French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
 

 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G

Aller en bas 
+13
Cali
christelle72
aviva94
tarma
fanncis
chinou44
Aragone17
juliabaku
ozias
catouchka
Louzanes
Yseult
Cissy
17 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant
AuteurMessage
fanncis
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
fanncis


Féminin Zodiaque : Taureau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 4722
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 42
Localisation : Derrière toi.

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeSam 25 Fév 2012 - 9:28

très sympa cette petite suite.


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 <a href=Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Banniy10" />
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t877-fanncis
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38570
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 59
Localisation : Normandie

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeDim 26 Fév 2012 - 17:09

Merci à toutes de lire cette petite histoire et de prendre le temps de me laisser ces commentaires encourageants.
Une petite suite...

Chapitre 14 : La varicelle – partie 2
Priant pour que sa mère se prélasse encore un peu plus longtemps, l’aîné se rendit à la cuisine, sachant qu’il allait enfreindre une règle supplémentaire : ne pas allumer le gaz seul. Mais il savait très bien comment faire : on lui avait montré plus d’un an auparavant. Il cuisinait régulièrement avec maman ou papa et il connaissait les règles de sécurité : tourner le bouton, appuyer sur l’allume-gaz, et surtout, surtout, ne pas oublier de tourner le bouton pour éteindre la flamme lorsque c’était cuit. Il grimpa sur une chaise pour attraper une casserole, y versa le contenu du bol et le fit réchauffer quelques minutes : pas trop, si c’était trop chaud Charlie n’en voudrait pas. Il eut une grimace en regardant la consistance des flocons d’avoine figés. Bien sûr que Charlie n’en voulait pas : il pouvait sans doute améliorer ça. Il attrapa le chocolat en poudre et en versa une dose généreuse qu’il additionna de sirop d’érable. Il porta la cuillère à ses lèvres pour goûter, satisfait de la saveur sucrée qu’il avait obtenue et qui, sans nul doute, plairait au petit malade. Lorsqu’il eut l’impression que la mixture était à bonne température il éteignit soigneusement la gazinière, vérifiant deux fois qu’il avait bien mis le bouton sur la bonne position, reversa la préparation dans le bol avant de mettre la casserole à tremper comme il avait si souvent vu sa mère faire, emplit un grand verre de lait froid puis, se ravisant, en emplit un second pour lui, saisit quelques biscuits et remonta précautionneusement le plateau ainsi constitué.

Les yeux de Charlie se mirent à briller en le voyant revenir, le récompensant du mal qu’il s’était donné.

- Humm… Ca sent bon, déclara le petit, faisant se gonfler d’orgueil le cœur de son grand frère.

- Y’a intérêt ! Et tu manges tout !

Avec un grand sourire, le petit attaqua le bol qu’il avait rejeté quelques heures auparavant, rendant sa mère à moitié folle de son obstination. Il s’aperçut alors qu’il avait grand faim et ne se fit pas prier pour finir la totalité de la bouillie tandis que son frère l’encourageait en grignotant ses biscuits. Puis les deux frères burent leur verre de lait et Charlie poussa un soupir de contentement avant de se pelotonner dans les bras de son grand frère :

- Aaah !!!! C’était bon…, déclara-t-il.

Don jeta un regard nerveux au réveil :

- Je vais devoir y aller Charlie… Si maman arrive…

- Non… Pas enco’… S’te plaît…

Il n’avait jamais su résister quand son frère lui faisait ces yeux là…

- D’accord, encore cinq minutes…

Le sourire que lui adressa le petit le récompensa de son audace. Il resserra son étreinte autour de lui avant de dire :

- Mais tu te mets au lit…

- D’acco’d… Et tu ‘acontes histoi’…

- Quelle histoire ?

- Quand tu se’as icier-base-ball et je se’ai ton ass… ass…

- Assistant.

- Vi… assitant.

Don s’allongea contre son frère et commença à lui raconter, mélangeant allègrement les épisodes de sa série favorite. Il se sentait bien, le petit corps lové contre lui, en toute confiance, à ce moment-là il avait oublié ce qui se passerait si sa mère le découvrait là.

Margaret finit de se sécher les cheveux en jetant un regard nerveux à la pendule : deux heures ! Il y avait deux heures qu’elle se prélassait dans l’eau. A vrai dire, elle avait même fini par s’y assoupir et c’est la température du liquide qui l’avait tirée de son sommeil. Elle n’en revenait pas d’avoir eu autant de temps sans que Charlie ne la rappelle. D’un autre côté, le bambin avait si peu dormi depuis le début de sa maladie qu’il était normal qu’à un moment où un autre il sombre à son tour dans un sommeil profond. Si seulement ça pouvait durer encore quelques heures, pria-t-elle sans se faire trop d’illusions.

Elle passa dans sa chambre récupérer des vêtements propres puis s’arrêta devant la chambre de Charlie, posant l’oreille sur la porte pour tenter de percevoir des bruits sans pour autant ouvrir : si le petit tyran dormait encore, inutile de le réveiller. Elle vérifia sa montre : d’ici une petite heure elle devrait lui redonner un bain, s’il pouvait continuer à dormir jusque là, elle allait en profiter pour mettre à jour certaines choses en suspens, à commencer par son aîné qu’elle avait trop délaissé depuis trop de jours. Maintenant que sa nervosité s’était écoulée avec l’eau du bain, elle s’en voulait de l’avoir ainsi rabroué plus tôt : après tout il ne faisait que s’inquiéter de son petit frère. Cela ne valait-il pas mieux qu’un gamin qui soit serait totalement indifférent à ce qui pourrait arriver à son cadet, soit se montrerait jaloux de l’attention que sa mère lui portait et réclamerait sa juste part des soins qu’elle était censée partager équitablement entre ses deux enfants ? Le pauvre Donnie devait se sentir bien négligé avec son père trop occupé et sa mère accaparée par le petit malade… Et puisque ce dernier semblait enfin disposé à lui laisser un peu de liberté, autant en profiter pour prendre le temps de vraiment discuter avec son plus grand, lui faire comprendre qu’elle ne l’aimait pas moins, le remercier de sa patience et de sa gentillesse, le rassurer quant à l’état de son petit frère chéri… bref, avoir un vrai moment comme il lui semblait qu’ils en avaient de moins en moins depuis la naissance de Charlie et s’ils lui manquaient à elle, ils devaient manquer encore plus à son petit garçon.

N’entendant toujours aucun bruit dans la chambre du plus jeune, elle se dirigea vers celle de son aîné :

- Donnie ?

Elle pâlit un peu en ne voyant pas le gamin dans sa chambre puis se rasséréna en se disant qu’il devait jouer dans le jardin, remâchant peut-être sa rancœur, ou bien être descendu faire une razzia dans la boîte de biscuits dont il raffolait. Elle sourit et descendit à la recherche du petit garçon : il grandissait si vite ! Où était donc le bébé qu’elle avait rapporté un jour enveloppé dans une couverture bleue, à la fois grisée et épouvantée de la nouvelle vie qui s’ouvrait devant elle, devant eux ? Il leur avait donné tellement de joie et quelques jolies peurs aussi à vouloir toujours comprendre le comment et le pourquoi… Elle s’attendrit en se souvenant de ses premiers pas, de ses premiers mots : il n’avait jamais eu peur de rien, s’élançant à la conquête de nouveaux horizons avec intrépidité. Lorsqu’il tombait, il tentait toujours de retenir ses larmes, il se relevait et repartait de plus belle, un petit air têtu peint sur son visage du genre qui disait qu’il ne s’avouerait jamais vaincu ! Ce serait sans doute un atout de taille dans l’existence, mais pour des parents c’était aussi source de difficultés, si elle devait en juger par l’affaire du pistolet que son frère lui avait offert alors que le bambin avait environ quatre ans. Il avait alors refusé de le lâcher, de jour comme de nuit et pour des parents ayant milité pour la paix, cet engouement pour les armes à feu ne laissait pas d’être inquiétant. Ils avaient tout tenté pour le détourner de son jouet favori, mais le gosse avait décrété qu’il était un policier devant absolument arrêter tous les méchants et il leur avait été impossible de couper court à ce jeu. Jusqu’au moment où ils l’avaient inscrit au base-ball, dix-huit mois auparavant. Don s’y montrait brillant, déjà meilleur que des gosses ayant deux ans de plus que lui, et les entraînements l’occupaient assez pour qu’il délaisse son pistolet. Mais il y revenait régulièrement cependant, et entraînait désormais son petit frère béat d’admiration dans des traques où il finissait toujours par triompher.

Avant de se diriger vers le jardin, Margaret fit un détour par la cuisine. Ses sourcils se froncèrent en voyant la casserole dans l’évier : Don n’avait tout de même pas osé cuisiner sans surveillance ! Bien sûr cela faisait plusieurs mois qu’elle et Alan lui avaient montré comment faire mais pour autant ils lui avaient expressément interdit d’utiliser la gazinière sans eux. Une fois de plus elle avait sous les yeux la preuve de l’indépendance extrême de son fils aîné : une partie d’elle voulait s’en réjouir, l’autre se désespérait de le voir grandir si vite ! Mais quoi qu’il en soit, il faudrait lui faire remarquer qu’il avait enfreint les ordres et méritait une punition. D’un autre côté, il devait se sentir vraiment délaissé et, le connaissant, s’il avait sans doute simplement voulu lui laisser le temps dont elle avait besoin. Ca aussi c’était Don : faire passer les besoins des autres avant les siens. Quoi qu’il devienne plus tard, elle n’avait aucun doute qu’il ferait de son mieux pour aider ses concitoyens autant qu’il le pourrait. Mais pas à n’importe quel prix, corrigea-t-elle in petto, sortant dans le jardin afin d’avoir une conversation avec son fils et mettre certaines choses au point avec lui.

Mais son sourire se mua bientôt en une grimace inquiète en ne voyant aucun signe de l’enfant : elle fit rapidement le tour de la maison, passant auprès du bassin de koïs où il aimait se réfugier, repassa devant où il lançait souvent des balles, puis vérifia l’aire de jeu devant le garage où Alan avait installé un panier de basket quelques semaines auparavant, sa mine se décomposant au fur et à mesure qu’elle ne voyait nulle trace de son garçon.

Elle l’appela, se demandant s’il n’était pas parti joué un peu plus loin, malgré la défense qui lui avait souvent été faite de quitter le jardin. Mais elle était bien placée pour savoir que Don n’était pas l’enfant le plus docile qui soit, la casserole dans l’évier était bien la preuve que ce jour-là il n’était pas vraiment décidé à suivre les règles. Etait-ce une façon de l’obliger à s’occuper de lui ? Et bien si c’était le cas il avait réussi, parce qu’elle allait s’en occuper de ce pas !

- Donnie !

L’appel résonna dans le grand séjour lorsqu’elle entra de nouveau dans la maison et rien ne répondit. Elle se dirigea vers le garage, soupirant à la vue des cartes et maquettes qu’Alan y avaient entassées lorsqu’elle lui avait fait remarquer qu’elle en avait assez de voir leur salle à manger transformée en annexe de son bureau ! Bon, la destination première du garage n’était sans doute pas non plus celle-ci, mais au moins c’était moins gênant que dans la salle à manger et, étant donné la température à Los Angeles, la voiture n’avait pas forcément besoin d’être abritée. Décidément, aucun des trois « hommes » de la maison ne semblait décidé à lui faciliter la tâche ! Mais il y en avait au moins deux qu’elle avait la possibilité de mettre au pas !

- Donnie !

Nulle trace du gamin en bas : elle monta les escaliers rapidement, fit un crochet par la chambre en se disant que, peut-être, il y était revenu entre temps, puis passa voir s’il ne s’était pas réfugié dans le solarium.

- Donald Alan Eppes ! Tu as intérêt à te montrer rapidement ! Je n’ai ni le temps ni l’envie de jouer à cache-cache !

Aucune réponse ne lui parvenant, l’inquiétude commença à remplacer le début de colère : et si le gamin était parti, déterminé à fuir un foyer où on ne s’occupait pas de lui ? Mais non, répondait-elle pour se rassurer : est-ce qu’à sept ans on peut vouloir quitter sa maison, ses parents, son petit frère ? Et, au moment où cette pensée la traversait, elle comprit qu’il y avait une pièce qu’elle n’avait pas vérifiée, et où, selon toute probabilité, elle risquait de retrouver le petit rebelle.

Déterminée à le tancer d’importance, elle ouvrit la porte, prête à l’interpeler vertement et s’arrêta court en voyant le charmant tableau que formaient ses deux enfants, blottis l’un contre l’autre, profondément endormis. Sa colère fondit comme neige au soleil à cette vue et elle s’approcha doucement du lit. Elle aperçut le bol vide et son sourire s’agrandit : décidément Don avait le chic pour réussir à obtenir de son petit frère ce que ni Alan ni elle ne parvenaient à lui imposer !

Soudain elle vit les yeux de son aîné papilloter et se fixer sur elle : un bref éclair de frayeur traversa les prunelles sombres tandis que le gamin se relevait brusquement, arrachant une protestation au plus petit :

- Maman… Euh… C’est… Charlie appelait et…

- Et tu es venu, bien sûr. Je croyais t’avoir dit de te tenir à l’écart jeune homme !

Elle ne parvint pas à donner à sa voix toute la sévérité qu’elle voulait et son fils ne s’y trompa pas : un demi-sourire qu’il voulait contrit éclaira son joli visage tandis qu’il lui coulait un regard par en dessous, histoire de jauger si sa mère était vraiment fâchée ou non :

- Tu étais dans ton bain…

- Je pouvais en sortir…

- Mais… il allait pleurer.

- Maman…

La voix ensommeillée du plus jeune retentit à son tour. Il se dressa, regardant alternativement sa mère et son frère dont il prit la main, comme pour le protéger de l’ire maternel :

- Donnie m’a donné à manger, plaida-t-il.

- Oui… j’ai vu ça… Mais Donnie ne devait pas rentrer dans ta chambre.

- Pou’quoi.. Moi je voulais…

- Et s’il tombe malade ? demanda-t-elle, décidément incapable de se montrer en colère devant l’image de la fraternité que lui présentaient ses deux enfants.

- Donnie pas malade…

- Je ne serai pas malade !

Les deux affirmations fusèrent en même temps finissant de lui arracher un sourire : décidément elle n’aurait pas le dernier mot.

- Et bien je l’espère pour toi jeune homme. En attendant tu vas me faire le plaisir d’aller prendre une douche et si jamais je te retrouve dans la chambre de Charlie ça ira très mal…

- Mais…

- Veux Donnie !!!

Le début d’objection de l’un se perdit dans le cri de désarroi de l’autre qui se mit illico à pleurer, fendant le cœur de son frère et de sa mère qui s’assit à côté de lui sur le lit et le prit dans ses bras :

- Poussin… tu ne veux pas que Donnie soit malade n’est-ce pas ?

- Non…

- Alors il ne peut pas rester avec toi.

- Mais je veux.

- Je sais que tu veux, et lui aussi il aimerait bien. Mais il faut attendre encore quelques jours et tu pourras jouer de nouveau avec lui.

- Combien de jou’s ?

Elle aurait dû se douter de la question ! Elle se mordit nerveusement la lèvre pressentant le drame et de toute façon peut sûre que, quel que soit le nombre de jours qu’elle annoncerait, le gamin de deux ans serait capable de prendre conscience du temps qui s’écoulerait.

- Tu es malade depuis une semaine : d’ici trois ou quatre jours tu devrais être guéri.

- T’ois jou’s ?

- Ou quatre…

- Nan ! Veux pas ! Veux Donnie maintenant !

Elle reconnut le regard qui annonçait que le bambin n’en démordrait pas et se prépara à la lutte. A ce moment-là Don intervint :

- Hé mon pote… Dans trois jours il y a l’homme de fer à la télé ! Si tu es guéri on pourra le regarder ensemble !

Aussitôt les pensées de Charlie furent détournées de sa contrariété :

- Ensemble ?

- Oui… mais juste si tu es guéri. Et si tu cries et que tu pleures tu auras mal à la tête et tu ne pourras pas venir…

- Je pleu’e pas…

- Génial… Et puis trois jours ça passe vite, hein maman ?…

- Oui… Ton frère a raison, se contenta d’obtempérer la mère, se demandant depuis quand les gamins de sept ans étaient tellement plus malins que leurs parents.

Charlie hocha la tête, pas tout à fait convaincu, mais comprenant qu’il n’aurait pas gain de cause sur ce coup-là. Margaret fit signe à Don de sortir de la pièce ce qu’il fit après avoir embrassé son petit frère en lui recommandant de ne pas pleurer, de ne pas se gratter, de bien manger et d’être gentil avec maman… qui une nouvelle fois s’interrogea sur l’inversion des rôles au sein de leur famille.

Durant les deux jours qui suivirent, elle s’inquiéta de l’état de Don, lui demandant s’il se sentait bien, tâtant son front à la recherche d’un accès de fièvre. Le gamin en riait, lui répétant qu’il allait très bien, fort heureux de s’être tiré à si bon compte de sa désobéissance et rassuré sur l’état de santé de son cadet qui allait en s’améliorant de jour en jour.

Vint enfin celui où le petit fou de joie se rua hors de sa « prison » pour rejoindre son aîné contre lequel il se blottit sur le canapé pour regarder, comme promis, son premier épisode intégral de la série dont il ne comprenait pas grand-chose mais qui était forcément géniale puisqu’elle enthousiasmait son idole. Margaret regardait ses garçons en souriant, heureuse que tout rentre enfin dans l’ordre. Le cabinet d’Alan avait décroché le contrat et son mari s’était vu octroyer une semaine de congé pour contrebalancer les heures supplémentaires effectuées durant le mois précédent. La famille se réjouissait de pouvoir profiter, pour la première fois depuis ce qui semblait une éternité, d’un week-end sans obligations professionnelles, ou un gamin grognon cloué au fond de son lit. Ils avaient prévu d’aller au parc d’attraction : Charlie était guéri, même s’il restait encore des croûtes sur son visage et son torse qui amenaient ses parents et Don, qui obtenait de lui bien plus de résultats qu’eux à ce sujet, à veiller à ce qu’il ne se gratte pas même si désormais il n’avait plus de démangeaisons.

Cependant le répit fut de courte durée : dès le samedi, Margaret remarqua que Don manquait singulièrement d’entrain. Charlie, en pleine forme, sautait partout et harcelait son grand frère qui semblait avoir beaucoup de mal à suivre son rythme. Elle s’inquiéta de sa pâleur et de sa lassitude manifeste. En tout autre occasion elle aurait mis ces symptômes sur le compte de son trop plein de vitalité qui le conduisait parfois à outrepasser ses forces ou tout simplement à un petit passage à vide tout à fait normal chez un enfant de cet âge. Mais étant donné les circonstances, elle pressentit très vite que, comme elle l’avait redouté, son fils avait été contaminé par Charlie. Elle croisa le regard d’Alan qui levait les yeux au ciel et les parents échangèrent un sourire résigné : apparemment ils allaient devoir maintenant s’occuper de l’aîné et ils anticipaient déjà les difficultés qu’ils rencontreraient à le confiner dans sa chambre, sans compter celle de devoir empêcher Charlie d’aller voir son frère… quoique de ce côté-là, il n’y aurait pas de souci puisque le gamin avait eu la varicelle, donc il ne risquait plus rien, pensèrent-ils simultanément sans pouvoir se dissimuler le soulagement à cette nouvelle : un problème de moins. Il fallait aussi espérer que Don serait un malade moins difficile que Charlie : l’enfant avait rarement été souffrant jusqu’à présent et le plus souvent juste quelques jours, ce qui ne leur avait pas vraiment permis de savoir quel genre de patient il serait. Mais à sept ans, ils pouvaient envisager qu’il soit tout de même plus facile à manier que Charlie.

Malgré les protestations de son fils, Margaret lui enjoignit d’aller se reposer, lui certifiant que, s’il se sentait mieux à son réveil, ils s’en tiendraient à leurs projets d’origine. De toute façon, argumenta-t-elle, Charlie devait faire la sieste donc qu’il en profite pour s’allonger aussi et pas de discussion ! acheva-t-elle coupant court aux protestations de l’aîné qui trouvait qu’il avait largement passé l’âge de la sieste.

- Tu crois que ça va aller ? questionna Alan quand elle redescendit après avoir bordé deux garçons aussi rebelles l’un que l’autre à son initiative.

- J’espère… C’est peut-être juste un coup de fatigue, rétorqua-t-elle d’un ton rien moins que convaincu.

- Hummm…

Deux heures plus tard ils entendirent des pas dans l’escalier et virent apparaître Charlie, parfaitement réveillé qui leur adressa un grand sourire avant de demander :

- Où est Donnie ?

- Il dort encore, répondit Margaret.

- Vais le voi’…

- Non non !!! Donnie est fatigué, laisse-le dormir.

- Mais…

- Pas de mais monsieur ! intervint Alan en saisissant le gamin et en l’envoyant en l’air, déclenchant un rire ravi du gosse qui oublia aussitôt sa demande.

Margaret profita de ce que son époux s’occupât du plus jeune pour monter prendre des nouvelles de l’aîné. Lorsqu’elle entra dans la chambre, celui-ci s’éveilla. Il lui parut encore plus pâle qu’avant et elle s’assit sur le lit pour tâter son front, inquiète de la sueur qui avait imprégné ses cheveux.

- Tu vas bien mon ange ? questionna-t-elle, se mordant la lèvre à la chaleur qui irradia sous sa paume.

- J’ai un peu mal à la tête, geignit le gamin avant de se mettre à tousser de manière irrépressible.

- Attends… Je vais t’apporter quelque chose…

Quelques minutes plus tard, ayant avalé un comprimé fébrifuge, rafraîchi et muni d’un pyjama sec, Don se rendormait, sans plus protester sur la nécessité de rester au lit et ne semblant plus se souvenir de l’après-midi dont il se faisait une joie.

- Comment va-t-il ? questionna Alan dès qu’elle posa le pied sur la dernière marche.

- Il a 39 de fièvre et il tousse beaucoup, répliqua-t-elle sans pouvoir masquer son inquiétude.

- Il tousse ? Ce n’est pas la varicelle alors…

- Je ne sais pas. Ce serait quand même une drôle de coïncidence qu’il soit malade si peu de temps après avoir été exposé.

- Mais Charlie n’a pas toussé.

- Je sais. Je crois pourtant que c’est l’un des symptômes : le médecin m’avait demandé s’il toussait quand je l’ai appelé.

- Bon… On fait quoi ?

- On attend : je lui ai donné un antipyrétique, on verra comment il se sent tout à l’heure.

- Donnie est malade ?

La voix du plus jeune les interrompit : ils n’avaient pas pris garde à leurs paroles, le pensant plongé dans son jeu de cubes.

- Un peu, répondit Alan en se tournant vers lui.

- Je peux le voi’ ?

- Non poussin, il se repose. Tu veux lire une histoire ? enchaîna Margaret pour le détourner le plus vite possible de sa demande.

- Non… veux voi’ Donnie.

Qui avait dit que le coup de l’histoire marchait systématiquement ?

- Tu le verras plus tard, intervint Alan à son tour. Et tu pourras lui raconter l’histoire, ça lui fera plaisir.

Le visage du bambin s’illumina alors et Margaret adressa un hochement de tête admiratif à son mari qui venait de désamorcer la crise qui s’attendait. Ils jouèrent avec Charlie durant les deux heures suivantes, puis, tandis que Margaret s’attaquait au dîner, Alan décida d’aller voir comment se portait Don.

Il redescendit très vite, inquiet : l’enfant semblait avoir encore beaucoup de fièvre. Margaret monta à son tour et s’aperçut qu’en effet la température, déjà élevée, avait encore grimpée et avoisinait désormais les 40° C. Le médecin appelé tranquillisa les parents :

- Si c’est la varicelle, il arrive que la fièvre soit un peu forte. Ca disparaîtra dès que les premiers boutons apparaîtront.

Les vésicules commencèrent en effet à apparaître au cours des vingt-quatre heures qui suivirent mais, contrairement à ce qu’espéraient les parents, l’état de Don ne s’améliora pas : il toussait de plus en plus fort, ses maux de tête étaient intenses et sa fièvre ne baissait pas. Le médecin revint et sa mine tendue n’apaisa pas l’anxiété d’Alan et Margaret. Il leur expliqua alors que, dans un cas sur plusieurs milliers, la bénigne varicelle dégénère en encéphalite, cérébellite voire en pneumonie, et qu’il était plus prudent de faire hospitaliser Don.

Les deux semaines suivantes furent épouvantable tandis que les parents désarmés voyait leur petit garçon lutter pour sa survie, branché à des machines qui l’aidaient à respirer, mesuraient ses constantes vitales. Margaret ne quittait pas le chevet de son fils tandis qu’Alan s’occupait du plus jeune désemparé par l’absence de sa mère et de son frère et d’autant plus difficile à gérer : les crises d’angoisses et les terreurs nocturnes se succédaient, ajoutant à la fatigue et au désarroi du père.

Finalement les choses prirent un tournant pour le meilleur et ils purent ramener chez eux un Don bien affaibli, bien fatigué mais bien vivant et sans aucune séquelle. Et durant les jours qui suivirent, ils s’amusèrent de voir Charlie aux petits soins pour son grand frère. On lui avait expliqué que celui-ci était malade, qu’il devait se reposer, qu’il ne fallait pas faire trop de bruit et être très gentil et le gamin se tenait strictement à ces instructions. Plus d’une fois Margaret les retrouva blottis l’un contre l’autre sur le canapé profondément endormis. Bien souvent Alan, cherchant son cadet, le retrouvait dans le lit de l’aîné qu’il était allé rejoindre dès que ses parents avaient eu le dos tourné.

Et puis tout rentra dans l’ordre et Don put retourner à l’école et retrouver son équipe de base-ball, mais quelque chose avait changé : Charlie, du haut de ses deux ans, semblait avoir soudain réalisé que son grand frère aussi pouvait avoir parfois besoin de lui et ce sentiment devait rester profondément ancré en lui. Plus tard, se souvenant, vaguement, de cet épisode, le mathématicien prit aussi conscience que ça avait sans doute été la première fois où Don s’était exposé pour lui, et par la suite, il y en avait eu bien d’autres.
Fin du flashback

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
chinou44
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
chinou44


Féminin Messages : 180
Date d'inscription : 28/04/2011

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeDim 26 Fév 2012 - 18:16

le plus étonnant aurait était que don ne soit pas malade. mais quand même vu que c'est toi cissy qui à écrit il est tout à fait normal que sa se transforme en veritable catastrophe.

excellant chapitre clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2722-chinou44
ozias
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
ozias


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 1934
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 53
Localisation : eure et loir

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeDim 26 Fév 2012 - 18:59

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2089392598 Don, même enfant ne fait pas les choses à moitié, une simple varicelle l'envoie à l'hopital.

J'ai adoré ce chapitre.Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2172-ozias
Aragone17
Modo section
Modo section
Aragone17


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14511
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 55
Localisation : Dans les bras du Gallois!

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeDim 26 Fév 2012 - 19:41

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 fallait se douter que Don tombe malade lui aussi Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 mais ils étaient si mignons dans ce lit, que leur mère n'a pas pu se fâcher. Par contre pauvre Don, la varicelle l'a expédié à l'hôpital Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3189643450 , enfin il en est sorti sans séquelles Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2908498282. Bien maintenant comment vont-ils être sauvé dans le présent Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3421360609 s'ils sont tous les deux coincés avec des blessures Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2190857471


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Banniz10 ** Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Aragon10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38570
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 59
Localisation : Normandie

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeDim 26 Fév 2012 - 19:43

Un grand merci à vous....
Ben oui... Mon Donnie ne fait pas les choses à moitié: et la varicelle peut vraiment être très dangereuse, je n'y suis pour rien moi... Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1990061059


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Signat10Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Cissy_10
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
tarma
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
tarma


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 538
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 50
Localisation : Toulouse

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeLun 27 Fév 2012 - 15:09

J'ai adoré l'histoire depuis le début. Ces chapitres de la varicelle, c'était trop attendrissant de voir Don et Charlie ne pas vouloir se séparer malgré la maladie. Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 Superbe histoire, il me tarde de lire la suite sur leurs aventures présentes et passées Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1916874526


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Brian_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t1461-tarma
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
catouchka


Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13886
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 47

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeLun 27 Fév 2012 - 17:40

Je comprends que la mère des garçons soit attendrie. Il est vrai que la vision des ses fils blottis d'un contre l'autre est trop craquante... Don a remonté le moral de son petit frère, il s'est vraiment conduit comme un grand, il a pris des risques, mais il a fait ce qu'il croyait juste. Du haut de ses sept, c'est un petit garçon loyal et qui va au bout de ces convictions. Un sacré petit bonhomme...

Il est tombé malade à son tour et la maladie ne l'a pas épargné, mais les frères ont tissé durant cette période des liens très forts, des liens qui, quels que soient les différends qui les opposeront plus tard, survivront toujours.

Encore un chapitre que j'ai adoré... Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1916874526 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1916874526


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Catouc10
Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38570
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 59
Localisation : Normandie

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeLun 27 Fév 2012 - 21:33

Un grand merci Tarma et Cat', je suis ravie que vous ayez aimé!!! Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2371081705


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Signat10Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Cissy_10
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38570
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 59
Localisation : Normandie

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeLun 27 Fév 2012 - 21:40

Chapitre 15 : L’orage
Avril 2006 – 20 h 40 : Big BearMontain

- A quoi tu penses Charlie ?

La voix de Don le ramena de nouveau à la situation présente.

- A toi… Tu as toujours été là pour moi.

- C’est mon rôle ! Je suis ton grand frère…

La fin de la phrase se perdit dans un gémissement et Charlie s’affola :

- Tu as mal ? Oh mon Dieu Donnie… mais qu’est-ce que je peux faire ?

- Rien… Ca va aller…

Il lui sembla que la voix était plus faible :

- Donnie… Tu restes avec moi n’est-ce pas ?

- Où veux-tu que j’aille banane ?

Il gémit de nouveau et Charlie en eut le cœur brisé. Il aurait voulu le soulager, et il était impuissant. Et puis soudain il eut une idée. Il ne pouvait pas faire grand-chose, mais au moins il pouvait essayer de rendre la position de son frère un peu moins inconfortable :

- Attends, dit-il.

Précautionneusement, à la fois pour ne pas faire souffrir son aîné, mais aussi pour ménager sa jambe douloureuse, il se glissa entre le rocher et son frère et lui releva le torse, l’appuyant contre lui, se rassurant de sentir son cœur battre contre son torse tandis qu’il s’adossait au mur de pierre dont il s’aperçut très vite qu’il leur fournissait un abri naturel bienvenu. L’agent laissa aller sa tête sur l’épaule de son cadet et poussa un soupir de soulagement :

- Tu es mieux ? s’enquit Charlie.

- Ben… Tu n’es pas aussi confortable que Robin, mais… tu feras l’affaire pour quelque temps, plaisanta Don.

- Il faut toujours que tu fasses le clown, même dans les situations désespérées, reprocha doucement Charlie qui, pourtant, était heureux de voir que son frère avait encore l’énergie de plaisanter. Tant qu’il pouvait le faire, c’était signe que rien n’était perdu.

- Je te l’ai dit, les grands frères c’est fait pour ça…

A ce moment là un nouvel éclair monumental sillonna le ciel et Charlie sursauta violemment. Don émit un petit rire :

- Décidément, tu n’aimes toujours pas les orages hein frangin ?

- Non…, se défendit mollement le mathématicien, honteux de cette peur dont il ne parvenait pas à se débarrasser, c’est juste… euh juste…

- Juste les éclairs, le tonnerre et le reste… Juste les orages quoi…

- J’y peux rien ! C’est plus fort que moi !

- Je sais, sourit Don, ça a toujours été comme ça, je me rappelle une fois…

Flashback

Janvier 1980 : Pasadena


Don se tournait et se retournait dans son lit : il n’arrivait pas à dormir, trop de choses se bousculaient dans sa tête.

Il s’était disputé violemment avec Charlie parce que le gamin voulait absolument lui montrer ses dernières recherches alors qu’Herman et lui avaient prévu de passer l’après-midi au base-ball. Pour pouvoir s’éclipser, il avait vaguement promis au petit qu’il rentrerait d’assez bonne heure pour qu’il puisse lui montrer son « truc », fermement décidé à ne revenir qu’à l’heure du repas de manière à échapper à la corvée.

C’est drôle comme les choses changent vite, pensait l’enfant étendu dans son lit : deux ans auparavant, il était très fier de traîner partout son petit frère, un peu comme un trophée qu’on aime montrer, ou plutôt comme un animal familier entièrement dévoué à sa cause, qui ne vous juge pas et vous donne systématiquement raison, quand bien même il ne comprend pas de quoi il retourne. Et puis un jour, cette capacité que son petit frère avait pour les nombres et qu’il avait vue bien longtemps avant ses parents, était aussi apparue à ceux-ci. Et comme les adultes ne font jamais les choses à moitié, du jour où ils s’étaient rendu compte que Charlie avait un « truc » avec les nombres, ils en avaient fait des tonnes à ce sujet : tests, professeurs particuliers, leçons supplémentaires et surtout, surtout, l’obligation pour Don de comprendre que son petit frère était « spécial » et qu’il devait accepter qu’on s’occupe un peu plus de lui. Don avait été tout à fait d’accord avec ça, au début du moins. Puis il s’était aperçu que non seulement ses parents étaient de moins en moins présents pour lui, en tout cas très rarement ensemble, même si son père tentait de l’être régulièrement alors que sa mère se consacrait à Charlie, mais que ce dernier, non content de passer moins de temps avec lui, prenait des habitudes qui ne lui plaisaient pas trop, comme si, désormais, le monde devait naturellement tourner autour de lui.

Alors Don avait commencé à s’éloigner un peu. Bien sûr il aimait toujours le « petit génie » comme ses copains l’appelaient parfois. Au début ça l’avait énervé ce surnom, il s’était même battu avec Billy lorsqu’il l’avait prononcé la première fois, ensuite il s’était aperçu que c’était bien le cas : son petit frère était un « génie ». Et à ceux qui pensaient que c’était « cool », il aurait bien répondu que non, pas tant que ça… Parce que c’est quoi être le grand frère d’un génie ? Vous devenez quoi, vous qui pensiez lui apprendre tellement de choses, être son modèle ? Déjà, à cinq ans, Charlie était plus avancé en calcul que lui… et il y avait bien longtemps qu’ils avaient cessé de jouer « aux nombres ». Et lorsque son cadet tentait de l’intéresser à ce sur quoi il travaillait, le plus souvent, lorsqu’il parvenait à comprendre, cela l’ennuyait considérablement. Presque toujours, lorsqu’il proposait une partie de base-ball, une sortie à la piscine, un après-midi au parc d’attractions il s’entendait répondre que ce n’était pas possible, qu’il fallait que Charlie prenne tel cours, passe telle évaluation, comprenne telle notion…

Alors non, ce n’était définitivement pas « cool » d’avoir un frère qui était un petit génie. Et parfois c’était même diablement frustrant, comme l’après-midi de la veille où il avait joué ce match auquel ses parents n’assisteraient ni l’un ni l’autre. Oh, il pourrait être le meilleur joueur de l’équipe, comme ça lui arrivait souvent, mais il n’y aurait personne pour l’en féliciter ! Bien sûr, les parents d’Herman l’avaient fait, mais ce n’était pas pareil. Il aurait tant aimé voir la fierté sur le visage de Margaret et Alan, cette fierté qu’il avait lue le soir même, lorsqu’il était rentré et qu’ils s’étaient répandus en détails sur la « conférence » qu’avait donnée Charlie pour la première fois et où tout le monde l’avait admiré. Ce n’était qu’au moment du coucher que maman avait demandé, d’un ton presque indifférent :

- Oh chéri ! Et ce match ? Vous avez gagné bien sûr ?

- Bien sûr…

Qu’aurait-il pu répondre d’autre ? Il s’était fait une joie de leur décrire le score serré, cette balle presque hors cadre qu’il avait renvoyée si bien que ce home-run marqué avait fait toute la différence, les équipiers qui l’avaient porté en triomphe, les applaudissements du public, les compliments du coach. C’était quoi tout ça face à la « conférence » du petit génie ? Mais il avait eu le cœur bien gros en s’endormant : ce n’était pas la première fois, mais l’enfant de dix ans se doutait que ce ne serait pas la dernière.

Alors non, aujourd’hui il n’avait pas eu envie de faire d’efforts. Puisque Charlie était si exceptionnel, il n’avait pas, il n’avait plus, besoin de lui. Et lorsqu’il était rentré, sur le coup de dix-huit heures trente, sachant pertinemment qu’il avait juste le temps de passer sous la douche avant que le dîner ne soit servi, il était parfaitement conscient que son frère ne pourrait pas lui montrer son expérience. C’était un juste retour des choses après tout : pourquoi lui devrait-il être le spectateur de Charlie alors qu’à cause de celui-ci, il n’avait plus de spectateurs lorsqu’il jouait, ou juste papa et que, dans ces cas-là, celui-ci semblait toujours un peu ailleurs, comme s’il aurait préféré rester avec maman et Charlie ?

Pourtant la dispute qui les avait opposés, lorsque Charlie avait compris que son frère n’avait jamais eu l’intention de regarder ce qu’il se faisait une joie de lui montrer, lui restait un peu sur le cœur. Il ne se souvenait pas avoir jamais vu son petit frère aussi en colère et finalement les parents s’en étaient mêlés et les avaient envoyés au lit sans dessert, histoire de leur permettre de se calmer. Il avait entendu Charlie renifler dans sa chambre pendant de longues minutes et quelque part il s’était senti mal, mais il ne voulait pas céder : si Charlie avait sa vie, et bien il aurait la sienne et c’était normal.

Il repoussa la couverture : il avait décidément trop chaud. Si seulement cet orage qui menaçait avait pu éclater enfin !

A peine eut-il émis ce souhait qu’un éclair zébra le ciel avant qu’un coup de tonnerre n’ébranle la maison. Il se dressa dans son lit, un peu tendu, comme toujours lorsque les orages étaient violents. Certes il n’avait pas peur : on n’a pas peur de l’orage à dix ans n’est-ce pas ? Mais quand les éclairs étaient si imposants, le fracas du tonnerre si bruyant, il valait mieux se tenir prêt au cas où… De toute façon ça ne durerait pas… Ca ne durait jamais.

Les éclairs et les coups de tonnerre se succédaient, en rythme rapide : à peine l’un s’éteignait que l’autre roulait déjà. Et bientôt le crépitement de la pluie retentit sur le toit. Il se détendit un peu : lorsque la pluie arrivait, l’orage perdait de sa dangerosité à ses yeux d’enfant. La pluie empêcherait le feu… et puis il aimait la pluie… Il aimait aussi l’orage d’ailleurs mais… pas trop les grands éclairs et les roulements assourdissants du tonnerre.

Justement, à cet instant précis, il lui sembla que toute la maison retentissait du fracas qui résonna longtemps après qu’une lumière intense ait éclairé le ciel. Ce fut alors que la porte s’ouvrit et qu’un petit corps tremblant s’abattit contre lui.

- Charlie… qu’est-ce que tu fais là ?

- J’ai peur… le tonnerre…

- Charlie, tu sais bien qu’il n’y a pas de danger, dit-il, tentant d’éloigner le gamin qui se cramponnait à lui.

- J’ai peur.

Il soupira : comment peut-on être un génie et ne pas comprendre que, bien à l’abri dans son lit, l’orage n’est pas un danger ? A quoi cela servait-il tous les cours particuliers, les conférences, les séminaires, si on n’arrivait pas à saisir cela ?

Alors soudain il se sentit de nouveau très « grand frère » : celui qui savait, celui qui rassurait, qui protégeait… Génie ou pas, c’était Charlie, c’était son petit frère et c’était à lui de veiller sur lui.

- Allez, viens-là petit génie, dit-il en ouvrant les couvertures sous lesquelles le gamin ne se fit pas prier pour se glisser.

- J’aime pas quand tu m’appelles petit génie, protesta-t-il pourtant, le nez dans le cou de son aîné, sursautant quand un nouveau coup de tonnerre retentit.

- Je sais, rigola Don.

C’était sans doute pourquoi il le faisait d’ailleurs, parce que, la première fois qu’il l’avait appelé ainsi, alors qu’il avait découvert que le gamin avait fouillé dans le mécano offert par sa grand-mère pour son anniversaire, juste parce qu’il trouvait ça « intéressant », il s’était rendu compte que ça ne lui plaisait pas. Et ça lui faisait comprendre ce que c’était que d’avoir quelqu’un qui faisait quelque chose que vous n’appréciiez pas. Alors il avait pris l’habitude de l’appeler ainsi, parfois juste pour plaisanter, parfois d’un ton un peu moins gentil et Charlie n’omettait pas, à chaque fois, de protester haut et fort contre le surnom, ce qui lui avait déjà valu des semonces de la part de ses parents. Mais il n’allait pas se priver de l’agacer un peu tout de même ?

- Alors pourquoi tu le fais ? grogna Charlie.

- Parce que ça te fait râler à chaque fois, c’est amusant, rétorqua-t-il en passant la main dans les cheveux bouclés, déclenchant un petit rire du gamin qui sursauta encore plus fort lorsqu’à nouveau l’orage se rappela à son bon souvenir.

Oubliant définitivement son ressentiment, Don enveloppa le petit corps de ses bras. Il savait combien Charlie avait peur de l’orage et ce depuis tout petit. La première fois qu’il s’était ainsi réfugié dans son lit, il marchait à peine et il se souvenait encore de sa fierté au matin lorsque maman les avait réveillés tous les deux et l’avait félicité d’avoir si bien veillé sur son petit frère. A vrai dire, il ne s’était même pas rendu compte que celui-ci l’avait rejoint, pas plus qu’il n’avait entendu l’orage cette nuit-là, mais le fait que le bébé ait choisi de se réfugier près de lui plutôt que près de ses parents l’avait rempli d’une joie immense : il avait compris tout le sens du terme « grand frère ». C’était sans doute ce jour-là qu’il était devenu le protecteur de son cadet.

Alors non, il n’arrêterait pas de le protéger parce qu’il était un génie. D’abord ce n’était pas sa faute. Et même si c’était embêtant et que sans doute ça le deviendrait de plus en plus, il resterait toujours son grand frère, celui auprès duquel il viendrait se réfugier quand il aurait peur.

- Dors, Charlie, il n’y a pas de danger, murmura-t-il en s’allongeant confortablement pour laisser la place au gosse à se pelotonner contre son torse avant qu’il ne l’entourât de ses bras.

Oui, petit génie ou pas, lorsqu’il le tenait juste comme ça contre lui, c’était son petit frère, Charlie, et ça, personne ne pourrait jamais y changer quoi que ce soit songea l’enfant en s’endormant doucement en même temps que le petit qui, dans ces bras-là, n’avait plus peur de rien.
Fin du flashback


*****
Avril 2006 – 20 h 45 : Big Bear Montain

- T’inquiète, tu vois, je suis là… Les éclairs ne te mangeront pas, marmonna l’aîné d’une voix devenue plus faible.

- Donnie… parle-moi encore.

- Non… Plus tard… J’ai besoin de me reposer un peu.

Charlie savait qu’il aurait dû obliger son frère à rester réveillé, mais lui aussi se sentait petit à petit envahi par une torpeur contre laquelle il n’arrivait pas à se battre, contrecoup du choc, de la peur et du froid qui les transperçait. Au moins, depuis qu’ils étaient l’un contre l’autre, ils s’étaient un peu réchauffés.

Et puis il cessa de penser et même les éclairs suivants ne le firent pas sursauter. Les deux frères dormaient, insoucieux de leur positon précaire, blottis l’un contre l’autre, veillant mutuellement sur leur sécurité.

(à suivre)


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Signat10Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Cissy_10
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
tarma
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
tarma


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 538
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 50
Localisation : Toulouse

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeLun 27 Fév 2012 - 22:02

Ca avance lentement mais sûrement mais tu vas nous faire languir combien de chapitres encore pour savoir comment ils vont s'en sortir ? Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 4221747814 Car ils vont s'en sortir, n'est ce pas ? Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3189643450 Les moments de complicité du passé, j'adore. C'est tout mignon, je les imagine bien tous les deux.Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 Merci pour ce chapitre.Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1916874526


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Brian_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t1461-tarma
ozias
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
ozias


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 1934
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 53
Localisation : eure et loir

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMar 28 Fév 2012 - 18:08

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019J'adore!!!

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3543406167
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2172-ozias
chinou44
Douce immersion dans l'imaginaire…….
Douce immersion dans l'imaginaire…….
chinou44


Féminin Messages : 180
Date d'inscription : 28/04/2011

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMar 28 Fév 2012 - 18:26

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3543406167 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 4132061953 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 4132061953

voila, c'et tout ce que j'ai à dire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2722-chinou44
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
catouchka


Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13886
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 47

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMar 28 Fév 2012 - 19:01

Blottis l'un contre l'autre, blessés et attendant les secours, Don et Charlie font un retour en arrière dans leur enfance, celle qui a été témoin de leurs chamailleries mais aussi de leurs rapprochements dans les moments difficiles. Don le grand frère qui malgré son sentiment de solitude et d'abandon parfois et qui malgré ce petit frère envahissant et si intelligent, a toujours assumer son rôle de grand frère protecteur. Quelles que soient les situations à l'époque, il a toujours été là pour Charlie et c'est toujours auprès de lui que le petit génie a trouvé le réconfort dont il avait besoin.

Deux très belles scènes dans le passé comme dans le présent... J'aime toujours autant... Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Catouc10
Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Aragone17
Modo section
Modo section
Aragone17


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14511
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 55
Localisation : Dans les bras du Gallois!

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMar 28 Fév 2012 - 19:15

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 des frères comme nous ne les avions jamais vu auparavant, Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 cette complicité, ces moments de joies et de peines, et ils se retrouvent coincés ensembles, attendant qu'on vienne les secourir Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3322882179


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Banniz10 ** Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Aragon10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38570
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 59
Localisation : Normandie

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMar 28 Fév 2012 - 23:03

Un grand merci à vous toutes: vont-ils s'en sortir... Euh... J'y réfléchis encore... Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1990061059

Petit chapitre basé sur l'anecdote d'un épisode de la saison 3, "Les larmes de l'argent" lorsque les deux frères se retrouvent dans le bureau de Bradford

Chapitre 16 : L’anniversaire

Avril 2006 – 00 h 30 : Pasadena


Alan se réveilla en sursaut, ne sachant ce qui l’avait arraché au sommeil, puis il grimaça en se passant la main sur le cou : ce n’était vraiment plus de son âge de s’endormir ainsi sur le fauteuil ! Pourquoi diable n’était-il pas dans son lit ?

C’est à ce moment-là que la mémoire lui revint : Charlie et Don ! Bon sang ! Il s’était endormi en attendant le retour de ses garçons, s’efforçant de trouver mille raisons à leur retard et de ne pas s’inquiéter : ils étaient grands désormais et ils n’avaient plus de compte à rendre à leur père. Son regard accrocha la pendule et son front se plissa : minuit et demi ! Cette fois-ci il était certain que quelque chose n’allait pas : plus de cinq heures de retard sans un appel, ce n’était pas le genre de ses fils, en tout cas pas celui de l’aîné, corrigea-t-il in petto en se remémorant le nombre de fois où, plongé dans ses calculs, Charlie aurait oublié l’existence de la terre entière si on ne l’avait pas ramené de temps en temps à la réalité. Mais Don aurait appelé, lui, s’angoissa le père en tentant, pour la cinquième fois de la soirée de joindre l’un de ses garçons.

Lorsqu’il tomba sur les boîtes vocales son inquiétude s’accrut. Pourtant, jusqu’à vingt heure trente il s’était efforcé de faire taire son côté papa poule : après tout les deux hommes n’avaient pas promis d’être là à 19 H 30 tapantes ! Il y avait mille raisons qui pouvaient les avoir mis en retard : ne serait-ce que parce que les trois heures sur place qu’ils avaient estimées être nécessaires s’étaient avérées insuffisantes… Et puis la route n’était pas forcément bonne : il avait écouté la météo et on annonçait qu’un violent orage avait éclaté dans le secteur de Big Bear, cela pouvait les avoir ralentis, ou même, connaissant la prudence de son aîné, il pouvait avoir décidé de laisser passer les intempéries avant de repartir. Sauf qu’il y avait le colloque de Larry et que, connaissant Charlie, il n’allait pas laisser vraiment le choix à son frère, mais celui-ci était vraisemblablement capable de lui tenir tête, surtout s’il y avait du danger, surtout si ce danger menaçait Charlie…

Les pensées tournaient en boucle dans la tête d’Alan et, quitte à se faire charrier par ses garçons ou à les fâcher, il avait tenté de les appeler, en vain. Bon… là-bas, la réception n’était pas toujours géniale, l’orage en plus… il ne fallait surtout pas en tirer de conclusion trop hâtive.
Vers 21 h 00, il s’était demandé s’il devait appeler Calsci. Après tout, peut-être que, mis en retard, Don avait simplement déposé son frère directement au colloque avant de retourner à son bureau. Oui mais… il aurait appelé sans doute… Sauf si, pris par le temps, exaspéré par le retard alors qu’il avait tant de travail, il avait juste oublié de le faire.

Il avait donc de nouveau appelé, sans plus de résultat et à partir de ce moment-là, quoiqu’il puisse avancer comme argument, l’inquiétude s’était glissée dans son cœur, de plus en plus intense à mesure que l’heure avançait et qu’il n’arrivait toujours à joindre aucun de ses garçons. Jusqu’au moment où il s’était assis dans le fauteuil en essayant de se distraire devant une émission qu’il ne suivait pas vraiment, attentif au moindre bruit du dehors, espérant entendre le moteur du SUV de Don. Et il avait fini par s’endormir…

Minuit trente ! Il était arrivé quelque chose, c’était obligé ! Et si ce n’était pas le cas, si ses fils avaient simplement omis de le prévenir, alors il ALLAIT arriver quelque chose ! Mais son cœur désormais lui chuchotait que ses fils n’étaient pas en cause. S’ils avaient décidé de rester sur Big Bear et que la réception soit mauvaise, Don se serait arrangé pour lui faire parvenir un message en utilisant un téléphone fixe ou par le canal de la police… mais en aucun cas il ne l’aurait laissé se faire du mauvais sang comme ça !

Que devait-il faire ? Que pouvait-il faire ? se répétait le père angoissé. Et si tout cela n’était que le fruit de ce que ses fils appelaient son côté « hyperprotecteur » avec ce sourire qui lui donnait envie de leur flanquer des gifles ! Mais si seulement il avait pu voir ce même sourire à cet instant là sur leurs visages, il aurait plutôt eu envie de les prendre dans ses bras pour être sûr qu’ils allaient bien.
Il hésita longuement puis se décida à appeler Larry : l’entretien avec celui-ci fut loin de le rassurer. Non, Charlie n’était pas venu, confirma le physicien d’un ton un peu sec qui s’adoucit instantanément lorsqu’il comprit qu’il y avait quelque chose d’anormal à cette absence et qu’elle n’était pas juste le fruit de la négligence de son ami. Bien qu’il s’efforçât de rassurer le père, l’inquiétude ne tarda pas à poindre aussi dans sa voix au point qu’il proposa à Alan de venir attendre avec lui. Celui-ci commença par décliner, puis finit par accepter : après tout l’incroyable don du professeur pour parler des heures de tout et de rien lui permettrait peut-être d’oublier un peu ce qui de peur commençait à se transformer en terreur.

Lorsqu’il eut raccroché, il n’hésita guère avant de former le numéro de David : tant pis s’il le réveillait et si Don lui passait un savon pour avoir déclenché une alerte stupide ! Il n’allait pas rester les bras croisés à attendre sans rien faire. En bon professionnel, David, bien qu’arraché au sommeil, comprit aussitôt la possible gravité des faits. Il expliqua à Alan qu’il retournait au bureau pour trouver les coordonnées du Shérif que Don était allé voir : celui-ci pourrait lui indiquer si les frères étaient restés chez lui suite à la pluie diluvienne qui s’était abattue sur les lieux en milieu d’après-midi.

- Ne vous inquiétez pas Alan, je suis sûr qu’ils sont en pleine forme, tenta-t-il de le rassurer. Les portables ne passaient peut-être pas et ils n’ont pas pensé à appeler sur votre fixe.

- Si c’est le cas, je vous garantis qu’ils ne resteront pas en pleine forme longtemps ! gronda le père, voulant à tout prix croire qu’il s’agissait juste de ce cas de figure mais ne parvenant pas à s’en convaincre. David, tenez-moi au courant, demanda-t-il d’une voix qu’il se détesta d’entendre si suppliante.

- Oui, je vous rappelle dès que j’ai du nouveau !

Alors qu’il raccrochait le combiné, le regard d’Alan dévia presqu’instinctivement vers une photo où on voyait ses deux fils sous la pluie, riant à gorge déployée et il sourit faiblement : comme il aurait aimé être encore à ce temps où il pouvait les attraper par les oreilles et les faire rentrer manu-militari, leur reprochant leurs bêtises mais ravi au fond de lui d’avoir deux beaux enfants pleins de vie et de vigueur.
Pourquoi fallait-ils qu’ils grandissent ? Pourquoi fallait-il surtout qu’ils n’écoutent rien de ce qu’il leur disait ? Il leur avait pourtant bien fait savoir que c’était une mauvaise idée que Don emmène son frère avec lui !

A peine eut-il émis cette pensée qu’il se la reprocha instantanément. Comme si, s’il était arrivé quelque chose, ce serait plus grave que Charlie soit impliqué que Don ! Mais quand cesserait-il de toujours penser d’abord à son plus jeune ? Est-ce qu’il n’avait pas suffisamment laissé Don de côté pour se consacrer à Charlie durant toutes ces années ? Fallait-il encore que, systématiquement, lorsque ses deux garçons étaient impliqués, il fasse passer le plus jeune en priorité, comme si Don n’avait pas autant d’importance, comme si, lui, on pouvait le remplacer ou tout simplement l’oublier ?

- Pardon mon ange, murmura-t-il en regardant le dernier cliché de son fils, pris quelques semaines auparavant, où il souriait de ce sourire irrésistible mais trop rare, visiblement détendu et juste heureux d’être là, au point qu’il n’avait même pas râlé quand son père avait pris cette photo de lui, affalé sur un transat, les pieds nus, une bière à la main, en train de regarder les koïs nager paresseusement.

Le regard du père dériva alors sur la photo à côté et son cœur se serra en se remémorant cette époque, le treizième anniversaire de Don, l’un des plus beaux fiascos de son existence.

Flashback

juillet 1983 : Pasadena

- Mais pourquoi faut-il qu’il vienne ! Il va tout gâcher !

- Donnie…

- Non ! C’est MON anniversaire ! Tu m’avais promis qu’on le passerait en camping avec mes copains et…

- Et j’ai bien l’intention de tenir ma promesse Don. Je ne vois pas en quoi la présence de Charlie changera quoi que ce soit.

- Il est trop petit ! Il va vouloir nous suivre partout ! Pourquoi il ne reste pas avec maman ?

Alan échangea un regard mi-inquiet, mi-excédé avec son épouse qui lui renvoya son regard d’un air qui disait : « Je t’avais dit que c’était une mauvaise idée, maintenant débrouille-toi ! »

Le père se serait flanqué des gifles : quelques semaines plus tôt ils avaient failli perdre Don à cause de son manque de tact, de sa réaction disproportionnée. Depuis, les choses s’étaient heureusement arrangées mais il lui semblait que les relations entre ses fils étaient empreintes de gêne, alors il s’était dit que ce week-end de camping serait l’occasion idéale pour les rapprocher. Margaret avait bien tenté de lui dire que ce n’était pas une bonne idée, il n’avait pas voulu l’écouter. Et maintenant il était coincé : céder devant Don c’était créer un précédent qu’il refusait, celui que l’adolescent croit qu’il pouvait désormais imposer sa volonté à son père, surtout si ça concernait son cadet. Maintenir sa décision, c’était prendre le risque que Don se butte…

Il tenta de prendre une voix persuasive, gommant l’irritation qu’il ressentait :

- Donnie… Ton petit frère sera ravi de nous accompagner.

- Tu parles ! Il sera surtout ravi de tout gâcher ! fut la réponse rageuse du garçon.

- Donald Alan Eppes ! Ca suffit maintenant ! Ton frère nous accompagnera que tu le veuilles ou non ! C’est ça où on reste à la maison ! s’emporta-t-il, regrettant aussitôt sa colère.

Ce n’était pas ainsi qu’il convaincrait son aîné de se rapprocher du plus jeune. D’ailleurs, la manière dont Margaret leva les yeux au ciel à ce moment-là lui fit comprendre qu’il allait à son tour entendre parler du pays lorsqu’ils seraient seuls.

Au ton employé par son père, Don courba simplement l’échine puis il monta dans sa chambre, faisant résonner les marches sous son pas pour bien faire comprendre sa révolte. Alan soupira, passa une main dans ses cheveux et se tourna vers sa femme :

- Je sais… Inutile d’en rajouter, lui dit-il d’une voix rogue.

- Mais je n’ai rien dit du tout Alan, rien du tout, répondit-elle avec un sourire lourd d’ironie mais à la crispation de ses lèvres il pouvait voir qu’elle n’était pas contente, et il la comprenait parce que lui-même était loin d’être fier de cette démonstration de force.

C’est pourquoi, juste après le dîner, il tenta une autre approche avec son fils, lui expliquant calmement combien il était important que Charlie puisse être des leurs et lui promettant de bien s’occuper de ses amis de manière à ce qu’ils passent le meilleur week-end de leur vie :

- Toi tu te charges de ton frère, et moi de tes amis, lui proposa-t-il avec un grand sourire.

- Super ! C’est mon anniversaire, et c’est moi qui suis de corvée ! maugréa Don.

- Donnie… C’est ton petit frère… Tu pourrais faire un effort.

- Bien sûr… C’est toujours à moi de faire des efforts, conclut le garçon en se levant. Bon… Puisque tout est décidé, je peux aller me coucher ?

Alan aurait aimé discuter un peu avec lui, tenter de lui faire comprendre son point de vue, mais devant l’air buté de l’adolescent, il comprit que non seulement il n’arriverait à rien, mais qu’en plus il risquait de s’emporter de nouveau. Il se contenta donc de déposer un baiser sur son front en lui disant :

- Bien sûr Donnie. Et tu vas voir, ce sera un super week-end !

- Si tu le dis…, fut la réponse désabusé du garçon avant qu’il ne regagne sa chambre.


****
Juillet 1983 : Parc National, Los Angeles

- Donnie… Donnie… Attends-moi !

- Merde Charlie ! Pourquoi tu ne restes pas au campement avec papa ?

- Parce que je préfère être avec toi ! répliqua l’enfant en toute logique.

- Oui, et bien moi je ne préfère pas ! fut la réponse cruelle de l’aîné qui s’efforça de ne pas voir la moue qui déforma le visage de son petit frère à sa réplique.

Mais très vite l’air chagriné fit place à cette détermination que Don haïssait parce qu’il savait qu’il n’y avait rien à faire contre l’entêtement de son cadet :

- Papa a dit que tu t’occupais de moi ! indiqua celui-ci.

- Papa a dit… papa a dit… Tu ne peux pas penser tout seul ?

- Bien sûr que je pense tout seul ! Et je pense que papa a dit que…

- OK… c’est bon ! Tu n’as qu’à nous suivre ! Mais ne viens pas te plaindre si tu es fatigué ! abdiqua l’aîné, sachant qu’il n’aurait pas le dessus dans cette joute verbale.

Il fit une grimace d’excuse à ses amis qui levèrent les yeux au ciel : deux d’entre eux avaient aussi des petits frères et savaient fort bien ce qu’il endurait à ce moment précis. Quel fut celui d’entre eux qui proposa de jouer à cache-cache ? Personne ne s’en souvint après coup, pas plus qu’un des adolescents ne fut capable de dire lequel d’entre eux proposa de ne pas « trouver » le gamin, tant et si bien qu’il finirait par revenir aux tentes. Le cœur de Don lui souffla bien quelques instants que l’idée était méchante, sa raison qu’elle était mauvaise, mais il n’écouta ni l’un ni l’autre, voulant penser que la blague n’aurait aucune autre conséquence qu’un Charlie furieux, obligé de retourner vers son père et qui comprendrait peut-être enfin qu’on n’avait pas besoin de lui !

Ce ne fut qu’en revenant au camp, après deux bonnes heures passées à s’amuser comme des fous que l’inquiétude lui tomba dessus lorsqu’Alan se détourna du feu qu’il allumait en demandant :

- Où est ton frère ?

Don regarda autour de lui, s’attendant à voir le petit génie installé dans un coin avec un cahier, à aligner des chiffres, ou bien simplement à bouder en lui lançant un regard incendiaire dont il n’avait d’ailleurs que faire :

- Ben… Il n’est pas avec toi ? répliqua-t-il d’une voix qu’il aurait voulue plus ferme.

A ces mots Alan se redressa et le regarda sévèrement :

- Comment ça avec moi ? C’est toi qui étais chargé de le surveiller je te rappelle ! C’est avec toi qu’il est parti !

- Oui ben… On jouait à cache-cache… Il doit bien être quelque part…

L’inquiétude qui s’alluma dans les yeux d’Alan lui mordit le cœur et soudain la portée de son geste lui apparut, tandis que l’angoisse montait en lui. Il se détourna et repartit d’où il venait, entraînant ses amis dont les mines s’allongeaient aussi.

- Charlie… Charlie où es-tu ?

Et tandis qu’il appelait, battant le bois alentours, les larmes commençaient à piquer ses yeux. Son petit frère ! Pourquoi l’avait-il abandonné ainsi ? Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Si...

Au bout de deux heures, épuisé et découragé, il revint au campement, affolé lorsqu’un à un ses amis revinrent aussi bredouilles que lui. Son dernier espoir résidait dans son père, mais lorsque celui-ci arriva à son tour et qu’il vit sa mine se défaire en s’apercevant qu’aucun des garçons n’avait récupéré le plus jeune, son cœur s’effondra dans sa poitrine tandis qu’un sentiment de culpabilité énorme s’emparait de lui.

Ensuite il y eut la police qui se présenta, les questions du shérif, et puis Margaret qui, à peine débarquée de voiture s’en prit à Alan. Don n’avait jamais vu ses parents se disputer avant avec cette violence. Parfois ils élevaient un peu la voix, parfois leurs mots étaient cinglants, mais jamais il ne les avait vus ainsi, comme s’ils se détestaient. Et si, à cause de lui, ses parents divorçaient ? Que deviendraient-ils lui et Charlie ? Charlie… Où était-il son merveilleux petit frère ?

Le merveilleux petit frère marchait vaillamment sur la route, à la fois triste et fier. Triste parce qu’après avoir attendu de longues minutes qu’on découvre sa cachette, son esprit logique avait fini par lui murmurer qu’il n’avait aucune chance d’être trouvé, quand bien même il se serait juste planté au milieu de la clairière où le chercheur comptait patiemment jusqu’à cent. Il n’arrivait pas à croire à la perfidie de son frère qui l’avait tout simplement abandonné là. C’était donc bien vrai qu’il ne voulait pas de lui ! En fait il en était sûr ! Il l’avait même dit à maman lorsqu’elle lui avait appris qu’il accompagnait Don en camping. Après le premier mouvement de joie, il avait demandé :

- C’est Don qui a voulu ?

L’hésitation de sa mère avait suffi pour qu’il comprenne :

- C’est vous qui avez demandé ?

- Ca n’a pas d’importance si c’est nous ou lui, avait-elle alors tenté. Le principal c’est que tu ailles là-bas et que tu t’amuses.

- Bien sûr que ça a de l’importance, avait-il contré. Il était d’accord ?

- Et bien… Il a dit qu’il s’occuperait de toi, biaisa la mère.

Mais le gamin n’avait pas été dupe et avait tenté de la convaincre de ne pas partir, en vain. Pourtant, lorsqu’il avait embarqué, il était plein de joie, se disant que finalement ça allait être une sacrée aventure, un moment à passer avec Donnie. Mais le regard glacé qu’avait attaché celui-ci sur lui, sa façon de ne pas lui adresser la parole de tout le voyage lui avaient vite fait comprendre qu’il n’était décidément pas le bienvenu. Et maintenant ils le laissaient tomber comme une vieille chaussette ! Puisque c’était comme ça, puisqu’on ne voulait pas de lui et bien il allait juste rentrer à la maison et voilà tout !

Alors oui il était triste et fier ! Fier parce qu’il savait qu’il était sur la bonne route. Il avait été un peu inquiet tant qu’il était resté sur les chemins de terre : mais il avait bien regardé la direction et il pensait être dans la bonne. Et lorsqu’il avait atteint la départementale son cœur s’était gonflé à la fois de soulagement et de joie. Evidemment il avait une bonne dizaine de miles à parcourir, mais ce n’était pas très grave ! Le seul ennui c’était qu’il devait se cacher lorsqu’il venait une voiture par peur qu’on ne s’inquiète de voir un petit garçon tout seul sur la route.

Ce n’est qu’arrivé à Pasadena qu’il prit conscience de son geste, lorsque sa mère affolée le serra contre son cœur, que Donnie dévala les escaliers en criant son prénom avant de le prendre dans ses bras et que son père le souleva de terre à son tour en lui demandant où il était passé.

Après avoir expliqué ce qu’il en était, intimidé de voir l’officier de police qui vint après l’appel de Margaret et qui l’interrogea pour savoir si quelqu’un l’avait emmené de force, Charlie prit conscience de l’anomalie : son père et Don n’auraient pas dû être là ! Et soudain il comprit que, par son geste inconsidéré, il avait irrémédiablement gâché l’anniversaire de son frère !

Ce qu’il ignorait alors, c’est que celui qui se sentait le plus coupable de cela c’était Alan qui, au cours des années qui suivirent, à chaque nouvel anniversaire de son aîné, ne pouvait pas s’empêcher de se remémorer ce fiasco sans un goût amer dans la bouche.
Fin du flashback


Avril 2006- 1 h 20 : Pasadena

La sonnette de la porte d’entrée arracha le père à ses souvenirs. Il alla ouvrir pour se trouver face à un Larry aussi inquiet que lui-même qui attaqua aussitôt :

- Est-ce que vous avez des nouvelles ?

- Non… Toujours rien. J’ai appelé David.

- Ah… Alors tout va rentrer dans l’ordre, affirma le physicien avec une assurance qu’il était bien loin de ressentir.

A peine avait-il dit ces mots que le téléphone sonna et il vit Alan se décomposer en entendant la nouvelle : Don et Charlie avaient quitté le shérif vers 17 h 00. Ils auraient dû être rentrés depuis plus de cinq heures maintenant calcula le père proche du désespoir. Il était donc bien arrivé quelque chose à ses enfants. Les paroles d’encouragement de David eurent du mal à percer la carapace d’angoisse qui l’enveloppait, mais il voulait s’accrocher à cet espoir : que peut-être ses enfants s’étaient simplement arrêtés en route en attendant que les éléments se calment et que la route soit de nouveau praticable. C’était peut-être juste ça, il fallait que ce soit ça ! Avant de raccrocher, David ajouta que le shérif allait envoyer des patrouilles sur le chemin qu’avaient emprunté ses fils pour revenir, dès qu’il ferait assez jour pour ça.

Alan jeta un nouveau coup d’œil à l’horloge : 1 h 30… Il ne ferait pas jour avant encore quatre bonnes heures. Combien de temps faudrait-il ensuite pour retrouver ses fils, et dans quel état ?

Conscient de l’inquiétude du père, Larry décida de rester auprès de lui, cherchant désespérément à lui changer les idées : ils entamèrent une partie d’échecs mais il ne fallut pas bien longtemps au physicien pour se rendre compte que son adversaire n’était pas dans le jeu. L’esprit d’Alan était ailleurs, quelque part dans les Big Bear Montain.

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
tarma
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
tarma


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 538
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 50
Localisation : Toulouse

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 7:25

Les choses commencent à bouger pour les trouver enfin. Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3189643450 Toujours super ces flash-back dans le passé de Don et Charlie. J'aime toujours autant. Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Brian_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t1461-tarma
catouchka
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
catouchka


Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 13886
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 47

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 17:45

Les choses commencent à bouger. Plusieurs heures sans nouvelles et c'est Alan qui donne l'alerte. Quelle chance ont les garçons d'avoir un père hyperprotecteur très attentif aux petites habitudes de ses fils. Ces heures d'angoisse le revoient dans le passé, un passé où il n'a pas toujours fait les bons choix alors qu'il croyait bien faire. Le treizième anniversaire de Don est un fiasco et Charlie une catastrophe ambulante.

Superbe chapitre... Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2652155019


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Catouc10
Rien n'est plus fort et plus intimidant que l'intensité d'un regard posé sur soi...
Rien n'est plus émouvant que la douceur d'un regard que l'on devine mais que l'on ne voit pas...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2375-catouchka
Aragone17
Modo section
Modo section
Aragone17


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14511
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 55
Localisation : Dans les bras du Gallois!

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 18:52

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 la cavalerie est en marche Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 ils vont bientôt être sauvés Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3322882179 Charlie est toujours aussi fauteur de trouble, partant sur la route sans prévenir et Don qui regrette de l'avoir abandonné, mais c'est Alan le fautif en imposant le cadet à son ainé Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100. Tout c'est bien terminé, mais l'anniversaire a été gâché Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2921550616.

L'inquiétude de Alan est palpable, ses fils ont disparu depuis des heures dans les Big Bear Montain. , n'importe quel parent serait angoissé Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 952962191


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Banniz10 ** Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Aragon10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
ozias
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
ozias


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 1934
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 53
Localisation : eure et loir

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 19:21

Don et Charlie sont dans un fossée, Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3189643450 il reste à espérer que les secours ne passeront pas à coté d'eux sans les voir.

Cela dit, Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3350550132 ça ne serait pas si grave, si on peut encore profiter d'autres flash-backNumb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 ils peuvent attendre encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2172-ozias
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38570
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 59
Localisation : Normandie

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 21:15

Merci à vous quatre : ça fait plaisir d'avoir des lectrices fidèles... Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2371081705



Chapitre 17 : Deux frères et un piano

Avril 2006 – 6 h 20 : Big Bear Montain


Ce fut le froid qui éveilla Charlie. Il se sentait engourdi et, durant un instant, il se demanda comment il avait fait pour s’endormir dans la baignoire et pourquoi son père ne l’avait pas réveillé pour lui conseiller de se mettre au lit. Il voulut étendre les jambes et un cri de douleur lui échappa en même temps qu’il prenait conscience d’un poids sur son torse et de son bras ankylosé. Il ouvrit alors les yeux, stupéfait de ne pas reconnaître l’environnement familier mais de voir un ciel bleu-gris, chargé de nuages, au-dessus de sa tête. Il tenta de se déplacer et le poids sur lui émit un gémissement sourd, attirant son regard : une toison noire reposait sur sa poitrine, son bras était écrasé par un corps autour duquel il était enroulé.

Et soudain la mémoire lui revint :

- Don !

Il se redressa, gémissant à la douleur qui s’éveilla dans son corps perclus de courbatures et qui explosa dans sa jambe. Mais il n’avait pas le temps de s’apitoyer sur son sort.

- Don !!! Don, réponds-moi, parle-moi…

Il s’extirpa doucement de sous le corps qu’il avait tenu toute la nuit, comme pour l’empêcher de lui échapper et il étendit précautionneusement son frère au sol, allant automatiquement chercher un pouls, même si le geignement qui s’échappa des lèvres pâles prouvait, sans aucune hésitation possible, que Don était toujours de ce monde.

A la lueur du jour naissant, il put mieux se rendre compte de la situation dans laquelle se trouvait l’agent : une vilaine entaille déparait son front, qui saignait encore un peu, son bras droit était déformé, sans nul doute fracturé et le poignet, lui aussi devait être cassé s’il en jugeait par l’enflure noirâtre qui le gonflait. Rapidement il fit courir ses mains le long de la cage thoracique pour s’assurer de possibles dommages aux côtes mais il ne décela rien, soit qu’il ne soit pas assez expérimenté, soit que sa palpation, restée légère tant il craignait de faire souffrir son aîné, ne soit pas assez efficace. Enfin son regard s’attarda sur le bas du corps et il se mordit les lèvres : un gros rocher écrasait la jambe gauche et reposait en partie sur la droite. Fébrilement il posa les doigts sur la cheville, tentant de remonter au-dessus de la tige de la chaussure de randonnée pour trouver un pouls qu’il découvrit avec un soulagement non dissimulé, s’inquiétant tout de même qu’il soit si faible et irrégulier : visiblement la jambe était encore irriguée mais de façon insuffisante. Son esprit se mit à calculer le temps au bout duquel les dégâts risquaient d’être irréversibles et la réponse ne lui plut pas du tout : il n’avait pas le temps d’attendre les secours, il devait faire quelque chose, libérer le membre prisonnier pour rétablir la circulation sanguine avant que les tissus ne commencent à se nécroser.

Il ramena sa main et grimaça en la voyant tachée de sang : un autre souci en perspective. Dégager la jambe était une chose, mais si le poids qui la comprimait, en même temps qu’elle la mettait en danger, sauvait aussi la vie de Don en empêchant une hémorragie artérielle, ne risquait-il pas d’aggraver la situation à vouloir à tout pris libérer son frère ?

A ce moment-là, un gémissement plus fort le tira de ses calculs enfiévrés et il revint se poster tout près de l’agent fédéral qui venait d’ouvrir des yeux embrumés par la douleur et qui restaient vagues, comme s’ils n’arrivaient pas à se positionner exactement. « Commotion cérébrale », diagnostiqua-t-il avec un frisson d’appréhension. Don était en mauvais état et il devait de toute urgence réussir à le sortir de sa position précaire.

- Charlie ?

- Oui… Je suis là Donnie… Ca va aller.

- Que s’est-il passé ?

La question le glaça jusqu’à la moelle. Se pouvait-il que les facultés de son frère soient amoindries par ses blessures à la tête ? Avait-il une hémorragie intra-crânienne qui obscurcissait son raisonnement ? Puis il se morigéna : inutile d’envisager le pire ! Il savait très bien qu’après un choc comme celui encaissé par Don, il arrivait que la victime perde la mémoire de ce qui s’était passé et même qu’elle ne la retrouve jamais sans que pour autant ses autres performances ou souvenirs s’en trouvent affectés.

- On a eu un accident.

Don posa sur lui son regard fiévreux dans lequel il lut une infinité de questions avant, soudain, qu’un éclair de lucidité ne le traverse. L’agent voulut porter la main à son front et cria sous la douleur terrible qui traversa le membre. Charlie s’empressa :

- Non ! Ne bouge surtout pas ton bras ! Je crois qu’il est cassé, au moins à deux endroits !

L’aîné se contenta d’opiner de la tête, tentant de refouler la nausée provoquée par la douleur. Quand il pensa avoir réussi à la juguler, il interrogea de nouveau :

- Et toi ? Tu vas bien ?

Charlie sentit les larmes lui venir aux yeux : son frère était gravement blessé, cloué au sol par un rocher et il s’inquiétait encore de lui !

- Oui… C’est juste ma jambe… Ca ira très bien.

- OK… Et moi ? Mes jambes…, se plaignit-il subitement en tentant de se relever pour comprendre pourquoi il n’arrivait pas à les bouger tandis que la panique s’emparait de lui.

Charlie cloua aussitôt ses épaules au sol pour l’empêcher de se faire du mal et plongea ses yeux dans les siens pour donner du poids à ses paroles :

- Chut… Du calme… Tes jambes sont peut-être cassées, l’une d’elle au moins. Mais tu es coincé sous un rocher… C’est pour ça que tu ne peux pas les bouger… Ca va aller… Cesse de t’agiter tu vas te faire mal…

Etaient-ce ces mots ou l’épuisement ? En tout cas Don cessa de lutter et se laissa aller en arrière, les yeux clos, le visage cireux. Eperdu, Charlie jeta un coup d’œil autour d’eux : ils étaient en contrebas de la route, ayant dévalé sur au moins cinquante mètres, presque à pic. A quelques dizaines de mètres d’eux se trouvait la carcasse calcinée de ce qui avait été le SUV de l’agent. Puis soudain il aperçut, sur les pentes et autour du point d’impact, différents objets qui attirèrent son attention : visiblement tout n’avait pas été détruit dans l’accident. Il y avait peut-être, sans doute même, des choses qui pourraient lui être utiles pour, sinon dégager son frère, du moins prendre soin de lui et le protéger un peu avant que le temps ne se dégrade de nouveau, même si le ciel semblait pour le moment se dégager sans pour autant que le soleil qui pointait ne les réchauffe tant il était timide. Le principal, c’était qu’il ne pleuve pas. S’il pouvait allumer un feu…, songea-t-il en captant le frisson qui secouait son frère de la tête aux pieds et lui arrachait un nouveau halètement de souffrance. Il comprenait comment il pouvait se sentir en ressentant lui-même l’état de son corps alors qu’il était bien loin d’être aussi gravement atteint que Don !

- Ecoute, lui dit-il en se penchant sur lui. Il semble qu’il y ait des trucs qui se soient échappés de la voiture et…

- Echappés ? sourit Don, tentant, par l’humour, de dédramatiser la situation et d’empêcher son petit frère de sombrer dans l’affolement.

Charlie comprit l’intention et sourit en retour :

- Oui, échappés ! Et comme tu n’es guère en état de leur courir après, je vais devoir devenir à mon tour traqueur de fugitifs !

Il se mordit la lèvre, se demandant s’il n’était pas allé trop loin : il y a un moment où l’humour peut passer pour de l’indifférence, voire de la cruauté. Mais le clin d’œil que lui adressa l’agent lui fit comprendre qu’il avait atteint son but :

- OK… Mais fais gaffe : surveille tes arrières tout de même ! Il ne faudrait pas que tu sois attaqué par une veste désespérée…

- Idiot ! maugréa Charlie en ébouriffant précautionneusement les cheveux humides de son frère.

- Et ! Mon brushing ! s’indigna celui-ci. Tu sais combien ça me coûte pour avoir des cheveux comme ça ?

- Beaucoup trop cher si j’en juge par ta coiffure ce matin, répondit le mathématicien du tac-au-tac tout en cherchant alentours s’il trouvait quelque chose sur quoi s’appuyer, sachant que sa jambe gauche ne supporterait pas son poids sans soutien.

Il avisa à environ deux mètres, une grosse branche fourchue à son extrémité et adressa une courte prière au destin qui l’avait placée juste là où elle serait utile. Il se déplaça doucement vers elle, éveillant au passage la douleur dans sa jambe, mais se refusant à laisser échapper le gémissement qui lui montait aux lèvres afin de ne pas inquiéter son frère. Celui-ci avait besoin de toutes ses forces pour se concentrer sur lui ! Pas question qu’il se laisse détourner de cela par son besoin de materner son cadet !

Prenant appui sur sa béquille de fortune, il se leva précautionneusement, réprimant difficilement le grognement à la protestation de son corps engourdi et meurtri. Lorsqu’il fut en position verticale, il testa sa capacité à avancer : bon… il ne ferait certes pas des kilomètres, mais pour explorer le périmètre autour de la carcasse et récupérer tout ce qui pourrait leur être utile, ça devrait le faire… à condition de n’être pas trop pressé, ajouta-t-il tandis que sa jambe se rappelait vicieusement à son bon souvenir. Il cala la fourche sous son bras : c’était un peu grand, mais ça ferait l’affaire tout de même !

Prêt pour l’expédition, il se retourna vers Don qui le couvait d’un air inquiet, et se mordit nerveusement la lèvre : devait-il vraiment le laisser-là ? Et si quelque chose n’allait pas ?

- Tu ne pars pas au bout du monde frangin ! murmura alors Don, le surprenant une fois de plus par sa capacité à lire dans ses pensées.

- Mais tu es sûr que ça va aller ?

- Oui… T’inquiète… Et toi ? Ta jambe ?

Il jeta un regard vers le bas, apercevant un morceau de genou meurtri par la déchirure de son jean, mais aucune trace de sang ne perçait le mouchoir qu’il avait posé sur l’entaille, donc il ne s’agissait vraisemblablement que d’une blessure superficielle. Il savait que l’articulation était enflée parce qu’elle était comprimée dans le tissu rêche du pantalon, mais pour le reste… Quant à la cheville, solidement maintenue dans ses chaussures de randonnée, il faudrait bien qu’elle tienne au moins le temps qu’il ait terminé son exploration.

- Ca va aller ! affirma-t-il d’une voix qu’il aurait aimée plus convaincue. Je peux te laisser ? Tu es sûr ?

- Certain, t’inquiète, je ne bouge pas…

Le mathématicien eut un sourire crispé à ce trait d’humour qui ne l’amusait pas vraiment, sembla sur le point de s’éloigner, puis se retourna :

- Tu veux que je te prête mon MP3 en attendant ?

- Quoi ? Il a survécu lui ?

- Je l’avais dans ma poche arrière… Et oui… Je pense qu’il est intact.

- Tu as peur que je m’ennuie ? Ou bien tu refuses que j’entende les jurons que tu risques de pousser ?
« Ou les gémissements… » compléta intérieurement l’agent auquel n’avait pas échappé la crispation des mâchoires de son frère qui indiquait qu’il devait souffrir plus qu’il ne l’admettait.

- Non… C’est juste que la musique aide à faire passer le temps.

- C’est drôle… Toi qui la détestais tellement.

Les deux frères échangèrent un regard entendu en se souvenant de cette époque où leur mère avait tenu à les mettre au piano. Charlie avait cinq ans et Don venait d’entamer sa dernière année de primaire.

Flashback
(Par Juliabaku)

Septembre 1980 : Pasadena

"NOOOOONNN JE VEUX PAS!!!"

Don était assis sur la table de la salle à manger en train de déguster de délicieux pancakes faits par sa mère, quand il entendit hurler. Il se retourna et put voir son petit frère pleurer auprès de sa mère.

- JE VEUX PAS ALLER JOUER DU PIANO !!!

- Tu iras là-bas, dit Margaret sans hausser le ton, sachant que même s'il ne voulait pas, elle allait l’y mettre. Et tu n'as pas à discuter. D'ailleurs Don ira aussi.

Don faillit recracher son petit déjeuner en entendant cela. Il n'y croyait pas. On allait le mettre à la musique lui aussi ! Comme son frère ! A son tour, Don se leva et alla voir sa mère en se mettant entre son frère et elle.

- Mais pourquoi j'irais là bas maman? Si c'est juste pour surveiller Charlie...

- Je veux que vous ayez une culture musicale vous deux. Et ce n'est pas pour que Charlie et toi vous discutiez mes ordres. Donc pas de discussions. Préparez vous.

Alors que les deux frères allaient à nouveaux essayer de convaincre leur mère, cette dernière leur lança un regard noir à chacun. Aussitôt ils montèrent dans leur chambre pour prendre leurs affaires, entrèrent dans la voiture, et allèrent à leur cours de musique.

Après un trajet, en silence, de la maison à l'école de musique, Don et Charlie Eppes se trouvaient dans une petite salle avec une vieille Dame, un piano au milieu de la salle et quelques partitions éparpillées.

- Bonjour, les enfants je m'appelle Madame Pettri, je suis votre enseignante de piano et de théorie musicale.

« Madame pétrifiée », pensait Charlie dans sa tête. A voir son allure de vieille femme, et le regard sévère qu'elle avait envers les deux enfants, Charlie et Don se demandaient pourquoi leur mère voulait les mettre ici. Charlie jeta un regard vers la porte de la salle où leur mère leur faisait signe.

- Bon, je vous les confie Madame. Surtout les enfants, soyez sages.

Charlie aurait voulut se jeter dans les bras de sa mère, mais Madame Pettri le retint avant qu'il se mette à courir. Don put voir Charlie se retourner vers leur professeur de musique. Cette dernière lui lança un regard peu amical.

- Les enfants, avant tout chose, nous allons commencer par le commencement. Entre autre, la lecture de notes, avec le solfège.

- Je ne veux pas...

- Je ne te demande pas ton avis mon petit, tu obéis, un point c'est tout.

Une fois de plus Charlie répliqua et voulut se dégager de la main qui le retenait. Don demanda à Charlie de se calmer : de toute évidence la vieille dame n'allait pas céder. Mais avec Charlie c'était peine perdue. Aussi buté que leur mère, aussi sûr de lui que son père, il ne voulait pas et il ne le ferait pas. Soudain, la maîtresse de musique prit une règle et frappa sur les doigts du petit Charlie, qui se mit aussitôt à pleurer et instinctivement à mettre ses doigts dans sa bouche.

Don regardait son professeur avec de grands yeux.

- Je vous préviens tout de suite Monsieur Charles Eppes. Je ne fais pas dans la sensiblerie ici. Vous obéissez ou vous subissez !

Charlie comprit bien vite où était sa place, et malgré le fait qu'il n'avait effectivement pas envie de jouer de la musique, il dut le faire. Don et Charlie s'installèrent alors sur une chaise et prirent les partitions que leur professeur leur donna. Et c'est ainsi que commença l'apprentissage de la musique pour les deux frères Eppes.

Pendant les premiers mois, leurs cours étaient essentiellement composés de théorie, du solfège, l’instrument viendrait après. Il fallait tout connaître, savoir ce que valaient une noire, une blanche, une croche, les soupirs, les silences, la pause, la demi-pause... Don avait certes plus de mal sur ce terrain que son frère Charlie qui apprenait tout d'un coup. Mais Charlie se faisait souvent remonter les bretelles pour sa négligence, et souvent, le soir, il avait mal aux doigts à cause de sa conduite.
Puis, les mois suivants, arriva enfin la pratique. Charlie avait essayé une nouvelle fois de supplier sa mère pour qu'elle l'enlève de la musique. Mais elle ne céda pas à son caprice. Et il dut y retourner avec son frère.

La pratique passait par le piano. Et le premier à commencer était Don.

- Vous devez sentir le piano sous vos doigts, les faire glisser sur chacune des touches. Vous devez entrer en harmonie avec la musique...

- Mais ça ne veut absolument rien dire madame...

Une fois de plus, Charlie avait montré son mécontentement face à la musique, sans aucune précaution. Don s'attendait à ce que Charlie reçoive la même punition que d'habitude, mais cette fois, l'institutrice ne réagit pas.

Don se plaça devant le piano. Le professeur mit alors le métronome en route, et, après les quatre temps comptés par ce dernier, annonçant le commencement de la partition, Don s'engagea dans la musique.

Le son du piano volait au travers de la pièce, le rythme restait régulier. Certaines fausses notes ressortaient du lot, mais, mis à part cela, Don ne se débrouillait pas mal en musique.
Ce fut alors ensuite au tour de Charlie de se placer derrière le piano. Mais avant d'y aller, l'institutrice lui prit les mains.

- Comment voulez-vous jouer du piano avec ces ongles ?

Aussitôt elle prit sa lime et se mit alors à limer les ongles de Charlie afin que ces derniers soient vraiment au plus près de la peau. Charlie tentait de se débattre et de refuser ce genre de soins, mais visiblement le professeur ne se laissait pas faire.

Dès que la séance de torture fut finie, Charlie passa au piano. Mais même s'il avait les connaissances nécessaires, il n'arrivait pas à donner le son voulu. Le professeur reprit alors sa règle et frappa doucement dans le dos du jeune garçon.

- Redressez-vous jeune homme !!!

Charlie pleurait tout en jouant du piano. Il voulait que tout cela s'arrête. Don sentit un pincement au coeur en voyant son frère dans cet état, et se promit d'en parler avec ses parents afin de demander à se qu'il arrête la musique. Mais il n'eut rien à faire. Le soir même Charlie partit voir sa mère et lui demanda l'arrêt de la musique. Cette dernière accepta à une seule condition : qu’il continue à s'intéresser à la musique, ce que fit Charlie en construisant des instruments de musique.

Don, quant à lui, continua la musique jusqu'au lycée, jusqu'au moment où il se consacra plus au sport qu'aux autres activités, au grand malheur de leur mère.

Fin du flashback

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aragone17
Modo section
Modo section
Aragone17


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14511
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 55
Localisation : Dans les bras du Gallois!

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 21:40

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2921550616 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2921550616 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2921550616 mais c'est une malade cette prof de musique, frapper un enfant sur les doigts avec une règle Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2190857471 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2190857471 Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2190857471 c'est la meilleure façon de dégouter un enfant de la musique et pour une fois j'ai de la peine pour Charlie Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 952962191 .

Maintenant, j'espère qu'ils arriveront à tenir jusqu'à ce que les secours arrivent, Don est mal en point , Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3421360609il faudrait pas qu'il nous lâche après avoir tenu tout ce temps Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3767345554


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Banniz10 ** Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Aragon10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Louzanes
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
Louzanes


Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Rat
Messages : 8407
Date d'inscription : 12/09/2011
Age : 48
Localisation : Sous l'étang !!!! Venez me chercher si vous l'osez

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeMer 29 Fév 2012 - 21:50

J'aime beaucoup cette histoire où malgré la situation, les deux frères se rappellent leur passé où temps de choses semblaient les séparer et qui pourtant les ont soudés


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Signn10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2930-louzanes
tarma
L'imagination te tient dans ses bras………
L'imagination te tient dans ses bras………
tarma


Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cochon
Messages : 538
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 50
Localisation : Toulouse

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeJeu 1 Mar 2012 - 7:30

Oh la la, pauvre Don, il est bien amoché Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3767345554 J'espère que Charlie va pouvoir trouver quelque chose pour l'aider même si lui aussi n'est pas au meilleur de sa formeNumb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3189643450 Faut espérer que les secours ne vont pas trop tarder à les trouver.

Quelle sadique cette prof de piano ! Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 2190857471

Toujours ravie de suivre cette histoire Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 1916874526


Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Brian_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t1461-tarma
ozias
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
ozias


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Singe
Messages : 1934
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 53
Localisation : eure et loir

Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G   Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 Icon_minitimeJeu 1 Mar 2012 - 18:33

Elle a de drôles de meurs, cette prof de musique.Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 3189643450

Cependant,Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 4221747814 si on songe au fait qu'il n'y a pas plus poissard que Don et Charlie, ce n'est pas étonnant qu'ils soient tombés sur cette bonne femmeNumb3rs - L'accident - Don & Charlie - G - Page 4 384165100 !!!
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t2172-ozias
 
Numb3rs - L'accident - Don & Charlie - G
Revenir en haut 
Page 4 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Friendship :: Séries TV :: Devant l'horizon Série TV Friendship-
Sauter vers: