French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Joyeux anniversaire Cali

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pandi
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Tigre
Messages : 6610
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 43
Localisation : Montréal, Québec

MessageSujet: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 5:42



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t916-pandihttp://www.frenchficsfanart.com/t916-pandi
Aragone17
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14165
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 51
Localisation : Dans les bras du Gallois!

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 6:28




Cali, passe une bonne journée


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

**
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
aviva94
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Tigre
Messages : 7227
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 55
Localisation : Dans les bras de Jack !
Mon pairing du moment: : Janto for ever
Mon Fandom du moment: : Torchwood

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 6:38



Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous
ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. (Pierre Dac)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t766-aviva94 http://aviva94.livejournal.com/
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 9904
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 12:08

bravo  Bon anniversaire bravo


Merci Louzanes pour ce kit
Revenir en haut Aller en bas
jo
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Taureau
Signe Chinois : Cochon
Messages : 2838
Date d'inscription : 26/09/2011
Age : 58
Localisation : Sur Gayland, ma planète

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 19:40



Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2978-jo
natasia
Modo section
Modo section
avatar

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Coq
Messages : 9638
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 48

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 21:30




Merci Aragone pour ce super kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1310-natasia
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
avatar

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 35269
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 55
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mer 15 Mar 2017 - 22:18

Cali!!!!


Les personnages de la série ne m’appartiennent pas. Ils sont la propriété exclusive de : Léonard Freeman, Alex Kurtzman, Roberto Orci, Peter M. Lenkov. Je ne tire aucun bénéfice de leur mise en situation dans cette fiction.
 
 
La mer ressemble à ton amour
 
Il y avait combien de temps maintenant ? Il y avait combien de temps qu’ils avaient franchi ce pas, celui qui leur avait à la fois tant et si peu coûté, celui qui était indispensable à leur bonheur, celui qui les avait enfin révélés aux yeux des autres mais surtout à eux-mêmes ?


Il y a un moment où on arrête de compter : lorsque les heures deviennent des secondes, que les jours deviennent des siècles, où trop de bonheur, ou de malheur, vous fait oublier que le temps s’enfuit ou vous fait prendre conscience qu’il file trop vite.


Eux ils s’en foutaient de ce foutu temps. Il n’y avait qu’eux d’eux depuis bien longtemps.
 
La mer ressemble à ton amour
Sa couleur change au gré des jours
Mais dans son âme elle est la même
Elle est fidèle à ceux qui l´aiment
 
Bizarre comme les souvenirs vous mentent, comme vous croyez savoir quand vous oubliez tout. Vous récrivez l’histoire à vos envies, comme pour la parer d’autres couleurs, ces couleurs qui vous plaisent, gommant tout ce qui vous a heurté, déplu, blessé…


Ils regardaient la mer et leurs cœurs battaient à l’unisson tandis qu’ils pensaient les mêmes mots, formulaient les mêmes phrases, main dans la main, communiquant sans avoir besoin de se parler.

Elle a le temps pour paysage
Elle est le but et le voyage
Elle se nourrit de liberté
De l´espace et d´éternité
 
L’éternité : qui n’a jamais rêvé de la toucher du bout des doigts ou du coin des lèvres ? Qui n’a jamais eu envie de la caresser, de l’étreindre et de s’unir à elle ?


L’éternité c’est ce moment fragile ou vous sentez que rien ne peut vous atteindre, que rien ne peu vous érafler de ces petits rien que la vie vous envoie jour après jour, comme pour vous rappeler que vous n’êtes finalement pas grand-chose, quoi que vous en pensiez.


Et là, devant l’océan, l’éternité leur explosait en pleine face et venait mourir sur leurs pieds en vaguelettes douces qui baignaient leurs pieds.

Entre ses digues, entre ses rives
Elle n´est jamais vraiment captive
Elle veut sentir qu´on la désire
Elle s´avance, et puis se retire

C’était ça, juste ça : la mer c’était leur amour, avec ses colères et ses apaisements, avec ses creux de plusieurs mètres et son calme plat, presque ennuyeux tant il était sans surprise.


Ils s’étaient confrontés, affrontés, affirmés, entêtés. Ils s’étaient rapprochés, séparés, quittés…


Pas facile de s’aimer pour deux hommes comme eux, deux hommes qui n’avaient jamais pensé que l’amour les rapprocherait.


D’abord il avait fallu s’apprivoiser.

Elle est sauvage, elle est rebelle
Mais elle est toujours la plus belle
Il faut la conquérir toujours...
La mer ressemble à ton amour

S’apprivoiser…. C’était le mot.


Lorsqu’ils s’étaient rencontrés, dressés l’un contre l’autre, chacun pointant une arme, aucun ne voulant céder, c’était déjà deux volontés qui s’affrontaient, aussi indomptables l’une que l’autre, aussi intransigeantes, habituées à voir l’autre céder.


Combien de disputes, d’éclats de rire, d’inquiétude mutuelle pour en arriver à ce moment où l’autre était devenu plus important que soi ?

Elle a des vagues de tendresse
Qui m´épousent et qui me caressent
Elle s´abandonne autour de moi
Pour rejaillir entre mes doigts

La tendresse… Qui aurait cru que cet homme, allaité aux lait des canons, nourri au pain des balles, tellement habitué à porter une tenue de camouflage qu’il avait fini par se camoufler lui-même, aurait de ces gestes si doux, presque féminins, de ces attentions touchantes pour son compagnon ?


Qui aurait pensé voir le petit flic nerveux et irascible se faire toute douceur et délicatesse pour celui qu’il aimait ?
Deux cœurs pour une âme… une âme que leur amour renforçait jour après jour.

Elle me berce et elle me chavire
Elle m´emporte comme un navire
Elle me pousse à prendre le vent
Vers le large et les océans
 
Larguer les amarres, il y avait pensé, plus d’une fois, se demandant pourquoi il restait là, enchaîné sur ce sable qu’il détestait, sur cette île de sauvages qui mettaient de l’ananas sur les pizzas ! Partir vers une mer de béton et de lumière, là d’où il venait et dont le manque parfois lui serrait la gorge.


S’envoler vers d’autres  cieux, d’autres pays, récrire l’histoire, être là où les choses bougeaient, où votre vie ne tenait qu’à un fil, vous permettant de vous sentir vivant plus que jamais.
Deux attentes qui s’annulaient lorsqu’ils étaient l’un contre l’autre.

Je ne sais plus où elle s´achève
Elle est plus vaste que mon rêve
Son horizon et ses frontières
Font déjà le tour de la Terre
 
Il n’y avait plus d’avant et il n’y aurait plus d’après.


La ligne d’horizon était trompeuse qui faisait penser que l’immensité n’en finissait pas. Il y avait forcément une rive de l’autre côté, une rive où ils se poseraient un jour, ensemble…


Mais ils ne voulaient pas y penser. Ils imaginaient simplement que ce présent serait leur avenir, que les vagues jamais n’arrêteraient de déferler, racontant à ceux qui fouleraient cette plage après eux, ce qu’ils avaient été et ce qu’ils étaient encore.

Elle est profonde et transparente
Aussi pure aussi apaisante
Que ton regard à mon cœur lourd...
La mer ressemble à ton amour
 
Des yeux bleus, des prunelles vertes, couleurs changeantes de l’eau, couleur durable de leur amour. Lorsque leurs regards se croisaient, il n’y avait plus rien au monde qui comptât pour eux. Ils étaient juste bien, l’un avec l’autre, l’un parlant à l’autre par la magie d’un plissement de paupière, d’un froncement de sourcil, d’un rictus des lèvres.


Ils étaient ensemble pour le meilleur et pour le pire.

Elle vit des drames et des naufrages
En rapportant jusqu´au rivage
Les souvenirs qu´elle a sauvés
Des profondeurs de son passé

Le pire, ils l’avaient connu, plus souvent qu’à leur tour. Les amis qui tombent, les alliés qui trahissent, les enfants qui s’en vont…


Ils n’avaient jamais lâché la barre, ils n’avaient jamais détourné la tête ou séparé leurs mains.


S’il leur avait fallu du temps pour accepter de s’engager, du moment où ils s’étaient promis de s’épauler, de se chérir, de se protéger mutuellement, ils savaient qu’ils ne s’engageaient pas à la légère et que ce serment ils le tiendraient, quoi qu’il puisse leur en coûter.


Le passé forge des chaînes qui deviennent douces à porter.

Elle a parfois dans ses reflets
Tant de regards et de regrets
Qu´elle va noyer son amertume
Derrière un grand rideau de brume
 
Bien sûr qu’ils n’avaient pas juste vécu de rires et de sourires niais, de bluette pour midinette, de guimauve écoeurante. Bien sûr qu’il y avait eu des empoignades, des engueulades, des coups de sang ! Comment en aurait-il été autrement quand on connaissait leurs tempéraments respectifs ?


Même en s’aimant comme des fous, ils ne savaient pas lâcher prise s’ils estimaient avoir raison. Ah il y en avait eu des scènes homériques dont se délectaient leurs adjoints, sachant que, tôt ou tard, cela se règlerait dans le grand lit, ou sur le bureau, éventuellement dans la voiture ou sur la plage malgré la répugnance du petit blond à se retrouver du sable « dans tous les trous ».



Aussi violents aient été les coups de tabac, jamais ils n’avaient réussi à les désunir, juste à les éloigner un peu, jusqu’à ce que le manque devienne plus fort que la fierté.

Elle vient se perdre entre les dunes
Habillée de rayons de lune
Ouvrir son âme à son chagrin
Verser des larmes entre mes mains
 
Ils avaient partagé ensemble les coups de grâce et les coups du sort. L’un avait essuyé les larmes de l’autre, l’autre avait savouré la joie de l’un. La vie ne fait pas beaucoup de cadeau mais leur amour en était un et ils en étaient conscients, tout le temps, même lorsque les choses étaient plus difficiles et qu’un ciel gris assombrissait le paysage.

Au soleil après la tempête
Elle se rassemble et elle s´apprête
Elle avance encore et toujours...
La mer ressemble à ton amour

Le soleil après la tempête c’était le sourire de Steve revenant d’une mission dangereuse, c’était le grand rire de Danny après une longue bouderie, c’étaient les mots rassurants du médecin lorsqu’une balle avait fauché le blond, c’étaient des yeux qui se rouvraient au sortir d’un coma angoissant.


Ils auraient pu lister tant de fois où ils avaient bien failli se perdre à jamais, chacun son tour, chacun trop investi dans son serment de protéger et de servir qu’ils en oubliaient de se protéger eux-mêmes et que trop souvent leurs interventions s’étaient terminées à l’hôpital.


Mais là encore le destin avait été clément, leur infligeant des coups de semonce sans jamais baisser le rideau, comme si quelque part, quelqu’un veillait sur eux.

Lorsque la nuit déploie ses ailes
Je suis encore amoureux d´elle
Peut-être un jour si je m´y noie
Me prendra-t-elle entre ses bras
 
Ils espéraient que le jour venu, la mort leur ferait l’inestimable cadeau de les emporter ensemble, laissant leurs mains unies au-delà de ce monde. Aucun des deux ne pouvait s’imaginer vivre sans l’autre, se coucher dans un lit désert, se réveiller dans des draps froids, fouler le sable sans voir la seconde trace d’empreintes côtoyer la sienne.


Lorsqu’ils regardaient la mer, ils s’imaginaient voguer ensemble sur l’immensité infinie et ne plus jamais rejoindre la rive.



Ensemble…

Mais si je plonge en solitaire
Dans l´océan de tes yeux verts
Quand je m´y baigne jusqu´au jour...
La mer ressemble à ton amour

Ils ne s’étaient pas parlé, ils n’en avaient plus besoin.


Leurs mains s’étaient parcheminées, leurs silhouettes s’étaient voutées, leurs visages s’étaient ridés.
Mais lorsqu’ils se regardaient, ils savaient…


Ils avaient conscience de leur chance, conscience du cadeau qu’on leur avait fait et dont, parfois, ils avaient fait si mauvais usage.


Mais avec l’âge était venue une forme de sagesse, si tant est, comme disait Danny, qu’un Steve McGarrett puisse un jour être sage !


Ils étaient là, tous les deux, sur leur plage et ils savaient que désormais leur temps était compté.

Ai-je assez d´une vie pour en faire le tour?...
 
Un dernier voyage ? Une dernière virée en duo avant d’affronter la longue course en solitaire ?


Un sourire, un éclat de rire, une dernière dispute, juste pour rire, pour entendre encore la voix aimée.


Ils étaient ensemble sur le bateau acheté quelques dizaines d’années plus tôt, perdus au milieu de l’immensité liquide, le soleil au-dessus de leurs têtes, la douce brise marine effleurant leurs cheveux blancs.


Leurs corps se rapprochèrent, leurs doigts s’enroulèrent et leurs bouches se trouvèrent, se soudèrent tandis que leurs langues se redécouvraient avec toujours le même émerveillement, la même sensation de plénitude, d’évidence, qu’ils avaient ressentie lors de leur premier baiser.


- Je t’aime Steve Williams-McGarrett, aussi téméraire, arriéré, agaçant, stupide sois-tu !


- Je t’aime Danny McGarrett-Williams, aussi râleur, sentencieux, maniaque et coléreux sois-tu !


Des serments ils n’en avaient échangé qu’un, il y avait… trop de temps pour le dire… Mais ils l’avaient respecté et ils avaient bien l’intention de ne jamais y déroger.


Le soleil s’était assombri et le vent se levait soudain tandis qu’au loin arrivaient de gros nuages noirs.



Ils plongèrent chacun dans le regard de l’autre et se sourirent. C’était maintenant, pour hier et pour demain, pour l’éternité.


- Je t’aime.
 
FIN
 
Chanson d’Alain Barrière


Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13464
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Dim 19 Mar 2017 - 15:06



Bon anniversaire Cali



Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
DSandrine
Tu guide désormais quelqu'un sur le chemin du rêve et de l'imagination......
Tu guide désormais quelqu'un sur le chemin du rêve et de l'imagination......
avatar

Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Serpent
Messages : 1524
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 39

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Mar 21 Mar 2017 - 14:11

Avec du retard :

 pour te souhaiter un   Joyeux Anniversaire !!!  

J'espère que tu as passée une excellente journée.

DSandrine
Revenir en haut Aller en bas
mumu71
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
avatar

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 9968
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 46
Localisation : quelque part dans mon imaginaire

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire Cali   Ven 24 Mar 2017 - 12:01

Pardon pour mon retard cali
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t6805-mumu71
 
Joyeux anniversaire Cali
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Le coin café, théS, alcoolS & petits fours :: Et si on parlait de nous? :: On souffle une bougie de plus.-
Sauter vers: