French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
.......
La V3 du Forum est optimalisé pour Firefox et Safari. Il est malheureusement incompatible avec Internet explorer et G Chrome.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -40%
Vélo d’appartement FYTTER – ...
Voir le deal
150 €

 

 Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13

Aller en bas 
AuteurMessage
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
Aynath

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 40
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Empty
MessageSujet: Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13   Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Icon_minitimeMar 16 Oct 2012 - 20:45

Disclamer : Les personnages appartiennent à la BBC, je ne fais que les emprunter le temps d'une fiction et, je n'y gagne rien en l'écrivant.

Pairing : Morgane & Merlin ( mon unique fiction Morgalin...)

Résumé : Romance / Angst / Hetero / T+ / La nouvelle ère de Morgana s'élève quand elle comprend enfin qu'elle peut être aussi aimée… aimer d'un amour sincère.

.

De l'ombre à la lumière

.

Sur les hauteurs des montagnes rocheuses qui surplombent le lac d'Avalon, Morgana se dresse fier de son allure. Le regard fixe sur un point inexistant, elle se souvient d'un rêve… d'un vieux rêve… Fermant son regard, elle se rappelait d'avoir senti la présence d'un homme à ses côtés. Et il la rendait la plus heureuse. Dans ce songe, elle ne voyait pas le visage mais elle pouvait discerner les traits de celui-ci.

Elle était allongée, la main sur une de ces plaies ensanglantées. Des cheveux bruns lui chatouillaient le nez et des lèvres de cet homme, elle entendit :

— Jamais… et un sanglot avait échappé après ce mot, dit avec tendresse.

— M'aimeras-tu jusqu'à la fin de ma vie ? lui demanda-t-elle.

— Non, Morgana… Je t'aimerais et ce, jusqu'à la fin de la mienne…

Elle ne ressentait aucune haine, même le sang ne l'effrayait pas… juste l'abandonner, lui… le savoir seul lui faisait peur…Et de ses paroles d'amour, elle se savait aimer…

Ouvrant son regard sur ce nouveau monde, enfin elle respire le grand air l'âme en paix…

-X-

Et pour comprendre l'instant présent, je me dois de vous raconter cette partie oubliée… quoiqu'elle fût un temps, Morgana n'avait qu'un seul regret… Mais cela je ne vous le dirais qu'à la fin. Morgana avait oublié ce rêve en grandissant. Et, malgré tout l'amour qu'elle en avait ressenti, jamais elle ne le reconnut en chacun des hommes qu'elle côtoyait. Quand elle fit la connaissance du jeune prince héritier, elle crut voir en lui un prétendant potentiel. Quelle ne fut pas sa déception en voyant combien il était arrogant et prétentieux.

Morgana dut s'avouer qu'avec la présence de son simplet de valet, il devenait l'homme que toutes les jeunes femmes avoisinantes auraient voulu comme mari. Puis il y a eu sa rencontre avec Merlin, son sourire… toujours le même sourire… Elle l'aimait bien. Et comme à chaque fois, toutes ces personnes qui l'entouraient, Arthur les lui prenait. Elle l'avait haï pour cela. D'abord Guenièvre, puis Merlin… elle savait que jamais, le prince ne lui volerait sa sœur, Morgause. Cette dernière représentée sa seule famille. Morgana buvait ses paroles telles des promesses et pour la remercier d'avoir fait d'elle une personne importante, elle suivait ses directives à la lettre.

Morgana avait commencé à tourner le dos à Camelot comme ses soi-disant amis le lui ait fait subir si injustement. Leurs mots n'avaient aucun impact sur elle, non, seuls ceux de sa sœur comptaient. Et quand elle apprit qui elle était, elle s'était juré de prendre sa place au sein du royaume et de tuer tous ceux qui lui barraient la route. Toujours, elle obéit à Morgause jusqu'au jour où le destin l'en arracha. De sa colère, elle s'enfuit avec le corps de sa seule famille.

Au fin fond de la forêt, dans une grotte, Morgana détaillait sa sœur de ses yeux rougis. La seule chose que Morgause ait pu lui murmurer avant de mourir : « Merlin ». L'âme en peine, son cœur se déchira d'une lenteur qu'elle n'aurait cru un jour supporter. Ses membres frissonnés de terreur et ses perles s'imprégnaient de sa douleur.

Elle céda à sa tristesse pour ensuite la remplacer par la haine qui l'envahit de toute part et comme plus rien n'avait d'importance, elle se leva, décidée à venger sa sœur. Morgana prenait le temps d'étudier la meilleure manière de punir ceux qui lui ont enlevé sa seule famille.

.

Quelques jours plus tard après la fuite de Morgana, Merlin se réveilla en sueur. Il avait perçu la peine d'une sorcière et il la connaissait bien. Et cette tristesse le toucha au plus profond de son être comme si Emrys pouvait la sauver. Merlin était de ce qui dominait la peur et la colère et il réalisa à quel point Morgana comptait pour lui car ils étaient fait du même moule… si diffèrent l'un de l'autre mais si ressemblant.

Merlin savait qu'elle était comme lui, moins puissante mais tout de même résignée. Lentement, il partageait sa douleur en murmurant «pardon… je n'avais pas le choix ». De cette alliance imaginaire, sa souffrance lui montra que dans sa peine, Morgana avait encore un cœur. De ses yeux, des larmes coulèrent si brusquement que son oreiller en était déjà trempé. Merlin souffrait, pas de la mort de Morgause, mais du chagrin qu'il avait dû infliger à celle qui fut un temps son amie.

Le jeune sorcier se rappelait combien il l'adorait et surtout combien, maintenant, elle lui manquait. Des mensonges d'Uther, à la connaissance de son frère et à l'ignorance de ses amis, elle avait pris parti pour sa sœur, seulement parce qu'elle était en colère… Merlin dut supposer qu'elle était trop facile à manipuler et pourtant, il aurait tellement voulu qu'elle revienne.

Il aurait tellement voulu que tout se soit passé autrement… parce qu'il savait que la vengeance n'était pas la meilleure des solutions. Le jeune sorcier sentait sa colère s'accroitre de jour en jour et cela l'effrayait car il savait qu'elle en voulait au prince.

-X-

Arthur attendait, assis à son bureau, que son valet daigne se présenter avec son plateau. Fixant le parchemin, il redoutait l'état de santé de son père qui s'aggravait au fil du temps. Trop d'événements s'étaient produit ces derniers temps pour se relâcher ne serait-ce qu'un petit instant. Demain, il allait être couronné sous l'approbation de son père. Guenièvre le soutenait dans sa démarche et ses chevaliers étaient toujours d'aplomb pour une quelconque attaque.

Merlin… lui c'était autre chose. Soupirant, il espérait pouvoir avoir une discussion avec le brun. A l'instant même où il avait reconnu l'épée qui soit dit en passant ce simplet le lui aurait faite, Arthur l'avait revu entre les mains de ce dernier. Le jeune prince avait eu des doutes et il paraissait s'être réveillé ce jour-là. Merlin était un sorcier…

Le blond avait du mal à l'admettre mais il reconnaissait que depuis qu'il était à son service, bien des choses avaient des raisons de paraitre inexplicable. Aujourd'hui, Arthur savait. Lamentablement, il ne pouvait pas l'accepter au sein du royaume sauf si ce dernier pouvait attendre son couronnement… Et encore s'il pensait pouvoir le faire accepter à l'assemblée.

Le futur roi n'était pas si crétin, il avait bien compris que ce jeune brun, aussi maladroit qu'il puisse paraitre, l'avait toujours protégé. Seulement, il voulait en connaître la raison. Même son dévouement l'avait touché et jamais il n'avait mis en doute ses paroles si sages. Haussant les sourcils, Arthur se demandait si son valet n'était pas plus mûr que tous les chevaliers et lui-même.

.

Ce jour-là, l'été approchait et la chaleur se faisait languir. Ses rayons parsemaient de ses effets lumineux, un peu partout sur le royaume.

En pénétrant dans la chambre du prince, Merlin sentait une tension désagréable.

— Bonjour, sir, il faut que je vous parle, dit-il le sourire aux lèvres.

Quand de ses yeux, il croisa son regard froid, le jeune mage eut une soudaine mauvaise impression. Les bras croisés et le visage dont les traits étaient durs, il entendit de la voix sèche d'Arthur :

— Depuis quand ?

Merlin fit mine de ne pas comprendre et sursauta lorsqu'il entendit le blond montait le ton :

— Pas de ça avec moi, Merlin ! Assez jouer !

En croisant à nouveau le regard du prince, Merlin sut qu'il était découvert. Devant autant de droiture, il dévisagea le blond. D'une allure toujours élégante, le jeune sorcier savait qu'il deviendrait ce roi dont tout Albion patientait. Il avait confiance à Arthur, d'une dévotion sans limite alors après avoir fait quelques pas en sa direction, Merlin se posta devant lui :

— Qu'est-ce qui m'a trahi ?

Et Arthur lui répondit d'un simple sourire et contre toute attente, il l'enlaça, tel un frère.

— Ton épée… ou plutôt Mon épée…

Le blond se dégagea de son étreinte et le fixant droit dans les yeux, il lui dit tout simplement :

— Merci…

Merlin ne put cacher son étonnement mais surtout son émotion. Le crétin royal le remerciait… Légèrement, il inclina la tête et s'agenouillant à ses pieds, le jeune sorcier lui prêta allégeance.

— Moi, Merlin sorcier né de la magie, plus connu sous le nom d'Emrys, druide élu de l'ancienne religion, j'ai veillé et je veille et continuerais à veiller sur vous.

Quand il se releva, Arthur avait la larme à l'œil et se retourna immédiatement.

_ Que vous arrive-t-il Sir ? Questionna Merlin le sourire au coin des lèvres.

_ Idiot ! répondit le prince en passant un bras sur son coup et lui assenant un frottement de son autre main.

Ils rirent ensemble de leur imbécilité et surtout de leur enfantillage si éternel. Et reprenant un peu de sérieux, Arthur reprit en haussant un sourcil :

— Né de la magie ?

— Oui, Sir, je n'ai pas choisi de l'apprendre… j'ai été désigné pour vous protéger.

Merlin baissa la tête :

— J'ai… j'ai dû tuer pour vous… j'ai… dû trahir les miens… ajouta-t-il en bredouillant.

Serrant les poings, il se sentait sale et honteux devant le futur roi. Il vit le blond s'approcher de lui et posant une main à son épaule, il lui chuchota :

— Tu n'as pas à t'excuser… Crois-moi, ces personnes ne méritent pas que nous nous y attardons.

Cela fit si mal à Merlin qu'il osa, comme à son habitude, lui répondre :

— Non, Sir. Certaines personnes, comme Morgana, méritent que
nous nous y attardions ! Elle est votre demi-sœur que vous le vouliez ou non !

Le blond crut s'étrangler au nom qu'il prononça.

— Donne-moi, une seule raison ?

Merlin fixa l'index d'Arthur puis la rabaissant de sa main, il lui dit d'un calme qu'il voulut serein :

— Elle est loin d'être mauvaise, Sir. De toutes les personnes auxquelles j'aurais un tant soit peu d'estime, je la choisirais parmi tous vos traitres.

Le jeune sorcier sentait la colère du jeune Pendragon à travers son regard. Il soutint tout de même de ses yeux bleus.

— Tu ne m'as jamais trahi Merlin, répondit-il finalement. Sache que j'ai une confiance sans failles envers toi… mais je n'en aurais jamais pour elle… pas tant que cette guerre de territoire ne sera pas finie.

Un silence de plomb semblait peser autour de leur conversation. Arthur dut se rendre compte combien son valet agissait plus en homme qu'en simple… idiot.

— Tu m'épateras toujours, Merlin, coupa le blond en lui souriant. Dis-moi qui était au courant pour toi ?

Cette question n'était pas dans sa liste et lui avoua que seul Lancelot était au courant mais qu'il avait un doute concernant Gauvain.

_ Si tu avais voulu me tuer, tu l'aurais fait. Et si mes chevaliers ne t'ont pas dénoncé, alors je me fie à mon jugement.

Merlin se sentit soudainement soulagé d'un poids puis, il repensa à la raison qui l'avait poussé à venir.

— Sir, j'étais venu pour vous parler justement de Morgana.

Le prince le contempla et lui indiqua la première chaise de la table. Face à face, Merlin déglutit et commença lorsqu'Arthur lui fit signe de la tête :

— Maintenant que vous connaissez mon statut, ce sera plus facile pour moi de vous parler d'elle.

Il prit une respiration et fixa le blond :

— Je sais que Morgana mijote une attaque contre vous. Ou, quand, comment je ne saurais vous le dire mais je ressens sa colère. Et j'aurais souhaité la retrouver et voire… si je peux la raisonner.

Arthur bouillonnait à l'intérieur de lui mais ne fit aucune remarque.

— Que penses-tu ce qu'elle fera de toi quand elle saura que tu es sorcier, demanda-t-il en cachant sa agitation.

— Sir, sachez une chose, je ne ressemble en rien à tous les sorciers que vous avez pu croiser. Je n'ai pas choisi d'être ce que je suis et il y a une raison à cela. Je suis bien plus puissant qu'eux… bon c'est vrai que…

Le brun grimaça un peu en fixant le plafond ce qui avait tendance à rendre encore plus nerveux le jeune prince.

_Je manque peut-être de pratique mais elle fourmille en moi et parfois c'est elle qui me sauve, reprit-il. Donnez-moi juste votre aval et je ferais ce que j'ai à faire.

Arthur sentait que s'il ne l'autoriserait pas, Merlin partirait quand même… soupirant, il se leva et demanda :

— Que feras-tu si elle refuse ton aide ?

Merlin se leva à son tour et à sa hauteur, il lui dit part de ses réelles intentions :

— Sir, je vous ai prêté allégeance et mon devoir est de voir un jour la magie se rétablir et ainsi réunifier la nouvelle Albion.

Le brun s'arrêta pour entendre une réplique du prince mais il n'en fut rien.

— Mon choix a toujours été vous, Arthur et il ne changera jamais.

Le jeune Pendragon était ému par sa réponse qui le troubla. Le détaillant, il était vrai qu'il n'avait rien à voir avec les autres sorciers. Il sourit légèrement en se disant que jamais il n'aurait cru que derrière ce corps fin se cacher un mage… et de surcroit puissant. Arthur savait qu'il avait de la chance de l'avoir et que peut-être il serait le seul à pouvoir faire l'inimaginable… refaire revenir Morgana.

— Je ne sais pas quoi te répondre Merlin. Je vois combien tu es bien plus meilleur que moi et tes paroles me touchent.

Merlin lui lança un sourire dont Arthur aimait voir, oui Merlin avait un don…

— Je veux que tu fasses attention à toi et… surtout reviens-moi en vie, avait-il dit en posant une main sur son épaule.

Sur cette note, Merlin allait partir quand le prince lui demanda une dernière chose :

— Merlin… La seule chose que j'aimerais savoir… Quand tu as été empoisonné par la coupe qui m'était destinée. La boule c'était toi ?

En guise de réponse le jeune sorcier hocha la tête et il partit le soir même.

.

Sur le chemin, il songea à sa conversation avec l'héritier du trône. Un sourire éclairant son visage, il savait qu'Arthur serait un grand roi. Chaque jour, il le lui prouvait et aujourd'hui encore davantage. Merlin pensa aussi à Gaius qui avait bien pris la chose, autant pour le prince qui était enfin mis au courant et autant pour Morgana qu'il savait, au plus profond de lui qu'il devait la sauver.

Bien sûr, qui n'aurait pas été effrayé de se dire qu'il allait partir à la recherche de celle qui en voulait au futur roi ? Mais Merlin avait cette foi inébranlable de croire que Morgana avait encore un cœur. Et même si après tout ce qui avait pu se passer avant, il avait cette certitude qu'il y avait encore un peu d'amour en elle.

.

Au fond de sa grotte, Morgana se préparait lentement mais sûrement, à faire ce qui lui restait à faire. De sa peine, elle put sortir d'elle autant d'amertume que de haine. Elle voulait la mort d'Arthur et même si elle n'avait pas encore tué de ses mains, Morgana avait cette rage de le faire subir au futur souverain.

Les larmes aux yeux, elle les détestait tous sans exception. Ils avaient commis l'impardonnable.

-X-



Les rayons du soleil venaient à peine de lui caresser le visage que Merlin se réveilla. Cela faisait déjà deux jours qu'il marchait à travers les bois. Il ne se trouvait plus loin de la cachette de Morgana où il était sûr de la trouver. Le long de son trajet, il savait qu'il avait raté le couronnement du futur souverain. Mais il connaissait Arthur et même s'il n'était pas présent, Merlin pensait fortement à lui. Le sourire aux lèvres, il sentait bientôt arriver l'apogée de sa destinée.

Respirant une bonne bouffée d'air frais, le jeune sorcier devait obliger à retrouver la raison Morgana. Et reprenant enfin sa route, toutes ses pensées se dirigeaient sur elle. Le cœur serré, celle qui fut un temps son amie, lui manquait. Pourtant jamais depuis qu'il avait ressenti sa douleur, il n'aurait pu imaginer avoir cette envie de la ramener.

Il se souvint de sa gentillesse, de sa rancœur envers la haine d'Uther contre ceux qui manipulaient la magie. Elle avait été la première à l'émouvoir parce qu'elle lui ressemblait tant… mais Kilgarah ne souhaitait pas qu'il lui révèle sa vraie identité… Kilgarah était toujours de bonnes intentions même si parfois cela lui paraissait difficile. Merlin était lié à Arthur d'une certaine manière…

Ce dernier lui montrait à sa façon son amitié et cela l'avait toujours touché tout comme il le faisait envers le prince qu'il était. Et au fil du temps, il avait découvert l'homme qui était réellement ce roi… un homme plein de bonté, de droiture et de respect. Merlin sourit au vent puisqu'il savait qu'il n'était pas étranger à tout cela.

Maintenant qu'Arthur était sur le trône, qu'Uther sombrait dans sa démence et que le royaume se tenait bien mieux, Merlin trouvait que le moment était arrivé… Tristement, il ne connaissait pas l'issue de ce qu'adviendra son affrontement avec Morgana, mais il priait au fond de son cœur, qu'une part d'elle veuille bien revenir. Les erreurs, tout le monde en a fait, lui-même le reconnaissait et il était prêt à pardonner cette sorcière.

Merlin ne savait pas ce qui le poussait à aller autant de l'avant mais serrant les poings en marchand, il avait ce besoin de savoir si sa vie valait encore plus. Sa destinée allait bientôt s'achever et que pourrait-il faire de plus qu'une fois Albion verra le jour… Le jeune sorcier l'aimait bien tout comme il aimait bien Guenièvre.

.

Quand il pénétra dans l'enceinte de Morgana, tout en avançant le cœur battant, il la vit. Elle était allongée sur un lit de fortune. En s'approchant encore plus d'elle, il voyait combien elle avait maigri. Son visage, autrefois plus souriante et lumineuse, semblait terne et aigri. Merlin serra des dents en se demandant, si le monde qui les entourait, s'apercevait de son état d'âme.

Il ne comprenait pas pourquoi la douleur de son ancienne amie le brisait autant. Portant une main sur sa poitrine, il la ressentait, là au creux de son âme. Sa souffrance s'étendait le long de son corps et elle était poignante. Mêlée de colère, Merlin pouvait la palper. Le jeune sorcier continua à la détailler. Un léger sourire se dessinait sur les lèvres de Morgana qui lui paraissaient douces. Couché sur le côté, les mains jointes sous sa tête, la jeune sorcière semblait tout à la fois apeurée et vulnérable.

Si Merlin l'aurait souhaité, il aurait pu incanter son sort pour lui brider ses pouvoirs mais le faire à son insu ne lui ressemblait pas. Le brun ne saisissait pas son intérêt soudain pour cette personne qui pourtant s'était retournée contre eux. Baissant son regard au sol terreux, il savait qu'elle n'avait pas encore tué pour elle-même et encore moins pour son intérêt… Un léger mouvement le fit relever son visage.

— Merlin, entendit-il.

Le regard perçant et plein d'amertume le pénétra et le jeune sorcier s'approcha encore plus d'elle.

— Morgana, j'aimerais pouvoir te ramener… murmurait-il.

Un coup de vent le percuta sans qu'il ait bougé d'un pas devant le regard sidéré de son interlocutrice.

— Comment… Qui es-tu ? Toujours à être au crochet d'Arthur ? Qui es-tu ! ragea-t-elle en se tenant debout les mains en forme de poings.

Merlin la fixa intensément et de ses lèvres tremblantes, il lui chuchota :

— J'étais l'ombre du Roi Arthur, toujours là à le veiller… maintenant je suis le tien…

Morgana poussa un cri de colère.

— Qui es-tu !

— Emrys…

— Tu ne peux être lui ! cria-t-elle en tentant de cacher sa crainte.

Elle avait déjà entendu parler de lui mais elle n'y avait jamais cru. Or le voir ainsi se dévoiler, elle n'avait qu'une envie : le terrasser. D'un regard persistant et doré, elle le contempla d'un rire moqueur mais là encore, Merlin resta immobile. Puis lentement il s'avança vers elle et lui tendit sa main qu'elle repoussa d'un geste :

_ Je ne veux pas de ton aide ! Pourquoi le ferais-tu ? Vous m'avez tous trahis !

Une peur encore inconnue vint se frayer un chemin en son coeur, la faisant frèmir de toute part.

— Non, Morgana ! Tu nous as trahis ! Tu t'es détourné toi seule de nous ! répondit douloureusement le brun, et en souvenir de notre amitié je veux que tu reviennes à Camelot !

Merlin pouvait sentir sa fureur dans l'air qu'il respirait.

— Non ! cria-t-elle à nouveau.

— Pourquoi refuses-tu mon aide ?

— Pourquoi m'aiderais-tu ?

Merlin sentait qu'il n'arriverait à rien alors la détaillant, il lui dit avec calme :

— Tu veux vraiment te venger ? Tu veux vraiment savoir ce que c'est que de tuer ?

Il s'approcha encore plus d'elle et la toisant de son regard doré, il enleva sa protection en écartant ses bras :

— Vas-y…

.

Elle le regardait et elle ne comprenait pas pourquoi Merlin se rendait aussi facilement. Un piège, surement se recula de quelque pas car elle savait qu'elle ne pourrait rien contre lui. Tel un puissant druide né de la magie-même, elle connaissait son histoire, sa force et surtout son destin.

— Vas-y ! hurla Merlin. Qu'attends-tu ? La mort n'est rien qu'un passage à un autre monde ! La mienne n'a plus de valeur puisqu'Arthur est roi…

Morgana essayait de comprendre son geste. Au fond d'elle, elle l'admirait comme autrefois quand ils étaient amis… Cette époque était déjà bien loin d'elle. Elle ne cèderait pas à cette tristesse… La jeune sorcière sursauta lorsqu'il réitéra une fois son ordre en croisant son regard au couleur d'or.

Et de ses yeux dorés, elle lui lacéra le torse qui le fit gémir. Et la vue de sa tunique ouverte d'une plaie la fit tressaillir. Comment arrivait-il à lui faire ressentir ce que Morgause n'avait pu lui montrer ? Elle apercevait un filet de sang s'écouler, dégoulinant jusqu'à la terre. Pourquoi son cœur battait-il ainsi ? Pourquoi cette sensation d'avoir commis un crime la prit soudainement aux tripes ?

Pourquoi la couleur vive en la personne d'Emrys, la répugnait ? Une migraine atroce lui comprima la tête et hurlant de rage, elle posa ses deux mains dessus. Plissant son regard, elle s'agenouilla.

Emrys est l'enfant chéri de la terre, l'enfant choisi de la magie…

Il est ton souverain aux yeux du monde magique, ta magie ne t'appartient pas…

Tel un écho qu'elle seule entendait, la Terre semblait l'apaiser dans sa haine… Tête baissée, elle secoua la tête. Elle parvenait à sentir un immense sentiment, celui-là même qu'elle avait rêvé d'une vision douce et aimante. Non, Morgana ne voulait pas y croire… elle ne le méritait pas, pas après ses fautes…

La Terre, mère de toutes les vies, enchanteresse pardonne toujours à ses enfants.

Elle est source d'amour mais surtout elle vous laisse le choix du libre arbitre…

Elle avait mal partout, ses membres tremblotaient, son cœur palpitait et sa raison… elle n'en voulait plus. Qui était-elle ? La gorge nouée, sa poitrine se tassait lentement au fond de son torse, la brulant de toute sa colère. Quel était son pouvoir ? Et comme pour lui répondre, Merlin qui avait sa main droite sur la blessure, lui dit :

— Je n'use pas de mon pouvoir… si tu veux tuer quelqu'un, c'est à moi de mourir ! Cria-t-il soudainement pour la faire réagir, j'étais là quand Morgause a heurté le mur ! J'étais là quand tu t'es éclipsée avec elle !

— Non ! hurla-t-elle de toute sa peine

Morgause était morte par leur faute et elle voulait le tuer mais sa magie semblait l'avoir quitté comme si cette dernière voulait fusionner avec Emrys. Elle le fixa de ses yeux humides et serrant sa mâchoire, elle lui demanda :

— Pourquoi !

.

Merlin se sentait léger et quand il la regardait il ne voyait que sa Morgana d'avant. Celle qui avait une vie, celle qui lui souriait, celle qui avait un coeur… Il s'offrait à elle, pourquoi n'agissait-elle pas comme elle l'aurait voulu ? Fermant quelques minutes ses paupières pour s'imprégner de l'atmosphère, il prit une profonde respiration.

Le brun sentait sa colère et ce sentiment lui disait qu'il devait mourir pour avoir participé à la mort de Morgause. Puis un flux étrange lui parvint de toute part comme si sa magie se revitalisait et pourtant, il n'avait rien demandé à celle-ci.

Face à face, quelques choses d'étrange se produisaient et Merlin était incapable de comprendre ce phénomène. Sa tristesse le submergea tout comme la haine de la jeune sorcière…

-X-

Merlin l'observait encore quand il sentit sa magie réparer sa blessure. Il fut tout d'abord étonné mais n'en montra rien à Morgana. Agenouillée devant lui, elle semblait tirailler par sa conscience. Elle venait de fermer ses yeux et la voyant secouer la tête, il se posta à sa hauteur. Le brun lui tendit seulement sa main, la laissant faire son choix. Tremblant, la sorcière posa l'une des siennes dessus. Merlin la contempla ensuite, tendrement, de son regard doré et flamboyant.

Morgana ne sentait presque plus sa magie… fatalement, elle l'avait quitté pour rejoindre son souverain, comme lui avait murmuré le souffle de la Terre.

Emrys est l'enfant chéri de la terre, l'enfant choisi de la magie…

Il est ton souverain aux yeux du monde magique, ta magie ne t'appartient pas…

Face à la main de Merlin, elle la détailla puis hésitante, elle la lui prit sans comprendre. Un flot voluptueux de bien-être indescriptible s'empara de tout son corps. Une chaleur bénéfique l'entoura et doucement, elle se laissa emporter par son songe. La jeune sorcière sentait toujours la main du brun contre la sienne à travers ce rêve.

.

Début du Songe

Elle était légère comme une plume et paraissait voyager. La nature évoluait aux rythmes du temps qui s'écoulait rapidement. Tout était si beau à contempler. Ses yeux ne purent s'empêcher de voir les couleurs des saisons traverser devant elle. Morgana, sous un regard neuf, apercevait les alentours de camelot comme jamais elle ne l'avait vu jusqu'ici. Les habitants étaient heureux et une fête se faisait entendre.

S'approchant un peu plus, elle distingua facilement Arthur avec sa reine à ses côtés en haut des tours. Enceinte de quelques mois, Guenièvre souriait devant l'étendue de ce spectacle. Tel un esprit, elle marchait dans le royaume. Le cœur battant, Morgana avait cette impression d'être rentrée chez elle… d'être revenue enfin dans sa demeure. Déambulant dans le marché, elle entendait les rires des enfants devant l'émerveillement de tout ce qui se passait autour d'eux. Des troubadours commençaient à s'échauffer de leurs exercices. Leurs tentes se montaient dans la bonne humeur avec l'aide des villageois.

L'air était empli de chant ancien qui enchantait aussi ses oreilles. Elle ferma un instant ses paupières pour savourer cette mélodie qui l'accompagnait si bien. Morgana ne se souvint pas avoir vécu un moment aussi joyeux et là, face à elle, elle était tout aussi subjuguée que tous les gens. Elle croisa même les Chevaliers souriants et fort bien musclés. Leurs gaietés se peignaient sur leurs visages. Mais tout cela lui paraissait si irréel qu'elle n'en croyait pas ses yeux.

Quand elle se fraya un chemin vers la cour où le peuple acclamait le roi, elle distingua la silhouette d'Arthur au-dessus d'elle. Intérieurement, elle trouvait qu'il avait bien muri et son regard était tout le contraire d'Uther. Il y avait une lueur de fierté et dévotion envers les paysans et tous ses sujets. Elle posa sa main sur son cœur comme si toute sa haine s'était envolée en venant ici et elle sourit au souverain de Camelot.

— Mes chers citoyens, en ce jour si particulier je tenais à remercier mon ami depuis bien longtemps déjà…

Il fit une pause en faisant un signe de la main à une personne qui se trouvait derrière lui. Le corps chancelant, Morgana retint son souffle et discerna Merlin. Les cheveux bruns plus longs et le visage radieux. Un sourire se dessina sur ses lèvres à sa propre surprise.

— Je ne vous le présente pas, bien sûr…

Arthur souriait de toutes ses dents en enlaçant son enchanteur. Le peuple se contentait d'applaudir et de crier leur joie.

— Merlin, il y a déjà de cela plus d'un an, tu m'as prouvé combien ton soutient et ta foi étaient inestimable.

Morgana devinait une telle amitié entre ces deux hommes qu'elle en était presque envieuse. Pourquoi Merlin attirait toujours la sympathie des hommes ? Elle prit le temps de détailler le sorcier, ses traits affichaient la maturité et son corps avait une remarquable allure. Il était devenu un homme et à ses yeux, elle le trouvait séduisant.

Oui, elle s'avoua qu'à cet instant, Merlin était un bel homme et elle regrettait de se dire qu'elle raterait surement tout cela par sa haine. Merlin avait une lueur étincelante dans ses yeux et cela lui pinça le cœur. Pourquoi ressentait-elle de la jalousie ? Elle qui ne voyait en lui que cet idiot de valet.

Mais elle avait toujours eu un faible pour cet impétueux domestique et sans s'en rendre compte, elle souriait en se rappelant combien ils étaient amis autrefois. Baissant ses yeux, elle se souvint de cet étrange rêve qu'elle avait, longtemps déjà, songé quand elle était encore très jeune. Elle y avait tellement cru qu'à force de le chercher, elle en avait oublié jusqu'à ses traits et sa douceur.

Morgana releva à nouveau son regard pour visualiser ce qu'il se déroulait. Et la suite fut comme une torture car jamais elle n'y aurait jamais admis un instant que cela puisse arriver.

— Aujourd'hui, mon ami… je te donne ma bénédiction pour épouser celle que tu nous as ramenée…

Puis elle se vit dans les bras de Merlin qui la contemplait d'un regard qu'elle n'avait jamais vu sur un autre homme se poser sur elle. Il y avait tellement d'affectation et un sentiment qu'elle avait toujours imaginé réserver pour les autres, se refusant de s'estimer un jour y avoir le droit. Merlin la tenait par la taille et elle l'entendit de sa voix vibrante toute en la fixant droit dans les yeux :

— Moi, Merlin, enchanteur de la cour de Camelot, je remercie en ce jour, mon roi de me laisser prendre pour épouse sa sœur, Morgana Pendragon.

Elle voyait son double heureuse… et elle n'avait rien à envier de ce qu'elle était actuellement. Puis, le cœur palpitant, elle vit le sorcier déposer un baiser sur les lèvres de sa Morgana. Subitement, son âme la fit souffrir la ramenant à la réalité… à la grotte. Difficilement, elle déglutit et releva son regard froid sur Merlin puis elle retira sa main.

Fin du Songe

.

— Tout cela n'est que mensonge ! Tu me mens Emrys !

Merlin n'avait fait que lui dévoiler un avenir mais lui-même ne pouvait y accéder.

— Cela n'est qu'une des nombreuses possibilités que t'offres l'avenir. Je ne sais pas ce que tu as vu car tout cela t'est personnel, lui murmura le sorcier d'une voix qui se voulait calme.

Le brun espérait tellement qu'elle revienne et qu'elle cesse d'envenimer l'espoir d'un retour d'Albion.

— Je ne veux pas que tu m'aides ! Tonna-t-elle pour se mettre encore plus en confiance.

Et pourtant au fond d'elle, elle aurait aimé vivre tout ce qu'elle venait de voir mais elle avait tellement honte d'elle-même. Serrant ses mains, elle inclina la tête pour lâcher le regard qu'elle lisait sur Merlin. Elle avait tellement mal dans son cœur et se sentir ainsi aimée la faisait encore plus souffrir. Rien dans l'attitude de Merlin ne prouvait son amour, alors que devait-elle croire ? Pour la première fois, elle céda aux larmes de cette peur d'être abandonnée à nouveau. Tapant de ses poings, elle réhaussa son regard humide sur le brun :

— Dis-moi seulement pourquoi veux-tu que je revienne après tout ce que j'ai fait ! Donne-moi une raison pour croire que j'ai un avenir à Camelot !

Ce qu'elle éprouva lorsque Merlin lui prit ses deux mains entre les siennes, la troubla. Encore plus quand elle lut dans son regard un certain espoir…

— Je n'ai pas forcément de raison valable à te donner… mais je te promets seulement d'être présent à tes côtés… chuchota-t-il.

Il prit une profonde respiration et continua :

— J'ai été longtemps l'ombre d'Arthur et il est enfin devenu ce que j'ai toujours attendu. Moi, il me reste à te convaincre de stopper cette guerre qui n'a aucun sens.

Et dans les yeux bleus du jeune sorcier, une profonde bonté se lisait et sa voix transportait un mélange de promesse et de délicatesse.

— J'ai besoin de me savoir utile et j'aimerais pouvoir t'apporter cette lumière qui te manques tant… finit-il par lui dire.

Morgana était simplement touchée par ses paroles mais elle ne lui en dira rien parce qu'elle ne méritait pas cela de la part du plus grand sorcier. Elle recula, dissimulant une dague dans l'une de ses mains cachées derrière son dos et lui hurla :

— Cela ne me dit rien Merlin et je ne pense pas que ma vie t'importe ! Regarde autour de moi ! Qui suis-je pour toi pour que tu t'en donnes la peine !

Plus elle hurlait sa rage, plus elle percevait sa peine s'insinuer en elle. Cette douleur de ne pas supporter cette illusion que venait de lui montrer Emrys.

.

Merlin ne comprenait pas ce qu'il ressentait pour elle. La voir ainsi, insistant sur le fait qu'elle ne méritait pas cette vie. Il sentait son cœur battre… et à l'instant où elle lui gueula :

" Qui suis-je pour toi pour que tu t'en donnes la peine !", il sut qu'il battait simplement pour elle.

Il réalisa pourquoi il tenait tant à elle. Merlin comprit enfin pourquoi il encaissait sa douleur car elle lui était destinée et surtout parce qu'il l'aimait.

Sa magie n'avait que guidé ses pas vers elle et le corps tremblant d'émotion vive, il planta son regard dans ceux Morgana. Alors prenant son courage à deux mains, il lui avoua ses sentiments à peine dévoilés à ses yeux. Et tout en lui disant de sa voix vibrante et tremblotante :

— Tout simplement parce que mon cœur bat pour toi…

Morgana prit le temps de s'infliger la plus terrible des sentences qui lui paraissait la plus juste… elle s'enfonça elle-même le poignard près de son cœur. Merlin, immobile, hurla son désarroi devant son geste. Rapidement il se jeta sur elle et la blottit tout contre lui.

— Non ! Qu'as-tu fait ! Non ! criait-il en regardant Morgana de ses yeux subitement humide.

-X-



Morgana était dans les bras de Merlin quand tout lui parut si évident. Elle percevait en ses gestes tant de gentillesse mais surtout la tendresse qu'elle en était émue. Elle n'avait pas peur, seul le cri déchirant du jeune sorcier avait réussi à transpercer son cœur. Telle une lame, elle avait accueilli sa voix remplie de détresse comme une révélation.

Pour la première fois de toute sa misérable vie, elle savait enfin ce que signifier d'être aimée. De la chaleur de Merlin, elle s'imprégnait de son amour. Blottie contre son corps chaud, elle huma son parfum… celui qu'elle avait toujours apprécié sans avoir un seul jour avoué à qui conque. Une main sur sa plaie, elle ne perçut aucune douleur de son châtiment qu'elle s'était affligée. Elle ne voulait pas vivre en sachant tout le mal qu'elle avait fait autour d'elle.

Et pourtant dans son âme, elle souhaitait plus que tout vivre auprès de celui qu'il l'aimait… mais elle ne le méritait pas. Morgana sourit dans les cheveux bruns qui lui chatouillaient le visage. Elle était quand même heureuse car durant quelques minutes, elle était aimée et cela lui suffisait. De ce si court et si infime instant, la jeune sorcière avait l'esprit serein et apaisé de cet amour que lui offrait Merlin.

Les paupières lourdes, elle se sentait faiblir… elle partait, inéluctablement elle devait le quitter. Et dans ce silence pesant, elle posa sa main délicatement entachée de son sang sur la joue du brun. Elle les sentait ces propres larmes de tristesse qui coulaient sur ses joues, autrefois si vides de ses gouttes salées et elle ne ressemblait en rien à celles qu'elle avait versées pour sa sœur.

Les secousses que lui faisait parvenir le jeune sorcier par la force de sa peine, la chagrina. Son cœur semblait vouloir s'extirper de sa poitrine, lentement, elle ne reconnaissait pas cette terrible douleur qui la prenait par le fond de la gorge pour remonter doucement vers le haut. Tiraillant au passage son estomac pour se joindre à sa mélancolie soudaine l'intimant d'abandonner ses larmes pour celui qu'elle l'aimait. Elle hoqueta avant d'entendre un sanglot s'échapper de ses lèvres d'où un filet rouge vif sorti. Le son résonna tout autour d'eux comme s'il faisait écho à sa souffrance.

De celle que jamais, elle n'avait ressentie jusque-là, elle leva faiblement ses yeux sur Emrys…

.

Son cri s'était glissé au-dehors de sa bouche comme un déchirement strident. Merlin s'était jeté sur elle en même temps que son cœur semblait s'arrêter devant le geste de Morgana, si irresponsable et si lâche ! Sa tête contre celle qu'il avait dû affronter de son regard, il ne criait pas… non, c'était des hurlements de colères et de rage qui le traversaient de part en part. Posant une main sur cette blessure qui ne cessait de la vider de ce liquide si précieux pour nous, pauvre humain que nous sommes.

Ses larmes, attirées par la force de gravité, dévalèrent si vite de son visage qu'elles formèrent assez rapidement une petite flaque.

De la peine, ses perles en étaient imbibées de dureté et elles se laissèrent absorber par la terre. Merlin la sentait s'en aller et au fond de lui, il ne voulait pas… Il était impuissant… la blessure était trop près du cœur de la sorcière pour la guérir… A nouveau, un second hurlement guida sa perte au plus profond de son être, la serrant comme si cela pouvait empêcher la mort de la lui prendre.

Il rageait parce qu'il n'avait pas su lui dire,

Parce qu'il n'avait su ouvrir les yeux,

Parce que sa destinée l'empêchait de la voir,

Parce qu'il était un homme dévoué à son devoir….

Mais face à elle, jamais de sa vie, cette terrible souffrance le bouleversa si ardemment que son corps entier en tremblait de terreur.

— POURQUOI ! Tonna-t-il par cette fureur qui s'emparait de lui, s'insinuant comme des parasites sur tous ses membres.

Baissant enfin son regard sur celle qui venait de poser sa main sur sa joue, son visage s'apaisa de la lueur étincelante qu'il lisait au fond de ses yeux.

— Je t'aime, lui murmura-t-il en serrant sa mâchoire.

Avec difficulté, il cligna ses paupières pour faire fuir ses autres larmes.

— Je t'aime… répondit-elle si calmement qu'elle s'en étonna elle-même. M'oublieras-tu ? demanda-t-elle tristement.

— Jamais… et un sanglot suivi ce mot si tendrement dit.

— M'aimeras-tu jusqu'à la fin de ma vie ?

— Non, Morgana… je t'aimerais et ce, jusqu'à la fin de la mienne… lui marmonna-t-il en tentant de serrer ses lèvres pour ne pas céder à sa douleur.

Lentement, il s'approcha de ses lèvres rouges pour la marquer à jamais de son amour. Un baiser qu'il n'aurait jamais cru un jour lui donner. Le cœur palpitant, il releva son regard au plafond retenant l'humidité à chacun des coins de ses yeux. Merlin savait que s'il la retenait… une autre vie s'achèverait et il ne voulait pas devenir un meurtrier. Son dévouement envers la magie était tel qu'il avait envers son souverain. La gorge nouée, il ne supportait pas cette ténacité qu'avait cette peine à le faire tant souffrir.

Merlin avala difficilement sa salive avant de contempler sa bien-aimée et cette révolte qui se stagnait en son cœur, l'obligea à nouveau de hurler cette tristesse.

.

Les mots de Merlin avaient le don de l'envelopper dans un cocon rempli de tant d'affection qu'elle ne craignait plus rien. Sa seule peur était de l'abandonner dans l'état où il se trouvait actuellement. Cette appréhension de délaisser derrière elle, le plus merveilleux des cadeaux qu'elle ne pouvait emporter avec elle. Et lentement sa main qui maintenait chaleureusement la joue du brun, tomba littéralement au sol.

Ses doigts humidifiés de larmes de son aimé venaient de caresser la Terre, mère de toutes les vies et dans ce mouvement si simple, ils semblaient lui rendre hommage.

.

Merlin la secoua lorsque cette main avait quitté son visage. Le corps vacillant, il se refusa à une telle vie. Penchant sa tête à hauteur de celle qui se déclinait, il déposa un baiser doux… chaud et aimant. Il entendait les battements de la jeune sorcière qui cessaient de battre dans un dernier souffle. Et de toute son âme, il pria avec ferveur et obstination, cette mère… l'enchanteresse qui pardonne toujours à ses enfants :

— Dis-lui combien je l'aime, dis-lui combien je voudrais qu'elle reste, dis-lui que je suis sa lumière… sa voix était sereine et pleine d'amour.

Serrant davantage Morgana, il ajouta :

— Laisse-là moi… pardonne-lui ses erreurs, maintenant que je suis prêt… je veux pouvoir continuer à vivre avec elle, je veux pouvoir l'aimer… s'il te plait…

Et ses larmes de prières gouttelèrent sur sa flaque, implorant de sa peine et de son espoir de croire en cette magie… en sa magie… Merlin n'entendait plus aucun battement mais le corps détendu, il attendait la réponse de cette enchanteresse, mère de toutes les vies. Patiemment, il ferma ses yeux pour écouter dans ce silence le bruit d'une larme tombant sur une surface plane.

Puis, sur le visage du jeune sorcier, enfin, un sourire se dessina…

-X-

Morgana toujours dans les bras de Merlin, ce dernier écoutait le silence de la Terre mère. Avait-elle entendu sa prière ? Les yeux clos, il patienta parce que sa magie l'avait soutenue dans ses moments les plus durs, et parce qu'il avait foi en elle.

.

Elle marchait dans le noir, son corps n'était plus mais elle savait qu'elle mourait en laissant derrière elle, celui qu'elle aimait. Levant son regard, elle aperçoit cette lumière au bout du tunnel. Et son cœur lui dictait de se retourner mais elle n'y parvenait pas, elle était seulement attiré cette lueur. Avait-elle encore un cœur ? Parce qu'elle souffrait encore pour Merlin… lui qui avait tenté de l'aider, lui qui lui avoua son amour…

Lentement, elle vit une ombre se détacher de cette lumière et sans avoir peur, elle ressentait l'amour qui l'entourait tout autour. Son âme en était baignée et elle se sentait si bien qu'elle apprécia ce moment. Et les yeux médusés, son père était devant elle, elle ne le distinguait pas mais elle le sentait.

— Morgana !

Pour la première fois, elle prononça ses mots jamais sortis de ses lèvres :

— Père !

Elle paraissait flotter, voilée par l'amour d'Uther.

— Ta vie ne fait que commencer ma fille, ton heure n'est pas encore arrivée… lui dit-il avec tendresse.

— Mais…

— Non Morgana, L'enchanteresse a entendu les paroles de Merlin… et elle te pardonne…

— Je…

— Morgana, regarde-toi, tu mérites de vivre enfin ta vie, oublie le reste, ton avenir est avec lui…

— Mais je croyais que vous et la magie…

— Non, j'étais un égoïste… ma haine n'a été qu'envers la perte de la mère d'Arthur. Maintenant je suis en paix et je le serai encore plus si tu t'éloignes de cette lumière car Merlin est la tienne.

Soudainement, elle se sentit repartir en arrière :

— Morgana pourras-tu me pardonner ?

Elle n'eut pas le temps de répondre mais put entendre :

— Dis à Arthur que je l'aime ! Tout comme je t'aime…

.

Merlin attendit en berçant le corps de sa bien-aimée car il savait qu'elle allait revenir vers lui. Lentement un sourire se dessina sur son visage. Sa magie lui chuchotait de croire en elle… les yeux toujours fermés, il la serra encore plus tout contre lui. Subitement, une lueur bleutée scintilla tout autour de lui… la puissance de la Terre lui rendait Morgana. Alors, Merlin osa ouvrir son regard sur elle.

La blessure n'était plus et en la fixant, il aperçut cette lueur de vie étincelante dans le sien. Une seule larme coula sur sa joue car Merlin était apaisé. Chaleureusement, il la serra encore plus vers lui jusqu'à ce qu'il entende des lèvres de la jeune sorcière :

— Tu vas finir par m'étouffer…

Le brun recula un peu et embrassa tendrement sa brune. Il sentait la chaleur de son corps reprendre vie et sa joie se peignait sur son visage tout comme elle grandissait au fond de lui. Quand toute cette tension se dissipa, il la détailla amoureusement :

— M'aimeras-tu ? lui demanda-t-elle d'une voix plus que vibrante.

Merlin lui présenta son plus beau sourire et lui répondit :

— Jusqu'à la fin de ma vie !

Le jeune sorcier la blottit à nouveau en lui murmura de tout son cœur :

— Je t'aime et je t'aimerais pour toujours…

.

Quand elle croisa son regard, elle savait qu'elle ne craignait plus rien… elle était seulement bien dans ses bras. Le corps chancelant, elle put encore gouter aux lèvres voluptueuses de son amant. A travers ce baiser, une promesse la scellait à lui et ce, pour toujours… Blottie tout contre lui, elle savourait chaque instant parce qu'enfin elle était libéré de toute sa haine… et surtout elle était aimée et ça, c'était son avenir.

-X-

Dehors, la Terre, mère de toutes les vies les laissa vivre leurs destinées communes. Elle était fière d'avoir offert au souverain du monde magique, celle qu'il chérissait car elle aussi, avait un cœur. Elle était partout et nulle part, elle voyait tout, elle entendait tout… et les gémissements flottant aux alentours de la grotte, faisaient écho à leurs unions et dans un souffle léger, elle les abandonna à leurs étreintes.

Morgana avait fait un choix, abandonner sa haine derrière elle pour aimer celui qu'elle avait toujours attendu.

Quelques années plus tard…

Sur les hauteurs des montagnes rocheuses qui surplombent le lac d'Avalon, Morgana se dresse fier de son allure. Elle se retourne sur son mari qui lui sourit comme à son habitude. Ses cheveux brun atteignant ses épaules le rend encore plus magnifique. Il s'approche d'elle et la serre tendrement.

— Je t'aime, tu le sais ça… lui murmure-t-il à l'oreille.

Morgana lui répond avec un rictus sur le coin des lèvres :

— Il ne se passe pas un jour où tu ne me le dis pas… puis elle l'embrasse langoureusement comme à leur premier baiser.

Merlin caresse son ventre rond et s'agenouillant devant elle, il colle son oreille sur cette partie du corps où son fils l'entend :

— Je t'aime déjà, tu le sais ça…

Morgana éclate de rire… Elle est heureuse car elle a tout ce qu'il lui faut : une famille et des amis. Merlin se redresse le regard tourjours aussi brillant et lui demande :

— Prête, nous devons voir ton crétin de frère avant qu'il me hurle dessus que je fais encore exprès d'être en retard… lui chuchote-t-il un brin moqueur.

— Ça ne changera jamais ! Merlin, tu es tout le temps en retard et même si tu es dans ta tour, tu arrives toujours à l'être…

Son mari la serre affectueusement tout contre lui en lui disant :

— Humm, je sais… râle-t-il. Mais si tu arrêtais d'être aussi belle, je serais plus enclin à être à l'heure…

Morgana lui décoche un regard étincelant :

— Si tu cessais d'être aussi charmant, peut-être te laisserais-je rejoindre mon pauvre frère…

Et Merlin, heureux, dépose un baiser encore plus fiévreux sur ses lèvres douces.

— Oh non, la dernière fois que tu m'as lâchement abandonnée, j'ai détruit la moitié de ma tour…

.

Et moi, j'arrive en courant, du haut de mes sept ans, contente d'avoir comme père, Merlin l'enchanteur et comme mère, Morgana Pendragon, ancienne sorcière… Chaque jour, ils s'embrassent sans gênes…Et je prèfère les voir comme ça car je sais qu'ils 'aiment. Mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est quand papa se fait gronder dessus par oncle Arthur. Tous les deux, c'est comme quand je me chamaille avec mon crétin de cousin…

Maman dit qu'ils ne s'entendent qu'en se hurlant et se tapant dessus. C'est des enfants qui n'ont pas encore grandi, me répète-elle… Et je rigole encore plus quand oncle Gauvain se retrouve entre les deux… Tante Guenièvre et maman se promènent ensemble pour laisser les " garçons jouer " comme elles le disent si bien.

Pourtant je sais qu'elle les adore, parce qu'elle sourit de leurs enfantillages et elle les a toujours connu de cette manière et que cela restera malheureusement toujours ainsi. Cette après-midi, on sera tous ensemble et quand je regarde ma mère, je sais qu'elle ne regrette plus rien… parce que sans mon père, je ne serais pas là.

Et parfois, parce que je n'ai pas le droit, je vois ma mère regrettait d'avoir perdu tout ce temps pour rien. Moi, ben je suis simplement heureuse… parce que je sais ce qu'ils s'étaient passés entre eux… mais chut, il ne faut pas le dire sinon papa va se fâcher.

.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
Aragone17
Modo section
Modo section
Aragone17

Féminin Zodiaque : Vierge
Signe Chinois : Cheval
Messages : 14484
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 53
Localisation : Dans les bras du Gallois!

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Empty
MessageSujet: Re: Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13   Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Icon_minitimeMar 16 Oct 2012 - 21:24

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 2652155019j'aime ta vision de l'histoire et tout finit bien, sans drame ni trahison Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 1990061059. Merci à toi d'avoir partagé Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 2371081705


Le silence est parfois plus éloquent que les mots

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Banniy10 ** Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Aragon10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t731-aragone17 http://aragone17.livejournal.com
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy

Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 38350
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 57
Localisation : Normandie

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Empty
MessageSujet: Re: Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13   Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Icon_minitimeMar 16 Oct 2012 - 21:33

Je crois bien que c'est la première fois que je lis du Merlin en hétéro et j'aime beaucoup! Une très belle histoire pleine d'"amour! Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 2652155019


Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Signat10Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Cissy_10
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage (S. Guitry)
La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas (C. Chabrol)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Aynath
Lentement le rêve s'empare de toi….
Lentement le rêve s'empare de toi….
Aynath

Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 643
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 40
Mon pairing du moment: : Merlin & Ar
Mon Fandom du moment: : Merlin

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Empty
MessageSujet: re   Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Icon_minitimeMer 17 Oct 2012 - 22:50

merci pour vos commentaires !

Oui c'est bien la seule hétéro que j'ai réussi à sortir du côté de Merlin :)

Aynath
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t4445-aynath http://www.schevalierkiraeridine.com/
Lillie
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Lillie

Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Serpent
Messages : 4514
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 31
Localisation : Erebor
Mon pairing du moment: : Sigrid/Fili
Mon Fandom du moment: : Le Hobbit

Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Empty
MessageSujet: Re: Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13   Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Icon_minitimeSam 17 Nov 2012 - 23:11

C'est peut être le seul hétéro que tu as réussi à faire dans merlin mais il est de qualité pour preuve j'ai adorée, cela fait plaisir de voir que morgana est enfin apaisé et que arthur n'est pas un crétin pour une fois ^^
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t735-lillie
Contenu sponsorisé




Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Empty
MessageSujet: Re: Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13   Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Merlin - L'ombre et la lumière - Morgana & Merlin - PG13
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Fanfictions :: Hétéro :: Séries TV :: Devant l'horizon Séries TV Hétéro-
Sauter vers: