amour, vivre avec toi encore plein de premières fois.

Et sans rien dire, il prit le premier chemin de traverse qui se perdait dans la forêt.

-Qu’est-ce que tu fais ? Demanda Sandro, les yeux brillants.
-Je veux de faire vivre, une nouvelle première fois.
-Qu’est-ce que tu entends par-là ?

Sans répondre Gabriel sortit de la voiture, suivit de son homme. L’aviateur prit dans le coffre un plaid puis saisit par la main son mari, en lui jetant un regard lourd de passion et de désir. Ils trouvèrent, pas très loin de là, une petite clairière qui convenait parfaitement à ce que Gabriel avait en tête. Il déplia le plaid, y coucha son amant et commença à le dévêtir. Le vent frais faisait saillir les tétons de Sandro et bruisser les arbres. Sandro étalait sa nudité sans fausse pudeur, s’offrant au soleil et à son homme, sous le regard émerveillé de celui-ci. Ce dernier commença à ôter un à un ses vêtements sous l’œil admiratif de son amant. Une fois, nu, Gabriel couvrit de son corps, son tendre amour et lui dit

-Nous allons vivre ensemble une nouvelle « première fois », quoi que quand je te fais l’amour j’ai toujours l’impression que c’est la première fois. Nous ne nous sommes jamais aimés en pleine nature.
-J’aime les premières fois. Toutes les premières fois avec toi.

Et d’un coup de rein, il se retrouva au-dessus de Gabriel. Bien décidé à lui prouver que « les rampants » pouvaient faire perdre la tête « aux volants »



Ne cherchez pas à être heureux soyez le
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1983-bleuri59
mumu71
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 10452
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 46
Localisation : quelque part dans mon imaginaire

MessageSujet: Sujet: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court    Mar 8 Juil 2014 - 10:09

ça c'est sûr sandro s'en souviendra de sa 1ère et peut être unique fois  rire démoniaque  rire démoniaque  rire démoniaque 
il aurait aimé s'envoyer en l'air d'une autre manière le coquin! quoi que après le saut il est récompensé alors cela valait bien une petite frayeur hein?  clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t6805-mumu71
bleuri59
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Rat
Messages : 6647
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 58
Localisation : LILLE

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Mar 8 Juil 2014 - 20:56

Ah oui, je trouve aussi, que cela valait bien une petite peur



Ne cherchez pas à être heureux soyez le
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1983-bleuri59
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13730
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Sam 12 Juil 2014 - 18:09

S'envoyer en l'air dans tous les sens du terme pour les amoureux, pour ça ils ne se font pas prier  rire démoniaque  Mais avec moins de risques que cette mésaventure qui leur a provoqué une grosse frayeur.  bravo 

Encore une histoire très réussie que j'ai pris plaisir à relire.  :j:aime:



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 36528
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 56
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Sam 12 Juil 2014 - 22:17

Une première fois inoubliable!  bravo


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 10238
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 34

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Dim 13 Juil 2014 - 11:00

:j:aime:  :j:aime:


Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
callypso
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Balance
Signe Chinois : Buffle
Messages : 1732
Date d'inscription : 04/02/2012
Age : 56
Localisation : devant mon écran

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Sam 19 Juil 2014 - 17:58

:j:aime:  :j:aime:  :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
Rina81
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Balance
Signe Chinois : Rat
Messages : 101
Date d'inscription : 03/08/2018
Age : 33
Localisation : 81
Mon pairing du moment: : Nicola/Oli de S
Mon Fandom du moment: : Indochine

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Mar 7 Aoû 2018 - 12:36



J'ai tremblé pour sandro...

Et le titre estbien trouvé car je croyais au début que c'était le sens second de l'expression rire démoniaque
Revenir en haut Aller en bas
bleuri59
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Rat
Messages : 6647
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 58
Localisation : LILLE

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Mer 8 Aoû 2018 - 11:33

Merci Rina. Contente que cela t'ait plu.  Le titre était fait exprès  rire démoniaque car il y en a ici qui s'obstine à me traiter d'obsédée  clin d\'oeil



Ne cherchez pas à être heureux soyez le
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1983-bleuri59
Rina81
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
avatar

Féminin Zodiaque : Balance
Signe Chinois : Rat
Messages : 101
Date d'inscription : 03/08/2018
Age : 33
Localisation : 81
Mon pairing du moment: : Nicola/Oli de S
Mon Fandom du moment: : Indochine

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Mer 8 Aoû 2018 - 12:45

Pour la peine c est moi qui passe pour une obsédé


"Chaque note est un pas, chaque pas est une note"
Nicola Sirkis
Revenir en haut Aller en bas
bleuri59
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Rat
Messages : 6647
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 58
Localisation : LILLE

MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   Jeu 9 Aoû 2018 - 11:47

bienvenue dans le club  mdr



Ne cherchez pas à être heureux soyez le
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1983-bleuri59
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court   

Revenir en haut Aller en bas
 
S'envoyer en l'air pour la première fois - PG13 - Texte court
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Originales :: Slash :: Devant l'horizon Originales Slash-
Sauter vers: